L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Mer 29 Oct 2008 14:52 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Monastère de Khan


Image


Le monastère de Khan est une vaste bâtisse de bois et de pierres posée sur le flanc d'une montagne. L'édifice, juché bien au dessus des duchés des montagnes, se compose de plusieurs salles dont une centrale consacrée à la méditation et aux repas. Les salles annexes se trouvent dans les ailes que l'on rejoint par un réseau complexe d'escaliers et sont couramment utilisées pour l'étude. La plus haute partie du monastère est réservée aux dortoirs. Enfin, au dessus encore, on trouve une vaste cour dallée que les bonzes ne fréquentent que pendant les beaux jours.

L'endroit est difficile à atteindre, parce que l'ascension est dangereuse d'une part, mais aussi parce que son emplacement est méconnu. Les moines de Khan se montrent rarement en hiver mais, en revanche, les populations montagnardes peuvent les croiser au printemps lorsqu'il descendent cultiver les terres des hauts plateaux.

Depuis des siècles Khan forme des moines peu communs. Ils admirent le vent et le vénèrent. Leur philosophie, leur formation martiale autant que leur demeure haut perchée visent à les rapprocher du domaine de l'air. Adeptes de la magie du même élément, ils développent également un style de combat qui leur est propre, basé sur l'agilité, la fluidité des gestes et la précision des mouvements. Ni le corps ni ce qu'il revêt ne doit être source de gène, c'est l'un de leurs principes de base. L'un des grands maîtres du monastère se nomme Samna et, si les moines de Khan sont dans l'ensemble chaleureux et accueillants, les rejoindre ne sera tout de même pas une mince affaire.

Maître Samna (CCAA): pourra vous enseigner les compétences de combat suivantes:

CCSA disponibles:

    Coup de Ki
    Double lancer
    Envol du Faucon
    Lancer
    Tranché de Rana

CCSA de classe Moine:

    Résistance à la douleur
    A genoux
    Les coups de la sagesse vindicative

(((SI VOUS VOULEZ ÊTRE SERVI DANS DES TEMPS RAISONNABLES, N'OUBLIEZ PAS DE DEMANDER AUX GM UNE INTERVENTION GMIQUE ICI, POUR QU'ILS S'OCCUPENT DE VOS ACHATS/VENTES. Nous ne faisons pas le tour des boutiques... merci de votre compréhension )))

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan
MessagePosté: Dim 13 Déc 2009 00:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 21 Nov 2009 15:32
Messages: 24
(((Hrp: Cool les gms ont gardé ce lieu que j'avais crée, inexploité pendant tout ce temps!! Merci!)))

Celui qui voulait être d'air



Un léger craquement au dessus de moi me tire d'un sommeil on ne peut moins profond. Je me tourne sur ma couche, et contemple le plafond de ma chambre, les oreilles aux aguets.
Nous avons passé l'équinoxe voilà déjà deux semaines et les fortes bourrasques au dehors témoignent du fait que le printemps peine à s'installer cette année. En temps normal, au passage de la saison, les vents commencent à faiblir, permettant aux moines de sortir et descendre dans les hauts plateaux pour rejoindre nos quelques terres cultivables.
Pour l'instant, le vent persiste et il serait trop dangereux pour les plus jeunes moines de se lancer sur la pente vertigineuse et rocailleuse qui mène aux plateau.

Pour ma part, j'ai une l'expérience suffisante des dangers de la montagne, et surtout une ardente volonté de quitter cet endroit au plus vite.
Cette chambre, ce lieu, tout m'insupporte depuis mon échec il y a de cela quelques heures. Je me sens intrus en ces lieux, moi qui n'ai pas été à la hauteur, qui ai échoué au rituel de l'appel des airs et pire encore, qui ai été élu et envahi par une toute autre forme de magie.
Je revis la scène à répétition dans mon esprit, cherchant un geste, une pensée qui a pu me mener à cette erreur, à créer de mes mains cette lumière et cette sensation si agréable sur le moment et dont le souvenir me dégoûte à présent. Il est pourtant inutile de chercher à comprendre, Samna m'a déjà tout expliqué. La magie blanche m'a élue en me donnant ce pouvoir de guérison, et je n'y pouvais strictement rien.
A présent je ressens ce pouvoir comme un poids, une force qui me déroute de mon chemin et m'empêche de communier avec l'élément qu'est celui auquel j'ai à présent voué mon existence: l'air.


(Quelle que soit l'entité, l'être, la chose qui m'a donné ce pouvoir, je ne veux pas devenir guérisseur...)

« Ton pouvoir je le refuse... »


La toiture craque de nouveau, tandis que je rumine sous mes draps. L'aube approche, le monastère va bientôt se réveiller et les couloirs se remplir. N'ayant nulle envie de subir le regard des autres moines avant mon départ, je décide de me lever sur le champs. D'un petit bon je m'extirpe de mon lit et m'affaire à préparer mes bagages. Je n'ai que peu de chose à emmener: quelques habits, mon bandeau d'aspirant à la couleur blanche unie, une bague portant le sceaux de la guilde marchande de mes parents, et une paire de sandales que je préfère pour l'instant ne pas enfiler.

Il est en effet de coutume chez les moines de Khan de marcher autant que possible pieds nus. Toute forme de chausse est pour ainsi considérée comme une entrave aux mouvements fluides et rapide d'un bon disciple des airs.
Cette pratique dérive d'une technique ancestrale appelée Le Pied Léger. Elle est un art de se déplacer et une base de notre entraînement. Le principe est de limiter le plus possible le contact avec avec le sol tout en gardant un équilibre optimal. Plus qu'une tradition, le pied léger est un art qui se valorise au combat, octroyant au moine des mouvements rapides et précis. Enfin, avec le pied léger, il devient possible de ne plus altérer la surface d'un sol à son passage pour plus de discrétion.

Au temple, aller nus pied sur le parquet ne constitue pas un problème, mais l'exercice devient beaucoup plus délicats lorsque les pieds s'appuient sur un sol moins clément tel que les roches. Les performances du Pied léger son renforcées lorsque le moine maîtrise la magie aérienne. Les moines les plus expérimenté ont une telle maîtrise qu'aucun type de terrain ne leur fait obstacle, et qu'ils peuvent y évoluer sans y laisser de trace de leur passage Les aéromaître, au sommet de la maîtrise de l'art sont réputés aussi insaisissables qu'un brin d'herbe porté par le vent.

En ce qui me concerne, ma maîtrise est assez médiocre, et pour les longs trajets je dois rapidement mettre mes sandales si je ne veux pas abimer mes pieds.

