L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Château de Valmarth
MessagePosté: Jeu 5 Mai 2011 09:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Lun 20 Oct 2008 21:22
Messages: 22817
Localisation: Chez moi^^
Château de Valmarth


Image



Le château de Valmarth est l'une des plus belles constructions de l'époque. C'est une citadelle imposante et massive trônant dans les proches alentours du duché de Blanchefort, sur un plateau. En parlant d'appartenance, la construction est possédée par la famille de Valmarth, par laquelle le château a été nommé.

Une œuvre assez compliquée à comprendre car, dans ses histoires même les plus anciennes, on peut retrouver des traces de sièges passés, de nombreuses générations y ont ainsi logé. A l'intérieur, un couloir est spécialement réservé à l’exposition de leurs portraits sur toile.

Beaucoup de sang et d'efforts ont été nécessaires au premier occupant du château, celui qui a ordonné sa construction, le premier baron de Valmarth. Aujourd'hui la famille du même nom ne tarit pas d'éloges à son égard, fière de cette construction et de ce qu'elle représente.

_________________
Pour s'inscrire au jeu: Service des inscriptions

ImageImageImage

Alors il y a une règle que je veux que vous observiez pendant que vous êtes dans ma maison : Ne grandissez pas. Arrêtez, arrêtez dès cet instant. Wendy dans "hook" (petit hommage à Robin Williams)
Pour toute question: Service d'aide
Pour les services d'un GM: Demande de service


Je suis aussi Lothindil, Hailindra, Gwylin, Naya et Syletha


Haut
 

 Sujet du message: Re: Château de Valmarth
MessagePosté: Ven 6 Mai 2011 00:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 3 Mai 2011 22:03
Messages: 238
-Introduction-

Que dire de cette magnifique journée ? Rien de bien spécial à première vue, une simple journée ensoleillée comme à son habitude, la vie s'écoule tranquillement pour certains. Pour d'autre elle s'écoule à feu vif ..... Mais pour quelqu'un de bien précis elle ne s'écoule pas encore, c'est une façon de parler. Ce quelqu'un, cette personne était en fait quelque part dans les murs longs et décorés de ce château. Quelque part où il serait bien, un endroit qui lui confère une certaine joie, un coin à lui. Une petite pièce jumelé avec le grand salon, fermé à double tour par son occupant comme à son habitude lorsqu'il se rend là-dedans. Sauf que ce jour-là pendant que la famille était dans les grands jardins entourant la construction, lui était tout seul enfermé dans cette fameuse pièce.
Il s'est isolé pour être précis ... En plein après-midi, Nolan, son homme de confiance laissa pour un moment la famille se situant dans les jardins pour rejoindre Edmund. Il frappa à sa porte et demanda si son occupant était disposé à parler.

"Oui Nolan, vous pouvez entrer."

Ce dernier ouvrit donc la porte avec ses clés puis la referma derrière lui aussitôt qu'il eut mit les pieds dedans. Cet homme, ce majordome plutôt était d'un certain âge. Ayant mit un pas déjà dans la vieillesse, il en est de même pour sa sagesse et son savoir vivre.
Donc il pénétra la petite pièce et y trouva le jeune homme. Assis sur une chaise en train de lire un ouvrage. Ce n'est peut-être pas intéressant de savoir ce dont parler ce livre, si ce n'est une simple histoire d'enquête policière.
Nolan resta un moment silencieux. Dans sa main se trouvait un petit paquet, ficelé avec de la fine corde. Mais ce n'était pas un paquet ordinaire, pas une boîte ou autre chose dans le genre … Mais une empilement de diverses lettres.
L'homme âgé prit la parole à ce moment précis :

"Monsieur, je suis désolé d'avoir à vous interrompre pendant votre lecture mais …."

Edmund continua à dévorer son ouvrage, comme ci il n'avait pas écouté Nolan.

"Je vous ai apporté ceci. Je vous conseil de les lire au plus tôt possible …."

Le jeune homme ferma donc son livre sur un de ses doigts pour faire office de marque-page temporaire. Il leva la tête vers son majordome, le fixa lui puis les lettres.

