L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: L'auberge du Pied Chaussé
MessagePosté: Ven 31 Oct 2008 18:30 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39605
L'auberge du Pied Chaussé


Image


Nombreux sont les voyageurs qui voient dans le nom de cette auberge un rapport direct au cordonnier qui est juste à coté. Mais cela n'est qu'en partie vrai. En réalité, la réelle animosité qui existe entre le tenancier Elfe et son confrère Hobbit explique son nom. Quant au cordonnier il est venu après.

Cette auberge est tenue d'une main de maître par Aïronis Laïténia, l'elfe bleu. Elle est certes petite, mais les voyageurs y sont rares. Cependant, Aïronis garde de quoi recevoir dix personnes, refusant catégoriquement l'entrée aux Hobbits. L'ambiance y est chaleureuse, en effet, il s'agit du point de rencontre principal des Elfes Bleus de la région.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Auberge du Pied Chaussé
MessagePosté: Dim 2 Jan 2011 03:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Ven 31 Déc 2010 18:27
Messages: 48
Localisation: La où le vent l’emmèneras
Anandor ouvra la porte de l’auberge. Elle était vide. Même c’elle ou celui qui tenait l’auberge était absent. Anandor scruta l’auberge du regard et vue sur le mur à coté de la cheminé où résidé un feu bien chaud, la carte d’Imiftil.

Image

Anandor la regarda entièrement. La chaleur de la cheminé venait le frappé et le réconforté. L’ambiance de l’auberge était bonne. Puis il se mit à parlé tout seul et très bas.

-Alors nous somme à Dahant…

Anandor mis le doigt sur la ville.

-Bon Dahant est longé par un fleuve... C’est un territoire Hobbit et Humain. Et ils ne se battent toujours pas ? Des progrès dans la civilité on dirait.

Anandor enleva sont doigt, et continua à parler.

-Bon, il y a une grande chaine de montagne juste au dessus Dahant. La ville la plus proche est Yarthiss, mais aussi la plus dur à allez. Quoi que Tulorim tout au nord est plus long… Ouais je dois allez à Yarthiss mais bon, ça me fait au moins 7 jours de marche. Donc 5 à cheval. Ouais c’est faisable.

Anandor regarda la cheminé, pour se retourna pour voir sur une petite table un morceau de papier. Il s’approcha et regarde et vue en gros en haut : Un voyage vers Yarthiss. Il le prit sans aucun gène et se mis à le lire dans ça tête.

*Les montagnes sèches se divisent en deux parties distinctes : la partie nord et la partie sud. Au nord, la sécheresse à envahie la vallée, ne laissant qu'un soleil brulant sur les maisons abandonnées des habitants de Yarthiss. Il est vrai qu'avant cette période de sécheresse, les Yarthissien habitaient sur ce versant de la montagne, profitant des nombreuses ressources que celle-ci possédait. Mais un mal étrange s'est abattu sur la région et à asséché les rivières et lacs du côté nord. Les habitants de Yarthiss ont donc descendus la montagne en un grand cortège de charrettes, et se sont installés dans un endroit beaucoup plus prospère, à la lisière d'une forêt, tous proches d'un fleuve. Le côté nord est devenu le repaire de nombreux bandits, qui se sont installés dans ces maisons vides. Il faut dire que ces montagnes sont un lieu de pèlerinage à de nombreux moines et prêtres, de différentes contrées, et les voleurs profitent de la situation. Au côté sud, la végétation abonde, et une grande forêt de pin à poussée près du fleuve de ce versant.

La route des montagnes est très ancienne et relie les deux versants de la montagne et passe par les neiges éternelles, demeure d'un puissant mage. Vous n'avez que peu de chance de vous faire attaquer, mais trouver un endroit sur pour la nuit ou vous risquez d'avoir une déplaisante surprise de la part des voleurs de la région. De cette route, vous pouvez explorer les différents points d'intérêt des montagnes sèches, comme le temple de Zewen, ou bien l'étrange boutique de Gazlowe.