Pour le moment, je m'engage sans chausses dans les couloirs du temple. Je trouve Samna en fin de médiation dans la grande salle. J'abandonne mon sac dans un coin et vais m'asseoir à ses côtés. En tailleur sur le parquet devant l'autel du vent, nous scandons quelques psaumes et brûlons quelques bâtons d'encens afin que les esprits du vent m'accompagnent tout au long de mon voyage.

Puis, silencieux Samna me mène à une table basse ou nous entamons un dernier repas ensembles.
Une fois que nous sommes tous deux restaurés, Samna me remet un petit paquet qu'il avait préparé.

« Voilà une carte de la région, et quelques vivres. Tu trouveras autant de fluides et sorts aériens que tu le désire à Kendra Kar, à condition d'en avoir les moyens. J'ai ajouté à ce paquetage deux bagues d'une certaine valeur. Au vue de ton sens de l'éloquence, tu devrais en tirer un bon prix.
En revanche je crains que la recherche d'un fluide obscur ne te mène un peu plus loin de nos contrées. Shory ou Tulorim, me semble-t-il, en disposent dans leurs commerce. Pour commencer, je te conseil de descendre vers Kendra Kar.

Tu connais les montagnes, et les routes sont relativement sûres par ici, tu ne devrais pas rencontrer de trop grandes difficultés. Je te fais confiance pour faire attention à toi et pour orienter tes actes sur la voie du succès.»

Je m'incline devant mon maître, puis une dernière fois vers l'autel et me dirige vers la sortie du monastère aux côtés de Samna. Là, j'enfile mes sandales et m'engage au dehors. L'air ambiant est quelque peu frais, mais il devrait un peu se réchauffer en descendant. Les bourrasques elles semblent s'être calmées.


« Les vents semblent s'être calmés pour toi... »

Mon maître se tient devant moi, je m'apprête à me séparer de lui après tant d'année vécues sous sa bienveillance. Samna me tend une écharpe, dont je me saisi, je résiste à me jeter dans ses bras et me détourne pour prendre le chemin rocailleux.


« Ne t'attends pas à me voir revenir penaud. »


« Je t'ouvrirais mes portes, quand bien même ce serait le cas... »

« Tant que je ne serais pas de l'air, je ne pourrais plus entrer. »

J'enroule l'écharpe autour de mon cou et sans un regard sur mon foyer, m'engage sur le chemin qui descend la montagne.

_________________
Léon Arthès - Guerrier


Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Mar 17 Juil 2018 10:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

Le monastère de Khan. Une bâtisse imposante de bois et de pierres qui épouse les flancs de la montagne.

Arriver ici n'a pas été de tout repos et je ne peux même pas me targuer de dire que nous y sommes presque. J'ai juste la chance de l'apercevoir car aujourd'hui le temps est clément et la vue dégagée. Il reste encore une bonne distance à parcourir et surtout à grimper. Sans sentier de montagnes, enfoncé jusqu'aux genoux dans la neige. En quittant Mertar, le temps n'était pas resté agréable bien longtemps. Le vent s'était levé à nouveau en soulevant la neige fraîche. Heureusement il y avait sur la route de nombreux villages de mineurs où nous avons pu nous réfugier.

Il restait maintenant peu à parcourir. Nous avançons sereinement. La vue offre un panorama incroyable jusqu'aux bas des montagnes, sur la plaine d'Haenian et d'autres villes du Duché des montagnes. Je m'arrête un instant, profitant du paysage. Oljyn, quelques mètres devant moi, se retourne et me demande du regard si tout va bien. Je souris avant d'incliner la tête. Je suis sur le point de me remettre en route quand j'aperçois une légère vacillation dans l'air suivie d'un sifflement harmonieux. Je suis des yeux cette étrange forme qui commence à me tourner autour. En me concentrant je discerne une silhouette féminine. Une petite femme qui semble être faite de vent, se distinguant par des volutes allant du transparent au gris en passant par des nuances de bleu. Je vois des cheveux longs, une robe, un visage rieur. Elle reste immobile un court instant en me fixant avant de se déplacer à nouveau, redevenant une forme venteuse indistincte. J'observe Oljyn qui semble lui aussi l'avoir remarqué. Il incline la tête et me fait signe que tout va bien. Je lui fais confiance. Je tends doucement une main vers la forme, sans gestes brusque. La petite créature se fige à nouveau. Elle m'observe. Je l'observe. Elle s'approche doucement en tendant à son tour sa main entourée de volutes bleu clair. Nos mains se touchent. Je distingue un sourire amusée sur le visage qui se dessine face à moi. Je souris comme un enfant avant que la forme se déplace vers moi, une brise tiède me caresse le visage et la créature redevient une simple fluctuation difficile à suivre du regard. Je me remets en route, accompagné par cette étrange chose qui commence à chanter. J'entends ensuite une autre voix et encore une autre auxquels s'ajoutent des sifflements. Le tout forme une musique harmonieuse chantonnée jusqu'à notre destination.

En office de porte, rien de grandiloquent. Une simple arche de pierre qui abrite un moine emmitouflé dans une couverture et un feu de camp qui le réchauffe. En nous voyant il se redresse et nous offre un sourire accueillant.

"Oljyn qui revient sous le chants des Sylphes. Et avec un invité..."

Il m'observe de bas en haut avant d'incliner la tête. Je lui fais un signe de la main tandis qu'Oljyn offre une accolade à son semblable.

"Bienvenue !"

Dit-il avant de nous accompagner à l'intérieur alors que les chants s'éloignent pour finalement disparaître.



_________________


Dernière édition par Xël le Mar 17 Juil 2018 10:25, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Mar 17 Juil 2018 10:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

En pénétrant la bâtisse nous arpentons d'abord un large couloir de pierre qui débouche régulièrement sur des escaliers étroits qui montent ou qui descendent. Nous poursuivons tout droit jusqu'à une immense salle circulaire. Aucune fenêtre ici mais la salle est suffisamment éclairé par des lampes à huiles, des lustres à bougie suspendus et des braseros à chaque autre entrée de la salle en plus d'une immense cheminée disposée au centre permettant de chauffer toute la pièce. Nous la traversons sans croiser personnes, passant entre les rangées de table et de bancs. Nous empruntons ensuite un escalier qui grimpe à l'étage supérieur. Là, le couloir se sépare, l'un mène à droite et l'autre à gauche, les deux suivent une courbe arrondie ce qui me laisse penser qu'ils finissent par se rejoindre. Nous prenons vers la gauche, passons à côté d'un autre escalier ascendant et passons devant plusieurs pièces où j'aperçois d'autres moines au milieu de tonnes de bouquins. Nous finissons par nous arrêter devant une de ces salles. Notre guide y jette un regard avant d'y entrer en saluant un vieux moine, habillé plus chaudement et étant le seul à porter une barbe grise et des cheveux longs.

