L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Jeu 9 Mar 2017 15:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Intervention GM.


Une fois encore, le Duc parut plutôt mécontent du ton qu’empruntait Tanaëth pour lui répondre.

« Les vôtres ont-ils vraiment la fierté si mal placée ? Quel intérêt aurais-je de les faire venir en ces terres, alors, en vous rendant la légitimité que vous avez perdue à leurs yeux ? Pour qu’ils prennent ces terres pour eux après les voir débarrassées de la menace d’Oaxaca ? S’ils considèrent si peu les humains, pourquoi s’en priveraient-ils ? Et vous-même, qui me prenez de haut en me lançant votre âge à la figure comme une légitimité de votre ton, oubliez-vous que cette maison noble dont vous dites être à la tête est déchue aux yeux du pouvoir en place sur la Naora, tel que vous me l’aviez présenté. Que votre ordre guerrier est si faible qu’il en est à quémander des ressources auprès des hommes car il ne peut agir seul ? Oui, restons courtois et constructifs, mais n’oubliez pas qu’ici, je suis celui qui a pouvoir et responsabilités, et que vous êtes le meneur d’une troupe sans patrie dont je n’ai pas vu un seul combattant, mais que j’ai toutefois daigné accepter sur mes terres. »

Il se leva de son siège pour approcher l’elfe, plantant son regard dans le sien. Un regard froid et inflexible.

« Si je respectais moi-même les lois de mon Duché, de mon royaume, vous ne seriez pas là à vous expliquer devant moi, mais aux fers pour le meurtre d’un soldat de ma garnison. Alors ne remettez pas en doute la confiance que j’ai placée en vous : seule votre parole me prouve votre version des faits, rien de plus. Vous auriez pu inventer cette histoire pour vous dédouaner d’un meurtre, mais j’ai décidé de vous croire néanmoins. Alors ne mélangez pas tout, ser Tanaëth Ithil. »

Il se détourna un instant, et fit quelques pas vers son trône avant de repréciser, tout en gardant le dos tourné :

« Mon rôle ici est de faire respecter les lois du Royaume kendran sur ces terres. Aussi vous plierez-vous à celles-ci, vous et les vôtres. Les règles d’un être qui n’est pas soumis à l’obligation royale de préserver une position défensive, certes, mais des règles quand même. Si vous ou l’un des vôtres transgressez celles-ci, vous serez punis par la justice que je représente en ce duché. Et votre ordre sera alors chassé de ces terres. »

Il se tourna vers toi, décidé.

« Me suis-je bien fait comprendre ? »

Puis il conclut :

« Je vous recommande également de ne pas user de chantage avec moi. Vous possédez des informations nécessaires à la survie de la paix de mon duché, je vous saurai gré de me les donner séant. Si vous les dissimulez, alors vous ne valez guère mieux que ces traîtres que vous dites chasser. Pour ma part, mon offre vous concernant tient toujours, si vous en respectez les conditions : faites-moi voir qu’on peut vous faire confiance, et vous gagnerez en influence ici. Agissez autrement, et vous serez, effectivement, banni du Duché de Luminion. Et vous pourrez alors jouer les mercenaires où bon vous semblera. »

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Ven 10 Mar 2017 19:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Une fois de plus mes premières paroles déplaisent au Duc, ma fierté me joue des tours mais je ne peux me résoudre à l'abandonner, elle est ma faiblesse, mais aussi ma force. Comme le disait l'un de mes précepteurs du temps où j'étais censé devenir officier de l'armée et prendre un jour la succession de mon père, le pouvoir ne réside pas seulement dans l'or ou le nombre de soldats, il réside aussi et surtout là où les êtres s'imaginent qu'il est. Le socle de mes prétentions à posséder un quelconque pouvoir est fragile et précaire, je ne le sais que trop bien et le Duc ne manque pas de me le rappeler, mais ce n'est pas en l'admettant ouvertement que je le renforcerai, au contraire. Je dois tenir mon rôle sans vaciller, seule une absolue conviction en ce que je prétends être me permettra d'accomplir la tâche colossale que Sithi m'a confiée.

J'écoute une nouvelle fois le Duc sans manifester le moindre trouble ou la plus infime contrition, je suis la Lame du Crépuscule et je refuse catégoriquement de me positionner en inférieur face à ce puissant personnage, le faire signerait mon échec. Il me demande d'emblée quel serait son intérêt de laisser les miens venir sur ses terres compte tenu de leur racisme et pointe directement un risque réel: pourquoi les Sindeldi ne tenteraient-ils pas de s'emparer des terres des hommes une fois Oaxaca chassée de Nirtim? Lorsqu'il me fait remarquer que mon ordre est si faible qu'il est contraint de venir quémander l'aide des hommes pour agir, je me retiens de justesse de lui faire remarquer que toute la puissance du Royaume Kendran ne suffit pas pour passer à l'action. Je dois maintenir ma place mais éviter d'attiser inutilement la confrontation, un exercice délicat auquel je ne suis vraiment pas habitué, je dois apprendre et vite.

Robert de Pérussac se lève et vient se placer en face de moi en me fixant d'un regard dur et froid. Je le soutiens sans ciller ni reculer d'un pouce, me tenant droit et fier sans pour autant le défier, cet homme n'est pas mon ennemi et ne doit en aucun cas le devenir.

