L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Lun 14 Nov 2016 15:21 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 17 Nov 2008 23:14
Messages: 6165
Clair de Lune


Image
Lieu de guilde des Danseurs d'Opale


Description et historique:

Situé en bordure du royaume de Mertar, au nord-ouest de la cité du même nom, Clair de Lune fut bâti aux alentours de -4750 afin de soutenir la lutte de l'Ordre contre les Lords Nécromants. Stratégiquement placé sur le cours du fleuve reliant Mertar à Darhàm à près de deux mille mètres d'altitude, ce bastion aux allures de palais d'agrément possède de formidables défenses naturelles. En effet il est construit sur une île en plein centre du cours tumultueux du fleuve, on n'y accède que par deux étroits ponts-levis solidement défendus par des fortifications qui n'ont, elles, rien de décoratif. D'autre part, le relief tourmenté de cette région montagneuse forme un véritable labyrinthe rendant extrêmement difficile la progression d'une armée, si bien que Clair de Lune n'a jamais subi de véritable assaut à ce jour. Outre cela, sa situation isolée et le profond secret ayant toujours entouré les Danseurs d'Opale fait que très peu de gens sont seulement au courant de l'existence de ce lieu, ce qui constitue probablement sa meilleure protection.

Aujourd'hui Clair de Lune est presque désert, les terribles pertes subies lors du conflit contre les Lords Nécromants n'ayant jamais pu être comblées. Le secret nécessaire ayant longtemps entouré l'existence de l'Ordre a bien sûr joué un rôle important dans cette impossibilité de recruter de nouveaux membres en nombre suffisant mais, le fait qu'il n'existait plus aucun véritable Danseur d'Opale depuis la chute d'Eden favorisa aussi très fortement cet inéluctable déclin. Si les descendants des légendaires guerriers de Sithi étaient en mesure de faire perdurer la philosophie et les traditions de l'Ordre, leur art du combat en revanche fut perdu lors de l'exode, si bien que l'aura entourant ces combattants d'exception s'éteignit peu à peu. L'Histoire devint légende, la légende devint mythe, et le mythe lui-même sombra lentement dans l'oubli. Il ne reste donc maintenant qu'une cinquantaine d'habitants en ces lieux, dont une quinzaine de guerriers tout au plus, pour perpétrer le souvenir nostalgique d'une ère enfuie sans grand espoir qu'un nouvel âge d'or advienne.

Pourtant, très récemment, un souffle discret et mystérieux franchit terres et océans jusqu'à parvenir à Clair de Lune, réveillant l'espoir moribond de ses derniers occupants. De la bouche d'un Thorkin tout juste arrivé d'Hidirain pour s'établir à Mertar, ils entendirent une histoire qui fit battre leurs coeurs un peu plus vite dans leurs poitrines. Ce nain l'affirmait sans détour, jurant par Valyus que son histoire était vraie: en Imfitil, un Sindel se prétendant Danseur d'Opale s'était battu à leurs côtés après avoir récupéré une légendaire épée de feu, cela alors que bon nombre de rudes guerriers Thorkins étaient morts en tentant de la retrouver. Plus incroyable encore, le Thorkin assurait qu'il existait dans la région d'Hidirain une citadelle de leur Ordre en train de reprendre vie, se pouvait-il que l'Ordre soit en train de renaître de ses cendres et que de véritables Danseurs d'Opale arpentent Yuimen pour la première fois depuis l'exode?

Histoire vraie ou racontars de Thorkin éméché, il n'en fallait pas davantage pour réveiller Clair de Lune, ses habitants se mirent en demeure de lui redonner tout son éclat et le fracas des armes retentit de plus belle dans les cours d'entraînement. Un messager fut envoyé en Imfitil, il revint quelques temps plus tard porteur de nouvelles incroyables: l'Ordre avait repris vie, les recrues affluaient et ce n'était pas un unique Danseur d'Opale qui arpentait désormais Yuimen mais plusieurs, bien déterminés à rendre à l'Opale sa grandeur passée!

Trois semaines plus tard, à l'aube de l'an huit, l'un d'eux arriva à Clair de Lune pour en prendre le commandement. Une nouvelle ère pouvait désormais commencer pour la forteresse assoupie.


Maître d'armes de Clair de Lune (CCAA)

Sylayëm Illinwë (niveau 17)


Image


Sylayëm Illinwë est un maître d'armes Hinïon originaire d'Hidirain, en Imfitil. Stratège et meneur d'hommes compétent, il a rejoint les Danseurs d'Opale voilà un peu plus d'un siècle et dirige désormais Clair de Lune avec une bienveillance. Il impose néanmoins une discipline rigoureuse à ses hommes comme à ses apprentis, ses enseignements sont rudes mais efficaces. Il se détendra notablement une fois sorti du cadre de ses fonctions et n'hésitera pas à se montrer chaleureux avec ceux en qui il a confiance.

Il peut vous enseigner les CCAA suivantes:

Basiques: (prix public: 250 yus. Membres: 175 yus)

- Lames défensives
- Les 100 Lames
- Coup colossal
- Coup de fourreau
- Charge armée
- Coup ciblé
- Différence d'un pas
- Estoc droit
- Feinte
- Garde imprenable
- Halte forcée
- Hypnose
- Main du Géant
- Passe bouclier

Danses d'Opale: (prix public: 500 yus. Membres: 350 yus.)

-Danse de l'éclipse

Secondaires: (prix public: 350 yus. Membres: 245 yus.)

-Danse des sabres
-Adresse de guerre

_________________
Image


Une question ? Par ici.
Pour une demande de commentaire, de dirigé,
par là.
Pour une demande d'intervention ou de sévices,
de ce côté.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Mer 15 Fév 2017 20:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
Son voyage avait duré une douzaine de jours, peut-être moins car, même si venant de Luminion, Kay avait pressé le pas afin de couvrir cette distance en le moins de temps possible ; c'était l'empressement d'un guerrier hâté de se plonger dans l'action qui en était la cause. Ainsi, sa première véritable étape - à comprendre où elle n'arriva pas la nuit pour repartir à l'aube - fut Mertar. Elle savait que Clair de Lune était dans ses environs, mais, comme on pouvait l'escompter des Danseurs d'Opale, il était par définition caché (plus que la ville des Thorkins qu'elle ne parvint à rallier que la rencontre fortuite avec une caravane de marchands s'y rendant) et elle ne se voyait pas vadrouiller de partout dans l'espoir de tomber dessus par hasard. La semi-elfe se donna donc un jour dans les rues animées de la grande cité pour trouver un quelconque indice qui la mettrait sur la voie. Bien sûr, le plus simple eût été de trouver un autre membre de l'ordre ; impossible quand on ne les avait pas déjà rencontrés avant.

(Je suis pas dans la mouise...)

Tout en se baladant, elle laissa traîner ses oreilles. Plus tard, à une taverne où elle fit halte afin de se restaurer, elle posa de plus directes questions à l'homme plutôt amène qui la servit. Sans grande surprise, elle apprit qu'une bande de brigands sillonnaient la région et qu'on se préparait à les recevoir lorsqu'ils se pointeraient vers Mertar, qu'Omyre semblait s'agiter plus que d'ordinaire, que la neige fondant, les voleurs de grands chemins se faisaient aussi plus nombreux. Bref, rien que de l'ordinaire, finalement, auquel elle eût prêté attention si tout autre chose n'occupait pas son esprit. Le soir, allant dans une auberge, un peu à l'écart du cœur de la cité, la jeune guerrière essaya de presser les langues. Clair de Lune était une forteresse : assurément, il devait y avoir des rumeurs. Et pourtant ! Kay ne put que partir se coucher aussi ignorante qu'au matin. Et le matin suivant, justement, elle n'avait d'autre choix que de tenter une exploration.

Kay se leva de bonne heure, rangea ses affaires de façon à ce que rien n'entravât sa marche et se mit en route. Le lieu où résidait l'Ordre sur Nirtim ne pouvait être dans les plaines : elle prit donc la direction des montagnes. Afin de mieux s'orienter, elle décida de suivre la rivière, celle qui reliait Mertar à Darham. Les heures, le soleil, s'avancèrent et la semi-elfe continuait son ascension, l'air se rafraichissant, signe que l'altitude devenait de plus en plus élevée. Seule, Kay avait tout le temps pour réfléchir. Pourquoi les Danseurs d'Opale se faisaient-ils toujours aussi discrets ? Avant, c'était une question de survie. Mais désormais, l'ordre pouvait renaître de ses braises, non seulement reprendre sa place au sein du peuple Sindel, comme il l'avait occupé avant l'Exil, mais aussi faire poids dans la politique de Yuimen. Ils étaient déjà plus sages et savants que ces gouverneurs à la tête de ces royaumes d'humains ! Alors pourquoi ? Pourquoi devait-elle compter sur la chance pour trouver une forteresse de l'ordre ?

"Hé-là !"

Perdue dans ses réflexions, ce fut à peine si elle entendit la voix et elle ne manqua pas de sursauter quand l'elfe sembla comme apparaitre devant elle. Surprise, Kay recula d'un pas et sa main droite vint négligemment gratter l'arrière de son oreille, juste à côté de la garde de son épée. Elle ne voulait pas paraitre menaçante, mais n'avait aucune envie de se faire surprendre.

"Oui ?"

"Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous êtes-vous perdue ?"

La jeune guerrière réprima un sourire tout en détaillant l'elfe qui s'avéra être un Sindel, tout comme elle qui l'était au moins à moitié. Il avait une large épée à la ceinture et une armure de cuir léger. Un Sindel en plein milieu d'une montagne, au nord-ouest de Mertar ? Que Sithi lui en fût témoin, si ce n'était pas là la preuve qu'elle touchait au but ! Il lui suffisait simplement, à présent, de convaincre cet autre guerrier qu'elle était des siens.

"Je ne suis jamais perdue car c'est par ma seule volonté que mes lames se meuvent."

