L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Les catacombes
MessagePosté: Dim 26 Oct 2008 23:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Lun 20 Oct 2008 21:22
Messages: 22817
Localisation: Chez moi^^
Les catacombes


Pour y accéder, il faut passer par des passages tenus secrets, dispersés en ville et même au pied des remparts. Sans doute la partie la plus importante de Tahelta, les catacombes mesurent plusieurs milliers de pieds de long, et de large. Sculptées dans du marbre blanc, les colonnes sont d'une beauté époustouflante.

La première question qui vient à l'esprit lorsqu'on y entre est "Pourquoi sont-elles désertées ?" Elles paraissent aussi splendides et merveilleuses que le palais Royal ou que toute autre merveille des îles de Naora. La réponse se trouve à vos pieds: d'étranges volutes blanches s'échappent des fissures en de minces et angoissants gémissements. Dès que vous approchez, ces fumeroles prennent la forme d'espèces de serpents.
Sifflants et mordants, ils ne sont pas forcément très dangereux car ils ne possèdent pour seules armes qu'une petite paire de canines. Mais, ce ne sont pas deux ou trois serpents isolés qui demeurent ici, mais bien des centaines de créatures qui peuvent se mettre à grouiller. On ne connaît pas leur origine, mais il est prétendu qu'autrefois les catacombes étaient immergées et que les Serpents de Moura y logeaient...

_________________
Pour s'inscrire au jeu: Service des inscriptions

ImageImageImage

Alors il y a une règle que je veux que vous observiez pendant que vous êtes dans ma maison : Ne grandissez pas. Arrêtez, arrêtez dès cet instant. Wendy dans "hook" (petit hommage à Robin Williams)
Pour toute question: Service d'aide
Pour les services d'un GM: Demande de service


Je suis aussi Lothindil, Hailindra, Gwylin, Naya et Syletha


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les catacombes
MessagePosté: Ven 20 Oct 2017 15:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Ainsi que notre ami nous l'a affirmé, la porte massive censée la rendre impraticable a été forcée et elle nous livre passage sans mal. Nous découvrons derrière un étroit escalier qui s'enfonce dans les entrailles de la terre, d'abord construit avec une roche grisâtre remplacée, après bien des mètres de descente, par un superbe marbre blanc soigneusement poli. La lueur crépusculaire émise par Sindalywë, logée comme elle l'affectionne dans mon pendentif de la garde militaire de Nessima, pare cette pierre aussi blanche que la neige d'une aura fantomatique et mystérieuse. Une vingtaine de marches encore et nous débouchons soudain dans une grande salle toute bâtie de ce même marbre, rectangulaire et assez basse, dont le plafond est soutenu par de superbes colonnes délicatement ouvragées.

D'étranges et incompréhensibles volutes blanches semblent émaner de petites fissures dans le sol, elles produisent des sortes de gémissements plaintifs et, dès que nous en approchons, prennent soudain la forme de centaines de petits serpents agressifs! Je pousse un juron et dégaine prestement mes lames pour nous dégager un passage. Je réalise aussitôt que ces stupides choses n'apprécient pas du tout l'impressionnante flamme dégagée par mon Ardente, un atout que je mets à profit pour nous frayer un chemin vers notre destination.

Plusieurs couloirs partent de cette nef, une demi-douzaine au moins, mais le croquis fourni par Lhemryn nous évite d'errer des heures en vain, c'est le deuxième sur la droite que nous devons prendre pour rejoindre l'endroit que nous cherchons. Alors que nous nous dirigeons vers ce passage, juste assez large et haut pour qu'un Sindel de bonne taille puisse y marcher sans devoir se baisser ou avancer de profil, je remarque que certaines dalles au sol comportent des inscriptions en Sindel, des noms apparemment. Nous sommes en train de marcher sur des morts, un détail que je m'abstiens de préciser à Isil, ne sachant pas trop comment elle le prendrait. Le couloir s'enfonce en pente douce vers les profondeurs sur près d'une centaine de mètres avant que nous ne parvenions à la deuxième salle indiquée sur notre plan. Celle-ci est parfaitement circulaire et ses murs comportent de nombreuses plaques scellées indiquant autant de tombes, elles aussi gravées du nom du défunt. Je consulte une fois de plus le plan et fronce les sourcils en le montrant à ma compagne: il n'indique que deux passages depuis cet endroit, or nous avons trois couloirs sous les yeux:

"Je crois que notre ami ne connait pas ce lieu si bien que ça..."

