L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le temple de Valyus
MessagePosté: Dim 26 Oct 2008 17:51 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Le temple de Valyus


Bâti près des remparts, le temple est formé d’un cylindre surmonté d’une coupole immense en marbre blanc incrusté de lapis-lazuli. Au sommet trône une statue de Valyus brandissant une épée pointée vers le ciel et qui attire les éclairs à chaque orage. De la base de cette statue, les incrustations de lapis-lazuli zèbrent telles des éclairs le marbre immaculé et lisse de la coupole. Lors des orages, certains disent que ces zébrures luisent d’une lumière blanche bleutée comme les éclairs.

Il n’y a qu’une seule entrée. Celle-ci est triangulaire et forme un "A". De même, au sol se dessine le bas d’un « V » dont les deux bouts de branches sont de part et d’autre du "A" de l’entrée. A côté de l'entrée est posée une écuelle dans laquelle brûle un feu perpétuel entretenu par les prêtres du temple. Sur le dessus de l’entrée repose une boule d’où émanent de petits éclairs orangés.

Une fois le seuil franchi, l’immensité du temple vous saisit, car le cylindre et le dôme ne forment qu’une seule énorme pièce. Des bancs disposés en plusieurs cercles concentriques sont utilisés par les fidèles tandis que les prêtres officient dans le cercle central, debout et s’adressant à l‘assemblée. Au niveau du début de la coupole se trouve une plateforme annulaire. Du côté intérieur de cette plateforme partent quatre branches de marbre en quart de cercle aplani de trente centimètres de large. Une branche par point cardinal. Mais ces arches ne se rejoignent pas au centre, elles se stoppent deux mètres avant. Dans le vide laissé entre elles flotte une sphère gris acier d’un mètre de diamètre d’où émane un puissant champ électrique et, parfois, des arcs électriques. D’aucuns disent que c’est la manifestation de Valyus lui-même et que celui qui la touchera sans être foudroyé sera l’élu du Dieu de la Foudre et du Tonnerre.

Pour accéder à cet anneau, on doit emprunter une rampe en pente douce qui fait le tour complet du temple à partir de la droite de l’entrée.

A gauche de l’entrée, on trouve une rampe en pente douce descendante qui mène à la partie du temple construite par les Nains. Celle-ci est plus austère, c’est une pyramide inversée. La rampe fait également le tour complet, par paliers, pour arriver au fond. S’y se trouve une grande statue, au socle triangulaire, de Valyus protégeant de son bouclier des enfants Nains. Seuls trois bancs droits sont disposés autour de la statue, un pour chaque côté du triangle. Partout sur les murs sont sculptés des boucliers avec, pour insigne héraldique, des éclairs. Mais c’est au plafond que se trouve le plus impressionnant. De véritables éclairs parcourent sans cesse le marbre du plafond, mais sans le tonnerre.

La statue est entièrement en lapis-lazuli et semble rayonner d’une douce lumière bleutée qui éclaire l’immense pièce d’une lueur tamisée très sereine.

Il n’y a pas de mobilier, pas d’objet de culte ou de breloques traînant de ci de la, la partie construite par les humains est même éclairée à la bougie. Le temple est épuré de tout mais est perpétuellement occupé par six prêtres. Une trentaine d’entre eux se relaient nuit et jour pour cela. Ils habitent dans un petit bâtiment voisin qui passe inaperçu.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Temple de Valyus
MessagePosté: Jeu 29 Avr 2010 17:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 22 Mar 2010 09:27
Messages: 64
Localisation: Alsace
<Du port en passant vite par les rues>

Il y avait moins de monde dans les rues du fait du mauvais temps et Svengar arriva rapidement au temple de Valyus. Celui-ci, énorme, semblait toucher les nuages de sa coupole. Svengar regarda un instant la statue sur le sommet de la coupole. Elle brandissait une immense épée qui captait les éclairs parfois. Il arrêta de rêver lorsqu’il sentit des gouttes tomber sur son visage.

(Hélaaaa, faudrait pas que je me fasse mouiller moi. Non mais oh !)

