L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Aussitôt la corne soufflée, un cris strident s'échappe des murs. Les portes se referment et un halo noir se forme autour, empêchant toute ouverture.

Des tourbillons noirs apparaissent sur les murs et des bruits d'armures clinquetantes retentissent. Des respirations fortes se font ensuite entendre.

Soudain, trois squelettes sortent des tourbillons qui disparaissent aussitôt. Ils dégainent leur épée et vous font face. Quelques uns soufflent fort, éjectant de la poussière de leur bouche et de leur nez. Ils vous sourient avec leur visage décharné puis s'approchent...



Leur armure est légère quoi que suffisante pour protéger facilement. Seuls leurs bras sont accessibles, ou leur visage.

Combat ou Fuite.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
Un puissant cri strident s'échappe des murs.

"Qu'est ce que c'est que ça encore ?" J'ai une appréhension, comme une nouvelle épreuve à passer. Seyra me regarde, visiblement lassée par les évènements. Des claquements autour de nous.

"Les portes se sont fermées toutes seules" s'inquiète Seldell. Il se dirige vers l'un d'entre elle, un halo noir se forme autour. "Et impossible de sortir, je ne peux pas l'ouvrir !"

"On ne panique pas, on reste calme, et on réfléchit pour sortir de là. Tu as peut-être déclenché un mécanisme en soufflant dans cette grande corne... Il doit bien y avoir quelque chose pour ouvrir les portes qui se sont fermées automatiquement."

Seldell n'a pas le temps de me répondre que des tourbillons noirs se forment sur les murs et que des bruits de cliquetis métalliques résonnent tout autour de nous.

"Oh non, pas encore les morts ! J'en peux plus, papa, fait les partir !"

De fortes respirations se font entendre.

"Ils sont dans les murs, ils sont dans les murs !" L'aniathy courait autour de nous paniquée.

"Tous au centre de la pièce, en position de défense !" Je sors ma rapière et me prépare au pire. Seldell tiens fort sa barre de fer et Seyra prend son glaive, visiblement très lasse par tous ce qu'il se passe.

Trois horreurs sortent des murs et nous entourent, respirant fortement, éjectant poussières de leurs bouches et nez décharnés. Ils sortent leurs épées et se préparent au combat. Ils sont visiblement bien plus forts que les morts que l'on a combattus en masse. Une armure complexe les protège sur tout ce qui reste de leur corps. Ils sourient étrangement, je sens l'aniathy trembler en se tenant à Seldell. Celui-ci n'en mène pas large non plus.

"Morts ! Plus un pas de plus, restez où vous êtes ! Nous ne voulons rien de vous, nous voulons juste partir de cet endroit !"

Ils ne m'écoutent pas et s'approchent de nous.

"Nous allons devoir combattre ! Seyra c'est bon pour toi ?"

"Pas vraiment..."

"Seldell ?"

"Je préfèrerai être ailleurs ! D'ailleurs on pourrai essayer de s'enfuir !"

Les morts ne nous laissent aucune chance de fuite, et nous attaquent avec une grande violence. L'impact est puissant, déroutant, bien plus fort qu'imaginé, nous reculons de quelques pas en parant leurs coups d'épées. Je réplique immédiatement donnant un coup d'épée qui se perd sur l'armure de l'adversaire, celui-ci reculant sous l'impact. Je souris rassuré, le combat sera intéressant.

"On s'arrache !" Seyra a fait tombé son adversaire et se rue vers un couloir non fermé par une porte. Seldell la suit en prenant l'aniathy sur le dos. Je me retrouve rapidement seul face à trois morts visiblement ravis de me voir ainsi.

"Bon vous m'excuserez, mais je m'arrache aussi !" Je choque un des morts avec mon bouclier et cours à la suite des autres. On passe plusieurs couloirs et salles, mais aucune issue pour s'enfuir de ce château des horreurs. Beaucoup de portes sont fermées, grilles de métal, portes au bois sans âge et à la solidité à toutes épreuves. Et par dessus tout ce halo noir, empêchant toute ouverture. Une étrange magie qui nous emprisonne... Seldell tente de défoncer une porte avec sa barre de fer mais il tombe à la renverse sans que le moindre dégât ne soit fait à la porte.

"Il n'y a rien à faire, on est bloqué, il n'y a aucune issu !"

"Il faut se cacher !"

"Mais où ? Il n'y a rien pour se dissimuler !"

Effectivement les couloirs ne présentaient rien qui puisse nous cacher, les salles sont vides, en ruines, mais rien pour déboucher dehors ou se dissimuler. On entend les trois chevaliers morts s'approcher lentement. Ils avancent en confiance, sachant que nous ne pourrions pas nous échapper.

"On est pris au piège... " La petite aniathy s'agite et se cache derrière Seldell.

Un éclat de rire sinistre éclate et se répercute dans le couloir... Ils arrivent.

"Alors on se bat papa ! Qu'importe la fatigue, nous devons vaincre pour sortir d'ici !" Ses yeux brillaient d'une excitation rare, proche d'une transe. Je regarde les alentours, nous sommes dans une pièce en cul de sac, sans issus autre que la porte en ruine en face de nous. Les autres arrivent par le couloir en face, le rire se fait entendre à nouveau.

"Qui sont-ils ?" Seldell s'est relevé et a reprit sa barre en main.

"Je pense pas que ça soit le moment de discuter de ça... Je peux compter sur toi, tu peux te battre ?"

"Je ferai de mon mieux !"

"Veille sur la petite, je te fait confiance !"

Un premier chevalier mort passe la porte et s'arrête en nous voyant là, les armes à la main, prêt au combat. Il sourit, dévoilant son visage décharné.

"Chevalier, je suis ton adversaire, regardes-moi et tremble !" Seyra le regarde avec détermination, tout son corps est prêt à bondir. Elle braque le glaive d'une seule main, la pointe vers lui. "Goûtes à la mort une seconde fois !" Un brin d'air passe faisant danser ses cheveux. Je ne l'ai jamais vu ainsi, le mort lui répond d'un rire aiguë terrifiant. Elle attaque d'un bond et lui administre un coup puissant de glaive qui le fait reculer sous le choc.

Les deux autres entrent et foncent sur Seldell et moi. Par surprise, je viens à la rencontre d'un, et le choque de mon bouclier, évitant sa lame en me collant sur lui. Mais avec son élan il me projette au sol, j'évite une de ses attaques en roulant au sol et retrouve ma rapière que j'ai lâchée sur le moment. Je fouette l'air à sa rencontre et ne trouve que le métal. Sa lame est parée par mon bouclier, le choc me coupe le souffle. Je me dégage en le déstabilisant d'un coup de pied derrière l'articulation du genou, suffisant pour le faire choir. Je me relève prestement, sur mes gardes. A mon coté Seldell se débrouille comme il peut, son adversaire jouant apparemment avec lui. Ma fille a trouvé une énergie supplémentaire et mène un combat âpre face à son chevalier.

Je frappe le mort en face de moi mais ne rencontre que le métal. Son armure est très bonne, le recouvrant presque entièrement et paradoxalement très belle, sa lame siffle et manque de m'égorger. Il a une technique visiblement avancée du combat à l'épée, ce ne sont pas des novices. Le combat continu, aucun ne passant la garde de l'autre, chaque coup est rendu, les chocs sont rudes. Je m'épuise. D'un coup d'oeil je vois que mes compagnons ne sont pas mieux avancés. Seldell lute pour sa survie tandis que Seyra joue avec le sien. Soudain le rouquin glisse, il va mourir ! J'attaque par surprise mon ennemi, l'obligeant à reculer et envois ma rapière qui vient déstabiliser le mort qui râte Seldell de peu. Je cours vers lui avant qu'il ne se retourne et lui passe par dessus avant d'atterrir au sol et récupérant mon arme. Je me relève et le met en garde de ma pointe. Il ricane.