"Vous ne m'avez pas interrompu, cet ouvrage ne me divertit pas."
"Pour ce 'paquet', posez le ici je vous prie."


Le majordome fît ce que Edmund lui demanda puis resta dans l'attente. Ce dernier allait replonger dans son livre bien que ennuyeux mais il remarqua que Nolan ne quitta pas le lieu.

"Y a t'il un problème dont vous voulez me faire part ? Vous semblez soucieux."
"Non monsieur … Je vous rassure."
"… Très bien."

L'homme âgé se fît trahir par son regard que Edmund analysa immédiatement et comprit aussitôt la raison de la venu de Nolan. Il se leva donc, marcha calmement vers la petite table où le majordome eu déposé les lettres.

"Elles sont de la part de qui ?"

Une question que peut-être ne fallait-il pas qu'il pose avant d'avoir ouvert les bouts de papier.
Nolan se contenta de lui répondre en lui faisait comprendre qu'il serait mieux qu'il le découvre en même temps que le contenu des lettres.
Bien, c'est ce que fît Edmund. Il commença à les ouvrir, la première en haut de la petite pile.
Il 'déboutonna' le point de cire de la lettre et sortit le papier dedans.
Quelle fût sa surprise lorsqu'il vît que cette lettre a été écrite par la main de sa mère qui était censé être décédé cinq ans auparavant.
Ce premier avant-goût le troubla énormément. Il commença donc à lire le contenu :

(Mon enfant,

Si tu lis ces lettres c'est que le drame est arrivé. Cela fait tant d'années que nous le redoutions, que nous l'appréhendons … Et que nous l'avons anticipés par le biais de cette lettre …)


Edmund s'arrêta de lire un instant. Sans bouger le regard ni même la tête, il demanda d'une voix calme et poser à Nolan de le laisser seul. Ce dernier sait ce que contiennent les lettres et s’exécute. Ce que va découvrir le jeune homme risque de le troubler profondément.
Il reprit la lecture dans le silence à présent.

(Si Nolan t'as donné ces papiers c'est que le temps est venu pour toi de commencer ton rôle, celui d'un seigneur et celui du futur héritier de Valmarth. La première chose que nous devons te dire est ce qu'il s'est réellement passé le jour de notre mort … Il n'y a jamais eu de naufrage, cette histoire a été inventée de toutes pièces.)

Cette phrase percuta Edmund.
Pendant près d'un quart d'heure il enchaina la lecture de ces lettres inquiétantes, qui le devenaient de plus en plus. C'est après tout ce temps qu'il entama la dernière :

(Jusqu'au jour où nous avons embarquer à bord de ce navire. Nous savions parfaitement ce qui allait se passer une fois notre destination atteinte, mais notre décision était prise, la marche arrière était impossible. Ce qui s'en est résulté était prévu malheureusement … Nous avons été assassinés. Assassinés le premier jour où nous avons débarqués à terre. Il m'est impossible à l'heure ou je t'écris de te dire le coupable … Mais.)


Il ne s'arrêta pas, la fin de la lettre était proche.

(Mais nos peurs et nos doutes se sont avérés exact, des traitres se sont immiscés parmi les grandes 'clés' de la famille. Ce sont eux qui ont causés notre mort. Leur but est vicieux et corrompu, ils ne sont intéressés que par le profit matérielle des choses. C'est pour cela que nous t'avons écrit cette lettre, ils vont mettre main basse sur la famille, sur notre foi, sur notre richesse que ce soit en or ou en savoir …
Edmund … Tu es le dernier qui est venu des Valmarth, l'héritier légitime, celui qui assurera cette famille. Tu es à présent un seigneur, nous t'avons donnés tout ce que nous savons sur cette trahison au travers de ces lettres.
Mon enfant c'est à toi à présent de prendre la main, d'apporter la lumière sur ce qui se passe en ce moment-même, sur cette pénombre qui se glisse lentement sur nous …. C'est à toi de faire la justice.)


