L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Lun 5 Juin 2017 21:12 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Ven 26 Mai 2017 20:42
Messages: 7
L'errance est-elle le lot des âmes libres ? Une question aussi vaste qu'essentielle qui me taraudait chaque jour depuis que j'étais arrivé sur ce vaste territoire. Ses montagnes et ses plaines semblaient aussi infinies que la grâce de Sithi, ce qui était paradoxal, si loin du Naora et de la déesse.

Mais cela illustrait une vérité que j'étais heureux de découvrir : moi, le héros aux milles aventures, je découvrais un monde si vaste qu'il pouvait en effet contenir bien des merveilles et que, par cela, mes aventures n'étaient peut-être pas totalement factices. Maintenant, assurément, elles ne l'étaient plus. Enfin, j'en étais presque sûr...

Je marchais depuis des semaines. Heureusement, la fatigue m'était inconnue. Un elfe fatigue, mais moi, je n'étais pas totalement un elfe. Du moins, c'est ce que j'avais compris. Ou alors... un aniathy était-il un genre d'elfe ? Voilà une question que j'aurais dû poser. Il y avait matière à réflexion, et à se rassurer.

En attendant, j'étais à la recherche de ma deuxième épée. Déjà que celle qui me restait était en piteux état, je n'osais imaginer l'état de l'autre... mais je ne serais pas complet sans mes deux lames. Et tout ce que j'avais, c'était une vague information sur un déserteur garzok qui avait débarqué à Exech avant de partir vers Khonfas. J'avais moi-même débarqué dans la ville, lieu sordide où divers malfrats avaient essayé de me voler pour les dorures de ma tenue ! J'avais même été capturé par des bandits ! Ils savaient se battre, les bougres ! Même un grand héros triomphateur d'innombrables monstres et sorciers ne leur avait pas fait peur ! Et de fait, ils avaient réussi l'exploit de me vaincre !

Ils avaient récupéré quelques bijoux, notamment ma coiffe, avant de s'énerver en disant que c'était du laiton. Je ne sais pas ce qu'ils voulaient dire par là, mais l'idée que ces brutes s'accaparent ma coiffe m'avait fortement agacé. Mes menaces avaient finalement porté leurs fruits lorsque l'un d'eux m'avait donné un coup de pied qui m'avait projeté sur plusieurs mètres... et défait mes liens. Dès que j'avais récupéré mon arme, je les avais mis en déroute et plusieurs s'étaient effondrés, vaincus par tant de témérité. Bon, après, l'un d'eux, reculant en catastrophe, avait percuté une pile de tonneaux qui leur était tombé dessus, ce qui avait bien aidé.

J'avais bien vite quitté cette ville avec l'information cruciale d'un tavernier : un garzok avec un petit katana elfique, il en avait bien vu un, et il était parti sur la route d'Eniod. Si trouvé des informations se révélait plus complexe que lors de mes précédentes aventures devant les enfants, le résultat était tout de même au rendez-vous, et la satisfaction n'en était que plus grande !

En chemin, j'avais également appris d'un marchand, qui avait accepté de me transporter dans sa charrette, que les garzoks venaient d'un autre continent, et qu'ici, leurs seuls alliés étaient les shaakt, des elfes à la peau noire. J'en avais vu quelque-uns au Naora, et je savais qu'il fallait se méfier d'eux. Passer par la région d'Eniod était un bon moyen de rejoindre Khonfas, la cité des shaakt, j'avais donc bon espoir d'être sur la bonne piste.

Les jours passaient et la plaine herbeuse s'étendait à perte de vue. Du haut de mes soixante-dix centimètres, j'avais parfois du mal à voir au-delà de la végétation hautement luxuriante, comparé à ce que j'avais connu au Naora. J'avais cependant remarqué qu'il y avait souvent des pierres ici et là, et qu'elles pouvaient me servir à m'élever pour mieux me repérer. Bon, heureusement, je n'avais qu'à suivre la route, pour l'heure, mais ce genre d'idée pourrait me servir plus tard, si je devais m'écarter des chemins fréquentés.

