L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le Vieux Chêne - Noriaur
MessagePosté: Ven 31 Oct 2008 21:43 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 29 Oct 2008 22:19
Messages: 177
Le Vieux Chêne - Noriaur


Image


Pour quiconque ayant réussi à trouver Cuilnen, il est aisé de se rendre au vieux Chêne. Non pas que la route à emprunter soit fléchée, bien au contraire. En fait, les voyageurs étrangers au Royaume d'Anorfain ne peuvent se promener dans la forêt sans répondre à l'appel de ce Chêne. C'est un vieil arbre qui se dresse près de la Cité, havre de paix et de sérénité séculaire.

A son pied, se tient la sage Ero. Bien malins ceux qui, ne la connaissant pas, verront en cette Elfe Verte la sage qu'elle est. Elle fait partie des premiers Elfes Verts à s'être alliés au Royaume et à avoir lutté à ses côtés contre le mal sur Nirtim.

Elle peut donner de judicieux conseils et prédire l'avenir à la lumière du passé et de son expérience. Encore faut-il réussir à déchiffrer ses présages. C'est aussi une excellente archère qui pourra vous enseigner certaines techniques, moyennant rétribution.

    CCAJ disponibles:

    • Point faible
    • Recul
    • Riposte
    • Tir critique
    • Tir du destin
    • Tir instinctif
    • Tir précis
    • Trait d'Hamoclès

Ici vous pourrez donc apprendre des CC automatiquement, mais cela a un coût : 400 yus la capacité de combat classique, 500 yus la capacité de classe secondaire.

(((SI VOUS VOULEZ ÊTRE SERVI DANS DES TEMPS RAISONNABLES, N'OUBLIEZ PAS DE DEMANDER AUX GM UNE INTERVENTION GMIQUE ICI, POUR QU'ILS S'OCCUPENT DE VOS ACHATS/VENTES. Nous ne faisons pas le tour des boutiques... merci de votre compréhension )))


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Vieux Chêne - Noriaur
MessagePosté: Lun 4 Nov 2013 19:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 28 Oct 2013 18:42
Messages: 564
Localisation: Cuilnen
>>la demeure familiale - partie II

Un voyage onirique - partie I


Il régnait une chaleur humide dans la forêt de Cuilnen en ce début d'après-midi. Les animaux restaient allongés dans la pénombre des entrelacs formés pas les immenses racines courant sur le sol. Les oiseaux, somnolant entre les feuillages, ne chantaient pas. Et l'immobilité qui emplissait l'atmosphère avait quelque chose d'abrutissant. Un son inhabituel résonnait parfois entre les arbres, faisant tourner la tête à quelques Merenra qui épiait alors les alentours, inquiets.

...nul ami ten... la main
L'avenir... noir...

...Traçant ma route ...tin au soir,
Riant, chantant...


Océma avançait péniblement. Sa robe lui collait à la peau et chaque mouvement lui coûtait des efforts improbables. Jamais elle ne s'était perdue ainsi, elle avait ses endroits favoris autour de Cuilnen où elle pouvait identifier chaque arbre, chaque rochers. Mais cette fois, dans sa course, elle était allée un peu trop loin. Parfois, obligée d'escalader une racine démesurée ou contourner un obstacle important, elle changeait de direction et, imperceptiblement, elle tournait en rond. Les heures avaient passé, elle avait terminé depuis longtemps les biscuits de Torië et maintenant elle chantait, autant pour rompre le silence pesant que pour refouler la peur aux frontières de sa conscience.

Dieux, qu'ils sont durs les chemins
Vivrais-je encore jusqu'à ce soir ?
Sans nul ami tendant la main
L'avenir parait bien noir.

Je suis parti voilà un an,
Jeune et emplit d'espoirs,
Traçant ma route matin au soir,
Riant, chantant, même nuitamment...


Elle s'arrêtait, observait les alentours, écoutait, avec le vague sentiment d'être épiée. Puis elle reprenait sa pénible marche, plus angoissée encore.