Edmund fût extrêmement choqué et surpris par le contenu des lettres. Tant de mensonges lui avait été fait à la lumière de ce que lui a dit sa mère au travers de ces papiers, c'est une grande 'prise de conscience' dont est victime le jeune homme. Ces traitres sont eux les coupables, ceux qui veulent le mal sur la famille mais surement pas seulement. Leur but est aussi ailleurs … Et c'est ce que tentera de découvrir Edmund. Il s'assit donc brusquement sur sa chaise, se prenant la tête dans ses mains. Ceci marqua la fin d'un ancien cycle, celui du règne de ses parents et de ce qu'ils ont laissés … Et c'est en lui qu'ils ont placés leur espoir, celui de ne pas voir périr la famille et tout ce qui s'en rapporte.
Cependant, après quelques minutes de silence dans sa tête, il allait donc reprendre la lettre pour la finir, sauf que quelque chose n'allait pas.
Le morceau du bas du papier était brûlé, comme arraché. Il ne pu donc lire ce passage. Mais qui sait ? Peut-être que cela n'indiquai pas vraiment d'autres éléments important à cette sombre affaire.

Que fallait-il devoir faire à présent ? Ceci était la question qu'il se posa à présent ….

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Château de Valmarth
MessagePosté: Ven 6 Mai 2011 15:31 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 3 Mai 2011 22:03
Messages: 238
-Deux jours après-

Il devait être 6h du matin plus ou moins … Un vent matinal s'était levé ainsi qu'accompagné d'un brouillard encerclant le château et ses alentours. Les serviteurs et gardes étaient déjà levés, préparés et à leur poste. Il fût aussi de même pour Nolan qui s'empressa de surveiller le moindre détail avant le réveil de la famille. Il supervisa donc tout, pratiquement tout, en particulier si le premier déjeuner serait prêt à temps pour être servit aux occupants. Bref il ne perdit pas son temps …
C'est alors qu'il monta les escaliers, un par un, pour aller réveiller quelqu'un.
Il frappa à sa porte qui à sa surprise s'ouvrit toute seul au contact de sa main. Il la poussa donc légèrement et vît que la pièce était vide, rien n'avait bougé certes, même le lit qui était déjà fait.
L'inquiétude commença à le gagner, il descendit donc au rez-de-chaussé dans la petite pièce où Edmund avait l'habitude d'y passer du temps … Même chose elle était vide.
Là le majordome ne su quoi faire, où était donc passé le jeune homme ? Il se le demanda. Une idée lui vint alors d'aller chercher dans les écuries. Après donc quelques minutes il y parvint, il fouilla de fond en comble l’installation et ne trouva toujours personne. Désespérer il retourna à l'intérieur du château pour finir la supervision quand alors il entendit un bruit. Ce dernier semblait venir du sous-sol, là où Nolan se rendit donc. Enfin à sa joie il trouva enfin celui qu'il cherchait.

"Monsieur je vous cherchais partout !"


Edmund ne répondit pas, il semblait concentré sur quelque chose, il tenait une petite fiche dans sa main qu'il scruta de haut en bas.

"Si ce n'est pas indiscret, que faites-vous ?"

Le jeune homme plia la feuille pour se retourner vers son majordome tout en balançant son regard sur un petit coffre fin.

"Merci de m'avoir cherché, justement j'allais avoir besoin de votre aide."
"Que puis-je faire ?"

Edmund se déplaça au fond de la première salle du sous-sol en se faisant suivre par Nolan. Les deux arrivèrent devant ce petit coffre celui que fixait tout à l'heure l'homme. Un dernier coup d’œil sur le papier qu'il tenait puis il s'adressa à Nolan.

"Vous voyez ce coffre ? Je cherche à l'ouvrir, auriez-vous la clé ?"

Nolan fût un peu surpris de cette demande, pourquoi Edmund chercherai-il à l'ouvrir ? Question qu'il ne va pas tarder à connaître sa réponse. Mais sur le moment il du répondre.