C'est alors que je montais sur une pierre que je vis au loin un mouvement qui me fit sursauter. Le soir était en train de monter, donnant forme à un matin qui s'annonçait fort agréable. Mais au loin, les silhouettes que j’apercevais semblaient bien bâtir un camp, alors qu'à cette heure, il serait plus avisé de le démonter. Je me risquais donc à quitter la route pour m'approcher, et ce que je vis me stupéfia : un groupe de tente était en train d'être dressé, et des formes fugitives se mouvaient entre elles. En regardant avec attention, je reconnus des shaakt. D'après mes informations, ils devaient donc être de Khonfas... et donc probablement hostiles. Je m'approchais furtivement, remerciant cette fois ma petite taille et les hautes herbes. Je me glissais vers eux aussi discrètement que possible. Si je voyais le garzok qui était ma cible parmi eux, il allait falloir passer à l'action !

Ils étaient une dizaine environ. Une vraie petite escouade, équipée légèrement, sans doute pour se déplacer rapidement. Comme souvent chez ce peuple, il s'agissait majoritairement de femmes. Tout était pour le mieux, donc, puisque ma galanterie avait toujours eu un bon effet sur elles. Je préférais néanmoins rester à distance pour écouter, dans un premier temps. Après tout, on m'avait bien dit que les shaakt n'étaient pas très hospitaliers, par ici...

En revanche, aucune trace du garzok.

La chef pressait les autres de monter les tentes :

« Et montez-les bien, cette fois-ci ! Une bonne journée de repos et, la nuit prochaine, le village sera à nous ! Il n'est plus qu'à quelques kilomètres au sud. Toi, le mâle, occupes-toi de préparer le repas. »

Bon, elle semblait une chef responsable. Mais je m'inquiétais un peu de cette histoire de village... Il fallait que je leur demande, au sujet du garzok, je pourrais peut-être leur demander des explications sur tout cela aussi...

Je me levais donc et me dirigeais vers eux.

_________________


Dernière édition par Vanadir le Lun 5 Juin 2017 21:29, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Lun 5 Juin 2017 21:19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 20 Déc 2016 19:16
Messages: 14
Localisation: Eniod
Un fort vent tournoyait, s'enroulait langoureusement autour du vieux tronc. À mesure que la main droite - la gauche immobile pour maintenir le vent où il se trouvait - qui faisait de petits cercles, accéléraient, autant en faisait ce courant d'air. L'herbe se coucha sur les sols, les buissons finirent par se courber tout autant et perdre leurs épines par paquets et l'on sentit même les arbres alentours subir une grande pression. Mais quand, abaissant les mains, Maelgion abaissa son sort, sa cible était toujours intacte. Bien sûr, la ramure, dans ses extrémités, avait pu perdre quelques feuilles mortes, mais l'écorce n'avait pas une seule fois était inquiétée. Mais où était l'erreur ? Maelgion prit le temps de retrouver son souffle - faire de la magie l'épuisait dans la même mesure que les travaux de champs - avant de recommencer. Cette fois-ci, quand il estima sa tornade suffisamment puissante, il fit le geste de l'écrabouiller entre ses mains. La tornade s'anéantit d'elle-même, d'un seul coup. Mais elle n'eut toujours pas d'effort sur la cible...

Néanmoins, alors que le jeune garçon s'était approché de l'arbre pour s'assurer de son échec - ou plutôt avec l'espoir que ce n'en avait pas été un - il constata que l'herbe, dans un rayon d'un pas au pied de l'arbre, avait été totalement arrachée et le sol mis à nu. Il fronça les sourcils. Le sort qu'il était en train de mettre au point, loin de détruire la cible semblait plutôt détruire ce qui était alentours. Comme il partait sur une variante de son Armure d'Alizée, cela n'était, au fond, pas incongru. En revanche, cela lui donnait une idée. À nouveau, Maelgion s'éloigna d'une dizaine de pas du tronc qui était devenu son pantin d'entrainement et il reforma son petit cyclone. Plus puissant, toujours plus puissant. À présent, même les hautes branches des arbres qui étaient près du tronc constituant l’œil du cyclone, se pliaient, se tordaient et certaines même se cassaient et étaient expulsées au loin. Voyant cela, le petit mage bondit de joie.