Il me fait remarquer que lui-même contourne les lois de son pays, s'il ne m'accordait aucune confiance je serais aux fers pour avoir assassiné l'un de ses hommes. Il n'a en effet que ma parole que les choses se sont déroulées de la manière dont je les lui ai présentées. Ce qui, je dois en convenir, est effectivement une marque de confiance. Il se détourne alors et retourne vers son trône en ajoutant que son rôle est de faire respecter les lois et qu'il n'hésitera pas à punir toute transgression en me bannissant, voire en bannissant l'ordre des Danseurs d'Opale. Une extrémité que je dois éviter à tout prix, ou presque. Aussi, lorsqu'il se retourne vers moi pour me demander s'il s'est bien fait comprendre, je hoche simplement la tête en y ajoutant un léger signe de la main pour signifier que j'accepte cette évidence et son autorité à ce sujet.

Il me recommande ensuite de ne pas user de chantage avec lui et m'enjoint de lui révéler sans délai toute information susceptible de lui permettre de préserver la paix en ses terres, puis il ajoute que pour sa part le marché qu'il m'a proposé lors de notre première entrevue tient toujours, à condition évidemment que je respecte les règles qu'il a fixées. Je le dévisage en silence quelques instants, pensif. J'apprécie cet humain, malgré ses paroles dures, lui aussi doit tenir son rôle à tout prix et ses responsabilités sont incontestablement pesantes, nous sommes très semblables d'une certaine manière. Je finis par lui sourire franchement, nous pourrons nous entendre si nous parvenons tous deux à faire passer notre orgueil après nos buts. Il a fait un premier pas conséquent en ce sens, mes paroles auraient pu me valoir les pires ennuis s'il avait laissé son égo de Duc prendre le dessus, à moi de mettre un peu d'eau dans mon vin, maintenant:

"Nous avons tous deux un rôle à tenir, Messire. Je comprends parfaitement le vôtre, nous respecterons les lois de votre royaume, j'y veillerai."

Je prends un instant pour donner forme à ma pensée, puis je poursuis en commençant par les remarques du Duc concernant les Sindeldi:

"En l'état, il serait effectivement envisageable que les Sindeldi tentent de s'emparer de terres appartenant aux humains ou à d'autres peuples si la menace d'Oaxaca ne pesait plus sur eux."

Je hausse les épaules et remarque:

"Un "si" qui rend cette probabilité fort lointaine et bien incertaine. D'ici là, il faut que la mentalité de mon peuple change, sa survie en dépend. Si notre Mère, qui est liée au Fluide Vision et donc capable de voir la multitude des avenirs, approuvait l'actuelle, elle ne m'aurait pas demandé d'être son représentant et le guide de notre peuple sur Yuimen, elle se serait tournée vers un Ithilauster. Ce qui m'amène à l'un de ces atouts que j'ai évoqués: Sithi me donne accès à une bribe de son pouvoir de Vision pour que je sois en mesure de guider ses Enfants: je peux entrevoir certaines choses du passé, du présent ou d'un avenir possible en me concentrant sur un lieu, une personne ou une chose. Un pouvoir que je mets à votre service, en gage du respect et de la confiance que je vous accorde, dirons-nous. "

Je souris légèrement à mon interlocuteur et laisse planer un instant de silence suite à cette révélation, histoire de le laisser envisager les implications et usages possibles, puis je change de sujet:

"A propos des événements récents, voici ce que je sais: l'attaque des Garzoks que j'ai contribué à repousser dans l'un de vos villages n'avait rien d'un raid effectué au hasard. Gerd et Mirtod communiquaient avec le chef de cette troupe, un capitaine Garzok du nom de Gurkr, et je suis à peu près certain que ce dernier était le responsable des attaques de vos convois et que ces dernières avaient un objectif plus stratégique que de simples pillages: ils voulaient dans un premier temps attirer l'Aube Radieuse dans un piège et éliminer Kardân.

Dans un deuxième temps, si l'Imperator avait été tué et le village occupé par une forte troupe d'orcs, vous auriez été contraint d'agir et d'envoyer votre armée supprimer cette menace. Cela aurait affaibli la défense de Luminion, les deux goules auraient alors été lâchées et auraient été en mesure de répandre un chaos considérable dans votre ville. Stratégie de la terreur, pour compenser leur actuelle faiblesse militaire. Mais l'échec de Gurkr a réduit leur plan à néant, ce qui a contraint les Oaxiens à envoyer quelqu'un ici en urgence pour donner de nouvelles instructions aux traîtres: la Shaakte, en l'occurrence. Cette dernière est bien trop aisément repérable ici, si elle est venue c'est qu'elle y a été contrainte par les événements, en aucun cas elle ne peut s'éterniser dans le coin."


Une pause, puis j'enchaîne avec gravité:

"Ils essaieront encore, je n'ai aucun doute à ce propos, mais il leur faudra un moment pour se réorganiser, du moins dans votre ville. Aux frontières, il me semble très probable qu'ils tentent très vite de mettre en place un autre piège pour éliminer ceux qui les dérangent. Vous, Kardân, vos principaux officiers, moi dorénavant. Des assassins ne sont pas à exclure non plus ces prochains temps, à mon sens, nous ferions bien d'être vigilants.

Enfin, à propos de ce vieux temple, avec votre accord je souhaiterais en faire ce lieu d'enseignement dont nous avons parlé, sous la forme d'une Commanderie de l'Opale. Une maître d'armes de notre ordre vient d'arriver à Luminion, elle se nomme Gaëlle d'Amaranthe. Elle descend d'une branche cadette de la noblesse de ce duché et a servi durant plusieurs années dans la milice Kendrane. Je ne doute pas qu'elle vienne prochainement vous présenter ses respects."


Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Dim 12 Mar 2017 12:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Intervention GM.


