L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
MessagePosté: Sam 19 Juil 2014 15:25 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 7 Sep 2009 04:57
Messages: 13066
Intervention gmique pour Delpheline, Serpent, Mercurio, Heartless et Silmeria


    Jets de dés
  • Esquive Esquive d'Heartless: 53 Réussite
  • Esquive d'Hrist: 83 Réussite
  • Du même côté du mur de feu: Oui
  • Du bon côté du mur de feu: Non
  • Tentative des orques à passer le mur: 63 Réussite
  • Nombre d'orques: 1


L'immense mur de feu s'érigea très vite et si bien que les orques furent pris de court et obligés de tous battre la retraite....Tous ? Et bien non, car un seul eut l'intelligence de se ruer du bon côté lorsqu'il entendit la magicienne prévenir ses amis. Il était seul et par chance car il s'avérait à être le plus gros orque qu'ils aient jamais vu et malheureusement pour les aventuriers beaucoup plus intelligent que les individus de sa race.

Pour ce qui est de Heatless et Hrist, ils purent également éviter le mur de feu. Mais malheureusement pour eux, ils ne purent le traverser.

_________________
Image

À votre service, pour le plaisir de rp !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
MessagePosté: Lun 21 Juil 2014 02:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
Messages: 6658
Localisation: :DDD
Qu'il était grisant pour ce malchanceux aventurier d'abattre ses ennemis avec tant de facilité, alors que toute sa vie n'avait été jusque là qu'une collection de mésaventures qui se terminaient aussi mal pour lui que pour ses camarades ! Là, un coup de trident, la bête tombait et c'était un problème de réglé. Il ne se souvenait que trop bien des errances de jadis, au port de Tulorim. Il y admirait sans arrêt les grands navires qu'il convoitait tant mais ne pouvait obtenir. La coque de ces géants était un gigantesque mur qui se dressait devant Heartless, et qui le condamnait à rester devant, comme un idiot, à regarder et à se morfondre !

Cette fois, le mur, c'était lui. Aucun de ses frêles adversaires ne pouvait espérer passer au travers de ses assauts rageurs. Il avait déjà commis un tel massacre le jour d'avant, mais c'était sous l'influence du collier. Là, il se sentait libre, il se sentait fort, et il n'était pas seul.

- Il n'est jamais bien plaisant de se réveiller auprès d'une femme qui veut votre mort !

La voix enjouée de Serpent rythmait les coups qu'il portait. Il griffa le visage d'une Elyd qui s'écrasa par terre, les deux yeux crevés, trois sillons sanglants tracés sur le visage.

- Et poursuivre ensuite...

Une danse enflammée et mortelle, qui contrastait avec l'agression sauvage dont l'écumeur désaxé faisait preuve. Heartless voyait même en Serpent une image de son moi passé, peu grand et peu fort de corps, alors qu'aujourd'hui il avait grandement gagné en masse et en prestance. Il ne pouvait deviner qu'entre eux deux, il n'y avait que deux ans de différence. Mais en même temps, que savait-il de ses compagnons ? Il n'avait pas besoin de les connaître pour leur accorder sa confiance, confiance qui a pourtant été trahie de nombreuses fois. Peut-être était-il un peu trop naïf.

- ... avec un combat contre des hystériques en plein mois des soldes !

Le cri strident des Elyd retentit et Serpent fut attaqué des deux côtés : l'une le tirait par ses cheveux un peu trop longs et souples pour être pratiques au combat, tandis qu'une autre essayait de lui lacérer le visage avec ses serres. Un éclair surgit, venant des mains des deux jumeaux concentrant leur magie, et l'Elyd de devant Serpent fut grillée en plein vol. Ce geste le fit se coller dos à dos à Heartless qui assomma la dernière nuisance d'un coup bien senti sur la tempe. Le rouquin se retourna, avec un air joyeux. Heartless se rendit compte que son le haut de son visage était caché par un masque loup aux reflets dorés, qui passait presque pour de la peau de loin dans l'obscurité.

- Oh ! Merci, c'est fort aimable ! fit-il avant de retourner au combat.
- Tapette... se dit l'autre tout bas.

Musique...


Mais la bataille fut vite troublée par une arrivée inattendue. Un destrier noir fendit l'air et retomba lourdement sur ses sabots avant de s'arrêter devant Heartless. Il était monté d'une femme blanche vêtue de noir et aux cheveux assortis à la tenue, tombant en deux cascades sur son visage. Ses traits auraient pu être séduisants, mais ils étaient déformés par de violents sentiments, ou peut-être même, une essence de violence qui était toujours présente au fond de son esprit. Elle était svelte et altière, ses joues étaient creuses, ses cheveux défaits par un voyage éprouvant, son front luisant de sueur. Elle avait l'apparence d'une personne malade, mais l'assurance de ceux qui obtiennent tout ce qu'ils veulent. En vérité, derrière ses cheveux se cachaient les oreilles pointues typiques de la race Sindel, mais Heartless l'assimilait d'avantage à une humaine, tant la violence lui semblait un concept bien trop distant de ces êtres réputés pour leur sagesse et leur ingéniosité.

Il se rendit compte qu'elle était suivie d'un régiment d'orcs armés jusqu'aux dents. Une vingtaine d'entre eux s'avança pour massacrer les Elyd, tandis que le reste attendait sagement derrière, prêt à bondir au moindre ordre du chef de la troupe, monté sur un chien géant et féroce. Une des créatures mises en déroute par l'assaut soudain des guerriers Garzork se heurta au cheval à la robe de jais et finit empêtré dans la longue robe de la cavalière. Cette dernière, naturellement peu encline au dégoût, prit la gorge du volatile dans sa main et commença à l'inspecter minutieusement. Le cœur d'Heartless ne fit qu'un bond. En entendant sa voix...

- Alors... Voici à quoi tu te mesures...

Il la reconnut.

- ... Sirius.

Erzébeth.

Le monstre captif commença à se débattre, essayant d'atteindre la face de la baronne avec ses griffes, l'assaillant de son hurlement insupportable. Erzébeth cligna à peine des yeux, et enserra son crâne d'une seule main, y appliquant une pression phénoménale. La bête était frêle, et elle savait où appuyer. Un craquement retentit, et la créature des marais cessa de bouger. Du sang coulait de ses yeux et de sa gueule. Erzébeth la laissa choir au sol comme un vulgaire torchon sale, et reporta son attention sur Sirius. Elle descendit de sa monture, ses bottes frappant la boue, elle s'approcha, tandis que les orcs encerclaient petit à petit le reste du groupe.

