L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le marché d'esclaves
MessagePosté: Jeu 30 Oct 2008 19:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39546
Le marché d'esclaves


Image


C'est dans un coin sombre de la cité en surface que se trouve le marché aux esclaves en plein air. Sur cette place est installée une grande estrade munie de quatre potences avec chaînes. C'est à ces chaînes que sont accrochés les esclaves en cours de vente, suspendus par les poignets de manière à pouvoir être tournés.

Derrière l'estrade, se trouvent deux champs clôturés, gardés par de nombreux Shaakts en armes, l'un pour les femelles, l'autre pour les mâles.

Vous trouverez ici tout ce qu'il faut pour dresser vos esclaves, que ça soit magiquement ou non. Ils sont là pour vous, en acheter un est une garantie d'un travail fait par quelqu'un d'autre pour rien ou presque...

Si c'est vous qui êtes vendu... attendez-vous à la vie la plus douloureuse qui soit car les Shaakts de Khonfas ne sont pas connus pour être des maîtres délicats avec leurs esclaves.

Esclave en forme : 100yus (Encombrement maximal : +10)
Esclave faible : 50yus (Encombrement maximum : +5)

(((SI VOUS VOULEZ ÊTRE SERVI DANS DES TEMPS RAISONNABLES, N'OUBLIEZ PAS DE DEMANDER AUX GM UNE INTERVENTION GMIQUE ICI, POUR QU'ILS S'OCCUPENT DE VOS ACHATS/VENTES. Nous ne faisons pas le tour des boutiques... merci de votre compréhension )))

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Marché d'Esclaves
MessagePosté: Jeu 30 Avr 2009 19:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 30 Avr 2009 01:55
Messages: 3
Localisation: Khonfas
Il regardait attentivement les passants, recherchant celui qui pourrait faire un maître digne de sa capricieuse personne et de son comportement égocentrique. Ceinturé solidement par les poignets, il gigotait avidement pour tenter de se positionner de manière à moins souffrir.

Neuro avait tué ses parents avant de fuir de son village natal pour ne pas prendre la foudre des autres. Il n’avait jamais aimé ses parents qui étaient sévères et contrôlants, ne lui laissant jamais aller tirer quelques bernaches ou bien aller converser avec les jeunes gobelines et ce, même à 16 ans. Il avait fuit pour commencer une sombre vie d’errance. Il était cependant très facile à tuer et avait de la chance de ne pas quêter de la nourriture aux mauvais endroits ou au mauvais moments. N'ayant aucun but dans la vie, il était en train d'arpenter sauvagement de grands champs perdus lorsqu'il tombât sur un champ remplie d'esclaves. Champ supervisé par des Shaakt. Les Shaakt étaient réputés pour leur sombre attitude. Ils pouvaient vivres dans les grottes les plus cafardeuses et ils ne bronchaient pas, en autant qu’il y avait du gibier à faire pleurer. Il avait senti une vive douleur au crâne avant de perdre conscience. À son réveil, il était ligoté ainsi, dans cette fâcheuse position.

Il continuait donc à gigoter lorsqu'il reçu un coup de bâton venant d'un Shaakt. Il perdit patience et se mit à l'insulter.
'' Idiot ! Vous autres, tortionnaires sans cervelles, n'avez pas le droit de lever vos sales pattes sur moi ! '' Le Shaakt concerné se retourna et se mit à rire aux éclats. Il heurta à nouveau le pauvre gobelin sans prononcer le moindre mot. Neuro, offusqué par cette indifférence dont faisait preuve le gardien, lui cracha au visage avec un plaisir aussi vicieux que normal, pour un gobelin. Le gardien disparu en arrière et il serra sauvagement les liens du gobelin, une torture des plus malhonnêtes, la torture par derrière. Voyant les mains toutes rouges du gobelin et celui-ci en agonie totale, il cessa ses petites activités, se disant qu’il avait bien comprit la leçon.