"J'ai réussi !"

Et aussitôt :

"Vite ! Il faut que je montre ça à Lenen !"

Il se tourna de tous côtés dans l'espoir d'apercevoir son frère. Mais, pour les besoins de son entrainement, il avait pris ses distances par rapport à la maison et aux champs qui l'entouraient. D'un pas léger, il reprit donc le chemin de son chez lui où sa mère avait sûrement presque achevé la préparation du repas de midi. Tandis qu'il était encore loin, il aperçut, derrière, près d'un bosquet, la silhouette familière de son benjamin qui sautait dans les tous sens. Son sourire s'élargit et il pressa le pas pour le rejoindre au plus vite. Pour une raison qui lui échappait, Lenen brandissait un morceau de bois et battait l'air comme leur mère battait le linge. Soudain, rencontrant un obstacle, le morceau se brisa. Ce fut à cet instant que Maelgion arriva près de son petit frère.

"Lenen ! Lenen ! J'ai un truc sensationnel à te montrer, regarde !"

Tout excité, le jeune mage se campa bien droit sur ses deux jambes et visa son frère lui-même. Tirant la langue sous l'effet de la concentration, il tendit la main gauche et agita la main droite. Bientôt, le cyclone se forma. Il devint de plus en plus puissant jusqu'à ce qu'une touffe d'herbes, aux pieds de l'être chéri, fût déraciné et envoyé au loin. Tout fier de lui, Maelgion fit retomber le vent magique.

"Alors ? T'en dis quoi ? C'est génial, n'est-ce pas ?"

_________________
L'aîné


Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Lun 5 Juin 2017 21:35 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Ven 26 Mai 2017 20:42
Messages: 7
Les shaakt ne me virent pas tout de suite, occupés qu'ils étaient, aussi, je me présentais poliment :

« Holà ! Noble voyageurs et nobles voyageuses ! Je suis Vanadir Fin'Riaedhen, pour vous servir ! J'avais quelques questions à vous poser! »

Il y eut plusieurs sursauts et un grand chambardement dans le camp. Je ne m'en inquiétais pas. Mes apparitions provoquaient souvent des réactions, comme des applaudissements. J'attendis patiemment que le calme revienne.

« N'ayez crainte, je viens sans menace ! »

Plusieurs armes s'étaient tirées et la chef s'approcha, une longue épée à deux mains brandit.

« Que voulez-vous ? Qui vous envoie ? »

Je fis ma plus courtoise révérence à cette dame :

« Je suis mon seul maître, mais un maître bien attristé par de cruels événements... Et bien que ma journée soit embellie par la vision de votre divin visage, je souhaitais savoir si vous pourriez me rendre service : auriez-vous vu un garzok avec un katana de petite taille passer par ici ? »

Derrière, les discussions allaient bon train. Il y avait manifestement un grand débat parlant de nains et de lutins, et personne ne semblait devoir se mettre d'accord. La shaakt plissa les yeux, visiblement également déconcerté par ma prestance.

« Aucun garzok... Que faites-vous ici ? »

« Ah, c'est fort regrettable... je suis à sa recherche pour récupérer un bien qui m'a été dérobé. Sinon, veuillez excuser mon manque de politesse mais j'ai surpris des paroles sur un village... que se passe-t-il, seriez-vous des marchands, malgré vos armes ? J'espère qu'il n'y a rien de vilain, sans quoi, je devrais prendre des mesures. »

La shaakt resta un instant interdite, puis s'exclama :

« Bon, saisissez cette chose, on la ramènera avec le butin ! »

Aussitôt, plusieurs lances et lames diverses se pointèrent vers lui. Voilà ! Je savais qu'écouter aux portes était malpoli, et voilà que je les avais vexé ! J'étais forcé d'admettre que la faute était mienne, mais il me semblait aussi avoir compris à demi-mot qu'il devait s'agir de bandits. Ils allaient rançonner un village ! Je reculais précipitamment :

« Je comprends que mon outrecuidance vous ai vexé, mais je vous préviens, si je pars maintenant et vous laisse une chance pour excuser mon impolitesse, sachez que toute attaque d'un village innocent vous vaudra mon courroux ! »

Et je partis en courant. Il fallait d'urgence aller vers le sud pour prévenir ce village !