Un instant plus tard, l'ex-baronne de Kerezstur se retrouva face au maraudeur des mers. Elle se tenait à pratiquement un mètre de lui, son regard brillait avec l'intensité de mille vengeances et de milles massacres, d'un incendie dans le désert. Il pouvait sentir son souffle, court et contrôlé, comme si elle se retenait de ne pas lui arracher tout de suite son dernier œil. Elle se mordait la lèvre, son visage était déformé par une extrême rancœur et une extrême satisfaction. Elle posa délicatement ses mains sur ses épaules...

- Mais qu'est-ce que...

Médusé, le pirate ne put dire grand-chose avant que la cruelle ne lui administre un violent coup de genou dans les parties intimes, l'amenant à se tordre de douleur.

- C'était pour avoir volé mon navire. Alors, content de me revoir ? Je ne m'y attendais pas mais... Je suis folle de joie ! Quelle bonne surprise, vraiment.

Son humour était aussi noir que tout le reste. Heartless savait que tout cela allait mal finir et qu'il allait falloir en venir aux mains. Il se prépara mentalement à dégainer son épée pour fondre sur elle avec deux armes et la remettre à sa place, malgré l'aura malsaine et intimidante qu'elle dégageait et qui lui inspirait, à vrai dire, de la crainte. Elle était différente de celle qui l'avait accueilli dans son château longtemps auparavant. Encore plus cruelle, encore plus effrayante. Bien plus en colère. Il tenta de lui répondre avec sa répartie habituelle, alors qu'il tentait de reprendre sa contenance après la douleur qui lui avait été infligée...

- Ouais, moi aussi j'suis content de te... vous voir... J'dois vraiment être en veine aujourd'hui...

Un peu plus en retrait, Depheline était en plein dilemme. Que faire dans cette situation, alors qu'ils étaient tous pris au piège ? Elle se souvint de sa divine pyromancie et décida d'agir sans plus tarder. Dans le cafard ambiant, elle lança :

- On se tire !

... avant de se saisir de son sceptre aux motifs spiralés, dont elle abattit le bout sur le sol. Les pieds d'Heartless furent envahis d'une chaleur surnaturelle, et il se rendit compte que la boue sous ses bottes brillait d'une lueur incandescente.

- Heart ! Recule sur le champ !

Reprenant ses esprits, le borgne fit un brusque mouvement en arrière, mais il fut arrêté au milieu de sa course par une main géante qui lui avait saisi le col. Un Garzork de race pure, plus grand et plus fort que tous les autres, orné de nombreuses fourrures de guerre et dont les armes étaient autant de décorations barbares, attrapa Sirius en plein mouvement et le ramena brutalement vers la dame en noir. Il y eut un grande explosion et un grand mur de flammes ardentes se dressa entre les orcs et les rescapés de l'île. Les seules exceptions à cette répartition avantageuse étaient Heartless et l'orc qui avait bondi pour rejoindre le groupe Depheline qui amorçait sa retraite au fond des marécages.

Heartless, quant à lui, se retrouva pris au piège avec la baronne sanguinaire et une troupe d'environ soixante soldats Garzork entraînés. Il était dos à un véritable brasier qui empêchait les orcs de passer, mis lui coupait aussi toute retraite.

- ... Fait chier !

Vraiment, Dame Fortune n'était pas de son côté aujourd'hui. Peut-être ne l'avait-elle jamais été, en fin de compte... Cela lui ôta presque l'envie de faire le malin. Presque.

- Eh bien, eh bien ! Je savais que le jour où on se reverrait serait torride !

Il fit mine de baisser sa garde, même si tout ses sens étaient en alerte. A l'extérieur, il montrait son habituel sourire, mais à l'intérieur, il n'était pas vraiment d'humeur à plaisanter. Toute sa vie, il avait été confronté à des murs, des barrières de prime abord infranchissable. Alors qu'il venait à peine de se convaincre qu'aucun obstacle ne pouvait plus entraver son avancée, voilà qu'un autre mur se dressait devant lui en la personne d'Erzébeth.

Il pensa aux autres derrière les flammes. Il anticipait trop le prochain geste de la tueuse pour jeter un œil à leur situation, mais il y avait fort à parier que sans lui, ils se débrouilleraient. Non, il se demandait plutôt si ils allaient le laisser dans la merde, alors qu'il n'avait virtuellement aucun espoir de s'en sortir seul.

Le désespoir ne mène à rien. Même si aucune de ses armes ne pouvait l'aider en ce moment, à faire face à soixante guerriers probablement mieux entraînés que lui, il lui en restait une qui l'avait sorti de nombreuses situations : son audace. Il émit l'hypothèse que la triste baronne avait une place très importante dans cette petite armée, et que la mettre à mal ou la prendre en otage lui donnerait une chance de s'en sortir indemne. Il souffla, se dégourdit les jambes, sortit son plus beau sourire et tenta d'abaisser la garde de la baronne.

- C'est bizarre de vous voir ici ! Vous devriez pas être à Bouhen ? Madame ?

Vraiment, c'était sa veine. Un mur devant. Et un autre derrière. Voilà probablement là la source de son amour des grands espaces.

_________________
Image


Dernière édition par Heartless le Lun 21 Juil 2014 14:26, édité 3 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
MessagePosté: Lun 21 Juil 2014 11:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 23 Déc 2009 16:05
Messages: 3765
Localisation: quête 30
Je tranchais encore un Elyd d'un coup rageur. Mes lames coupaient le vent et tailladèrent sans difficulté l'une de ses ailes rachitiques. Le montre s'écrasa au sol en tourbillonnant. J'achevais la créature sous ma botte, mais le craquement des os et des organes broyés me répugnèrent et je retirai vivement mon pied, écœuré.

Le combat tournait court, les Elyds voyaient leur effectif divisé par trois grâce à l'acharnement des jumeaux, du guerrier torse nu, du borgne et des mages. Je réprimai à peine mon sourire alors que l'affrontement touchait à sa fin. Les quelques survivants s'apprêtaient à s'enfuir quand un hennissement suivit de clapotis furieux troublèrent nos chaleureux échanges. Surgissant des brumes humides, une cavalière en tête d'un paquet de peaux vertes en armure se lancèrent dans la mêlée dans un rugissement typique.

(Des Garzoks ! Par Rana ! Elle avait dit juste le Dragon !)

Ils fauchèrent sans pitié les Elyds paniqués et aucun d'entre eux ne survécu à cette rencontre, l’un des derniers terminant de façon fort peu enviable entre les mains d'une femme sanguinaire qui, après avoir nommé le pirate "Sirius", broya la tête du petit être sans remord. J'étais partagé entre l'incompréhension, le dégoût et la surprise quand la cavalière descendit de son cheval.