D'un certain point de vue, la population de Dehant s'est mobilisée pour préserver la forêt, et éviter l'assèchement du côté sud. Il n'est donc pas rare de croiser des patrouilles d'hommes armés, alors éviter d'allumer un feu de camp dans cet endroit.*

Anandor reposa le papier et réfléchit, puis il en déduit :

*Je vais suivre le fleuve jusqu’au trois quart de la montagne, puis je descendrais de l’autre coté pour rejoindre la ville. Ouais c’est partit*

Anandor sortit de l’auberge, le sourire au lèvre.

*le voyage continue*

[ SUITE : Les écuries de Monsieur Ampe ]

_________________
Image

( Cliqué sur la signature pour voir ma fiche de personnage )


Haut
 

 Sujet du message: Re: Auberge du Pied Chaussé
MessagePosté: Lun 12 Jan 2015 01:11 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 2 Fév 2014 00:03
Messages: 3738
Localisation: Elysian : Forêt d'Aetelrhyt (Quête 32)
Précédemment => Quitter le nid

Ces êtres à la peau bleue


><


Les indications ne l'avait pas trompé, il arrivait bien au pont délimitant la ville en deux quartiers. Kalas était passé devant l'hôtel de ville, avait emprunté nombres de rues commerçantes et perdu le sens de l'orientation plusieurs fois avant de se retrouver ici. (D'après le livre que j'ai lu, le quartier Humain se trouve de l'autre côté de ce pont. Et bien, allons-y)

En marchant sur la passerelle, le jeune homme remarqua la très nette différence d'architecture entre les deux parties de la ville, comprenant bien la distinction entre Humains et Sinaris. Lors de sa promenade dans les rues, Kalas découvrit un Dehant totalement distinct de son homologue, arborant cette fois-ci nombre de bâtisse en bois verni. Les rares édifices en pierre taillé qui se distinguaient étaient plutôt officiels, du moins à vue d’œil.

Le jeune homme, après plusieurs heures de recherche, parvint à trouver une auberge, ressemblant davantage à un bar qu'un endroit où dormir. Toutefois, une belle enseigne indiquait l'endroit comme étant « l'Auberge du Pied Chaussé », dans des airs de calligraphie très soignée. Indifférent à l'endroit où il allait passer la nuit qui commencait déjà à pointer le bout de son nez, Kalas poussa la porte, préférant affronter un dragon que de dormir sur la paille.

A l'intérieur, le jeune homme ne compris pas tout de suite où il se trouvait. La salle était assez pauvre en espace, bien que meublée avec beaucoup de goût. L'éclairage était très correcte grâce à de belles torches voilés, et on pouvait discerner à quelques endroits de larges fioles de verres contenant plusieurs lucioles. Une agréable odeur de viande se dégageait d'une porte recelant très certainement les cuisines de l'endroit.

Vide de monde, l'auberge n'émettait aucun des bruits qu'il avait eu l'habitude d'entendre lors des années passés avec son père. (Où sont les rires ? Les braillements ? Et les bruits de festoiements?)

Comprenant que l'endroit n'était pas l'un des plus joyeux de Yuimen, Kalas se dirigea vers ce qui semblait être le comptoir, compte tenu des chaises hautes qui le longeait. Là, il interpella l'attention d'une silhouette caché dans un coin d'une pièce adjacente.

« Excusez-moi ? Monsieur, excusez-moi ! »

L'homme, à la peau étrange, se retourna le visage interrogateur. Il ferma ce qui semblait être un genre de coffret, puis s'activa jusqu'au comptoir pour rejoindre son client.

« Bonsoir, monsieur ! Vous désirez ? »

Le coeur du jeune mage ne fit qu'un bond, quand il comprit qu'il ne faisait pas face à un humain. L'homme avait la peau d'un bleu azur éclatant, reflétant chaque rayon de lumière de la pièce. Sa chevelure ressemblait davantage à l'écume de la mer et la main qu'il posa sur le bois figurait comme palmée. Son visage, fin et gracieux, était pourvus d'une paire d'yeux bleu et profond comme le ciel, et de traits très affinés.