Les shaakt se révélèrent de bien piètres poursuivants. Sans doute se disaient-ils qu'un être comme moi ne représenterait aucun danger... grossière erreur ! Je courais longtemps en direction du sud et, je l'admets, me perdit plusieurs fois. Mais bientôt, je retrouvais la route et ses panneaux salvateurs ! La journée avançait et il ne fallait pas tarder. Avisant la direction du lieu le plus proche, je m'élançais par là, espérant qu'il s'agirait bien du village. Face à une telle troupe, je craignais d'être débordé, mais un village bien préparé et riche en courageuses personnes pourrait assurément venir à bout d'une telle troupe. Après tout, les elfes n'avaient pas l'air si bien armés...

Néanmoins, quand j'arrivais en vue de la poignée de maisons qui se dressait ici, mes craintes prirent de l'ampleur. Il ne devait pas y avoir grand monde, ici. Ce petit village aurait toutes les peines du monde à résister à un assaut. Ce qui signifiait...

… qu'ils avaient besoin d'un sauveur !

Sans plus tarder, je courais vers les pauvres fermes pour avertir la première personne trouvée.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Dim 11 Juin 2017 11:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 20 Déc 2016 16:49
Messages: 14
Localisation: Eniod
A l'instant même où il songe à un autre bâton, s'apprêtant à chercher une autre activité amusante à faire, il vit arriver son frère, excité, courant vers lui. Le benjamin l'accueillit avec un grand sourire, heureux de le revoir.

"Un truc à me montrer ?? Qu'est ce que c'est, qu'est ce que c'est ?" s'empressa de demander Lenen, gagné par l'excitation de son grand-frère.

Curieux, il regarde Maelgion s'appliquer, tendant ses mains vers lui-même. On croirait presque qu'il voulait lui lancer un sort ! Mais il n'était nullement inquiet; il avait entièrement confiance en lui. Alors il resta immobile et regarda les gestes d'un Maelgion concentré. Peu à peu, Lenen sentit autour de lui quelque chose de puissant l'entourer. Il avait presque l'impression d'être qu'on l'étreignait, comme pour le protéger, mais tout en montrant une certaine violence dans le geste. C'était difficile à décrire, à vrai dire. En tout cas, Lenen regarda autour de lui avec plaisir, voyant le vent s'agiter tout autour pour sa protection, quand il vit, sur un ou deux mètres autour de lui, l'herbe s'arracher violemment, tandis que le sortilège retombait doucement. Impressionné, il applaudit son frère.

"Ouah ! C'est incroyable, Maelgion ! Tu t'améliores de jour en jour avec ta magie ! Et j'aime bien ce sort !" dit-il alors tout content.

Lenen avait souvent regardé par curiosité comment Maelgion s'entrainait, se concentrant sur ses sorts, sa gestuelle... Mais ce sortilège aurait fait un malheur, un mois plus tôt, sur le bateau ! Et puis, le garçon ne pouvait s'empêcher de remarquer le côté protecteur du sort. Il ne semble pas exister pour attaquer, mais plus pour éloigner. Ou plutôt, entourer quelqu'un d'un puissant bouclier pour repousser ses ennemis.

"Est ce que le sort fonctionne sur toi ? Et sinon ... Pardon, je n'ai pas de sort à te montrer, moi ..." rajouta-t-il avec un air gêné. "J'étais en train de ... euh ... observer la nature !" dit-il avec un faux air sérieux, faisant tomber le mince bout de bois derrière lui.

Il fallait effectivement avouer que Lenen ne passait pas autant de temps que Maelgion à s'entrainait à la magie. Il le faisait, parfois, et se forçait à le faire. C'était souvent sa mère qui supervisait ses entrainements, mais il lui arrivait d'expertiser des choses seul, de temps en temps. Il avait déjà essayé de lancer des sorts d'attaques, comme le faisait Maelgion, mais il semblait que sa magie n'était pas faite pour ça. Généralement, ses attaques étaient aussi inoffensives que la brise matinale ... Cependant, ses sorts de soins peuvent se montrer très efficaces, suivant la situation.