"Oui je vois … Je crois que la clé est entreposée là-bas." En pointant une minuscule armoire fixée au mur de pierre froid.
Edmund partit donc vers celle-ci en enlevant le crochet servant de serrure. La petite armoire ouverte, il saisi une clé rapidement pour ainsi retourner à son coffre. L'homme l'entra donc dans la serrure de la boîte, qui s'ouvra instantanément. Nolan et Edmund purent ainsi en découvrir le contenu. Une épée fine avait prit place à l'intérieur, ce qui semble des plus normal vu qu'on est dans l'armurerie du château. Le majordome voulu comprendre alors pourquoi Edmund fît cela.

"Monsieur si je peux me permettre, pourquoi cherchez-vous une arme ? Nous ne sommes pas assiégés il me semble …"


Son interlocuteur sourit à cette question, il la redoutait en fait. La réponse ne vint pas tout de suite, le temps qu'il prenne la lame et la scrute afin de détecter une anomalie ou un défaut.
Tout en continuant cette 'analyse' il répondit à Nolan.

"Cette épée ne vous rappelle donc rien ?"
"Ma foi … Non pas à mes connaissances."

Edmund invita donc son homme de confiance à mieux regarder, observer cette fine lame. Ce que fît Nolan donc … Jusqu'à en regarder le pommeau où était imprégné la marque du blason familiale. Tout s'éclaire pour le majordome à ce moment là … Cette lame, aussi fine, aussi légère appartenait au seigneur de Valmarth, le père de Edmund.

"La mémoire me revient, cette épée appartenait à votre père … Sa lame de combat."

Edmund la rangea dans un fourreau puis lui attacha sa bandoulière.
Nolan commença à comprendre ce qui est en train de se passer chez le jeune. Il ne tardât donc pas à vouloir savoir ce que se tramait.

"Voyons, pourquoi voulez-vous la prendre ? Que se passe t'il enfin ?"

C'est donc maintenant qu'il répliqua à Nolan, décidé à lui dire ses intentions à présent.

"Il y a deux jours vous m'avez apporté des lettres, vous vous en souvenez ?"
"Oui."
"Bien, ceci est donc la raison pour laquelle aujourd'hui je m'arme, m'équipe …"

L'homme âgé comprit à l'instant.

"Vous en êtes sur ? Ceci est une affaire qui pourrai vous dépasser de loin … Vous êtes encore bien jeune, c'est un danger dans lequel vous risquez cher …. Voir même votre vie."

Cette phrase ne sembla pas ébranler Edmund plus que cela.

"Dans ces lettres, mes parents m'ont apportés des éléments auxquelles je n'avais jamais eu de réponses jusqu'à maintenant. Ils ont été assassinés Nolan, leur mort a été délibéré."
"Ils ont placés leur espoir en moi, car oui je suis le dernier qui est venu …"


Nolan été plus que intrigué.

"Donc …."
"Ils m'ont légués la seigneurie Nolan …"

Cette déclaration fût cette fois-ci plus que inattendu chez l'homme âgé. Il ne s'y attendait pas vraiment, bien qu'il su sois-disant le contenu de ces lettres, mais ce détail lui avait échappé. Il ne su pas quoi répondre à cela.

"Oui, je pense que vous l'aurez comprit … Je suis à présent le seigneur de Valmarth, successeur de mon père …. Partiellement."
"Partiellement ? Je crains ne pas comprendre."

Il allait falloir à Edmund expliquer cette histoire à son majordome, et vite car ce qui l'attend ne peux plus être retarder maintenant.

"J'ai hérité du titre. Les propriétés ainsi que la fortune et bien d'autres choses encore ne sont pas en ma main … Et c'est justement ceci la raison, pourquoi mes parents m'ont écrit."
"Il y a des traitres parmi nous. Ce sont eux qui ont tués père et mère ainsi que leur famille, pour être sûr que tout leurs biens partira chez eux. Mais ils n'avaient pas prévu cependant que le titre m'a été légué et que légitimement tout ceci doit revenir à Valmarth."
"Je dois éclaircir cette affaire comme ils me l'ont dit, prendre le relais à présent …"


Il attacha l'épée à sa taille avec la bandoulière, puis regarda avec un air assez étrange son pendentif représentant le blason. Il s'apprêta à commencer une sombre affaire concernant cette famille, lui et peut-être d'autres qu'il ne connait pas encore. La promesse du danger et de l'incertitude est plus que présente.