Incapable de comprendre à quoi il faisait face, Kalas s'exprima dans un bégaiement incompréhensible.

« Je...heu...Que... »

Les oreilles pointues de l'être bleuté se dressèrent, et une pointe de fureur se dessina sur son visage pourtant si calme.

« Ha non ! C'est la troisième fois cette semaine que ces sales petits cons indiquent mon auberge aux poivrots rencontrés dans la rue ! Sortez-d'ici, ivrogne ! »

« Quoi ? Mais pas du tout ! Je ne suis pas ivre ! »

« Comment ? Vous voulez dire que... »

« Oui...Heu, je viens juste pour savoir si vous auriez une chambre pour la nuit...Monsieur... »

Consterné par son erreur, l'homme s'excusa hâtivement, dans un langage qui lui rappelait étrangement celui de son père quand il avait mal rendu la monnaie à un client.

« Moura me punisse ! Je suis vraiment navré, Monsieur ! Je vous ai pris pour… enfin les Sinaris, ils… Bref, oubliez cela ! »

Agacé de ne pas savoir quelle type de personne il avait en face de lui, le jeune homme craqua et posa la question, quitte à vexer son interlocuteur.

« Je suis vraiment navré de vous poser cette question, Monsieur… ? »

« Laïténia. Aïronis Laïténia. Mais appelez-moi « aubergiste », il y aura moins de confusion. »

« Monsieur Laït… Monsieur l'aubergiste, mais vous êtes un… elfe, c'est ça ? »

Amusé, le tenancier tapa le comptoir du plat de la main en rigolant quelques secondes, puis reprit le cours de la conversation.

« Oui, tout à fait. Enfin j'espère ! HAhaHA ! Pourquoi cette question, jeune homme ? »

« Et bien, à vrai dire, c'est la première fois que j'en rencontre un... »

Après un gloussement sourd, l'elfe bleu attrapa une choppe et le déposa sur le comptoir, puis posa le doigt sur un bouteille à proximité.

« Vous buvez quelque chose ? Je vous l'offre. Après la petite journée que j'ai eu, je ne vais pas pinailler pour un verre. »

« Heu, un jus de fruit, merci. »

« Tsssss… Un jus de fruit... »

Après avoir débouché une belle bouteille contenant un liquide de couleur orange, il en versa quelques mesures dans la choppe et posa le coude sur la table.

« Alors, mon jeune ami. Au fait, vous êtes Monsieur… ?

« Kalas suffira. »

« Très bien, Monsieur Kalas. Il existe plusieurs sortes d'elfes dans ce monde, vous le saviez ? »

Tout en sirotant son breuvage, le jeune homme répondit par de petits signe de têtes affirmatifs, laissant l'elfe prendre l'initiative de raconter son histoire.

« Je fais partie de la race des Earions, plus communément appelés « Elfes bleus ». Nous sommes plutôt nombreux, dans cette ville. Vous n'en avez vu aucun ? »

« A vrai dire, j'ai vécu quelques semaines dans le quartier Sinari. »

« Humpf… Vous avez perdu votre temps, dans ce cas. Les Sinaris ne sont que de sales petits… »

L'elfe bleu continua dans un langage qui ne lui était pas commun, certain cependant qu'il s'agissait d'insultes dans sa propre langue.

« Bref, ne nous attardons pas sur eux. Vous vouliez en savoir plus sur mon peuple, si je ne m'abuse. Et bien, sachez que nous sommes les préférés de Moura, alors qu'elle a tentée de nous faire à son image. »

« Moura, la Déesse de l'eau ? »

« La seule et l'unique. Nous sommes les enfants de l'océan, et nous lui rendons hommage chaque jour. Vous saurez de part la nature de mes mains, et de mes pieds que je préfère ne pas vous montrer, que nous sommes très à l'aise dans l'eau. Il nous est possible d'y rester bien plus longtemps qu'un humain et nous pouvons également nous y déplacer bien plus vite. »

« C'est fascinant ! »

L'homme, avec un sourire ravi, déposa dans un sceau la choppe vide qu'avait laissé Kalas sur le comptoir. Il attrapa le torchon à sa ceinture et reposa les yeux sur son client, qui se laissa tomber de sa chaise.

