L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Les rues
MessagePosté: Mar 12 Oct 2010 23:07 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 24 Fév 2010 10:07
Messages: 6176
Les rues


Image


Vous en aurez vite fait le tour! Les rues, si l'on peut les appeler ainsi, ne sont que des petits chemins de terre entre les maisons du village...

_________________


Image




Haut
 

 Sujet du message: Re: Les Rues
MessagePosté: Mer 13 Oct 2010 12:54 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 24 Nov 2008 19:04
Messages: 18
Localisation: Cergy-Pontoise
En sortant je fus pris de vitesse par Alron :

"Alors, impatient d'aller draguer des petites Fujoniennes n'est-ce pas ?"

(Aïe, il m'a eu ! Vite, répondre.)

"Et c'est toi qui me dit ça ! C'est pas moi qui tombe amoureux d'une nouvelle fille à chaque fois que je vois un poil blanc sur son pelage."

"Je recherche toujours la perfection."

(Ohlala, encore ses histoires de pureté.)

"Faut que t'arrête avec ça ! Les "Purs" ne sont pas meilleurs que nous, c'est juste une façon de les appelés."

"Mais oui, bien sûr."

(Bon dieu qu'il m'énerve quand il est comme ça.)

Je commençais a retrousser mes lèvres pour lui grogner mon mécontentement mais il a du me voir et avant que je ne puisse montrer entièrement mes canines il me donna une petite tape sur la tête.

"Eh !"

Puis il partit en courant à quatre pattes en direction de la grande porte tout en rigolant. Pris par l'esprit du jeu je le poursuivis dans les rues du village.

"Si jamais je t'attrape…"

(Qu'est-ce qu'on s'amuse !)

Au début il essaya de me semer en passant par des ruelles, mais tout habitant qui se respecte avait déjà cavalés des centaines de fois dans tous les recoins du village. Il prenait par le "chemin bossu", il me suffisait donc de bifurquer à gauche pour ensuite longer le mur de la maison des jumeaux Nyak et Pyak pour arriver sur la petite ruelle dans laquelle débouchait le chemin qu'Alron avait emprunté. En me voyant, il tourna sur sa droite et je le talonnais de près, manquant presque à un moment de mordre sa queue.

(Je sais qu'il déteste ça.)

Puis je compris qu'il avait l'intention de courir tout le long de la "longue ruelle". Ne voulant pas que cette course soit juste une question d'endurance je tournais sur ma gauche pour prendre la grande rue.

"T'abandonne ?"

(Si tu crois que je vais tomber dans le panneau.)

Je savais bien qu'il disait ça pour me faire croire qu'il s'était arrêté et pour que je m'arrête à mon tour, mais on m'avait fait trop de fois le coup pour que je me fasse avoir cette fois. Par contre il fit quelque chose d'inattendu : au lieu de continuer à courir dans la ruelle pour creuser son avance, il avait lui aussi bifurqué et je le vis sortir dans la grande rue et, me voyant proche sur sa gauche, partit à l'opposé à toute vitesse.

Au bout d'une minute de cavale en ligne droite, je me suis arrêté et, encore haletant pour reprendre mon souffle, je pus le voir partir en direction de la grande porte en me faisant un signe de la main.

(Il va sûrement reprendre son poste, je vais le laisser tranquille pour l'instant.)

"On se revoit plus tard !"

Il me criait quelque chose en retour mais sans s'arrêter et je n'avais pas pus comprendre. Mais j'avais autre chose en tête maintenant : on allait fêter mon anniversaire le jour de la Course Annuelle ! Ma joie était aussi intense et immense qu'un feu de forêt, bien que cette métaphore ne fasse pas honneur à cette merveilleuse sensation que le bonheur. J'étais réellement à la limite de l'euphorie mais je me contenais, tant bien que mal. Après être resté quelque seconde dehors sans bouger, je pris la décision de commencer ma journée par le petit tour des animaux.

(Bon, en premier Gratgratt.)

Je me rendis rapidement jusqu'à la maison de mes voisins, passant devant chez moi en remarquant que mes parents étaient déjà partis pour les champs travailler. En frappant à la porte je m'attendais à trouver le vieux loup renifler le parquet derrière le bois pour chercher des traces de l'inconnu qui veux entrer mais ce ne fut pas le cas.

(Il doit être dehors.)

Ma voisine ouvrit la porte et me répondit directement sans que j'ai eu besoin de poser la question :

"Ah ! Bonjour Kaz Iri. Comment vas-tu ? Si tu es là pour Gratgratt il est resté dehors toute la journée et je ne sais pas où il peut bien être le bougre."

"Je me disais aussi. Bon, je repasserais ce soir, essayés de le garder à l'intérieur si jamais il revient tard."

"D'accord, à ce soir."

"Bonne journée."

Elle referma la porte doucement, me laissant devant, perdu dans mes pensées.

(Normalement il revient pour manger et vu la position du soleil c'est l'heure de nourrir les loups bientôt. Mais c'est toujours mes voisins qui nourrissent Gratgratt, alors pourquoi il n'est pas là ?)

