L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Mar 12 Avr 2011 16:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Post précédent

J’avais traversé la ville d’une traite sans parler à personne. J’avais bien assez à faire avec mes pensées sans m’encombrer de bavardages futiles avec tout le tas de pervers qui pullulaient dans les rues de Tulorim. Bien sûr il y avait aussi des femmes mais bon... Décidément cette ville et moi n’avions aucune alchimie. Je me trouvais sur la zone d’embarcation à faire la queue pour obtenir un billet. Le sésame vers Kendra Kâr.

Le ciel était chargé de nuages lourds et sombres. Une violente pluie s’annonçait et j’espérais que l’embarquement aurait lieu avant que la pluie ne s’abatte sur la ville. Alors que la file avançait doucement je fus bousculée par une petite fille qui pleurait à chaudes larmes. Elle s’agrippa à ma jambe et la serra si fort que je crus que ma circulation sanguine allait s’arrêter.

"Eh eh eh! Qu’est ce qui se passe?

Aidez moi! Je vous en prie!"

Au loin je vis un groupe d’homme arriver en courant. Ils avaient dans leurs yeux un reflet particulier, celui de la perversité. La gamine avait les cheveux blonds et ne devaient pas avoir plus de dix ans. Je trouvais cela révoltant mais je ne voyais pas encore comment je pouvais l’aider. La garder cachée derrière moi ne lui servirait à rien. Je repensais alors à la petite elfe qui s’était faite assassinée et que je n’avais pas réussi à sauver. Je me devais d’aider cette gamine.

Le groupe d’homme s’approchait de plus en plus en plus. Je mis la fillette en sûreté derrière moi et me concentré. Je priais Gaïa de me prêter la force nécessaire pour défendre cette enfant. Sans trop de force je réussis à lancer le sort que je voulais. Un rayon sortit de mon bâton et assomma le chef de bande. Les suivants s’heurtèrent à lui et il y eut bientôt un tas d’hommes au milieu de la zone d’embarcation.

Comment... Comment avez vous fait ça?"

Je ne répondit pas à l’enfant et fis signe à un homme chargé de la surveillance de l’endroit d’approcher. Une fois à ma hauteur, il prit la parole.

"Que puis-je pour vous?

Ces hommes là-bas, dis en désignant le gros tas, ils en ont après cette enfant. Mettez la en sécurité et essayez de trouver ses parents. Et bien sûr, appelez la milice pour qu’elle s’occupe de ces violeurs. Je ne peux pas m’en charger, je dois y aller.

Très bien, je m’en charge. Tu viens avec moi ma petite, je ne te ferais aucun mal."

L’enfant suivit l’homme sans me lâcher du regard. Cet évènement, aussi futile fut-il, eut le mérite de me distraire un peu de mes idées noires et l’attente me parut moins longue.

"Bonjour, je voudrais un billet pour me rendre à Kendra Kâr.

Oui, bien sûr. Cela vous coûtera 46 yus.

Tenez.

Et voici! Bon voyage à vous, l’embarquement va commencer, c’est l’aynore qui se trouve là-bas. Suivant!"

Je m’éloignait de cette personne curieusement enthousiaste. En même temps, cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas ressentit un sentiment de joie qu’il devait m’être quasiment inconnu. L’espace d’un instant, je sentis une présence derrière moi, comme si quelqu’un me regardais. Je me retournai vivement de peur de voir que mon ex-partenaire m’aurait rattraper mais je ne vis personne à part un homme confortablement enveloppé dans une cape d’un vert flamboyant, le visage caché par sa capuche.

"Quand ma bourse sera pleine, il faudra que je pense à investir dans une cape..."

Sur cette pensée, je donnais mon ticket à l’hôtesse et montais dans l’aynore.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Lun 18 Avr 2011 20:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 10 Avr 2010 23:59
Messages: 721
Localisation: Kendra-Kâr
Précédemment : En fuite pour Kendar Kâr


Elle arriva à l’embarcadère alors que ce dernier ouvrait tout juste, un homme à l’allure patibulaire se tenait là et de toute évidence c’était à lui qu’il fallait s’adresser pour avoir un billet. Il jeta un œil méprisant sur la peau blanche et manqua s’étrangler avec sa salive quand il vit derrière elle un Woger.

 «Crénon si m’attendait un jour à voir ça ! »

L’animal surpris par la réflexion de l’humain grogna férocement et se plaça devant Oryash prêt à la défendre ce qui surpris la peau blanche.

« Eh là ! Eh là du calme, je lui veux pas de mal à ta maitresse. »

Oryash tout aussi surprise par ce qui venait de se passer mit quelques minutes avant de réagir. Elle feula émettant un son différent de celui qu’elle avait émit en forêt et aussitôt l’animal se calma.

« Fichtre j’ai bien cru qu’il allait me bouffer ! Alors il vous faut un ticket pour où ?

« Kendar kar. Me serait-il possible d’avoir un lieu isoler à bord histoire de ne pas avoir d’ennui avec cet animal ? »

« Ouais bien sur, montez et après allez sur votre gauche, vous trouverez la zone de chargement, je pense que là vous devriez avoir la paix. »

L’homme fixa une fois encore l’animal et revint sur Oryash.

« Vous m’avez pas l’air bien . Vous êtes sur que ça va ? »

"Oui"; souffla simplement Oryash en embarquant d’une démarche trébuchante.

Se rendre à la zone de chargement lui parut long et pourtant il n'y avait que quelques mètres à faire. Elle trouva une place entre les caisses et s'installa au mieux étant donné son état. D'ici une petite heure, l'embarcation décollerait et bientôt elle serait à Kendar Kâr.
Elle resserra sa cape autour d'elle histoire de se réchauffer un peu. A vrai dire sous l'emprise de la fièvre elle grelottait de plus belle, incapable de calmer le claquement de ses dents. Elle s'allongea au sol sur le côté et se recroquevilla en boule. Le Woger contre toute attente vint se blottir contre elle et elle flatta la tête de l'animal en signe de remerciement.

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Lun 2 Mai 2011 17:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 7 Aoû 2010 07:34
Messages: 2788
Localisation: Kendra Kâr.
La zone d’embarcation de Tulorim se trouve non loin du port, et une agréable odeur d’iode me caresse les narines. Ayant enfin quittée l’aynore, ma faim se réveille, et je me presse vers la ville. Celle-ci me donne une étrange impression d’insalubrité, sentiment qui s’amplifie au fur et à mesure de mon parcours. Habituée aux coquets villages des duchés, ou aux cités bien entretenues de Kendra Kâr, je ne peux que remarquer les déchets à même les rues, les rats omniprésents, les bâtiments défraîchis. Ceux-ci sont en général de pleins pieds, volets rabattus et portes fermées. Une sorte de défiance ambiante se mêle à l’air de la ville. Ou n’est-ce que le résultat de mon éducation, des rumeurs sur ces habitants d’un autre continent, sensé abriter la lie de la société humaine ?