Cette fois, le Duc parut moins irrité par les réponses de l’elfe gris.

« Bien. Content de constater que nous avons fini par nous comprendre, ser Ithil. Je ferai doubler la garde et renforcerai le nombre de patrouilles, les jours qui viennent. Pour que rien ne passe entre les mailles du filet. Si cette shaakt revient se mêler des affaires de mon duché, elle aura affaire à moi. »

Il jaugea un instant la proposition de Tanaëth concernant le vieux Temple.

« C’est d’accord. En plus d’assurer la présence de votre ordre sur mes terres, cela permettra d’avoir un nouveau poste de surveillance en marge de la cité de Luminion. J’attendrai la venue de votre envoyée. Que ferez-vous, de votre côté ? Irez-vous à Oranan avec ma pupille, ou resterez-vous encore par ici, le temps que ces menaces se tassent ? »

Le calme était revenu dans la conversation. Nul doute, cependant, que le Duc n’oublierait pas l’attitude de Tanaëth.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Mar 14 Mar 2017 22:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Mes réponses apaisent peu à peu le Duc, cette fois, même si je sais qu'il n'oubliera pas que j'ai en quelque sorte défié son autorité. Ce qui n'est finalement pas pour me déplaire, même si j'aurais pu me montrer plus diplomate, la soumission n'est pas dans ma nature et il n'est pas mauvais qu'il le sache. Il précise qu'il renforcera la garde et les patrouilles ces prochains temps, ce que j'approuve d'un hochement de tête. En revanche je retiens un léger sourire lorsqu'il déclare que la Shaakte aura affaire à lui si elle traîne dans les environs. J'en ai vu assez d'elle pour penser que c'est lui qui aura affaire à elle s'ils venaient à se croiser, tout puissant duc qu'il soit. Faryä n'est pas une combattante à la portée d'une patrouille ou de quelques gardes, j'ai encore l'impression de sentir sa lame frôler mon cou. Et puis, pensée déstabilisante, je ne sais franchement pas de quel côté je me rangerais si la vie de cette fichue garce était en péril...

Le Duc accepte ensuite que l'Opale crée une commanderie dans le temple abandonné, ce qui me soulage fortement car je craignais que notre houleuse conversation ne le fasse revenir sur sa décision. Lorsqu'il me demande ensuite si je compte toujours accompagner sa pupille à Oranan ou si je préfère rester dans les parages jusqu'à ce que la situation se tasse, je lui réponds posément:

"Je me suis engagé à faire tout mon possible assurer la sécurité de ces dames jusqu'à Oranan et je n'ai qu'une parole. Auriez-vous l'amabilité de les prévenir que nous partirons dans dix jours, à l'aube? En attendant, je vais aller faire un tour du côté de ce fleuve qui borde la frontière nord de vos terres. Il y a eu peu de survivants ennemis lors de l'attaque du village, mais certains ont pu s'échapper et je me demande s'ils avaient vraiment lancé toutes leurs forces à l'assaut. Si tel n'est pas le cas...une troupe nombreuse a besoin d'eau..."

Je m'incline légèrement devant sa seigneurie, un geste poli qui n'a rien de servile:

"Merci de m'avoir accordé votre temps, Messire de Pérussac. Et...désolé de vous avoir quelque peu manqué de respect...les dernières heures ont été rudes."

Sur ces derniers mots, je quitte la salle et redescends récupérer mon matériel et Sinwaë, que je trouve en train de ronger une carcasse de mouton sous les regards admiratifs ou un peu inquiets de quelques soldats. Je les remercie cordialement de leur attention, même si je sais que c'est pour eux le moyen le plus simple de s'assurer que mon fauve se tient tranquille, puis je quitte le castel sans me retourner. Je n'ai que trop traîné en ville, j'ai besoin d'air et d'espace...


Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Ven 21 Juil 2017 18:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
La présence à mes côtés du sergent Fardel fait que, sur un simple signe de ce dernier, les portes s'ouvrent devant nous. Les gardes me jettent des regards intrigués et lorgnent avec une certaine suspicion le grand fauve qui marche sur mes talons, mais ils se gardent bien de mettre en doute la légitimité du sergent à nous faire pénétrer dans la demeure du Duc.

Dans la cour, volailles et gorets détalent en piaillant ou en grognant sous le regard gourmand de Sinwaë, je le rappelle sèchement à l'ordre et, indifférent à son air lourd de reproche, le contrains en douceur à me suivre jusqu'au donjon principal. Nous pénétrons sans être arrêtés dans la salle de garde du rez de chaussée, occupée par quelques soldats en train de se restaurer ou de se reposer, lieu où, je le sais, resteront mon Silnogure et mes armes. Tandis que Fardel va s'enquérir de l'éventuelle disponibilité du Duc, je persuade ma bête de s'allonger dans un coin et lui donne un os à ronger, prélevé dans les reliefs des repas, histoire qu'il se tienne tranquille. Je dépose à ses côtés toutes mes armes, puis attends sans impatience que le Duc accepte de me recevoir, pour autant qu'il en ait le loisir bien évidemment.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 13:31 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Intervention GM.



Le sergent revint rapidement vers Tanaëth pour lui signifier que le Duc était prêt à le recevoir. Il murmura rapidement à l’elfe :

« Votre visite va lui faire du divertissement : il ne se passe pas grand-chose en Luminion ces derniers jours. »

Pas de mauvaise nouvelle qui pourrirait son humeur, mais pas de bonne censée le rendre joyeux non plus, en somme. Le Sergent suivit Tanaëth, en retrait, lorsqu’il s’avança devant le Duc. Celui-ci, assis sur son trône habituel, inclina la tête.