Kay vit bien que l'autre tiqua. Elle avait fait exprès de reprendre la devise des Danseurs d'Opale (du moins, avec une légère altération dans l'unique but de la rendre plus naturelle au sein de sa propre phrase).

"Dans ce cas, que cherchez-vous si haut dans les montagnes ?"

"On m'a dit qu'il y avait un refuge."

"Un refuge ? On vous aura mal..."

"Un refuge pour les humbles serviteurs de Sithi qui aiment danser pour elle."

Le Sindel qui, à sa deuxième réponse avait donné l'impression de retrouver toute ta sa méfiance, cette fois-ci laissa s'échapper un mince sourire incrédule où perçait cependant une certaine joie.

"Par Sithi ! Seriez-vous une Danseuse d'Opale ?"

"Pas encore, mais celui qui m'envoie, l'est bien, lui. Je dois me rendre à Clair de Lune, accepteriez-vous d'être mon guide ?"

"Avec plaisir."

Les deux guerriers se détendirent et s'accordèrent un franc sourire, l'un parce que l'intrus se révélait être une invitée ; l'autre parce qu'elle avait trouvé ce qu'elle cherchait. Lui cédant dans un premier temps le passage, fort élégamment, l'elfe gris la guida ensuite à travers les roches nues et les sapins ébouriffés. Le sentier était mal aisé et peu large ; Kay comprit sans explications que c'était là une suffisante défense contre une invasion. De fait, ils mirent encore deux bonnes heures avant d'arriver en vue de Clair de Lune, une vue si époustouflante qu'elle coupa la respiration à la semi-elfe pour plusieurs secondes : la forteresse était bâtie sur une sorte d'île, les deux bras de la rivière l'embrassant généreusement sur ses flancs, torrent bouillonnant , presque pris à sa source. La construction en elle-même tenant du plus noble des palais et n'était pas, finalement, sans rappeler Hidirain - la gracile beauté elfique était ici aussi à l’œuvre. Le Sindel la laissa admirer l'admirable endroit, d'un sourire témoignant de son plaisir à la voir ainsi s'extasier sur ce qu'il tenait pour sa demeure - ce jaloux plaisir qui est de voir sa maison être trop bien pour ses visiteurs. Ils redescendirent ensuite vers l'un des deux étroits ponts-levis gardé de fortifications depuis lors remises en état. L'un des gardes en fonction les arrêta lorsqu'ils parvinrent à sa hauteur, mais le guide improvisé, après un animé palabre (personne n'entrait "comme cela", même si cette personne faisait possiblement partie des Danseurs d'Opale), leur fit accorder le passage. Et Kay, en sa compagnie, pénétra dans Clair de Lune.

Les deux guerriers remontèrent la rue principale, toute délicatement pavée, entre les tours à dômes, les grandes portes sculptées, les vitraux enlevés - et partout on voyait des symboles lunaires en respect à la Mère. Un drôle d'équilibre régnait au sein de la citadelle, entre les grands espaces et les tours qui s'élançaient vers le ciel, entre le calme serein et le foisonnement d'activités en tout genre. En somme, ce n'était pas Kendra Kâr, ce n'était pas son oppression et sa constante foule. C'était les artisans sans les injures, c'était la paix sans la hâte mauvaise. C'était beau. C'était reposant. C'était... parfait.
Ils arrivèrent ainsi à une grande cour sur laquelle s'ouvrait ce qui devait être la caserne principale. Des éclats d'armes et de voix résonnaient au long des passes que s'échangeaient la dizaines d'elfes présents. En les regardant, Kay se sentit gênée par leur façon de batailler. Elle était trop martiale. Elle ne... dansait pas assez. Mais ces pensées s'envolèrent vite quand elle se retrouva soudainement devant le commandeur.

(C'est ici que les choses sérieuses commencent, j'imagine.)

"Je vous salue, monsieur."

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Dernière édition par Kay de Kallah le Dim 21 Mai 2017 15:05, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Jeu 16 Fév 2017 22:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Dirigé de Guilde pour Kay de Kallah

Image


L'Elfe devant lequel le jeune guide avait amené Kay de Kallah était pour le moins impressionnant, chacun de ses gestes témoignait d'un équilibre précis et mesuré et, malgré sa pesante armure de plate, il se déplaçait avec souplesse et légèreté, sans un bruit. Son regard vert pâle se posa sur la visiteuse lorsqu'elle le salua, perçant et assuré. Il répondit d'un simple hochement de tête et se tourna vers le jeune semi-elfe ayant fait entrer Kay, attendant visiblement des explications quant à la présence de cette inconnue au coeur de Clair de Lune. Le guide improvisé de la guerrière salua le commandeur en portant son poing fermé contre sa poitrine avant de répondre à la muette interrogation:

"Commandeur, je l'ai trouvée non loin de notre forteresse, elle connaissait notre devise et savait qu'il y avait un lieu nous appartenant dans la région. Elle prétend que c'est un Danseur d'Opale qui l'envoie, alors j'ai pensé que..."

"Tu as bien fait. Retourne à ton poste, je m'occupe de cela."

Le jeune membre de l'Opale ne demanda pas son reste et fila tandis que le commandeur reposait son attention sur Kay, l'observant avec un intérêt accru:

"Eh bien, jeune femme, vous semblez en savoir beaucoup sur nous. Je suis le commandeur Sylayëm Illinwë, je dirige cette forteresse de Clair de Lune. Avant de vous souhaiter la bienvenue, j'aimerais savoir qui vous êtes et qui vous a envoyé à nous, voudriez-vous m'éclairer à ce sujet?"

Son ton était aimable et légèrement intrigué, mais quelque chose de froid dans son regard pâle indiquait que les réponses à ses questions avaient fichtrement intérêt à être convaincantes. Dans la cour d'entraînement, les recrues observaient à la dérobée la visiteuse, mais pas un ne s'interrompit pour ce faire. La discipline semblait de rigueur avec messire Illinwë.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Mar 21 Fév 2017 12:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
Le jeune elfe qui gardait les abords de Clair de Lune et devait tenter de dissuader toute personne s'y présentant à aller plus loin l'avait menée à travers les rues calmes et belles de l'endroit jusqu'à la plus grande cours d'entrainement, supervisée par le commandeur même. C'était un homme pour le moins impressionnant et Kay voulut faire le salut le plus respectueux possible. L'elfe était vêtu d'une armure intégrale, pesante, lourde sans aucun doute et pourtant, il se déplaçait avec toujours autant de grâce et de souplesse que s'il n'avait eu sur lui que de la laine. Par bien des égards - ne serait-ce que par son attirail guerrier, il ressemblait à Tanaëth. Cependant il se dégageait de lui une toute autre aura que celle de son mentor. Le commandeur était beaucoup plus froid. Quand le regard noir de la semi-elfe croisa son regard vert pâle, elle ne put rien y lire et au contraire, se sentit plus silencieusement critiquée, jaugée, que jamais auparavant. Elle ne sut non plus comment l'interpréter car, juste après, il se tourna vers son guide improvisé sans même un mot, un mouvement de tête, comme si elle n'existait plus guère. Le semi-elfe commença par saluer en portant son poing fermé à la poitrine, salut que Kay ne manqua pas de retenir, de par sa volonté d'être à même de savoir faire les choses le mieux possible, le plus rapidement possible. Ensuite, le semi-elfe annonça les circonstances dans lesquelles il avait trouvée Kay. Cette dernière serra les lèvres pour qu'on ne vît pas le sourire qu'elle retenait : elle savait qu'elle avait "gagné des points" en prononçant la devise des Danseurs d'Opale et en étant certaine de ce qu'elle cherchait. Cela, néanmoins, serait-il suffisant pour gagner la confiance du commandeur qui, d'une parole brève avait coupé celle de l'autre guerrier, avant de le renvoyer à son poste ? Celle qui venait du village de Kallah et en portait le nom redevint alors tout son centre d'intérêt.

(Reste digne, montre-toi confiante. Ne pas flancher. Mais Tanaëth était quand même beaucoup plus avenant avec moi quand on s'est rencontré...)

L'explication de cette froideur apparente était simple : Tanaëth Ithil ne dirigeait pas une commanderie de l'ordre des Danseurs d'Opale, ordre guerrier et secret. Sylayëm Illinwë - comme il se présenta de lui-même - si. Comme elle aurait pu s'y attendre, messire Illinwë avait encore besoin d'informations à son propos avant qu'il ne pût lui souhaiter la bienvenue. A l'image de son apparence même, ses phrases étaient quelques peu distantes et neutres, mais Kay trouva, malgré tout, ses paroles encourageantes. Peut-être était-ce à cause du ton légèrement intrigué qu'elle put sentir émaner de sa voix posée ? Et, de toute façon, il ne lui demandait que de se présenter. Généralement, la semi-elfe faisait court car son histoire même l'était (et peu intéressante avec ça). Femme de peu de mots comparée à son mentor, elle eut cependant l'intuition qu'elle pouvait développer un peu plus, en ce jour. Presqu'inconsciemment, elle jeta un regard aux alentours, en direction des recrues qui s'entrainaient là. Elle croisa furtivement le regard de certains d'entre eux sans que, pourtant, aucun ne se fût arrêté. Preuve, s'il en était besoin que la discipline, ici, était rigoureuse.

(Par Sithi ! Moi qui déteste ça !)

Elle n'avait pas le choix, cependant. Ou plutôt si : sa présence ici ressortait de son choix personnel et libre. Elle aurait pu, si elle l'avait voulu, rester à Luminion pour attendre le retour de Tanaëth. Luminion... Elle risquait d'y retourner si elle n'était pas assez convaincante. Elle prit une profonde et discrète inspiration.

"Mon nom est Kay de Kallah, je viens d'Imiftil. C'est Tanaëth Ithil, Héraut de Sithi par la volonté même de notre Mère, qui m'envoie. Nous nous sommes rencontrés près de l'Opale de Lune, la forteresse de l'ordre sur ce continent. En réalité, j'en fait moi-même partie car il m'y a fait entrer juste avant que nous ne nous séparions. Je suis là pour me mettre à votre service, messire Illinwë."