De malchance, j'ai joué,
Je suis tombé sur trois brigands,
Ma bourse, mon corps, z'ont profité
Puis m'ont laissé dans le tourment.

Dieux, qu'ils sont durs les chemins
Vivrais-je encore jusqu'à ce soir ?
Sans nul ami tendant la main
L'avenir parait bien noir.

Le sort s'est acharné,
Dans une auberge j'les ai r'trouvé
À ma table se sont assis,
Et puis de moy ont beaucoup rit.

Nez dans l'assiette ils ont fini,
La mort les a emportés,
De mon couteau ensanglanté,
Jusqu'à elle les ai conduits.

Geôlier sert moi du vin,
L'avenir est bien noir,
Ami, tends-moi la main,
Une dernière fois avant ce soir. *


Quelque chose claqua dans l'air. La jeune femme se plaqua d'instinct contre le sol, le nez dans ma mousse, avant d'identifier le son étrange : des applaudissements. Océma se décida pour la prudence : ce pouvait être les prémices d'un mauvais coup. Étant désarmée, elle attrapa une branche morte d'aspect solide et rampa quelques mètres jusqu'au pied d'un arbre.

La panique est un ennemi redoutable, elle peut changer le cours d'une bataille, et savoir la contrôler, chez soi comme chez l'adversaire, est une nécessité. Océma se sentait vulnérable, son cœur faisait battre ses tempes et elle avait l'impression qu'il résonnait dans toute la forêt. La sueur coulait sur son front et son corps semblait de pierre, impossible à bouger. Elle prit le risque de fermer les yeux et respirer longuement, laissant la peur l'envahir :
Une première respiration... Par Yuimen qu'elle avait peur, si seulement les dieux avaient répondu plus souvent aux prières, elle essaierait. Mais ils ne se déplaçaient que pour des affaires importantes ; et sa petite personne ne l'était pas.
Une seconde respiration... Elle était seule dans tous les cas. Seule ? Les arbres l'entouraient, la forêt était un lieu amical, plein de vies. Elle sentait l'énergie parcourant les plantes habituellement. Elle chassait les lutins durant des heures et s'était sortie plus d'une fois de situations délicates. Sa famille ne la croyait pas, mais elle avait des affinités avec le sol, les pierres, les végétaux. Et en ce moment elle en était entourée.
Trois respirations... Rien ne pouvait vraiment lui arriver, d'ailleurs le temps d'avoir peur était terminé : trois respirations seulement. Elle ouvrit les yeux et se libéra de l'angoisse débilitante qui la ralentissait depuis le réveil. L'air devint plus respirable, la journée moins insipide, ses idées plus nettes. Elle serra son bâton.

Un frottement au dessus de sa tête, léger, presque imperceptible, tout proche... Trop proche. Elle roula vers l'avant et se redressa tout en pivotant, son arme improvisée décrivit un large cercle autour d'elle. Ça bougea, déplaçant l'air prêt d'elle, mais elle ne vit rien. Tous ses sens étaient en alerte, il n'y avait pas un souffle de vent et toujours aucun bruit.
Elle foula au pied la surface sur laquelle elle se tenait : juste sous la mousse elle trouva une boue argileuse. Elle se campa bien sur ses jambes, enfonça ses pieds de quelques centimètres dans le sol puis elle laissa le fluide s'étendre autour d'elle. Il descendait dans la terre et remontait avec une fine poussière qui tourbillonnait, s'agglomérait peu à peu, et qui finit par former une croute argileuse autour de la magicienne.
Nouveau bruissement prêt de son oreille, elle balaya l'air avec son gourdin et ne rencontra à nouveau que le vide. Elle fit quelques pas en crabe pour se mettre dos à un arbre tout en gardant une possibilité de recul. Plus personne ne passerait derrière elle. Un claquement sec suivit d'un sifflement déchira le silence. Le gourdin lui échappa des mains et cassa en deux morceaux en plein vol. Au second sifflement la jeune femme sentit son épaule partir en arrière et, déstabilisée, elle se retrouva assise dans une flaque de boue, ayant oublié de rester concentré sur son bouclier de terre. Sa robe était déchirée juste au-dessus de l'épaule, le pan de tissu manquant se trouvait planté dans le sol un peu plus loin, au bout d'une flèche. Nulle blessure sur son corps, la précision du tir avait été parfaite.

