L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le marché de Bouhen
MessagePosté: Lun 19 Mar 2018 04:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Fév 2017 14:39
Messages: 40
Localisation: Oranan
Partie précédente

Après plusieurs minutes de marches difficiles, on me retirait enfin mon bandeau. J’étais sur la place du marché, les mains ligotées dans le dos. Une estrade avait été dressée, sur laquelle se dressait une grande souche. Un grand feu brûlait à coté, surmonté d’une immense broche sur laquelle cuisait un mouton et que tournaient deux hommes, le torse nu et luisant de transpiration. La graisse s’écoulait sur les braises, qui crachaient de hautes flammes, et le fumet de la viande grillée planait au-dessus de la place.
Je n’avais pas mangé depuis plusieurs jours et j’entendis mon estomac gargouiller. De temps à autre, les deux hommes découpaient des morceaux de choix qu’ils déposaient sur de larges tranches de pain et distribuaient à l’assistance. Les gens étaient aussi invités à venir remplir leurs tasses ou leurs chopes de vin et de bière contenus dans de nombreux tonneaux. L’atmosphère était joviale et les conversations allaient bon train. On avait l’impression qu’il s’agissait presque d’un jour de fête, alors qu’une bonne trentaine de personnes attendaient sagement qu’on leur coupe la tête.
Le coup de trompe d’un des gardes dressés sur l’estrade instaura un silence intégral sur toute la place. Le spectacle allait pouvoir commencer.

"Les hommes se tenant derrière moi ont été condamnés et mis en prison pour avoir sciemment commis des crimes contre la ville de Bouhen. Lesdits crimes étant divers et nombreux, et de sinistres nature."

L’homme marqua une pause. Le silence régnait toujours sur la place attendant impatiente la suite.

"Condamné pour contrebande et braconnage a la peine capitale. Alubert."

Un homme se détacha du groupe. De taille normale, il était frêle au point de voir ses côtes sous sa peau. Cette dernière d’une couleur laiteuse montrait que cet homme n’avait pas vu le soleil depuis très longtemps. Il paraissait au courant de la procédure des exécutions, aussi posa-t-il directement sa tête sur la souche prévue à cet effet.
Le bref discours qui rappelait pourquoi cet homme avait été emprisonné était bâclé. L’officier désirait surement en finir au plus vite. Une fois terminé, le bourreau s’approcha de sa victime et saisit sa hache, devant les yeux admiratifs de la foule. D’un mouvement sûr, il leva la hache bien au-dessus de sa tête et l’abattit sur le cou du prisonnier. Le sang jailli de la blessure, mais quelques morceaux de chairs maintenaient encore la tête raccrochée au corps.
A la vue de cet homme mutilé, je me tournais contre le mur afin de vomir. J’entendis seulement le second coup et je me retournais à peine lorsque je vis l’officier qui présentait la tête à la foule.
Les exécutions s’enchaînaient et j’en venais presque à espérer qu’ils m’aient oublié. Après tout, je n’avais rien fait de mal.

"Condamné pour agression aux gardes de la ville. Hertann."