"Maitre. Oljyn est rentré."

Il nous observe un instant, semble ravi de voir Oljyn et s'attarde un instant sur moi, l'air curieux avant de se présenter.

"Bonjour voyageur. Mon nom est Samna. Vous connaissez sûrement déjà Oljyn et Artis. Qu'est-ce qui vous amène ici ?"

Je lève une main pour le saluer.

"Mon nom est Xël. J'ai croisé Oljyn en Ynorie et il m'a proposé de venir ici pour m'apprendre sa façon de se battre."

Le vieux moine ouvre un instant grand les yeux avant de regarder Oljyn qui se contente d'hocher la tête.

"Je vois."

Ajoute-t-il simplement après un court instant tandis que quelques regards dans la pièce se dirigent vers moi.

"Vous devez comprendre que notre entrainement n'est pas facile et qu'il n'est pas disposé à tout le monde. Mais j'imagine que si Oljyn vous a amené ici c'est qu'il vous juge apte."

J'incline la tête.

"Je suis prêt. Je sais que j'en ai pas l'air comme ça mais j'ai de la ressource."

J'entends Oljyn rire derrière moi avant d'incliner la tête. Le vieux moine poursuit avec un fin sourire.

"Je n'en doute pas. Nous verrons ça demain. Profitez d'un bon repas, d'un bain et de repos pour vous remettre du voyage."

J'incline la tête et emboîte le pas d'Oljyn qui me fait signe de le suivre.

Nous reprenons le couloir pour emprunter les escaliers qui montent, accédant à un autre étage. Celui-ci est dédié aux dortoirs et autres pièces de vie des moines. La salle des bains. L'infirmerie. Un petit temple. L'étage est immense et il est pour l'instant le seul que j'aperçois avec des fenêtres qui donnent un aperçu incroyable sur la montagne. Le temps semble encore clément. Le soleil commence à se coucher et donne à la neige une teinte orange à couper le souffle. Nous croisons peu de moines. Quand je demande à Oljyn combien ils sont Il m'indique qu'ils sont environ une trentaine. Il me guide jusqu'à une chambre, je peux y déposer mes affaires. Je l'accompagne ensuite jusqu'aux bains. Une large pièce disposant de plusieurs cuves rectangulaires remplis d'eau fumante.

Après avoir pris un bon bain et enfilé des habits propres nous redescendons au rez-de-chaussée dans la grande salle circulaire. Je vois enfin tous les moines rassemblés pour le repas. Un potage épais de patates et de céréales. Les moines sont tous humains. D'ethnies différentes. Beaucoup d'Ynoriens. Des Kendrans. Quelques Varrockiens. Très peu de Whiellois.

Nous profitons du repas et Oljyn me conseille ensuite de remonter me reposer. Un moine à côté de lui du nom de Relite me précise qu'ici les journées commencent très tôt.


_________________


Dernière édition par Xël le Lun 23 Juil 2018 15:15, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Lun 23 Juil 2018 15:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

Réveil avant le lever du soleil. Petit déjeuner: pain, beurre, jus d'agrumes ou thé. Les moines mangent vite avant de s'occuper des tâches pour entretenir le monastère. J'en suis dispensé, Oljyn me guide vers une petite pièce à l'étage des dortoirs. Un moine m'y attend. Comme les autres, il est vêtu d'une tenue grisâtre. Il m'invite à m'asseoir sur un tabouret et me retire mon bonnet. Je l'arrête d'un geste quand il s'approche avec des ciseaux. Il m'observe d'un drôle d'air avant de me rappeler que ce ne sont que des cheveux. C'est vrai, mais ce sont les miens. Pourtant je tiens au changement, j'ai remarqué qu'aucun moine n'a les cheveux longs. Je soupire. Hésite. Le moine me précise que pour commencer l'entrainement je dois commencer par m'alléger.

"Ni le corps, ni ce qu'il revêt ne doit être source de gêne."

J'abaisse ma main, le laisse faire. Il incline la tête avant de faire son travail. Les longues mèches entremêlées tombent sur mes épaules, mes genoux. J'en saisis une et la passe entre mes doigts. Cela représente ce que j'étais. Nouvelle coupe, nouvel homme. Je souris en laissant tomber les cheveux sur le sol. Il en profite pour me raser la barbe. Je ressors de cette pièce avec les cheveux courts, coupés grossièrement. J’y passe une main, surpris de ne plus sentir les nœuds difficile à défaire. Je sens la rugosité d’un poil court, sans pour autant que ce soit désagréable. Je me sens en effet plus léger, plus propre. J’enfile la même tenue que portent les moines et laisse mes affaires au moine qui promet que je retrouverais tout dans ma chambre. Il m’explique le chemin à prendre, suivre le couloir jusqu’à un escalier qui monte pour se rendre dans la cour. J’incline la tête et suis la direction pour arriver dans une immense cour dallée s’étendant sur tout le toit du monastère, collé contre la montagne. Il fait beau aujourd’hui et les moines en profitent soit pour se promener, soit pour s’entrainer. J’aperçois d’ailleurs Oljyn effectuer une étrange danse avec d’autres. Une chorégraphie lente de gestes précis qu’ils effectuent tous les yeux fermés avec une synchronisation étonnante.

"Ah ! Xël ! Vous voilà !"

Maitre Samna me fait signe d’approcher avant de poursuivre.

"Nous allons profiter du beau temps pour voir ce que vous valez. Nous allons bientôt avoir un temps nettement moins clément."

Il fait signe à un autre moine occupé à s’entrainer. Celui-ci s’approche tandis que le vieux moine le présente.

"Xël, je vous présente Ikem. Ikem, voici Xël. Il est intéressé par notre forme de combat."

Ikem incline la tête, visiblement surpris. Chauve, le regard un peu arrogant, des sourcils fins, le visage large pour accueillir une bouche trop grande. Il m’invite à son tour à le suivre sous l’œil attentif du vieux maître. Il me prête un bâton avant d’en saisir un à son tour.

"Montrez-moi de quoi vous êtes capable, Xël."