Après avoir longée un cimetière, j’arrive à la ville proprement dite. À ma gauche se trouve une taverne que je délaisse, me dirigeant plutôt vers le marché qui semble occuper entièrement la place centrale, devant moi.

suite

_________________
Image

Angèlique, Repentie. [lvl 8]


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Mar 24 Mai 2011 15:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 29 Jan 2011 15:58
Messages: 3217
Localisation: Dans le ciel d'Omyrhy
Point du jour, point de départ.




Les premières lueurs du jour se dévoilaient tandis que celles de l’âtre s’assombrissaient ; À l’instar de l’astre solaire, Itsvara se leva. La demeure était silencieuse, aussi froide que pouvait être le carrelage sous les pieds nus de l’elfe, et c’est avec la tranquillité oppressante de ces jours solennels qu’elle rejoignit la pièce principale où trônait en son centre le foyer.

Devant ce dernier se tenait une Aniathy, se chargeant de raviver les braises. À l’arrivée de la jeune femme, elle s’absenta quelques instants et revint, une vasque sur le haut du crâne et un broc d’eau dans les mains, tous deux en argent, qu’elle posa sur la grande table de verre, faisant face à l’âtre. Elle demeurait silencieuse et ne se départait pas de son sourire candide et bienveillant, elle attendait simplement qu’Itsvara finisse son rituel.

Celle-ci était, en effet, en train de faire ses ablutions et prières, demandant protection et force à Sithi pour le voyage qu’elle allait entreprendre. Elle n’était jamais sortie de la région de Cinyar, se contentant des vastes terres dont son père avait la gestion et de la bibliothèque, où sa mère travaillait. Elle avait longuement réfléchi à sa décision et pourtant, il subsistait en elle bien des doutes, ceux que l’on a face aux initiatives déterminantes. Se montrait-elle respectueuse de l’équilibre entre volonté et obligations ? Ses choix étaient-ils justes ? Allaient-ils lui apporter l’enseignement spéculé ? Se montrerait-elle suffisamment raisonnable pour accepter et analyser cette expérience ?
Elle ferma les yeux lentement et esquissa un sourire. Il était temps de partir, elle reprit la vasque désormais remplie d’eau, en déversa le contenu aux pieds d’un plant de fleurs de Lothsithi et murmura quelques mots.

***


Presque deux jours plus tard, à bord de l'aynore reliant Tahelta à Tulorim.

Itsvara reposa sa plume et se délassa les doigts. Assise dans un divan de l’espace-restaurant de l’Aynore la menant à Tulorim, voilà bientôt huit heures qu’elle complétait son carnet, compilant les notes prises au cours de son trajet. Elle feuilleta rapidement les pages remplies d’une écriture fine et soignée.
Du trajet de Cyniar à Tahelta accompli à pieds jusqu’à l’arrivée à l’aire d’embarquement de Tahelta, l’elfe avait décrit chacune des découvertes réalisées. Si toutefois il est correct de parler de « découvertes »… A vrai dire, Itsvara, semblait convaincue de simplement voir se réaliser sous ses yeux ce qu’elle connaissait déjà par la simple étude des livres déposés à la bibliothèque de Cyniar. Elle avait, en effet, eu la curiosité de lire aussi bien des romans que des études analytiques sur des points économiques, politiques, religieux, urbanistiques ou moraux. Elle possédait ainsi cette afféterie qui (af)fleure l’innocence agaçante de ceux qui rationalisent le monde plus qu’ils ne l’expérimentent.
Son guide Loyola avait, par exemple, eu droit à un exposé sur les interactions entre les éléments géographiques, les lieux de péage et les foyers d’urbanisation. Ils s’étaient, en effet, arrêtés pour la nuit à proximité du pont traversant le Nartraîm.

« Allez ma p’tite Dame ! Pressez l’mouvement, faut qu’on arrive au bord du Nartraîm avant qu’la nuit elle tombe ! Y’a d’quoi boire, manger et dormir là-bas… Pis faudra payer aussi pour passer l’pont. Z’avez pas oublié einh ?! Vous payez mon passage aussi… Sinon, z’allez vous r’trouver seule pour la fin du voyage ! Et sans moi, z’allez vous perdre et p’têtre même vous faire attaquer… »

Itsvara ne prêta que peu d’attention aux jérémiades et tarasconnades de son accompagnateur.

« C’est cela, oui… A ce propos, saviez-vous que l’implantation d’un péage en bordure d’un fleuve est tout à fait logique ? De même que l’implantation d’établissements pouvant accueillir les voyageurs ?
Tout n’est que suite logique : La traversée des fleuves est nécessaire au développement d’un pays, notamment de son commerce… Enfin, pas seulement, mais c’est une bonne base. Pour faciliter cette traversée, et donc le développement du territoire, un pont est aménagé, engendrant des frais de construction, mais aussi d’entretien ! Les commerçants, et tous ceux empruntant le pont sont ainsi mis à contribution grâce à ce péage. Ce dernier étant une halte obligatoire, il est l’occasion pour les voyageurs de faire quelques menus achats, de se restaurer voire de se reposer. Le développement peut être assez varable, certains sites deviennent de vraies villes d’autres stagnent à l’état de campement…


- Ouais bah à deux Yus l’passage, l’pont va pas s’écrouler ! »


Elle arrêta de feuilleter le carnet, ses yeux étant attirés par un passage :

(...) Tahelta. Dans mes souvenirs d’enfance, la ville me semblait bien plus imposante. Elle n’a cependant rien perdu de sa magnificence.
Après avoir vérifié les horaires de départs des Aynores de Tahelta à Tulorim, Loyola a pris le temps de me faire découvrir différentes facettes de ma capitale : son avenue principale, éblouissante, ses ruelles, étonnantes, son aire d’embarcation, impressionnante.
L’arrêt dans la Taverne du Tigre Bleu s’est révélée perturbant (…)


La gérante de l’établissement avait en effet annoncé à Itsvara qu’elle était assoiffée de connaissances, mais imperméable aux découvertes et qu’il lui faudrait faire preuve de bien plus d’humilité pour enfin voir et savoir.

***


Après les dix heures de trajet en Aynore.

L’aynore arriva enfin à destination, Itsvara laissa la masse de voyageurs descendre de l’embarcation et regagna la terre ferme.
Elle était désormais sur un nouveau continent, Imiftil, dans une ville tout aussi impressionnante que Tahelta… non par son nombre d’habitants, nettement inférieur à sa capitale, mais par la nouveauté qu’elle était pour la jeune Sindel.
Itsvara avait, bien entendu, lu des descriptions et analyses de Tulorim et même s’il y était écrit que la ville n’était pas aussi sûre que Tahelta, elle n’en demeurait pas moins persuadée que tout irait pour le mieux.