« Ser Ithil. Quelles nouvelles de vos projets ? L’escorte de ces dames s’est-elle déroulée comme prévu ? »

Il ne semblait au courant de rien. Sauf s’il testait Tanaëth. Il tenait dans les mains une lettre scellée de cire, dont l’œil habile de l’elfe gris put reconnaître la marque, s’il la connaissait. Celle de Sylayëm Illinwë, dirigeant du Clair de Lune.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 16:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Le sergent Fardel ne tarde pas à revenir et m'informe que le Duc est prêt à me recevoir, avant de me murmurer que ma visite le divertira, Luminion étant fort tranquille ces derniers temps. Je ne suis pas vraiment sûr d'être enchanté de servir de divertissement, à dire vrai, mais au moins le Duc ne devrait-il pas être spécialement de mauvaise humeur. Quant au fait que Luminion soit paisible, ma foi c'est une information plutôt positive, encore qu'il puisse s'agir du calme qui précède la tempête. Il n'est pas impossible non plus que mes diverses actions aient provisoirement détourné l'attention des Garzoks, mais je n'en mettrais pas ma main à couper. Quoi qu'il en soit le sieur Fardel me conduit aussitôt devant le Duc, installé sur son trône comme à son habitude. Le noble Kendran me salue d'un signe de tête, auquel je réponds d'une révérence formelle, puis me demande si mes projets ont avancé et, question plus épineuse, si l'escorte de ces dames s'est bien déroulée. Par Sithi, n'est-il donc au courant de rien? Voilà bien une chose que je peine à concevoir, voire à croire, Robert de Pérussac n'est certainement pas homme à ignorer ce qui se passe dans son Duché. Si ma première réaction a été de hausser un sourcil surpris, je me reprends vivement en réalisant qu'il s'agit plus probablement d'une manière de m'éprouver et rive mon regard à celui du Duc:

"Je n'ai malheureusement pas été en mesure d'escorter ces dames. Gaëlle d'Amaranthe m'a informé que dame Matsuno, ne me voyant pas revenir au jour dit, était venue s'enquérir de la situation vers elle. Ne sachant rien des raisons de mon absence, Gaëlle a délégué deux guerriers de l'Opale afin de me suppléer. Je ne puis qu'espérer que le voyage se soit bien déroulé, mais je n'ai aucune nouvelle à ce propos."

Je marque une brève pause en remarquant soudain un détail troublant: le Duc tient entre ses mains une lettre cachetée munie d'un sceau que je ne puis manquer de reconnaître puisqu'il est la marque officielle du commandeur de Clair de Lune. Que fait cette lettre dans les mains du Duc? Aurait-il intercepté un messager de l'Opale? Voilà qui serait fort gênant, sur le principe plus qu'autre chose car je doute fort que Sylayëm soit assez idiot pour confier des informations capitales à un morceau de parchemin, mais tout de même. Ceci étant il serait malavisé de ma part d'exiger des explications, pour l'instant du moins, mais dans quelle mesure dois-je lui relater ce qui m'est arrivé? Discrète ces derniers temps, ma Faëra se réveille soudain pour me murmurer:

(Bah, il s'ennuie, distrais-le en lui contant tes aventures, non?)

(De distraire à ennuyer il n'y a qu'un pas, et puis il y a certains points que je préférerais garder pour moi. Mais soit, va pour le récit, il n'y a pas l'air d'avoir foule de ménestrels dans le coin...)

"Je vous avais dit, à la fin de notre dernière entrevue, que j'entendais aller faire un tour du côté du fleuve afin de repérer d'éventuels camps ennemis. C'est ce que j'ai fait, non sans succès puisque je suis tombé sur un campement où certains de vos hommes, dont le sergent Fardel ici présent, étaient retenus prisonniers. Je ne doute pas que cet excellent soldat vous ait fait un rapport circonstancié, aussi ne vous ferai-je pas perdre votre temps en vous répétant ce que vous savez déjà."

Une manière de souligner que je ne suis pas totalement dupe, libre à lui d'affecter la plus complète ignorance si cela lui chante mais je n'ai pas l'intention d'affecter de n'en rien voir. Je passe donc sans plus m'attarder à la suite:

"Peu après que vos hommes se soient mis en route pour revenir à Luminion, j'ai été pris en chasse par une forte troupe de Garzoks. Le précédent combat m'avait fatigué et j'ai préféré tenter de les semer en traversant le fleuve. Mais les bougres me collaient au train et, dans ma hâte, j'ai glissé sur un rocher en traversant, ce qui m'a valu d'être emporté par le courant. Comme vous pouvez l'imaginer, le poids de mon armure et de mon équipement m'a entraîné droit au fond, j'aurais dû me noyer mais par un heureux hasard le courant m'a rejeté sur la berge bien en aval, inconscient."

Le souvenir de ces instants me fait imperceptiblement frémir, il s'en est fallu d'un cheveu pour que j'y reste mais, à bien y songer, j'ai frôlé tant de fois la mort par après et cela de manière autrement déplaisante que cette noyade évitée de justesse fait presque figure d'anecdote.

"J'ai été retrouvé par une Earionne, Sirnass Mawess qui, vous le savez certainement, réside avec sa famille dans une maison isolée dans les terres sauvages entourant Omyre. Elle m'aurait sans doute achevé si je n'avais porté cette bague, qui m'a été offerte en remerciement d'un service rendu au culte de Moura."