_________________


Dernière édition par Xël le Lun 23 Juil 2018 15:16, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Lun 23 Juil 2018 15:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


Ikem s’élance à une vitesse inattendue. Je lève mon bâton mais ne ressent aucun choc. J’aperçois juste une forme passer à côté et un coup au niveau de mes mollets. Je bascule, aperçoit le sommet de la montagne et me cogne rudement le dos contre les dalles de la cour. Le moine se remet en place en jouant de son arme, la faisant tournoyer exagérément entre ses mains. Je me relève, me remet en garde. Il s’élance à nouveau, moins rapidement cette fois, il frappe, je parviens à parer. Il frappe encore, je pare encore. Il enchaîne ainsi les coups que j’arrive à dévier mais je suis obligé de reculer sans réussir à en rendre un. Il lève son bâton à droite, je me prépare à le recevoir avec mon arme mais il pivote soudainement, lève sa jambe et me la projette violemment dans le ventre. Ma respiration se coupe. Je tombe à genoux. Mon front rencontre le sol. Depuis le coup de poing de Sirat je n’avais plus ressenti cette douleur. Ikem n’y va pas de main morte et il est clair que je ne fais pas le poids en combat physique. Je tousse un peu, me redresse à nouveau. Encore une fois, il charge mais cette fois il ne me fait pas la gentillesse d’échanger quelques coups. Je reprends un coup puissant dans l’estomac. Je vois un filet de bave m’échapper et retombe à genoux. J’entends Maitre Samna faire un commentaire.

"Vous avez visiblement de fortes lacunes physiques."

"Sans blague." grommelais-je incompréhensiblement entre deux respirations difficiles avant de me relever une fois de plus.

"Mais, à priori, une volonté assez forte. "

Glisse-t-il avec un sourire. J’incline la tête. Visiblement, je commence à agacer Ikem qui doit en avoir assez de me voir me relever. J’aperçois derrière lui Oljyn qui me fait un signe avec ses mains. Je plisse les yeux. Il mime une espèce de boule mouvante qui s’élève avant d’écarter les mains brutalement. Je crois comprendre. Comme pour m’aider d’avantage à décrypter son message, il laisse une volute grise s’élever d’une main avant de sourire et d’hocher vivement la tête. Parfois, j’ai vraiment la sensation qu’il peut lire mes pensées. Je fronce d’ailleurs les sourcils quand je le vois sourire au moment où j’y pense. Ikem, tape du pied. Il redevient le centre de mon attention. J’ai compris le message d’Oljyn. Je suis un mage, je dois me servir de la magie. Je me mets en position, jambes légèrement écartées, sur la défensive, mon bâton devant moi. Le moine charge à nouveau, avec la même fulgurance qu’à sa toute première attaque. Je concentre mes fluides, ils surgissent de ma peau pour m’encercler et éclater brutalement au moment où Ikem s’apprête à me frapper. Il est repoussé, projeté au sol. Si seulement quelques moines s’étaient intéressés à l’entrainement pour se moquer de moi, tous maintenant avaient les yeux rivés sur nous. J’entends également un hoquet de surprise de la part du vieux moine et peut voir la mine réjouit de mon ami Oljyn. Au tour d’Ikem maintenant de voir le ciel et de se relever. Il lève ses pieds avant de donner une impulsion pour se remettre debout et me jeter un regard noir. Je crois qu’il n’a pas apprécié. Son air devient bien plus sérieux. Je comprends qu’il veut me le faire regretter. Je lui lance un regard déterminé. Je ne vais pas me laisser faire. Les moines aux alentours cessent toute activité pour nous observer. Ikem charge à nouveau.

C’est parti.


_________________


Dernière édition par Xël le Lun 23 Juil 2018 15:18, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Lun 23 Juil 2018 15:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


Il bondit pour éviter le vent qui jailli de ma paume ouverte. Il saute trop haut pour que ce soit naturelle mais j’imagine que lui aussi est capable, comme Oljyn, d’utiliser la magie de l’air. Il retombe vers moi, pied en avant. J’agis, rapidement, comme contre le troll. La neige autour de moi commence à s’élever, tourbillonner et fonce vers mon assaillant. Il se protège les yeux de son avant-bras, j’en profite pour me décaler évitant ainsi le coup de pied qui m’aurait sans doute gravement blessé. Encore gêné par la neige, j’en profite pour préparer un autre sort. Les fluides surgissent de mon bras pour se rassembler dans ma paume avant de foncer vers le moine. Il se prend le souffle de plein fouet. Si ça permet de le faire basculer, ce n’est pas assez pour le mettre hors combat. En réalité ça ne fait que l’énerver d’avantage. Il s’élance à nouveau vers moi. Je dois garder la distance. Ne pas le laisser s’approcher. Je lance un autre souffle qu’il parvient à éviter, comme si il l’avait vu venir. Je plisse les yeux et en lance un autre, de maigre puissance, pour ne pas puiser inutilement dans ma réserve magique. Il l’évite à nouveau. Il peut voir mes sorts, c’est certain. Cela me rappelle l’efficacité avec laquelle Oljyn avait réussi à esquiver les coups du troll. D’une manière ou d’une autre, ces moines sont capables de prévoir les coups. Je dois absolument découvrir comment.

Ikem est au corps à corps. S’apprête à frapper. Je concentre ma magie autour de moi pour le repousser. Il fait de même, je peux voir la même réaction autour de lui. Nos sorts s’entrechoquent et s’annulent, soulevant tout de même un nuage de poudreuse autour de nous. Cela m’évite tout de même de prendre un coup de bâton mais le deuxième ne tarderait pas à suivre. Qu’il puisse voir ma magie n’est pas si étonnant mais comment Oljyn a pu voir venir les coups du Troll ? Je dois absolument comprendre. Comme prévu, un second coup vient vers mon visage. Heureusement, j’ai le réflexe instinctif de dresser mon arme devant moi pour sauver mon nez, ma bouche, voir la totalité de mon visage. Est-ce qu’il pouvait voir les déplacements de l’air à chacun de mes mouvements ou de mes sorts ? Est-ce que c’est comme ça que ça fonctionne ? Troisième attaque. Ma magie parvient à dévier le coup mais je ne pourrais pas tenir comme ça éternellement. La priorité. Reprendre de la distance. A quel point peut-il suivre l’évolution de mes sorts ? Je sais qu’il peut voir le souffle venir, même sentir ma magie se rassembler autour de moi. Mes fluides se rassemblent dans ma paume, je la tends vers lui. Il s’en détourne rapidement, se doutant que mon sort allait partir de là. Mais il n’en est rien, mes fluides remontent mon bras, suivent ma volonté, se glissent sous mes manches pour se cacher à sa vue, remontent jusqu’à mon cou. Je les sens pénétrer ma peau pour remplir ma bouche. Il se prépare à frapper, il est juste en face de moi.