Elle jeta un dernier coup d’œil à l’Aynore, fière d’appartenir au peuple ayant conçu ces machines, puis se tourna vers la ville. Elle escomptait rejoindre la Sororité de Selhinae mais avait bien l’intention, auparavant, de découvrir Tulorim et notamment sa bibliothèque par volonté simple de la comparer avec la bibliothèque de Cyniar, dans laquelle elle avait passé bien des heures.

(Il ne me reste plus qu’à trouver cette bibliothèque, cela ne doit pas être bien complexe. Un plan ou un garde seront amplement suffisants.)

Elle s’avança vers un garde, le gratifiant d’un grand sourire et lui demanda sa route. Celui-ci, aussi amusé qu’inquiet de voir l’Elfe naïve la renseigna en lui précisant de prendre garde à elle. Sûre d’elle, elle s’engagea hors de l’aire d’embarquement, prête à découvrir la ville…et ses ruelles.




_________________
ImageImage


Dernière édition par Itsvara le Mar 11 Oct 2011 13:54, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Mer 29 Juin 2011 21:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 9 Déc 2010 13:58
Messages: 250
Localisation: Quête 26 : Le Bagne Maudit
Après quelques minutes de marche tranquille, me voilà de nouveau à la zone d'embarcation de Tulorim. Sur le champ, je vis des aynores et des cynores qui partaient et arrivaient. Je me souvins de la première fois ou j'avais mis les pieds ici, j'avais été froidement accueilli.

Prenant la direction du comptoir pour acheter un billet, je reconnus un des hommes qui m'avait parlé lors de mon arrivée ici. Arrivée devant un homme plutôt jeune, je lui formulai ma demande.

- "Bonjour il me faudrait un billet pour Kendra Kâr s'il-vous-plaît."

- "Oui bien sur, cela vous fera 46 yus."

Fouillant dans ma bourse maintenant bien remplie, je lui réglai la somme demandée.

- "Tenez, voilà votre billet. Votre aynore part dans 5 minutes, c'est celui qui est juste sur votre droite. Bon voyage."

- "Merci beaucoup, pour tout. Bonne fin de journée."

Je l'avais trouvé fort aimable, cela changeait de l'accueil froid que j'avais eu. En allant sur la droit, j'arrivais rapidement devant l'hôtesse qui me permit de monter dans l'aynore en question.

- "Bonjour, votre billet s'il-vous-plaît !"

- "Tenez, le voilà."

Je lui tendis mon billet.

- "Bienvenue à bord de notre aynore. Notre voyage durera 2h20, vous pouvez aller vous installer au bar ou dans une cabine. Bon voyage."

- "Merci."

Comment les gens pouvaient-ils être aussi aimable avec moi alors que je suis un shaakt, j'avais du mal à comprendre. Enfin, j'avais deux bonnes heures à tuer devant moi. En route pour Kendre Kâr.


(((HRP : Les 46 yus du billet ont été retirés.)))

_________________
Léandre - Shaakt - Soldat



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Sam 10 Mar 2012 01:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 28 Nov 2009 02:46
Messages: 156
Inconscient Collectif



La Première Inspiration




La quête d'Agadesh, qui s'était décidé jusque là plutôt à l'aveuglette, prenait enfin un sens. Yuimen soit loué d'avoir mis ce prêtre sur son chemin !

Il savait maintenant où aller et que chercher et, bien que beaucoup d'éléments soient encore inconnus, il comptait sur les ancêtres pour lui venir en aide au moment voulu.

Cithéron lui montra une carte des continents, pour bien lui faire localiser l'endroit où il devait se rendre. C'était la première fois qu'il dût se repérer sur une carte, mais la notion s'encra bien. Il vit à quel point il était déjà loin de son désert et le chemin qui lui restait à parcourir. Son objectif était par-delà les flots, à une distance qui lui semblait inimaginable. Comment passer d'Imiftil à Nirtim et surtout, combien de temps cela prendrait ?

Communiquant son empressement, le prêtre lui confia que le moyen le plus simple et le plus rapide d'arriver sur Nirtim était en aynore, mais qu'il arriverait sur Kendrâ Kar et non pas à Oranan ou Bouhen. La distance restante pour trouver la forêt devrait de toute façon être ensuite assez semblable, il n'y aurait certainement qu'un ou deux jours de marche de différence.

Lorsqu'il demanda ce qu'était un aynore, il répondit simplement qu'il s'agissait d'un navire des airs. Agadesh ne comprenait pas ce prodige, les airs n'étaient-ils pas réservés aux créatures qui l'habitent ? Il demanda ensuite combien de jours cela prendrait de traverser tout l'océan, et Cithéron lui répondit simplement que cela ne prenait qu'environ deux heures trente avant de débarquer.

Le nomade avait du mal à le croire et craignait un quelconque retour de bâton pour un tel avantage... Un prix exorbitant ou quelques graves dangers peut-être ? Après tout, il ne savait rien des créatures pouvant peupler les airs. Mais malgré ses inquiétudes, il savait que cela resterait le moyen le plus rapide d'avancer dans sa quête et accepta de suivre le prêtre jusqu'à la zone d'embarcation.

Ils traversèrent d'abord un port sur lequel Agadesh regardait avec curiosité s’affairaient marins, dockers, pêcheurs, poissonniers et autres gens de la mer et leurs navires avant d'arriver dans une grande plaine d'herbes sèches, à quelques mètres de là, où était arrêté un cynore. On aurait dit un petit bateau au-dessus duquel était fixé un corps qu'Agadesh avait du mal à comparer à quoi que ce soit, auquel étaient liées deux grandes hélices, actuellement immobiles. Une trentaine de personnes aux origines variées faisaient la queue devant une large et longue planche en bois qui allait du sol jusque dans l'appareil. Entre les deux, quatre elfes gris, armés d'hallebardes et sabres à la ceinture, semblaient bloquer le passage de la foule vers deux autres qui, au milieu, laissaient passer les gens un par un en récoltant la monnaie. Le tout se passait dans un calme certain.

"Est-ce donc cela, un aynore ?", dit Agadesh, fasciné, à Cithéron.

"Non, ce sont des cynores. Les aynores sont plus grands encore.

"Plus grands ? Mais comment... Comment arrivent-t'ils à faire voler ces navires ? Est-ce une sorte de magie ?"

"Je ne peux rien vous en dire, c'est là un mystère que les elfes gris gardent depuis longtemps. Au fait, j'espère que vous n'en avez pas contre eux ?"

Agadesh eu un petit souffle de rire, voyant très bien l'allusion qu'il faisait à propos de l'elfe bleue de la bibliothèque.
"Non, je ne savais même pas qu'ils existaient jusque là... Quand arrive cet aynore que je dois prendre ?"

"Il ne devrait plus tarder. Surveiller le ciel, vous le verrez arriver."