Quelques heures avaient passées et le petit gobelin avait perdu tout espoirs d'être acheté et d'enfin retourner sur les terres libres et vastes des champs paisibles. Le crépuscule était déjà bien avancé lorsque le gobelin senti une main lui détacher ses liens. Lorsqu'il fut entièrement détaché, il regarda en arrière de lui pour voir qui était son libérateur. Ce fût le choc.

Elle était grande et svelte, ses cheveux roux foncés rayonnaient à la simple lumière lunaire. Elle portait un corset noir, une longue jupe ornée de chaînes en argent et des petites boucles rouges décoraient ses cheveux. Son visage était d'une pâleur majestueuse et elle avait l'air d'une princesse tyrannique. Elle était terriblement belle.
'' Qui ... Qui êtes-vous ? '' Réussit-il à articuler. '' Je suis celle qui t'a acheté, petit gobelin. '' Dit-elle en riant face à la bouche grandement ouverte du petit bonhomme. Celui-ci était très surpris. Il pensait qu'il allait voir un robuste guerrier ayant besoin d'un esclave pour le traiter comme un dogue et pour subvenir à ses moindres désirs.

'' Quoi ? Tu vas rester ici sans bouger jusqu'à l'aube ou tu vas venir trinquer avec moi ? '' Ajouta la déesse, visiblement amusée par la situation.
'' Je ... Je suis Neuro. ''
'' Et moi je suis Maître. Tu devras maintenant m'obéir et ce, au prix de mon argent. Un refus de ta part méritera de sales coups de fouet. Tu dormiras parterre et sans abris. Tu me masseras pendant de longs moments et ce, autant de fois que je le veux. Si jamais tu as besoin de me faire part d’une remarque constructive, désobligeante ou trop objective, tais-toi. Sinon, amuse-toi autant que tu le peux, entre ces longs moments pénibles de torture infernale. Ça c’était du concret, hein ? Bon, on va se la griser, cette gueule ? Suis-moi ! ''
'' Entendu, maître. ''

Pénétré par de la surprise, mais aussi par de la joie, il déambula vers la taverne en compagnie de sa nouvelle '' Maîtresse ''. Ce terme l'amusait déjà. Pendant la route, il se tripota vivement les poignets pour essayer d’enlever cette douleur causée par les chaînes. Il se surpris à quelquefois, regarder le postérieur de sa maîtresse se déhancher involontairement. Il chassa cependant toutes pensées obscènes de son esprit, car celles-ci lui faisaient penser à ses parents, ces ignobles coupeurs de liberté.

'' Oh et une dernière chose. ''
'' Oui, Maître ? ''
'' On ne me reluque pas les fesses. J’ai horreur de ces vicieux qui n’ont aucune politesse. ''
'' Oh mais n’ayez crainte, je n’aurais jamais même osé penser à vous … reluquer. ''
'' Ça suffit, tu parles beaucoup trop à mon goût. Contente toi de suivre et de m’écouter sans broncher. ''
'' Oui, Maître. ''

Elle voyait donc tout, cette maligne.

_________________
Neuro, gobelin archer.
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: En surface : Le Marché d'Esclaves
MessagePosté: Ven 7 Aoû 2009 11:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 29 Juil 2009 19:15
Messages: 27
Mise en Vente


Les esclavagistes franchirent les portes de la cité et se rendirent sans attendre sur le Marché aux esclaves. Sur leur chemin, de nombreux passant détournèrent leur regard, observant rapidement avec une certaine curiosité les prises de ce jour. Les esclaves marchaient en file indienne, Shalzad et Szordrin ayant prit la tête du cortège. Szordrin se sentait fier de lui, bombant le torse comme ces compagnons d’un jour, il avait fait du bon boulot et c’était fait de nouveau amis à Khonfas. Ils arrivèrent enfin au Marché en début d’après-midi. Les enclos étaient peu garnis aujourd’hui. Immédiatement, les prisonniers, celon leur sexe furent confier à des Shaakts qui géraient les lieux, les parquant dans des enclos, les préparant à la vente. Szordrin en profita pour observer chaque étape de la préparation des esclaves à la vente. L’ambiance y était à la foi conviviale mais également tendue, car chaque client voulait faire une bonne affaire.