Yuimen n'aime ni la mort ni la souffrance.

Je n'apporte rien de cela. Je suis... Simplement perdue.

La voix d'Océma gardait un accent de défi. Elle s'extirpa de sa gangue de boue et se tint droite, la tête haute. L'elfe se découvrit avec la souplesse et l'élégance inhérente à sa race. Elle était plutôt petite et, comme elle venait de le prouver, agile. Sa tunique d'un vert brun tombait sur un pantalon de cuir souple : une tenue particulièrement adaptée à la forêt, rendant sa propriétaire presque invisible pour qui ne la cherchait pas. Ses cheveux noirs, tirés en arrière, se terminaient par un chignon serré au dessus de la nuque. Toute sa personne exhalait une impression de praticité sans fioriture, son arme également : un arc aux ornements discrets fait d'un bois luisant et souple.

Nul ne se perd dans cette partie de la forêt : personne n'y passe sans être appelé.

Appelée?

Pourquoi as-tu quitté Cuilnen?

La jeune femme resta muette. Elle n'avait pas su répondre à cette question ce matin devant Torië. Et pourtant elle était partie: personne ne l'avait retenu, sa demi-sœur l'avait même poussée. En y réfléchissant... Depuis quelques jours une angoisse paralysante accaparait son esprit et cette sensation ne lui était pas coutumière. Maintenant qu'elle était lucide ses agissements des derniers jours apparaissaient presque incompréhensible. Bien sur, elle avait toujours rêvé de découvrir le monde, mais c'était arrivé d'un coup et tout avait concouru à ce qu'elle les dépasse ses doutes d'une façon trop simple... Trop rapide. Elle fixa l'elfe en fronçant les sourcils, méfiante.

Tu es liée à cette forêt, je pense que tu le sais. Alors, que sens-tu maintenant ?

La magicienne resta perplexe.
Tout est imprégné de fluides, elle l'avait lu dans un livre: arbres, plantes, animaux, roches... Le monde entier baigne dans cette énergie. Les mages savent le détourner, l'utiliser, l'emmagasiner pour en faire une source de pouvoir. Généralement on ne sent rien : il faudrait qu'une quantité extravagante d'énergie se trouve à courte distance pour être détectable. Et encore, elle se manifesterait probablement sous une forme peu identifiable. Océma doutait qu'une personne puisse jauger de la capacité en fluide d'un élément. Elle avait cette vague impression d'énergie circulant dans les arbres de Cuilnen, mais comment être certaine ? L'immensité de ces êtres dépassait toutes choses connus, ça n'était guère étonnant.
L'elfe l'observait toujours, son beau restait figé dans une expression indéchiffrable. Devant les doutes de son hôte, elle leva la main et indiqua une direction.

Sens!

Le ton était impérieux. Océma y obéit presque malgré elle. Elle tourna la tête puis étouffa un hoquet de surprise. Le vent s'était mis à souffler sur les feuillages du sous-bois, révélant une clairière occupée en son centre par un unique et immense arbre. Et elle le sentit : puissant, relié à tout alentour, diffusant son énergie dans la terre, dans l'air, dans les autres plantes... Elle sentit le lien qui l'avait tiré jusqu'ici, l'elfe derrière elle... Les animaux alentours, au sol, dans les arbres... Plus loin... La forêt encore: des milliers de consciences placides... Cuilnen: fourmilière de vie qu'elle pouvait presque toucher... Puis tout s'arrêta.
Elle replongea dans sa solitude, prisonnière de son corps étriqué. Le vent retomba, les feuillages reprirent place, masquant la clairière. La magicienne chancela comme une tempête se déclenchait sous son crâne, et le maigre repas de ce matin retourna à la terre. Un sifflement persistait à ses oreilles et son corps ne lui répondait plus, elle tâtonna longtemps alentours sans être certaine de toucher quoique ce soit. L'elfe lui tendit une gourde d'eau fraîche. Elle ne put avaler une goutte, mais elle se rinça le visage et quelques couleurs remontèrent jusqu'à ses joues.