Agadesh regarda tout autour de lui en silence. Des groupes de personnes étaient éparpillés autour de la zone d'embarcation, qui devaient attendre eux aussi l'aynore. Mercurio reconnut une petite communauté de bratiens, comme celui qu'il avait rencontré sur le chemin de Yarthiss. Il vit aussi une femme-tigre, race dont il ignorait l'existence jusqu'à maintenant ainsi que des elfes à la peau blanche... Combien de races, de communautés et de peuples différents pouvaient donc peupler Yuimen ? Qu'est-ce qui rythmaient leur vie, quels étaient leurs buts, leurs motivations, leur façon de penser ? Il trouvait cette question à la fois fantastique et terrible. Comment savoir lesquels étaient amicaux et lesquels étaient néfastes ? Il repensait ne serait-ce qu'aux autres tribus nomades esclavagistes et autres adorateurs de Phaïtos, Thimoros et Moura, aux lances d'El Abhar qui attaquaient sans ménagement quiconque s'introduisait sur leur territoire... Ils constituaient un danger permanent mais pouvait-il y avoir des périls autrement plus graves qui pourraient menacer les siens ? Cette idée soudaine lui fit froid dans le dos.

Ces pensées terribles furent finalement interrompues par Cithéron :
"Agadesh, vous voyez là ?"

Le prêtre pointa un point presque invisible dans le ciel, qui se dérobait à un nuage.

"C'est votre aynore qui arrive !"

Agadesh n'arrivait pas à très bien le repérer, essayant de scruter s'il pouvait reconnaître les formes et les contours d'un bateau. Au bout de quelques temps, il put enfin le distinguer. On aurait dit un énorme navire de guerre maintenu dans les airs par un corps gris encore plus imposant que celui du cynore.

Son avancée fut rapide, puis ralentie jusqu'à son atterrissage. Une fois posé, l'équipage d'elfes gris déployèrent des planches pour faire évacuer les voyageurs. Ils furent plus d'une centaine à sortir de l'aynore, certains ayant même amenés leurs montures. Agadesh se dit alors que si même un cheval pouvait faire le chemin sans encombre, pourquoi pas lui ?

"Voilà Agadesh, c'est là que nous nous séparons."

Agadesh fut surpris, il n'avait pas compris qu'il ferait le voyage seul :
"Mais... N'avez-vous pas dit que c'était Yuimen qui avait voulu notre rencontre et que vous vouliez m'assister dans ma quête ?"

"En effet et vous savez maintenant où aller. Chacun poursuit sa propre quête Agadesh. La vôtre est de rendre la paix à une âme tourmentée, la mienne est de faire mon office de prêtre dans le temple et d'être présent pour les gens de cette ville, comme madame Naéran. Que Yuimen vous garde Agadesh."

Agadesh était un peu perdu, il répondit doucement :
"Qu'il vous garde aussi..."

Cithéron commença à partir, puis se retourna après quelques pas :
"Evidemment, si jamais vous revenez sur Tulorim, la porte du temple vous est grande ouverte !", avant de repartir, cette fois pour de bon.

Il le regarda s'éloigner tranquillement, avec son bâton. Il lui donnait l'impression d'un mirage qui s'évanouissait au loin.

Il vit peu après le cynore qui décollait tranquillement, montant inexplicablement à plusieurs dizaines de mètres du sol. Ces hélices se mettent ensuite à tourner, le firent pivoter, et il partit au-dessus des champs. Ce spectacle le laissait pantois en commençant à s'imaginer l'usage que pourrait faire son peuple d'une telle merveille. Attaquer leurs ennemis par les airs, aller rechercher des vivres et de l'eau sans avoir à les porter pendant des jours entiers à dos de chameau, menacés par les créatures du désert... Tout cela l'inspirait. C'était une invention magnifique, quel dommage que ces elfes semblent ne pas vouloir partager leur secret. Seul Enkidu semblait ne pas apprécier le spectacle en aboyant sur le cynore qui s'éloignait.

Après un instant où il resta songeur, il vit que les passagers de l'aynore avaient quitté le vaisseau et que l'équipage avait déjà commencé à faire rentrer les autres voyageurs. Devant ce constat, il décida d'avancer à son tour, mettant son camïu sur l'épaule avant de se lancer un peu à contre-coeur dans la foule. Il n'avait jamais aimé se retrouver trop proches d'inconnus. Cela faisait parti de sa méfiance habituelle. Après quelques minutes, il arriva à la hauteur de l'un des elfes qui s'occupait de l'encaissement du prix du trajet. Il lui demanda quarante-six yus. Il ne lui dit rien en voyant Enkidu, et le prix semblait plus qu'acceptable pour un trajet de ce type. Il avait largement assez et il voulait accomplir sa mission au plus vite, c'était tout ce qui comptait à ses yeux.

Il lui donna l'appoint et arriva enfin dans l'aynore.



Les Vents Culminants

_________________

Playlist d'Agadesh

Quand on voyage vers un objectif, il est très important de prêter attention au chemin.
C'est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d'y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons.

--------------------
Paulo Coelho, Le Pèlerin de Compostelle


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Ven 28 Sep 2012 11:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 12 Avr 2011 12:40
Messages: 9682
Localisation: Nosvéria
Warren finit par trouver ce qu'il cherchait. Un vieil homme se tenait debout et dans ses mains se trouvait une sorte de livre où il était en train d'écrire, certainement, tous les noms des passagers ainsi que ceux qui débarquaient. Le fulguromancien se rapprocha donc de lui puis hésitant quelques instants lui demanda si cet appareil était réellement capable de le faire transiter vers Kendra Kar aussi rapidement que cela. L'homme au livre ria fort puis pointant du doigt le navire il clama haut et fort que ce rafiot était un chef-d'oeuvre d'ingéniosité et de 'technologies'. Qu'était-ce donc que cela, technologie ? Il précisa que seul les elfes sindels avaient les connaissances et les moyens de construire de tel 'appareil'. C'était comme ça qu'ils les appelaient, appareil. Bon à savoir, en tout cas cela rendait Warren très curieux de savoir plus sur ce type de navire, mais pour le moment il lui fallait son billet. Son interlocuteur lui donna le papier en échange d'une petite poignée de yus que le mage déposa sur son livre. C'est alors au moment où il allait embarquer qu'il l'interpella :

-"Ah au fait j'aurai besoin de votre nom et prénom, c'est pour le registre."-
-"Duncan. Enfin, Warren Duncan."-
-"Merci bien et bon voyage !"-

Même si cela n'allait durer que quelques heures le spectacle qui s'offrait devant les yeux du jeune homme était ahurissant. Pour l'instant ils étaient encore au sol, mais voir une telle masse pouvoir se soulever dans les airs et être propulsée d'elle-même, sans vent ni aide extérieur ... C'était tout simplement invraisemblable. Mais Warren ne réfuta pas le concept, bien au contraire. Étant toujours à l'affût de ce qui est nouveau ou sortant de l'ordinaire, cette découverte pour lui était enrichissante. Il se doutait bien que les sindels gardaient très jalousement leur secret là-dessus. Les minutes s'écoulèrent et finalement le capitaine du navire annonça le départ imminent, phrase sur laquelle le mage se précipita vers les bords du pont principal. Heureusement pour qu'il y avait des barrières car sinon il serait vite tombé et mort ... Le moment où la coque s'éleva au premier centimètre au-dessus du sol le laissa sans voix. On aurait dit que les autres passagers n'en avaient rien à faire de ceci ... Comment faisaient-ils ? Mais il fallait être fou pour ne pas rester ébahit devant ceci. Au final les voici qu'ils étaient en train de voler au-dessus des terres à une distance assez grande. Warren décida de ne pas rester sur le pont principal et voulut aller à l'intérieur de l'aynore.

