L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: L'Arbre Creux au Coeur de la Forêt
MessagePosté: Ven 31 Oct 2008 17:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39590
L'Arbre creux au coeur de la Forêt


Image


Lorsque vous parvenez au plus profond de la Forêt dense d'Eniod, si vous avez eu la chance -ou la malchance- d'être guidé par un étrange gobelin, vous parvenez en un lieu où règne l'anarchie. De nombreuses espèces sauvages et dangereuses s'y affrontent. Au coeur de cet enfer, seul et hautain, un centaure invaincu garde l'accès à un arbre creux. La légende raconte que l'intérieur change avec chaque visiteur...

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Arbre Creux au Coeur de la Forêt
MessagePosté: Mer 7 Aoû 2013 22:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 12 Mar 2013 23:55
Messages: 271
Localisation: Quête 30
Ylias semble effrayé. J’avance prudemment vers le point où il se trouve, encore essoufflée de la course que nous venons d’effectuer.

(Ah ouais d’accord. Joie et rigolade en perspective.)

À quelques pas de nous se dresse le centaure. Il est immense et arbore un air fier, hautain. Et comme si sa taille ne suffisait pas, il est armé d’une lance aussi grande que moi. Autour de lui, de multiples créatures se battent pour des morceaux de viande. Heureusement, leur bruit couvre notre approche. Et l’odeur régnant en ces lieux est tellement pestilentielle qu’elle nous camoufle.

Je déglutis difficilement. Je ne vois vraiment pas comment nous parviendrons à l’arbre gardé par cet être si étrange. Paniquée, je jette un regard interrogateur à Ylias. Il ne semble pas plus décidé que moi sur un plan à mettre en place. En plus, comme si la situation n’était pas suffisamment compliquée, la nuit tombera dans moins de deux heures. J’aimerais que nous fassions demi-tour, mais cela est impossible. Si nous rebroussons chemin, nous retomberons sur les Sektegs. Et quelque chose me dit que cette fois, ils seront plus nombreux. Ils doivent s’attendre à ce que nous ne nous mesurions pas à l’homme-cheval.

Le plus discrètement possible, je sors une flèche de mon carquois et arme mon arc. Après tout, si je me concentre suffisamment et que je parviens à mettre assez de puissance dans mon tir, ma flèche pourrait atteindre le cœur du centaure, non ? De toute façon, je ne vois aucune autre possibilité s’offrir à nous. Et puis, notre trésor est là, tout proche ! Je suis certaine qu’en entrant dans l’arbre creux, nous en ressortirons vainqueurs, l’arc aérien à la main, le sourire aux lèvres.

Ylias ne semble pas de mon avis. Mais il se manifeste trop tard, son « non » est soufflé au moment même où mon arc claque et ma flèche part. Nous retenons notre respiration. La flèche n’atteint même pas le centaure qui brusquement, se tourne vers celle-ci. Loin d’être aussi idiot que ce que Maître Piong nous disait, le centaure suit la direction opposée à la flèche pour déterminer sa provenance.

Ylias est furieux. Moi, je suis en panique. Ma respiration s’accélère, malgré mes efforts pour passer la plus inaperçue possible. Tassé derrière un buisson, Ylias chuchote :

- « Bien joué ! »

De notre cachette, nous ne pouvons plus voir le centaure. Nous ne faisons qu’attendre sa venue, annonciatrice d’une mort certainement proche.

(On est fichus… Bon sang, Piong ! Tu nous avais dit que ta… )

Ma pensée n’a pas le temps d’aboutir qu’un énorme rire à l’accent moqueur s’élève dans la forêt, me faisant sursauter comme jamais cela ne m’était arrivé avant. Cette voix, grave, résonne entre tous les arbres. Elle provient d’une direction opposée à notre position.

(Les histoires de mon père étaient vraies ! Une voix pareille ne peut provenir que d’un géant de pierre !)