--------------------------------------------------------------------------------------------------


Une femme longiligne, pâle comme un reflet de lune contrastant avec ses vêtements noirs de jais, une beauté froide dont les traits creusés renforçaient l'allure cruelle et l'aura morbide qu'elle dégageait. Elle ne nous regardait pas, elle n'avait d'yeux que pour le borgne. En d'autre temps, j'aurais éprouvé une certaine jalousie face à autant d'indifférence mais cette femme n'inspirait guère mes élans poétiques et les orques qui l'accompagnaient tirèrent leurs épées au clair, remettant la situation à plat. Leurs intentions étaient à présent clairement déclarées, quand leur chef d'escouade nous désigna Depheline et moi en beuglant :

«Vous! Déposez tous les armes, z'avez pas la moindre chance ! Derrière nous il y a encore une cinquantaine de guerriers ! Sortirez jamais d'ces eaux. »

Les Garzoks s'approchèrent, dans leur armure lourde cliquetante, de leurs pas pesants mal assurés dans les marécages. Nul doute que si l'on s'enfuyait, ils ne pourraient pas nous rattraper. Aucun de nous n'était lourdement chargé. La situation n'était donc pas désespérée et... Je me retournais vers l'archère, Siiwih toujours étalée au sol, protégée par l'aura enflammée qui s'estompait à présent.

(Par Rana, l'Hinione est encore dans le pâté ! On ne peut pas la laisser là.)

Je fis quelques pas pour me placer vers elle, Nerion était d'ailleurs déjà à son chevet à présent que le feu s'était éteint. Plus avant, une discussion entre la femme et Sirius s'achevât par un coup de genou dans les kiwis de ce dernier. Je grimaçai, et l'assemblée masculine de notre groupe également. Depheline nous rejoignit, le combat semblait inévitable au vu de la situation.

« Heartless ? Serpent ? Les jumeaux ? Les autres ?... »,questionna-t-elle, la voix chevrotante.

Je ne sus quoi lui répondre, mais Nerion par contre fut catégorique dans ses propos : "Il est hors de question que nous soyons de nouveau capturé.", complété par Gloraël : "Ceux qui nous font face devrons se plier !"

Les deux camps s'apprêtaient à se rentrer dedans avec toute la haine qu’ils se vouaient mutuellement, quand une voix derrière le Ménestrel retint son attention :

« On se tire ! Hert', recule sur le champ ! », avait crié soudain Depheline, qui avait à notre insu, rassemblée en elle une quantité suffisante de fluide pour lancer un autre de ses terribles sorts. Elle brandit son bâton et dans ce mouvement, un ardent mur de feu coupa l'avancée de l'armada orque, les bloquant tous de l'autre cotés. Tous sauf un. Le plus gros du lot bien entendu avait franchi la ligne de défense avant qu'elle n’eût eu le temps de prendre feu. Mais la malchance ne s'arrêta pas en si bon chemin puisqu’elle était lancée. Le mur bloqua le pirate du mauvais côté, le livrant aux forces d'Oaxaca.

Je me tournais vers Depheline pour lui demander une solution, mais déjà elle s'enfuyait sur ses petites pattes dans le bourbier. Je regardais Heartless, guère plus qu'une silhouette derrière le mur de feu, puis Siwiih l'Hinione et enfin les jumeaux et le guerrier. J'avais déjà par le passé laissé mes camarades se faire enlever et je pouvais encore lire dans leurs yeux les affres de l'emprisonnement et de la torture. Je ne pouvais pas fuir et laisser qui que ce soit d'autre dans cette situation. Je refusai d'abandonner Heartless, mon cœur comme mon esprit me l'interdisaient.

Le gros orque eu aussi un moment d'hésitation, se voyant coupé de ses renforts et dans une situation délicate. Mais Oaxaca ne tolérait par la peur et l'échec de la part de ses troupes et très vite la lueur d'inquiétude qui avait traversé son œil porcin céda à la flambée de la haine. Le Garzok rugit et s'approcha de nous d'un pas alerte, balançant le bras qui portait le Kikoup orque. Nerion et Kurag s'élancèrent vers lui, les deux fines-lames étaient, à mon humble avis, largement de taille à tenir tête au chef d'escouade Garzok. Gloraël, quant à lui, s'acharnait à tenter d'aider Siiwih à se redresser.

Il ne restait que moi, le ménestrel-roublard, ni grand magicien ni excellent guerrier, juste une espèce d'opportuniste touchant à tout et doté d'un grand cœur. Celui-là même qui me torturait à présent car au travers des flammes rugissantes, je voyais Sirius au prise avec les orques et la cavalière, seul contre tous. Je me creusai la tête : (Comment pourrai-je aider le pirate avec ce mur de flamme dressé entre nous ?)

Je ne pouvais que voir, sans agir. L'idée me vint soudainement. Je pouvais voir... donc je pouvais agir. Sans attendre, je fixai mon attention sur un des Garzoks, un gros orque en fourrure qui se tenait non loin du couple ennemi. J'accumulai prestement le fluide venteux en moi et tendai les mains vers ma cible. Je commençai à psalmodier, à mi-voix, une ode en langue Kendranne, alors que ma magie d’air s'échappait de mes doigts en serpentant, sous la forme de minces fils d'argent quasi-invisibles pour moi, totalement pour les autres. "Les fils du marionnettiste" était une de mes bottes secrète et ici, elle me semblait être mon seul espoir pour apporter mon soutien à Sirius.

(((Envoutement : Le ménestrel entonne une mélodie séduisante qui transforme la cible en un serviteur loyal et obéissant à tous les ordres durant plusieurs tours. lvl de la cible<lvl-1 du ménestrel. L'effet dure [lvl du sort]/3 tours si le ménestrel décide de continuer cette action et qu'il réussit ses jets de réussite d'action.)))

_________________
Image

Serpent Ménestrel (origine Voleur) Niveau 15
    "Oaxaca contre-attaque." (Quête 30)

    Réputation :
    ¤ Il est beau ¤ Une navigatrice dans la quête 27
    ¤ Il est fantastique ! ¤ Un tavernier de Dahràm
    ¤ rchhhtll blll rll !! ¤ Le dieu pieuvre des mines de Lebher
    ¤ Il est trop rapide pour moi ¤ Le Dragon Noir d'Oaxaca
    ¤ Il m'a faite danser, et j'ai aimé ça ¤ Silmeria, l'anima noire


    Dernière édition par Serpent le Sam 9 Aoû 2014 15:39, édité 3 fois.

    Haut
     

     Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
    MessagePosté: Lun 21 Juil 2014 15:18 
    Hors ligne
    Admin
    Avatar de l’utilisateur
     Profil

    Inscription: Lun 7 Sep 2009 04:57
    Messages: 13066
    Intervention gmique pour Serpent


    Jet de dés: Lancement du sort envoûtement: Réussite

    Répondant à tes espoirs, le sort traversa les flammes sans difficulté. De ce que tu pus distinguer au travers du mur de feu, c'est un orque figé, immobile, attendant vraisemblablement tes ordres !