Par surprise je sectionne son poignet, ne pouvant pas piquer à travers l'armure je peux toujours trancher. Dommage que ça ne soit pas son bras d'arme. Mon ancien rival se joint au combat, je suis à deux contre moi, Seldell ne s'étant pas relevé encore, tremblant de peur.

"Ca va aller." J'essaye de le rassurer avec ces trois mots.

"Chevaliers, ou quoique vous soyez... Pourquoi combattre, nous sommes perdus en ces lieux, nous voulons juste partir d'ici ! Nous ne voulons pas nous battre."

Les ricanements reprennent, je sais que ce que j'ai dis est stupide mais il fallait tenter. Ils m'attaquent tout les deux ! Difficile de suivre le rythme, je suis vite débordé, ma vie va s'arrêter là ?

Soudain la tête d'un deux semble prendre feu, c'est Aakia qui passe à travers et le distrait. C'est le moment ! Je bloque l'attaque du second et le repousse, je tranche d'un mouvement sec et désarme mon ennemi. Il se retrouve stupide, sans main. Il me fonce dessus et me met un coup de casque dans le torse, je tombe à la renverse, lui sur moi. Je me débats pour me dégager, le combat est incertain, l'horreur est à son comble. La tête roule, Seldell a frappé avec l'épée du mort, il a sectionné d'un coup sec, me libérant de ce monstre. Je le dégage rapidement, pas certain qu'il soit arrêté, même sans tête. Plus que deux. L'autre semble très énervé et devient fou à la perte de son ami.

"Deux contre un, rien ne va plus ! Seldell on y va ?" Il me fait signe que oui de la tête. Nous attaquons tout les deux...

Le mort a du mal à nous contenir, Seldell s'avérant assez bon avec une lame. Il recule, touche un mur, c'est la fin, il ne va pas pouvoir résister plus, nous devons lui trancher les bras, le désarmer et le finir. En finir avec cette horreur et filer de cet endroit.

Un cri... Déchirant, bouleversant.

"Seyraaaaaaaaa !!!"

Je me retourne, Seyra est touchée, elle est tombée au sol, ses vêtements sont tachés de son sang. Elle n'a pas pu contenir son adversaire qui lui a porté un coup fatal. Il s'approche d'elle pour planter sa lame, je lui lance mon bouclier rond qui le percute de plein fouet et le fait reculer. Une rage sans nom me prend, j'abandonne mon combat pour me précipiter vers Seyra. Elle respire avec difficulté, la plaie saigne. Je fais un signe à l'aniathy qui comprend rapidement, elle prend en charge ma fille alors que je me relève, le regard noir, envers celui qui a fait ça. Il revient stupidement et tente de me tuer d'un coup d'épée. Je pare d'une seule main, sans plier sur le coup, le bloquant à ma merci. Je lui décroche un violent coup de crochet gauche qui le touche à ce qui lui sert de visage. Des os craquent, il est projeté à l'arrière et tombe au sol.

"Debout." Ma voix est dure, coupante, glaciale. Je n'ai pas bougé ma lame qui est toujours dressée, telle une menace. "Debout et bats toi !" Tous mes muscles sont en alerte, mon coeur bat rapidement, propulsant mon sang avec force, donnant l'énergie nécessaire à mon corps. La raison m'échappe, le vent claque dans la pièce fermée. La poussière s'élève lentement et suis mon corps tel une aura grise. Du sang perle de ma main gauche tombant au sol goutte à goutte. L'instant dure une éternité. L'autre se relève, ricane, me regardant avec sa mâchoire déboîtée, à moitié brisée. Je me sens partir, la folie inonde mon esprit. Je vois en rouge, j'ai l'impression d'émettre de la lumière de chaque cellule de mon corps. Le sang en moi pulse, l'air autour de moi fait de même. L'atmosphère est si tendue que je vois le monstre reculer d'un pas, le doute est en lui. Je n'ai toujours pas bougé. Je sens la chaleur de mon corps, la folie de mon esprit. (Destruction !) Adieu Seyra, adieu le monde...

Tout s'arrête, la poussière retombe en large nappe, doucement, en flocons. Je fixe un instant le mort qui recommence ses ricanements ridicules puis j'attaque, d'un bond je suis sur lui et je lui assène un coup d'épée qui pare comme il peut. Il est projeté contre le mur, le métal résonnant sur la pierre qui s'effrite à cause du choc. Je ne m'arrête pas et frappe encore, passant sa garde et touchant son armure. Elle résiste au choc mais lui est à ma merci. De ma main libre je l'attrape à la gorge et le soulève. Je lui écrase sa tête contre le mur, d'abord en arrière puis d'un demi cercle violemment dans la pierre qui éclate au contact. Son casque tombe. Je continue de le l'entraîner sur le mur, lui râpant le reste de ses tissus, lui brisant les dents. Des bouts d'os s'écaillent, tombent. Je le balance au milieu de la pièce, il retombe lourdement, lâchant son arme.

"Toi revenu à la vie pour nous hanter, soit maudit. Ma haine est sans fin, ma colère est ma force. Tu redeviendras poussières, tu es déjà mort, pourquoi..." La fin de mes paroles, qui sont prononcées d'un ton monocorde et étonnant calme, est brisée par l'émotion. Je lâche dans un sanglot et en criant. "Pourquoi tu t'es relevé, toi qui est mort, pour prendre ce qui est vivant ?" Je le frappe une fois, lui bisant un bras. "Pourquoi te battre contre les vivants ?" Je frappe à nouveau, encore et encore, le réduisant en miette. "Pourquoi a-t-il fallut que tu existes ?" Il ne bouge plus, son rire sinistre c'est éteint. Il ne reste que des os brisés et une poussière grise.

Il en reste un, Seldell se débrouille pour le tenir en respect. Je ramasse l'épée du mort et la jette contre le dernier mort. Sur la surprise il l'évite mais trébuche. Je suis sur lui avant même qu'il ne se rétablisse et le bouscule tout en lui portant un coup qui effleure son bras dégarni. Le second coup est rapide, je ne lui laisse pas le temps de se mettre en garde et fauche l'air. Je rencontre sa protection au torse qui amorti le choc mais le propulse à nouveau à quelques mètres alors que mon bras n'a pas bougé malgré le choc extrême. "Je suis le gardien de Seyra, c'est ma fille que vous avez touché !" La colère est toujours là, je dois tuer tout ce qui représente un danger. Je reprend de l'élan et fonce sur lui pour lui porter un nouveau coup, cette fois-ci je sais très bien où frapper, il n'a pas le temps de parer, ses deux mains sont tranchées et retombe au sol. Je pointe ma rapière vers lui. "C'est fini. J'ignore qui vous êtes, ce que vous êtes. Mais vous êtes des ennemis, je dois vous éliminer !" Je le décapite d'un coup vif. La tête va rouler à quelques mètres tandis que le corps retombe en un bruit de métal.

Je tombe à genou exténué, me rappelant tous les évènements qui m'ont conduit ici.

"Seyra !" Je me relève et vais vers elle. La petite semble désolée. ""Ma magie ne marche pas !" dit-elle timidement. Je m'assied à coté de ma fille et l'examine. Finalement la blessure n'est pas profonde. Le sang a déjà arrêté de couler, mais elle en a perdu assez. Seldell vient vers moi le regard embué par l'émotion.

"Ca va aller" J'éclate en sanglot, la pression retombe. Je craque nerveusement, mouillant mon visage plein de poussière. Aakia vient alors me consoler. "Ca ira Lelma, donne lui des baies, il en reste dans le sac. " Je fouille rapidement dans le sac, effectivement il reste de ces fruits trouvé par la druide il a déjà quelques jours... Ou quelques semaines, ne sachant plus comment passe le temps. Seyra respire avec difficulté. Je lui ouvre la bouche et lui met une baie. "Aller mange, mâche et avale." Elle ouvre les yeux doucement, rassurée de me voir, elle essaye avec le peu de force et arrive à avaler une baie. Je lui en donne une seconde quelle avale plus facilement. "Papa... Je suis fatiguée."