"La justice doit être appliquée …"

Nolan resta un moment silencieux. Beaucoup de choses passèrent dans sa tête dont une, une peur, une angoisse … Celle que Edmund pourrait perdre la vie, car ces 'traitres' finiront tôt ou tard à s'apercevoir de son enquête. Une décision se présenta à lui.

"Je vous accompagnerai tout au long monsieur."

"Ce ne sera pas néc …."

L'homme ne le laissa pas finir sa phrase, comme ci il était impossible de changer cette décision.

"Depuis que votre enfance, je n'ai cessé de vous apportez mon soutient et ma loyauté."
"Cette épreuve, cette affaire … C'est justement maintenant que je peux réellement me dire loyal … Je vous accompagnerai."


Edmund de toutes façons nu pas vraiment le choix. Il soupira un coup avant de regarder la porte.
Nolan attendait sa réaction mais celle-ci tarda à venir.

"Faites préparer un petit transport pour Beauclair, nous partons dans une heure …"

L'homme comprit que Edmund accepta (Même si il n'avait pas le choix) son aide. Un sourrire se traça alors sur son visage ridé, puis avant de se retirer pour exécuter la demande du seigneur, il lui répondit une dernière fois.

"Merci monsieur. Tout sera prêt d'ici une heure comme vous l'avez demandé."
"En attendant, vous devriez peut-être assister au petit-déjeuner, vous en aurez besoin."
"La journée risque d'être longue et éprouvante …"


Edmund ria légèrement mais ne dit rien. Nolan se retira donc laissant seul le jeune homme qui recommença à fouiller pour trouver autre chose, une besace. Comme l'a dit le vieil homme, la journée risque d'être difficile. Si ce n'était qu'une journée ...

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Château de Valmarth
MessagePosté: Sam 7 Mai 2011 15:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 3 Mai 2011 22:03
Messages: 238
La route n'était pas des plus nettes ni des plus accueillantes, mais cette même route était la seule à être apte pour les chevaux tirant une 'charrette'. A l'intérieur c'était une tout autre paire de manche, personne ne parlait encore moins Edmund. Comme toujours il était accompagné de son fidèle majordome qui ne le lui avait pas laissé le choix d'ailleurs … Tout ceci pour en arriver au fait que ce silence était causé par une lecture. Le seigneur les avait prises avec lui pour mieux les étudier pendant le voyage. Silencieusement et les relit encore une fois, d'un air concentré et intrigué. Bien sûr il n'allait pas y passer toute la durée, mais il commença juste ceci quelques heures après le départ du château. Nolan n'y prêta pas attention au départ. Les deux étaient assis face à face dans la charrette qui était assez bien confortable. Le majordome en profita les premières heures du voyage pour s'assurer qu'ils n'avaient rien oubliés, style l'armement ou autre chose. Une fois tout ceci vérifié, il prit un sommeil. Pendant ces premières heures, Edmund lui réfléchissait à propos de ce qu'il allait devoir faire, comment s'y prendre et comment y parvenir.
L'idée lui venu donc d'ouvrir les lettres pour les relire (Donc c'est à ce moment que le silence s'installe) pour trouver un indice quelconque. Arrivé au passage concernant le titre et les propriétés, il analysa attentivement ces lignes.
Là il pensa à cette idée qui lui trottait dans la tête depuis hier au juste … Pour s'assurer de l'utilité de la chose, il réveilla Nolan pur lui la lui soumettre et voir son avis dessus.

"Nolan …"


Pas de réponse. Il réitéra sa courte phrase jusqu'à ce que le transport fasse un bond à cause du gros gravât sur le sol. Nolan fût secoué assez soudainement et se réveilla.

"Oui …. On est attaqués ? Vo .. Vous m'avez demandé monsieur ?"