    _________________
    Image

    À votre service, pour le plaisir de rp !


    Haut
     

     Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
    MessagePosté: Mer 23 Juil 2014 01:10 
    Hors ligne
    Avatar de l’utilisateur
     Profil

    Inscription: Mar 20 Avr 2010 21:13
    Messages: 12983
    Localisation: Derrière Cromax
    Sirius fondit sous ses doigts, le coup bien placé l'avait heurté profondément et ça s'entendait dans le son de sa voix.

    « Il récupère vite. On dirait qu'il est accoutumé à ce genre de traitement. Le vilain garçon. » Souffla Cèles. Remarque qui ne manqua pas de faire sourire légèrement Hrist. Celle-ci, confiante, pensait avoir la situation bien en main et commencer son poste à Omyre en beauté. Les Orques avançaient le plus vite possible, certains avaient quitté les points de terre pour encercler le groupe, manœuvre ralentie par la boue et les bois morts qui se cachaient sous la vase et faisaient de dangereux pièges.

    Hrist enleva ses mains des épaules de l'homme. Fidèle à son souvenir de Bouhen, Sirius ne semblait pas avoir changé, il était toujours enclin à l'humour comme si sa vie n'avait pas grande importance, comme si dans son désir de provocation, il soufflait à Hrist qu'il ne la craignait pas, pas plus que le traitement qu'elle pourrait réserver à ceux qui se moquent d'elle et bafouent son autorité.

    Les yeux de Hrist au violet hypnotique traquèrent dans le regard du jeune homme la moindre petite étincelle de peur, quelque chose d'indicible, l'essence de la cruauté qu'elle dégageait.

    Pendant ce temps, Rôk avait désigné le jeune homme au masque et la magicienne et alors qu'il ordonna qu'on les mette au fers, la jeune inconnue dans un élan de courage et d'audace leva son sceptre et incanta un sort.

    C'est là que les choses tournèrent moins à l'avantage de la tueuse. En un éclair, une ligne rouge se forma dans le sol et vomit des flammes ardentes qui éclatèrent dans l'air en un sinistre orage flamboyant. Les Orques les plus proches, par réflexes se jetèrent en arrière, seul Rôk avait pu franchir la déflagration venue du sol, Hrist n'avait pas vu un autre soldat tenter le coup, aveuglée temporairement par l'éclat magique, elle se recula et détourna le regard. Sirius était quant à lui, toujours devant elle.

    Hrist leva un sourcil étonné puis les fronça d'incompréhension.

    « C'est un sort toujours impressionnant, un joli mur de feu. Cela faisant, je crois que la jolie mage toute rouge tout feu tout flamme a... Raté. Ou alors ! Ou alors ! Elle ne le supportait déjà plus Sirius et te le laisse ! Et pour être sûr qu'il ne s'échappe pas, elle lui coupe toute retraite. Faut pas l'arrêter la petite mage, faut la féliciter à ce régime. »

    Les marais s'agitaient. Les bestioles diverses fuyaient l'incendie et les poches de gaz provoquée par les relents de nature morte s'enflammèrent en de petits feux follets éphémères.

    Sirius lui, ironisa.
    - Eh bien, eh bien ! Je savais que le jour où on se reverrait serait torride !

    Hrist inspecta rapidement ce qu'il portait sur lui, un sabre et un harpon, des armes dangereuses mais la promiscuité donnait plutôt avantage à la tueuse. Dans la panique et les cris lancés par les orques, Hrist ordonna :

    « Envoyez une quinzaine de soldats contourner le feu. Quant aux autres, envoyez leurs une débauche de flèches à l'aveugle. Le reste de la troupe restera ici, avec moi. Mettez à mon cher ami de jolis bracelets de fer. La mer doit lui manquer... »

    Puis elle se retourna vers Sirius, lui affichant un sourire presque sincère. Au fond, Hrist n'aurait jamais avoué que cet homme fascinait son esprit, comment se pouvait-il qu'un homme tel que lui dispose d'un mental aussi spectaculaire. Pas un instant il n'a résisté à ses actes, toutefois, il se montrait amusé, quant bien même, le mur de flammes révéla quelque chose dans son regard, quelque chose de connu et cette chose là, Hrist en était éperdument amoureuse.

    C'était la peur.


    Hrist sentit en elle une montée vive d'adrénaline, c'était comme si le monde ralentissait et que les flammes se figeait. Les soldats autour d'elle étaient plus lents, les mots que Sirius lui disait se déformaient et de nouveau, elle lui sourit en sortant son arme.

    Presque absente, elle murmura :

    «... Aucun échec ne sera toléré. »

    Leurs regards de nouveau se croisèrent, celui de l'homme était assombri par le allo des flammes qui se trouvaient derrière lui, le sien éclairé de mille feux, Hrist déploya son bras pour frapper l'homme au visage.

    --------------

    Tentative de neutraliser Heartless en l'assommant pour permettre aux orques de l'enchaîner. Attaque simple à l'aide du manche de la Vieille Rengaine.

    _________________
    La petite ombre de la Mort à Elysian.

    Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
    Au milieu des cercueils,
    Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


    Némésis d'Heartless


    Haut
     

     Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
    MessagePosté: Mer 23 Juil 2014 10:39 
    Hors ligne
    Avatar de l’utilisateur
     Profil

    Inscription: Mer 23 Déc 2009 16:05
    Messages: 3765
    Localisation: quête 30
    En un instant, je pris possession de l'esprit de la peau verte la plus proche de Hrist et Sirius. La vision de la scène était entrecoupée par les langues de feu du mur mais je persistais à vouloir agir par se biais.

    Non loin de moi, L'orque féroce affrontait mes deux alliés avec toute la rage commune à sa race. Si Nerion semblait être en fâcheuse posture devant le monstre, parant avec justesse et difficulté les coups sauvages de Rök. Kurag, lui, faisait montre d'une agilité sans pareille au maniement de son arme et parvint à entaillé l'épaulière du soldat Garzok. Le combat se poursuivit un peu plus loin dans mon dos quand Rök envoya valser Nerion d'un coup de pied puissant.

    (Pourvu qu'ils tiennent bon... Il ne nous reste plus beaucoup de temps) pensais-je, observant d'un œil anxieux, les ombres de plusieurs orques longeant le mur de flamme pour en faire le tour.

    Je fis bouger mes doigts comme si je manipulais un pantin de bois, et envoya mon premier ordre mental à mon ensorcelé.

    (... Attaque la femme en noir...)


    A peine vis je l'orque, le regard vide, porter la main à son fourreau en s'approchant de Hrist qu'une volée de flèches noires franchirent le murs ardent, sifflant dans l'air du matin comme des promesses de mort.

