L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Culte, légendes et présentation du Dieu Phaïtos
MessagePosté: Ven 27 Fév 2009 21:09 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Culte, légendes et présentation du Dieu Phaïtos




(((Avis aux joueurs, si vous avez des histoires, des légendes ou même des idées pour les religions à nous proposer, surtout n'hésitez pas, contacter un GM et présentez nous votre création pour qu'elle puisse être validée et mise en valeur aux yeux de tous ! )))

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Culte, légendes et présentation du Dieu Phaïtos
MessagePosté: Ven 27 Fév 2009 21:20 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Religion de Phaïtos

Image

Introduction :

Phaïtos est le dieu de la Mort et le gardien des Enfers, conduisant les défunts sur le fleuve des enfers. Il est d’alignement neutre, même si ses adeptes ne le comprennent pas toujours. Il est sans cesse à la recherche de nouvelles connaissances sur son élément, la mort, créant ainsi avec son frère Thimoros, la magie noire sur Yuimen. Ses fidèles sont donc à son image, voués à la Mort, recherchant eux aussi à agrandir les connaissances de leur dieu sur son élément létal. Il n'y a donc pas besoin de préciser qu'il s'entend fort bien avec son frère Thimoros...

Autorités religieuses

Il n’y a pas qu’une seule autorité pour ce culte. Chaque temple contient cependant un prêtre supérieur qui est le chef ultime du lieu sacré, définissant lui-même les règles de son temple, et la ferveur avec laquelle les pratiquants doivent se soumettre à Phaïtos. Ces prêtres supérieurs se réunissent une fois chaque année au début de l’hiver en un congrès qui a pour but de fixer les nouvelles règles générales de la religion, les objectifs du culte pour un an, et pour se tenir au courant des nouvelles découvertes dans le domaine de la magie noire et de la nécromancie.

C’est aussi l’occasion de fixer le budget attribué à chaque temple. L’argent est tiré des dons faits aux temples pendant une année et qui est réuni en un pot commun, partagé ensuite entre les grands prêtres non pas en fonction de ce qu’ils ont rapporté, mais du nombre de fidèles dont ils sont garants.

Quand un grand prêtre devient vieux, ou présente des signes de faiblesse, il arrive à ce congrès avec un prêtre qu’il aura lui-même choisi pour lui succéder, lui apprenant ainsi les secrets de la religion que seuls les grands prêtres sont autorisés à connaître. Si un grand prêtre venait à mourir inopinément sans désigner de successeur, les prêtres du temple organisent un duel de magie entre eux. Une fois qu’ils y sont engagés, ils ne peuvent s’y soustraire et seul le vainqueur en sort vivant, prenant la tête du temple. De nouveaux prêtres sont ainsi choisis par celui-ci pour le seconder.

Au sein d’un temple, on peut ainsi voir plusieurs niveaux hiérarchiques :

  • Fidèle : simple croyant de Phaïtos qui se rend aux cérémonies publiques. Il n’a aucune contrainte vis-à-vis du temple, mis à part celle de prier Phaïtos.

  • Fanatique : Soit celui-ci n’est pas attaché à un temple, et il est considéré comme un simple fidèle, avec la possibilité de loger pour une courte durée dans le temple.
    Soit il est attaché à un temple. Il a alors un grade d’apprenti. Ils servent les exigences des prêtres, qui sont souvent les tâches les moins valorisantes comme nettoyer le temple, entretenir le bon état des statues, accueil des fidèles, transcriptions de formules de magie noire,…
    Ils sont vêtus d’une simple soutane noire à large capuchon, liée autours de leur taille par une corde noire, elle aussi.
    Ils sont aussi nombreux que ce que le temple peut accueillir dans les cellules, sortes de petites chambres dépourvues de luxe où ils dorment la nuit.
    Le mariage leur est interdit, le célibat est obligatoire, la notion d’amour n’étant réservée qu’à la divinité.