Un soupir de soulage s'échappe de nous tous. "Tu as été si courageuse, mais il te faut te reposer maintenant." On est tous exténué par les évènements. Nous espérons tous sortir au plus vite de tout ça.

"Seldell voit ce qu'on peut récupérer sur ces corps. Prends au moins une épée pour toi. Les armures regarde pour la taille, fouille tout. " "Je viens t'aider !" L'aniathy ne semble plus avoir peur. Je m'installe contre un mur, Seyra sur moi qui s'est rendormie. Je suis si fatigué...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Les portes et fenêtres bloquées se libèrent. Les deux battants de la porte de la salle s'ouvrent. Derrière, un être ,humain semble-t-il, se tient debout et vous regarde un instant puis disparait dans les couloirs.

Tu décides de le suivre. Il est déjà au bout du couloir lorsque tu sors de la pièce, il te faut donc courir pour récupérer ton retard. Au détours du suivant aussi, et ainsi de suites quelques minutes. Tu crains à chaque instant de le perdre. Finalement, tu le vois entrer dans une salle aux grandes portes, l'une entrouverte vers l'intérieur.

C'est une gigantesque bibliothèque. Toutes les étagères ont un bois qui a souffert du temps, les livres eux aussi semblent pouvoir se réduire en miette rien qu'en les frolânt.

Sur tes gardes, tu parcours les rayons parfaitement alignés. Soudain, tu le vois passer, loin. Lorsque tu t'approches, il a disparu. Puis à nouveau, là bas ! Derrière, au loin ! Il semble disparaitre et apparaitre à des endroits éloignés en un instant. Pourtant, à force de lui courir après tu finis par le voir devant une étagère, en train de feuilleter rapidement un grimoire à la couverture en cuir.

La créature est vêtue d'une toge avec une capuche qui tombe derrière sa tête. Tu remarques à ses oreilles que ce serait un elfe. Il possède deux petites cornes sur le dessus du crâne, et de petites lunettes. Il ne semble par armé, donc pas dangereux en tant que guerrier. Mais qu'en est-il du coté magique ?

Image

Il ne semble pas prêter particulièrement attention à toi lorsque tu t'approches. Si ce n'est ses cornes, il n'a pas l'air spécialement mort ou avoir un rapport avec eux. Peut être une impression trompeuse...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
Un claquement, les sceaux des portes se sont rompues, elles s'ouvrent toutes. La porte à double battant de notre salle s'ouvre peu à peu dans un grincement aigüe. L'aniathy est la première à voir l'être derrière, dans un couloir, il se tient debout et nous regarde, puis disparaît. L'aniathy intriguée part à sa suite en trottant, totalement inconsciente. "Hé toi, reviens, attends-nous !" Seldell, qui vient de ramasser tout ce qui était utile sur les corps des morts, par à sa poursuite en me disant. "Il faut la rattraper !"

Je me lève, place Seyra sur mon dos, équipe les épées à ma ceinture, attrapes mon sac au vol et part à la poursuite des deux autres. Seldell est déjà au fond du couloir. Je cours comme je peux avec mes affaires et Seyra sur moi. Ils vont vite, je manque plusieurs fois de les perdre de vue. Les couloirs succèdent aux couloirs, les portes aux portes. Soudain plus personne, je les ai perdus !

"Aakia, où ils sont ?"

"Couloir de gauche puis à droite, vite !"

J'écoute ma faera et poursuit mon chemin en courant comme je peux. Je fini par apercevoir Seldell qui a rattrapé son amie l'aniathy et qui essaye de la raisonner. Mais celle-ci poursuit son chemin derrière l'être que je semble apercevoir au loin tourner dans un couloir. J'espère ne pas perdre mes deux compagnons tant ce lieu semble immense, sans nous ils ne pourront pas sans sortir... Et sûrement nous aussi réciproquement.

Finalement nous arrivons tous devant une grande porte à double battant où nous avons vu à l'instant une silhouette entrer. Un des battants est resté entrouvert, nous invitant à poursuivre. Seldell est essoufflé, moi de même.

"Ca ne va pas Keynthara de filer sans nous ?"

Elle baissa les yeux un peu gênée. Je leur répond que ça ne fait rien, mais que ça peut-être dangereux.

"Et puis maintenant qu'on est ici, entrons, trouvons qui est cette personne, mais restez sur vos gardes !"

Nous entrons et nous découvrons ce qui semble être une grande bibliothèque. Nous progressons à travers des rayons remplis de livres et manuscrits sans âge. On contemple tout autour, elle est si grande.

"Où on est arrivé ?" Seldell se demande à juste titre ce qu'on fait là.

"Marchez précautionneusement, le moindre de nos souffles pourrait détruire cette merveille."

Car oui c'est une merveille que de voir une telle accumulation de connaissance et un lieu aussi ancien. "Trouvons celui que nous poursuivons, nous ne pouvons pas laisser nos questions sans réponses." Nous continuons à travers les rayons, nous perdant dans cette immense bibliothèque. Soudain nous le voyons tout au fond d'une allée, passant en marchant. Nous courons vers lui mais en arrivant il a disparu. Nous cherchons dans les allées voisines mais rien. Il réapparaît bien plus loin, nous courons à nouveau vers lui mais il disparaît de notre vue encore une fois. Il est impossible qu'il se déplace aussi vite ! Nous continuons à chercher et le voyons une fois de plus à l'opposé d'où nous sommes. Nous courons une fois de plus pour tenter de l'attraper.

"Et toi, attends-nous, n'ai pas peur !" Rien n'y fait nous le perdons à nouveau, il semble disparaître et apparaître où bon lui semble.

"On va pas y arriver comme ça ! Il nous fait tourner, on dirait que ça l'amuse." dit Seldell dépité. On reprend notre souffle et finalement nous le voyons devant une étagère, feuilletant un grimoire à la couverture de cuir.

Il ne semble pas armé, on dirait un elfe mais avec deux petites cornes sur la tête. Un être étrange mais à l'apparence bien vivante. Il a devant lui d'étrange chose de métal et de verre.

(Des lunettes.)

(Ah ?)

(Ca sert à améliorer la vue.)

(Je ne connaissais pas !)

Nous sommes intimidés et nous craignons qu'il fuit encore, ou pire nous attaque par je ne sais quel sort... Lui par contre ne bouge pas et ne bronche pas à notre approche. Nous savons qu'il nous entend, qu'il sait que nous sommes là.

Doucement je lui dis un "Bonjour."

Et je m'enhardis et lui dit un peu plus fort. "Nous ne voulons pas te déranger, ni t'inquiéter. Nous ne sommes pas une menace. Nous sommes perdus dans ce lieu, où sommes nous ? Qui es-tu ?"

Nous espérons tous une réponse, mais nous restons sur nos gardes...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Il répond rapidement :

" Pourtant tu me déranges. Tu ne vois pas que je suis occupé ? Qu'est ce que vous avez tous à venir dans le château du seigneur en ce moment ?! "

Il continue de maugréer quelques instants, puis relève le bout du nez de son grimoire.

"Vous êtes au Château de la Perdition ! Je suis étonné que vous soyez encore conscient. "

Il remonte son binocle à branche et vous observe de haut en bas et de bas en haut.

" Vous avez du trouver un des passages vers cette dimension. "

Il regarde autours de vous puis lance :

" Que cette bibliothèque est fréquentée ! Je repasserai plus tard ! "

Sur cette phrase, l'individu range son grimoire, tourne les talons et prend une allée entre deux grandes étagères. Lorsque vous regardez autour de vous, vous ne voyez rien ni personne.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
L'étrange être nous répond rapidement, visiblement agacé par notre présence. Il nous dit des choses, qui, sur le moment, ne nous paraissent pas essentielle. Puis il disparaît très vite, ennuyé de nous voir ici. Nous cherchons autour pour le retrouver, mais il est déjà hors de portée. Lassés, nous nous retrouvons autour d'un petit bureau. Je m'affale à terre, dos contre une étagère, m'assurant qu'elle ne tombe pas sous mon poids. Je prends Seyra toujours endormie dans mes bras. Elle a un bon teint, j'y caresse le front, lui dégageant ses cheveux. Elle est paisible. Sa blessure est bien cicatrisée, elle sera vite rétablie.