    Les yeux écarquillées, impuissant, presque condamné, je me jetais sur le cotés par reflexe de survie. Le saut de cotés fut réalisé à une vitesse remarquable et j'esquivais sans problème les deux première flèches, me baissant vivement pour échapper à un troisième projectile et me roulant en avant pour éviter les deux autres traits de mort qui suivirent.

    Ma cape, récente acquisition dans le camps d'Oaxaca, semblait animée d'une vie propre et battait furieusement l'air alors qu'aucun souffle de vent ne le permettait. Je compris alors qu'elle était enchantée et qu'il était surement de son fait que j'échappe ainsi à la mort.

    _________________
    Image

    Serpent Ménestrel (origine Voleur) Niveau 15
      "Oaxaca contre-attaque." (Quête 30)

      Réputation :
      ¤ Il est beau ¤ Une navigatrice dans la quête 27
      ¤ Il est fantastique ! ¤ Un tavernier de Dahràm
      ¤ rchhhtll blll rll !! ¤ Le dieu pieuvre des mines de Lebher
      ¤ Il est trop rapide pour moi ¤ Le Dragon Noir d'Oaxaca
      ¤ Il m'a faite danser, et j'ai aimé ça ¤ Silmeria, l'anima noire


      Dernière édition par Serpent le Dim 10 Aoû 2014 22:05, édité 1 fois.

      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Mer 23 Juil 2014 15:14 
      Hors ligne
      Admin
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Lun 7 Sep 2009 04:57
      Messages: 13066
      Intervention gmique pour Hrist et Serpent



      Intervention pour Hrist

      Jet de dés orques projectile traversent le feu: Échec
      Jet de dés orques contourner le feu: Réussite
      Jet de dés attaque avec la vieille rengaine: Réussite
      Perte de 24 pv pour Heartless

      Les projectiles des orques ne réussissent pas à traverser le mur de feu. Par contre, ils finissent après un certain temps à le contourner.

      L'arme de la dame frappa de plein fouet le pirate. Bien que le coup porté soit violent et efficace, il ne faut pas suffisant pour assommer l'homme qui en avait vu bien d'autres. Cependant, il s'avère passablement affecté, la blessure n'étant pas mineure.




      Intervention pour Serpent

      Jet de dés serpent: Attaque de l'orque sur Hrist: Échec

      Le sort de Serpent réussit impeccablement, l'orque se tourne vers la dame en noire et l'attaque de son kikoup. Mais malheureusement ,malgré son 1m90, il n'est pas de taille contre cette dernière qui évite facilement cette attaque.

      _________________
      Image

      À votre service, pour le plaisir de rp !


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Jeu 24 Juil 2014 21:19 
      Hors ligne
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
      Messages: 6658
      Localisation: :DDD
      Erzébeth s'approcha. Elle avait déjà donné l'ordre aux garzorks de tirer à l'aveugle au-dessus du mur de feu, et de se saisir du pirate. Cependant, elle devança ses subordonnés et se mit à avancer encore une fois vers lui. Alors que celui-ci tentait de la faire parler pour faire naître une faille, elle était sourde à son moindre mot et avançait sans s'arrêter. Comme possédée par sa propre haine, elle sortit un poignard de sa robe et le brandit lentement au-dessus de sa tête. Les flammes se reflétaient dans ses yeux violets.

      - ... Aucun échec ne sera toléré.

      Heartless n'eut pas le temps de réagir, ni l'envie, sachant que la moindre agression envers la dame noire entraînerait une réaction des orcs qui la suivaient de près. Elle le frappa sur la tête avec le manche, lui infligeant une grande douleur. Le monde sembla un instant aller plus vite et se mettre à tourner autour de lui. Cependant, Heartless avait la tête dure, et c'était loin d'être le premier coup à la tête qu'il se prenait. Il se laissa tomber au sol, mimant une blessure grave. Du sang coula sur son front, qu'il recouvrait d'une main. De l'autre, il ouvrait son sac derrière son dos, faisant mine de se redresser lentement, alors qu'il était à la merci de l'assassine. Enfin, il parvint à agripper l'objet désiré : la gourde d'alcool garzork qu'on lui avait donné au camp d'Oaxaca.

      Il fallait agir vite. Alors qu'il se préparait mentalement à brandir son épée, un des soldats se rapprocha d'elle par derrière... et brandit son sabre rouillé ! Bien sûr, ce n'est pas au vieux singe que l'on fait la grimace, et Erzébeth n'eut aucun mal à éviter cet assaut malvenu. Bien qu'il ne comprenait pas ce qu'il se passait pour ses yeux, Heartless saisit cette courte opportunité et se redressa brusquement sur ses genoux, lançant la gourde pleine de liquide inflammable au visage de son ennemie.

      Puis, dans un geste vif, il porta son autre main à sa ceinture et dégaina son sabre d'abordage. C'était un geste désespéré, mais c'était justement ce à quoi il était meilleur. Il espérait qu'en tranchant la gourde, il parviendrait à tremper Erzébeth, et les orcs qui attendaient derrière elle, d'alcool, pour ensuite jouer des flammes qui fusaient derrière son dos.

      _________________
      Image


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Sam 26 Juil 2014 02:03 
      Hors ligne
      Admin
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Lun 7 Sep 2009 04:57
      Messages: 13066
      Intervention gmique pour Heartless


      Jet de dés trancher la gourde d'alcool: Réussite
      Jet de dés asperger Hrist: Réussite

      Les effets du chocs se sont apparemment dissiper rapidement puisque Heartless trancha la gourde sans difficulté et en aspergea la belle avec autant de facilité.

      _________________
      Image

      À votre service, pour le plaisir de rp !


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Sam 26 Juil 2014 03:07 
      Hors ligne
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
      Messages: 6658
      Localisation: :DDD
      A la surprise générale, Heartless parvint à trancher la gourde de telle manière que son contenu se déversa sur la robe de l'ex-baronne. Alors que les orcs réagissaient à ce tour de passe-passe, le pirate les arrêta net en plongeant les trois pointes de son trident dans les flammes vivaces.

      - Plus un geste ou elle crame !

      Cela marcha un instant, les laissant perplexes devant une situation aussi inattendue, ils se contentèrent d'attendre un ordre. Le sourire d'Heartless lui revint, et il s'adressa à Erzébeth, savourant clairement sa victoire, bien que la situation n'en était au final que plus tendue.

      - Torride, en effet ! Si tu dis pas tout de suite à tes potes de me foutre la paix à moi et mon équipe, je te frappe avec les flammes ! Ha~haa ! Tu fais moins la maline, maintenant, n'est-ce pas ?!

