L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: La Salle de torture
MessagePosté: Lun 16 Juil 2012 11:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
La Salle de torture


Image


    H-4


La petite lutine n’eut guère de peine à passer sous la porte, à l’instar de la chaîne dont elle tenait le bout. Elle arriva ainsi à plat ventre dans une pièce aux odeurs bien présentes de sang et de sueur. Une pièce qui pouvait se reconnaître entre mille, et dont le but était clair : la torture. Moult tenailles, chaînes, fouets, couteaux, ustensiles douloureux ou installations de bois et de fer faites pour occasionner le plus de douleur possible au torturé. Le tout suintait de sang séché, et puait l’infection à plein nez. Tout était entassé dans cet endroit finalement pas si grand que ça. Il faisait sombre, ici. Très sombre. Plusieurs petites cages étaient suspendues, de diverses tailles. Certaines ne pouvant contenir pas bien plus qu’un lutin, d’autres pouvant aller jusqu’au gobelin… Ou un humain racrapoté sur lui-même. Elles semblaient vides, de là où elle se trouvait, mais leur fond était parfois opaque, et lui masquait sans doute leur contenu. Une porte unique, face à l’entrée, semblait mener dans une autre pièce… Mais bien sûr elle était fermée.

S’il faisait sombre, la lutine n’en avait pas moins perdu son ouïe. Et ce fut bien un bruit de chaîne qui la surprit… La chaîne qu’elle avait suivie se mit à bouger, et l’emprisonna sans qu’elle puisse rien faire contre ça. Enserrée entre les mailles de fer, elle put voir ce qui animait le métal : le métal lui-même. Un être sans forme, un être monstrueux, uniquement constitué de chaines, de lames, de crochets. Un être gardien, ou le bourreau attitré du bagne… Si celui de l’extérieur exécutait, son boulot à lui était la torture, sans aucun doute. Et ramenant lentement sa chaine vers lui, il emportait dans son sillage la lutine…

Image

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Mar 17 Juil 2012 22:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 19:12
Messages: 26632
Localisation: Tulorim
Rampant sous la porte, ventre à terre, je pénétrai dans cette sombre salle avec un plus de facilité que je ne l’avais espéré. Ce premier obstacle franchi, je me relevai et machinalement j’époussetai mes haillons déjà sales. Avant que je ne songe à jeter un coup d’œil à ce qui m’entourait, ma main gauche se porta à mon nez pour y pincer mes narines et ma main droite farfouillait dans mon sac à la recherche du casque nasique que m’avait offert monsieur Porsal. Ce couvre-chef avait la propriété d’accroître ou d’atténuer la fragrance sentie et nul n’aurait douté de son utilité dans ce lieu où l’odeur du sang, de la sueur, de la moisissure, de l’infection même envahissait mes petites cellules olfactives. Ce n’est malheureusement qu’après quelques secondes de recherches infructueuses que je me rappelai soudain que j’avais été dépouillée de mes biens les plus précieux.

Je n’y voyais que peu de choses, mais tout de même suffisamment pour deviner l’utilité de cette chambre isolée et de tous les instruments qui y étaient étalés. Appuyés négligemment sur un mur se trouvaient de longs pics et des fouets en cuir, alors que sur une table sans doute crasseuse étaient cordés couteaux, tenailles, pinces diverses et autres outils que je n’aurais pu nommer. Des chaînes et des cages pendaient au plafond. L’obscurité était tel que je ne pouvais dire si un autre être vivant occupait ses lieux. Mon exploration sommaire faite, je décidai de rebrousser chemin, l'ambiance de cette salle de torture maculée de sang me dégoûtait trop pour que j’eusse envie d'y demeurer une seconde de plus.