Kay se mordit l'intérieur de la joue et sa main droite, discrètement, gratta le haut de sa cuisse, signe évident de nervosité. Elle n'était pas certaine, en réalité, que le nom de son mentor, malgré tout ce qu'il avait fait pour relever l'ordre, fût parvenu jusqu'à Clair de Lune. Si ce n'était pas le cas... Eh bien, il restait un Danseur, n'est-ce pas ?

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Dernière édition par Kay de Kallah le Dim 21 Mai 2017 15:22, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Mar 21 Fév 2017 20:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Dirigé de Guilde pour Kay de Kallah


A la présentation que fit Kay, le visage du commandeur s'éclaira d'un sourire chaleureux qui chassa toute impression de froideur de sa personne.

"Je connais fort bien l'Opale de Lune, j'y suis né et je m'y trouvais lorsque le Seigneur Ithil a pris la tête de l'ordre. J'ai été nommé ici et je suis arrivé voilà à peine un mois. Llyann m'a parlé de vous et de ce que vous avez accompli pour l'ordre en Imfitil, Kay de Kallah. Soyez la bienvenue chez vous."

Il désigna la citadelle d'un geste large, soulignant par là que la jeune femme était désormais libre de s'y promener à sa guise, puis désigna l'un des bâtiments circulaires en particulier, qui surplombait directement la rivière:

"Allez donc vous installer, la plupart des chambres sont libres et pourvues de bains, sans doute souhaitez-vous vous reposer un peu après votre long voyage. Les cuisines sont au rez-de chaussée, on vous y servira un bon repas si vous avez faim. Et si vous avez besoin de quelque chose demandez, tous ici se feront un plaisir de vous renseigner ou de vous fournir ce qui pourrait vous manquer."

Sylayëm indiqua ensuite la tour la plus massive en poursuivant:

"Quand vous serez reposée, retrouvez-moi là-bas, à la salle du conseil, nous discuterons de la suite des événements. Vous tombez à pic, j'aurais une importante mission à vous confier si vous l'acceptez."

Il jeta un regard un peu désabusé aux recrues en train de s'entraîner et ajouta:

"Ces novices ont encore beaucoup à apprendre, j'aurais été bien en peine d'en choisir un pour cette tâche délicate...Enfin, allez donc vous installer, nous parlerons plus avant lorsque vous aurez pris un peu de repos."

Le Commandeur salua cordialement Kay et s'en retourna superviser l'entraînement des recrues, qui en avaient le plus grand besoin ainsi que la jeune femme l'avait remarqué en entrant.

Dans la tour indiquée, Kay pourrait trouver de nombreuses chambres libres, vastes et lumineuses, toutes pourvues d'une cheminée et de bois prêt à l'emploi. Dans chacune elle trouverait tous les meubles nécessaires à un séjour confortable ainsi qu'une baignoire taillée dans le même marbre blanc qui constituait les murs de la citadelle. Un système ingénieux permettait de la remplir simplement, sans doute existait-il une citerne au sommet de la bâtisse, et il était possible d'allumer dessous un petit feu qui chaufferait rapidement l'eau.

Les cuisines, elles, étaient assez vastes pour préparer des repas à toute une troupe, plusieurs cuisiniers y officiaient dans la bonne humeur et Kay y trouverait de quoi se nourrir à sa guise.

Lorsqu'elle serait prête, Kay pourrait alors se rendre à la salle du conseil où elle trouverait le Commandeur penché sur divers documents, l'air soucieux.

Salle du conseil de Clair de Lune:
Image

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Sam 11 Mar 2017 21:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
Grande surprise lorsque, achevant sa courte présentation, Kay, levant avec appréhension le regard vers le commandeur de Clair de Lune, découvrit un franc sourire et un visage où toute impression de froideur avait disparu. Ses paroles confirmèrent de plus cette soudaine amabilité : en effet, messire Illinwë venait de l'Opale de Lune, premier refuge des Danseurs d'Opale et point de départ pour cette sorte de révolution qui s'opérait au sein de l'ordre et plutôt mis en branle par le mentor de la semi-elfe. Mais ce n'était pas tout : n'étant arrivé en ces lieux qu'un mois auparavant, messire Illinwë avait eu vent, par le biais de Llyann, des premiers faits d'armes de la jeune femme qui ne put donc s'empêcher de s'empourprer. Ce n'était pourtant pas une mission dont elle se serait particulièrement vantée et elle ne s'en était d'ailleurs sortie que par pure chance. Ce n'était même pas une opération dans laquelle elle s'était lancée par bonté d'âme, mais presque par désœuvrement, ayant soif de reconnaissance, de trouver une place pour elle ! Mais il valait mieux se concentrer sur l'instant présent. Elle était la bienvenue à Clair de Lune et c'était tout ce qui importait.

Le commandeur, d'un large geste qui englobait les hauts et fins bâtiments qui s'élevaient vers un ciel où s'était réfugiée leur déesse, lui signifia qu'elle pouvait aller où bon lui semblerait. S'arrêtant en particulier plus longtemps sur un bâtiment, de forme circulaire, juste au-dessus de la rivière, il l'informa qu'elle avait là moyen d'aller se reposer. Une douche, un bon repas chaud, voilà, en effet, ce à quoi son corps aspirait le plus fort. En fait, rien que l'idée d'une viande cuite lui mettait l'eau à la bouche et, tout en continuant à écouter messire Illinwë qui lui désignait à présent l'endroit où il aimerait la rencontrer afin de discuter d'une importante mission qu'il aurait à lui confier, elle porta son poing délicat aux commissures de ses lèvres, en toute discrétion. Messire Illinwë se tourna ensuite légèrement vers les nouvelles recrues qui continuaient d'observer Kay en cachette et qu'elle observait elle, de manière plus ouverte et toujours avec curiosité. Aucune, si l'on se rapportait aux mots du commandeur, ne pouvait être à la hauteur de la mission que Kay s'apprêtait à endosser. Ce qui, finalement, la mit bien mal à l'aise. Le commandeur lui-même ayant fini de parler, elle le salua avec respect et se dirigea vers la tour servant de dortoirs.

Il y avait en effet, en son sein, de nombreuses chambres vides, mais Kay, incertaine à son habitude comme lorsqu'elle rentrait dans une autre propriété, inspecta de nombreuses chambres avant d'opter pour une, plus en recul, où elle était sûre qu'elle ne dérangerait pas. Elle laissa tomber ses affaires dans l'entrée, appréciant, d'un regard circulaire, la commodité des lieux qui dépassait de loin ce à quoi elle avait pu prétendre ces derniers mois. De l'espace, beaucoup de lumière, une cheminée et du bois prêt à l'emploi, tout l'ameublement nécessaire à un séjour confortable et surtout : une baignoire. La semi-elfe lâcha un petite rire nerveux et s'en approcha avec une certaine hâte. D'abord elle chercha des yeux le sceau qui permettrait de la remplir, mais découvrit bien vite le système qui permettait de la remplir sans avoir à faire de nombreux aller-retour au puits. Plus que cela : la baignoire était aménagée de telle façon qu'on pouvait allumer en dessous un feu qui, après avoir réchauffé le marbre blanc, rendrait l'eau merveilleusement chaude. Kay fit couler l'eau, alluma le feu et s'en alla dormir le temps que son bain fût prêt. Puis avec un soupir de soulagement proche de la jouissance, elle se coula dans l'eau et laissa le temps couler de même sur sa peau noire de saleté dont elle s'échina, après quelques instants de pure plaisir, à lui faire retrouver, du moins sa blancheur, son doux gris leg de la partie elfique de ses origines. Enfin, en redescendant, la semi-elfe trouva les cuisines et put y engloutir une imposante part de viande rôtie accompagnée d'une goutte de vin qui la fit se sentir parfaitement heureuse et d'attaque.

Sans attendre, elle rejoignit la salle du conseil où elle retrouva le commandeur, plongé dans ses documents, la mine soucieuse. Se sentant quelque peu indésirable, Kay toussota légèrement afin d'attirer de la manière la plus délicate possible son attention.

"Me voici messire. J'espère que je nous ai pas fait attendre..."

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Dernière édition par Kay de Kallah le Dim 21 Mai 2017 15:30, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Lun 13 Mar 2017 20:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Dirigé de Guilde pour Kay de Kallah


Le commandeur leva la tête de ses papiers dès que Kay entra dans la salle du conseil et lui désigna d'une main la chaise placée en face de lui tout en répondant à la jeune femme:

"Du tout, je pensais que vous vous reposeriez avant de venir me voir. Installez-vous, je vous en prie."

Il attendit que Kay ait pris place avant de détacher une bourse de sa ceinture et de la déposer devant elle:

"Tout d'abord, permettez-moi de vous remettre ceci en remerciement de votre dévouement passé à notre Ordre. Prenez également ce collier, c'est un symbole qui, associé à notre devise, permettra à nos membres de vous reconnaître."

Dans la bourse, Kay pourrait trouver un millier de yus, quant au collier il ressemblait à ceci:

Image


Une fois ces détails réglés, Sylayëm Illinwë passa aux choses sérieuses en dévisageant gravement son interlocutrice:

"Vous le savez sans doute, l'Ordre de l'Opale est récemment sorti d'une ère de secret ayant duré plus de vingt millénaires, cela du fait de l'inquisition féroce menée à notre encontre par les Ithilausters depuis l'arrivée des Sindeldi sur Yuimen. Nous nous affichons désormais au grand jour mais, comme vous pouvez l'imaginer, cela n'est pas sans danger. Afin d'assurer nos arrières, nous avons décidé de tout faire pour renforcer les liens de l'Opale avec les dirigeants de certains peuples. Les Hinïons et les Thorkins d'Hidirain en Imfitil, le Royaume Kendran, l'Anorfain, le Royaume de Mertar et l'Ynorie sur Nirtim."