"BOUH !"

Le vent jaillit hors de ma gorge sous la forme d’un cri violent mais il arrive tout de même à le voir. J’écarquille les yeux en le voyant se baisser avant que le sort ne l’atteigne. Je sens le contact rude du bois de son arme contre mon torse. Je plisse un œil, au bord de la déconcentration. S’il a pu voir venir mon sort avant que ça ne le touche, il n’a pas pu voir qu’il n’était pas encore dissipé. Au lieu de s’éparpiller pour disparaître, ma magie s’est rassemblée derrière Ikem pour exploser à nouveau, projetant le moine hors de ma portée. Il roule dans la neige et met du temps à se relever ce qui me permet d’encaisser la douleur du dernier coup reçu. Je sens mon cœur qui tamponne fortement mes côtes. Je grimace. J’ai mal. J’ai mal et mon dernier sort m’a pris beaucoup d’énergie. La neige retombe lentement sur la cour tandis que les moines assistent au combat avec beaucoup d’admiration. Malgré la violence des coups et la volonté certaine d’Ikem de me blesser lourdement, Samna ne nous interromps pas. Et cela malgré les regards inquiets d’Oljyn et d’autres moines qui l’entourent. Je prends une forte inspiration. Expire lentement. Mes fluides d’air restant s’agitent, comme pressés de m’obéir et de m’assister à nouveau. Ikem charge, pousse un rugissement guerrier. Je ne refais pas l’erreur de lui lancer des sorts qu’il pourrait éviter. Je le laisse approcher, incapable de faire autrement. Je dois trouver une autre solution tant que je n’ai pas compris comment il peut esquiver si facilement mes attaques. Je me concentre. Le laisse encore s’approcher. Il lève son arme. Un autre vent s’échappe de mon bras et se dirige vers lui, il me regarde, surpris, avant d’observer sa main tenant son bâton. Mon sort le vêtit comme un gant. Comment pourrait-il esquiver une partie de son propre corps. Je souris, lève mon bâton tandis que mon sort agit, propulsant son arme loin de son porteur. Il se retrouve désarmé, les mains vides alors que son visage s’approche du mien. Mon bâton frappe son nez, la force de mon coup est ridicule par rapport à ceux qu’il m’a portés mais cela suffit à le faire reculer. Il me darde d’un regard meurtrier en tenant son nez saignant. Plus humilié que vraiment blessé. Il s’apprête à se jeter sur moi à main nue mais le vieux moine met fin à notre démonstration de force d’un ordre clair.

"Ca suffit."

Ikem se fige dans sa posture mais son regard n’en démord pas. Il a la forte envie de me faire payer. Je souris, ravi de lui avoir montré que je n’étais pas le type sans défense qu’il avait dû imaginer au bout de deux échanges. Mon sourire semble le réanimer. Je ressens une impulsion magique sous ses pieds avant de sentir un coup brutal à la joue. Ma vue se trouble alors que j’entends quelques cris indignés avant de sentir la dalle froide taper mon front et de ne percevoir rien d’autre que l’obscurité.


_________________


Dernière édition par Xël le Lun 23 Juil 2018 15:19, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Lun 23 Juil 2018 15:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

"Je crois que vous faites fausse route mon ami."

Assis sur un lit de l'infirmerie, un tissu glacé contre la joue pour réduire l'enflement. Je pose mon œil qui n'est pas gêné par ma bosse sur Samna. Bavant un bruit qui pourrait ressembler au mot quoi. J'entends Oljyn se marrer. Samna poursuit.

"Vous souhaitez apprendre à vous battre avec une arme alors que vous n'êtes pas taillé pour. Sans vouloir vous offenser."

Je lève une main mollement, indiquant que je ne le suis pas.

"Atteindre un niveau comme celui d'Oljyn prendrait des années, celui d'Ikem vous est proprement inaccessible."

J'hausse un sourcil. Oljyn serait moins fort qu'Ikem ? Une fois de plus, le concerné hoche la tête comme si il avait lu dans mon esprit et à nouveau il sourit.

"Ikem est très certainement le meilleur combattant de ce monastère. Pourtant vous lui avez tenu tête et seulement avec votre magie. Je pense que vous devriez vous consacrer à votre maîtrise de la magie plutôt que de chercher à devenir moyen dans un autre domaine."

Je lâche un mot ressemblant à un mais avant d'aspirer la bave qui coule de mes lèvres tout en observant Oljyn. Samna pose une main sur mon épaule.

"Oljyn a eu raison de vous amener ici. Nous pouvons vous aider à maîtriser cet élément. Si vous le souhaitez bien sûr."

J'hausse encore les sourcils, plisse les yeux, les déplisse, renifle. Je voulais progresser au combat sans magie pour pallier au manque de stabilité magique sur Aliaénon. Mais si ce vieux moine avait raison, si y arriver me prenait trop de temps ou ne valait pas le coup. A quoi je servirais alors ? Il avait raison, je devais me consacrer à ce que je suis. Un mage. J'hoche la tête. Déterminé. Oljyn rit à nouveau.

"Reposez-vous aujourd'hui. Demain, vous irez à la bibliothèque pour trouver Maitre Junad. Il s'occupera de votre formation."

J'incline la tête.

"Quant à Ikem, ne vous inquiétez pas. Il est comme la tempête, imprévisible, violent, incontrôlable mais il précède toujours un moment plus calme."

Poursuit-il en souriant. Difficile de ne pas s'inquiéter après une telle description. Le vieux moine tapote mon épaule avant de sortir de l'infirmerie. Oljyn m'adresse un regard enthousiaste avant de le suivre en riant.

>>>

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Mer 25 Juil 2018 15:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


Une nuit avait suffi à l’hiver pour s’installer. Après les dernières recommandations de l’infirmier j’avais regagné ma chambre pour y dormir. Au matin, le vent s’était levé. La neige tombait à gros flocons. La température avait encore chuté alors que je pensais que ce n’était plus possible. Je quitte ma chambre pour pénétrer dans le couloir qui est devenu un glacier. Je m’emmitoufle dans ma couverture pour rejoindre le réfectoire où des moines s’occupent d’ajouter du bois dans le foyer. On me sert une bouillie épaisse qui tient au corps et assez chaude pour me remettre d’aplomb. Je monte ensuite à l’étage et entre dans une des nombreuses salles d’étude. Je découvre alors que ce ne sont pas des pièces séparés mais une immense bibliothèque possédant plusieurs accès. Je suis ébahi par le nombre de livres, par la hauteur des étagères contenant tout un bouquet de support différents. Des livres, des parchemins, des morceaux de cuir gravés, des feuilles volantes. J’aperçois même, tout en bas d’un meuble, une pierre gravée.