      Au fond de lui, Sirius connaissait les risques, et il guettait avidement le moindre mot, le moindre geste de la femme au teint malade. Au moindre signal, il se servirait de son trident comme d'une torche et se servirait de la moindre flammèche ou étincelle pour faire brûler Erzébeth. Si l'un des orcs ne mimait ne fut-ce qu'un petit geste hostile, il la frappait. Si elle refusait, il la frappait. Si elle tentait de fuir, il la frappait. Si elle tentait le tout pour le tout et décidait de l'attaquer elle-même, il frapperait aussi, quand bien même cela lui vaudrait des blessures mortelles. C'était ainsi, soit ils vivaient tous les deux, soit ils mouraient tous les deux.

      _________________
      Image


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Sam 26 Juil 2014 11:00 
      Hors ligne
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Mer 21 Sep 2011 13:37
      Messages: 1217
      Localisation: En quête 27
      Victorieuse, Depheline avait vu son mur de feu s’ériger en hâte, découpant litéralement en deux le terrain de combat improvisé. Dans ces marais putrides, l’air semblait comme en train de s’assécher, à mesure que le mur magique consumait l’oxygène de l’air et faisait s’évaporer l’eau qu’il contenait. La luminosité avait littéralement envahi la zone et Depheline avait profité de cet instant pour battre en retraite, l’évaluation qu’elle faisait de la situation lui semblant désespérée pour leur groupe.

      Ce n’est qu’en tournant la tête en arrière dans sa course, qu’elle se rendit compte que le pirate avait été coincé de l’autre côté du mur de feu, seul face à tous, et surtout, face à la redoutable femme aux cheveux noirs. Le pirate ainsi séparé du reste du groupe, il n’était pas possible d’intervenir directement pour le secourir. Par ailleurs, Depheline n’était pas en mesure de percevoir les échanges qui étaient en train d’avoir lieu de l’autre côté de son mur. Elle n’entendit donc pas non plus les propos haineux et provocateurs de Hrist à son égard, bien qu’ils n’auraient probablement pas touché la sorcière.

      Inquiète du reste du groupe, elle attendit de se dissimuler aux abords des marais, à une dizaine de mètres en arrière de la scène, après avoir assommé un dernier Elyd solitaire qui l’avait pris en chasse, pour observer la situation avec plus de précaution et de recul. Elle ne tarda pas à se rendre compte que les membres de son groupe tardaient à la rejoindre, et qu’ils s'étaient mis en tête de combattre, tous. Elle ne pouvait donc rester plus longtemps cachée, et il lui fallait rapidement redevenir opérationnelle magiquement, avant que le mur de feu ne se fût épuisé, que les Orques ne parvinssent à le contourner, et surtout, avant que les flèches lancées par ces derniers n’eussent eu le temps de transpercer la peau de ses amis de voyage. Les jumeaux semblaient pour le moment bien s'en sortir, en proie avec le commandant, mais le pire était à venir... Les Orques cherchaient un moyen de rejoindre leur chef, après que l'ordre leur eût été donné de contourner le mur par la femme en noir. Cependant, ils semblèrent s'arrêter et parurent désœuvrés l'espace de quelques instants.

      Dans son sac était entreposée une gourde d’un liquide magique inconnu que Depheline avait immédiatement réussi à identifier comme tel lorsqu’elle s’était vue attribuer la besace, en présence de la déesse noire Oaxaca. Fouillant dans son sac dans l’obscurité qu'offrait le reste du marais où elle se tenait cachée, elle parvint à mettre la main sur la fiole et en avala une partie du liquide, jusqu’à sentir ses forces ardentes lui revenir en l’espace de quelques instants à peine. Cette boisson ne fit pas que revigorer sa magie, elle réchauffa également son âme qui s’imprégna d’une nouvelle hargne et décupla ses sens. Ses cheveux se mirent à virevolter dans les airs, portés par l’énergie du feu, et elle s’approcha ainsi à nouveau du champ de bataille, sûre d’elle, prête à agir à nouveau pour protéger les siens. Elle ne les connaissait pas tous, mais vivre de telles épreuves resserrait inévitablement les liens.

      à l'attaque...

      Alors que ses pas la menait inévitablement vers le combat à nouveau, pour tenter de faire reculer la petite armée orque, Depheline fit jaillir autour d’elle une aura de feu incendiaire, et se dirigea ensuite vers le groupement d’Orque qui était en train de contourner le feu, prête à en découdre avec eux alors que n’était maintenant plus perceptible de sa silhouette, qu’une énorme boule de feu magique rougeoyante avançant en rythme, menaçante. Elle chercha du renfort auprès de son ami Ménestrel qui était resté en plein milieu du terrain. Il était probablement en train de faire usage de ses sorts nouvellement acquis pour venir en aide au pirate démuni. Comme à chaque fois, elle repensa à l'époque où ce dernier lui faisait la morale parce qu'il détestait la magie, ce qui lui peint un sourire sur son visage, bien vite dissipé alors que ses yeux cherchaient ses proies, à une dizaine de mètres devant elle maintenant.

      « Serpent, allez, couvre moi ! Et on bat en retraite ! Le pirate trouvera un moyen de s'enfuir aussi ! »

      Elle ne perdait pas de vue qu'à eux seuls, il n'était pas possible de venir à bout de cette petite armée, et que d'autres pouvaient les rejoindre à tout moment, si bien qu'il fallait laisser Heartless se débrouiller. Egalement, elle n'était absolument pas faite pour le combat au corps à corps, et si elle ne parvenait pas à décourager les Orques ou à les esquiver, et Serpent, à la protéger, elle risquerait de passer un sale moment...

      ---------------------------------
      (((HRP :
      Sort Aura de Feu : Une aura de feu entoure le lanceur de sort pendant lvl/4 tours, blessant tout ennemi qui l'attaquerait au corps à corps. (Chaque attaque au corps à corps subie inflige -0,5PV/lvl à l'assaillant)
      Utilisation de 2 doses de potion de magie)))

      _________________
      Image


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Sam 26 Juil 2014 16:02 
      Hors ligne
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Mar 20 Avr 2010 21:13
      Messages: 12983
      Localisation: Derrière Cromax
      Rôk se battait férocement, bien que légèrement blessé à l'épaule, il asséna un violent coup de botte à un de ses adversaires, envoyant celui-ci au tapis et profita d'un court répit. Il fut bientôt rejoint par quinze de ses compères, ce qui fit vite déborder les forces ennemies en présence.

      De son côté, Hrist réussit son coup, le choc violent du métal sur le crâne de Sirius envoya celui-ci à terre. Des orques s'approchèrent, cordages et chaînes en main pour arrêter l'homme. Sirius avait poussé un gémissement en se relevant, et bien que du sang lui coulait le long du visage, Hrist gardait un œil sur celui qui été la cause de bien des problèmes pour elle, la tueuse s'en méfiait terriblement. Elle le savait rusé et cependant assez stupide pour risquer une réplique... A moins qu'il ne s'agisse de courage, à l'heure, la femme n'en était pas sûre.