Isil observe silencieusement le croquis avant de s'avancer vers les différents couloirs pour les observer. Elle revient ensuite vers moi et remarque:

"Sur le chemin que nous devons prendre, Lhemryn n’indique aucun escalier, alors que sur le second couloir dessiné, il en indique un. Poursuivons donc sur le même niveau, nous verrons bien où cela nous mène."

Comme deux des trois issues comportent en effet des marches, j'approuve d'un hochement de tête, guère enclin que je suis à bavarder en tel lieu, si bien que nous empruntons le seul couloir dépourvu d'escalier. Isil me demande soudain d'un murmure pensif, ses doigts effleurant les arabesques sinueuses de la langue de mon peuple:

"Tanaëth, qu’est-il inscrit sur ces stèles ?"

"Ce sont les noms de ceux dont les corps reposent ici. De très anciens noms, tous issus de familles de la vieille noblesse Sindel. Regarde, ce signe est la particule "tar", qui indique la haute noblesse."

Je hausse les épaules avant d'ajouter:

"Les gens du peuple ne sont pas enterrés ici et je doute fort que ce lieu soit encore usité de nos jours. J'ai l'impression que cela date des premiers millénaires après l'exode, j'ai vu quelques noms de familles disparues depuis longtemps, leurs noms n'existent plus que pour désigner des rues, ou des places."

Isil hoche pensivement la tête, le regard suivant cette interminable liste de noms anciens avant de murmurer plus pour elle-même que pour moi me semble-t-il:

"Lorsque je mourrai, je trouverai détestable de me retrouver ainsi, enfermée dans les profondeurs de la terre."

Je l'observe en silence durant quelques instants avant de répondre doucement:

"Nous avons des coutumes anciennes et très particulières par rapport à la mort, Isil, encore qu'il ne reste pas grand chose de nos croyances originelles aujourd'hui. Mais il en reste tout de même quelques-unes, ce que tu vois là en fait partie, je pense que c'est une légende qui a incité les miens à enterrer ainsi les martyrs de la cause grise et ceux qui se sont endormis volontairement, ceux que l'on nomme les "telrum firin", ce qui signifie "mort douce". Cette légende veut qu'à la fin des temps, les dormeurs se réveilleront pour combattre aux côtés de notre roi, c'est pour cela qu'ils sont tous là. Selon cette croyance c'est une armée incommensurable qui repose là en attendant le jour dernier, je suppose que ceux qui ont rejoint ce lieu en étaient fiers et heureux, c'était un honneur pour eux."

Ma compagne hausse un sourcil intrigué et frémit légèrement en me demandant:

"Que doivent-ils combattre ? Est-ce là la fin à laquelle tout Sindel aspire ?"

Je hausse les épaules et souris songeusement en lui répondant à mi-voix:

"Je n'en sais rien, la légende ne le dit pas, il y a autant de versions que de conteurs pour ce que j'en sais. Quant à aspirer à cette fin, certains d'entre nous sans doute, mais je ne crois pas que beaucoup se soucient vraiment de cette légende. La plupart des Sindeldi espèrent juste rejoindre Sithi dans les cieux, nos croyances disent que ceux qui en sont dignes deviennent de nouvelles étoiles et trônent aux côtés de notre créatrice."

J'arrête là mes explications pour l'instant car nous parvenons à une nouvelle salle circulaire, un carrefour muni d'une bonne dizaine de couloirs. Le croquis nous indique de prendre le premier à droite, il devrait nous conduire directement à l'endroit que nous cherchons et des gardes pourraient se trouver dans les parages, d'après Lhemryn, si bien que je murmure:

"Prudence et silence maintenant, nous approchons..."