Et il entra en trottinant par la grande porte triangulaire. Il revint au pas une fois le danger humide évité et bifurqua immédiatement à gauche. Il ne prêta pas la moindre attention à l’immense salle centrale ni à la boule bourdonnante d’énergie flottant à une vingtaine de mètres au-dessus du sol.

(Cette fichue boule est bien trop bruyante pour moi. Foudre et Tonnerre, si les prêtres entendaient mes pensés ! M’étonnerai qu’ils entendent encore quelque chose avec ce bruit de tonnerre presque perpétuellement dans les oreilles. Enfin bref c’est plus calme en bas.)

Svengar descendit tranquillement jusqu’au bas du temple. La, seul trois bancs arrondis étaient disposés autour de la statue de Valyus protégeant des enfants nains de son bouclier. Il aimait venir ici, pour différentes raisons plus ou moins bonnes. Il s’assit sur le banc le plus en face de la statue et resta là un long moment, plongé dans ses pensées.

(Aaaaaaah il fait frais et calme ici. Tu as bien choisit les bâtisseurs de ta demeure, Valyus. Dommage et heureusement que peu de personne viennent là. C’est beau mais au moins je suis tranquille ici bas.)

Les bancs n’étaient pas aussi haut que dans la ville et ces pieds ne battaient donc pas l’air. Il l’aurait fait, cependant, pendant les longues minutes qu’il restait à grommeler intérieurement.
Rare étaient les personnes à venir ici, hormis les prêtres, et c’est justement l’un d’eux qui s’assit à côté de Svengar, dans un léger bruissement d’étoffe.

« Bonjour, jeune Thorkin. Vous venez souvent ici à ce que je sais. Cherchez-vous quelque chose ? »

Sa voix était douce et rassurante. Il avait le visage rond et glabre, et semblait également très jeune derrière ces yeux bleu-gris. Il n’était pas non plus très grand, pour un humain, ce qui amplifiait encore cette impression de jeunesse.
Svengar fut surpris que quelqu’un lui adresse la parole en pareil lieu, un prêtre qui plus est. Lorsqu’il ouvrit la bouche pour répondre, le visage du prêtre se leva légèrement comme si toute son attention se posa sur le Thorkin.

(Je suis entrain de grommeler intérieurement là. On dérange pas un nain entrain de grommeler !)

« Bonjour, prêtre. Oui je viens souvent ici. Toutes les semaines en fait car l’allégeance spirituelle des nains va à Valyus. Et non, je ne cherche rien de particulier. »

(Si, je cherche le prêtre qui a traduit le livre que j’ai lu ce matin, le tome 8 des légendes Thorkins. Il était d’ici semble-t-il mais il n’y a pas de nain parmi vous. Il était bien ce poème. Faut que je retourne à la bibliothèque tiens ! )

A ce moment là, il se rendit compte qu’il s’était de nouveau abîmé dans ses pensées en voyant le prêtre le regardé doucement avec un sourire compatissant sur les lèvres.

« Bon d’accord, je cherche quelque chose. »

(De la tranquilitéééééééé)

« Vous ne devez plus être loin des 60 ans, les jeunes adultes se posent toujours des questions sur leur avenir à cet âge là. »

Svengar acquiesça silencieusement de la tête et soupira légèrement.

(Questions que je me suis posées, hum, disons il y a quelques années quand mes parents ont quitté Mertar. J’étais heureux de partir. Tu te rends compte gamin ? Un jeune nain à l’école de la guerre de Mertar, heureux de partir de la capitale de la nation Naine !!! Tu viens une poignée d’années trop tard avec tes questions mon coco, je me suis rendu compte que c’est le voyage qui m’intéressait, pas la destination et blablabla. )

« Vous travaillez au quai c’est ça ? »

« Plus maintenant. J’ai quitté ce boulot aujourd’hui plus ou moins sur un coup de tête de la veille. J’ai envie de bouger un peu. Je vais probablement rejoindre la Milice demain. »

Le prêtre parut surpris, voir déçu lorsqu’il se rendit compte qu’il parlait à un nain déjà déterminé dont les questions existentielles avaient déjà trouvé certaines réponses.