Je lui montre la bague en question avant d'enchaîner:

"Elle m'a donc recueilli et soigné, lorsque j'ai été en état de reprendre la route, il était déjà trop tard pour que j'arrive à temps pour escorter ces dames, bien des jours avaient passé. J'ai alors décidé de m'enfoncer plus avant dans les terres d'Omyre, afin de prendre la mesure exacte de la menace qui pèse sur votre Duché, et sur ce continent en général. Quelques jours plus tard, je suis tombé dans un piège. Les Garzoks avaient barré une série de collines pour m'intercepter, je ne sais comment ils ont fait au juste mais il est clair qu'ils avaient retrouvé ma trace et percé à jour mes intentions d'approcher d'Omyre."

Un sourire dur se dessine sur mon visage à cette évocation:

"Ils étaient nombreux, près de trois cents répartis en quatre camps, mais leur nasse comportait une faille. Plutôt que de rebrousser chemin, je leur suis donc rentré dans le lard. C'était risqué, mais l'occasion était trop belle pour ne pas en profiter. Je vous fais grâce des détails, mais au final je suis parvenu à franchir leur barrage en tuant un paquet de soldats, deux Matriarches Blanches, un Nécromancien et leur général. L'armure de ce dernier est entre les mains de votre forgeron, s'il vous faut une preuve de ce que j'affirme. Bref, ce combat s'est terminé par la retraite d'une unité d'Orcs, après que j'aie étêté leur officier, et j'ai poursuivi mon chemin jusqu'à tomber sur un sinistre pont suintant de malédictions.

J'aurais certainement dû m'abstenir au vu de ce qui a suivi mais...j'exècre la magie noire, c'est viscéral. J'ai donc franchi ce pont et ai découvert une grotte, un véritable antre des ténèbres. J'y ai trouvé une araignée monstrueuse, bardée de piques de la taille de petites épées, une abjection telle que je n'en avais jamais entendu parler. Après l'avoir tuée, je me suis enfoncé plus loin dans cette caverne et j'ai découvert d'étranges portes, faites d'Ondryia et décorées de sculptures marines. Je n'ai pas compris tout de suite de quoi il s'agissait mais je suis parvenu à les ouvrir, jusqu'à parvenir en un lieu...inconcevable.

Une nécropole, Messire, une titanesque nécropole abritant les corps de milliers de Garzoks, voilà ce qu'est cette sombre grotte proche d'Omyre. Malheureusement certains morts ont une fâcheuse tendance à se relever, en particulier lorsqu'un puissant Nécromancien pourrit depuis des lustres dans un tel lieu. J'ignore quel était son nom, mais je sais qu'il avait été enfermé en ces lieux par la volonté d'Oaxaca, il ne pouvait quitter son antre et a cru pouvoir se servir de moi pour se libérer. Mal lui en a pris, après un rude combat contre ses marionnettes je l'ai proprement incinéré, mais c'est une victoire que j'ai payée très cher. Après ça j'ai poursuivi mon exploration, j'espérais trouver quelque trésor susceptible de valoir toutes ces embûches et, s'il n'était pas celui que j'espérais, j'ai bel et bien trouvé un trésor merveilleux qui m'a éclairé sur l'histoire de cet endroit."


Je marque une pause à cet instant, me prenant au jeu et ménageant mes effets tel un apprenti conteur soucieux de captiver son auditoire:

"Le tombeau d'Esswan Sessra, Messire de Pérussac, se trouve enfoui dans les profondeurs de cette grotte. Devant Sithi j'en fais le serment: je l'ai vu de mes yeux. Il se trouve dans une partie féerique de la caverne, un véritable palais de cristal foisonnant de concrétions extraordinaires protégé par des parties noyées et des pièges. Son sarcophage trône au milieu d'un petit lac souterrain, il a la forme d'un coquillage et est constitué d'Ondryia. Un incroyable monceau de perles d'une merveilleuse pureté l'entoure, mais bien fou serait celui qui tenterait de s'en emparer car un puissant Sylphe veille sur les lieux. Ce n'était pas le premier que je rencontrais, toutefois, c'est l'un de ses semblables qui m'a accordé l'arc des Glaces que je possède, après m'avoir éprouvé dans un contexte similaire. Une réplique de cet arc se trouvait dans un cercueil de cristal, je ne savais pas que ce n'était pas le vrai mais je me suis refusé à profaner la dernière sépulture de l'Hinïonne qui le détenait avant moi pour lui dérober son arme. Cela a convaincu le Sylphe que j'étais digne de porter cette relique et il me l'a confiée, mais le plus surprenant c'est que son semblable qui gardait le tombeau d'Essran Sessra le savait. Les vents murmurent bon nombre de choses à qui connaît leur langage, m'a-t'il dit. Il savait donc que je ne chercherais pas davantage à profaner la dernière demeure de cette légendaire guerrière Earionne, aussi m'a-t'il accordé de voir sa sépulture et m'a fait don de l'une de ces perles, en souvenir de ces instants."

Une discrète émotion m'envahit à ce souvenir, sans doute fera-t'il à jamais partie de ceux, rares et précieux, que l'on n'oublie jamais.