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les catacombes
MessagePosté: Ven 20 Oct 2017 15:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Isil me propose de passer devant d'un petit geste, ce que j'approuve d'un signe de tête car je la sais plus discrète que moi et elle ne verrait rien d'autre que mon dos en étant derrière moi. Par ailleurs les espèces de serpents de brume semblent avoir été éliminés de cette zone, si bien que je peux rengainer ma lame flamboyante par trop repérable afin que nous puissions nous approcher discrètement. La salle rectangulaire dans laquelle nous arrivons bientôt est largement plus vaste que les précédentes; son plafond culmine à un bon mètre au-dessus de ma tête et ses extrémités nous sont dissimulées par des monceaux de ballots et de caisses qui forment comme des allées dans la nef. Quelques torches pendues à des appliques dispensent une chiche lueur orangée et vacillante, largement suffisante en ce qui me concerne, un peu moins pour Isil je suppose. Un couloir principal, formé par les marchandises, file perpendiculairement à nous, donnant accès à plusieurs allées plus modestes orientées vers le centre de la salle.

Isil me désigne alors un symbole peint sur l'une des caisses, je n'ai nul besoin de voir la chevalière qui orne son doigt et qu'elle me montre pour le reconnaître: l'orfryn de la Maison d'Escalie. Je souris froidement, nous avons trouvé les matériaux dérobés à Callirhoé. Des bruits attirent soudain notre attention, des pas mais aussi des sons métalliques ainsi que des grognements et des raclements d'objets lourds traînés au sol. Il ne nous reste plus qu'à trouver les preuves indubitables qui nous permettront d'arraisonner le responsable de cette contrebande et de le faire lourdement condamner. Ce qui ne sera certainement pas une mince affaire car je doute fort qu'il soit présent ou qu'il ait laissé le moindre écrit compromettant traîner dans le coin.

Isil tend l'oreille, qu'elle a largement plus fine que moi, et ne tarde pas à m'indiquer par signe ce qu'elle a perçu: il y a un garde qui avance en longeant un mur sur notre gauche et un deuxième, immobile, qui toussote sur notre droite. Je rengaine silencieusement ma lame et saisis à la place mon arc sur lequel j'encoche une flèche avant de faire signe à Isil de se glisser dans l'allée la plus proche afin que le garde qui approche ne puisse nous repérer. J'attends qu'il se soit éloigné un peu avant de murmurer à l'oreille d'Isil:

"Essayons d'aller jeter un coup d'oeil discrètement du côté de ces bruits de manutention, il faut que l'on découvre celui qui dirige ici sans se faire repérer..."


Je l'engage à passer devant une fois de plus tout en indiquant que je surveille ses arrières, bien que j'espère ne pas avoir à me servir de ma relique de glace avant que nous ayons décidé d'agir. Elle se faufile en silence parmi les caisses, m'indiquant de la suivre lorsque la voie est libre, jusqu'à ce que nous parvenions au centre approximatif de la salle. Tapis derrière les marchandises, nous apercevons trois Sindeldi en haillons, hagards, qui chargent des caisses sur une petite plateforme en bois suspendue à de solides cordes qui disparaissent dans une ouverture au plafond. Un monte charge... le trafic est visiblement conséquent pour mériter une telle installation. Quelques gardes oisifs arborant un air de profond ennui surveillent le chargement, vêtus comme ceux que nous avons croisés dans les canaux à la manière de simples mercenaires.

Encastrée dans le seul mur visible, probablement ajoutée bien après la construction des catacombes, une porte ne tarde pas à s'ouvrir sur un Sindel richement vêtu qui jauge la scène d'un air pincé avant d'émettre un petit claquement de langue désapprobateur:

"Vous êtes trop lents, tout doit être prêt pour demain soir."

Je le désigne du menton à ma compagne puis secoue négativement la tête, une moue ennuyée sur le visage, avant de l'inciter à reculer un peu afin que je puisse lui souffler quelques mots sans risquer d'alerter les gardes. Dès que nous sommes assez loin, je lui traduis ce que le Sindel vient de dire et ajoute toujours en murmurant:

"Ce type n'a rien d'un Ithilauster, ce doit être l'un de ses serviteurs, une sorte d'intendant je présume. Il faudrait pouvoir l'interroger, mais il y a trop de monde, si nous intervenons maintenant Fergaim risquerait fort de s'en tirer..."