Le Groupe de chasseurs attendit ainsi une heure avant que leurs prises passent enfin sur l’estrade pour leur mise en vente. Ils furent enchaînés, suspendus par les poignets comme de coutume, puis le maître des lieux annonça finalement le début de mise en vente. Sur la place, une vingtaine de Shaakts s’étaient rassemblés, on y voyait de tout, marchands, paysans et riches notables, chacun sachant exactement quel type d’esclave il était venu chercher.

Szordrin croisa les bras et observa les enchères. Les acheteurs eurent la permission au début de venir tâter la marchandise et de l’examiner sous tous les angles, les prisonniers étant réduits à l’état de vulgaires objets.

Les deux premiers vendus furent les deux hommes, après des annonces d’argent assez houleuses, c’est finalement un riche paysans de la cité qui remporta les enchères, les esclaves étant destiner à travailler dans les exploitations agricoles. Vinrent enfin le tour des deux femmes, la plus âgé fut vendu pour quelque yus seulement à un marchand tenant une boutique de babioles sur la rue principale de Khonfas. Enfin la plus jeune, capturée par Szordrin, encore un très bon état, fut adjugé à une prêtresse de la cité, son sort sera surement de la servir et de remplir des tâches dégradantes pour un Shaakt. Elle fut d’ailleurs la vente la plus juteuse du groupe. Shalzad se félicita des enchères. Ses prisonniers n’étant restés sur l’estrade qu’une poignée d’heure seulement. Le calme reprit place petit à petit sur la place du Marché, les ventes étant suspendu pour la journée dans l’attente de plus de marchandises. Le maître des lieux discuta brièvement avec le chef de chasse, Shalzad, puis lui tendit une bourse. Suite à cela, il retourna auprès de son groupe de chasseur et leur annonça la bonne nouvelle.

" Bien, ces trois jours de chasse ont été prolifique ! Je vais vous donner chacun votre part et nous pourront fêter ça demain à notre taverne habituelle. "

Il distribua les yus à chacun puis se tourna ensuite vers Szordrin, qui tout excité attendait son tour.

" Pour toi Szordrin, tu aura un peu moins que les autres. Normal, tu viens de débuter dans le métier et tu as encore des choses à apprendre, mais à ce rythme là, tu deviendras sans doute un chasseur renommé. Je te recontacterais très bientôt."

Il le remercia en esquissant un large sourire satisfait, ils échangèrent d’ailleurs un regard plein de complicité, Szordrin le savait il avait encore à prouver mais pouvait réaliser de grandes choses. Shalzad finit par distribuer l’argent en s’arrêtant sur Viktor et sa meute de loup sagement assis à ces pieds.

" Voilà un peu plus pour toi, forcement, tu as plus de bouches à nourrir l’ami ! "

La troupe se disperça finalement après quelques échanges de paroles et de poignet de mains, se donnant rendez-vous pour trinquer à ces trois jours d’expédition et pour ensuite convenir d’une nouvelle chasse.