Ce mystère allait devoir attendre avant d'être résolu car j'avais d'autres animaux à voir auparavant.

(Alors, dans l'ordre je dois voir les poules de monsieur Tori, le chenil, la volière du boulanger, les lézards du Chef…)

Je faisais la liste rapidement dans ma tête et dès qu'elle fut finie et complète je pris la direction de la maison de monsieur Tori. Nous étions en milieu de matinée maintenant et je voyais bien que le village devenait de plus en plus vivant : Les gens se disaient bonjour dans la rue, les loups aboyaient et les gens criaient quelque fois. Un petit marchant de légume c'était même installé en face de chez nous et ouvrait ce jour-même.

"Regardez-moi cette belle tomate toute rouge, madame, cueillis avec attention, madame, lavé avec précaution, madame."

Je souriais à la vu de ce baratineur qui, me semblait-il, exagérais son attitude juste ce qu'il fallait pour qu'on le prenne au sérieux.

Monsieur Tori me vit arriver en regardant par la fenêtre et il l'ouvrit pour m'appeler, le sourire aux lèvres :

"Entre donc Kaz, j'ai préparé une petite tisane et un bain de pied, je te donne volontiers le premier si tu me laisse le deuxième."

"Avec joie !"

Je poussais la porte qui était restée ouverte et la laissais entrebâillée derrière moi.

_________________
Moi qui mord, moi qui guérit
Toi qui meurt, toi qui te rétabli
Eux qui tuent, eux qui sauvent
Mais lui, il ne peut rien faire


Kaz Iri Orpa, Liykor Bratien Guérisseur de niveau 1. Se la coule douce dans son village de Jarvron

Le porc... est un loup pour le porc.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les Rues
MessagePosté: Dim 12 Mai 2013 08:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 25 Aoû 2012 03:24
Messages: 709
Localisation: Tulorim
>>>Précédemment<<<

37. Dans le soleil couchant.


Ça faisait du bien. L'air frais de dehors, de la campagne. Sans qu'il n'y ait d'odeur de cadavre, de sang et de renfermé pour abîmer les sensibles narines du Gobelin... C''était que du bonheur. Il fit quelques pas en avant pour regarder les derniers habitants encore présents dans les rues qui contemplaient paisiblement le magnifique coucher de soleil dans le ciel maintenant à nouveau dépourvu de tout nuages, se teintant de jaune, de rouge et d'orange.

Cela faisait longtemps qu'il n'était pas venus ici... en sept années, rien n'avait changé dans ce petit village de Loups-debout (c'était comme-ça qu'il appelait les habitants). Il y avait toujours les mêmes cabanes de bois, le même grand temple qui dominait toutes les maisons, les mêmes rues, des sentiers battus assez étroit, remplies de volailles et de chiens.

Cet endroit respirait la paix et l'harmonie et...
Sump se raidit.
Coucher de soleil ?

Il se retourna vers l'Ancien qui l'avait suivi à l'extérieur et demanda, un peu paniqué :

"Combien de temps j'ai dormi ?"

"Seulement quelques heures."

Alors, une louve rousse arriva derrière le Sekteg et se colla à lui, le dépassant de plus d'une tête et lui cria dans les oreilles :

"SALUT SUMPY !"

Elle pouffa quand ce dernier sursauta avant de pousser un soupir agacé. Il avait tout de suite su qui c'était :

"Locka, tu..." commença-t-il en se retournant pour faire face à la jeune louve mais il se figea.

Il la regarda un instant en levant les yeux un peu étonné, ce qui la fit glousser de nouveau, avant de lâcher :

"Tu as grandie." dit-il.

"Pas toi." répliqua-t-elle, en imitant tout d'un coup la tête et le ton neutre du Gobelin.

En réplique, le Gobelin leva les yeux au ciel. Ceci étant la première fois de sa vie qu'il le faisait, imitant Wace, l'action parut légèrement exagérée ce qui fit sourire et souffler de la truffe, Locka.

Puis les trois se mirent à marcher sur le sentier de terre principal de Jarvron.
Quelques habitants sortirent de leurs maisons ou de leurs besognes pour faire un signe de la main au Sekteg.
Il perçut des murmures :

"Par le Père et la Mère, ça fait un bail qu'on ne l'a pas vu celui-là !"


"Ils me manquent tes lapins, vieux !" cria même un des villageois.

Apparemment, tout le village était au courant de sa venue. Il était assez connu dans la petite bourgade car, en plus d'être un Gobelin "relativement sociable", en tout cas par rapport aux autres, il leur avait apporté de la nourriture pendant les deux ans où il vivait dans la forêt voisine contre des cours de langue, d'écriture, de lecture et autres avec les Javronais, ce qui était très rare, voire même inédit, à Jarvron et où que ce soit dans le monde d'ailleurs.

"On ne pensait pas te revoir un jour..." dit Locka d'un ton presque boudeur. "Où est-ce que t'était ? On te croyait mort ! Tout allait bien et puis un jour, tu as disparu ! Je te signale que tu m'as manqué, hein !"