« La Milice ? Foudre et Tonnerre c’est bien courageux de votre part ! Le temple aurait bien besoin de gens comme vous ! »

« Pourquoi donc ? »

« Les temples de Valyus manque cruellement de fidèles messagers. De la même manière que pour les adeptes de Yuimen, Valyus à ces messagers de la foudre, portant d’importantes missives aux temples dans les quatre coins du continent et même au-delà. »

« C’est une charge intéressante et plus qu’honorable pour sur. Mais je suis encore trop jeune et trop inexpérimenté pour de si long voyage. Je penserais à vous lorsque ma barbe sera plus longue. »

Sur ce, Svengar se leva.

« Maintenant excusez-moi, mais je dois rentrer chez moi. J’ai été heureux de parler avec vous. »

« Moi de même. Que Valyus vous protège ! »

Svengar s’inclina respectueusement puis remonta, laissant le prêtre qui resta assit.

À la sortie du temple, le soleil avait finalement réussi à percer les nuages. C’était un de ces milieux de journée du printemps où, passé la pluie du matin, tout était plus net, plus coloré et plus chatoyant, comme si la pluie avait lavé les restes de l’hiver. Ragaillardit pour la douce chaleur du soleil, Svengar respira en grand coup et prit le chemin de la boutique de ces parents.

<Vers les rues de KK>

_________________
_______________________________________________

Svengar Aventurier Nain lvl 7


Place ta confiance dans le fer et la pierre
Car ils ont toujours été les meilleurs alliés des Nains


Haut
 

 Sujet du message: Re: Temple de Valyus
MessagePosté: Jeu 29 Juil 2010 01:10 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 27 Fév 2009 17:05
Messages: 703
Message PNJ pour Céleste



Calmement installée sur un banc dans la grande salle circulaire, quelques minutes avant l'office, tu sembles perdue dans tes pensées. Quelques fidèles sont éparpillés dans la salle, certains murmurant, d'autres priant. Au centre du temple, un prêtre se prépare à officier, et glisse quelques mots à un apprenti à côté de lui. Soudain résonne un rude éclat de voix aussi brutalement et bruyamment qu'un coup de tonnerre, perturbant à la fois la solennité du lieu et la quiétude de ses occupants.

" Ah Céleste, enfin vous voilà! "

Surprise, tu ne peux retenir un sursaut, tandis qu'un homme dans la force de l'âge s'approche avec énergie de toi. Au premier coup d'oeil, tu reconnais le grand prêtre de Valyus lui-même. Un homme bienveillant, mais autoritaire qui ne souffre aucune réplique lorsqu'il donne un ordre. Que diable peut-il bien te vouloir? Tu as à peine le temps de te lever et de te tourner vers lui qu'il est déjà à côté de toi, et qu'il entame la conversation, avec un peu plus de discrétion cette fois:

" Jeune fille, le temple a besoin de vous. Votre formation est terminée, cependant il vous reste une dernière épreuve à passer avant que le temple vous laisse voler de vos propres ailes. "

Il s'interrompt une seconde pour te fixer intensément.

" Nous avons reçu le message d'un torkin qui doit arriver ce soir à Kendra-Kâr. Un message plutôt alarmant, en fait: il a été victime d'une embuscade, et est légèrement blessé. Il a cependant réussi à s'enfuir et à échapper à ses opposants, mais rien ne prouve qu'il n'est pas suivi. En plus d'être un ami de longue date, il rapporte au temple des documents de la plus haute importance que nous devons à tout prix récupérer. Je vous charge donc d'accueillir Togath, c'est son nom, et de le ramener jusqu'ici, sain et sauf. "

Il s'arrête une nouvelle fois, et te scrute pour vérifier que tu as bien compris l'importance de ta mission. Il reprend, solennel:

" Je compte sur vous, Céleste. "