_________________
~~Szordrin / Guerrier / lvl2~~
~~~Milicien de Khonfas~~~


Haut
 

 Sujet du message: Re: En surface : Le Marché d'Esclaves
MessagePosté: Mar 18 Aoû 2009 14:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 29 Juil 2009 19:15
Messages: 27
Le Complot

Chapitre 1: L’intrigue et l'enquête

Partie 2: Début de l'enquête au Marché



Le lendemain matin, le guerrier Shaakts, remis des émotions de la veille, ne perdit pas une minute pour démarrer son enquête. A la vitesse de l’éclair il quitta l’auberge et prit la direction du marché, d’un pas énergique et déterminé. Arrivé sur place, les enchères n’avaient pas encore débuté mais du monde commençait à investir la place. Il en profita pour observer minutieusement mais discrètement chaque individus présent. Comme d’habitude, riches marchands et femelles notables remplissaient la plus grande partie de l’assemblée. Une petite heure se passa sans le moindre indice jusqu’à l’apparition de quatre Shaakts vêtus comme indiqué par Shalzad, d’une longue cape mauve frappé d’un étrange sigle argenté. Szordrin profita de l’instant pour crayonner sur un parchemin fourré dans sa poche, reproduisant le signe maladroitement.

Image


Ensuite, il suivit du regard le groupe. Ils étaient montés sur de fier destrier qui trainaient par de solides chaines quelques douzaine d’esclaves. Leurs tenues étaient impeccable, c’était à se demander s’ils avaient vraiment participé à une chasse ces derniers jours.

(C’est étrange… nouveaux dans le métier, avec un tel équipement et avec autant de prises !? Quelque chose cloche là dedans)

Après avoir bien observé ses cibles privilégier, Szordrin se fondit alors dans la foule, participant en tant que spectateur aux 3 heures d’enchères qui suivirent. Alors que la vente des esclaves du groupe en question tirait à sa fin, Szordrin fut surpris de voir qu’aucun des quatre individus ne semblait exprimer une quelconque joie après avoir empoché un sacré sac de yus. C’était le troisième point suspect que releva le guerrier. Sur leur visage, ils ne semblèrent pas si réjouis, ils se disputèrent même quelques instants les uns les autres. Grommelant intérieurement le Shaakts traversa la foule pour rester à bonne distance du groupe lorsqu’il aura quitté la place du marché et effectivement, cela ne tarda pas. Quatrième contradiction celons Szordrin. Sans se poser plus de questions, il les prit en filature… malgré le désavantage d’être à pied. Étrangement l’un des quatre individu avait une fâcheuse manie de prêter l’œil tout autre d’eux, comme s’il appréhendait l’apparition de quelqu’un ou se méfier de quelque chose.

_________________
~~Szordrin / Guerrier / lvl2~~
~~~Milicien de Khonfas~~~


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Marché d'Esclaves
MessagePosté: Mar 31 Mai 2011 12:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 29 Mai 2011 22:08
Messages: 1798
Localisation: Oranan
Le marché aux esclaves, l'endroit était puant, l'odeur qui s'y dégageait était la même qu'une fosse commune, les excréments et les relents de sueurs mélés à celui du sang, des cris de douleurs et des larmes, l'endroit aurait pu être plaisant si les shaakts avaient eu la bonne idée de séparer les esclaves mourrant des vivants, mais tout cela coute de l'argent donc rien n'avait été fait pour améliorer le passage des marchands ou des visiteurs...

Marla s'avanca dans le petit stand qui servai de réception pour les commandes déjà effectué, ou il fallait tout simplement demander la marchandise et non aller marchander avec les marchands, le mâle regarda Marla avancer vers lui portant un regard sur le médaillon qui ornait sa poitrine.

Vendui'Yathrin, je suis content de vous accueillir maitresse Maev'ar, que puis je faire pour votre noble maison?

Vendui' jaluk, je viens prendre possession de la marchandise,

Le shaakts regarda dans son livre, parcourant d'un doigt crochu le registre des entrées et des sorties du marché, puis il sourit à Marla avant d'ajouter un "suivez moi" qui venait de se perdre dans l'exclamation des esclaves, un avait essayé de s'enfuir, il venait d'être abattu par un trait d'arbalète entre les épaules, un garde noir s'avançant vers le corps pour retirer le projectile, faisant signe à des serviteurs de ramasser le corps et de le jeter dans un coin.

En ce moment tout le monde essaye de s'enfuir, mais ne vous inquiètez pas, votre marchandise est complète, de vrai agneau....