  • Prêtre : Ils sont attachés au temple. Ce sont les fanatiques qui ont la plus grande fois envers Phaïtos et ayant la meilleure connaissance en magie obscure qui peuvent accéder à ce grade : ils sont donc les supérieurs hiérarchiques des fanatiques. Ils leurs donnent des ordres, étant responsables des actes de ses derniers, qui leur sont liés.
    Ils ont des obligations plus poussées que les fanatiques, telles que la préparation des cérémonies, le maintien des êtres vivants sacrifiés, ainsi que leur capture et leur purification.
    Ils sont vêtus d’une large et longue robe noire à grand capuchon avec une rangée de boutons à l’avant, qu’ils maintiennent fermés du haut du col jusqu’au genoux. Le bas de la robe est orné d’une bande de tissu mauve. Ils portent généralement un pendentif symbolisant Phaïtos autour du cou.
    Ils logent dans les mêmes cellules que les fanatiques et sont, eux aussi, forcés au célibat, mais pas à l’abstinence. Leur nombre varie en fonction du nombre de fidèles que compte le temple.

  • Grand Prêtre : Unique pour chaque temple, il est le maître des lieux. Il a le droit de vie et de mort sur tous ses subordonnés. Ils connaissent tous les secrets de la magie obscure. Ce sont eux qui se chargent des cérémonies officielles ainsi que des rituels de sacrifices au Dieu de la Mort. Ils arborent la même robe que les prêtres, mais se différencient lors des cérémonies par le port d’un haut chapeau noir à pointe, voire d’une calotte noire qui descend le long de leurs tempes. Ils arborent également le pendentif du dieu noir et ont parfois une crosse en argent surmontée d’un croissant de lune tranchant ou d’un corbeau noir, symbole de la divinité.
    Ils logent dans une chambre beaucoup plus luxueuse que les autres. Elle est décorée aux goûts du grand prêtre dans des produits de la meilleure qualité. C’est un grand honneur d’être grand prêtre…

Cérémonies religieuses :

I y a 3 cérémonies d’intronisation, qui permettent de monter en grade dans la hiérarchie du temple.

  • Daneshaar : Rite selon lequel un simple fidèle devient un fanatique attaché au temple. Lors de cette cérémonie sous l’égide des prêtres et du grand prêtre du temple masqués de noir, l’apprenti offre son sang à Phaïtos en se mutilant. Plus il donne de sang, mieux il est accepté par ses supérieurs. Il peut aussi se sacrifier entièrement à Phaïtos, allant le rejoindre dans les enfers, sa carcasse physique restant sans vie dans le temple, où les prêtres obscurs la cachent à jamais...
  • Heneshaar : Cérémonie où un fanatique est nommé prêtre. Il est choisi par le grand prêtre pour passer une épreuve qui est gardée secrète et qui varie d’un temple à l’autre, et d’un grand prêtre à l’autre.
  • Ineshaar : Cérémonie lors de laquelle un prêtre revient de son premier conseil de magie noire, devenant ainsi grand prêtre. Il doit lors de cette messe sacrifier une jeune vierge à Phaïtos, pour lui prouver sa fidélité, sans quoi il est tué directement par le Dieu de la Mort.

D’autres cérémonies existent aussi tout au long de l’année, pour fêter la mort de chaque mois en la naissance d’un nouveau. Une grande fête se distingue cependant des autres :
Le passage d’une année à l’autre, qui sépare deux mois de l’hiver glacial, saison la plus représentative de la mort, est appelé Rihoor. Il se fête solennellement dans le temple, où tous les membres, allant du fanatique jusqu’au grand prêtre, sont masqués et récitent des psaumes gutturaux à la gloire et à la connaissance de Phaïtos.

Des messes sont également organisées lors d’enterrement. Un animal représentant le défunt est alors sacrifié en offrande à Phaïtos pour permettre à l’âme du mort de partir de la terre et aller dans un monde au-delà, où vit le grand dieu des enfers.

Coutumes de prières :

Il n’y a pas vraiment de coutume particulière pour prier Phaïtos. Il est seulement préférable, quand on le prie, de se mettre dans une position de soumission face au dieu. Le plus généralement, cette position est sur les genoux et la nuque offerte au ciel. Mais cette posture peut varier selon les peuples et les temples qui la vénère.