-"Incroyable … Tout simplement incroyable."-

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Mer 5 Déc 2012 22:30 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 29 Jan 2011 15:58
Messages: 3217
Localisation: Dans le ciel d'Omyrhy
Retrouver la zone d’embarcation n’avait pas posé de difficultés à la Sindel. Ces quelques jours passés dans la cité aux mille visages lui avaient permis de poser des images, des odeurs, des sons - en bref des expériences personnelles – sur les mots lus et relus à Cyniar, et même sur place.
La ville lui semblait familière alors même qu’elle n’en avait qu’effleuré sa topographie et à peine côtoyé ses autochtones. Elle aurait pu, en restant un peu plus longtemps dans la cité, revoir encore et encore ses connaissances et jugement sur la société tulorienne… mais cela importait peu. L’essentiel avait été fait. La leçon la plus conséquente et libératrice avait été délivrée.

Ici comme ailleurs la vie bouillonnait, la foule allait et venait, se bousculait, hélait et marchandait. Plusieurs espaces se démarquaient les uns les autres, sans aucun doute des aires d’atterrissage pour les différentes destinations proposées depuis Tulorim.
Après un rapide tour d’horizon, Itsvara se dirigea vers un Sindel qui semblait donner des ordres à tout va. Arrivée à quelques pas de lui, elle s’inclina selon les conventions de leur race et s’enquit, d’une voix poussée de manière à surpasser le son des hélices.

« Le prochain Aynore, pour quitter le continent, part quand et où ? »
« Mes respects, Dame. Celui là-bas part pour Kendra-Kâr, d’ici une quinzaine de minutes. Une hôtesse se chargera de vous accueillir et de vous proposer des places. »

Elle le remercia d’un signe de la tête et suivit la direction donnée. Régulièrement, elle jetait un coup d’œil aux environs, scrutant la foule, dévisageant les passants.

(Tu espères sa venue ?)
(Qui donc ?)
(Je lis tes pensées, ne me prends pas pour plus idiote que je ne le suis.)
(Alors pourquoi poser la question ?)

L’elfe cherchait, effectivement, la présence de Gabriel parmi cet amas d’individus. Le jeune garçon, s’il n’était pas l’archétype du compagnon de route idéal, avait au moins le mérite d’ancrer les pieds d’Itsvara dans le réel, de lui offrir le point de vue pragmatique des ignares. Itsvara le voyait un peu comme un sujet d’expérience, un être à modeler, à éduquer… pour lui offrir une vie qui lui semblait meilleure.
Malheureusement, le jeune varrockien ne semblait pas intéressé par la proposition de la sindel et nulle trace de sa présence n’était perceptible sur cette zone d’embarcation.

(Il est une perte de temps et d’énergie.)
(Il est intéressant à étudier. Les humains me fascinent… et lui semble posséder toutes ces caractéristiques que l’on attribue à leur race. L’impétuosité, l’absence de connaissance du passé, l’absence de vision, de prévoyance… la prétention, aussi.)

Avec une légère pointe de regret, elle s’avança dans l’aynore désigné par son comparse.

« Bienvenue à bord, madame. Cet aynore est à destination de Kendra Kâr, le départ aura lieu dans huit minutes. Le prix du trajet est de quarante-cinq yus. Souhaitez-vous prendre une place ? »

La voix de l’hôtesse était suave mais le ton était monotone, indiquant bien que son annonce était répétée à longueur de journée.
Itsvara tendit simplement la somme demandée et s’enfonça dans l’appareil.
Gabriel ne viendrait pas. Elle se faisait une raison, fortement influencée par les dires de sa Faera, lui rabâchant à quel point le jeune humain était un poids plutôt qu’une découverte essentielle.

Le voyage serait probablement court, comme toujours à bord de ces merveilles sindelis, aussi Itsvara ne prit pas la peine de sortir son nécessaire d’écriture. Son bilan tulorien attendrait son arrivée à Kendra-Kâr.

« ‘ttendez ! BORDEL NON ! FERMEZ PAS LES PORTES ! »

(Oh non…)

L’elfe aux cheveux d’argent se redressa un peu plus sur son siège. La voix lui était familière.
L’hôtesse continuait de fermer le sas d’entrée.

« Mais merde ! J’ai des affaires d’un de vos passagers ! Elle m’attend la géante ! »

Cette fois, c’était certain. Itsvara se leva pour rejoindre l’hôtesse et arrêter son geste.

« Il m’accompagne, je paie son entrée. »
« Elle est sourde l’autre conne ?! »
« Gabriel, je vous en prie, prenez soin d’adapter votre comportement et votre langage. Vous êtes désormais dans un vaisseau sindel. »
« Mes couilles, ouais ! »
(Insupportable.)


Gabriel, malgré ses airs de m’as-tu-vu, n’en menait pas large dans le vaste aynore. Il collait Itsvara jusqu’à sa place, serrant son baluchon contre son torse.

« N’est-ce pas merveilleux ? »
« Ouais, si tu l’dis. »
« J’ai cru entendre que vous aviez des affaires pour moi… »
« Nan, c’était juste pour pouvoir rentrer. Ça a marché. »
« Oh… Bien. »

Le silence s’installa entre les deux protagonistes. De toute façon, s’ils avaient voulu parler, cela eut été impossible ; le vacarme produit par le décollage aurait étouffé leurs voix.
Gabriel se cramponnait à son siège tandis qu’Itsvara, s’étant détournée de lui, profitait de la vue aérienne de Tulorim.

« On arrive quand ? »
« Nous venons à peine de décoller ! À vrai dire, je ne sais pas trop… Une heure ? Deux heures ? Je n’ai pas demandé. »

À nouveau le silence. Itsvara se perdait dans ses pensées… et semait également sa Faera dans son tumulte mental.

(Te suivre est une plaie.)
(Je ne vous le demande pas. Jamais vous ne partez ?)
(Je suis là… et pas là en même temps.)

« J’aime autant quand vous ne m’interrompez pas… »
« Mais j’ai rien dit ! »
« Je ne vous parle pas. »
« Bah ouais, c’est ça…. Et tu parles à qui ? »
« Cela importe peu. »
« Espèce de folle… » marmonna-t-il.