Et pourquoi essayent ils de s'enfuir? Jamais ils n'y arriveront...

Oh sa Yathrin, rien de plus simple, nous répandons la rumeur que certains ont déjà réussient à s'enfuir, ce qui donne espoir aux plus téméraire, ils essayent, on les tue et le troupeau est encore plus abattu après cette nouvelle.

Eliminer les généraux d'une armée, celle ci n'as plus d'ordre et commence à manoeuvrer dans le mauvais sens, le moral des troupes étant au plus faible, rien de plus simple de les écraser.

Voila Yathrin, les rivvils que votre maison à demander, 4 mâles et une femelle à un très bon prix en plus!

Marla jeta un regard dans la cage ou se trouvait les 5 humains, ils étaient tous nus, sales, barbouillé de terre de la tête au pied, de vrai sauvage, rien avoir avec le raffinement macabre des shaakts, il y avait une rousse, un petit gros chauve, un grand blond costaud, un homme brun qui n'avait pas encore vu passer plus de 20 printemps et un autre brun rondouillard avec une moustache.

Mère vous enverra le paiement quand ces chiens seront arrivés à destination, je les emmène avec moi.

Le shaakt fit une révérence, cela ne lui plaisait pas, il voulait l'argent tout de suite pour être sur que la marchandise serait payé, mais il ne pouvait rien faire contre les grandes maison nobles, à part faire une ardoise et noter combien elles devaient et réclamer ce qui leur était du au bon moment.

Il fit signe à un garde de s'occuper du groupe, celui ci s'approcha, déverrouilla la cage et il fut propulsé en arrière par le grand blond, le projetant au sol. L'humain fonçait sur elle, sachant pertinemment qu'elle était l'otage idéal, Marla voulu le combattre mais se ravisa au dernier moment, voyant un éclat argenté dans sa main, ce qui eu pour effet de se faire prendre en otage, l'humain était fort, il la tenait fermement, la lame bien en évidence sur sa gorge.

Il la força à reculer en direction d'un mur, pour que personne ne puisse l'avoir par surprise, il était nerveux, sa respiration rapide et forte chatouillait l'oreille de Marla qui n'essayait pas de se débattre, les gardes étant sortit de tout les cotés, tentant d'ajuster la cible avec leurs arbalètes. Elle fit signe aux gardes d'arrêter.

Je ne sais pas ce que tu veux faire rivvil, mais tu es bloqué, si tu penses t'en sortir vivant, tu viens de tout gâcher.

Silence putain! Tu dois mourir!

Seulement si la déesse le désire...

Si tu meurs je serai libre!

Libre? Quel liberté cherches tu? Si je meurs rien ne pourra te sauver et tu le sais, tu commence à te rendre compte que tu as fais une grosse erreur n'est ce pas?

Il m'avait dit que tout irai bien, mais il n'est pas la!

Il? Ainsi donc la lame qui était entre les mains de cette homme avait été donné par quelqu'un qui désirai la voir mourir, même pas une rivale, mais un mâle, un mâle qui venait de rater son coup et qui aller payer de sa vie cette infamie.

Utilise ce qui se trouve entre tes deux oreilles, tu n'as aucune chance de sortir d'ici en vie, cette seule chance passe par moi, mais si tu me tues, tu laisses échapper ta seule et unique chance de sortir vivant de cette endroit.


Elle lui laissa quelques secondes pour réfléchir, quelques secondes pour sentir son souffle devenir encore plus rapide, la panique prenant le dessus sur sa conscience, l'instinct de survie, prêt à tout pour rester en vie, aussi bien tenter de faire confiance à une Shaakt.

Tr...très bien...je vous o...obéis...


Il laissa tomber le petit couteau et lacha Marla qui s'empressa de s'écarter de lui, laissant le champ d'action libre pour les gardes qui se ruèrent dessus pour le maitriser.

Clouez le sur le mur.

Pardon Yathrin?