"Bon on fait quoi ?" me demande Seldell.

"On se repose, on mange un morceau et on voit après, tu as faim ?"

"Pas du tout !"

"Moi non plus, bizarre, on aurait du pourtant... Peut-être on est mort tout simplement... Donc on a plus besoin de manger."

"Mort..." Seldell devient blanc et se met à trembler.

"Allons, pour l'instant on vit mon ami !" lui lance l'aniathy.

"C'est vrai qu'on est sûr de rien... Vous vous rappelez ce qu'a dit cet être ?"

Aakia intervient, se posant sur une étagère au dessus de moi, sous sa forme d'oiseau de feu. "Il m'a paru très irrité de vous voir, il a d'abord demandé ce qu'on avait à tous à venir dans le château du seigneur en ce moment."

"Donc on est dans un château et il est à un seigneur... Est-ce la même... chose que celle qu'on a vu en arrivant, cet être rouge dans le ciel ?" nous dit Seldell, retrouvant petit à petit des couleurs et s'étant mis à l'aise en s'asseyant en face de nous.

"On peut pas savoir... Ce qui m'interpelle moi c'est le tous... Qu'est ce qu'on a tous à venir en ce moment... Les autres sont là aussi ? Aakia tu serais voir ça ?"

"J'ai comme qui dirait de petits soucis avec mes pouvoirs habituels ici... On est sur une autre dimension il nous as dit, et ça je sais pas gérer !"

"Je ne sais même pas ce que ça veut dire..."

Une autre dimension ? Un autre monde ? Je ne vois pas ce que ça peut-être.

"Et bien les mondes sont reliés par les fluides de transport, dans ce système là tout va bien. Mais là c'est différend, on est sur une autre dimension, ça n'est pas une autre planète, c'est comme une feuille du même livre. Prend un de ces livres... Attention il sont fragiles."

Je l'écoute et prend précautionneusement un volume relié de cuir dans la bibliothèque, une bonne couche de poussière le recouvre, je souffle pour la dégager. Je l'ouvre délicatement. Une écriture illisible parcours les pages jaunies et parfois craquelées.

"Je n'y comprend rien, c'est pas une écriture que j'arrive à lire..."

"Peut importe. Regarde le livre, on va le prendre dans son ensemble et le définir comme un tout. Prend une page maintenant, c'est ton point de départ, de là où tu viens. Regarde la page en face, c'est là où tu es maintenant. Ce sont deux pages différentes mais issu d'un même tout. Ce tout c'est un ensemble de mondes parallèles, les pages sont ces mondes parallèles. Normalement personne ne peut aller d'une page à une autre, c'est impossible. Pourtant ça a été le cas, le passage nous a aspiré. Regarde la page d'où tu viens, l'écriture qu'il y a dessus sont les règles de ce monde, regarde la page suivante, même si tu ne peux la lire, tu vois que les signes sont différents, de ce fait les règles sont différentes. Voila pourquoi mes pouvoirs sont inefficaces, voila pourquoi la magie de Keynthara ne marche pas."

"Ah ouais quand même..." Je n'ai pas tout compris, mais ce que m'explique Aakia m'intéresse franchement. "Mais j'y pense, et les autres pages ?"

"Les autres pages sont autant de monde issu d'un même endroit. On est sur Yuimen, mais un Yuimen différent de celui que l'on connaît."

"Et les autres mondes ?"

"Difficile de les caser dans un livre, même dans une seule page, car là est leur place. Il y en a trop pour cela."

"Bah les autres livres non ?"

"Non les autres livres sont autant d'ensemble, d'univers. On parle donc de multivers pour cette bibliothèque."

"Oui mais je ne comprend pas, les autres mondes sont sur cette même page, celle de départ ?"

"Oui tout simplement parce que les règles ne changent pas sur cette même page."

"Donc qui te dis qu'on est sur Yuimen ?"

"Le fait qu'on ai pas passé une porte, une Hithlui Annon, le fameux fluide de transport. Ca je peux pas le rater, c'est ma spécialité du fait de ma nature de faera de les détecter. Plus drôle, Seldell et Keynthara auraient finis tout nu, sans rien d'autre que leur corps durant le voyage !"

Seldell se met à rougir.

"Et visiblement ce n'est pas le cas"

Sourire de ma part, Seldell est très gêné et la petite irritée, râlant par principe, mais se calmant vite.

"C'est convainquant. On a pas du tout comprendre, mais on voit un peu plus clair. Le problème va être de retourner sur notre page ! D'autre chose qu'il a dit ?"

Aakia reprend la parole : "Il a dit qu'on était au château de la Perdition et qu'il été étonné qu'on soit encore conscient."

"Ca pour être perdu, on l'est ! Quelle idée de donner des noms pareils..."

"Le nom ça n'est pas le plus préoccupant." Fuxi intervient et me coupe la parole. "Il a dit qu'il été étonné de vous voir encore conscient, ce qui implique que vous allez sombrez dans l'inconscience sous peu, vous devez donc agir au plus vite."

Je regarde Seyra, si son sommeil était dû au monde et non pas à la blessure.

"Tu as raison ! Il nous faut partir, retrouver cet être ou poursuivre plus loin. Rencontrer ce Seigneur, je pense qu'on est obligé, malgré tous les dangers que ça implique. Restons groupés et attentif, ce lieu recèle trop d'inconnus."

Je me lève, prenant ma fille dans mes bras et la plaçant sur mon dos, alors que mon sac reste ventral. Les deux autres m'imitent.

"Et maintenant ?" me demande Seldell.

"Continuons dans cette bibliothèque, trouvons-le vite, ou trouvons une autre issue !"

Je ne sentais plus ma fatigue, elle s'était envolée elle aussi...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Soudain, un flash blanc vous aveugle. Vous sentez pendant que vos yeux se réhabituent de petits courants d'air autour de vous.

Autour de vous... Des fantômes ! Des dizaines de fantômes dans la bibliothèque, entre les allées, occupés à lire, à traverser des zones, le regard vitreux mais jamais ne vous accordant le moindre regard. Ils ne vous voient pas apparament. Lorsque tu repars à la recherche de l'étrange "démon" qui vient de partir, tu ne le trouves pas. Il n'est plus dans la bibliothèque apparament.

Quand tu sors de la salle, tu as plusieurs directions :

_En face de toi, une porte avec un escalier lugubre qui descend vers les sous sols.
_A ta droite la suite du couloir qui mène à la salle à manger
_A ta gauche la couloir qui mène aux chambres

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
Soudain au beau milieu de notre course un flash blanc nous aveugle. Nous nous arrêtons, fermons nos yeux, les mains nous protégeant. Je sens autour de moi de petits courant d'air frais. Petit à petit je peux rouvrir mes yeux et je suis paralysé de surprise, on est entourés d'êtres éthérés. Seldell panique et prend son arme, je lui prend la main et lui fait comprendre d'arrêter. Qu'est-ce qu'ils sont ? Pourquoi sont-ils apparus ainsi ? La petite va les voir et les traverses sans que ceux-ci ne s'aperçoivent de sa présence.

"Nous sommes en présence de fantômes Lelma..."

"Des morts ?" Je reste étonné et anxieux par leurs présences.

"Tout n'est que mort ici !" Lance Seldell.