Ainsi se déroula le court trajet jusque Kendra Kâr, calmement.

_________________
ImageImage


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Mer 29 Mai 2013 09:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 19 Nov 2012 12:12
Messages: 1072
Localisation: Faculté de Magie de KK (Equilibrium)
Arthurus Baierouge

Je range rapidement les quelques affaires que j'ai sortie, me demandant un instant si ma robe ne sera inadaptée à l'extérieur de l'aynore. Finalement je me dis que non, elle est belle et discrète, il ne devrait pas ya voir de soucis.

Je m'assoie et croise les jambes, m'adossant pour patienter jusqu'à atterrissage. Je ferme les yeux, profitant du silence pour repenser à Arthurius. Je ne m'attendais pas à rencontrer un Baierouge, je pensais qu'ils vivaient tous au même endroit, fuyant comme la peste ma famille. J'aimerais bien savoir ce qu'il s'est vraiment passé ce jour-là...

Arthurius semble quant à lui passer outre les problèmes familiaux, et je dois avouer que sa compagnie est agréable. Je souris un instant en pensant que je n'avais jamais rencontrer autant d'hommes galants avant d'arriver à Kendrà-kar.

Je repense un instant à Alya. J'espère que Farrah a prit le temps de la prévenir, sinon elle risque de m'en vouloir d'être partie sans lavoir fait. Penser à elle me rend un peu mélancolique. J'aimerais bien la revoir. Vivement que cette mission soit terminée que je puisse retourner au théâtre.

Soudain, un coup porté à la porte me sort de mes pensées, et est suivi de la voix d'une hôtesse me prévenant que nous allons bientôt atterrir. Arthurius ne s'est donc pas trompé. Il doit avoir l'habitude des voyages.

"Merci."

L'aynore est toujours aussi stable. J'ai toujours été impressionnée par cet appareil qui permet de s'élever au-dessus des nuages sans apparente difficulté. Mais je n'ai pas vraiment le temps de me replonger dans mes pensées. Un nouveau coup à la porte et, cette fois-ci, une voix familière m'invitant à sortir de l'aynore dès qu'il aura atterrit. Je prend mon sac et sors de la chambre, regardant brièvement Elylia, enfin réveillée.

"Allons-y."

Nous nous dirigeons vers la sortie de l'aynore et attendons l'atterrissage. Une légère secousse parcours l'appareil lorsqu'il touche le sol, puis la porte s'ouvre et les passagers commencent à descendre.

Il fait beau à Tulorim, et je reste quelques secondes à admirer cette nouvelle ville, vivante et berceau de ma première mission.

"Amalia !"

Je me retourne, cherchant Arthurius du regard. Il est quelques mètres plus loin, une petite valise à ses pieds. Je m'approche de lui, ne sachant trop quoi dire.

"Je présume qu'il s'agit de votre amie ? Enchantée mademoiselle."

Le jeune homme salut Elylia en lui baisant la main.

"En effet. Je vous présente Elylia, qui m'accompagne pour m'aider. Et voici Arthurius, un homme que j'ai rencontré dans l'Aynore. Il connait Tulorim."

Je me rend soudain compte qu'Elylia va penser que je suis une fille facile. Je rougis d'un coup et baisse les yeux, ne sachant pas comment rattraper la situation. Heureusement, Arthurius reprit la parole.

"Amalia m'a apprit que vous aviez des choses à faire à Tulorim. Nous avons... quelques liens qui font que je me suis proposé pour vous guider. Mais je ne voudrais pas imposer ma présence."
"De mon côté j'ai accepté, ne connaissant pas la ville, il pourrait nous faire gagner du temps. "

J'espère qu'Elylia va accepter. Il faut que j'en apprenne plus sur Arthurius.

Réflexion

_________________
Image

Merci à Itsvara
Musique jouée par Amalia en concert
La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée. Platon


Dernière édition par Amalia rosenoire le Mar 10 Sep 2013 14:53, édité 3 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Jeu 30 Mai 2013 11:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7731
Localisation: Kendra Kâr
Intervention PNJ pour Amalia


Elylia était suspicieuse face à cet inconnu que tu semblais connaître plus que tu ne le disais. Elle regarda tour à tour Arthurius puis ta personne cherchant à détecter une once de mensonge ou de méchanceté dans le regard de cet homme qui lui sembla plus ressembler à un elfe à la finesse de ses traits. Elle remarqua les regards que vous vous lanciez alors que vous descendiez de l'aynore tous les trois. Elle te prit par la manche une fois sur l'herbe.

- "Excusez-nous Arthurus, discussion de filles."

Elle t'emmena un peu plus loin, suffisamment pour que la conversation n'atteigne pas les oreilles du nouveau venu.

- "Je ne lui fais pas confiance, il m'a l'air de cacher ses véritables intentions. C'est peut être de la paranoïa mais il me semble que tu ne me dis pas tout à son sujet. Je me trompe ? Nous sommes censées faire une mission ensemble et tu invites un inconnu parmi nous. Es-tu sur de toi ?"

La crainte et la peur de ne pas réussir la lourde tâche que vous aviez à accomplir transpiraient dans la voix d'Elylia.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Ven 31 Mai 2013 10:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 19 Nov 2012 12:12
Messages: 1072
Localisation: Faculté de Magie de KK (Equilibrium)
Atterissage

Elylia ne répond pas tout de suite. Elle regarde Arthurius d'un air suspicieux. Ca commence mal. D'un autre côté, c'est vrai que je ne sais pas grand chose de lui. Ma compagne de guilde finit par attraper ma manche et m'emmener un peu plus loin, s'excusant auprès du jeune homme.

Elle attend d'être assez loin pour ne pas être entendue puis m'explique ne pas lui faire confiance. Elle renchérit en disant que je lui cache des choses. En soit, ce n'est pas faux. Il semble évident qu'elle a peur pour la mission, et qu'elle ne veut pas risquer de la rater à cause d'un inconnu.

Je la regarde plusieurs secondes, cherchant mes mots. Je ne veux pas faire rater la mission. Et je ne vais pas lui mentir. Ce n'est pas mon genre, et elle a confiance en moi apparemment.

"Je... Il s'appelle Arthurius Baierouge. Tu ne dois pas le connaitre. Je viens d'une famille puissante dans mon pays, riche et reconnue. Les Baierouge sont une autre famille de ce type. Malheureusement, nos deux familles se sont déchirées pour une raison que j'ignore en partie."

Je me tais, lui laissant le temps d'assimiler ce que je viens de dire, et réfléchissant à la suite.

"Il vit à Tulorim depuis des années, c'est pour ça que j'ai pensé qu'il pourrait nous aider à trouver l'académie et ce Maxime que nous recherchons. Et je ne pense pas qu'il ait de mauvaises intentions."