" Hey ! Vous ! "

Je reprends mes esprits, tourne la tête vers l’origine du bruit. Un vieux moine. Chauve, la barbe courte, un air sévère. Sourcils épais, froncés, des petits yeux gris, des joues creusées. Il s’approche de moi en s’aidant de sa canne.

" Je… "

" Silence ! "

Je reçois un coup sec de la canne dans la jambe tandis qu’il me scrute d’un œil sans le cligner. Il m’inspecte ainsi quelques secondes avant de reprendre la parole.

" Une tête d’ahuri. Un physique difficile. Vous êtes Xël. "

" Je… "

Nouvelle douleur à la jambe alors qu’il éjecte vivement un chut d’entre ses lèvres.

" Taisez-vous ! Ce n’est pas un dialogue ! Je suis Maitre Junad. Vous m’appellerez ainsi. Ni Maitre, ni Junad, ni monsieur, ni Juju ou que sais-je quel sobriquet idiot votre cervelle de moineau pourrait trouver. "

J’ouvre la bouche mais son regard me dissuade de continuer. Il me tourne le dos et s’avance dans la salle en m’ordonnant de le suivre. Je lui emboîte le pas rapidement. Malgré ses trois pattes il progresse rapidement.

" Le temps est excellent pour commencer une formation. Rien de mieux que de se plonger dans la théorie quand le temps nous empêche d’aller à l’extérieur. "

Il s’arrête à côté d’une table et d’un geste m’ordonne de m’y installer. La table en bois est tellement remplie de livres qu’on ne la distingue plus.

" Vous allez commencer par ces quelques ouvrages. Les bases. "

" Mais je… euh… "

Il tape le sol de sa canne pour couvrir ma voix avant de continuer.

" Ensuite nous passerons à des grimoires parlant plus précisément de la magie de l’air et commencerons peut être quelques exercices pratiques. "

" Mais je ne sais pas lire ! "

J’ai craché mes mots assez rapidement pour ne pas qu’il m’interrompe. Je me rends compte par la suite que j’ai parlé un peu fort. Les moines autour de nous se tournent mais retournent rapidement à leurs lectures, baissant les yeux pour ne pas croiser ceux du vieillard qui m'autorise à parler pour la première fois.

"Qu'avez-vous dit ?"

"Je ne sais pas lire."

Un silence lourd s'abat, plus personne n'ose tourner une page. Maitre Junad s'exclame soudainement.

" Balivernes ! J'ai entendu parler des sorts que vous avez lancés hier. Comment auriez-vous pu les apprendre sans savoir lire ?! "

Je l'observe en plissant les yeux, la bouche entrouverte.

"Bah..."

J'ai l'impression d'être sur le point d'expliquer une évidence mais face au regard insistant de Maitre Junad, j'explique:

"Je me concentre sur l'effet que je veux donner à mon sort. Je le visualise dans ma tête et ... "

Je souffle en agitant ma main devant moi. Le regard sévère du vieillard se transforme rapidement. D'abord en suspicion, en admiration, en étonnement. Je sens les yeux des moines se river sur moi. Je suis mal à l'aise. Est-ce que je venais de dire quelque chose d'idiot ?

"Etes-vous en train de me dire que vous avez appris des sorts seul et sans l'aide de parchemins ?"

Des chuchotements s'élèvent un peu partout. Les moines s'agitent. Stupéfaits, admiratifs, rieurs.

"Silence ! "

Le vieillard se retourne, frappant le sol de pierre si fort qu'il en fait trembler la table.

"Nous sommes dans une salle d'étude ici ! Pas dans une taverne de Mertar !"

Silence instantané, mais les regards restent rivés sur moi. Certains moines choisissent cet instant pour s’éclipser, sentant que la tempête est sur le point d’arriver.

" Vous ! "

Pas de chance pour l’un deux. Le jeune moine interpellé sursaute avant de se retourner avec le regard de l’animal de compagnie qui vient de faire une bêtise.

" Allez prévenir l’intendance que celui-ci est dispensé de corvées. " Dit Junad en me désignant. " Si ils osent se plaindre dites leurs d’aller voir directement Maitre Samna. C’est lui qui m’a collé un illettré dans les pattes. "

J’hausse un sourcil alors que le vieillard presse le moine de partir avant d’en interpeller un autre pour lui ordonner de ranger la table où je me trouve.

" Venez avec moi Xël ! Nous avons énormément de travail. "


_________________


Dernière édition par Xël le Sam 28 Juil 2018 15:49, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Sam 28 Juil 2018 15:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


"Bon sang ! Faites un effort ! C'est à la portée d'un enfant !"

"C'est pas si évident !"

Rétorquais-je au vieux maitre.

"C'est pas si évident ! Gneugneugneu."

Répond-il en se moquant. En prenant une voix geignarde.

"Vous m'imitez très mal."

Un coup de canne dans la cheville me sanctionne immédiatement mon impolitesse. Les bleus se sont accumulés sur mes jambes et mes bras au fil des semaines passées avec Maitre Junad. Il appelle ça des coups éducatifs. Je doute de son efficacité mais j'avais tout de même appris assez rapidement l'alphabet. Compris que les lettres ont une sonorité, que mit ensembles cela forme des mots qui forment des phrases qui forment à leurs tours des textes entiers.

Aujourd'hui est un jour ensoleillé. Le froid est quand même mordant mais pas assez pour empêcher les moines de profiter de la cour dallé au sommet du monastère, après avoir dégagé toute la neige. Le vieillard en avait profité pour m'apprendre un sort dont je parle sans arrêt. Celui qui permet d'éviter les coups. Après les coups de canne et les gueulantes humiliantes il avait finalement accepté.

"Je vous ai dit de voir ça comme une cloche ! Une cloche !"

Répète-il en formant l'objet avec ses mains.

"Dispersez ensuite vos fluides d'air à l'intérieur. Votre magie doit la remplir ! "

"C'est trop vaste comme espace !"

"Réduisez le alors ! Bougre d'imbécile !"