Le marchand était étonné de cette demande, pourquoi la prêtresse voulait elle qu'on cloue cette homme sur le mur?

Tu oserais me manquer de respect après ce qu'il vient de se passer jaluk?


Non! non! non! Pas du tout Yathrin, je m'excuse humblement devant l'erreur de mes hommes et j'exaucerai votre souhait Yathrin!


Il fit signe à ses hommes d'exécuter l'ordre qui venait d'être donné par Marla, s'empressant de ramener clou et marteau et d'exécuter la tâche. Les cris de l'homme était assourdissant, rendant le reste de l'endroit silencieux, se demandant ce qu'il se passait, l'homme s'était mis à prier demandant à Yuimen de le laisser en vie, ce qui mit en colère Marla, une seule divinité était accepté sur ces terres! Valshabarath!

Marla détacha son fouet, le faisant pendre, recula son bras et fit claquer la lanière de cuir noir sur le dos de l'humain, laissant apparaitre un mince filet de sang.

Silence rivvil! tu devrais prier la seule et unique puissance qui peut t'entendre en ces lieux! Tu es sous le regard de Valshabarath et tu oses lui manquer de respect après m'avoir menacé, moi, sa fille!

Le fouet claqua une seconde fois sur le dos de l'humain, faisant apparaitre un autre filet de sang, puis encore un autre et un autre! Marla se défoulait sur le corps qui était cloué au mur, il avait osé prononcer le nom d'un autre dieu en ces lieux, quelque chose qui était totalement proscrit dans cette région du monde. L'humain était déjà condamné pour avoir osé la menacer, mais prononcer le nom d'un autre dieu, sa mort serait extrêmement lente et douloureuse.

Cela faisait maintenant plus d'une demi heure que fouet claquais sur le dos de l'humain, si bien que le mur commencer à se teindre de son sang au même titre que le sol, son dos était saturé de marques de fouet, si bien qu'il n'y avait presque plus de place pour trouver de la peau.

Marla était satisfaite, cela avait donné un bon prétexte aux autres prisonnier de ne rien tenter avec elle, rien qui pourrait les mettre en danger.. Elle fit signe à un garde d'avancer qui s'exécuta aussitôt, elle prit son arbalète, ajusta l'humain et lui tira dessus, laissant le carreau filer à toute allure dans son dos.L'humain expira son dernier souffle de vie dans un râle d'agonie.

Je prend la marchandise, gratuitement, si jamais il venait à s'ébruiter qu'une noble a été agressé dans votre marché, je n'ose penser du nombre de clients qui déserterai cette endroit nauséabond.

Je..beuh...Oui Yathrin, il est évident que pour cette marchandise, le compte n'était pas bon, erreur de notre part, donc nous vous faisons grâce du reste.

La voix du mâle était maintenant monotone, il était dépité de cette décision mais il ne pouvait rien y faire, la fille d'une noble maison avait faillit se faire tuer dans son commerce, si Marla était morte, il n'aurait pas eu à donner la marchandise, prétendant qu'il les avait déjà fait exécuter...

Bien nous partons alors, emmener quelques uns de vos hommes escorter ma marchandise jusque ma maison, j'attends avec impatience leur venue...


Marla s'écarta laissant le shaakt diriger la suite des opérations, elle se demanda qui avait bien pu vouloir la tuer, cela trottait dans sa tête, ce n'était quand même pas sa mère? L'humain avait mentionné "il" et c'était son messager qui été venu la dérangée au temple...c'était peu être lui aussi qui avait alors donné cette arme à l'humain?

Elle retourna chez elle, se triturant la tête tout en établissant une possible contre attaque envers celui qui a bien faillit la tuer.