Au moment où je tournais les talons, je fus alertée par un bruit métallique. Cherchant l’origine de ce son, j’aperçus ahurie la chaine que j’avais suivie qui s’enroulait sournoisement autour de moi tel un serpent. Mue par je ne sais quelle magie, ces maillons de métal se resserraient dès que je tentais de me débattre. Habitée à la fois par la frayeur et la colère, je plissai des yeux tentant de discerner la créature qui lentement tirait sur cette chaîne et m’attirait vers elle. Telle ne fut pas ma surprise lorsque je la vis. Cette créature était dépourvue de ce fluide rouge et ferreux dont la senteur emplissait la pièce. Ce n’était qu’une chose, qu’une monstrueuse montagne de métal, constituée d’un amas de chaines, dont des boules et des pics semblaient faire office de membres.

À un rythme lent, mais régulier, ce bourreau m’attirait à lui, raccourcissant inlassablement la chaine. De toutes mes forces, j’essayai d’ancrer mes pieds au sol afin de stopper mon avancée. Cette tentative fut vaine, malgré la substance collante de mes pieds nus , ceux-ci ne firent que glisser sur ce sol. Avec horreur, je distinguai de mieux en mieux mon prédateur, j’étais si petite et lui si monstrueux.

C’est alors que me vint enfin une idée. Sans perdre un instant, je cherchai dans ma petite besace et en sortis une petite fiole, enlevai le bouchon et en pris une bonne gorgée. L’homme serpent m’avait prévenue de l’effet aléatoire de sa potion, elle pouvait diminuer ma taille tout autant que l’augmenter. Trop énervée pour envisager d'autres alternatives, j’étais prête à prendre le risque. Et puis, si jamais je devenais plus petite que le maillon d’une chaine, il serait alors impossible pour la bête de m’emprisonner. C’est avec cet espoir en tête, et la bouteille bien refermée et rangée dans mon sac que j'attendis les effets de la concoction.


(((J’ai pris une dose de la potion modifiant la taille)))


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Lun 23 Juil 2012 10:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
La potion fut prise à temps, et fit effet immédiatement. La taille de la lutine augmenta tellement qu’elle fut désormais plus grande que n’importe quel humain du groupe. Approchant les 2mètres 20, elle se retrouva donc entièrement nue, vêtements déchirés par ce subit accès de croissance. Elle avait en revanche conservé ses proportions idéales, et ses membres et tronc se retrouvaient donc tous, par chance, à la bonne taille. Pendant la subite croissance, hélas, les chaînes avaient enserré la chair et la peau de la lutine qui devenait géante, et même si elles s’écartèrent petit à petit à mesure qu’elle grandissait, le monstre les faisant rouler sur elles-mêmes, elles écorchèrent douloureusement Guasina de striures ensanglantées. (-7PV)

Le problème, c’était qu’au bout du compte, elle était toujours aussi prisonnière de cette chose immonde, et que désormais, elle en était toute proche. Une chaîne s’était levée, munie d’une pique tordue à son bout, pointue et acérée, qui approchait de son œil dans un but évident : le lui crever. Si elle voulait préserver son globe, la lutine devrait se débattre, quitte à souffrir encore des torsions des chaines sur son corps…

La torture avait commencé, sans préambule aucun.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Mer 25 Juil 2012 23:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 19:12
Messages: 26632
Localisation: Tulorim
La lutine proposa et Yuimen disposa. Tout en buvant cette curieuse concoction au goût fruité, j’avais secrètement souhaité qu’elle me rende encore plus petite que je ne l’étais. Ainsi, j’aurais disposé d’un court moment, l’instant précis où mes liens seraient devenus lâches pour m’extirper hors de ceux-ci. Mais Yuimen en avait voulu autrement. Peut-être avait-il souhaité que je prouve ma détermination, mon endurance et ma bravoure en m’attribuant soudainement ce corps de géant. C’est ainsi qu’au lieu de rapetisser, ma taille se mit à augmenter. Alors qu'auparavant je ne voyais que le dessous des tables, je les égalai, puis les dépassai à présent.
Rapidement ma tête approcha du plafond et frôla de peu une minuscule cage ronde et rouillée qui y était suspendue. Cette pièce lugubre qui malgré l’obscurité qui y régnait m’avait paru si vaste à mon arrivée me semblait à présent trop petite pour une géante de ma taille. Ma transformation se serait passée sans douleur si ce n’avait été des chaînes qui m’entouraient et qui au lieu de se briser s’infiltraient dans ma chair.

