L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le marché d’esclaves
MessagePosté: Ven 31 Oct 2008 15:11 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 29 Oct 2008 22:23
Messages: 5134
Le marché d’esclaves


Véritable plaque tournante de l’économie locale, le marché d’esclaves prend place entre le port et la place des pendaisons. Toujours surpeuplé de commerçants, ce lieu est le seul de la surface à être gardé de près par les hommes de la milice de Caix Imoros. En effet, la vente d’humains, d’elfes, de nains et d’autres races rapporte à la ville une incommensurable source de richesses.

Divers esclavagistes vous proposeront ici une myriade de produits, du petit Hobbit boiteux au grand Orc des montagnes, en passant par une vaste gamme de chaînes et de fouets pour dorloter votre nouveau compagnon. Que ce soit pour porter vos bagages, cultiver vos terres, exploiter vos mines ou alimenter votre arène, vous trouverez ici certainement votre bonheur.

Esclaves :

Gobelins : Pas très utiles, mais bon marché (encombrement +5) 100yus
Hobbits : Plutôt efficace pour cultiver vos terres (encombrement +3) 60yus
Humains : Assez polyvalent, bon compromis entre coût et qualité (encombrement+1°) 200 yus
Orcs : Grands et forts, ne craignent pas le dur labeur (encombrement +15) 300yus
Nains : Petits mais endurants, l’idéal pour exploiter vos mines (encombrement +10) 200 yus
Elfes : Vaste choix de couleurs, vivent longtemps et résistent aux maladies (encombrement +8) 160yus

Matériel :

Chaînes (init-2) : 10yus
Entraves de plomb (init-4) : 20yus
Bracelet de résignation (rend docile et amorphe) : 50yus
Diadème de servitude (rend incapable de désobéir aux ordres reçus) : 40yus

Martinet (force+2) : 40 yus
Chat à neuf queues (Force +3) : 56 yus
Fouet simple (Force +4) : 80 yus
Fouet double (Force +5) : 112 yus

Votre matériel et vos prisonniers seront repris au tiers du prix.

(((SI VOUS VOULEZ ÊTRE SERVI DANS DES TEMPS RAISONNABLES, N'OUBLIEZ PAS DE DEMANDER AUX GMs DANS LE SOS GM! DE S'OCCUPER DE VOS ACHATS. Nous ne faisons pas le tour des boutiques... merci de votre compréhension )))

_________________
Image

La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour s'inscrire au jeu : Service des inscriptions
Pour toutes questions: C'est ici ! [:help:]
Pour vos demandes de corrections ou de dirigés : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le marché d’esclaves
MessagePosté: Mer 3 Fév 2010 21:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Jeu 28 Jan 2010 21:37
Messages: 9
[Post précédent]


Préparatif avec Erfgui

Sur la route vers Erfgui, Linquant se demande pourquoi il a été choisi, il n'est pas le plus agile de la communauté, peut être que la Sage souhaite le tester mais pourquoi sur une mission si cruciale. Est ce une faveur demandée par l'une de ses connaissances. De toutes façon, peu importe la raison, ce que la Sage souhaite doit être fait. Linquant arrive devant le marchand d'esclaves, le long de l'allé s'aligne des cages en bambou où sont enchainés des hommes et femmes asservis. Se tient au comptoir Erfgui, un personnage exubérant dont le poids est proportionnel aux profits, à croire que le marché de l'esclave ne connait pas la crise. Pendant que Linquant avance jusqu’au comptoir, l’esclavagiste ne le quitte pas des yeux.

- Tu cherches une petite esclave, qui pourra satisfaire tes fantasmes, mon jeune ami dit il avec une voix imposante

- Non, je suis envoyé par la Sage.

Le marchand l'air surpris arrêta aussitôt son baratin de vendeur

- Suis-moi

Les deux elfes entrent dans la salle des négociations, l'ambiance est tamisée par les cigares fumés lors de précédentes tractation, au milieu de la pièce se trouve une table en bois ou sont posés plusieurs bouteilles de liqueurs permettant de sceller les accords. Erfgui se déplace vers le fond de la pièce, cherche quelque chose sur le mur et une porte fini par s’ouvrir. Ils empruntent les cinq marches qui les emmènent dans la salle secrète.