Ils vont et viennent sans nous voir, image d'un passé révolu. Nous ne pouvons pas rester là, il nous faut retrouver cet être. Nous vérifions que nous ne sommes pas en danger, mais ces fantômes n'ont aucune influence sur nous autre que la crainte.

"Allez on continu, Seldell attrapes ton amie la curieuse et suis-moi !"

La petite suivait un fantôme dans les allées de la bibliothèque, Seldell la rattrape en quelques pas et la fait revenir à la raison. Tous deux me suivent. Sur mon dos Seyra n'a pas bougée. Nous reprenons notre chemin, ne nous arrêtant pas malgré les fantômes. Nous marchons et marchons, mais nous ne voyons plus cet étrange personnage. Aakia et Fuxi, bien plus rapide que nous, parties en éclaireuses, ne nous ont pas plus avancés.

"Il n'est plus dans la bibliothèque... Par contre j'ai trouvé la sortie, à gauche puis droit devant !"

Nous écoutons Aakia et poursuivons notre chemin, toujours sans sentir aucune fatigue. Quelques instants après, sans savoir quelle durée s'est écoulée, nous arrivons devant une porte ouverte, différente de celle de l'entrée. Nous la passons et arrivons dans un couloir. En face de nous un escalier descend vers les entrailles du bâtiment, son aspect nous fait reculer, peu rassurés. Nous poursuivons sur notre droite et arrivons dans une salle à manger.

"Attention, on ne touche à rien, et surtout pas à la nourriture si vous en trouvez !"

Car tout dans ce monde peut nous être fatal... Nous cherchons dans cette pièce.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
Nous entrons tous dans la pièce sans bruits. Je suis émerveillé par la quantité de nourriture qu'il y a sur la grande table. De toute sorte, de toutes formes, des viandes grillées, des légumes succulents, des fruits divins. Des plats de tous origines. Je retrouve là les gâteaux Nhyorems spécialités d'Espers, ici la viande de boeuf sauce Lhamni, spécialité de Surana... Tout cela devant nos yeux ébahis, beauté des sens: de la vue, de l'odorat. Je ne sais pas quoi penser, que font tous ces plats ici ? Qui les as préparés et pour qui ? La faim ne se fait pas sentir, mais l'envie de goûter est terrible. Pourtant je sais que c'est dangereux, rien ne le prouve, mais nous devons rester prudent. J'ai du mal à quitter des yeux ce que je vois en face de moi, cet amoncellement gastronomique, cette oeuvre d'art gustative.

Seldell moins prudent que moi s'avance et veux goûter.

"Viens Lelma, c'est une chance unique, personne ne verra rien, on va se gaver, on l'a bien mérité !"

Une impression étrange me viens, comme si je me réveillais d'un mauvais rêve, la petite reviens vers Seldell tremblante de peur. "Un fantôme là sur la chaise." Nous regardons dans la direction d'où elle revient. Nous sommes très surpris et reculons de dégoût. Un monstre écorché dort sur une chaise en bout de table. Cet être étrange, à l'aspect humanoïde somnole la tête penché vers l'avant. Il n'a pas d'yeux, aussi étrange que cela puisse paraître, en guise de nez deux fosses nasales béantes et une grande bouche sans lèvres. Son teint est très blanc, sans aucun poil ni cheveux. Je ne comprend pas comment est sa peau, semblant avoir été arraché, elle pends en de nombreux plis de part le corps. Il est entièrement nu, du moins sur la partie visible au dessus de la table. Personne ne semble vouloir vérifier la partie inférieure. L'être a deux grandes mains aux longs doigts terminés d'ongles effilés.

La petite s'est réfugiée derrière Seldell qui a la gourmandise stoppée nette à la vue du monstre, en un chuchotement il me demande : "Et maintenant qu'est ce qu'on fait ? ", contre toute attente je lui répond : "On attend qu'il se réveille et on lui pose quelques questions... Mais surtout ne touche à rien ! Ca sent le piège. Il a l'air très important, c'est sûrement le Seigneur qu'a mentionné le bibliothécaire... Tu me laisses faire !"

Peu rassuré il acquiesce de la tête, je passe une main affectueuse dans la chevelure de l'aniathy et avec un sourire lui dit : "Ca va aller"

Sur mon dos Seyra dormait toujours depuis le combat...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
L'étrange créature commence à renifler lentement puis finit par relever la tête dans un grognement peu rassurant. Elle tend devant elle ses deux mains pour attraper dans chacune un oeil. Ceux-ci semblent rentrer dans les mains comme dans dans la cavité occulaire. Le monstre place ses mains devant son visage et vous regarde en criant : " Vous êtes encore vivantttt ! " dans un souffle grave.



Elle se lève violemment en renversant sa chaise et commence à approcher de vous en grognant visiblement peu amical. Le combat semble inévitable !

Soudain, une voix retentit de jeune homme retentit.

" Calme toi Willem... "

Le monstre coupé dans son élan tant le plat d'une main dans la direction de la voix pour regarder, tout en en gardant une tournée vers vous.

Un étrange personnage sort de sous une arche, richement vêtu.

Image

Il s'approche à quelques mètres de vous et parle d'une voix neutre : " Savez-vous que ce chateau est interdit aux vivants ? Willem pourrait peut être arrangé ça...? "

Le monstre grogna pour approuver cette idée. Ce qui ressemble à un elfe reprit : "Mais ce qui me je me demande, c'est comment vous avez pu arriver ici en un seul morceau... Et survivre ! J'imagne que c'est le pire ici pour des êtres vivants... "

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
Nous nous assoyons à même le sol, attendant une réaction de la créature, sans toucher à quoique se soit. L'aniathy s'est mise tout contre Seldell, imitant Seyra qui dormait toujours dans mes bras. Le temps passe, doucement, simplement, mais nous n'avons pas le temps de nous ennuyer que la créature bouge et se réveille. Elle renifle, comme détectant notre présence de son odorat et relève sa tête dans un grognement inquiétant. Je ne bouge pas, Seldell lui se relève et tire l'épée des squelettes, prêt à défendre l'aniathy qui s'est réfugiée derrière lui. Le monstre étend devant lui ses mains comme pour attraper quelque chose. Son visage est sans yeux, vraiment choquant et dérangeant... Mais je ne bouge toujours pas.

Il attrape en fait deux yeux, un dans chaque main. Il les place rapidement devant son visage, chaque œil étant rentré dans le creux de la paume. Il nous regarde et nous crie : "Vous êtes vivants !" dans un souffle profond et menaçant. La créature se lève subitement, renversant sa chaise et se dirige vers nous dans une attitude hostile. Je prend de ma main droite mon épée que je serre fort, prêt à un nouveau combat.

"Lelma, lèves-toi !" dit avec panique Seldell.

Soudain une voix s'élève : "Calmes-toi Willem...". Le monstre s'arrête et regarde par un de ses yeux dans la main la personne qui vient d'arriver. C'est une sorte de jeune elfe, à l'allure élégante, paré de vêtements riches. Il s'approche à quelques mètres de nous, je me lève par respect, comme pour une évidence.

"Savez-vous que ce chateau est interdit aux vivants ? Willem pourrait peut être arrangé ça...? " dit-il d'une voix neutre. Le monstre lui répond en grognant, comme étant d'accord par cette idée. Il reprend : "Mais ce qui me je me demande, c'est comment vous avez pu arriver ici en un seul morceau... Et survivre ! J'imagine que c'est le pire ici pour des êtres vivants... "

"Le monde... des morts..." Seldell est effondré. J'ai du mal à encaisser aussi, même si on s'en doutait déjà. La petite se serrait derrière Seldell, en regardant le monstre avec angoisse. Seyra, elle, restait au sol, dormant toujours. J'avance d'un pas, l'air apaisé, regarde mes compagnons, leur intimant du regard de ne rien faire. Je range mon épée, je n'en aurai pas besoin, puis pose un genou à terre, les deux autres m'imitent.