"La suite est moins merveilleuse. Les Garzoks m'attendaient à la sortie de la grotte, et je n'étais plus en état de combattre. Ils m'ont assommé et m'ont emmené à Omyre. Je me suis réveillé dans les geôles de leur arène, lieu sordide s'il en est. J'avais humilié les orcs dans les collines, les autres races au service d'Oaxaca se gaussaient d'eux parce qu'ils avaient fui devant un unique ennemi. Le maître de cette arène m'a donc extorqué un marché, il voulait que je démontre à leurs détracteurs que m'abattre n'était pas chose aisée, en échange de quoi j'étais censé pouvoir bénéficier d'un sursis et peut-être un jour reconquérir ma liberté. Je me suis donc retrouvé sur le sable de leur maudite arène, je pensais devoir affronter seul les adversaires qu'on m'enverrait et l'idée d'étriper quelques sbires d'Oaxaca en plus n'avait rien pour me déplaire.

Mais...la surprise a été amère: ils détenaient un groupe de Sindeldi, probablement capturés lors de l'attaque sur Tahelta, qu'ils avaient longuement torturés. Il y avait des femmes et des enfants, quelques guerriers aussi mais aucun n'était en état de se battre et leurs armes étaient bonnes à jeter. Quant à nos adversaires...il s'agissait de la trentaine d'Orcs qui avaient fui devant moi, ils brûlaient de se venger et étaient lourdement armés, plate, pavois, lourdes haches..."


Je serre les dents en me remémorant cela, une moue amère sur les lèvres et les yeux flamboyants de colère:

"Je n'ai rien pu faire pour les miens, ils ont été massacrés sans la moindre pitié. J'ai vu les deux gamins être exterminés alors qu'ils étaient recroquevillés contre le mur de l'arène, terrorisés, incapables de seulement se défendre. Leurs bourreaux riaient en les débitant à la hache, Messire de Pérussac, ils riaient..."

Je me secoue pour chasser ces souvenirs, sans grand succès car ces images-là aussi sont gravées à jamais dans mon âme, puis je poursuis sur un ton si neutre qu'il en est atone:

"Je les ai tués, les rieurs et les autres, tous, jusqu'au dernier. Après cela c'est devenu de la folie, les spectateurs se chamaillaient déjà dans les gradins mais là ils sont descendus dans l'arène pour en découdre, le chaos était si total que c'en était absurde. J'en ai profité pour me frayer un passage jusqu'à la salle d'armes de l'arène, j'ai récupéré mes affaires qui, je le savais pour les y avoir vues, s'y trouvaient, puis je me suis enfui par les souterrains que j'avais repérés lors de ma captivité. J'ai erré longuement dans un véritable dédale,dont j'ai bien cru ne jamais sortir. Tous les passages que j'explorais finissaient par remonter dans la ville de surface, mais j'ai fini par trouver une issue donnant à l 'extérieur de la ville. Après ça, il m'a suffi de me faufiler entre les patrouilles, jusqu'à revenir ici."

Une fin quelque peu déformée bien sûr, mais je ne tiens pas à lui révéler ma relation avec Faryä pour le moment. Mon regard revient se river à celui du Duc, à qui je demande posément en désignant du menton la missive qu'il tient entre les mains:

"Je vois que vous tenez une lettre en provenance de Messire Illinwë, commandeur de la citadelle de Clair de Lune. Me feriez-vous la grâce de m'apprendre de quoi il retourne? Pardonnez ma question mais je suis surpris qu'il vous ait adressé une lettre, Dame Gaëlle étant responsable de notre ordre en votre Duché."


Dernière édition par Tanaëth Ithil le Lun 24 Juil 2017 19:26, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 17:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Intervention GM.


Le Duc de Pérussac écouta les mésaventures de Tanaëth sans ciller, levant çà et là un sourcil surpris ou perplexe. Lorsqu’il eut terminé, il baissa les yeux vers la lettre qu’il tenait toujours en main, et balaya la question de l’elfe :

« Nous verrons ça ensuite. »

Il la posa sur un petit guéridon à son côté et croisa les doigts devant lui.

« Il ne sera en tout cas pas dit que vous êtes muet lorsque l’on vous pose une question ! Vous avez ma reconnaissance et celle du Sergent Fardel pour l’annihilation de ce camp ennemi. »

Un demi-sourire marquait le visage du noble du Royaume kendran, qu’il perdit presque aussitôt, grave.

« Les horreurs des Terres d’Omyre. Oui. Il ne fait bon s’y promener. J’imagine que cela forme une excuse valable à la négligence de votre mission envers ma nièce et cette Dame d’Oranan. Espérons que vos… guerriers de l’Opale aient été suffisants pour subvenir à leurs besoins de protection. »

Le terme de négligence était un peu brutal, peut-être. Mais il l’avait placé, comme une remontrance face à une parole non tenue. Il balaya l’idée d’un geste de la main, et poursuivit en se tenant le menton, perplexe.

« Ainsi, vous avez été fait prisonnier à Omyre, et en avez fui en utilisant des souterrains dont vous ne connaissiez rien, sans vous y perdre, ni y tomber dans un piège ou un traquenard, échappant à toutes les troupes qui étaient sans doute à votre recherche. Vous êtes un être chanceux, ser Ithil. Chanceux, ou nantis de compétences aussi secrètes que particulières. »

Son ton était irrémédiablement soupçonneux, bien qu’il tentât de le dissimuler. Comme pour se donner contenance, par volonté peut-être de ne pas embarrasser Tanaëth de nouvelles accusations, il s’empara de la lettre et la tendit vers l’elfe gris.