      Dans les orques qui s'approchaient, l'un d'eux tira un Kikoup de son fourreau, Hrist en avait entendu le chuintement et vit au dernier moment le reflet des flammes sur la lame qui s'abattait sur elle. Partagée entre la surprise et la crainte d'une trahison, elle recula vivement, la lame passa devant elle en sifflant dans l'air. La masse de muscles beaucoup plus grande qu'elle frappa si fort, sûre d'elle de faire mouche, Hrist profita immédiatement de cette faille pour punir ce traître et, armée de la Vieille Rengaine, plongea la lame de celle-ci sous le plastron de cuir de l'orque. La pointe de métal alla crever le cœur du solide guerrier qui tomba à genoux, le souffle coupé.

      Ivre de colère, Hrist lui pinça le nez et le tira en arrière, découvrant sa gorge et trancha sa peau verdâtre qui vomit une grande flaque de sang brûlant.

      Autre chose éclaboussa la tueuse, l'odeur n'avait rien de celle du sang, c'était différent, quelques orques reculèrent et Sirius s'était redressé, épée en main. Elle sentait l'alcool, le mauvais, le frelaté, trop fort et destiné à faire tourner les têtes au lieu de séduire les papilles. Sa cape en était recouverte et les effluves lui titillèrent les narines. Le marin fugitif venait de transformer Hrist en une potentielle torche. Il clama quelques menaces, l'ultimatum sonna et les orques n'avançaient déjà plus. Il menaçait de mettre le feu à la tueuse.

      Aux aguets, les orques de Hrist attendirent les ordres, immobiles.

      « Ha~haa ! Tu fais moins la maline, maintenant, n'est-ce pas ?! »

      Cèles de son côté analysa également la situation, amusée, elle dit à Hrist :

      (« Focalise toi sur le marin, l'orque était envouté par l'homme au masque de fer, le danger est passé mais Sirius a raison, l'alcool que ta cape a imprégné est assez inflammable, et ce n'est pas le feu qui manque, ici. Mais attends voir. »)

      Hrist regardait Sirius droit dans les yeux, le sang Garzok avait giclé en de petites gouttes sur sa joue droite et quelques mèches de cheveux tombaient devant son visage et se mélangeaient au sang qui noircissait.

      Il avait l'air si sûr de lui, persuadé d'avoir eu une idée et un sens tactique hors du commun. Mais petit à petit... Les flammes du mur de feu diminuaient grandement jusqu'à n'être que de petites gerbes enflammées dispersées ça et là laissant derrière la majeure partie du mur un pan de terre noire qui dégageait une fumée épaisse et des vapeurs malodorantes.

      Hrist sourit. Elle pouffa même, mettant sa main devant la bouche tant la scène était ridicule et amusante. Et face à l'homme qui tenait son harpon au dessus de la terre éteinte, elle éclata de rire, un petit rire cristallin et moqueur qui trahissait un réel amusement face au cocasse de la scène.

      Lorsqu'elle reprit ses esprits, elle pu analyser le théâtre du combat. A savoir, Rôk escorté par ses soldats qui combattaient les survivants, la Dame de Feu qui courraient vers les affrontements, portant autour d'elle un vent enflammé qui la couvrait et la protégeait des approches.

      Et Sirius...

      Hrist cessa enfin de rire et leva le bras.

      « Chargez... »

      La femme en noir baissa la main, les orques derrière elle poussèrent des cris de guerre et ricanèrent.

      _________________
      La petite ombre de la Mort à Elysian.

      Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
      Au milieu des cercueils,
      Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


      Némésis d'Heartless


      Haut
       

       Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
      MessagePosté: Sam 26 Juil 2014 20:18 
      Hors ligne
      Avatar de l’utilisateur
       Profil

      Inscription: Mer 23 Déc 2009 16:05
      Messages: 3765
      Localisation: quête 30
      L'orque frappa d'un coup vertical, l'attaque semblait assurée et implacable, je retins mon souffle en espérant qu'il tranche la femme en deux sur le coup. Cependant Zewen en décida autrement et la lame creusa un sillon meurtrier dans le sol boueux. Surpris et désemparé, je relâchai l'emprise sur le possédé, l'orque n'eu pas le temps de se rendre compte de quoi que ce soit. La cavalière le poignarda sans état d'âme et l'égorgea dans la foulée, dans un état proche de la transe. J'écarquillai les yeux devant autant de cruauté assumée.

      La situation semblait désespérée car je n'avais rien de mieux à proposer pour sortir Sirius de là. De plus, alors que je pensais Depheline plus loin dans les marais, la magicienne était revenu à la charge en activant son habituel bouclier de flamme. Dans sa charge, elle me héla pour avoir du soutient contre une poignée d'orque qui débordaient sur les cotés du murs de flamme.

      Ce même mur, jusqu'alors garant de notre sécurité, s'éteignit progressivement, dévoilant un pirate en fâcheuse posture entouré d'orques, de la folle sanguinaire et d'une flopée de soldats orques en rang derrière elle. La vue de notre équipée déconfite la fit rire, rire d'un ricanement irritant qui me fit serrer les dents. Puis elle cessa, levant le bras silencieusement avant de le rabaisser sèchement en sifflant: « Chargez... »

      La horde s'élança en rugissant, agitant kikoup, lance et épée en martelant le sol de leurs pas chaussés de bottes lourdes. Je me retournais pour tenter d'organiser la défense, mais nous avions déjà été débordé par les flanc et les jumeaux ainsi que Kurag se battaient sur le flanc droit alors que Depheline tenait tout juste à distance les orques grâce à son aura.

      Heureusement, c'est le moment que choisit A'sharia pour quitter les ombres du marais et venir aider la mage de sa puissante magie shamanique.
      Je me redressai vivement pour faire face à une trentaines de peaux vertes furieuses qui me chargeaient comme si j'étais un morceau de viande. J'écarquillais les yeux, mon rythme cardiaque s'accéléra et je sentis l'incroyable pouvoir de Rana parcourir mes jambes. Oui... j'allais invoqué la grande foulée du vent.

      D'un jolie tour sur moi même à 90°, j'entrepris une course à pied digne d'une rafale de vent un jour de tempête. "Retraite ! On s'arrache ! Cassez vous ! Tayau !"