"Seigneur de ce lieu, pardonnez notre intrusion involontaire. Ainsi nous, les vivants, sommes nous au royaume des morts ?" Je marque une pause puis enchaîne : "Nous avons passé une porte, une grande porte qui nous a aspiré par accident. Jamais notre volonté n'a été de venir en ce lieu, ça n'est pas notre place. Nous avons dû faire face à de grands dangers, les morts nous ont attaqués plusieurs fois, et nous avons combattu et gagné, car notre volonté de vie est inébranlable. Nous souhaitons tous partir d'ici au plus vite... Et rester en vie bien évidement. Que devons-nous faire pour cela, pouvez-vous nous aider à rentrer au pays des vivants ?"

Il ne dit rien, je me dois de poursuivre.

"Nous sommes perdus, dans un monde qui n'est pas le nôtre. Nous ne souhaitons pas interférer avec lui, nous voulons juste repasser dans le monde des vivants. Nous ne nous sommes battus que pour nous défendre, ne sachant pas où nous étions. Notre groupe est séparés, d'autres vivants sont avec nous, nous devons les retrouver et nous devons tous partir ensemble vers l'autre monde."

Il écoute attentivement.

"Je me nomme Lelma Noteema, voici Seldell et derrière lui Keynthara l'aniathy. L'enfant qui dort est ma fille adoptive Seyra, voici sur elle sa faera Fuxi, et voici Aakia ma faera. Quelque chose arrive à ma fille, elle dort depuis sa blessure contre un des squelettes, elle a tout donné pour rester en vie. Je me dois de la sauver, par n'importe quel moyen. Je ne sais pas si vous pouvez m'aider en cela, mais montrez-moi la sortie de ce monde et je pourrai la sauver. Car je suis son gardien. Aidez-moi, aidez-nous, permettez-nous de partir car notre heure n'est pas arrivée. Nous avons encore à faire sur le monde des vivants."

J'attends une réponse, un signe, une parole de cet être. J'espère ne pas me tromper.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Lors de ton monologue, le maitre sourit de ses dents blanches, te regardant dans les yeux. Lorsque tu as terminé il te fait te relever :

" Hmm... Des vivants ici... Vous êtes tombés sur l'une des portes des enfers... C'est vraiment... malencontreux pour vous ! Oui, je sais comment partir d'ici. Seuls les vivants le peuvent, nous, morts, sommes rattachés à cette déchéance sans fin... Mais peut être que prendre des vies pourrait nous éviter cette souffrance ! "

Devant ton air dépité, il continue :

"Hmm... Non... Après tout si je suis ici, c'est pour ça. Ca ne m'apportera rien de me débarasser de vous, au contraire, vous faites de l'animation, et c'est chose rare ici. Quel avantage pourrais-je tirer de vous aider ? "

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
L'être sourit lorsque je parle, me regardant intensément dans les yeux. Il me laisse finir puis me fait signe de nous relever, ce que nous faisons ensemble. Il prend alors la parole :

" Hmm... Des vivants ici... Vous êtes tombés sur l'une des portes des enfers... C'est vraiment... malencontreux pour vous ! Oui, je sais comment partir d'ici. Seuls les vivants le peuvent, nous, morts, sommes rattachés à cette déchéance sans fin... Mais peut être que prendre des vies pourrait nous éviter cette souffrance ! "

Les sentiments se mélangent, espoir tout d'abord en sachant que l'être sait comment partir, mais la crainte de ne pas savoir ce qu'il veut. Il poursuit :

"Hmm... Non... Après tout si je suis ici, c'est pour ça. Ca ne m'apportera rien de me débarasser de vous, au contraire, vous faites de l'animation, et c'est chose rare ici. Quel avantage pourrais-je tirer de vous aider ? "

Seldell est tout blanc mais ne dit pas un mot. La petite me regarde comme pour me demander de continuer la négociation. Je prend la parole, le regardant à mon tour dans les yeux.

"Bien sûr, nous sommes vivants, aussi vous savez que nous ne pouvons pas rester ici... Regardez mon enfant qui dort, qui est blessée. Je dois partir de ce monde pour la sauver, car tôt ou tard, si nous restons ici, nous basculerons nous aussi parmi les morts. Nous ne sommes que des distractions éphémères, permettez notre départ. Je pense que l'ont peut s'arranger, vous voulez de la distraction ? Vous ne pouvez pas venir parmi les vivants, cela vous est interdit ? Car vous pouvez venir avec nous avec plaisir si vous le pouvez... Que puis-je faire pour vous aider ?"

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
GM13 a écrit:
Il fait mine de réfléchir plus pour la forme qu'autre chose. La décision est déjà toute prise :

"Hmm... J'hésite... (sourire en coin) Hmm... Bien... Je vais vous montrer la direction en effet. C'est surement la seul chose pour le bien qu'il me sera donné de faire, alors de toute façon... "

Il grimace à une pensée, puis indique à son "ami" de se rendormir. Ce dernier grogne, puis repose ses yeux devant lui. Il se fige soudainement devant la nourriture.

D'un signe du doigt, il vous indique de le suivre. Il prend alors la porte d'où il est apparu. Vous le suivez à travers un dédale impressionant de couloirs et de pièces pendant un bon quart d'heure. Il ne dit pas un mot, marchant à travers le chateau comme à travers un champs.

Finalement, il s'arrête brusquement face à une porte rouge capitonnée. Il vous jette un regard et sourit, la main sur la poignée. Il tire alors lentement la poignée, et tire la porte qui dévoile un énorme escalier qui descend vers l'Ouest jusqu'au sol, au delà des douves.

" C'est par là bas... Vous verrez un étrange anneau enflammé au loin. Dirigez vous vers là-bas, et on viendra vous chercher... Bon courage !"

Alors que vous passez le pas de la porte, celle ci se referme violemment. Vous commencez votre gigantesque descente, lorsque derrière vous, des bruits de pierres se fond entendre. Non seulement l'escalier se détruit de plus en plus rapidement de son haut vers le bas, mais deux gargouilles viennent elles de se détacher du chateau, et prennent leur envol vers vous...

Heuresement, l'escalier est soutenu régulièrement par des colonnes, que les gargouilles pensent à essayer de détruire uniquement à partir de la moitié de la descente, au lieu de s'attaque directement à vous...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Chapitre 8 : Le chateau des horreurs
MessagePosté: Sam 17 Sep 2011 16:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Lelma a écrit:
L'être semble réfléchir à me proposition puis avec un petit sourire me répond.

"Hmm... J'hésite... Hmm... Bien... Je vais vous montrer la direction en effet. C'est sûrement la seul chose pour le bien qu'il me sera donné de faire, alors de toute façon..."

Il a une petite grimace à peine perceptible, il ordonne au monstre de se rendormir, ce dernier grogne mais obéit, reposant ses yeux devant lui et se figeant dans la même position qu'à notre entrée dans cette pièce.

Je reprend la parole : "Je vous remercie Seigneur de..." d'un signe de son doigt il nous invite à le suivre, me coupant dans mes remerciements. On passe alors par la porte d'où il est entré. Il marche vite, sans un mot, nous le suivons tous sans oser lui adresser la parole. Les pièces défilent, les couloirs succèdent aux couloirs, les salles aux salles. Un véritable labyrinthe d'où on ne serait jamais ressorti. Nous le suivons un long moment, sans savoir quand nous arriverons à destination. Puis brusquement il s'arrête face à une porte rouge capitonnée. Il nous regarde pour la première fois depuis notre départ de la salle à manger et tout en souriant il pose sa main sur la poignée. Il abaisse la poignée et tire la porte vers nous... Un souffle entre avec force, la porte dévoile un énorme escalier, semblant sans fin.

"C'est par là bas... Vous verrez un étrange anneau enflammé au loin. Dirigez vous vers là-bas, et on viendra vous chercher... Bon courage !"

Nous passons tous la porte et avant de nous retourner pour remercier encore une fois l'être qui vient de nous aider, la porte claque violemment.

