L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Route entre Bouhen et Omyre
MessagePosté: Mar 15 Mai 2018 15:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 6 Jan 2017 21:54
Messages: 758
Localisation: Entre Omyre et Bouhen
-----K-----


Obsédé par l'idée de sortir d'ici au plus vite, Kurgoth marcha sans voir le temps passer à un rythme soutenu, malgré les buissons et les racines. Il ne s'arrêta même pas pour manger, se contentant de mordre dans la carcasse de segtek qu'il trimballait avec lui lors que la faim se faisait sentir. Son angoisse ne cessa elle aussi de progresser dans son esprit et il ne fallut pas attendre la mi-journée pour que la paranoïa le pousse à garder constamment son arme en main et à se retourner dans la direction du moindre bruissement qu'il ne semblait pas provoquer lui-même. Lorsque la nuit finit par tomber, la paranoïa du garzok ne se fit que plus présente et il refusa de s'arrêter pour dormir, espérant vainement atteindre l'orée de la forêt avant de s'effondrer de fatigue. Cependant, au bout de quelques heures, alors que pâle clarté de la lune traversait difficilement les sinistres branches entrelacées bien que l'astre soit haut dans le ciel, il finit par se résigner et se recroquevilla entre les racines d'un arbre mort qui avait été déraciné. Avant de s'endormir avec son armure, qu'il ne pouvait se résoudre à enlever aussi inconfortable soit-elle, le garzok pris cependant soin de coincer la charogne lui servant de provision dans un arbre à une vingtaine de mètres de lui, avec l'espoir que si elle devait attirer un danger potentiel, il ne se ferait pas remarquer en restant à distance.

Après quelques trop courtes heures de sommeil trop inconfortable et agité pour être reposant, un bruissement de feuillage réveilla le barbare. Ce dernier tendit sa grosse main brune vers la kitranche qu'il avait échappé dans son sommeil en tentant d'être le plus discret et silencieux possible. A l'affût, il entendit un autre bruissement, suivi d'un impact mou. Kurgoth, dès lors convaincu qu'il n'était pas seul aux alentours, commença à se diriger vers l'origine de ces bruits aussi discrètement que son encombrante armure et son agilité limitée le lui permettaient. Accroupi derrière un buisson, il savait que derrière lui se trouvait l'endroit où il avait accroché la carcasse grâce à laquelle il s'était nourri jusqu'ici. Et c'était d'ailleurs de cette charogne que venaient les sons atteignant par la suite ce qui restait de ses oreilles. Les tendons et ligaments claquant en se rompant, la chair se déchirant, les os de brisant ou étant raclés sous les crocs, tous ces sons si caractéristiques d'un prédateur se repaissant d'une proie furent immédiatement identifiés par un carnassier tel que le garzok à l’affût. Kurgoth resta ainsi accroupi un instant, entendant la créature se repaître de ses vivres de l'autre côté du buisson, pendant qu'à l'intérieur de son crâne sa raison tentait tant bien que mal de rivaliser avec ses délires paranoïaques. La peau verte finit par prendre une décision, il allait jaillir de sa cachette et abattre sa kitranche de toutes ses forces sur ce voleur de viande. Qu'il s'agisse d'un loup ou d'une créature cauchemardesque, il n'y avait pas assez de viande sur le sekteg pour nourrir deux carnivores et l'un servirait bientôt de repas à l'autre. Il ne restait plus qu'à attribuer les rôles selon les désirs des dieux. Quoique ceux-ci purent décider, loin là-haut dans les cieux, la meilleure chance du barbare était d'attaquer en premier, quel que soit l'ennemi. C'est pourquoi après une courte prière, il surgit du buisson, abattant son arme en rugissant.

(Ter Zignok, fait qu'il ne s'agisse derrière moi que de mon prochain repas et non de ma fin.
Phaïtos, détourne de moi ton regard assassin, je dois encore accomplir la dernière volonté d'Olur qui t'as rejoint.
Oaxaca, ma reine, aidez moi à vous servir, c'est toute la raison de ma présence ici.
Thimoros, je te dédie ce combat, nourris toi de mes blessures.
Oh tout puissant Thimoros, épargne moi pour que je puisse répandre ta parole divine.)


693mots

_________________
'Cause I'M TheGentleMad and THAT makes me JUST BETTER... Think about it ;)
"Que quiconque pensant que la générosité est incompatible avec le culte de Thimoros révise son jugement, nul n'est plus généreux en ce monde qu'un serviteur du dieu de la guerre répandant la souffrance." Kurgoth Barbare Garzok
Gloire au chibi!


Haut
 

 Sujet du message: Re: Route entre Bouhen et Omyre
MessagePosté: Mer 23 Mai 2018 15:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 6 Jan 2017 21:54
Messages: 758
Localisation: Entre Omyre et Bouhen
-----K-----


Si une quelconque vie habitait ces bois obscures, nul doute qu'elle aurait à jamais fuit les lieux après avoir entendu le cri dément du garzok. Ce cri dans lequel se mêlaient à la fois la rage du combat et la terreur de se retrouver face aux monstres de ses cauchemars ne manqua pas de porter préjudice au barbare en alertant sa cible avant que sa lame ne l'atteigne. Surgissant du buisson comme le ferait un annedoti émergeant des profondeurs, Kurgoth abattit sa kitranche sur la forme lupine penchée au-dessus de la carcasse, mais l'animal, alerté par le cri de son assaillant, esquiva in extremis d'un bond en arrière. La brute brune, bien déterminée à tuer et dévorer ce canidé importun, se tourna vers lui avant de s'immobiliser subitement. Devant lui, le loup noir se redressa lentement sur ses pattes arrières. A mesure qu'il s'élevait, le visage du garzok se décomposait, ce dernier se tenait à présent devant une créature noire comme la nuit, plus grande que lui et bien trop proche des bêtes de ses cauchemars pour qu'il puisse garder le contrôle de son corps.