« Elle vous est destinée. Le messager qui la portait vous savait en contact avec moi, et ignorait où vous vous trouviez. Comme je n’étais pas en mesure de lui apprendre, il me l’a laissée, et j’ai précisé que je vous la remettrais si vous reveniez. Et vous voilà. Elle est donc vôtre… »

Elle était encore cachetée, il ne connaissait rien de son contenu.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 20:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Le Sire de Pérussac écoute sans émoi mon récit, se bornant à hausser ici et là un sourcil, surpris ou perplexe, selon. A ma demande concernant la missive de Clair de Lune, il rétorque abruptement que nous verrons cela plus tard et pose la lettre incriminée sur un guéridon disposé à ses côtés avant de croiser les doigts devant lui. Il remarque alors, ironie ou discrète réprimande je suis bien en peine de le définir, que ma narration n'a pas été spécialement résumée. J'ai pourtant fait de mon mieux, peu désireux de le contraindre à me tirer les vers du nez. Mais comme il m'assure ensuite avec un demi-sourire de sa reconnaissance, ainsi que de celle du brave sergent, je suppose qu'il s'agissait plutôt d'un trait d'humour.

Le visage du Duc reprend un air grave lorsqu'il admet qu'une balade en terres Omyriennes n'a rien d'une promenade de santé et que cela justifie plus ou moins ma négligence à l'endroit de ma promesse d'escorter ces dames. Il y a peu, j'aurais bondi pour me justifier, mais ce temps-là est révolu et je me contente d'incliner le visage pour indiquer que j'accepte cette réprimande justifiée. J'ai manqué à ma parole et je n'en suis pas fier, quelles qu'aient pu être les raisons de ce manquement. Reste à espérer, ainsi qu'il le dit ensuite, que les deux guerriers délégués par Gaëlle aient été à la hauteur de la tâche. En y pensant c'est quelque chose dont je pourrais m'assurer, mon pouvoir de vision devrait me permettre d'en avoir le coeur net. Mais le moment est mal choisi et je remets cette idée à plus tard, préférant conserver toute mon attention pour la discussion en cours. Messire de Pérussac chasse d'ailleurs ce souci d'un geste, le moins qu'on puisse dire c'est que la survie de sa nièce n'est pas au premier rang de ses préoccupations. Mais le lui faire remarquer serait une exécrable idée, je me contente donc d'écouter la suite de ses propos sans rien manifester de mes pensées.

Je m'y attendais la moindre, il relève ensuite les circonstances pour le moins "chanceuses" de ma fuite en se tenant le menton d'un air perplexe, voire soupçonneux. Il s'étonne que je ne me sois pas irrémédiablement perdu dans le dédale des souterrains Omyriens, un lieu inconnu sans doute jalonné de pièges et d'embûches, sans parler des troupes certainement lancées à ma poursuite. L'explication qu'il donne ensuite, évoquant des compétences mystérieuses ou une chance indécente, ne le convainc visiblement pas, ce que je peux comprendre. Pourtant, alors que je m'attends à ce qu'il approfondisse la question, il s'empare plutôt de la missive posée sur le guéridon et me la tend en m'expliquant qu'un messager me cherchait et que, ne sachant ou me trouver, il lui a confié son message. Le Duc a assuré à l'émissaire qu'il me la remettrait s'il me voyait, ce qui a dû convaincre l'envoyé de lui laisser son pli. Je retiens de justesse un froncement de sourcils, cet émissaire va passer un sale quart d'heure si je lui mets la main dessus... cette lettre aurait dû être mise entre les mains de Gaëlle, en aucun cas entre celles d'un Duc n'appartenant pas à l'Opale. Mais comme je ne peux rien y changer, force m'est de sourire et de remercier le Duc d'un signe de tête de la même façon que s'il m'avait rendu là un fier service. Ce qui, d'une certaine façon, est le cas, d'autant plus que le sceau intact indique qu'il ne s'est pas permis de la lire. Je brise sans délai le cachet de cire et déroule le parchemin, un peu anxieux de découvrir son contenu car jamais Illinwë ne m'aurait écrit personnellement s'il ne s'agissait d'une affaire importante.

La teneur de cette missive me laisse sans voix. La Royauté de Mertar s'apprête à nous envoyer une délégation officielle, conduite selon toute vraisemblance par l'un de leurs plus augustes membres, rien moins qu'un Longue-Barbe. Les dieux savent pourtant que les Thorkins ne sont guère enclins à se préoccuper de ce qui se passe hors de leurs cavernes, à moins qu'il ne s'agisse de commerce. Mais jamais ils n'enverraient un de leurs Vénérables pour une chose aussi triviale, la raison est autre, cela me semble une évidence. Mais quoi? Se peut-il que le récent réveil de notre Citadelle les inquiète? Rien d'impossible, mais en tous les cas l'envoi de cette délégation doit être considéré comme un immense honneur venant de ce peuple renfermé et susceptible, à plus forte raison s'agissant de nouer un contact avec des Elfes. Car ils ne peuvent ignorer que ce sont des Elfes qui résident à Clair de Lune. Si je connais bien les Thorkins, le simple fait qu'ils aient envoyé une missive pour prévenir la citadelle signifie qu'ils attendent que nous leur envoyions un guide. Ils ne s'abaisseraient jamais à le requérir ouvertement, évidemment, mais cela relève pour eux de la plus élémentaire courtoisie. Il ne fait aucun doute non plus qu'ils jugeront implacablement celui qui leur aura été envoyé. Que ce représentant de l'Opale soit considéré comme indigne de l'honneur qu'ils nous font et le temps virera aussi sec à l'orage pour l'avenir de notre Ordre dans la région de Mertar. Sylayëm a bien fait de me prévenir, ni lui ni les habitants de Clair de Lune ne connaissent suffisamment les Thorkins pour gérer cette situation, reste à espérer que ce que j'ai appris en Hidirain soit suffisant...Quoi qu'il en soit, il n'y a qu'une seule réponse satisfaisante à cette situation, que j'exprime en tendant la missive au Duc afin qu'il puisse en prendre connaissance:

"Je vais devoir prendre congé, Messire, il me faut partir sans délai pour Mertar. La Royauté Thorkine nous fait un honneur qui ne saurait être pris à la légère."