"Sympa... Il était si pressé ?" demande Seldell un peu désabusé.

"Ne tardons pas, il faut descendre ces escaliers pour voir où ils mènent, j'espère qu'il ne nous a pas trompé."

Nous commençons la descente, la petite à un peu de mal vu la taille des marches, Seldell lui propose de monter sur son dos, adoptant ce que j'ai déjà fait pour Seyra. Elle dort toujours, mais est apaisée. Pourtant je sais qu'il ne faut pas tarder. L'escalier de pierre s'enfonce loin, si loin que nous ne voyons pas où il débouche. Large de plusieurs mètres il est entouré des immenses murs du château, construit dans la continuité d'une gigantesque falaise. Il y a plusieurs mètres de vide entre les murs et l'escalier, des deux cotés, tant et si bien qu'il semble que cet escalier flotte dans les airs. Une simple démarcation de pierre protège les inconscients du vide.

"Aller, on accélère, il faut partir de ce lieu au plus vite. Trouvons un anneau enflammé !"

Tous les deux on descend les escaliers en grandes enjambées, sans penser ou regarder au vide qui nous entoure, quand tout à coup un grondement retentit, des bruits de chutes de pierres. Continuant la descente je demande à Aakia.

"Vas voir d'où vient ce bruit..."

Elle vole rapidement vers le haut de l'escalier et revient très vite.

"L'escalier s'écroule ! Il va vous rattraper !"

Sans un mot on accélère tout deux courant maintenant alors que le bruit s'accroît et se rapproche derrière nous.

"Gargouilles derrières vous, baissez vous !"

Mais impossible de se baisser en pleine course, je sens un violent souffle nous passer deux fois juste au dessus, en regardant je vois deux créatures ailées à l'allure monstrueuse. Je sais que je ne vais rien pouvoir y faire, avec Seyra sur mon dos, m'interdisant tout combat. D'un souffle :

"On continu jusqu'en bas, taches de les éviter !"

Aakia se permet de faire une comparaison dont je ne comprends pas le sens.

"J'ai connu dans le temps des escaliers aussi long, je suivais de loin l'aventure de jeunes hommes qui devaient monter tout en haut pour sauver une jeune princesse... Sauf qu'il y avaient plusieurs maisons et dans chaque un gardien à l'armure d'or à vaincre..."

C'est vraiment le moment de nous dire ça Aakia... Si encore cela était utile... Les deux créatures ailées tentent plusieurs fois de nous approcher, mais nous sommes rapides et parvenons à les éviter tout en courant. Le bruit assourdissant des chutes de l'escalier se rapproche, au loin nous voyons une sorte de porte bloquer notre progression. Nous continuons notre course, c'est en fait une ancienne porte de bois à deux battants, massive, elle est fermée, empêchant tout passage, nous sommes condamnés. Les deux créatures arrivent, l'une derrière l'autre et fonce sur nous, au raz des escaliers, non loin derrière on voit le vide s'approcher inexorablement et ce bruit s'amplifier.

Aakia monte dans le ciel, à la rencontre de ses deux monstres, elle tournoie rapidement autour du premier, le désoriente.

"A couvert Seldell !"

On se met à genou, le monstre frappe violemment la porte qui se brise en plusieurs morceaux. La gargouille repart avec un cris sinistre à glacer le sang alors que la second évite d'un vol ascendant. Le bois tombe en grande planches, certaines glissant le long des marches. La porte est ouverte sur le choc, mais coupée à plus de la moitié. Nous n'avons rien, à peine quelques échardes et bout de bois sur nous, les gros blocs ont basculés de l'autre coté de la porte. Nous passons cette issue. C'est à cet instant que je sens Seyra bouger, et murmurer un "Papa" faible. Elle s'est réveillée, mais nous n'avons pas le temps, la chute de l'escalier va nous rattraper.

"Seldell, j'ai une idée folle, tu es prêt à n'importe quoi pour t'en sortir ?"

"As-t-on le choix ?"

"Non, sautes sur une de ces grandes planches, cramponnes-toi et fais-toi glisser !"

Je pousse une des grandes planches qui glissent bien sur l'escalier régulier. J'y saute dessus, accroupie, avec Seyra derrière moi, qui s'éveille peu à peu, je cherche mon équilibre. Je plante mon épée dans le bois pour m'y cramponner et j'imprime une force de mon pied contre une marche. La structure de bois glisse facilement, je vois Seldell à mes cotés faire de même avec la petite. Je lui crie un "Bonne chance, le premier en bas a gagné !" Je ne me retourne pas, mais sent le souffle de la disparition des marches derrière moi, il faut faire vite, pourvu que cela fonctionne !

La planche de bois prend rapidement de la vitesse, bien plus que prévue, et glisse le long de cet escalier. Le vent souffle et claque contre mon corps, le spectacle est grandiose, j'ai l'impression de voler, le vide nous entoure désormais de toute part, nous voyons enfin la fin de l'escalier qui arrive dans une plaine déserte, les marches défilent, la vitesse s'accroît encore. Les deux monstres volent au dessus et au dessous de nous. Soudain un choc violent, l'escalier disparaît sous nos planches, nous parvenons Seldell et moi à continuer notre course et atteindre une portion encore entière, les planches volant presque de part la vitesse. La peur nous envahit, l'escalier maudit va nous avaler avant que nous arrivions tout en bas ! Le sol s'approche si vite, le choc va être terrible. Je crie à mon compagnon :

"Sellllldeeeeeel ! A l'arrière de la planche ! Prépares-toi au chocccc !"

J'espère, qu'il m'aura entendu et compris. Je me positionne au mieux, protégeant Seyra de mon corps. Nous arrivons...

Un choc terrible, je me sens éjecter de la planche de bois, je vole, je vois le ciel, Seyra dans mes bras. Je retombe sur le dos dans une terre poussiéreuse, protégé par mon bouclier au dos. Je glisse plusieurs mètres, rendant mes vêtements tel des chiffons, s'imprégnant de cette terre rouge.

Douleur. J'ai mal. Tout mon dos est douleur, mais je suis en vie. Seyra n'a rien et me sourie doucement. Nous sommes dans un sale état, couvert d'une poussière rouge. "Papa, ça va ?"

Ca à l'air d'aller, je parviens à me redresser et à me remettre sur pied. "J’en ai bien l’impression." Je lui sourie à mon tour. La poussière vole partout, rendant opaque la vision.

"Seldeeeeeell !!!" Je ne le vois pas. Dans le ciel les cris des gargouilles prouvent qu'elles n'ont pas renoncé à leurs proies. Aakia arrive et m'indique que Seldell a subit un choc bien plus violent et qu'il est inconscient. Je suis Aakia et retrouve Seldell couvert de poussière, la petite s'affairant autour de lui. Je m'affaire aussi autour de lui, finalement il ouvre rapidement les yeux, mais semble encore hagard. La poussière retombe, entre notre choc et celui de l'escalier qui s'est écroulé, les volutes de fumées s'entremêlent.

Les gargouilles continuent à tourner dans le ciel, tel deux vautours, attendant notre mort prochaine. Seyra vient à mes cotés, me prenant dans ses bras. "On y va papa, on les combat ?" Elle a déjà vu le danger des deux créatures... Elle a déjà compris qu’elles ne nous lâcheront jamais et que le paysage autour de nous n'accepte aucun refuge ni cachette. Seldell se propose aussi timidement pour nous aider. Mais aucun des deux n'est en état, je tire mon épée et la pointe vers le ciel. "Restez là, accroupis... Je m'en charge, vous n'êtes pas en état."

"Mais..."

"Pas de mais... A tout de suite."