Il était un peu sonné, vu la façon dont il avait été réveillé. Que cela ne tienne, ce que avait à dire Edmund était important, peut-être pas vraiment sur le coup mais pour plus tard cela le sera.

"Dites-moi Nolan, ces lettres sont anciennes …"


Il acquiesça.

"Bien. Si je regarde sous cet angle …"
Le jeune homme prit la lettre la mit droit devant lui devant la lumière de la fenêtre pour la laisser transparente à ses yeux.

"Sous cet angle donc on peut parfaitement voir les traces du temps sur le papier … Des tâches jaunâtres, avec de légère zone éclaircies …"


L'homme âgé tenta de comprendre pourquoi Edmund fît ceci mais le laissa expliquer par lui-même, après tout il n'y avait que lui pour comprendre cette logique …

"Mais ce n'est pas vraiment le papier qui m'intrigue, c'est plus le sceau en cire de cette lettre qui attire mon attention. Voyez ce dernier n'est pas le même qu'on utilise d'habitude pour envoyer ce genre de missive … Celui-là est différent."
"C'est un sceau pour les envois spéciaux, à ma connaissance ils ne sont utilisés que pour des lettres officiels, c'est à dire à thème de la politique ou financier, vous comprenez ?"


Nolan semblait saisir ce que vous lui dire Edmund. Il lui demanda donc ce qu'il compait faire avec ces lettres si elles sont comma l'a dit le jeune homme, c'est à dire officiels. La réponse est simple, en réalité un début de plan s'est installé dans la tête du futur seigneur. Ces lettres selon lui joueront un rôle capital pour la suite des évènements et surtout c'est la raison pour laquelle il se rend à Beauclair, du moins c'est une parmi tant d'autres. Généralement, lorsqu'il a des idées comme celles-ci il n'en parle que très peu ou alors lorsqu'il se décide des les évoqués il reste flou dessus. Depuis toujours c'est comme ça … C'est la discrétion. Il n'est pas du genre à s'étaler sur lui ou sur ce qu'il pense avec les autres.
Après ce court semblant d’explicatif pour Nolan, Edmund s’enfonça légèrement dans la petite banquette sur laquelle il était assis. En rangeant les lettres dans sa besace, comme pour les protéger tel un trésor, il tourna la tête vers la lucarne pour admirer le paysage magnifique qu’offraient les campagnes du duché pendant le reste du voyage.
Souciant de ce qu'il va peut-être arriver si il échouait, son air laisser songeur, pensant à comment il doit faire, ajuster les détails, réfléchir sur qui sont les fautifs et maintenant ceux qui vont vouloir sa mort … Tout ceci le tracasse mais il va devoir y faire face à présent.
Ceci est du au défaut auquel il aurait aimé s'en débarrasser : Être un adulte dans le corps d'un 'enfant', façon de parler.
Toutes ces pensées, ces inquiétudes et ces nouvelles peurs qui lui viennent le tire petit à petit dans un état de stupeur éphémère qui engendra le fait qu'il n'arrive plus à penser à autre chose qu'à ce qu'il doit faire.

C'est une épreuve pour lui, ce n'est pas qu'il n'a jamais été confronté à ce type de problème, il en avait toujours vu mais en spectateur derrière un livre. Cette fois-ci cela semble bien différent de ce qu'il pu concevoir. Maintenant c'est lui qui est dans l'histoire, plongé directement dans l'intrigue et ce sont ses parent qui sont les spectateurs …
Mais tout ces évènements auront aussi quelque chose de bénéfique dans le fond. Celle d'un test, une étape, un examen. Non pas pour voir si les autres sont ou non des traitres dans l'affaire, ceci fait partie mais n'est pas l'un des buts.
L'un d'entre eux est celui de voir si Edmund sera capable de surmonter tout ce qui va arriver pour montrer qu'il est digne d'être le successeur, digne de porter la famille …
Car même si il va dans quelques heures hérité officiellement du titre, quelque part cela ne comptera pas et ne fera pas de lui ce que ce titre veux faire. La réelle officialisation, c'est l'achèvement de cette affaire, l'éclaircissement de cette 'pénombre' dont parlait sa mère dans la lettre.