- C'est donc toi qui a était choisit pour voler la rune. Je pensais quel aurai pris quelqu'un de plus costaud, tu me sembles malade. Et comment tu t appelles?

- Linquant

- Enchanté, je suis Erfgui, dit il en refermant la porte secrète, j ai découvert que la famille Enhoyw ont trouvé une rune magique sur des terres éloignée.

- Qu'a t'elle de particulier

- Nous ne le savons pas en encore, c'est pour cette raison que tu dois t'en emparer. Une fois arrivé dans la propriété des Enhoyw, il nous sera impossible de se saisir de la rune. Tout va se jouer sur le chemin de la livraison.

- Et tu as un plan.

- Tu verras ce soir

- Ce soir !!! Dit Linquant surpris, c’est une mission vitale et je ne suis au courant que depuis une heure.

- Je sais, et justement comme elle est aussi secrète qu'importante, les protagonistes ne sont prévenus qu'au dernier instant.

- Et comment je vais faire?


- Normalement, notre espion fait parti du convoi, il a du versé dans les rations des gardes quelques gouttes d'une potion qui me sert à purger mon bétail. Même si ils sont plus nombreux, tu as l’avantage de la surprise et toi tu n'as pas l'anus en confiture.

Linquant a un petit sourire à imaginer

-De toute façon, on ne peut pas refuser les missions de la Sage…

- A moins que tu souhaite terminer dans mes cages d’esclaves. Je pourrai te vendre à un bon prix, dit le marchand en le regardant de la tête aux pieds.

- Si je ne veux pas finir ici, je devrais aller préparer un plan.

- Sache que le convoi passera par la ville en surface, avant de rejoindre la maison noble des Enhoyw. Par contre tu devras ramener la ruine ici, La Sage ne veut pas être mêlée à cette affaire.

Erfgui ouvre une porte de service pour que Linquant puisse quitter les lieux sans être vu.

-Prends ceci tu en auras besoin.

Linquant quitte la ferme aux esclaves, inquiet par cette mission qui semble le conduire droit dans une cage d’esclave.

_________________
-----------------------------------------------
Image



Follow me:
Humour de geek
Jeu de carte pour 1 joueur, cartes prêtes à imprimer


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le marché d’esclaves
MessagePosté: Sam 13 Fév 2010 23:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Jeu 28 Jan 2010 21:37
Messages: 9
[Précedement]


Livraison de la Rune

Le voleur descend vers le monde souterrain, avant de refermer le passage, il regarde aux alentours si personne ne l’a vu s’enfuir. Dans la ville souterraine, il se dirige directement vers le marché aux esclaves en regardant régulièrement si personne ne le suis. Au comptoir se trouve un préposé d'Erfgui en train de trier des documents. Cette position stratégique donne sur une longue allée pavée menant sur la voie publique. De chaque coté du chemin, des esclaves endormis dans leur cage de bambou rêvent à leur liberté, ils ont tous perdus, ils ne leur restent que l'espoir d'une vie meilleur. Linquant le coffre sous le coude, espère ne pas tenir la clé qui pourrait l’enfermer avec ces hommes sans nom. Dés que l'employé aperçoit Linquant, celui ci lui fait un signe de la main vigoureux qui entrechoque tous ses bracelets en or. Linquant avance vers lui en se disant qu’il doit être fatigué à soulever tous cette quantité de métal et effectivement le vendeur est à bout de souffle quand il arrive à sa portée. Dans cet endroit, le luxe côtoie la misère, et le désespoir.

- Bonjour, je suis le fils d'Erfgui, mon père ma dit que tu allais arriver

- Il est là demande Linquant sans attendre, tous en observant la ressemblance avec Erfgui: tous deux sont bien portant avec une carrure imposante cependant il manque au rejeton le charisme de son père.


L’apprenti esclavagiste regarda dans l’allée si personne ne les écoute.

-Il est à l’intérieur, rentre de suite que personne ne te vois.


Erfgui avait déjà ouvert la porte secrète, il était un train de tourner en rond, cela est assez curieux de voir un personnage comme Erfgui angoissé. Quand il voit Linquant en possession d’une boite, l’angoisse quitte son visage, les traits tirés laissent place à un sourire euphorique. Il se précipita vers Linquant, place sa main dans le dos pour l’inciter amicalement à entrer dans la pièce secrète, tous en laissant s’échapper un rire qui dissipe sa nervosité.