Je baisse les yeux un instant, avant de les relever.

"Il n'est pas obligé de venir. Si tu préfères qu'on ne continue que toutes les deux, il n'y a pas de soucis. La mission avant tout."

Je lui souris, attendant sa réponse. Je ne veux pas la forcer à faire quoi que ce soit. Je suis la nouvelle dans le groupe, elle appartient à la guilde depuis plus longtemps que moi.

Entrée dans Tulorim

_________________
Image

Merci à Itsvara
Musique jouée par Amalia en concert
La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée. Platon


Dernière édition par Amalia rosenoire le Mar 10 Sep 2013 14:55, édité 5 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Lun 3 Juin 2013 15:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7731
Localisation: Kendra Kâr
Intervention PNJ pour Amalia


Elylia fronça les sourcils tout en t'écoutant lui donner des explications concernant ta relation avec Arthurius ou du moins celle de vos aïeux.

- "S'il avait encore un quelconque grief contre toi à cause de votre passé commun, il aurait probablement déjà tenté quelque chose. Si tu lui fais confiance, je te fais confiance. Mais sache que je vais garder un oeil sur lui, juste par mesure de précaution."

Posant sa main sur ton épaule, elle rejoignit Arthurius.

- "Votre aide pour nous orienter dans Tulorim nous sera précieuse et nous permettra de gagner du temps. Nous devons nous rendre à l'arène, pouvez-vous nous y conduire ?"

Elylia acceptait la présence d'Arthurius à vos côtés, il était maintenant temps de remplir votre mission.


(((HRP : Tu n'es pas obligé de répondre dans la zone d'embarcation mais dans tout autre lieu de la ville.)))

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Lun 10 Juin 2013 19:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 19 Jan 2011 09:51
Messages: 1074
Localisation: Gwadh
Deux aventuriers devaient se rendre sur la zone d'embarcation. Si les cynores paraissaient déjà impressionnants, les aynores coupaient le souffle. Bien plus grands et plus majestueux, ils flottaient, et s'envolaient au dessus de la baie de Tulorim à une vitesse aussi incroyable que le prix de leur billet. Les membres de la compagnie d'air gris s'activaient. Rosa cherchait du regard son protecteur entre les équipages et les passagers qui embarquaient ou débarquaient. Il l'avait laissé dormir et était parti bien avant l'éveil de la shaakt, l'aubergiste indiqua qu'elle devait attendre son protecteur devant les aynores. Eh bien chose faite, les affreux grosses machines infernales étaient juste devant elle. Toutefois, comme souvent en fait, le guerrier humain traînait. En retard, il lui laissait le temps de voir un des appareils prendre de l'altitude, Rosa put voir avec horreur la vitesse de son départ.

Thalo se présenta, son casque réparé, une armure de plate complète qui lui rendait son caractère brillant. Il était de nouveau incapable de faire tout acte de discrétion, à la grande satisfaction de la shaakt. Elle regagnait un protecteur complet, sans défaut, du moins ceux auxquels elle n'était pas habituée. Mais... Mais, mais, mais il y avait quelque chose qu'elle regrettait tout de même. Ce vil guerrier avait profité du lourd sommeil de la mage pour l'empêcher de voir sous son casque. Oh, il pouvait bien profiter de cette petite victoire, il allait sûrement se prendre d'autres coups sur la tête là où ils se rendaient.


« Voilà donc ce départ inattendu. Un honteux stratagème pour toujours dissimuler ton visage. Profiter de ma fatigue, il n'y a rien de très juste là dedans.  »

« Mais j'ai toqué, dame. Vous n'avez pas répondu... Un sommeil de plomb je présume.  »

« Même épuisée, une shaakt sait sortir de sa torpeur et dégainer un poignard au moindre petit bruit. »

« Dans ce cas là, comprenez pourquoi je n'ai pas insisté ! »
Il plaisantait tout en déposant les yus au Sindel chargé de la vente de billets. «  Je ne vous cache pas que cela fait du bien de trouver un équipement digne de ce nom ! Ah ! C'est qu'il a fait du bon travail cet artisan et pour un prix tout à fait raisonnable. Je suis fin prêt à affronter la ville shaakt ! »

« Tu brilles peut-être un peu trop. Nous allons devoir monter dans ces gigantesques engins ?»

« Oui ! »
Il redevenait un peu plus un enfant. «  Vous avez vu comment ils filent comme le vent ? Voir plus vite que le vent en fait... Si seulement votre magie pouvait me transformer en sindel juste pour les infiltrer sournoisement et savoir comment ils font marcher ça ! »

« Hm, non je ne pense pas avoir ça dans mes ... Comment vous dites déjà ? Cette expression... Ah oui dans mes cordes. Par contre, je me demande ce qu'une boule de feu bien placée leur ferait. »

« Avec tout le respect que je vous dois, permettez moi de penser l'éventualité que cette idée pourrait être peu intéressante. »

« Passe devant.. J'ai dejà le vertige en songeant à monter cette planche d'embarcation. »


Ils montèrent dans l'anyore tout en discutant. Cela faisait oublier à l'elfe sombre la hauteur. Leur destination était le continent Nosvéris, pour la ville de Lebher, ville des exilés d'Omyrhy, ville des elfes.

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Ven 9 Aoû 2013 16:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 29 Mai 2011 22:08
Messages: 1798
Localisation: Oranan
Après être ressortit de la ville, Marla, sur son destrier, arriva à la zone d'embarcation. Elle savait qu'elle allait devoir faire preuve de diplomatie pour pouvoir convaincre des Sindeldi de l'accepter à bord. Les elfes gris haïssaient les Shaakts...à raison puisque les Shaakts étaient une race haineuse et chaotique. Si un Shaakts éprouve le besoin de vous nuire pour en retirer un bénéfice quelconque... il le fera! Elle fit trotter son cheval en direction d'un aynore. Les gris étaient en train de décharger aussi bien des marchandises que des gens. Elle s'avança vers la passerelle et attira l'attention d'un elfe gris... Son visage se transforma instantanément en une expression de mépris à peine déguisé. Cela n'étonna pas la sombre qui prit la parole.

Vendui darthiir, je recherche le capitaine de ce vaisseau pour parler avec lui.

Le Sindel pointa du doigt en direction du pont du vaisseau, a priori le capitaine se trouvait à bord, Marla inclina doucement la tête pour remercier celui-ci. La diplomatie et les faux-semblant, elle ne voulait qu'une seule chose.. utilisez ces personnes comme des instruments et non comme des personnes. Mais pour pouvoir les utiliser elle allait devoir se montrer conciliante envers le capitaine... le tromper en quelque sorte. Se dirigeant vers la passerelle elle aperçu un attroupement autour d'un panneau d'affichage. Peut être apprendrait-elle un peu plus sur cette guerre qui se profile du côté d'Oranan?