Pendant tout ce temps, la monstruosité de fer n’avait cessé de m’attirer à elle. Son bras métallique dans les airs, son pic, tel un index pointu, s’approchait dangereusement de mon œil vert et avait vraisemblablement le dessein de le crever. Grimaçant de douleur, je détournai la tête, tentant d’éloigner cet instrument de torture de mon organe des sens le plus précieux, tout en m’écriant :


« Nooooon ! Lâchez-moi ! »

Ligotée, les bras emprisonnés, je me sentais comme un saucisson sur le point de se faire découper en rondelles. Malgré tout, fervente croyante, je ne désespérais pas. Je devais tirer profit de ma métamorphose, en profitant de ma masse désormais imposante pour tenter de déstabiliser la chose. Tout en tortillant mon tronc de gauche à droite pour me donner un élan, j’ancrai mes pieds au sol, et j’attaquai mon bourreau en lui assénant un violent coup d’épaule dans mon improvisée armure de métal contre ce qui me semblait être son torse. Ma cage de métal heurtait ainsi mon prédateur issu du même matériau.

_________________
Guasina, protectrice d'âme


Dernière édition par Guasina le Dim 16 Sep 2012 13:43, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Mer 1 Aoû 2012 09:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Guasina : attaque sans arme : échec.

L’assaut de la lutine n’eut guère de conséquence positive sur sa désastreuse position. Le corps fait de chaîne ne fit que se tordre pour accueillir la lutine géante sur lui, dans une position allongée totalement inconfortable, puisque sitôt installée, et toujours cernée de chaînes, elle reçut un coup sec sur l’arrière train, fessée punitive de sa vaine tentative.

Une chose était certaine, Guasina était le nouveau jouet du bourreau, et il n’avait aucune envie de la lâcher. Ses chaînes se serrèrent un peu plus, et soulevèrent le corps nu en l’approchant d’une table de torture, recouverte de petites piques de métal acérées qui ne manqueraient pas, sitôt Guasina posée dessus, de déchirer la peau de la lutine en de mille nouvelles souffrances…

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Mer 1 Aoû 2012 15:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 19:12
Messages: 26632
Localisation: Tulorim
À ma grande déception, ma tentative d’utiliser ma grande taille pour déstabiliser l’abjecte ferraille qui m’emprisonnait se révéla être un échec. Alors que je croyais pouvoir le déstabiliser, il ne fit qu’un petit mouvement de torsion et évita sans peine le coup que je tentais de lui porter avec mon épaule enchaînée. Je me sentais manipulée comme un vulgaire jouet. Il s’amusait avec moi comme avec une vulnérable poupée. Il poussa même l’insolence jusqu’à m’administrer un coup sec sur mon arrière-train tel un parent qui donne la fessée à son enfant. Au bord des larmes, envahie par la douleur ainsi que par la colère, je lui crachai ces quelques paroles au visage, ou plutôt à la protubérance qui pouvait lui faire office de tête.

« Lâchez-moi immédiatement sale gros paquet de fer sans âme ! »

Au lieu de crier pour l’insulter ainsi, il aurait probablement été plus sage de ma part d’appeler à l’aide. J’y avais certes pensé, mais je ne pouvais me résoudre à le faire. Alerter ainsi mes compagnons aurait pu les mettre dans la même situation que moi, et je ne pouvais prendre un tel risque. Ma curiosité m’avait mise dans ce pétrin, il était inconcevable que j’entraîne mes amis avec moi.

Mes paroles ne semblèrent aucunement perturber le monstre cruel qui ne me laissa pas le temps de réfléchir, et qui sans crier gare me souleva de terre. Ma trop grande taille ne faisait que me nuire, mes jambes à présent très longues se heurtaient aux chaines des cages qui pendaient au plafond.