Il marqua une pause pour laisser Kay l'interroger si elle le souhaitait, puis il reprit:

"Ces liens, si nous parvenons à les créer, nous protégeront mieux qu'une armée et nous permettront peut-être à terme de reprendre place au Naora, ce qui est un objectif majeur de l'Opale. Mais pour l'heure, nous sommes d'illustres inconnus pour tous les dirigeants de Nirtim et la tâche d'accroître notre influence s'annonce ardue car nous sommes fort peu nombreux. Messire Ithil oeuvre en ce moment même du côté de Luminion, une commanderie de l'Ordre vient d'y ouvrir d'ailleurs mais, si crucial que soit l'appui de ce duché, cela ne suffira évidemment pas. C'est l'appui du Roi Solennel qu'il nous faudra, au final. Or nous avons un sérieux problème à Kendra-Kâr: un Ithilauster très influent politiquement au Naora et farouche ennemi de l'Opale y est arrivé voilà quelques temps. Et je ne crois pas que ce soit un hasard."

Il laissa filer quelques secondes avant de poursuivre:

"Ce prêtre, qui se nomme Averenn, est le père de Llyann N'har Thelwë. Il a réussi à infiltrer des espions au sein de l'Opale de Lune en Hidirain et il est très certainement responsable de la mort de la mère de Messire Ithil et de la trahison de son père. Nous savons donc de manière certaine qu'il souhaite éradiquer notre Ordre, il semblerait même qu'il en ait fait sa priorité. Partant de là, vous comprendrez que sa présence à Kendra-Kâr à l'heure où l'Opale tente de se positionner dans le Royaume Kendran nous inquiète fortement. Ce qui m'amène à la mission que l'Ordre souhaiterait vous confier:

Découvrez ce qu'il manigance et contrez son action si elle s'avère être dirigée à notre encontre. Ce maudit prêtre est capable de mettre toute notre stratégie en péril, ce que nous ne pouvons permettre. Aussi, les moyens pour l'empêcher de nous nuire seront à votre discrétion. Toutefois, n'oubliez pas qu'il s'agit d'un adversaire extrêmement puissant, ne vous risquez pas à le défier seule car vous n'en sortiriez pas vivante. Acceptez-vous cette mission cruciale pour notre Ordre, Kay de Kallah?"

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Dim 14 Mai 2017 17:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
D'un geste souple, faisant suite au geste du commandeur, Kay prit place sur la chaise, juste en face de lui. Elle se tenait droite, les mains posées à plat sur ses genoux, écoutant avec attention. Le commandeur lui fit remarquer qu'il s'attendait à ce qu'elle fût allée se reposer avant leur entretien, ce à quoi la jeune femme répondit par un sourire furtif. En réalité, de nombreuses heures de sommeil manquaient bien à l'appel pour qu'elle eût été en parfaite santé, mais, puisqu'elle prévoyait de passer la nuit en ce lieu, elle ne voyait pas pourquoi elle aurait retardé son entrevue avec le commandeur. Ce dernier, avant toute chose, fit glisser sur la table une bourse et lui tendit aussi un collier que Kay examina avec une pointe de satisfaction comme elle détaillait le bijou blanc et noir qui se présentait comme une pleine lune noire d'encre et un quart de lune nacrée entrelacées. Elle le passa à son cou et attacha la bourse de mille yus à sa ceinture. Dans une fugace pensée, elle tenta un rapide calcul de ses frais de voyage si elle prenait ce qu'il y avait de mieux - donc de plus rapide. Puis elle reporta son attention sur messire Illinwë qui la dévisageait à présent d'un air grave.

(C'est maintenant qu'on passe aux choses sérieuses.)

Il commença ses explications en lui rappelant le long secret qui avait entouré l'ordre de l'Opale jusqu'à son brusque autant que récent retour dans le monde. Il était temps pour les Danseurs d'Opale d'occuper à nouveau la place qu'ils occupèrent jadis quand les Sindeldi marchaient encore sur Eden. Mais l'ordre était évidemment fragile et se devait d'assurer ses arrières par des alliances avec les autres puissances telles que les royaumes humains. Kay hochait la tête, sans dire un mot ; Tanaëth lui avait déjà exposé tout ceci. Il était d'ailleurs parti à Luminion pour obtenir le soutient de son duc comme Illinwë le précisa - inutilement puisque Kay le savait déjà, s'étant séparé de son mentor juste avant qu'il n'y partît. Finalement, le commandeur arriva à la partie qui intéressait la demi-elfe : sa propre mission diplomatique. Il semblait qu'elle devrait se faire à Kendra Kâr. La guerrière fronça les sourcils quand son interlocuteur aborda le cœur du problème : la présence, dans les alentours plus ou moins immédiats de ce qu'ils voulaient être leur prochain appuis d'un Ithilauster, un de leur plus farouches ennemis. Kay ouvrit la bouche, mais se retint de justesse. Messire Illinwë n'en avait pas terminé et sa question trouverait sûrement sa réponse dans ses prochaines paroles.

L'Ithilauster se nommait Averenn et il était soupçonné d'être le responsable de la mort de la mère de Tanaëth ainsi que de la trahison de son père. Pour ne rien gâter, il avait certainement des espions à l'Opale de Lune. Kay retint de peu un soupir qui aurait pu être mal interprété. Mais elle repensait à ce majestueux lieu de guilde qu'elle n'avait même pas encore eu l'occasion de voir. Ils étaient déjà si peu et voilà qu'il y avait des espions parmi eux... Voulant ne point y penser, elle se concentra davantage sur ce que lui disait le commandeur. Sa mission, en tant que telle, était de découvrir quelles étaient les intentions d'Averenn et de les contrer s'il arrivait qu'elles fussent contraires à l'ordre. Kay laissa échappa un sourire amer. Avec un tel personnage, c'était le contraire qui serait étonnant (si on voulait son avis). Évidemment, tant qu'elle restait discrète, la guerrière aurait à son choix toutes méthodes. Mais il lui était fortement déconseillé d'aller directement se confronter à Averenn, trop puissant pour elle.

(Tss...)

Illinwë avait fini de parler. Kay laissa passer quelques secondes avant de relever la tête pour le fixer droit dans les yeux.

"Bien sûr que j'accepte cette mission. Avec joie, même."

Sans se presser, elle se releva et poussa délicatement la chaise contre la table. Cependant, elle ne sortit pas tout de suite. Il lui sembla qu'elle devait poser davantage de questions. Les souvenirs de sa brève excursion sur un autre monde lui revenait. Elle se souvint de l'éternelle discussion avec les humaines. Toutes ces questions que ne cessait de poser Tanaëth... Oui, bien sûr que, lui, aurait posé des questions. Des dizaines de questions. Mais elle n'était pas Tanaëth. Son manque naturel de curiosité, sa tendance à abréger toutes discussions qu'elles fussent amicales ou strictement professionnelles, faisaient qu'elle était incapable de savoir quelles informations lui manquaient - et de les réclamer. C'était sur place qu'elle aviserait. Qu'elle réfléchirait. Aussi annonça-t-elle d'un air qu'elle voulait dégagé, mais qui ne le fut pas tant que cela :

"Je me mettrai en route dès demain matin. Mais d'ici-là, j'aurais une... demande à vous faire."

Ce qu'elle s'apprêtait à demander n'était pas facile. À peine quelques heures plus tôt le commandeur se plaignait des nouvelles recrues qui ne connaissaient rien à la manière de combattre des Sindeldi. Bien que Kay fût désormais loin d'un enfant agrippant pour la première fois la garde d'une épée, elle n'en était pas pour autant un combattant chevronné. Elle avait encore besoin d'apprendre, mais c'était délicat lorsqu'on l'envoyait justement pour une mission "cruciale". Prenant une large inspiration, elle finit par oser.

"On m'a dit que vous connaissiez de nombreuses danses. Avant mon départ, si cela est possible, j'aimerais bien en avoir une démonstration s'il vous plait."

Et d'un sourire honnête, elle appuya sa demande.

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Dernière édition par Kay de Kallah le Dim 21 Mai 2017 15:37, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Mer 17 Mai 2017 12:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Dirigé de Guilde pour Kay de Kallah


Le commandeur hocha gravement la tête, en signe de remerciement sans doute, lorsque Kay déclara accepter la mission qu'il souhaitait lui confier. Mais alors que déjà elle se levait, il ajouta:

"Nous avons un agent de l'Ordre à Kendra-Kâr, une jeune Sindel du nom d'Estë. Vous la trouverez à l'auberge de la Tortue Guerrière, elle pourra certainement vous fournir quelques informations quant à cet Ithilauster."

La demande que Kay lui adressa ensuite ne sembla pas le contrarier:

"Je peux en effet vous enseigner certaines Danses, si vous le souhaitez. Toutefois je dois vous informer que ces enseignements ont un coût, bien que nos membres bénéficient de prix largement moindres que tout ce que vous trouverez ailleurs. C'est une tradition qui a permis à l'Ordre de subvenir à ses besoins tout au long de son histoire et qui nous permettra, je l'espère, d'acquérir prochainement quelques nouveaux lieux pour étendre notre influence. Que souhaitez-vous apprendre?"

Il détailla brièvement les techniques qu'il pouvait transmettre ainsi que leurs prix, modestes en comparaison de ceux pratiqués par toute autre école. Une fois que Kay aurait fait son choix, il lui montrerait et lui expliquerait les Danses en question avec patience et bienveillance dans la salle même où ils se trouvaient. Après quoi ses obligations l’appelleraient, la jeune femme ne le reverrait plus jusqu'à son départ pour la capitale Kendrane.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opales)
MessagePosté: Jeu 18 Mai 2017 19:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
"La Tortue Guerrière... Je m'en souviendrai."