_________________
Ma fiche est juste ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Ven 22 Sep 2017 17:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 20 Déc 2016 19:16
Messages: 14
Localisation: Eniod
Lenen jouait près d'une ferme laissée à l'abandon quand Maelgion le rejoignit. L'enthousiasme du second gagna vite le premier - comme toujours pouvait-on dire car Maelgion s'enorgueillissait d'être un modèle pour son frère et espérait bien le rester. Le sort du jeune mage n'était pas encore très au point et sa puissance encore faible. Mais l'herbe arraché, formant un cercle de terre nue presque parfait autour des pieds de l'enfant attestait d'une maîtrise qui ne ferait que se renforcer, cela était évident. Lenen, de fait, ne s'y trompa guère et il battit des mains pour souligner la réussite de son aîné, accompagnant le geste de quelques paroles qui firent rougir ce dernier.

"Oh tu sais, je me débrouille juste... Mais je suis sûr que toi aussi tu t'améliores !"

Il fit cependant mine de ne pas voir le bâton que le benjamin rejetait dans son dos. Comme tous les enfants de son âge, il avait dû être en train de jouer au guerrier - lui ! son adorable petit frère qui pleurerait pour la mort d'une fourmi ! - quand Maelgion l'avait interrompu. Il savait qu'il pratiquait sa propre magie, souvent avec sa mère d'ailleurs qui voyait là aussi une preuve supplémentaire de la douceur naturelle de son puîné. Mais à quelle fréquence ? C'étaient tous les jours que Maelgion forçait son corps à faire appel à une force qu'il ne comprenait toujours pas entièrement. Mais Lenen ?
Quelle importance ?

À la question de Lenen, Maelgion fronça les sourcils.

"Non, je ne crois pas pouvoir le faire sur moi. Enfin, je n'ai jamais essayé."

Un mois auparavant, son premier sort - à entendre : quelque chose de concret, de délibéré, non quelques étincelles magiques sans cohérence - avait germé sous la peur, non pour lui, mais pour un autre - un autre qui lui était si cher. Depuis, il avait pris pour argent comptant qu'il ne ferait des sorts qui marchassent sur lui-même. Cette certitude s'était encore accrue lorsqu'il s'était mis à la recherche d'une magie qui serait offensive. Il savait son petit frère capable de guérir les blessures ; voilà le duo qu'il formait. Un qui soigne, un qui attaque.

"On verra ça plus tard ! Viens, revenons au village, ce doit être l'heure de manger !"

Ils prirent le sentier qui reliait la vieille ferme dans la cour abandonnée de laquelle ils se trouvaient afin de rejoindre leur petit village tranquille. Néanmoins, parvenant à la hauteur des premières maisons, ils ne manquèrent pas de remarquer une agitation étrangère. Par réflexe, Maelgion s'empara avec calme, mais fermeté, de la main de son petit frère. Ils s'avancèrent jusqu'à la place du marché, là où l'on se réunissait coutumièrement pour socialiser. Se frayant un passage dans la foule assemblée là, ils découvrirent bientôt la cause de ce remue-ménage : un petit bonhomme ou une sorte de poupée qui parlait toute seule. Mais Maelgion ne put entendre ce qu'il racontait, seulement voir les épaules se hausser et les gens, bientôt, se disperser, au point qu'il ne restât vite que eux trois. Le jeune garçon se pencha alors vers la drôle de créature.

"Qui es-tu ? Et que viens-tu faire là ?"

_________________
L'aîné


Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Sam 14 Oct 2017 20:05 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Ven 26 Mai 2017 20:42
Messages: 7
J'arrivais finalement en vu d'un petit hameau, digne havre de paix qui semblait devoir à jamais être épargné par le mal. Hélas, je savais qu'il n'en était rien. Tel Gozrok le Tyran fondant sur la cité de Célestia, les shaakt se précipitaient, avides de bataille.