Persévérance ou entêtement, la frontière était mince, mais chose certaine je n’étais dépourvue d’aucune des deux. Persuadée que Yuimen, ne me laisserait pas tomber et qu’il me donnerait le courage et la force de m’en sortir, je tentai de nouveau d’échapper à cette alarmante situation. Immobile, j’observai autour de moi tous ces instruments de torture et j’attendis le bon moment. Lorsque mon bourreau s’approcha suffisamment de la table des supplices, je tendis mes jambes vers une lame bien affûtée. De mes grands pieds collants, j’agrippai l’objet tranchant tentant dans un ultime effort de le lancer vers mon ennemi. Je ne visai pas son corps, mais seulement la chaîne qui me liait à lui. Si je pouvais réussir mon tir et si mes liens pouvaient se briser, je déguerpirais aussitôt de cet endroit maudit.

_________________
Guasina, protectrice d'âme


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Ven 10 Aoû 2012 10:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Pas de hache sur les murs ensanglantés de cette sombre salle de torture. Quelques lames acérées, cependant, et ce fut vers elles que la lutine balança ses pieds, n’échappant que par un élan improbable de chance au sectionnement de quelques-uns de ses orteils nus. Cependant, tout ce qu’elle parvint à faire fut de coller la lame sur ses petons englués. Elle n’était certainement pas une experte du jet par les pieds, et l’arme se contenta de s’en décrocher en glissant sur le sol jusqu’au pied de la créature de chaîne, qui sembla un instant y abaisser le regard.

L’instant d’après, elle était propulsée violemment contre un mur, tout d’un coup libérée de ces chaînes douloureuses… Mais pour bien peu de temps, car assise contre ce mur de pierres, ses mains libres se retrouvèrent plaquées en l’air, attachées à des menottes de métal lourdes et fixes. L’être de chaîne semblait lui accorder un moment de répit, sans doute à cause de son élan de combattivité surprenant de la part d’un être si petit devenu si grand.

Le bourreau alla vers une meule, et soudainement pensif, observant sa victime de son œil rouge inquiétant, se mit à aiguiser l’une des lames formant un bout de son corps, un appendice de sa masse, déjà bien tranchant… De nouvelles douleur en perspective, une torture désormais psychique à endurer : celle de se voir filer vers sa propre perte…

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Dim 19 Aoû 2012 04:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 19:12
Messages: 26632
Localisation: Tulorim
Ma foi était grande, mes espoirs démesurés et ma tentative stérile. Mes pieds trouvèrent une lame et s’y agrippèrent fermement. Yuimen dans sa grande clémence épargna mes orteils qui échappèrent à la lame affûtée. Mais là s’arrêta ma chance. Bien que depuis ma tendre jeunesse, j’avais toujours manifesté une certaine habileté au tir à l’arc et au lancer de divers objets, ce fut toujours mes mains qui étaient à l’œuvre et non mes pieds. Dans ma détermination à sauver ma vie, j’avais surestimé mes capacités. La lame affutée ne coupa pas la chaine, puisque je ne réussis point à la lancer. Elle glissa plutôt de mes pieds pourtant englués et tomba minablement au sol, au pied même de mon bourreau, lui offrant une arme de plus pour me torturer.

Et puis, sans que je n’en devine la raison, le diable de fer me libéra momentanément de mes chaînes tout me propulsant avec violence contre le solide mur de pierre. Mes poumons vidés d’air par le choc de mon dos contre les pierres froides, je suffoquais. Affaissée au sol, toujours habitée par ce désir de vivre, je tentais avec peine de reprendre mon souffle. Ce que je réussis, bien que difficilement, mais trop tard, car mon tortionnaire avait repris du service et sans aucune pitié à mon égard, il m’avait enchaînée au mur au moyen de lourdes menottes de fer emprisonnant mes poignets… la trop courte trêve était terminée.
La douleur était intense, mes larmes abondantes, mais ma détermination à vivre devenait de l’obstination. Physiquement amoindrie, je ne pouvais lâcher des yeux l’être sans cœur qui ne songeait qu’à ma perte. De son œil rouge, il m’observait alors que ses membres de métal aiguisaient son appendice déjà pourtant trop bien affûté.