Puis, sans attendre de voir si tu as des questions, sans te laisser le temps de te remettre, il tourne les talons et s'en va, te laissant coite devant ton banc. Cela doit être une façon un peu étrange de te souhaiter bonne chance, et de t'enjoindre à faire attention à toi.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Temple de Valyus
MessagePosté: Mar 28 Mai 2013 21:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Ven 3 Mai 2013 13:02
Messages: 429
Localisation: Kendra-Kâr
<<< précédemment

La quête du titre


Hilimielle se trouvait devant l'entrée du temple. Elle lui paraissait monumentale, tout comme le bâtiment d'ailleurs. L'aldryde pénétra dans l'édifice sa pelisse à capuche toujours entre les mains. Bien que la nuit ne fût pas vraiment fraîche, la pluie qui avait fini de la détremper avait passablement refroidi notre amie. Elle grelottait dans ses habits de silm alourdis par l'eau.

Dans la coupelle à côté de l'entré brûlait un feu vers lequel elle s'avança. Il aurait semblé bien faible et petit pour le commun des fidèles. Mais de par sa taille minuscule, c’était pour la jeune exilée un grand brasier, réconfortant. Elle éprouvait tout de même un certain malaise au proche souvenir de ses mésaventures dans les caves de l'Arbre-Maison.

(L'Arbre-Maison...)

Elle ne pouvait désormais plus le nommer ainsi... c'était devenu l'Arbre-Prison. La prison de Kipion...

(Kipion...)

Cette pensée lui fit verser quelques larmes, mais elle se ressaisit assez vite. Elle savait que son nouveau dieu l'avait entendu et qu'il l'aiderait à retrouver son aimé. Elle étendit ses ailes devant l'âtre qui l'irradiait de sa bienfaisante chaleur.
Elle passa de longues minutes à les sécher ainsi que cette cape que lui avait offerte Fripin. Elle avait beaucoup apprécié cet habit lors de sa marche sous la pluie battante, bien qu'il comprimât néanmoins quelque peu ses plumes dans son dos.

La jeune mage ferma les yeux, se laissant simplement réchauffer par le doux crépitement des flammes. Une fois que plus une goutte ne restait dans ses vêtements ou son plumage, elle remit la pièce de velours brun sur ses épaules. Elle avait peur d'avoir froid loin du feu. Dehors, la tempête se déchaînait.
Ses membres duveteux repliés sous cette lourde étoffe lui donnaient l'allure d'une bossue.

Ainsi sèche et ragaillardie, elle s'avança dans le temple, regardant en tout sens, admirant le sol comme le plafond. Les centaines de bougies qui illuminaient l’endroit lui insufflaient un caractère féerique.

"- Que c'est beau ! pensa-t-elle tout haut.
- Il y a quelqu'un ? répondit une voix qui laissait deviner l'ancestrale apparence de son possesseur."

Hilimielle se figea. Tournant la tête dans la direction du son, elle remarqua un vieillard en chasuble bleu qui se levait visiblement avec difficulté. L'homme cherchait manifestement ce qui l'avait sorti de sa somnolence.

"- Je... Oui, je suis là, monsieur ! fit-elle avec un signe de main.
- Mes yeux ne voient plus autant que jadis mon enfant. Approche-toi, que je puisse découvrir qui se cache derrière ce si joli gazouillement."

Elle marcha doucement vers l'ecclésiastique qui attendait au centre des exèdres. Après quelques détours pour trouver un chemin entre ceux-ci elle atteignit l'ancêtre.

"- Oh, ma petite, tu es vraiment minuscule, je comprends à présent pourquoi je ne pouvais te voir.
- Je ne suis pas si petite, c'est vous qui êtes immense.
- Ah ah ! Rit le prêtre. Oui c'est vrai. Après tout, ce n'est qu'une question de point de vue... au sens propre d'ailleurs."

Hilimielle sourit. La conversation était bien engagée. Elle la continua.

"- Pardonnez-moi cette question, mais qui êtes-vous, vieil homme ? Et pourquoi restez-vous seul ici en pleine nuit ? Mais surtout, où sommes-nous ?"

Le vieillard la regarda avec un mélange d'étonnement et d'incrédulité. Il lui répondit tout de même avec gentillesse.