Je l'imite à voix basse avant de me remettre en place. Je ferme les yeux, joins mes mains en posture de concentration.


Durant ces quelques semaines il m'avait également initié à la méditation, l'importance de rester concentré, de focaliser son attention. Pour ça, il m'avait emmené dans une salle sous le monastère, creusé dans la roche de la montagne. L'air s'y raréfiait. Dans la salle, rien, excepté une bougie posée sur une roche humide. Il l'avait allumée à l'aide de sa lampe à huile. Faiblement, elle luisait, sur le point de s'éteindre. Souffrant de l'humidité et du manque d'oxygène. La flamme avait repris soudainement une taille respectable. Maitre Junad m'avait expliqué.

"L'air est un élément indispensable. Il est présent dans la terre, dans l'eau. Il peut attiser la plus faible des flammèches ou étouffer le plus grand des bûcher. Aujourd'hui, vous devrez apprendre à focaliser votre magie et à la canaliser. Vous devrez faire preuve de concentration et d'endurance."

Je l'avais écouté avec attention, heureux de faire autre chose que de déchiffrer les inscriptions de vieux grimoires en bégayant. L'exercice était d'empêcher la flamme de s'éteindre. Pas compliqué à comprendre avait précisé Maitre Junad. La flamme s'était affaiblit soudainement avant de s'éteindre, ne laissant plus qu'un filet de fumée s'élever d'une pointe rouge au bout du fil.

"Si vous ne lui apportez pas d'air, la flamme s'éteindra. Trop d'air et vous vous épuiserez ou consommerez trop rapidement la bougie. "


Une boule de neige qui s'écrase contre mon front me ramène au présent.

"Mais vous dormez ou quoi ?!"

"Je pensais à autre chose..."

"Imbécile !"

Je soupire avant de me concentrer à nouveau. Je visualise une boule autour de moi, je laisse ma magie s'y libérer. Je la sens s'échapper par les pores de ma peau et la remplir. Je grimace, l'effort est conséquent. J'ai l'habitude de n'user que d'un point de mon corps. Je rétrécis la sphère autour de moi. La magie l'emplit. J'ouvre les yeux une fois que je la sens stable. De la sueur coule le long de mon dos et sur mon front.

" Maintenant je ne vous demande pas de voir mais de ressentir. "

Le vieux maitre fait ensuite signe à mon compagnon Oljyn. Celui-ci lève le bras, armant une boule de neige pour la lancer vers moi. Ressentir, dit-il. Je ne ressens rien, je peux juste voir la boule de neige foncer vers moi. Instinctivement je l’évite mais sans avoir l’impression d’user de magie. J’aperçois le vieux maitre s’énerver. Oljyn sourire. Je grimace. Ma magie se dissipe, je n’arrive plus à la stabiliser. Ce sort est plus difficile que je ne le pensais. Je reprends mon souffle tandis que Maitre Junad rassemble d’autres moines.

((Tentative d'apprentissage du sort Aura venteuse : Le lanceur de sort parvient à capter le moindre changement dans les courants d'air, ce qui lui permet d'anticiper le moindre geste de [lvl/5] adversaires, maximum 5. (esquives+1/lvl face aux cibles choisies, durée : [lvl/4]tours).1/3))

_________________


Dernière édition par Xël le Ven 7 Sep 2018 15:43, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Sam 28 Juil 2018 15:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


J’expire. Laisse la magie s’extirper de ma peau. Je devais faire en sorte d’user moins de magie. Au lieu de remplir une sphère autour de moi, je laisse seulement mes fluides s’agiter autour de moi. Une sorte d’aura qui m’entoure. Les moines rassemblés par le maître se préparent tous à me canarder de neige. J’inspire. Le vieux fait signe. Les moines se préparent. Ressentir. Je puise dans ma réserve magique à nouveau, tissant des liens avec la magie autour de moi. J’expire à nouveau, cela fonctionne. Je sens l’air qui bouge autour de moi, qui m’entoure.

" Ah ! Je crois qu’il a enfin compris !"

Les boules de neige foncent vers moi. Encore un effort. Je laisse la magie derrière moi disparaître, me concentrant sur ce qui me vient de face. J’évite la plus rapide par instinct mais impossible de faire de même avec toute.

" Laissez votre magie vous guider ! Imbécile ! "

Deuxième salve. Je me concentre alors sur ma magie et en effet je ressens quelque chose quand une autre boule s’approche. Une brise vient se coller contre ma joue, comme pour me pousser, me prévenir. Je la laisse faire et décale ma tête sur le côté. Une boule de neige frôle alors cette même joue. J’ai compris. Au lieu de contenir la magie autour de moi, je laisse libre les liens que j’ai tissé et je ferme les yeux. Un vent pousse mon corps vers la droite. Je l’accompagne et sautille de côté, un vent me pousse ensuite à pivoter. Je ne résiste pas, mon corps suit, obéissant complètement à la magie. J’ouvre les yeux à nouveau quand une boule touche ma cuisse. La déconcentration me vaut de prendre deux autres boules de neige dans l’épaule et le torse. Je reprends le contrôle de ma magie un court instant pour les replacer au bon endroit avant de la laisser libre à nouveau. Comme une corde à laquelle je donnerais du mou. Concentration et endurance. Je dois canaliser la libération de ma magie pour ne pas m’épuiser. L’exercice de la bougie me revient en tête. Concentrer la zone du sort juste au niveau de la flamme pour ne pas libérer trop de fluide. J’étais ainsi parvenu à tenir jusqu’au retour de maître Junad. Je fais de même ici après avoir esquivé une autre boule en suivant une brise qui m’a poussé vers le bas. Je rassemble ma magie comme un bouclier me protégeant du visage au genou. L’effort est moins lourd au fur et à mesure de mes décisions. J’évite encore un projectile. Les moines semblent s’amuser à tenter ainsi de me toucher. Moins dérangé par la difficulté de maintenir la stabilité de mon sort je peux remarquer que les projectiles que j’évite me frôlent toujours, sont à la limite de me toucher. J’essaie d’avancer mon bouclier pour laisser à la magie le temps de me prévenir. Mais le lien se rompt, ma magie se dissipe et je prends de plein fouet la pluie de boule de neige suivie du rire des moines. La voix du vieux maître surpasse les autres.