Ylias met un terme à ces fabulations. Évidemment, les géants de pierre n’existent pas. Mais d’où peut bien provenir une voix si forte ?! Elle est tellement effrayante que toutes les bestioles se chamaillant la bidoche ont déguerpis en deux temps trois mouvements.

- « Le sphinx ! »

En effet, maintenant qu’Ylias me le fait remarquer, la bestiole ne bourdonne plus autour de nous. N’osant pas bouger, nous tendons l’oreille, à l’affut d’indices nous informant de la tournure des évènements.

- « Hahahaha ! » fait toujours la grosse voix. « Tu sembles bien minable, Centaure de l’arbre creux du cœur de la forêt ! N’as-tu donc aucune autre ambition que de garder un arbre ? Sais-tu seulement te battre ? »

Fidèle à son attitude hautaine, nous entendons les sabots du centaure claquer sur le sol. Je me risque à lever la tête pour observer la scène. Cette voix est sans doute notre seule chance. Le centaure s’énerve, il cherche en trottant dans tous les sens la provenance de la voix. Sa lance pointée vers le haut, il se cabre avant de s’enfoncer plus loin dans la forêt, guidé par les mesquineries et les affronts de la voix, laissant, à mon plus grand étonnement, libre l’entrée de l’arbre creux.

- « Vite ! »

J’empoigne le bras d’Ylias qui n’a pas encore osé bouger, afin de le relever rapidement. Arrivés devant l’arbre, je m’arrête. Il ne semble pas très large et je crains que nous ne sachions y pénétrer à deux. D’un regard, je pousse Ylias à y entrer. Il me racontera la suite plus tard : mieux vaut que je fasse le guet avec mon arc, je serai plus efficace que lui avec ses dagues.

Ylias passe dans le creux laissé dans le tronc. Le temps me semble interminable. Mon cœur s’affole dans ma poitrine. Je crains que le centaure ne revienne. La grosse voix se fait de plus en plus lointaine, je peux espérer qu’elle l’emmène plus loin de nous. Cette voix serait-elle liée au sphinx ? Ça me semble tellement improbable. Depuis quand les sphinx parlent-ils ? Et comment une si grosse quantité d’air peut-elle sortir d’un si petit être ?

Je n’ai pas le temps de me questionner davantage. Ylias ressort, tenant en main un petit rouleau de papier, mais pas d’arc. Au loin, la voix gronde toujours. Nous prenons garde de ne pas nous enfouir dans sa direction, sans doute révélatrice de la position du centaure.

Pour la énième fois de la journée, nous nous mettons à courir, fuyant tant que nous pouvons cet endroit de cauchemar. Cette fois, nous prenons un rythme plus léger. Il faut que nous jouions la carte de l’endurance et non celle du sprint. Au plus loin nous nous tiendrons du cœur de la forêt, au mieux nous nous porterons.

Pendant notre course, j’interroge Ylias sur sa découverte et sur l’arbre creux. À ce rythme, il nous est aisé de tenir une conversation.

- « Alors ? Raconte !! C’était comment, dans l’arbre ? Et qu’as-tu trouvé ? »

Ylias sourit. Il sait que je suis impatiente de tout savoir et sans doute me fait-il payer mon insouciance avec le centaure en prenant tout son temps pour me répondre.

- « Et bien… L’intérieur était très… luxueux. La pièce était circulaire. Les murs étaient drapés de voiles rouges et il y avait même du tapis au sol. Les moulures étaient dorées, tout était calme et feutré. Au centre de la pièce se trouvait un guéridon. C’est là, dans son petit tiroir, que j’ai trouvé ceci. »

Il brandit ce qui semble être un parchemin.

- « Qu’est-ce que c’est ? »

- « Aucune idée ! Je n’ai pas pris le temps de l’ouvrir. De toute façon, c’est la seule chose qu’il y avait dans l’arbre. Si ce morceau de papier ne nous aide pas, notre quête retourne à son point initial… »


J’accélère le pas. J’ai hâte que nous nous arrêtions et que nous puissions observer d’un peu plus près ce mystérieux parchemin.

_________________
Image


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016