Kay hocha la tête en prononçant ces mots, son esprit gravant aussitôt ces noms dans sa mémoire : Estë, l'auberge de la Tortue Guerrière. C'était à cette elfe grise que la jeune femme aurait des questions à poser et, étonnamment, elle en avait déjà quelques unes en tête, par la simple anticipation de son arrivée dans les rues bruyantes et colorées de Kendra Kâr. Cependant, le fin nuage de ses pensées fut dissipé par le commandeur qui répondait désormais à sa particulière demande. Contrairement à ce qu'elle avait cru, il ne présentait pas le visage de quelqu'un déçu ou qui se demandait pourquoi il avait choisi pour une mission cruciale cette personne sachant à peine tenir une arme.

Messire Illinwë se releva pour lui détailler avec précision quelles techniques il maîtrisait et pourrait ainsi lui transmettre. Il fut ainsi décidé que la demi-Sindel apprendrait les bases de deux d'entre elles ; la Danse des sabres et l'Adresse de guerre (pour la modique somme combinée de 490 yus qui permettrait l'ouverture d'un nouveau refuge pour l'Ordre de l'Opale, ce que Kay considérait non sans une certaine envie) qui toutes deux lui seraient utiles sur le long chemin qui était celui d'un véritable maître d'armes.

Sylayëm ne se déplaça pas ; la salle où ils se trouvaient, bien qu'occupée en son centre par une massive table en bois, n'en restait pas moins suffisamment grande pour ce genre d'entrainement. Le commandeur commença par montrer à Kay l'Adresse de guerre qui permettait de concentrer son Ki et son agilité pour une meilleure précision. Cela allait au dépens de la force des coups, mais, si le combattant l'utilisait à bon escient, il n'y avait aucune raison pour que ce léger désavantage ne donnât aucune prise à son adversaire. Bien entendu, la démonstration en tant que telle était difficilement perceptible et Kay dû, dans un premier temps, se contenter d'un aspect assez théorique de la chose. La Danse des sabres, pour sa part, était ce que la guerrière recherchait : une mortelle danse. Elle sourit presque en voyant Sylayëm, s'étant saisi de deux épées, l'une pour chaque main, agilement, esquisser ce qui ressemblait à une danse paysanne, mais où, à son inverse, le partenaire en face était laissé pourfendu de part en part, si vite qu'il n'avait que peu de chances de parer un seul coup. Kay, qui s'était assise pour mieux observer, bondit sur ses pieds dès la fin de la démonstration et tira ses deux lames sombres, accrochées en croix dans son dos.

(C'est exactement ça que je dois maîtriser !)

C'était durant son voyage pour rejoindre Clair de Lune qu'elle avait réellement commencé une approche du combat à deux armes. Ses gestes ne se croisaient plus, ni se gênaient plus mutuellement, mais elle devait avouer que, si sa concentration, pour une raison ou une autre, se détournait de ses deux épées, celle tenue dans sa main gauche ne dansaient plus et la guerrière retournait à un combat à une seule arme. Voilà pourquoi elle se campa en face de messire Illinwë avec plus de détermination que jamais. Tout d'abord, ce dernier lui montra, lentement, le mouvement des jambes. Kay le suivait comme son miroir. Puis, aux pas de danse, il ajouta la danse du fer et prit bien soin de décomposer chaque attaque. Kay continua de l'imiter avec beaucoup d'application. Se reculant de quelques pas, il la laissa agir seule. Ce fut lent, mais la pointe de ses deux lames fut précise au centimètre près. Par quelques commentaires secs, mais non méchants, il rectifia cependant sa position et elle recommença. Il lui demanda d'accélérer. Elle obéit. Sa danse se fit plus incisive, toujours plus rapide, mais jamais sans perdre en précision. Alors, Sylayëm, passant derrière elle, lui asséna le pommeau de son épaule entre les deux omoplates. Lâchant un cri de douleur, Kay s'effondra sur les genoux.

"Tu as acquis cette technique, il n'y a pas le moindre doute dessus. Mais tu te concentres trop dessus ce qui t'amènes à faire abstraction de ton environnement complet. Là est ta faille. Il va falloir te concentrer là-dessus. Malheureusement, je ne peux pas rester plus longtemps, les affaires m'appellent."

"Je comprends. Merci de votre temps et de vos savoirs."

La demi-elfe inclina respectueusement la tête pour saluer le départ du commandeur. Elle, pour sa part, resta encore une longue heure à répéter, inlassablement, la danse des sabres afin qu'elle lui fût aussi naturelle que la marche. Finalement, le moindre de ses muscles au supplice, elle reprit la direction du dortoir où, parvenue à sa chambre, elle se fit couler un généreux bain, le deuxième de la journée - elle partait le lendemain, c'était bien un caprice auquel elle pouvait satisfaire. Plongée jusqu'au nez dans l'eau chaude dont les vapeurs dessinaient de délicates spirales au-dessus de sa tête enrobée d'une douce torpeur, la maître d'armes se laissa aller à penser à des choses simples. La vie chez elle, celle qui était la sienne quand elle n'était encore qu'un enfant, à la ferme, entourée de ses parents aimants, de ses frères protecteurs. C'était drôle à quel point cette vision était pour elle la représentation du vrai bonheur - et qu'elle l'aurait perdu à jamais.

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Dim 17 Sep 2017 15:19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Il me faut sept jours, au lieu des cinq prévus, pour parvenir enfin à la citadelle de Clair de Lune. Bien qu'en théorie il suffise de suivre le fleuve vers l'aval depuis Mertar, le relief tourmenté de la région contraint le voyageur à moult détours et il est aisé de s'égarer dans des culs de sacs ou des vallons filant en définitive dans d'autres directions. Malgré mes quelques errements, c'est après ce court voyage sans autres histoires que je découvre enfin ce haut-lieu de notre ordre aux allures de palais bien plus que de forteresse. Ses bâtiments aux formes arrondies, ouvragés de nombreuses arches arachnéennes, illustrent magnifiquement les antiques arts des bâtisseurs Elfes. Sa position au milieu du fleuve tumultueux en fait un lieu à la fois sauvage et paisible, en parfaite harmonie avec son environnement, mais aussi un lieu difficile d'accès. Seuls deux étroits pont-levis solidement défendus par des fortifications permettent d'y entrer, reliant la forteresse aux deux rives du fleuve et rendant par là même un siège fort délicat puisqu'il faudrait bloquer les deux rives pour qu'il soit efficace. Lorsque je m'approche du pont de la rive ouest, sur laquelle je me trouve, quatre Elfes en armes se placent en travers du passage, pas ouvertement menaçants mais néanmoins vigilants. L'un d'eux me hèle tandis que j'avance vers eux:

"Salutations voyageur. Que nous vaut votre présence à nos portes?"

Les gardes nous observent, mon Ithilartëa et moi, avec une certaine inquiétude mêlée d'admiration, sans doute n'ont-ils pas souvent des visiteurs aussi rares qu'un Silnogure ou aussi somptueusement armés que je le suis, mieux vaut que je les rassure avant qu'ils ne rameutent toute la garnison:

"Bonjour, guerriers de l'Opale. Je me nomme Tanaëth Ithil et je suis des vôtres. C'est par ma seule volonté que mes armes se meuvent. Veuillez je vous prie informer Messire Illinwë de mon arrivée, il vous confirmera mon identité."

"Vous êtes le seigneur Ithil?! C'est un honneur de vous rencontrer, Messire. Venez, le Commandeur Illinwë attendait votre arrivée avec impatience."

"Tout l'honneur est pour moi, Fils de Sithi. Nous aurons le temps de faire plus ample connaissance, je l'espère, mais pour l'heure je vous suis, il serait peu courtois de faire patienter ce cher Sylayëm."

Conduit par mon guide, je découvre avec admiration l'intérieur majestueux de la citadelle, elle n'a rien à envier à l'Opale de Lune des environs d'Hidirain et me rappelle étrangement à quel point notre ordre est ancien et ancré dans l'histoire Sindel. Il fallait avoir une foi inébranlable en ce qu'il représente pour bâtir une telle oeuvre des millénaires après l'Exode et malgré l'inquisition terrible menée par les Ithilausters sur Yuimen. Nous ne sommes plus que l'ombre de ce qu'étaient les Danseurs d'Eden, d'une certaine façon, mais ici comme en Hidirain souffle un vent de renouveau. La fierté d'appartenir à cet ordre ancestral brille à nouveau dans les regards, l'espoir de retrouver un jour notre place parmi les nôtres s'est embrasé et, bien qu'il y ait quelque chose d'écrasant dans le rôle que j'ai accepté d'endosser, c'est aussi et surtout exaltant, galvanisant.

Nous retrouvons le Commandeur dans une salle d'entraînement, en compagnie d'une Sindel que je reconnaîtrais entre mille d'un seul coup d'oeil: Llyann'tar Thelwë. Je marque une halte en la découvrant ici, voilà bien une chose à laquelle je ne m'attendais pas, une surprise qui emplit mon coeur de joie et fait naître un franc sourire sur mes lèvres. Elle et Sylayëm ne tardent pas à réaliser ma présence et interrompent leurs passes d'armes, ce dernier se contente de sourire en inclinant le visage mais Llyann se jette si impulsivement dans mes bras que nous manquons de peu tomber à la renverse. Je la fais tournoyer dans les airs en riant avant de la serrer contre moi avec force, Dieux que cela fait du bien de la revoir! De tous les êtres vivants sur Yuimen elle est celle dont je me sens le plus proche, la seule peut-être à qui je voue une confiance absolue, malgré les circonstances troubles de notre première rencontre. Je ne peux oublier les paroles du Gentâme, qui la rendaient responsable de mes ennuis, mais quelle importance aujourd'hui? Je sais que cela n'avait rien de volontaire, le véritable fautif n'est autre que son père, Averenn, mon ennemi mortel depuis plus de trente années. Nous finissons par nous détacher l'un de l'autre et je vais serrer amicalement les poignets de Sylayëm, un salut de guerriers, je le connais somme toute assez peu mais j'ai néanmoins appris à l'apprécier durant mon séjour en Hidirain et je connais son dévouement sans faille à la cause de notre Ordre.