      _________________
      Image

      Serpent Ménestrel (origine Voleur) Niveau 15
        "Oaxaca contre-attaque." (Quête 30)

        Réputation :
        ¤ Il est beau ¤ Une navigatrice dans la quête 27
        ¤ Il est fantastique ! ¤ Un tavernier de Dahràm
        ¤ rchhhtll blll rll !! ¤ Le dieu pieuvre des mines de Lebher
        ¤ Il est trop rapide pour moi ¤ Le Dragon Noir d'Oaxaca
        ¤ Il m'a faite danser, et j'ai aimé ça ¤ Silmeria, l'anima noire


        Dernière édition par Serpent le Dim 10 Aoû 2014 22:08, édité 1 fois.

        Haut
         

         Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
        MessagePosté: Mar 29 Juil 2014 19:45 
        Hors ligne
        Avatar de l’utilisateur
         Profil

        Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
        Messages: 6658
        Localisation: :DDD
        Erzébeth le regardait, la lame tâchée du sang de l'orc qui l'avait trahie pour une raison inconnue. Contrairement aux autres, elle n'était nullement impressionnée par le pari risqué d'Heartless, elle se mit même... à sourire.

        Si il y avait bien un loubard malchanceux sur cette terre, c'était sans doute Heartless. Alors qu'il se demandait quel plan machiavélique pouvait bien lui trotter derrière la tête, il se rendit compte que la sensation de chaleur au bout de son bras commençait à s'affaiblir...
        Il se retourna et fut confronté à une vision d'horreur : le mur de flammes s'estompait à vue d’œil ! Avant qu'il ne puisse y faire quoi que ce soit, il n'y avait plus derrière lui que de la terre noircie et des petites flammèches mourantes.

        Elle se mit à rire, et ce n'était pas son ricanement cynique habituel, mais un véritable rire d'amusement devant ce spectacle pathétique, accompagné d'un chœur d'orcs hilares. La confiance du risque-tout qu'il était s'effondra en un instant, si bien qu'il resta immobile durant de longues secondes, même losqu'Erzébeth, reprenant sa contenance, avait ordonné la charge.

        Les fantassins s'étaient mis à courir, la plupart, ignorant le pirate pour se concentrer sur les fuyards. Une poignée resta tout de même pour le garder en respect, au cas-où il tenterait encore quelque chose de désespéré, mais il n'avait plus la tête à ça désormais.
        Il était encerclé, envahi par le désespoir, un désespoir si fort qu'il tomba sur ses genoux et commença à frapper le sol, oubliant totalement ses alentours.

        - Merde ! Merde !! MERDE !!

        Il avait abandonné toute volonté de résister. Combattre : impossible. Fuir : impossible. Il ne restait que la reddition. C'était aussi dur que se couper un bras pour lui, mais il était évident que cette fois, il était confronté à un adversaire qu'il ne pouvait surpasser ni en force, ni en ruse. Alors que son seul horizon était le sol boueux et qu'il offrait pratiquement sa nuque en offrande à la sanguinaire, il parvint à formuler une requête.

        - Une dernière chose... Laissez... Ahem... Laisse-les partir, c'est moi qui t'ai piqué ton bateau après tout, non ? Ils sont déjà poursuivis par Oaxaca.

        _________________
        Image


        Haut
         

         Sujet du message: Re: Les Marais de Gutenborg
        MessagePosté: Jeu 31 Juil 2014 16:58 
        Hors ligne
        Avatar de l’utilisateur
         Profil

        Inscription: Mer 21 Sep 2011 13:37
        Messages: 1217
        Localisation: En quête 27
        A côté de Depheline, le feu de son mur s’était éteint en ne laissant plus sous lui qu’une terre aride qui tranchait net avec le reste du marais. Dans les airs s’était depuis longtemps répandue une odeur de carne brûlée qui s’était mélangée à l’atmosphère infect des lieux, signe qu’en cette place, la nature avait été purifiée par la magie dévorante de la sorcière.

        Derrière le mur, elle put observer, d’entrer les flammes qui virevoltaient désormais autour d’elle, le pirate tenter de s’en sortir en vain face à la veuve noire qui s’acharnait sur lui. Elle donna néanmoins, avec une froideur qui trancha net avec son rire sadique de l’instant précédent, l’ordre aux Orques de reprendre leurs attaques, et ainsi, ils se ruèrent en direction de la magicienne, sans prendre garde aux pouvoirs qu’elle déchaînait pourtant sous leurs yeux.

        (N’ont-ils donc peur de rien, sont ils aussi écervelés au point de se ruer vers la souffrance sous pretexte d’un simple ordre ?!), se demanda-t-elle, soudainement prise de peur. Son ami Serpent, à ses côtés, la tira de sa tétanie de doute et de surprise, alors que les Orques chargeaient et se rapprochaient de Depheline à grande vitesse dans un fracas inouï.

        « Retraite ! On s'arrache ! Cassez vous ! Tayau ! », avait-hurlé le Ménéstrel, et c’est dans un soulagement qui ne put être savouré, que la magicienne reprit une course effrénée, à l’instar de celle dans laquelle elle se serait volontiers lancée au début du combat si les jumeaux et Serpent n’avaient pas décidé de tenter de venir en aide au Pirate, en vain.

        A en juger par la situation de ce dernier, tout semblait désespéré, et plus rien maintenant ne pouvait plus le sortir des griffes de cette femme à la solde d’Oaxaca, à n’en pas douter. Elle ne put qu’entendre l’humain la supplier de les laisser partir, avant que leur petit groupe de fuyard ne fût déjà trop loin pour percevoir la suite qui serait donné à la demande de leur ancien compagnon d’aventure. Une nouvelle fois encore, ils laissaient derrière eux un innocent, ou peut-être même deux, car la tireuse était toujours inerte, peut-être était-elle déjà morte...

        (Qui sera le prochain ?), songea tristement Depheline, qui s’était pourtant crue transformée depuis qu’elle était partie à l’aventure. Elle ne se laissait normalement plus autant piéger par les situations et les émotions, mais le destin tragique qui s’était une fois de plus manifesté sous ses yeux lui avait prouvé le contraire. Les larmes viendraient inéluctablement, après la compréhension de cette dure réalité…

        « Vivre pour mourir... et après ? ...ce sera à qui le tour ? », conclut Depheline, tragiquement, le cœur déchiré, cavalant au milieu des flammes qui l'entouraient, aux côtés des jumeaux, du ménéstrel et des autres, les Orques à leur poursuite. Son esprit s'était laissé envahir par le défaitisme, même si son corps se rattachait de toutes ses forces à sa survie. La lumière de son feu s'éteignit alors brusquement. Il n'avait plus lieu d'être, et elle n'en avait de toute façon plus envie.

        _________________
        Image


        Haut
         

        Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
        Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante


        Qui est en ligne

        Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


        Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
        Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
        Vous ne pouvez pas éditer vos messages
        Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

        Aller à:  
        Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

        Traduction par: phpBB-fr.com
        phpBB SEO

        L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016