Pourquoi... Suis-je ici ?

N'est-ce pas évident maintenant ?

Je comprends le moyen, je n'ai pas la raison. Quel est mon utilité pour un être aussi immense ? Qui est-il ? Et vous ?

Je n'ai pas de réponse à ta première question, seul Ilmirendir le sait. Quant à ce qu'il est... Il est un arbre solitaire, très vieux : plus anciens que les arbres soutenants Cuilnen. Il existe pour la forêt et par elle, la langue humaine ne propose pas de mots pour ça. Tu as senti. Moi, je suis sa gardienne.

Ces derniers mots au ton catégorique ne laissaient pas de place à la conversation et Océma ravala ses questions. Le peu d'informations dont elle disposait l'inquiétait, elle ne se sentait pas en mesure d'affronter un nouveau contact avec la conscience démesurée qui l'avait touché. Le fait de se sentir manipulé la mettait également mal à l'aise : avait-elle un instant dans sa vie été maître de son corps, voir de ses pensées ? Dans ce réseau d'énergies tissé entre toutes choses, où des créatures aussi imposantes que l'arbre existait, quelle était la place d'une petite humaine éphémère? Penser ainsi lui donnait le vertige, la remise en question était trop importante. Son esprit manquait de plasticité pour construire une suite cohérente à partir de cette nouvelle expérience. Elle lâcha un soupir et posa une question beaucoup plus neutre :

Ilmirendir c'est... Son nom ?

Oui, viens.

Elle suivit l'elfe docilement et fut guidé jusqu'à la clairière. En écartant les branches la scène dont elle n'avait eu qu'une vision fugitive s'étendit sous ses yeux : un large cercle sans végétation, comme si l'énorme chêne n'acceptait aucune intrusion dans son espace. Ses branches tordues peinaient à s'élever et s'entrelaçaient en tous sens, certaines rampaient sur le sol jusqu'au sous-bois. Quelques racines courraient juste sous la surface et on les devinait aux bosses qu'elles formaient. Il en existait d'autres, plus profondes, invisibles, qui allaient probablement bien au delà de la clairière.
Ici aussi régnait un calme étrange, solennel, aucun oiseau ne nichait dans le feuillage vert sombre. La majestueuse présence de l'arbre imposait de respecter le silence. Sans y prêter attention Océma s'était mise à marcher sur la pointe des pieds. Son guide s'arrêta prêt du tronc.

*chant populaire de Bouhen

_________________

Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Vieux Chêne - Noriaur
MessagePosté: Lun 4 Nov 2013 19:50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 28 Oct 2013 18:42
Messages: 564
Localisation: Cuilnen
>>un voyage onirique - partie I

Un voyage onirique - Partie II


Et maintenant ?

Je ne vais pas plus loin, c'est toi qu'il attend. Je vais garder tes affaires.

Je n'ai rien, juste ces quelques Yus que je destinai à l'achat d'une lyre.

Ta voix est belle et mérite d'être accompagné d'un bon instrument. Si Ilmirendir t'accepte, j'aurai quelque chose pour toi. En attendant, contre tes pièces je te donne ma dague, ainsi tu n'iras pas désarmée. Prends en soin, tu devras me la rendre à ton retour.

Où dois-je aller?

Tu as senti. Maintenant tu dois faire confiance.

Confiance? À qui?