Mon ton n'accepte aucune réplique, elle le sait et obéit, sans doute consciente de son état de faiblesse toujours présent. Je vais vers l'endroit de notre choc, récupérant les sacs en sale état et nos équipements dispersés dans la poussière. Je retire du sol les 3 épées que nous avons récupérés des squelettes et va les planter à trois endroits différents. Les trois autres me regardent étrangement, se demandant ce que je prépare. Calmement je m'éloigne d'eux, me préparant mentalement à un combat titanesque. Aakia m'interpelle.

"Qu'est ce tu fous Lelma ? Il faut y aller ! Partir de cet endroit, ces monstres sont trop forts !"

"Dans ce monde je n'ai pas de limites, j'ai appris bien plus ici que durant ma vie entière. J'ai enfin compris ce que je peux être. J'ai compris la force dormant en moi. Je dois le faire, pour les protéger, je me dois de combattre et de vaincre ces deux créatures."

Je suis étonnamment calme, la douleur au dos se calmant déjà. Je pointe à nouveau ma rapière vers le ciel et crie aux gargouilles. "Créatures ! Je suis votre adversaire, venez me combattre !"

Je reste quelques instants dans cette position, observant le ciel, une des deux créatures décroche de son cercle et plonge vers moi, visiblement elle a compris mon défi. Je me concentre, attendant le moment, l'air de cette plaine chassant la poussière qui volette encore autour de moi. Je n'aurai pas beaucoup de chance, je ne dois pas être touché par cette chose ! Il vole rapidement, tombant en flèche vers moi je commence à mesurer la taille de cette chose, ses ailes gigantesques brassent l'air alors qu'elle rase le sol, reprenant une courbe plus horizontale. Lancée à pleine vitesse, elle fait mine de m'attraper avec ses serres, je me décale au dernier moment, essayant de la toucher à son passage. Le coup va dans le vide. Je suis trop lent. Je mets ma rapière à la ceinture, courant attraper une première épée plantée dans le sol, la rapière ne m'aidera pas dans cette sorte de combat. Une fois cette épée en main, je cours vers cette créature, mais elle remonte dans le ciel pour mieux redescendre et me surprendre sur mes cotés. Sacrement rapide ! Mes réflexes sont là, je saute de coté, mordant la poussière une fois de plus. La créature dessine une fois de plus un cercle vertical pour mieux reprendre de la vitesse, elle arrive face à moi. Je l'évite au dernier moment en me faisant chuter vers l'arrière tout en portant un coup sur le poitrail de la chose. Un sang sombre m'éclabousse et se transforme immédiatement en poussière noire. La créature touche sol avec fracas. Je l'ai eu. Un cris terrible sort de sa gueule, elle est blessée. Je me remets sur pied, un coup d'œil vers le ciel pour voir que la seconde a commencé sa descente vers moi. La blessée agite les ailles projetant la poussière derrière elle, elle semble vouloir repartir.

D'un coup de folie je saute sur elle, me positionnant sur son long cou, avant ses ailes. Elle devient folle, s'envolant avec moi dessus, elle vole anarchiquement, tentant de me désarçonner. Aakia vole autour de moi et me cris :

"Lelma, tu es inconscient ! Tu vas y rester !"

"Regardes!"

Je tranche légèrement ma monture au cou et celle-ci pour se protéger vole du coté coupé. Nous sommes dans le ciel, volant au dessus de la pleine. Je peux voir à des kilomètres alentours. J'aperçois en contrebas un nouveau combat, mes compagnons sont aux prises de la seconde créature. Je dois les aider, les savoir autant en danger décuple ma colère. Je tranche à nouveau le cou de ma gargouille, le sang coule et s'évapore au contact de l'air en cette poussière sombre. Sommairement je contrôle la course de cette chose, je m'accroche du mieux que je peux, alors que les cris terribles et discordant déchirent mes tympans. La créature est sous mon contrôle, totalement aveuglée par sa folie. Je vais à la rencontre de l'autre, qui voyant sa congénère au prise d'un grand danger, abandonne ses proies pour venir à sa rescousse. Elle vole vite, je dois en profiter. Mon épée fortement maintenue dans ma main, j'attends le moment idéal pour frapper. Le choc avec l'autre sera terrible !

Mon bras est presque arraché, j'ai frappé la tête avec force, perforant le crâne, mais abandonnant mon épée sous le choc. Elle m'a désarçonné de la première quand elle m'est passée dessus, je suis dans ses griffes, à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, des douleurs au bras, sans doute blessé. La créature plane, ses ailes de chauve-souris gonflées par le vent. Elle tombe, je suis collé sous elle, m'apprêtant à mourir de la chute. Elle est morte, si on peut appeler cet état ainsi, petit à petit elle perd de son corps en poussière, modifiant sa chute. Par miracle ses ailes sont toujours là, gonflées naturellement, et amortissent la vitesse. Le sol arrive toutefois à bonne vitesse et le choc est rude, je me roule en boule pour éviter de me faire trop mal. Je mords la poussière encore une fois. Mes jambes ont pris un sacré choc, j'ai peur un instant de me les avoir brisées. Mais je peux me relever. Derrière moi la créature est entrain de disparaître, j'en reviens pas d'en avoir eu une !

Mais la dernière est toujours là et elle ne se laissera pas avoir aussi facilement que sa compagne. Je récupère l'épée qui s'était bien fiché dans le crâne de la créature, maintenant devenant poussière.

Je suis vivant, une telle aventure est incroyable, je pense rêver ! J'ai volé et vaincu une créature du ciel, monstrueusement grande et forte. Sans doute la chance est-elle avec moi. Mais je ne dois pas m'endormir, je repère déjà la suivante dans le ciel, et mes compagnons atterrés qui arrivent vers moi aussi vite que possible.

"Restez à l'écart, je vais bien." Leur dis-je.

Ils ne doivent pas être blessé par ce monstre. Ma colère est là, puissante, terrible. Je me reconcentre, amenant à mes muscles l'énergie dont ils ont besoin, tant physique, que psychique. Il ne me reste plus tant de force, le prochain coup sera le dernier. Une sorte d'aura m'entoure, prenant mon corps et mon épée, la poussière entoure cette bande d'air autour de moi. Jamais je n'ai senti une telle décharge de puissance. Je prends mon épée à deux mains, voyant le monstre commencer son approche d'un arc de cercle. Elle va arriver à pleine vitesse...

Et cette fois-ci je ne me pousserai pas ! Elle arrive, je frappe avec une force démesurée, me sentant partir vers l'arrière avec un choc terrible qui me coupe le souffle. Je retombe lourdement, et glisse à nouveau sur ce sol chargé de poussière rouge. Je suis à moitié assommé. Je vois les autres arriver autour de moi très inquiet. Seyra se baisse et me prend dans ses bras.

"Papa ça va ?"

Elle est très inquiète. Je me redresse et regarde autour de moi sans comprendre. J'ai mal partout.

"Tu l'a eu Lelma, tu l'as eu !" La petite aniathy saute partout, semblant très joyeuse.

"Comment ?" Je ne comprenais pas, toujours dans le brouillard.

"On a eu si peur ! Tu n'as pas bougé alors qu'elle te fonçait dessus, tu as frappé juste au moment du choc, c'était extraordinaire, tu l'as arrêté de ton épée ! Et tuée sur le coup, sa tête a éclaté en éclat de pierre ! J'ai même vu des étincelles lors du choc de la lame contre la créature !" Ma fille était encore sous le choc de ce qu'elle avait vue. J'ai donc réussis !

"Et bien... Je crois que l'on peut continuer ! Mais je suis un peu fatigué !"

"On va t'aider, jamais je n'ai vu pareil exploit !" me dit Seldell. Je me lève, il me soutient quand je veux marcher.

On est tous les quatre en vie, dans un état approximatif, couverts de cette poussière rouge, d'hématomes, de blessures incertaines, de traces de sang, de sueurs, les cheveux désordonnés. On récupère nos affaires, nos armes dans ce champ de bataille. Puis on repart vers lueur rouge au loin, clopin-clopant... Vers le monde des Vivants, ou du moins l'espérons-nous.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016