" Vous semblez avoir compris. Mais il reste du travail pour pouvoir l’utiliser en situation de combat. "


((Tentative d'apprentissage du sort Aura venteuse : Le lanceur de sort parvient à capter le moindre changement dans les courants d'air, ce qui lui permet d'anticiper le moindre geste de [lvl/5] adversaires, maximum 5. (esquives+1/lvl face aux cibles choisies, durée : [lvl/4]tours).2/3))

_________________


Dernière édition par Xël le Sam 28 Juil 2018 16:23, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Sam 28 Juil 2018 16:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

Oljyn se propose pour combattre afin de m’aider à mieux maîtriser ce sort. Le vieux Maître accepte. Mon camarade me fait immédiatement signe qu’il ira doucement. J’en suis rassuré. Il me demande d’un geste si je suis prêt. J’inspire. Expire. J’incline la tête en lui indiquant que c’est le cas. Il s’élance. Je souffle, créé et dirige mon bouclier magique entre lui et moi. Ne pas trop l’éloigner pour rompre le lien, pas trop proche pour laisser le temps à mon sort de réagir. Le premier coup surgit. Ma magie agit. Un souffle pousse mon visage sur le côté. J’évite le coup. Oljyn lève sa jambe pour me frapper. Je remarque rapidement le problème. Cette projection de bouclier magique fonctionne contre les attaques à distance mais au corps à corps mon adversaire se situe entre moi et la magie. Je réagis à temps. Rapproche mes fluides de moi et bondit instinctivement en arrière, aidé par un souffle. Le pied d’Oljyn m’effleure le ventre. Je dois garder ma magie plus proche et je fais bien car le moine s’approche subitement, ignorant totalement les règles de proximité entre deux personnes non intimes. Son visage touche presque le mien. Il pivote soudainement et se retrouve derrière moi. Je n’ai pas le temps de déplacer ma magie je ne peux éviter le coup. Heureusement ce n’est pas Ikem contre moi. Lui m’aurait sans doute brisé la nuque. Oljyn lui se contente de me mettre une petite tape sur l’arrière de la tête en souriant.

" C’est une aura nom d’une pipe ! Cessez d’agir comme un abruti de marionnettiste. "

Éructe Maître Junad. Oljyn incline la tête pour soutenir les propos du vieux moine avant de se remettre sur ses gardes. Je laisse tomber alors cette idée de bouclier et m’en sert plutôt comme une armure.

" Une aura ! C’est quand même pas compliqué ! "

J’entends encore les propos rageur du Maître et laisse l’armure d’air dans mon esprit se disloquer pour former plutôt une couche, ou plutôt, un courant. Un courant qui circule autour de moi. C’est ça. Un courant d’air. Oljyn frappe et je me sens soudainement plus léger. Le courant qui circule autour de moi agit comme le bouclier d’air, il me pousse pour éviter le coup mais en plus de ça il semble me porter. Je suis comme sur un mince filet de vent, une vague faite d’air. Un deuxième coup s’approche mais le sort m’en préserve encore. Je sens un sourire s’élargir sur mon visage et Oljyn y répond en agrandissant le sien. Il me refait le coup d’avant, passe derrière moi trop rapidement pour que je puisse le suivre du regard mais je n’en ai pas besoin. Ma magie le surveille pour moi. Le courant d’air me pousse en avant, je me laisse guider. Le coup ne m’atteint pas. Le moine passe à la vitesse supérieure. Je sens la magie se former autour de lui et guider ses coups. Une pluie de coups fonce vers moi mais je parviens à esquiver. Le sort me pousse à gauche, à droite, en arrière, m’invite à me baisser et les coups ne me frôlent pas. Même les plus rapides. Le courant magique qui circule autour de moi parvient à capter la moindre variation et réagit en conséquence. C’est tout simplement époustouflant. J’en étais sidéré.

" Eh bah c’est pas trop tôt ! "

Grogne le vieux maître en levant les bras. Oljyn s’arrête. Rit. Me félicite d’une tape dans l’épaule que je n’évite pas cette fois. Je suis heureux mais épuisé. Je pense avoir réussi à comprendre ce sort.

((((Tentative d'apprentissage du sort Aura venteuse : Le lanceur de sort parvient à capter le moindre changement dans les courants d'air, ce qui lui permet d'anticiper le moindre geste de [lvl/5] adversaires, maximum 5. (esquives+1/lvl face aux cibles choisies, durée : [lvl/4]tours). 3/3))

_________________


Dernière édition par Xël le Ven 7 Sep 2018 15:49, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Monastère de Khan (Apprentissage CC)
MessagePosté: Dim 29 Juil 2018 10:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<


L’hiver touche à sa fin. Avec lui se termine mon séjour au monastère de Khan. J’avais préparé mes affaires pour repartir avec l’aide d’Oljyn qui devait m’accompagner jusqu’à Alkil, le village le plus proche. Dans le réfectoire désert, avant le lever du jour, quelques moines sont venus me dire au revoir. Avec eux, Maitre Samna et Maitre Junad. Celui-ci fronce les sourcils avant de s’exprimer.

" Etes-vous certain de vouloir repartir maintenant ? Vous avez encore beaucoup de choses à apprendre. "

Je souris, conscient que j’allais certainement lui manquer.

" Répondez-moi au lieu d’afficher ce sourire ahuri. Imbécile ! "

Coup de canne dans mon genou. Je sautille en gémissant avant de lui répondre en me massant la jambe.

" Je ne peux pas m’éterniser ici. Des gens comptent sur moi. Je reviendrais compléter ma formation. "

" Tsah ! " Répond-il en détournant le regard.

" Je vous remercie Maitre Junad. J’ai compris beaucoup de choses grâce à vous. "

" Tachez de retenir ce que vous avez appris. "

J’hoche la tête avant de saluer Maitre Samna et les autres moines présents. Oljyn m’indique qu’il est temps de se mettre en route. De profiter du temps clément. J’incline la tête et après un dernier signe de la main. Je sors en compagnie de mon ami pour mon voyage retour vers Oranan, vers Aliaénon.

Un dernier moine croise ma route à la sortie du monastère. Ikem. Il n'avait cessé de me regarder de travers sans jamais m'adresser la parole pendant toute la durée de mon séjour ici. Sur mes gardes, je m'approche. Il me barre la route en m'adressant un regard sérieux.

"Xël. La prochaine fois. Nous devrons montrer lequel de nous deux est le plus fort."

Il me tend la main. Je plisse d'abord les yeux, craignant un coup fourré. C'est sous l'impulsion d'Oljyn qui me pousse doucement en avant que je saisis fermement la main tendu.

"D'accord, ça marche." Répondis-je un peu béatement.

"Bonne route."

Il s'écarte. Nous inclinons la tête avant de prendre la route.

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016