Néanmoins, elle secoue légèrement la tête et approche à son tour ses lèvres de mon oreille pour me rétorquer:

"Nous ne pouvons pas l’interroger, sa disparition leur donnerait la puce à l’oreille et je doute qu’il soit du genre très coopératif. Peut-être pourrions-nous rester un peu pour voir si nous n’entendons pas quelque chose... Il a mentionné quelque chose qui doit avoir lieu demain soir. Ou demander aux prisonniers, mais… en dernier recours, je préfère qu’ils ne sachent pas que l’on est là."

J'acquiesce avec un soupir, les longues attentes nécessaires dans ce genre d'enquête mettent ma patience à rude épreuve. Mais l'autre freluquet de capitaine m'a formellement interdit d'intervenir, je dois me limiter à trouver les responsables et à lui donner leurs noms, une mission faite sur mesure pour mon tempérament, assurément...

Nous patientons encore plusieurs heures avant que le Sindel en charge des opérations ne revienne finalement pour lancer aux gardes:

"Tuez ces misérables à la tâche s'il le faut, mais je veux que tout soit prêt à être évacué demain, il ne devra pas rester la moindre trace de notre passage. Vous savez les risques que nous encourrons après ce qui s'est passé dans les canaux! Je vais informer notre maître de l'avancée des préparatifs, faites en sorte qu'il ne trouve rien à redire quand il viendra inspecter les marchandises ou je vous garantis que vous en subirez les conséquences!"

Ayant dit, il se retire aussitôt et disparaît de notre vue en passant derrière un empilement de ballots, sans doute pour rejoindre une issue que nous n'avons pas encore vue. Je souffle alors à l'oreille d'Isil:

"Il va chez leur maître pour rendre compte, ils évacuent tout à cause de ce que nous avons fait dans les canaux. Ce maître doit venir inspecter demain, mais suivons-le quand même, je veux avoir du concret pour la milice..."

Nous nous mettons aussitôt en mouvement, non sans quelques sueurs froides lorsque nous devons franchir un passage exposés aux regards des gardes et des esclaves pour suivre notre cible. Mais les soldats sont rongés par l'ennui et les malheureux manoeuvres occupés par leur tâche, si bien que nous parvenons à nous faufiler et à nous mettre à l'abri sans qu'ils ne nous repèrent. Nous nous enfonçons de plus en plus loin dans l'immense dédale inconnu qui constitue le sous-sol de la capitale Naorienne, guidés uniquement par la maigre lueur que dispense la torche de l'intendant. Je sens la main d'Isil se glisser dans la mienne et réalise alors que, pour elle, l'obscurité doit être quasiment totale et, sans doute, inquiétante. Je la guide donc avec une ferme douceur dans les couloirs sans fin des catacombes, l'incitant parfois à presser le pas car nos efforts pour nous déplacer silencieusement et sans nous faire repérer ont tendance à creuser l'écart. Pourrions-nous retrouver une sortie si nous perdions notre guide? Je n'en suis plus absolument certain, jamais je n'aurais imaginé que ces souterrains étaient aussi gigantesques.

Nous finissons cependant par retrouver l'air libre après avoir gravi un long escalier, juste à temps pour voir les dernières lueurs du crépuscule teinter Tahelta d'une couleur presque sanguine. Suivre notre gaillard discrètement s'avère plus aisé dans les rues qui restent assez fréquentées à cette heure et, une bonne quinzaine de minutes plus tard, nous parvenons à une place que nous connaissons bien: nous y avons passé toute une après-midi à observer l'entrée de la demeure de Fergaim en mangeant des gâteaux et en buvant du thé. Le Sindel se dirige sans hésiter vers la maison de l'Ithilauster et s'y engouffre sans délai, les gardes qui s'y tiennent s'écartant de son passage en le saluant avec une certaine obséquiosité. Je souris légèrement à Isil et remarque à mi-voix:

"Eh bien, voilà qui confirme les dires de nos amis, nous tenons notre oiseau..."

Isil me répond d'un sourire qui s'accentue alors qu'elle enchaîne:

"Il ne reste plus qu’à le faire tomber du nid."


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016