"- Nous sommes dans la maison de Valyus. Et toi qui y viens tu ne reconnais pas ses serviteurs ? Je suis depuis mon plus jeune âge un dévoué représentant de sa foi. J'attends ici toutes les nuits les fidèles qui se présentent. Ils sont assez rares à cette heure cependant."

Hilimielle, avec des étoiles dans les yeux :

"- Les dieux ont des maisons ? Mais c'est formidable ! Est-ce qu'il est là ? Il doit m'attendre !"

Le vieux prêtre encore plus abasourdi :

"- Tout doux, ma fille, tout doux. Non, il n'est pas ici. Nous sommes dans son temple. Là où on le prie et l'honore. Valyus a quitté la surface de notre monde depuis bien longtemps. Mais il est toujours là quelque part à veiller sur ses fidèles."

À ces mots le visage enjoué de l'aldryde prit l'expression de la profonde déception :

"- Ah... Oui... Fripin m'avait dit que cela ne serait pas si facile.
- Je ne comprends pas très bien ma fille.
- J'ai... été chassé de chez moi. J'ai prié les Dieux de me venir en aide. Et Valyus m'a répondu. C'est lui qui m'a guidé en ce lieu. Je supposais trouver ici un moyen pour résoudre mes problèmes. Lorsque j'en ai parlé à mon ami, il m'a dit que le dieu de la foudre aimait mettre à l'épreuve ceux qu'il avait choisis. Il avait raison.
- Ainsi tu penses avoir été choisie ?
- Oui monsieur, je le crois. J'ai juré fidélité et dévotion à Valyus. En récompense, regardez, il m'a offert ces présents."

Elle sortit alors les deux orbes de sa musette et les tendit aux yeux du vieil homme. Les sphères noires devenaient translucides au contact de la jeune mage et étaient parcourues de nombreux arcs électriques. Le prêtre se pencha pour mieux voir ce qu'il voyait comme deux petites billes.

Il les observa quelques secondes.

Gardant ses réflexions pour lui, il reprit :

"- Quel est ton nom, ma petite ?
- Je m'appelle Hil..."

Les paroles de sa mère lui revinrent :
"- Ainsi, moi, Xillanda, et le conseil te renions, renions ton nom et t'en destituons."

Hilimielle referma ses bras contre sa poitrine en serrant les boules crépitant dans ses mains du plus fort qu'elle pouvait. Elle baissa la tête.

"- Je n'ai plus de nom. Il m'a été retiré.
- Retiré ! Je n'ai jamais entendu que l'on faisait pareille chose chez les lutins !
- Chez les lutins, je ne sais pas, mais chez nous c'est ce qui m'est arrivé..."

L'aldryde n'avait pas remarqué la méprise du prêtre. Ce dernier ne savait trop qu'entreprendre devant la tristesse de la jeune femme.
Dans un éclair d'inspiration, il suggéra :

"- Eh bien, tu peux peut-être en adopter un nouveau, ma fille."

Le visage de la pauvrette s'éclaira.

"- Oui ! Vous avez raison ! Mais lequel choisir ?"

Son regard se posa alors sur les globes qu'elle tenait en main. Ses yeux s'agrandirent lorsque l'évidence se fraya un chemin dans son esprit.

"- Étincelle ! Je me nomme à présent Étincelle !
- Enchanté alors, mademoiselle Étincelle. Je suis Valek.
- Moi de même monsieur Valek, enchantée, dit-elle, avec le sourire qui lui était revenu.
- Viens t'asseoir près de moi, ma petite. Tu as besoin d'aide, acceptes-tu que je te porte ? proposa-t-il en présentant sa paume ouverte."

Elle refusa poliment :

"- Je n'ai nul besoin d'aide Valek. Je n'ai qu'à ôter cette pelisse qui me tient trop chaud et je viendrai près de vous."