Le barbare resta ainsi médusé devant la créature des ombres. Une partie de son esprit lui hurlait de fuir aussi loin que ses jambes pouvaient l'emmener pour sauver sa peau si cela était encore seulement possible, tandis qu'une autre l'exhortait à se jeter à l’assaut dans l'instant. Profitant de ce moment de flottement, le Liykor repris son rôle de prédateur alpha et se jeta sur le prêtre. Ses griffes éraflèrent le gilet de cuir de Kurgoth qui recula tout de même de quelques pas suite à l'impact, mais cela importait peu pour le lupin, car il se baissait déjà pour saisir l'arme qu'il avait laissé au pied de son repas interrompu. Lorsque le godendac fut identifié par la peau-verte comme une arme potentielle, cela eut l'effet d'une gifle retentissante et le sortit de sa stupeur. Dans un réflexe d'une rare vivacité, il releva sa kitranche devant lui juste assez tôt pour dévier le coup de son adversaire. Le combat était engagé; il était à présent trop tard pour fuir et Kurgoth n'avait plus d'autre choix que de croiser le fer pour en réchapper. Mais alors qu'il s'apprêtait à riposter, sa vue sembla se jouer de lui. Des fourrés émergèrent de terrifiantes ombres plus semblables encore à ses cauchemars que ne pouvait l'être le lupin. Leurs contours se fondant parmi les troncs sombres et probablement morts, ces ombres indescriptibles et terrifiantes - sans doute réminiscences d'esprits torturés et décédés dans ses bois lugubres aux allures de cimetière naturel revenues pour tourmenter les vivants - assaillirent le barbare qui sentit son armure transpercée par l'arme primitive du liykor. Celui-ci, arborant un sourire carnassier que n'aurait pas renié son adversaire, avait profité de la subite terreur du prêtre pour attaquer et reculer hors de portée de la grande kitranche. Les ombres se dissipant, Kurgoth tenta de se reconcentrer sur le combat, mais bien que la bête se tînt hors de sa portée, le garzok sentit son cou se serrer comme s'il était étranglé. Pourtant, rien ne le touchait, c'était impossible, cela ne pouvait arriver, cela ne pouvait être que... De la magie, encore et toujours cette infâme magie qui le tourmentait sans qu'il ne puisse s'en défendre. Ses yeux s'emplissant désormais de frustration et de rage rencontrèrent ceux du lupin, qui débordaient, eux, de satisfaction.

"Quelle créature infernale es-tu? Je te hais toi et tes maléfices, toi et cette saloperie de magie, mais tu ne t'en tireras pas ainsi! Sais-tu qui je suis? Kurgoth le Cruel, l’assommeur du temple d'Omyre, craint par tous ces faiblards de sorciers incapables de se défendre une fois à portée de mes armes et tu n'es point différent d'eux! Je vais t'anéantir, sale monstre!"

Sa voix, au début plainte emplie de frustration, s'était transformée au fil des mots en un cri rageur. Sa tirade ne fut pas finie qu'il s'élançait déjà en brandissant sa kitranche, les yeux débordants de fureur. Le liykor tenta de parer avec son pieu mais celui-ci se brisa en deux sous la puissance de garzok. Surpris par une telle force, l'habitant des bois recula de quelques pas avant de sentir un tronc contre son dos. Profitant de l'occasion, le barbare mit toute sa force dans sa prochaine attaque, mais le lupin, plus agile, esquiva au dernier instant le coup mortel et la large lame s'enfonça profondément dans l'arbre. Sans laisser à son ennemi le temps de libérer son arme, il se jeta sur lui toutes griffes dehors et renversa sa cible au sol. Mais le prêtre, ivre de rage, fut plus que satisfait de voir le combat se dérouler au corps à corps et, ignorant morsures et griffures, martela de ses larges poings la face allongée du loup noir. Ces coups, semblables à ceux d'une masse, assommèrent bientôt l'animal, mais les phalanges brunes continuèrent à lui déformer le crâne jusqu'à ce que la fureur du garzok finisse enfin par s'estomper. Dans une flaque de sang, le prédateur nocturne avait succombé à la brutalité du serviteur d'Oaxaca, comme nombre de ces frères reculant devant les envahisseurs du nord.

S'il avait emporté, la paranoïa de Kurgoth était loin d'être calmée, bien au contraire. Il avait à présent la preuve que cette forêt maudite était hantée par des monstres rôdant dans la nuit et, pire que tout, sachant user de magie. Il s'empressa alors de récupérer son arme pour fendre le crâne de sa victime afin d'éviter toute mauvaise surprise. Il ne tira qu'un très léger soulagement du craquement de l'os frontal et ne s'attarda pas plus longtemps sur les lieux. Laissant derrière lui le sekteg sur lequel il ne restait guère de viande, le voyageur chargea sa victime, et futur repas, sur dos avant de reprendre la marche. Il ne dormit alors plus avant de sortir de cette forêt tant la crainte l'habitait. Il marcha droit devant lui jusqu'à la lisière des bois, ne s'arrêtant guère que pour se nourrir et ne se retourna pas une seule fois dès qu'il sortit de cet enfer.

1078mots

_________________
'Cause I'M TheGentleMad and THAT makes me JUST BETTER... Think about it ;)
"Que quiconque pensant que la générosité est incompatible avec le culte de Thimoros révise son jugement, nul n'est plus généreux en ce monde qu'un serviteur du dieu de la guerre répandant la souffrance." Kurgoth Barbare Garzok
Gloire au chibi!


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016