Effectivement sur le panneau d'affichage parmi les récompenses pour la capture de brigands ou autres malandrins, se tenait un décret orné d'un sceau, celui-ci demandait à toute personne de venir à Oranan le plus vite possible pour prévenir un assaut des forces d'Oaxaca. La sombre esquissa un sourire, elle se dirigeait bien dans la bonne direction et elle allait pouvoir plaire à sa déesse. Déesse qui venait de la renier, refusant de lui accorder les dons obscurs, refusant peut être aussi chaque offrande et chaque parole adressées à son attention... Son sourire s'effaça aussitôt laissant place à un masque de colère. La prêtresse allait maintenant devoir parler avec le capitaine du vaisseau, elle retira son masque pour arborer un visage neutre... Elle ne voulait pas faire mauvaise impression. Elle faisait avancer l'équidé sur la rampe, quand une protestation s'éleva en amont de sa position, le capitaine n'était visiblement pas d'accord de la tournure des événements.

Non de non! Qu'est ce qu'un Shaakt viens faire sur mon vaisseau? Déclinez vos intentions!

Marla descendit du cheval et examina la situation, les Sindeldis étaient nerveux, voir en colère, leur haine vis-à-vis des Shaakts était bien réelle et palpable, des regards hostiles et plein de mépris, accompagnaient les messes basses. Elle s'avança vers le capitaine pour pouvoir parler de manières discrètes sans que personne ne puisse entendre ce qu'elle avait à dire. Une fois face à lui elle prit la parole, dévoilant son visage.

Vendui jabuk darthiir, je viens en paix. Je souhaite rester sur votre vaisseau le temps d'arriver en Nirtim. Je ne veux rien de plus. Je vous promets que vous, ainsi que votre équipage, n'avez aucune crainte à avoir à mon encontre.

Venant d'une Shaakt tout cela sent le piège à plein nez ou la manipulation, alors vous allez me faire débarrasser le plancher ou je vous jette par-dessus bord!

Bien évidement la haine opposant les deux races était bien plus forte et le capitaine était en son droit de refuser un passager en particulier si celui-ci ne lui revenait pas…Néanmoins Marla ne s'avoua pas vaincu pour autant…comme l'avait dit le sindel…les shaakts étaient les maitres de la manipulation. Elle donna l'impression d'une mine triste, presque mélancolique.

Je comprends jabuk darthiir, je dois néanmoins insister ou vous allez aider d'autres shaakts qui veulent ma mort... Sacrifierez-vous une innocente qui essaye de survivre?

Innocente? Je ne crois pas...Et de toute façon les affaires des Shaakts ne me regarde pas, je ne veux pas en être mêlé...un Shaakt mort de plus ou de moins...Qu'est-ce que cela peut me faire?


Elle avait encore échoué dans sa tentative de persuasion, elle se demandait alors comment elle allait faire pour pouvoir rester à bord, monter clandestinement? Mauvaise idée, tout le monde aura les yeux fixés sur elle à partir de maintenant. Elle était dans une impasse…elle allait devoir employer la manière forte… Elle approcha sa tête le plus près possible de celle du capitaine et parla à voix basse

Maintenant tu vas m'écouter darthiir, je n'ai que faire de tes souhaits ou de tes désirs, j'ai des informations concernant Oaxaca pour Oranan, alors si tu n'es pas capable de faire fit de la haine entre nous tu condamnes la ville! Je resterai sur ton vaisseau et le quitterai le plus vite possible une fois débarquer… Si cela ne te plait pas alors jette moi par-dessus bord, mais je serai heureux de te retrouver après et te ramener à Oranan pour leur présenter la personne responsable de la mort de nombreuses personnes…Maintenant que nous sommes d'accord, je vais embarquer avec ma monture.

Marla s'écarta du capitaine et passa à côté de celui-ci tenant dans ses mains les rennes du cheval. Elle ne savait pas pourquoi elle gardait cet équidé avec elle, mais il était clair qu'elle allait en avoir besoin..du moins pour un temps. Le capitaine maugréa quelque chose et la laissa passer. Elle se demanda quand même si le Sindel avait avalé ses demi mensonges. Elle était bien poursuivie...tout du moins elle l'était, mais ne savait pas si elle était encore recherchée par la maison Kil'roth...elle supposa que oui...les Shaakts vivent longtemps et ont tout le temps pour ressasser les vieilles rancunes. Elle alla attacher le cheval dans une sorte d'abri prévu à cet effet et resta dans un coin, accroupie attendant le décollage.


_________________
Image






Dernière édition par Marla le Dim 11 Aoû 2013 11:27, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Zone d'Embarcation
MessagePosté: Ven 9 Aoû 2013 21:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 22 Juil 2013 20:41
Messages: 471
Localisation: quête 30

____________________________________________________





Malheureusement, elle n'avait guère le temps de visiter la ville. Elle devait prendre le prochain Aynore pour Kendra Kâr qui partait quelques minutes après leur arrivée. Cela allait être très juste voir quasi impossible, mais sinon elle allait perdre une journée. Plus tôt elle arriverait, mieux cela serait pour l'imager de sa famille. Elle ne voulait pas démontrer que ce n'était qu'une mission comme une autre, et que l'on envoyait seulement elle et pas un combattant plus compétent.
La jeune femme était la première devant la passerelle, qui était encore relevée. Les gardes arrivèrent bien plus calmement après quelques minutes, suivit d'un elfe gris. Puis la cynore accosta si on puis dire à la zone de débarquement.

À peine la passerelle descendue, Armelle fonça ventre à terre, alors qu'elle n'était même pas posée jusqu'au bout. Elle avait repéré depuis que la ville était en vue, une aynore assez similaire mais différente s'il fallait en croire un elfe gris. Elle ne voyait aucune différence, mais si cela pouvait l'aider à gagner du temps tant mieux.

"Attendez ! Je dois embarquer !"

Cria-t-elle alors le plus fort possible. Ils étaient en train de relever la passerelle du navire volant, lorsque la jeune archère sauta dessus avec justesse. Elle courut le long de la passerelle alors que les gardes méfiants posèrent leurs mains sur leurs armes.

"C'est trop tard maintenant ! Vous prenez le prochain ! "

"S'il vous plais ! J'ai un laisser-passer pour la ville d'Oranan, je suis attendue au plus tôt."

Répondit alors Armelle en tendant le parchemin à l'elfe gris. Elle avait bien remarqué que c'était eux qui dirigeaient et choisissaient ce qui se passait sur leur navire. Il vérifia quelques instants ce qui était écrit et hocha la tête.

" hmmm, bon soit. Vous dites vrai, montez et ne faites pas de grabuge."

Armelle avait réussit à monter presque avec perte et fracas, mais l'histoire ne retiendrait que ce fait-là. Il fallait l'espérer.

_________________
Image


Dernière édition par Armelle le Mar 20 Aoû 2013 09:12, édité 1 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016