Ainsi fut fait.
Le prêtre découvrit avec stupéfaction la jeune femme aillée, habillée de sa tunique au tissu évanescent. Alors qu'elle rejoignait le banc, l'homme demanda avec de l'émerveillement dans la voix :

"- Mais de quelle espèce es-tu ?
- Et bien je suis une Aldryde évidemment. N'en avez vous donc jamais vu ?
- Par la foudre, non ! Tu es pleine de surprises, ma fille.
- Heu... Je... hésitait-elle.
- Pardonne-moi, j'étais simplement étonné.
- Ce n'est rien... Il semble que les membres de mon espèce ne soient pas courants à la ville.
- À la campagne non plus. J'ai beaucoup voyagé avant de venir ici et je n'ai jamais rencontré des créatures telles que toi.
- Moi je n'avais jamais quitté mon foyer, mais j'avais déjà aperçu quelques humains, de loin."

Il y eut un silence. Le prêtre observait la jeune femme avec fascination, essayant de bien discerner ses formes malgré sa vue que les ans avaient abîmée. L'aldryde était gênée d’être ainsi détaillée. Lorsqu'il s'en rendit compte, il rougit et reprit la conversation.

"- Heu, hum... Et que vas-tu faire à présent, mon enfant ?
- Je ne sais pas vraiment. Si Valyus m'a conduite ici ça doit être pour une bonne raison. Sûrement voulait-il que je vous rencontre.
- Je ne sais pas mon enfant. Peut-être..."

Il marqua une pause et se gratta le menton en levant le regard sur l’immense sphère de métal qui flottait au-dessus de leur tête.

"- En fait, je pense qu'il y a ici une autre personne que tu devrais voir.
- Ah oui, qui ça ?
- C'est un Thorkin, je ne connais pas son nom, car lorsqu'il est arrivé au temple cet après-midi il n'a prononcé aucun mot et est descendu de suite dans la sale inférieure. Il est resté à prier devant la statue de Valyus depuis."

Étincelle, la récemment nommée, avait l'air embarrassée. Elle se rendait compte à quel point elle était ignorante du monde et supposait ses questions agaçantes. Aussi, hésita-t-elle avant de demander :

"- Hum... Excusez-moi Valek, mais un Thorkin, c'est quoi ?
- Eh bien... descends voir par toi-même ma fille, ce sera mieux, répondit-il en lui montrant la direction.
- Très bien ! Merci. Je vous reverrai en remontant, fit-elle en s'envolant."

Le prêtre la regardait s'éloigner vers les degrés de pierre qui s'enfonçaient sous le temple. Une fois qu'elle avait filé hors de sa vue, il remarqua qu'elle avait laissé sa cape à terre. Il la ramassa et entreprit un examen sommaire de ce bout de tissu pas plus grand qu'un mouchoir. Après quoi il reprit sa torpeur méditative.

Étincelle descendait l'escalier en demeurant près du mur. À mesure que les marches défilaient sous son vol gracieux, elle découvrait les éclairs qui s'agitaient au plafond de cette nouvelle salle. Ils apparaissaient et disparaissaient silencieusement dans des gerbes de lumière bleutée. Elle les trouvait splendides.

(Oh Valyus, ton temple est magnifique, louée soit ta foudre)

Au centre se dressait la statue du dieu, dans la même position que celle qui surplombait le temple. Le piédestal avait la particularité de ne posséder que trois faces. Devant chacune était disposé un banc de pierre. Ils étaient plus bas que ceux du rez-de-chaussée, adaptés à la taille de ceux qui se recueillaient ici. Devant à la sculpture, à genoux, les mains jointes, les coudes posés sur l'assise, le Thorkin priait.

<<< précédemment

_________________
Image


Dernière édition par Hilimiel le Mer 14 Aoû 2013 11:15, édité 7 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Temple de Valyus
MessagePosté: Mar 28 Mai 2013 21:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Ven 3 Mai 2013 13:02
Messages: 429
Localisation: Kendra-Kâr
<<< précédemment

La femme ailée miniature se hasarda à venir plus près de cette forêt broussailleuse de poils roux agrémentée d'une armure de cuir, d'un pantalon de jute et d'une grande hache à son côté. Le gaillard, bien que petit et trapu, semblait bien bâti. Il possédait deux énormes bras musculeux et n'importe qui aurait pu admirer ses jambes aurait fait le même constat. Il portait de nombreuses cicatrices sur les parties visibles de sa peau tannée. Sans nul doute un guerrier.
Sa face était anguleuse, ses sourcils épais et son nez droit. Ses traits étaient encore accentués par son air grave et son visage fermé.