« Bon, je vais fermer le bar. A cette heure-ci, personne ne viendra. Vous vouliez une chambre, au fait ? »

« Oui, n'importe laquelle, je ne suis pas difficile. »

« Vous comptez rester dans le coin combien de temps ? Je veux dire, vous êtes de passage ? »

« Hem, je ne sais pas vraiment. Je pense au moins rester jusqu'à la fin de la semaine. »

L'aubergiste sortit un papier et une plume qu'il trempa rapidement dans un petit flacon, avant de commencer à gribouiller. Après une petite minute de marmonnements à voix basse et de calcul mental, il reposa le papier et la plume sur le comptoir, en direction de son client.

« Bon alors, Quatre nuits, repas compris, avec le tarif habituel. C'est pas compliqué, j'ai arrondi à l'inférieur. Et puis, vous ne m'avez pas l'air d'un dingue, ils sont mauvais pour les affaires… Donc je me suis permis une petite ristourne supplémentaire. Ce qui nous fait un total de… Vingt Yus. Payable en fin de séjour. Il va par contre me falloir un acompte, au titre du quart de la somme, et une signature juste ici. »

Concordant à peu de choses près avec les prix que proposait son père, Kalas n'y flaira aucune entourloupe. Il tendit les cinq Yus, que le tenancier rangea dans une de ses poches, puis signa à l'endroit indiqué. En rangeant son matériel, le tavernier en profita pour attraper la clef correspondante à la chambre et la posa sur le comptoir, avant de dénouer son tablier.

« Vous montez par cet escalier, et c'est sur la droite. Chambre numéro deux. Le premier repas peut être prit aux premières lueurs du jour. Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit et un agréable séjour, Monsieur. »

Kalas attrapa son sac par une lanière et monta l'escalier, sans prendre la peine de s'inquiéter à cause de l'obscurité. Une fois dans le couloir, peu éclairé, il prit la direction indiqué et se retrouva devant une porte gravé d'un chiffre "deux" verni. Le jeune homme glissa la clef dans la serrure, jusqu'à entendre le clic de déverrouillage de la porte. Il poussa cette dernière et la referma à clef, par prudence.

« C'est pas mal, ici. »

La chambre était petite, de quoi subvenir à une seule personne. Un lit à l'apparence douillet était calé dans un coin, alors qu'une fenêtre en diagonale donnait sur la rue. Kalas prit le temps d'allumer la petite bougie qui se trouvait sur le coin de la table de chevet, puis ferma les volets en prenant soin de ne pas se coincer les doigts. Il esquiva au passage la petite caisse en bois lisse qui faisait office de coffre et d'armoire à la fois, avant de contempler un instant le tapis coloré au sol. En déposant son sac, il commença à se déshabiller jusqu'à finir en sous-vêtement, puis s'installa confortablement sous sa couverture.

Avant de s'endormir, Kalas repensa au pourquoi de son départ de chez les Bergallet. Il voulait commencer un réel d'entraînement afin d'être prêt à faire face à toutes les situations. Il lui fallait cependant une préparation adéquate. En sentant ses yeux se plisser de fatigue, il se promît d'y réfléchir demain, et s'envola dans un monde bien plus reposant.

A suivre => L'homme des bois

_________________
Image



Multi d'Ellyan Crow, Boucher des Murènes et Allen, Guerrier de Wiehl.


