L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le Désert Bleu
MessagePosté: Sam 5 Mar 2016 21:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 25 Fév 2012 21:11
Messages: 3707
Localisation: Nord du Desert de l'Est d'Imiftil
Mes oreilles sifflaient et je ne distinguait rien à travers l'obscurité impénétrable qui régnait autour de moi ... mis à part le fait que j'étais étendu au sol, en train de cracher mes poumons. J'étais tenaillé par la douleur, une douleur qui était ravivée et amplifiée par chaque quinte de toux qui me secouait.

(
La douleur n'est qu'une information ... ) Essayais-je d'imposer à mon corps. Je n'avais pas fais tout ce chemin jusqu'ici pour abandonner, si près du but. Si près de la liberté. ( Lève-toi ! )

Mes jambes obéirent à l'injonction. Lentement, elles se redressèrent tandis que mes mains cherchaient à tâtons quelque chose d'identifiable dans mon environnement. Je ne sentis que le sol, qui semblait comme jonché de gravillons, puis je parvins à trouver le mur du couloir dans lequel nous nous étions réfugiés.

(
On a bien fais de s'éloigner, par Utu. ) Songeai-je en m'aidant de ce mur pour me lever. La poussière était en train de se dissiper et mes sens me revenaient, assez pour distinguer la silhouette imposante de mon guide canidé qui venait également de se redresser, tout proche.

Ses épaules avaient l'air d'être agités de soubresauts. Je pensai en premier lieu qu'il s'étouffait - comme moi - mais, lorsque mon ouïe revint, je me rendis compte qu'il ne toussait pas du tout : il riait.

«
Eh ! Je crois qu'on a un peu forcé sur la dose ! » S’écria-t-il quand je l’eus rejoins. Il s'esclaffa une nouvelle fois, avant de reprendre peu à peu son calme. « Allez, partons d'ici. »

Pour ma part, je n'esquissais pas le moindre sourire. A vrai dire, j'ignorais même comment il pouvait s'amuser dans une telle situation. Je n'avais qu'une envie : quitter ce lieu maudit, et cette vie de servitude du même coup. Je le suivis donc lorsqu'il retourna dans la salle que nous avions quitté précipitamment.

Je pris alors conscience de l'ampleur de la détonation. C'était un pan entier du plafond qui s'était écroulé avec l'explosion de cette colonne. La pièce s'en retrouvait donc remplie d'énormes blocs de pierres fracassés, formant une pente qui grimpait abruptement vers la sortie. Vers la liberté.

En effet, bien qu'un opaque nuage de fumée ainsi qu'une montagne de gravats nous séparaient encore de cette liberté, l'on pouvait clairement entendre d'ici la rumeur d'une bataille qui se déroulait à l’extérieur et commencer à sentir l'air frais s'engouffrer dans la brèche que nous venions d'ouvrir.

(
Frais ? Qu'est-ce que ... ) J'avais soudain un mauvais pressentiment.

Je voulus me tourner vers mon guide pour lui faire part de cette impression, mais celui-ci avait déjà entamé l'ascension sans moi. «
Traine pas trop ! Toute la prison doit être en chemin vers nous, à l'heure qu'il est ! »

L'imiter ne fut pas une mince affaire. Il me fallut mettre mes inquiétudes de côté et décrocher mon gantelet droit, dont les longues griffes m'auraient gêné plus qu'autre chose.
Pas après pas, pierre après pierre, je me battais bec et ongles pour atteindre mon objectif. La fatigue me paralysait, la douleur me tiraillait, mais je jetais toutes mes forces restantes dans la bataille, m'accordant de courtes pauses de temps à autres avant de repartir de plus belles. Je savais que j'y étais presque et l'espoir me galvanisait.

Une fois finalement hissé au sommet des gravats, j'avais atteins mes limites physiques. Mon cœur martelait ma poitrine comme s'il voulait s'en échapper et mes poumons inspiraient et expiraient douloureusement et à un rythme effréné.
Pourtant, et sans perdre un instant, il fallait que je voie à quoi ressemblait l’extérieur.

Je m'attendais à contempler le désert bleu s'étendre sous nos pieds, à perte de vue, à voir se dessiner les reliefs escarpés de la crête du serpent, et à observer les tumultes du combat qui se déroulait en contrebas et dont nous percevions les échos ... Mais non, rien de tout ça ne nous parvenait.
Pour une seule et bonne raison que j'avais effectivement deviné : il faisait nuit.

«
Je ... Non ! Pourquoi ? » Lâchai-je dans un souffle, teinté d'incompréhension et d'un profond abattement. Nous avions fais tout ce chemin pour rien, nous étions si près du but « Tu étais au courant ? »

«
Au courant de quoi ? Qu'est-ce qu'il y a, bon sang ? » A la vue de son regard interloqué, je saisis qu'il n'avait pas compris ce que je voulais dire.

«
Il ... Il fait nuit. » Lui dis-je avec évidence. Une telle évidence qu'il dut le prendre pour une blague puisqu'il échappa un éclat de rire, qui s'estompa rapidement quand il comprit que j'étais sérieux.

Il n'avait pas l'air de réaliser que, sans l’œil incandescent d'Utu dans le ciel, il serait purement suicidaire de s'aventurer dans le désert. «
On ne peut pas y aller ! Le ... L’œil d'Utu .. Il n'est pas ... Sans lui ... » Balbutiai-je pour tenter de lui faire entendre raison, en vain.

«
Mais non, mais on s'en fout de ça ! Grouille-toi, on n'a pas le temps !! » Me bouscula le likyor en me relevant sur mes pieds

«
Je ... Non, non, je peux pas ... Le soleil, il ... » Continuai-je de gémir, réfléchissant déjà à ce qui allait m'arriver quand les hommes des sables nous tomberaient dessus.

Le likyor se redressa, regardant un peu partout autour de lui. Il scrutait les environs, à la recherche de quelque chose. Mais il eut l'air d'avoir d'une meilleure idée puisqu'il pivota vers moi et, sans prévenir, m'asséna un gros coup sur le côté de la tête.
Ma vision s’assombrit ... Et je perdis connaissances.

_________________
Je suis Kogan, le Moine Woran tigré. Mais vous pouvez aussi m'appeler Krogan, Hulk Hogan, Koganounet à la crême, Koko, Cagounet, KahounInet, le Koganator, Koganinounichounafibichibidisloubidou, Kogy, Koganichoninet, ... Ça dépend des gens ! ^^
Image
Un grand merci à Vilnish et à Itsvara pour la signature !
Je voudrais adresser un hommage aux pages 11430 à 11440, qui furent
victimes de la terrible guerre du 9 avril 2012 et de ses conséquences.
Rendons également un hommage aux auteurs des pages 12380 et 12381 pour
leur élan lyrique et poétique ... qui retomba si rapidement dans la médiocrité ...
Mais il serait injuste de ne pas avoir une pensée pour les pages 13358 à 13366, qui se
sont héroïquement sacrifiées pour démontrer que BlaBla et RP ne font pas bon ménage ...


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 61 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016