Et voilà que je rencontrais sur la route deux jeunes enfants, un garçon et une fille. Leurs cheveux bruns et leurs grands yeux bleu et purs n'étaient que quelques signes parmi d'autres de leur parenté. Il vivaient certainement ici, aussi, alors que la fille me demandais qui j'étais, je pris la paroles :

« Bien le bonjour, je suis Vanadir, héros aux milles exploits et sauveur des enfants du monde ! Je viens en toute hâte vous avertir que des shaakts sont en chemin vers votre village. Hélas, seul, je ne pourrais les vaincre, il faut que votre village se prépare ! »

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La plaine aux herbes hautes
MessagePosté: Mer 25 Oct 2017 18:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 20 Déc 2016 16:49
Messages: 14
Localisation: Eniod
Son ainé répondit rapidement qu'il n'avait jamais vraiment essayé de faire le sort sur lui-même. Dommage, songea le benjamin, qui aurait bien voulu voir une nouvelle démonstration d'un tel sort. C'était quand même quelque chose à tester plus tard ! Et c'était le plus jeune qui avait trouvé l'idée ! Nah ! Mais comme lui fit remarquer Maelgion, effectivement, il commençait à se faire tard, et il devait bientôt être l'heure de manger. Avec plaisir, Lenen se mit alors en route avec Maelgion en sautillant. C'était une très bonne journée, de son point de vu. Le soleil ne frappait pas trop fortement, et le vent était assez doux pour ressembler à une simple caresse, douce et rassurante.

Pourtant, quelques sentiers plus loin, l'agitation se fit sentir. Ce n'était guère surprenant, étant donné que les enfants s'approchaient de la place du marché. Doucement, et fermement à la fois, Maelgion lui prit la main, la serrant doucement. Lenen, quelques mois plus tôt, aurait accepté tout joyeusement, conservant ses habitudes d'enfants. Mais le temps passait, et il évoluait. Aussi, il se sentit quelques peu gêné, se jugeant assez grand pour ne pas avoir à prendre la main de son grand-frère. Cependant, il ne la refusa pas, étant tout de même habitué à devoir lui donner la main. Et puis, il fallait avouer que cela prodiguait une certaine sensation de sécurité.

Plus rêveur que Maelgion, Lenen ne vit pas tout de suite l'étrange créature agenouillée au bord de la route. Il regardait un peu le ciel, les oiseaux qui s'envolaient. Il eu même la "chance" d'en voir un envoyer un projectile (il avait d'ailleurs une idée de sa nature ...) sur un pauvre marchant qui poussa aussitôt un juron sur cet "oiseau de malheur" avant de s'en aller, fâché. Il ne s'arrêta que parce qu'il se sentit tirer Maelgion. Il tourna alors la tête et le vit questionner une petite créature. S'approchant, il la salua timidement, par politesse, tandis qu'elle répondit à Maelgion.

Avec une certaine pointe de honte, le benjamin songea que la "créature" lui semblait amusante, et fort sympathique. Elle se nomma sous le nom de "Vanadir", aussi appelé "le sauveur des enfants du monde". Le garçon se demanda, curieux, ce qui lui valait un tel surnom. Néanmoins, ses pensées changèrent bien rapidement de sujet, lorsque le prénommé Vanadir leur parla de "shaakts" en chemin vers leur village. Lenen fronça alors les sourcils, faisant appel à sa mémoire pour savoir ce qu'étaient ces "shaakts". C'était son père qui lui enseignait un peu sur le monde en général; le fonctionnement, les différents peuples, les cultures etc ... Il se souvenait que son père avait rapidement évoqué les "shaakts". Mais, sans doutes par désintéressement, il n'avait pas retenu les détails. Aussi s'empressa-t-il de questionner son grand-frère.

"Des ... shaakts ? Mael', c'est quoi ? C'est grave ?"

Sa dernière question était quelque peu rhétorique. La mine sérieuse - et rigolote, il fallait l'avouer - de Vanadir montrait bien que la situation était sérieuse. Mais ... Tout allait bien se passer !... Non ?

_________________
Ma fiche est juste ici !


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016