L'elfe se retourna et s'éloigna sans bruit pour disparaitre dans le sous-bois, laissant Océma seule, noyé sous la présence écrasante du chêne, et sans réponse. Elle commença par observer la dague qu'elle tenait en main : le métal brillait d'une lueur bleue et irradiait une douce chaleur. La forme de la lame damassée était simple, parfaitement symétrique, et la jonction avec le bois était si soignée qu'on peinait à la voir. Les fines écritures elfiques gravées sur le manche attestaient d'une époque ancienne. Rares étaient ceux qui possédaient un tel objet.
Un souffle tiède la détourna de sa contemplation. Une douce brise traversait maintenant la clairière et faisait osciller le feuillage sombre. Un doux murmure s'élevait, comme les chuchotements d'un conclave jugeant et délibérant. La jeune femme sentit l'attention pesante qu'on lui prêtait. Elle monta sur les premières racines et fit le tour du tronc. Sa circonférence n'avait rien à envier aux arbres-maison de Cuilnen mais elle ne vit aucune ouverture. Elle fit le tour de la clairière mais ne vit rien de surprenant. Seul le vent devenait étrange : la brise continuait à souffler et n'était aucunement influencé par le tourbillon qui se formait sur les pourtours de la clairière. La forêt n'était pas touchée non plus. C'était comme une bulle qui emportait les feuilles mortes et les branchages, leur faisant exécuter une danse effrénée à sa surface. Une grosse branche quitta la sphère et vint percuter le poignet d'Océma. De surprise elle lâcha la dague qui fut projetée dans la ramure tortueuse.

Il faut monter ? Hum ?

Elle se sentait idiote à parler tout haut devant un arbre magique contrôlant le vent. Vivait-elle un de ces contes pour enfants qu'elle aimait raconter? Cependant elle commença l'ascension. En tant qu'habitante de Cuilnen elle était coutumière de ce genre d'exercice et le tronc offrait de nombreuses prises. Son poignet endolori la gênait mais elle se concentra sur sa tâche, au moins pour retrouver la dague. Une fois sur la première branche elle constata qu'elle pouvait se déplacer debout et bientôt elle ne vit plus le sol à travers les nœuds des branchages. Elle était au centre d'un concert de bruissements et la présence étouffante qui l'observait se faisait plus proche. Elle continuait à s'élever en suivant une branche tortueuse dans une sorte de tunnel fait de feuilles. Allait-elle vers le centre ou l'extérieur ? Elle était en tout cas trop loin pour la dague. Elle fit demi-tour et se trouva encore à monter sans reconnaitre les endroits où elle était passée. Elle s'arrêta et prit une longue inspiration.

C'est maintenant que je dois te faire confiance ? Soit : emmène-moi où tu voudras. Je ne compte pas errer éternellement.

Bien vite le chemin format un coude, et la magicienne s'y engagea d'un pas assuré, ce qui la précipita quelques branches plus bas. Elle retomba sur son poignet dont sorti un craquement sec. La douleur remonta le long de son bras et des larmes glissèrent sur ses joues tandis qu'elle serrait les dents pour ne pas hurler. N'était-elle donc qu'un pantin avec lequel on pouvait jouer? Elle se releva et déchira le bas de sa robe pour en faire une écharpe.

Je ne mourrai pas ici tas de bois.