Nous bavardons un moment de tout et de rien, puis Llyann me conduit dans l'une des tours où se trouvent, m'apprend-elle, des appartements pour les visiteurs. Ces derniers sont vastes et lumineux, pourvus de tout le confort que l'on pourrait exiger et même, summum du luxe, de grandes baignoires alimentées en eau chaude par un ingénieux système. Je hausse un sourcil lorsque Llyann referme la porte derrière elle, apparemment elle n'a pas l'intention de quitter la pièce dans l'immédiat car elle me sourit d'un air narquois:

"Enlève tes frusques crasseuses, tu as vraiment besoin d'un bain."

Elle exagère, je me suis lavé chaque jour dans les eaux glaciales du torrent, mais je la sais têtue et sa présence ne me dérange pas, nous avons laissé notre pudeur quelque part dans les tréfonds du Rock Armath. Je me contente d'un haussement d'épaules et obtempère, amusé de voir qu'elle juge avoir elle aussi besoin de se décrasser. Lors de nos dernières rencontres il y avait Ethël entre nous ou, plutôt, ma naïveté de croire que je pourrais l'épouser et vivre en paix à Hidirain, entouré d'une famille comme le commun des gens. Mais aujourd'hui ces illusions se sont estompées, je sais que je n'endosserai probablement jamais un tel rôle. Je suis un combattant, la Lame de Sithi, ma vie est et sera d'errances et de combats, elle s'achèvera sous une lame quelconque, demain, dans un siècle ou un millénaire, qu'importe? Seul le présent compte, vivre maintenant, intensément, libre et entier, c'est la seule manière que j'aie trouvée pour éviter de sombrer dans les ténèbres. Plus tard, blottie contre moi, Llyann murmure:

"Il faut que nous parlions, Tanaëth. J'ai reçu des nouvelles du Naora et j'ai appris que mon père se trouvait à Kendra-Kâr. Sylayëm y a envoyé Kay de Kallah pour découvrir ce qu'il manigance, une décision que je ne suis pas certaine d'approuver mais il n'avait personne de plus qualifié qu'elle pour cette tâche."

"Hum. C'est risqué, oui, ton père n'est pas un adversaire à sa portée. Enfin, il a pris la décision qui lui semblait la meilleure, reste à espérer que Kay soit prudente. Et ces nouvelles du Naora, quelles sont-elles?"

"La situation générale est de plus en plus tendue, les Ithilausters dressent les Sindeldi les uns contre les autres afin d'asseoir leur pouvoir. Ils ont nommé un couple de régents mais ce ne sont que des marionnettes entre les mains de l'Ithil Taerym qui étend sa domination jour après jour. La reconstruction de Tahelta traîne faute de fonds, la colère gronde au sein du peuple qui pense que les prêtres s'accaparent les richesses du pays."

"Ce qui n'aurait rien de bien étonnant, ils ne se sont jamais privés..."

"Non, c'est certain. Mais il semblerait que cela ait empiré. D'après ta parente Ylis la situation est devenue vraiment explosive, il suffirait de peu de choses pour qu'une guerre civile éclate. Et s'il y a une personne en qui j'ai confiance pour analyser ce genre de choses, c'est bien elle."

Je ne connais cette lointaine parente que de nom, je sais qu'elle dirige une citadelle de notre Ordre au Naora, l'Aura de Syriën, dissimulée dans les montagnes au nord de Tahelta, mais c'est à peu près tout. Toutefois je sais pouvoir me fier au jugement de Llyann qui, elle, l'a rencontrée voilà bien des années de ça.

"Il y a autre chose...cela fait maintenant un certain temps que tes parents ont disparu et tu n'es pas retourné au Naora depuis de nombreuses années. Les vautours commencent à se disputer ton héritage, dans peu de temps il sera accaparé par le clergé, si tu veux faire valoir tes droits tu ferais bien de ne pas trop tarder."

"Je risque le bagne si je retourne à Nessima, Llyann, j'en ai été banni. Enfin, j'ai bien une idée pour résoudre ce problème, mais les inconnues sont si nombreuses que cela reviendrait à jouer à pile ou face."

"Tu oublies ma mère. Son appui te sera acquis, or c'est une amie proche d'Asuran 'tar Thinel, elle saura le convaincre de lever sa plainte. Et s'il la lève, ton bannissement appartiendra au passé."

"Elle ne le convaincra pas si aisément que tu sembles le penser, mon refus d'épouser sa fille cadette l'a profondément offensé, il a fait des pieds et des mains pour me faire bannir. Il aurait cependant échoué si ton père ne s'en était pas mêlé, qu'il s'en mêle cette fois encore, ce qui est plus que probable, et c'est à Raynna que je finis."

Lyann me sourit d'un air matois et remarque doucement:

"Mon père est sur Nirtim, actuellement. Il se préoccupe beaucoup de l'influence que nous pourrions acquérir au sein du royaume Kendran, en partie parce qu'il craint que nous incitions le prince Naémin à revendiquer ses droits. Rares sont les Ithlausters à le vouloir pour roi, il paraît que ce jeune Sindel n'est guère malléable. Nous pouvons faire en sorte que mon père ait de bonnes raisons de s'inquiéter et qu'il demeure dans la région. Si tu agis rapidement tu le prendras de court, il ne s'attend certainement pas à ce que tu aies l'audace de retourner à Nessima."

"Mmm. Admettons. Reste qu'il connaît mon appartenance à l'Opale et qu'il pourrait aisément m'accuser d'hérésie. Enfin, il lui faudrait de solides preuves, si je parvenais à faire rétablir mes droits, mais c'est tout de même un risque à ne pas négliger. Et cela ne résout pas le problème d'Asuran. Je ne vois qu'une chose susceptible de l'apaiser, en fait."

Le sourire de mon amie devient ouvertement moqueur alors qu'elle réplique:

"Il n'y en a qu'une, en effet: il faut que tu honores l'engagement de tes parents et que tu épouses sa fille."

"En admettant que Tsirith ne soit pas déjà mariée depuis des années."

"Elle l'est, elle habite Balsinh maintenant."

"Eh bien, voilà qui règle la question."

"Pas tout à fait. Il a une autre fille, l'aînée, qui est toujours célibataire."

Je dois me creuser les méninges pendant quelques instants pour me souvenir d'elle, de son nom du moins car je ne me rappelle pas l'avoir déjà croisée. Avec la réminiscence de son nom m'en viennent d'autres, qui me font légèrement grimacer:

"Sylënn? Par Sithi, elle a la réputation d'être plus froide qu'un glaçon, ce n'est pas elle qui a humilié armes à la main je ne sais combien de prétendants devant toute la ville?"

"Précisément. Elle n'a aucune intention d'épouser qui que ce soit mais, comme elle est très sûre d'elle et de ses talents martiaux, avec raison d'ailleurs, elle a promis à son père qu'elle se marierait avec celui qui parviendrait à la dompter armes au poing."

"Hum. Elle est pourrie ton idée, Llyann. Si je gagne j'hérite d'un glaçon qui n'a aucune envie d'un mari, et si je perds je serais la risée de toute la ville. J'ai connu plus réjouissant comme plan..."

"Cesse de faire l'enfant, Tanaëth, tu sais comme moi que tu n'auras pas de meilleure opportunité."

J'en maugrée de dépit, sachant fort bien qu'elle a raison, mais l'idée de m'engager dans une union pour des motifs aussi triviaux et bassement calculateurs n'a rien pour m'enchanter. S'il n'y avait que la question de mon héritage ma réponse serait un non franc et définitif, mais un tel mariage serait aussi un atout considérable pour un futur retour des Danseurs au Naora. L'oncle de Sylënn est l'un des cinq Ithil Aenors, un allié de poids et ce n'est pas le seul membre influent de la famille Thinel. cela ne me plaît pas, mais je serais un imbécile de laisser mes états d'âme me détourner de mon devoir. J'ai fait un serment à notre Mère, il est temps de faire le nécessaire pour être en mesure de l'honorer un jour. Résigné, je finis par soupirer:

"Est-ce qu'on t'a déjà dit que tu n'étais qu'une vile manipulatrice?"

"J'ai été à bonne école et...arrête, il faut qu'on se prépare, Sylayëm nous attend pour le banquet!"

"Eh bien il attendra un peu, il faut que je fasse quelques réserves de chaleur Elfique si je dois passer le reste de ma vie avec une incarnation de Yuia!"

Le banquet attendra probablement plus qu'un peu mais tant pis, il faut bien qu'il y ait quelques menus avantages à être responsables de l'Opale.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Dim 17 Sep 2017 20:50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
La soirée se déroule sous les auspices d'un fastueux banquet auquel participent tous les habitants de la citadelle, exception faite des quelques gardes de faction. Une cinquantaine d'Elfes, des Sindeldi et des Hinïons principalement, de semi-Elfes et d'humains constituent la population, bien réduite en réalité par rapport à la capacité maximale de la forteresse. Mais nos rangs ne tarderont pas à s'étoffer maintenant que l'ordre est sorti de son secret séculaire et que nous avons ouvert une première commanderie à Luminion. Tard dans la nuit, alors que Llyann et moi regagnons nos appartements, elle remarque soudain en m'observant d'un regard perçant:

"Tu boites, maintenant? Il y a un très bon rebouteux ici, tu devrais aller le voir."

"J'ai pris un bout de montagne sur le pied et je n'avais plus de fioles de soin, ça ne s'est jamais bien remis. Je m'y suis passablement habitué mais ça reste ennuyeux. J'irai voir ton rebouteux demain, bien que je doute qu'il y puisse grand chose parce que ça commence à dater."