Mon nom plana sur toute la place du marché. Comme tous les autres avants moi, l’officier avait prononcé mon nom sans le moindre sentiment. Je m’avançais mécaniquement vers le petit escalier qui donnait accès à l’estrade et montait les marches, lentement. Il n’y avait pas de derniers mots à prononcer, il fallait juste mettre la tête sur la souche et attendre. Attendre que l’acier purificateur déchire la chair d’un prisonnier de plus. Le bois de la souche sur laquelle je plaçais ma tête était déjà entaillé par les coups précédents et du sang y coulait encore. Paniqué, je décidais de fermer les yeux afin de… Non.
Je rouvris rapidement les yeux. J’en étais sûr, Daerius était devant moi et il avait maintenant disparu. Je parcouru, affolé, sans doute à la recherche d’un dernier espoir, la foule, recherchant des visages familiers.
Quatre d’entre eux étaient là : Daerius, Totok ainsi que ses deux frères. Ils m’observaient sous des capuchons qui dissimulaient au mieux leurs visages.
L’officier venait de terminer l’annonce de mise à mort et le bourreau leva la hache, bien au-dessus de moi. Tout se passa trop rapidement.
L’estrade s’écroula d’un seul coup et l’officier, le bourreau et moi-même nous retrouvâmes au sol. J’étais coincé sous une planche de bois, toujours avec les mains attachées devant moi. Après de nombreuses tentatives, je réussis enfin à me relever et à sortir de tout cet amas de planche qui commençait à prendre feu à cause du grand brasier qui se propageait à côté. Une silhouette se dessinait dans la fumée et je décidais d’aller la rejoindre, pensant trouver un marin de la Mouette.
Je remarquai mon erreur lorsque la silhouette se retourna vers moi. Il s’agissait du bourreau, armé de sa hache. Il se précipita vers moi, ayant surement la ferme intention de finir son travail. Les mains attachées, je ne pouvais pas faire grand-chose. J’esquivais tant bien que mal le premier coup, en m’accroupissant.
Sans armes et les poignets liés dans le dos, je n’allais pas pouvoir me débarrasser de lui facilement. Un second coup que je n’avais pas vu venir me balaya les jambes, me projetant au sol. Sans attendre que je me sois remis de ce choc, il asséna un coup vertical droit sur moi. Je roulais au dernier moment sur le côté esquivant une nouvelle fois un coup qui aurait pu m’être fatal.
Par chance, sa hache s’était coincée dans un morceau de bois et mon adversaire essayait tant bien que mal de la retirer. Me relevant discrètement, je réussis à le pousser de façon à ce qu’il soit à son tour au sol. Je tentais rapidement de défaire mes liens à l’aide de la lame de la hache mais limer une corde prenait du temps. Je n’étais donc pas libéré de mes entraves lorsque le bourreau fut à nouveau debout. Le combat allait se jouer aux poings et aux pieds.
Il frappa en premier d’une droite que je n’eus aucun mal à esquiver. J’en profitais pour lui asséner un coup de pied dans l’articulation du genou. Ce coup eu un effet dévastateur sur mon adversaire qui fut projeté au sol. Sans réfléchir, je me précipitais à cheval sur son dos et lui passait mes liens autour de son coup afin de l’étrangler. Juste avant d’achever définitivement le bourreau, les liens en profitèrent pour craquer, le libérant de mon entrave et me libérant aussi au passage.

(Il fallait que ça arrive maintenant) Maugréai-je intérieurement.

La suite se passa très rapidement. Mon adversaire se releva d’un coup et me chargea. J’esquivais difficilement cette frappe et je réussi à pousser mon adversaire dans la direction du grand feu qui enflammait petit à petit, toute l’estrade écroulée.
Emporté par sa vitesse, il ne put éviter le brasier. Le cri qu’il poussa en sentant les flammes ronger les différentes parties de son corps fut atroce. Il tenta plusieurs fois de se débattre afin de se sortir du feu mais il était trop tard.
Daerius profita de ce moment pour apparaître. Il m’attrapa le bras et sans me laisser le temps de dire quoi que ce soit, il me tira en direction du port.

Partie suivante

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le marché de Bouhen
MessagePosté: Mer 18 Juil 2018 13:19 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Dim 24 Juin 2018 20:08
Messages: 10
Localisation: Dans les bois aux alentours de Bouhen.
Cela faisait maintenant quelques heures que les compagnons marchèrent vers la ville de Bouhen et enfin ils y arrivèrent. Méarïndël était impressionné par la hauteur des murailles entourant la ville. Ils pénétrèrent par la porte se trouvant à l’Est de la ville. Le soleil était haut dans le ciel et la chaleur environnante assoiffait le groupe. Cependant, ils se dirigèrent d’abord vers la place du marché où Déandra et Téringe quittèrent les elfes. Après un nombre incalculable de remerciements, les deux petits êtres se dirigèrent vers l’emplacement qu’ils avaient sur le marché.

« Fils, nous allons te laisser. Nous allons retourner au village, car nous ne pouvons nous absenter trop longtemps. »

« Très bien père. Embrassez grand-mère pour moi et soyez prudent sur la route. »

Il se saluèrent et les trois elfes s’en retournèrent vers leur village.

(Bon, que faire…?)

Méarïndël se demandait quoi faire après sa première mission. Il regarda autour de lui. Il était le seul de son espèce et certains humains le regardèrent avec méfiance. Il décida donc de rabattre sa capuche et s’aventura dans les rues de la cité.

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 32 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016