La réussite sera sa balance en réalité …

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Château de Valmarth
MessagePosté: Sam 3 Mar 2018 01:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 1 Avr 2012 19:37
Messages: 289
Le Peintre Écarlate



Le Baron et le Prédicateur





La route jusqu'au château de Valmarth fut brève. Il leur fallait cependant quitter la route liant Pont-d'Orian à Blanchefort pour un sentier bien peu commode à pratiquer ; une montée rocailleuse qui donnait bien du fil à retordre aux deux montures. Une nuit noire s'était installée et si Mathurin n'avait pas eu la sagesse de s'équiper d'une torche et d'amadou dans sa besace, le voile des étoiles célestes n'aurait pas été suffisant pour éclairer leurs pas. Goetius était en terrain inconnu, il ne s'était jamais aventuré au fil de ses escapades campagnardes jusqu'à Blanchefort. Cependant, ses habitudes l'avaient habitué à se repérer plus facilement dans l'obscurité que l'être humain standard. Au fur et à mesure de leur ascension, le vent se faisait plus présent et le chant nocturne de la forêt était étrange. Sans le percevoir de ses yeux, il comprit qu'ils longeaient une falaise.

Non longtemps après, des lumières se firent voir au loin. Les lumières du château de Valmarth. Il était difficile de distinguer l'entièreté de l'édifice, mais celui-ci était indubitablement immense ; c'était une citadelle comme Goetius n'en avait jamais vu, construite sur un rocher au-delà de la falaise, qui n'était accessible que depuis un solide pont. Une étonnante forteresse, plus impressionnante que tous les châteaux du Valorian. Comment un simple baron pouvait-il être le maître d'une telle demeure ?

Cette vision avait suscité sa curiosité.

"Mathurin, vous ne m'avez toujours pas informé de ce que nous venons faire ici."

L'inquisiteur ne lui répondit pas.

"Qu'y-a-t'il ? Ne faites pas semblant de bouder comme un enfant pour l'incendie. Si vous désapprouviez vraiment la méthode, je sais que je serais plus vivant à l'heure actuelle..."

Mathurin soupira :
"Vous savez, à force de confrontations avec vos semblables, j'ai fini par saisir comment vous raisonnez. Vous êtes pragmatiques à l'extrême, dénués de la moindre empathie. Seul le résultat vous importe. Vous êtes incapables de voir au-delà de ça. Vous ne songez même pas aux conséquences de vos actes, il est totalement impossible pour vous de ressentir le moindre regret ; vous êtes des esprits malades, des âmes incomplètes, des aberrations vivantes.
A l'heure actuelle, nous ne savons rien des suites de l'incendie. Combien de ces gens sont morts cette nuit par votre faute ? Combien sont-ils d'hommes, de femmes, d'enfants, d'animaux à avoir brûlé vifs ? Combien auront perdu un proche de cette façon ? Combien auront-ils perdu tout ce qu'ils avaient et ne s'en remettront jamais ? Des gens innocents...
Ces questions me tourmentent mais je sais qu'en ce qui vous concerne, elles n'ont même pas pu vous effleurer. Vous avez déjà tout oublié. Toutes vos pensées sont sur votre prochain but, comme si rien d'important ne s'était passé.
J'aurais dû me douter que sans ma supervision, vous seriez tenté d'agir de la sorte. C'est ma faute. C'était une grave erreur de ma part que je ne reproduirais plus. J'en fais le serment."


Goetius ne comprenait pas la réaction du théurgiste. Il était persuadé qu'il lui en voulait parce qu'il n'avait pas suivi son plan et que ça n'avait rien à voir avec ces sensibleries qu'il étalait de manière exagérément dramatique. Après tout, il avait pu informer Gerold, n'était-ce pas ce qu'il voulait ?