Après une courte nuit, Llyann me conduit chez le rebouteux en question, un vieil humain que j'ai brièvement croisé lors du banquet. Il ausculte longuement mon pied et le palpe sous toutes ses coutures avant de marmonner:

"Vous auriez dû aller voir un guérisseur plus tôt, l'ami. Je pourrais certainement remettre vos os en place, mais je devrais commencer par vous ouvrir le pied pour les casser une nouvelle fois et vous dégusteriez salement. Et vous auriez besoin d'une sérieuse convalescence après."

La douleur ne m'effraie pas, mais devoir m'attarder ici des semaines n'arrange guère mes plans. Toutefois cette blessure me handicape tout de même passablement en combat, mieux vaut perdre quelques semaines maintenant que la vie plus tard:

"Faites ce que vous avez à faire, en ce cas."

Le vieil homme me tend une gourde d'alcool que je refuse d'un signe de tête, cela ne ferait qu'amoindrir ma résistance mentale à la souffrance. Le rebouteux hausse les épaules et va chercher une lourde sacoche de cuir qu'il ouvre, dévoilant ce qui ressemble si fort à la parfaite panoplie du sadique que j'en grimace bien malgré moi. La fine lame qu'il utilise pour m'ouvrir les chairs est presque indolore tant elle est affûtée, mais il en va tout autrement du petit burin et du marteau dont il use pour casser les os mal ressoudés. Comme annoncé je déguste prodigieusement et je n'ai pas trop de toute ma volonté pour m'empêcher de hurler et de me débattre comme un possédé. Je sens des gouttes de sueur ruisseler sur mon visage et mes mâchoires sont si serrées qu'elle en deviennent presque aussi douloureuses que mon pied charcuté. Des flots de sang inondent la table de marbre sur laquelle je suis allongé, en telles quantités que je ne tarde pas à avoir des vertiges, la tentation de me laisser aller dans l'inconscience est grande, mais je me refuse à y céder, par pure fierté. Les minutes qui s'écoulent ensuite, alors que le guérisseur manipule les petits ossements de mon pied pour les remettre à leur juste place, me semblent longues comme des heures. Chaque seconde qui s'égrène me vaut des piques de souffrances si lancinantes que j'en viens à me demander si je vais parvenir à rester réveillé jusqu'au bout malgré ma tolérance à la douleur. Le vieil homme est adroit pourtant, il ne traîne pas, ses gestes sont précis et sûrs, ce dont je lui sais gré. Néanmoins c'est une éternité qui me semble s'être écoulée lorsque, enfin, il achève de me recoudre et entoure mon pied d'un bandage serré dans lequel sont incluses de petites baguettes rigides de bois. La douleur ne cesse bien entendu pas pour autant, mais elle redevient tolérable, du moins par rapport à celle qui a précédé.

"Voilà, c'est fini. Revenez me voir demain, il faudra changer le bandage."

Je ne parviens qu'à hocher légèrement la tête en guise de réponse, quant à me lever, cela me serait tout bonnement impossible si Llyann n'était pas là pour me soutenir. Elle me raccompagne au rythme d'un escargot atteint d'arthrite jusqu'à notre chambre où je peux enfin m'effondrer comme une masse, vidé jusqu'à la moelle des os par ce combat mental que je viens de livrer.

Les jours succèdent aux jours et, peu à peu, la blessure devient moins sensible et je peux commencer à mettre un vague poids sur mon pied. Il me faut près d'un mois avant de pouvoir remarcher à peu près normalement, bien qu'avec un manque de souplesse consternant. Je mets ce temps à profit pour faire connaissance de tous les habitants de Clair de lune, discuter longuement avec Llyann et Sylayëm et consulter bon nombre de récits et de légendes concernant le passé de l'Ordre. Ces occupations m'évitent de rager contre cette inactivité forcée et le temps perdu bien que, d'après Llyann, je sois littéralement invivable à certains moments. Vient ensuite le temps de la rééducation, une période que j'accueille avec soulagement car le besoin de me défouler devenait vraiment pressant.

A partir de cet instants je passe mes journées à m'entraîner et à entraîner les membres de l'Opale, à commencer par Sylayëm qui, à ma grande surprise, maîtrise finalement très peu de techniques de combat construites. Une lacune qu'il me semble nécessaire de combler, il est le premier maître d'armes de l'Opale sur Nirtim et de ses compétences dépendront celles des futurs Danseurs. Je lui enseigne une dizaine de techniques différentes, et j'en apprends deux de lui. La première, un coup de fourreau, est aisément assimilable et susceptible de surprendre durement un adversaire, une journée me suffit pour la maîtriser parfaitement. La deuxième en revanche s'avère autrement complexe, c'est une technique dite des "cent lames" qui consiste à accélérer la cadence de manière phénoménale de façon à ce que l'adversaire ait l'impression qu'une centaine de lames lui déferlent dessus. Accroître le rythme ne me pose pas vraiment de problème, mais le faire en conservant une précision correcte et en ne se laissant pas déséquilibrer par l'inertie des coups est une toute autre paire de manches. Cette tactique me demande presque une semaine entière de travail mais, lorsque je parviens enfin à la reproduire parfaitement, c'est une véritable avalanche de coups qui s'abattent sur le pauvre Sylayëm qui n'en mène pas large à cet instant. Je mesure à ce moment l'ampleur du chemin parcouru en quelques années, la dernière fois que j'ai combattu contre lui, en Hidirain, je n'étais pas parvenu à le toucher une seule fois alors aujourd'hui j'ai l'impression d'entraîner un apprenti doué. De quoi laisser un peu songeur, sachant que cette évolution est issue d'une voie pavée de tant de cadavres que j'en ai perdu le compte depuis longtemps.

Quoi qu'il en soit le moment est venu pour moi de reprendre la route, en direction de Kendra-Kâr dans un premier temps, lieu où je trouverai un Aynore pouvant m'emporter jusqu'à Tahelta. Muni de tout ce que ce voyage de près d'un mois requiert, je salue tout un chacun, certaine un peu plus longuement que les autres, puis je me mets en chemin sans me retourner. Clair de Lune est entre de bonnes mains, j'en ai maintenant la certitude, le temps passé ici n'aura pas été perdu finalement.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Lun 18 Juin 2018 20:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
Pour la seconde fois en peu de jours, Kay se retrouvait à nouveau dans la salle au plafond élevé et au centre de laquelle trônait une gigantesque table tout en longueur. Sa main caressa le bois du meuble - un bois solide, mais élégant, comme toute chose l'était, en ce lieu. Le commandante de ladite place, Sylayëm Illinwë, finissait de rédiger quelque chose. On l'avait interrompu pour le prévenir de son arrivée et de sa requête pour une audience immédiate et il avait accepté. D'un geste, il l'avait invitée à s'asseoir près de lui. Kay s'était avancée, sans quitter la table du bout de ses doigts, mais resta debout. En réalité, ce n'était peut-être pas tant toutes les courbatures que retenait son corps et qui étaient en large part dues aux nombreuses heures passées sur la selle de Chevauchante, que sa fatigue mentale, sa nervosité qui lui collait la peau depuis une certaine nuit encore trop présente à sa mémoire, qui l'empêchait d'accepter ce siège. Sylayëm n'en prit pas ombrage ; il s'arrêta d'écrire, posa avec délicatesse sa plume et se recula un peu par rapport à la table.

"Je ne m'attendais pas à vous revoir de si tôt, je vous l'avoue."

Kay laissa ses yeux vaguer dans le vide et faire le tour de l'imposante pièce, voyant tout, mais sans rien regarder, sans s'attacher à aucune colonne, aucun détail de l'architecture ou des décorations savamment sculptée dessus pour l'affiner. Ses doigts tapotaient la table et rendait un bruit sourd - presque inaudible. Finalement, elle inspira et délivra sa réponse par le même coup.

"Oui. Ma mission ne s'est pas... exactement déroulée comme prévue."

Cette fois-ci ses yeux vinrent se poser directement sur Sylayëm. Elle avait besoin de dormir. Cette réflexion la frappa dans un bref instant. Elle déglutit et se passa la main sur le visage, tentant de reprendre et contenance et ses esprits égarés au loin. Depuis cette nuit-là, elle ne dormait plus. Davantage que l'état de veille constant auquel ses poursuivants l'avait poussée, elle n'avait guère envie de fermer les yeux et dormait mal quand même elle y arrivait. Mais elle devait se reprendre. Faire son rapport. Oui, voilà : se concentrer là-dessus. La guerrière cligna plusieurs fois des yeux, très rapidement. Elle était perdue. Comment on faisait un rapport déjà ? Les événements qui s'étaient produits à Kendra Kâr semblaient remonter à si loin, déjà ! Concentration !

"J'ai... trouvé Estë, comme vous me l'aviez demandé. Elle a pu me renseigner sur Averenn et... il cachait bien quelque chose. J'ai pu le suivre. Il avait rendez-vous dans la vieille arène. Il y avait lui et... un semi-Shaakt."

Soudain, tout lui revint dans un éclair, comme une bouffée de cet air plein de sable et de ténèbres et ces voix chuchotantes entre celles des rats qui lui couraient entre les jambes. La jeune femme rapporta très fidèlement la conversation qu'elle avait surprise dans la vieille arène. Du moins, jusqu'à ce qu'elle se fasse repérer.

"Ils m'ont capturée, mais Estë m'a aidée et j'ai réussit à m'échapper."