Interdits religieux :

Ils sont au nombre de 2 :
  • Les partisans d’un temple, qu’importe leur grade, sont interdits de séjour dans les temples de Gaïa. De même, il est proscrit de se faire soigner par la magie blanche. Si la mort doit arriver, elle arrivera, et ils ne peuvent s’y soustraire.
  • Il leur est également interdit de manquer de respect à leur(s) supérieur(s) hiérarchiques, ainsi que de blasphémer contre Phaïtos.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Culte, légendes et présentation du Dieu Phaïtos
MessagePosté: Ven 27 Fév 2009 21:23 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Légendes

Image

La légende de Phaïtos, dieu de la mort et gardien de l'au delà, et celle de Thimoros, dieu du chaos et des ombres


Thimoros et Phaïtos naquirent de la même mère, parmi les premiers hommes. La venue au monde des deux dieux fût d'emblée souillée d'une aura malsaine. Outre la mort de la jeune mère, qui était chose triste mais fréquente, les deux enfants agirent de façon peu commune. Phaïtos se débattit furieusement dans les bras de ses sages femmes et ne se calma que lorsqu'on le posa à côté de sa mère, endroit duquel il l'observa pendant une journée. Thimoros quant à lui ne jeta qu'un coup d'oeil à sa mère, et fût pris de fou rire pendant autant de temps.

Les deux enfants furent élevés par leur père qui perdit rapidement tout contrôle sur la situation. Ils étaient très éveillés, toujours en avance sur leur âge. Thimoros avait un goût prononcé pour la destruction, et martyrisait tout ce qu'il trouvait autour de lui. Phaïtos était calme et très observateur. Lorsqu'ils jouaient ensembles, on voyait Thimoros capturer et torturer des insectes, après quoi il les donnait à son frère qui jusque là avait regardé faire. Ce dernier récupérait les cadavres, rassemblait les membres arrachées et reconstituait la bête. Lorsque l'animal était encore en vie, il la disséquait, et l'étudiait minutieusement.
Cela n'aurait pas été inquiétant s'il n'avait pas porté leurs jeux sur de plus gros gabarits...

Vint l'âge de leur adolescence, Thimoros était amateur de conflits. Il avait un don pour semer la discorde entre les gens et s'en servait abondamment. Il se plaisait à observer les disputes, et alimentait les ragots jusqu'à ce que les villageois en viennent aux mains.
Bien que jumeaux, ils ne se ressemblaient plus beaucoup. Thimoros était un jeune homme musclé, actif et impulsif de très forte carrure. Il participait activement aux chasses, pendant lesquels on déplora de plus en plus d'accidents. On retrouvait certains hommes morts et mutilés, ou bien évanouis et choqués sans aucune blessures et les hommes commencèrent à se rejeter les suspicions...

Phaïtos était bien plus discret, de physique et de personnalité.
Grand, fin, il était très réservé et parlait peu. Il dormait souvent pendant la journée et disparaissait la nuit, laquelle il passait au cimetière, à l'abri des yeux tous. La mort le fascinait, il l'observait, déterrant les cadavres et examinait les défunts sur toutes leurs coutures. Il rendait également souvent visite au mourant, blessés et vieillards. Il ne leur parlait pas, mais leur tenait compagnie, attendant l'ultime moment où leur âme sortait de leur corps. Beaucoup le prenait pour un fou, mais il était en réalité très fin d'esprit et commençait déjà à cet age à établir de nombreuses théories. Leur père mourus, ne comprenant pas ce que devenaient leurs fils.

La magie noire apparu réellement sur Yuimen lorsque Phaïtos compris qu'on pouvait se servir des âmes défuntes pour donner lieu à des phénomènes magiques. Seulement, seules les âmes en colères répondaient à l'appel. Par soif de savoir, Phaïtos exposa les faits à son frères, et ils s'allièrent pour aider la magie noire dans sa profusion. Thimoros remplissait les coeurs de ses pairs humains de haine, de telle sorte qu'à leur mort leurs âmes ne puissent aspirer au repos.

Alléchées par l'idée de ne retrouver ne serait ce qu'un semblant de vie, elle revenaient volontiers intégrer un cadavre pour exécuter les ordres de nos apprentis sorcier. Thimoros compris vite que la magie noire pouvait être utilisée dans un but bien plus ambitieux à son goût: la destruction.
Pendant que son frère inventait l'art de la nécromancie, il mit au point des sortilèges dans lesquels les âmes tourmentées pouvaient déchaîner leur fureur à loisir.