[Idées pour la suite : Le baron de Valmarth et sa famille sont sous l'influence d'un "prophète de l'équilibre", un missionnaire de Brytha. Il exhibe son petit doigt rigide, trempé d'argent. Il refuse de prendre part au combat d'une manière ou d'une autre. Il s'enorgueillit d'un héritage familial d'indépendance (Le château de Valmarth produit ses propres vivres et ses propres biens) et de neutralité où les Valmarth n'auraient jamais pris directement part à aucune guerre depuis la construction du château, se contentant de se défendre avec son armée privée (Qui lui rapportait en leur confiant des contrats de mercenaires). A la lumière des enseignements du missionnaire, il ne se considère plus du tout comme un sujet de Kendra Kâr et a décidé d'arrêter totalement de louer ses hommes à la royauté ou à qui que ce soit, ayant fait serment à Brytha et jurant de l'aider dans "la dernière guerre", convaincu que l'hégémonie de la déesse de la neutralité mettra un point final à tous les conflits de ce monde. Alors que Mathurin peine à faire valoir la cause de Mordansac auprès du baron, Goetius discute avec le missionnaire et lui tire les vers du nez quant à sa présence ici. Il comprend vite que celui-ci n'est qu'un parmi tant d'autres sur Nirtim à préparer l'arrivée de Brytha en convertissant autant d'hommes de pouvoir que possible. Il tente de le convertir, sans succès. Ce n'est qu'à l'arrivée de Gerold que la situation avance ; Gerold a appris durant ses années d'espionnage que le baron est le père d'un bâtard qui est simple mousse dans la marine kendrâne. Il l'affectionne particulièrement et il lui rend fréquemment visite, secrètement, lorsqu'il se rend à Kendra Kâr. Gerold lui gueule alors dessus, lui demandant ce qu'il pense qu'il se passera pour son fils chéri quand les armées de Brytha se rendront sur Nirtim. Valmarth lui répond qu'il l'en informera et le fera venir auprès de lui, qu'importe ce que sa famille et les autres nobles en pensent, persuadé que l'avènement de Brytha permettra d'en finir avec ces absurdités. Impossible de le convaincre. Goetius comprend que la dévotion nouvelle du baron et de sa famille n'est pas uniquement dû à la force de persuasion du prophète de l'équilibre mais surtout à ses pouvoirs de manipulation mentale. Il ne vend pas la mèche et lui promet de l'introduire au comte de Mordansac, qui pourrait devenir Duc de Valorian si le baron lui prête ces hommes et ainsi serait un puissant allié pour Brytha.
Le lendemain matin, le baron annonce qu'il a changé d'avis et donnera gratuitement le service de ces mercenaires pour la cause de Mordansac à une condition, que le prophète les accompagne et qu'il ait sa place dans sa cour à la fin de la guerre. Mathurin et Gerold, surpris par ce brusque changement d'avis mais ne pouvant pas refuser cette aide, acceptent.]

_________________

Playlist de Goetius Gomorrheus
Méléagant, le personnage l'ayant inspiré

Écoutez-moi bien.
Je suis Goetius Gomorrheus, le nécromant, l'élu de Phaïtos et de Zewen, le prophète qui va rendre au monde son silence originel.
Croyez-vous vraiment que rien de pire que la mort ne puisse vous arriver, à vous et à votre famille ?
D'un geste, je pourrais les ramener à la vie, en faire des pantins soumis à ma volonté jusqu'à la fin des temps. Ils ne rejoindraient jamais le repos des enfers. Leurs âmes disposées à ma jouissance, dépossédées de volontés, pourriraient petit à petit jusqu'à totalement oublier qui ils furent. Ça, c'est ce qu'il arrivera si vous ne faites pas exactement tout ce que je vous ordonne.
Et, si vous avez l'audace de croire que me tuer résoudrait votre problème, regardez donc mon cou.
Vous la voyez, cette cicatrice, qui longe ma gorge ? Le vestige d'un combat qui aurait dû m'être fatal.
C'est un témoignage des dieux. Ils ne veulent pas que je meure.
Désormais, que vous le vouliez ou non, vous m'appartenez. Et mon premier ordre sera :
Faites silence.


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016