Elle avait eu peur. Elle sentait encore cette peur, quelque part dans son ventre. La même peur qui avait nourri l'énergie de ses combats et qui s'était cependant retirée depuis peu, ne laissant qu'une faim grondante - celle de la vengeance pure et simple. Tout son corps hurlait au repos, chacun de ses membres aspirait à calmer ses nerfs, ses blessures, ses courbatures. Son esprit, même vacillait, par moment. Mais elle ne voulait rien lâcher car elle sentait que cela la rendait paradoxalement plus vive, plus prête à se battre. Là, maintenant. "S'échapper" oui, s'échapper pour revenir à brides abattues ici, dans la citadelle de l'ordre, près de Mertar. Un nouvel éclair de pensée - ce n'était plus que comme cela qu'elle fonctionnait désormais. Elle comprit qu'ils savaient où la trouver. Très certainement. Ils ; les chasseurs de prime qui étaient à la poursuite de sa tête et à la solde d'Averenn. Chaque nuit, elle les avait combattu, vaincu, tué. Mais il y en avait toujours et au plus elle s'approchait de Clair de Lune, pas moins elle en rencontrait sur son chemin. Avaient-ils trouvé la citadelle ? C'était probable. Et les Garzoks, ceux dont avait parlé l'hybride lors de leur combat, ils étaient proches eux aussi. Tant d'ennemis. Qui bientôt viendraient briser les verrous de leurs portes. Kay abattit son poing sur la table, s'en étonna presque durant une seconde, mais reprit vite contenance pour fixer Sylayëm.

"Une troupe de Garzoks va bientôt attaquer Clair de Lune. C'est pour cela que je suis revenue aussi vite que j'ai pu. Je ne suis pas certaine qu'ils connaissaient notre position exacte, mais je n'ai pas envie de le découvrir. S'il vous plaît Commandeur, laissez-moi rassembler tous nos guerriers pour sortir à leur rencontrer. Nous les attaquerons par surprise et nous les vaincrons, je vous le promets."

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Ven 22 Juin 2018 23:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6798
Localisation: Nessima, Naora
Intervention de Guilde pour Kay de Kallah


Le commandeur de Clair de Lune s'adossa confortablement dans son fauteuil pour écouter avec attention le rapport de Kay. Et tout le temps qu'il dura, son regard acéré resta rivé aux prunelles de la jeune femme, comme s'il sondait son âme au-delà de ce qu'elle voulait bien lui révéler. Ce n'est qu'après qu'elle lui ait adressé sa demande exaltée qu'il détacha les yeux d'elle pour contempler durant quelques instants le paysage visible par les fenêtres. Puis son attention se reposa sur Kay, affûtée comme la meilleure des lames, tandis qu'il désignait à nouveau le siège en face de lui:

- Asseyez-vous.

La proposition n'en était plus une, cette fois, c'était un ordre. Il attendit patiemment qu'elle prenne place avant de poursuivre en souriant légèrement:

- Vous avez rempli votre mission au-delà de mes espérances, Kay de Kallah. Les informations que vous m'apportez sont précieuses, et le simple fait que vous soyez revenue en vie prouve votre vaillance et votre dévouement à notre Ordre. A dater de ce jour, vous porterez le grade de Danseuse d'Opale. Félicitations, soyez fière de ce titre car vous rejoignez une légende d'honneur et de bravoure qui a traversé les âges et qui perdure aujourd'hui encore dans le coeur de bon nombre de Sindeldi.

Il marqua une brève pause avant de poursuivre, le visage plus grave:

- Toutefois, je ne puis accéder à votre demande. Nous ignorons le nombre de nos ennemis, leur localisation. Nos forces pourraient s'avérer insuffisantes pour mener une attaque frontale. Sans compter que cela nous obligerait à dégarnir dangereusement les défenses de notre citadelle. Imaginez un instant qu'ils vous contournent et qu'ils arrivent ici alors que tous nos guerriers sont en train de battre la campagne à leur recherche, qu'arrivera-t-il, selon vous? Je ne prendrai pas un tel risque, bien que je comprenne parfaitement votre désir d'en découdre.

Il remplit un verre d'un vin sombre et capiteux, puis le poussa en direction de Kay:

- Autre chose: vous avez des assassins aux trousses, nos guetteurs les ont aperçus dans les environs. La prochaine fois, ne me dissimulez pas ce genre de...détail, voulez-vous? Mais je mettrai cette omission sur le compte de l'épuisement qui vous terrasse visiblement.

Une nouvelle pause, pensive, puis il acheva:

- Voici comment nous allons procéder: en premier lieu, vous irez vous reposer. La fatigue tue aussi sûrement qu'une lame et le Seigneur Ithil ne me pardonnerait pas de vous envoyer au combat dans l'état où vous êtes. Lorsque ce sera fait, vous choisirez une dizaine d'hommes, et vous me dénicherez ces maudits Garzoks. Vous les harcèlerez si cela est possible sans prendre des risques inconsidérés. Embuscades, pièges, assauts éclairs, à vous de choisir les armes de ce combat. Mais quoi qu'il arrive, vous ferez en sorte de revenir ici avant qu'ils ne nous assiègent. Vous assumerez alors la défense de la citadelle, il est temps pour vous d'endosser des responsabilités au sein de l'ordre. Ce sera un premier pas qui me permettra de jauger plus précisément votre sang-froid et votre discernement. Maintenant allez dormir, vous partirez demain, dès que vous aurez choisi ceux qui vous accompagneront. Bonne nuit, Danseuse d'Opale.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Clair de Lune (Guilde Danseurs d'Opale)
MessagePosté: Sam 10 Nov 2018 17:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
L’ordre était clair; la proposition n’était plus. Pourtant, Kay hésita encore quelques secondes à s’asseoir. Elle préférait garder l’état vertical en ce que cela la laissait sur ses gardes. Mais c’était le commandeur de son ordre qui lui intimait de s’asseoir. Elle tira une chaise d’un geste brusque - un peu trop, peut-être - et s’assit en croisant les jambes.

Elle écouta Sylayëm les yeux baissés. Ses mains reposaient au creux de ses cuisses et ses doigts tripotaient sa ceinture de cuir. De temps en temps, elle grattait ses ongles sur le tissu épais qui constituait son pantalon noir et voyait d’un sourcil désabusé toute la poussière et la terre voire du sang écaillé en sortir et tomber sur le sol. (Ce n’était plus d’une douche dont elle avait besoin, à ce niveau-là, mais d’une véritable purification.)

Sylayëm commença par la féliciter, ce à quoi elle répondit par un haussement d’épaules. Il lui importait peu de se faire reconnaître comme obéissante et loyale à l’Ordre - elle l’était par bien plus de raisons désormais qu’elle n’en pouvait compter, au point qu’elle savait que son existence n’aurait plus vraiment de sens si jamais elle cessait d’appartenir à l’Opale). Son accession au titre de Danseuse d’Opale ne l’émut pas davantage. Elle respectait les guerriers qui l’avaient précédée, ceux qui avaient pu donné leur vie pour les Sindeldi et leur survie, elle était encline à honorer leur mémoire - une mémoire que ne lui avait pourtant transmise ni père ou mère car il ne fallait pas oublier que le géniteur qui l’avait abandonnée n’était pas celui qui lui avait légué sa part humaine - mais elle n’était pas fière. Tout cela, ce n’était que hiérarchie et titres gonflés et superfétatoires. Ce n’étaient pas avec des titres qu’on gagnait une guerre. Et Kay n’était là pour rien que de gagner la guerre. Celle qui ferait reconnaître à tous la puissance de l’Ordre de l’Opale et qui rétablirait enfin les Sindeldi à leur juste place sur Yuimen.

La jeune femme se surprit à sourire délicatement à cette idée, mais ce sourire disparut bien vite quand le commandeur lui annonça qu’il refuser d’accéder à sa demande. À l’écoute de ses mots, elle releva vivement la tête. Sa bouche s’entrouvrit sans que pourtant aucun son n’en sortît. Elle entendit sans écouter les raisons que Sylyëm lui délivra quant à la raison de son refus. Finalement, il remplit un verre d’un vin rougeoyant et lui tendit. Sa main se tendit pour venir se poser sur son pied et se figea quand Sylyëm parla des chasseurs de prime qui étaient visiblement encore à ses trousses. Elle retira sa main.

Le seigneur Illinwë la congédia quelques instants plus tard après lui avoir dévoilé ses intentions. Kay se leva et sortit sans mot dire. Ses pas l’emmenèrent, son esprit vide, jusqu’à la chambre qu’elle avait occupée tantôt. Elle se souvenait qu’on pouvait y prendre un bain chaude. Posant ses affaires dans un coin et se délestant de ses principales armes ainsi que de son armure - elle garda un poignard à portée de main, néanmoins, elle vint se pencher par la fenêtre et ses yeux fouillèrent la cours où s’entrainaient des Sindeldi. Pourquoi partir demain? Il faudrait le faire à l’aube plutôt. Ses paupières tressaillirent et ses doigts se crispèrent sur la pierre adoucie de la fenêtre. Elle avait autant besoin de dormir qu’elle ne le souhaitait pas.

Elle retourna à la baignoire et laissa couler l’eau. Ses yeux continuèrent de papillonner et elle se laissa aller contre le rebord de marbre, sa main pendant à l’intérieur de la baignoire. Elle s’endormit et se réveilla en sursaut lorsque l’eau froide vint chatouiller le bout de ses doigts. La demi-elfe acheva de se déshabiller et rentra dans le bain. Il était froid et inconfortable. Tant mieux. Cela lui remettrait les idées en place. Très vite, l’eau devint boueuse avec des reflets rouges. Kay ôtait des croûtes énormes de ses cheveux ou de ses avants-bras sans même plus savoir comment elles avaient pu se former. Quand enfin sa peau grise eût été réchauffée par tant de friction et fut aussi claire que ne l’était plus l’eau translucide qu’elle avait d’abord laissée couler, elle sortit du bain et s’habiller de vêtements qu’elle trouva présents dans la chambre. Son armure avait besoin d’un coup de frais elle aussi, mais ce n’était pas une tâche qui l’attirait en cet instant. Elle sortit dans la cours et se dirigea à grands pas vers celui qui semblait être l’instructeur des jeunes guerriers qui s’entraînaient là. Elle se présenta succinctement à lui avant d’en venir à sa requête :

“J’ai besoin d’une dizaine d’hommes. Pas forcément les plus forts en combat, mais les plus agiles et les plus discrets. S’ils savent manier l’arc, ce sera encore mieux.”

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016