-Tu as réussi !!! Allez montre moi ce coffre, ses yeux pétillent comme si il contemplait un coffre remplit d’or.

-Tiens. Par contre le coffre est protégé par une serrure magique, je ne pense pas que l’on puisse l’ouvrir à moins que tu as un talent caché de mage.


-Arrghhh !! Erfgui ne peut cacher sa déception. Il est impatient de découvrir ce que les Enhoyw préparaient. Il saisit le coffre en secouant la serrure avec rage avant de le lancer sur la table avec dégout.

-Mon contrat est exécuté, si tu n’as plus besoin de moi, je vais me faire oublier pendant une petite période.


-Ok, par contre passe demain matin voir la Sage de la famille.




[Suite]

_________________
-----------------------------------------------
Image



Follow me:
Humour de geek
Jeu de carte pour 1 joueur, cartes prêtes à imprimer


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le marché d’esclaves
MessagePosté: Sam 16 Avr 2016 21:10 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Sam 16 Avr 2016 16:04
Messages: 9
Localisation: Caix Imoros
Ulfr leva le regard au ciel.

Il avait été débarqué le matin même depuis le port de la cité et avait ensuite été emmené, fers aux poings, sur ce lieu avec une légion d’autres captifs sous le regard inquisiteurs des gardes shaakts. La vaste place où ils se trouvaient à présent creusait un vide béant entre les bâtiments de marbre noir qui la bordaient. De grandes tours baroques aux pointes élancées dessinaient une dentelure cauchemardesque sur la grisaille du ciel un peu plus loin de là.

Un marché aux esclaves.

Ulfr était aligné sur une estrade au centre de la place, en compagnie de ses camarades d’infortunes. Ils étaient de toutes races, de tous peuples, à partager le même sort. La majorité des captifs affichait un air résigné. Ceux-là fixaient leurs pieds, le regard vide et les épaules voûtées. D’autre, au contraire, gardaient la tête haute, défiant vainement des yeux la foule d’elfes noirs qui grouillaient entre les estrades bondées et les cages de fer pour jauger la marchandise. Mais le fenris, lui, fixait les cieux. Il gardait ses prunelles rouges comme la braise rivées vers le haut avec obstination. Non pas que le ciel lui apportait un certain réconfort (bien que les vastes étendues des Monts Eternels lui manquaient terriblement), mais il craignait de baisser le regard. Il craignait de voir cette foule d’étrangers qui le jaugeaient comme une tête de bétail, il craignait de voir cette ville qui ne ressemblait en rien à sa terre natale mais, surtout, il craignait de voir les fers à ses poignets, car il y a-t-il plus grande honte pour un loup que d’être enchainé comme un chien ?

Il se passa plusieurs heures ainsi sans qu’il ne bougea. Les vociférations incessantes des marchands d’esclaves commençaient à lui donner la migraine lorsqu’Ulfr daigna enfin baisser le regard. Il vit le shaakt qui était vraisemblablement le propriétaire de l’estrade où il se trouvait en vive discussion avec une personne qui lui était voilée par les rideaux d’une litière. Cette dernière était portée par quatre humains, des esclaves vraisemblablement, et était richement ornée de motifs en forme de toiles d’araignées et d’autres figures géométriques tordues qui rappelaient l’architecture qui caractérisait la cité. De fins rideaux pourpres dissimulaient son occupante tout en faisant ressortir le véhicule de la masse noirâtre de la foule.

Le marchand interrompit un instant son échange avec l’inconnue pour se retourner vers son estrade. Prononçant des paroles qu’Ulfr n’entendit pas, il pointa ce dernier ainsi qu’un garzork se tenant non loin de lui, avant de claquer des doigts. Deux shaakts se détachèrent alors de la foule et montèrent sur l’estrade afin de venir le chercher, lui ainsi que l’orc, pour les livrer à leur nouveau propriétaire pendant que l’esclavagiste encaissait le paiement.

Mais, alors qu’il était emmené vers un destin inconnu, le fenris n’eut pas le loisir de voir à quelle somme les elfes avaient estimé sa vie.

Les rues de la ville haute

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016