(Oh Yuimen, toi qui règnes dans les cieux, ne laisse pas tomber ta fidèle croyante et donne-moi la force de combattre jusqu’au bout.)

Cherchant le courage qui commençait à me manquer, je me répétai sans cesse cette petite prière, implorant le dieu en qui j’avais le plus confiance. Et puis, dans un élan de rage, de peur et d’angoisse, je tirai de toutes mes forces sur ces menottes qui me tenaient prisonnière espérant les arracher de leur point d’ancrage tout en m’écriant :

« Noooooonnnnnn, non et non, je ne mourrai pas dans cette prison ! »

Je me doutais bien que mes efforts seraient inutiles, mais si échec j’essuyais, ce ne serait certainement pas par faute de ne pas avoir essayé.

_________________
Guasina, protectrice d'âme


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Sam 15 Sep 2012 11:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Soudain, avant toute réaction, une chose pour le moins inattendue se produisit. La réalité devant chaque prisonnier sembla se troubler, se mélanger en un tourbillon vague et mouvant. Un vortex déformant venait de s’ouvrir sous leurs yeux ébahis, et continuait sa lente rotation, augure d’un portail magique, ou d’un piège ténébreux.

Image


En leur for intérieur, une voix sombre retentit, en tout point semblable à celle qu’ils avaient déjà pu entendre, lors de la sortie des cellules.

« Votre seule chance de sortie : prouvez votre valeur, votre force, votre courage et votre ruse. Entrez dans le passage, et affrontez votre destin. »

Les chaines délièrent leur étreinte dans un bruit de métal que l’on cogne. Et c’est nue qu’il laissa la géante lutine, sanguinolente mais libre, dans un coin de son antre terrible, face à ce vortex mystérieux. Les prières de Guasina avaient-elles été entendues ?

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Dim 16 Sep 2012 15:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 19:12
Messages: 26632
Localisation: Tulorim
Les muscles tendus, de petites veines proéminentes sur mon front, les dents serrées, récitant mentalement et inlassablement cette courte, mais fervente prière, je ne cessais de tirer sur ces abjectes et lourdes menottes de métal qui me retenaient à cet infect mur de pierre.

Prières entendues ? Efforts récompensés ? Je ne sus et je ne saurai jamais ce qui causa ma libération, mais, chose certaine, mes liens cédèrent enfin, arrêtant ainsi le cruel supplice dont j’étais la malheureuse victime.

À ce moment précis, devant mon regard ahuri, se forma un étrange et immense tourbillon dont la lente rotation m’hypnotisait. Et puis, sans prévenir, une voix sombre envahit mes pensées. D’un timbre familier, je reconnus cette voix qui, à ma sortie de cellule, m’avait ordonné de dénoncer les autres prisonniers, promettant une éventuelle récompense. Je n’avais alors pas cédé à ces menaces. Cette fois par contre, la teneur du message était différente m’exhortant à prouver ma valeur, ma force et mon courage.

Mue par cette volonté de sortir de ce misérable guêpier, je me ruai sur la table couverte d’instruments de torture et ramassai tout ce qui pouvait entrer dans mon sac, puis nue comme un ver et armée jusqu’aux dents, je sautai dans ce vortex salutaire.

((( J’ai ramassé divers instruments de torture se trouvant sur la table)))

_________________
Guasina, protectrice d'âme


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Salle de torture
MessagePosté: Mar 9 Oct 2012 16:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
Chargée comme un baudet, la lutine géante se jeta dans le vortex.

Tout devint trouble, puis noir. L'essence même de l'existence semblait tout à coup s'effacer. La pièce disparut, le bourreau disparut, le bagne entier sembla fondre en tourbillonnant... A moins que ce ne fut Guasina qui disaraissait lentement...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 11 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016