_________________
Image






Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Marché d'Esclaves
MessagePosté: Jeu 24 Mar 2016 23:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 3 Aoû 2015 23:31
Messages: 45
Localisation: Khonfas
Un soleil de feu

Ils entrèrent dans la cité de nuit, Junas ne distingua des remparts qu'une grande ombre coiffée par quelques lueurs. Une fois la herse levée, un dédale abominable aussi sombre que les murailles l’accueillit. Ils firent tous trainer de force à la lueur des torches dans des souterrains où ils furent détachés, puis entassés dans une cellule puante dénuée de la moindre lueur. Malgré l'inconfort, Junas succomba rapidement dans un sommeil sans rêves.

Le réveil fut aussi bruyant que rude. Les gardes beuglaient et tiraient les plus belles pièces du lot pour les envoyer au marché. L'un d'eux invoqua Junas qui, dans un coin de sa cellule, refusait de bouger. Le gardien Shaakt entra et le cogna jusqu'à ce qu'il daigne se lever. Le Wield retint ses lamentations pour le priver de ce plaisir et se plia de force. On lui passa les chaîne aux bras et aux pieds, puis il longea un dédale infini de cages rouillées et froides, pour enfin aboutir sur un escalier ascendant baigné dans la lumière.

L'entrée du souterrain était gardée par deux elfes en armure. Une surprenante cohue régnait au-dehors. Il se surprit à découvrir une étonnante diversité de badauds, au-delà des Garzokes et des elfes noirs, énormément d'hommes composaient la foule des clients. Ça hurlait et marchandait dans tous les coins, les gens se bousculaient sans ménagement. Il reconnut des tenus typiques du comté de Wield bavant sur des étalages de jeunes filles à demi nues...

On le traîna au centre du marché sur une grande estrade munit d'une potence où l'on suspendait le bétail. Alors qu'on intervertissait ses chaînes, il découvrit une vue d'ensemble du marché dominé par les murs noirs et suintants de la cité. La foule crasseuse et malfamée circulait anarchiquement, des gardes aux yeux pourpres postés un peu partout. Dans un tintement cuivré on le hissa en suspension, il ne put retenir un cri quand le fer s'enfonça dans sa peau brulée. Puis vint l'attente et l'ardeur du soleil, cruel et omniscient. De temps à autre un client s'intéressait à lui et le vendeur le faisait pivoter, retirait son pantalon pour y exposer ses parties.

En temps normal, subissant pareille humiliation Junas aurait hurlé, craché, injuriant ciel et terre. Pourtant, il ne soufflait mot. Son esprit s’éteignait. Comme un bout de viande, il se balançait, ne distinguant que de vagues formes mouvantes et un brouhaha constant.

Au cœur de l'après-midi quelque chose retint son attention. La foule bougeait anormalement et l'agitation s'intensifiait. De nombreux Shaakts armés ainsi que des humains à collier chassaient les badauds, cherchant visiblement à disperser la foule. Un vide s'installa devant l'estrade, en son centre, une silhouette féminine. Les paupières tremblantes, Junas leva le regard pour mieux la distinguer. Il s'agissait d'une Shaakts somptueusement vêtue d'une robe claire aux broderies violettes. Il eut du mal à distinguer trop de détails mais il reconnut l'éclat d'une multitude de pierreries. Le vendeur arrêta de brailler et descendit de son perchoir pour se répandre à ses pieds.

« Dame Phyrexian, quel honneur ! Votre dernière acquisition vous a-t-elle satisfaite ? »

« Morte. » répondit-elle simplement.

« Votre exigence va faire ma fortune. » répartit mielleusement le vendeur.

Il remonta ensuite sur l'estrade pour exhiber plus en détail ses spécimens. Il les retourna sous toutes les coutures, Junas y comprit, puis il redescendit. Les négociations furent expéditives et l'elfe aux courbures séduisantes s'en alla. Le marchand se frottait les mains et on détacha aussitôt Junas de ses chaînes. Étourdi, le jeune homme ne discerna pas les visages de ceux qui lui glissèrent un collier. Sans aucune explication, on le traina à travers la foule.


Les portes de Khonfas

_________________
Image

Multi : Daemon


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016