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Chaussé
MessagePosté: Mer 8 Nov 2017 17:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 29 Nov 2016 13:35
Messages: 82
Localisation: Dehant
Ⅱ- partie 6 :
En entrant je ne fut pas étonné qu'il y ait beaucoup de monde. Mais je fut étonnés par la minoritée des hommes ivres dans la salle. En m'avancant vers une table, je fut fusillé du regard par des ivrognes et des gens assez louche, mais je ne fit pas attention à eux. Heureusement, j'avais mis le casque de la milice dans mon sac qui se gonflait déjas un peut trop à mon avis. Je regarda la salle et constata que mis à part deux groupes d'homme ivre, et cinq hommes isolé et séparé, il n'y avait pas grand monde. Sans doute aussi que peut de personne surtout les femmes n'aiment sortir tard dans la nuit et encore moins dans une auberge. Un serveur vint me demander ma commande, je lui demanda du pain et de la soupe bien chaude avec un verre d'eau, il fut intrigué par ma commande qui était assez simple mais il alla annoncer ma commande à contre coeur.

(Encore une auberge qui souhaite que ses clients lui achète tout ce qui est chère)

Un sourire passa sur mes lèvres, j'avais commander le nécéssaire pour qu'on ne me fiche pas à la porte ni trop chère pour perdre mon argent ni trop bas pour ne pas me faire traiter de mendiant, on entrait pas dans une auberge pour boire de l'eau ou manger seulement du pain ou de la soupe mais en même temps les chosw chageait, mais Je ne lui dit pas que chez moi, c'est ce qu'on mange le soir d'habitude chez moi à Eniod, en fermant les yeux, je me rappelle que moi et ma famille nous nous asseyions ensemble sur prêt de la table pour manger la soupe surtout en hiver si on avait à manger que notre mère nous avait préparer et c'était là que nous discution de la journée. Je secoua ma tête pour éffacer ces souvenir, c'est pas le moment de devenir nostalgique. Je me mis à penser.

Qu'avait dit l'officier dans le bureau de la milice déjas. Des vols de tonneaux et de marchandises.

Je repensais à mon enfance où je volais des friandises ou des fruits avec mes amis mais une fois adolescent noous avions tous changer, certains c'était mis au crime par manque d'argent, ou ne pouvant pas étudier et ne sachant pas travailler, mais d'autre comme moi volais pour survivre afin de trouver de quoi manger d'ailleurs tout ceux comme moi ce fesait attraper plusieur fois par la milice et on nous enfermais pour un jours ou deux. Mais j'avais aussi entendus parler de ceux qui fesait cela par plaisir et pour devenir riche, ils volaient des meubles, entraient dans les maisons de force, ou prenait un chariot. Dans mes maigres connaissances du vol, assez modeste car je me fesais attraper une fois sur deux pour vol de légume ou de saucisse, justement le serveur posa une soupe au légume avec des saucisses, je souris en revoyant mes anciens larcin que vouliez vous je grandissait et j'avais besoin d'execice et de nouriture. Après avoir été étonner de me voir sourire devant ma soupe le serveur amenna le pain et une chope d'eau. Je le rwmercia et commenca à manger, en saisisant mon pain je me demandait pourquoi quelqu'un volerait des tonneaux et des marchandises. Je trompais mon pain dans la soupe et l'attaqua avidement.
(Je vais avoir besoin de force pour enquêter demain, je vais dormir pour être prêt demain et chercher... Une minute!)

MAIS OUI!!! humpff!?

Je m'étais étouffé en criant ces mots et en mangeant mon pain. Je tapa sur ma poitrine en saisisant ma chope et jw bus avidement l'eau pour ne pas finir étouffé. Tout le monde me regarda et surtout le serveur qii semblait avoir la prémonition de voir un acte de folie. IL me regarda manger, le serveur dut étonné de voir son client manger plus rapidement qu'avant mais ce qui le surpris le plus c'rst de voir son client quitter la table en courant. Sans hésitation il accourus pour le rattraper car il était partis sans payer.

Hey!! vous il faut payer avant de partir, mais le jeunne homme avait déjas disparus et il se résigna à retouner dans l'auberge pour s'occuper de ses clients restants, Ca m'apprendra à recevoir des clients louches

En débarassant la table du jeunne homme partis, il y trouva l'argent du repas et un pourboir.

_________________
Si tu veux, tu peux.

Thême de Jake


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016