Je lui laisse le temps d'achever la lecture de ce stupéfiant message avant d'ajouter:

"Ceci étant, je suis venu vous trouver aujourd'hui pour une autre raison. Les Danseurs d'Opale souhaitent vous offrir une modeste contribution pour la défense de votre Duché, en gage de notre amitié et de notre inébranlable soutien."

Je tends au Duc une lourde bourse contenant six mille cinq-cents yus, nul doute qu'il en aura l'usage compte tenu de la position délicate de ses terres.

"Par ailleurs, vous évoquiez à propos de ma fuite d'Omyre de mystérieuses compétences que je posséderais, c'est bien le cas et je ne vois aucune raison de vous les dissimuler. Je vous en avais vaguement parlé lors de nos derniers entretiens, Sithi m'a fait un don lié à sa nature: la Vision. Je m'efforcerai de savoir par ce biais si ces Dames sont bien arrivées à Oranan, mais il me faut un temps de concentration dans le calme. Dame Gaëlle vous fera parvenir toute nouvelle que je parviendrais à obtenir, aussitôt que possible."

*****


Note GM:

Achat du bonus au potentiel de guilde "Prestige" pour Tanaëth : 5000 yus
Achat du bonus au potentiel de Guilde "Mécénat" : 1500 Yus

Total: 6500 yus (à prélever sur ma fiche pj, svp)


Dernière édition par Tanaëth Ithil le Mar 25 Juil 2017 16:31, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 14:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Intervention GM.


Le Duc regarda étrangement Tanaëth lorsque ce dernier prit la liberté d’ouvrir, puis de lire la lettre alors qu’ils étaient encore en plein entretien. Il fronça les sourcils, prêt à réprimander l’impolitesse du sindel, lorsque ce dernier voulut prendre congé, et lui confia sa bourse. L’expression irritée du Duc se mua en doute sur son visage.

« Hem. Je ne peux cracher sur ce don que vous et les vôtres me faites, ser Ithil. Le Duché de Luminion en a bien entendu besoin, et vous en sera reconnaissant. Ne… ne considérez en revanche pas cela comme un pot de vin vous conférant des droits particuliers. Je souligne votre générosité, mais je tenais à ce que ce soit clair : on n’achète pas Robert de Pérussac. »

Lorsque l’elfe parla de ses pouvoirs de vision, il parut encore plus dubitatif.

« Hm. Si ce que vous me dites est réel, alors vous êtes effectivement chanceux. Mais je préfère une information concrète à… de la voyance. Un messager est déjà en route pour Oranan pour s’assurer de leur arrivée effective. Je vous remercie néanmoins de votre… offre ? Et ne vous retiens pas plus longtemps si les seigneurs nains vous appellent à eux. Il serait malséant de les faire attendre. D’autant que cette lettre ne m’est pas parvenue aujourd’hui. »

Il fit un signe de la main pour saluer l’elfe gris, si ce dernier n’avait plus rien à rétorquer.


[HJ : yus retirés de ta fiche, tu peux prendre en compte ces deux investissements pour ta guilde.]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Castel du Duc de Luminion
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 14:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Je réalise, en voyant apparaître une expression irritée sur le visage du Duc, que j'ai commis une bourde en ouvrant maintenant cette lettre. Décidément, mes manières en termes de protocole et autres bonnes façons envers la noblesse sont bien rouillées...Il faut dire que, depuis la fin des ennuyeuses leçons du précepteur jadis engagé par mon défunt père, je n'ai guère eu l'occasion de les mettre en pratique. Je ferais bien de réviser tout cela et de réfléchir la moindre avant d'agir, dorénavant, mon impulsivité pourrait me jouer de sales tours si je n'y prends garde. Toutefois la bourse généreuse que je tends au Duc coupe fort heureusement court à son exaspération, qui se mue en doute. Il me remercie de ce don, tout en précisant qu'il ne m'accorde aucun passe-droit, ce à quoi je réponds en le regardant bien en face:

"Vous nous avez autorisés à nous établir en votre Duché, Messire Duc, ce dont nous vous savons gré. Il est donc normal que nous participions à sa défense et à son développement, comme tout autre citoyen. Nous nous comprenons donc parfaitement. Et...je vous prie de bien vouloir pardonner ma hâte à ouvrir cette missive, Clair de Lune est très proche des frontières Omyriennes et je craignais que notre citadelle ne soit en danger."

Messire de Pérussac semble encore plus dubitatif lorsque j'évoque mon pouvoir de Vision, une assertion qu'il peine à avaler vraisemblablement. Il m'apprend qu'un messager est déjà en route pour s'assurer que sa nièce et Dame Matsuno sont en bonne santé, préférant une information concrète qu'une vague vision, ce que je peux aisément comprendre. Il me salue ensuite d'un geste de la main, auquel je réponds d'une révérence:

"Merci de m'avoir accordé votre temps, Messire. Au plaisir."

Je me retire sans autre forme de procès et récupère mon barda et mon fauve, tout en avisant le Sergent Fardel qu'il nous faudra remettre la soirée en taverne à une autre fois. Je quitte ensuite le castel pour regagner la commanderie, réfléchissant pensivement à cette histoire de délégation Thorkine et à ses implications potentielles.


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016