À nouveau la branche s'élevait tortueuse des deux côtés, entourés de feuillage mouvant. Elle passa une jambe à travers et tâta du pied ce qui se trouvait derrière. Une fois assuré d'une surface solide et plane elle traversa. L'environnement semblait plus naturel : les rayons du soleil filtraient à travers la ramure et elle entrevoyait le ciel, le sol aussi, pas si lointain finalement. Elle reprit courage et espoir, passa de branches en branche, se laissant glisser le plus souvent pour ménager son bras. Elle retrouva finalement la dague presque au centre de l'arbre, juste au dessus du tronc. Elle hésita et choisit de ne pas redescendre immédiatement. On l'avait attiré ici : elle comptait bien découvrir pourquoi.
Le vent soufflait plus fort à mesure qu'elle approchait du sommet et elle devait maintenant lutter contre un balancement désagréable lui donnant la nausée. Elle vit quelque chose : des fruits, des glands. Juste quelque uns, solitaire. Elle ne douta pas que ce fut la raison de sa venue, elle n'avait rien vu de semblable dans toute la ramure.
La branche y donnant accès, qui se trouvait juste en dessous, était étroite, fine et secouée par la tempête. Elle se déplaça en crabe tout en tirant celle supportant les glands pour les amener à portée. Plusieurs fois elle du s'arrêter, respirer, repousser la peur du vide au fond de ses entrailles et s'obliger à glisser plus avant. Enfin, elle toucha les fruits. Habituellement ils se détachent facilement, mais elle eut beau tirer, secouer, tourner... Rien n'y fit. Ils s'accrochaient à l'arbre.
Restait un espoir dans la dague coincé à sa ceinture, mais de sa main valide elle gardait les glands à sa portée et s'assurait de ne pas tomber. Une idée folle la traversa. Elle glissa sa main jusqu'à accrocher la branche dans un pan manche, et après une longue inspiration, elle lâcha. Le vent s'arrêta aussitôt, le tissu se déchira mais la branche resta immobile. La magicienne, sans se poser de question, tira aussitôt la dague et coupa le bois sans trouver de résistance.

Dans l'air à nouveau silencieux et immobile Océma fit demi-tour, tremblante, prise de spasmes incontrôlables, le visage en pleurs. Aucun obstacle ne l'arrêta : la descente fut simple et rapide. Elle se laissa finalement glisser au bas du tronc avant de s'écrouler et laisser libre cours à ses sanglots. Lorsqu'elle releva la tête l'elfe se tenait assise non loin, les yeux fermés, plongée dans une sorte de méditation.

Finalement nous nous retrouvons.

Je pouvais donc mourir haut ?

Bien sûr. À chaque instant nous pouvons mourir, même maintenant alors que tu ne te sens plus en danger.

La magicienne fit une grimace de dégoût. Elle en avait assez des phrases au sens équivoque, des silences énigmatiques, des manipulations et des secrets. Elle aspirait simplement au repos et il lui fallait encore marcher pour être chez elle. Elle oubliait un peu vite qu'elle ne possédait plus rien.

Voici ta dague. Tu peux aussi garder ces fruits, je n'en veux pas.

Je reprends la première, les seconds t'appartiennent. Permets-moi de ne pas te rendre ton argent, en compensation j'ai un présent à t'offrir.

L'elfe présenta un morceau de bois de bonne taille. Le regard d'Océma ne montrait que du dédain. Que pouvait-elle bien faire de cela ?

Tu m'as dit vouloir te fabriquer un instrument. Je serais honoré que tu le fasses tailler dans ce bois, il n'a aucun défaut et tu en seras satisfaite. Adresse-toi à Torië, elle saura comment le travailler et pourra te confirmer mes dires.

La surprise se peignit sur le visage de la jeune femme, avant de laisser place à la déception. On jouait donc bien avec elle, jusque dans sa famille. L'impression de vertige et d'immensité la reprit, devait-elle douter de tout, même de ses propres pensées ? Elle se passa la main sur le visage pour cacher son désarroi. L'elfe posa son présent et s'éloigna.

Ce n'est pas ce que tu crois Océma. Rejoins Cuilnen, elle est derrière toi, nul obstacle ne t'arrêtera si tu vas tout droit. Ne tarde pas. Que Yuimen te protège dans ta quête.

Quelques instants plus tard Ocamé déchira un nouveau pan de sa robe pour caler le morceau de bois sur son dos. Elle dut utiliser ses deux mains et elle constata que la douleur de son poignet ne diminuait pas. De plus il prenait une couleur violacée de mauvais augure. Elle observa les glands une dernière fois et les empocha avant de prendre la direction de Cuilnen. Nul sourire à ses lèvres, une lueur farouche dans son regard indiquait sa volonté d'extirper de sa vie les êtres qui tentaient de lui imposer une direction. Tout commençait par Cuilnen... Et Torië.

>> un réveil difficile

_________________

Image


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016