Leur village natal fût bientôt le théâtre de manifestations d'une puissance inouïe et se transforma peu à peu en un véritable laboratoire.

Thimoros, assoiffé de pouvoir y sema le chaos. Son éloquence était telle qu'il parvins à semer la discorde entre chaque famille et il porta ses ambitions jusqu'à un hameau voisin. De fil en aiguille, les deux villages se déclarèrent la guerre. Il n'y eut qu'une seule bataille, et elle fût extrême dans sa violence telles étaient les tensions entre chaque village, entre chaque personne.
Il n'y eut pas de vainqueur, simplement une boucherie pendant laquelle tous les comptes furent réglés. Thimoros se joignit gaiement à l'affrontement, et assouvit pour longtemps sa soif de destruction. Aucune lame ne le toucha, les gens périrent sous son épée ou enveloppés de torrents de brume noire. Il exécuta tout ceux qu'il trouva, ne laissant aucun survivant, brûlant maisons et champs. Thimoros passa ensuite des heures à rire au milieu des cadavres et contempla les ruines du village.

Phaïtos assista à la scène et ne fit rien pour stopper son frère. Il le savait beaucoup plus fort que lui. Il se résigna donc à sauver la moindre vie et profita de l'après bataille pour élargir son savoir. Il passa silencieux parmi les cadavres et les inspecta.
Le massacre avait donné lieu à un concentré de magie noire qu'ils eurent tôt fait d'absorber. Leur nature déifique se révéla au grand jour. Leurs puissance était très grande à présent. Thimoros par son pouvoir de destruction, Phaïtos par sa maîtrise de la mort. Deux dieux étaient nés et ne partageant pas les mêmes ambitions, ils décidèrent de se séparer, l'un pour gagner en puissance et pour faire le mal. L'autre, sans ambition, voulu élargir son savoir, les deux participant à la prolifération de la magie noire.

Chacun fit donc route seul, sur les terres et les mers de Yuimen.
Phaïtos sillonna les quatre continents, et rencontra de nouvelles peuplades avec lesquelles il noua des liens d'abord amicaux. Il ne montrait pas ses pouvoirs, et se contentait d'étudier discrètement les phénomènes mortuaires chez les elfes, nains, et autres humanoïdes et arriva quoi que fût la race de ses sujets, aux même conclusions.

Chez ses sujets dotés de conscience, chaque mort s'ensuivait de la libération d'une âme sur Yuimen. Celle ci, si elle était en paix, se contentait d'errer passivement, sans prendre part aux phénomènes qui l'entourent, ni même aux appels de magie noire. A l'extrême opposé, les âmes les plus folles de rages pouvaient engendrer des manifestations lourdes en conséquences, s'attaquant parfois même aux âmes en paix, qui par contagion devenaient à leur tour violente.
Cependant, au terme d'un certain nombre d'actes de déchaînement, une âme en venait à se calmer, et se comportait à son tour de manière passive.
Cet état de l'âme, correspondait à un état d'équilibre, auquel il fallait que chaque âme parvienne. Pour cela Phaïtos mis au point une théorie, et commença lentement à mettre en place la création des enfers.

Le principe était simple, à la mort d'un être, son âme était conduit devant Phaïtos. Celui ci jugeait de son état de quiétude et s'il était suffisant, l'âme était envoyé dans l'au delà. Isolée dans les enfers, elle serait à l'abri des attaques d'une âme tourmentée et pourrait ainsi rester éternellement dans cet état d'équilibre.

En revanche, les âmes jugée tourmentées seraient renvoyées sur Yuimen. Dans leurs errance, leur unique but serait de calmer leur colère, notamment par l'intermédiaire de la magie noire. Déchaînant leur jalousie, leur colère, elle n'auraient accès aux enfers qu'une fois calmées. Son travail serait long, et le mal qu'il engendrerait, nécessaire.
Ainsi Phaïtos quitta Yuimen, et bâtit l'au delà. Il savait que Thimoros, son frère maintenant devenu indomptable, participait dans ses actes à la proliférations des âmes en peine. Un cycle était né, et il était trop tard pour l'arrêter.

La seule chose à faire à présent était de le maintenir.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016