Un petit groupe de jeunes louveteaux dévisagèrent impoliment le Sekteg comme le faisaient habituellement les enfants. Celui-ci leur envoya un regard dédaigneux. Si seulement ils avaient su qu'au moment où ils n'étaient même pas encore dans l'idée de la conception, lui vendait déjà ses lapins et ses Bouloum à ceux qui allaient être leurs futurs parents.
Hier encore, Sump n'aurait jamais eu ce genre de pensées, il aurait sûrement évité leurs regards, ou au mieux les aurait soutenus mais le fait qu'il ait réussi à acquérir une relique avait augmenté sa confiance en lui de manière significative.

"J'ai changé d'endroit." répondit-il simplement à la louve bavarde.

Elle soupira :

"Oui, ça je n'en doutais mais pourquoi ? Et où ? Et comment ça se fait que tu aies participé à une mission de la milice ? Et pourquoi tu as l'oreille coupée ? Et la main noire ?"

Sump soupira en grognant. Locka était toujours aussi insupportable. Heureusement, l'Ancien intervint avec un sourire :

"Allons, Locka... laisses le un peu respirer. Sump, la milicienne qui t'as conduit ici a dit qu'elle était parti chercher du renfort en ville car un milicien était coincé dans la ferme... Puis il ajouta en fronçant les sourcils,"Et aussi que ta peine était purgée."

En entendant les derniers mots, le cœur de Sump fit un bond. Il était libre ! Ce cauchemar était enfin terminé ! Il allait à nouveau pouvoir vivre tranquillement, seul, sans personne pour lui dire quoi faire, sans personne pour le faire affronter de grands dangers inutiles !

Maintenant, tout ce qu'il lui restait à faire, c'était foutre le camp en vitesse et loin. Car s'il savait que Wace ne reviendrait pas avant plusieurs jours, il doutait fortement de la mort de Kronh et si on découvrait qu'il avait menti en plus d'avoir blessé et abandonné un milicien à la mort, les habitants de Jarvron, surtout ceux qui ne l'aimaient pas beaucoup, ne se priveraient pas de le bloquer ici en attendant le retour de la milicienne et de ses renforts. Il passerait ensuite sûrement le reste de sa vie dans une cellule dégoûtante des cachots de Dehant.

"Ta peine ?" répéta Locka, interloquée et surprise en fronçant les sourcils. "Qu'est-ce que tu as fait ?"

"Bon, je dois partir." annonça le Gobelin sans prendre la peine de répondre.

Aussitôt, Locka s'écria :

"Eh ! Mais tu viens à peine d'arriver et..."

L'arrivée d'un colossal Liykor gris foncé interrompit leur discussion :

"Eh, Peau-Verte ? Tu te souviens de moi ?" commença-t-il de sa voix grave et rocailleuse en se postant devant eux, toisant le Sekteg du haut de sa remarquable musculature revêtit d'une armure en cuir, d'un air presque menaçant.

S'il se souvenait de lui ? Évidemment. Il s'agissait de Lerno, le chef de ce qui correspondait à la "milice" de Jarvron. Il avait beaucoup d'influence dans le village et il lui arrivait même de contredire l'Ancien. Certains disaient même qu'il avait du sang de Liykors noir dans les veines, ce qui expliquerait son tempérament bouillant et rebelle.

Véritable montagne de muscles, il mesurait plus de deux mètres, avait des yeux brulants comme la braise, la truffe et le cou épais et une cicatrice à peine visible sous les poils en dessous de l'oreille.

Il dégageait une sorte d'aura, une sorte de charisme qui lui rappelait étrangement Kronh.

Et évidemment, ce pour une raison inconnue à Sump, cette force de la nature le détestait depuis son apparition dans le village.

"Bref, deux choses... continua Lerno, ignorant le regard implorant de Locka et celui désapprobateur de l'Ancien. "D'une, j'espère que tu compte pas rester longtemps et de deux, j'ai cru comprendre qu'un milicien était resté coincé dans la ferme...Tu crois qu'il y aurait un moyen qu'on aille lui donner un coup de main, moi et d'autre Liykors ?"

"Non !" cria le Sekteg malgré lui, étonnant un peu tout le monde, puis il reprit d'un ton plus calme :"Il y a des monstres...heu...horribles...milicien mort. Il faut attendre les renforts."

Suite à quoi, et sans ajouter quoi que ce soit, le Gobelin passa à côté du colosse pour se diriger vers une des sorties du village.

"Sump, attend ! Tu peux pas partir c..." entendit-il crier Locka, mais Lerno ou l'Ancien ont dû l'interrompre car elle ne termina pas sa phrase.

Tout trois regardèrent donc ce drôle de Sekteg avancer droit devant lui en direction du Nord, éclairé par les derniers rayons du soleil, vers une destination qui leur était inconnue...
Bien malin serait celui qui devinerait ce qui pouvait bien se passer dans la tête du Gobelin à ce moment-là...

Fin.

La suite.

_________________
Sump


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016