La mage tenta une approche.

"- Monsieur... Monsieur... je vous souhaite le bonsoir."

Il ne répondit pas.

(Valyus, donne-moi le courage!)

"- Monsieur, excusez-moi de vous déranger, j'ai vu Valek et il m'a dit que...
- Laisse-moi tranquille, moucheronne ! Je prie le grand défenseur des Thorkins.
- Mais...
- Chut !"

Devant le refus du nain, Étincelle vint s'agenouiller près de lui, sur ce banc qui était bien assez large pour qu'elle pût s'y étendre. Elle se plaça dans une position similaire à celle du barbu et se recueillit en silence.

Au bout d'une heure, le Thorkin, comprenant qu'elle ne partirait pas d'elle même, se tourna vers elle.

"- Bon, alors, qu'est-ce que tu veux, moucheronne ?
- Bonsoir monsieur, c'est Valek qui m'a conseillé de venir vous voir.
- Et c'est qui ce Valek ?
- Heu, le vieil homme dans la pièce du haut.
- Ah ! La relique décharnée, là ! De quoi il se mêle celui-là !
- Heu, il pense que j'ai été conduite ici pour vous rencontrer.
- Pff, n'importe quoi, conduite ici pour..."

Alors que le malotru allait retourner à sa prière, il écarquilla soudain les yeux et se leva d'un bond.

"- Non, ne me dit pas que c'est toi !
- Heu... Eh bien, je...
- Ne me dit pas que c'est toi que Valyus a envoyé !
- Ah ! Si si ! J'ai été guidé par sa foudre jusqu'ici ! fit-elle toute excitée. Alors, c'est bien vous !
- Dîtes-moi que c'est pas vrai, lança-t-il en roulant ses petits yeux noirs et en plaquant sa grosse main musculeuse sur son visage buriné."

Étincelle se sentait quelque peu perplexe face à l'esclandre du nain.

"- Pourquoi avez-vous l'air si déçu, vous escomptiez voir quelqu'un d'autre ?
- Pff, non pas tout à fait, peu importe, on en parlera plus tard. Viens, on y va. J’ai passé assez de temps ici !"

Sans même attendre de réaction de sa part, il reprit son arme, alla chercher son sac à dos posé à la périphérie de la pièce ronde et se dirigea vers les escaliers. Alors qu'il remontait, elle s'attarda devant la statue.

"- Oh, Valyus, merci de m'avoir guidé jusqu'ici. Je ne saisis pas encore très bien ce que ce Thorkin raconte, mais je sens que c'est vers lui que je dois aller. Merci. Je saurai me montrer digne de vous, oh, mon Dieu."

Sur ce, elle rattrapa le nain.

"- Où va-t-on ? demanda -t-elle.
- Prier ! lui répondit-il sèchement."

Elle ne comprenait pas très bien pourquoi partir du temple alors, mais elle se doutait qu'aucune de ses questions ne trouverait de réponses avant que le Thorkin ne soit calmé. Elle se contenta donc de le suivre.
Lorsqu'ils arrivèrent au rez-de-chaussée, le prêtre les interpella :

"- Vous partez mes amis ?
- Ouais, ouais, on s'en va ! fit le barbu en se dirigeant vers la sortie où la tempête faisait encore rage.
- Oui. Il semblerait que nous soyons pressés. Merci pour tout Valek.
- Attends ma petite, tu oublies ta cape."

Alors que l'intéressée retourna chercher son bien, le grincheux était presque déjà dehors.

"- Bon alors ça vient !"

Étincelle se couvrait de sa pelisse. Le nain impatient grommelait à l'entrée. Une fois habillée, l'aldryde, après un ultime remerciement, partit en courant rejoindre son nouveau compagnon. Celui-ci, dès qu'il l'aperçut, tourna les talons et marcha d'un pas décidé vers une destination connue de lui seul.

"- Attendez, monsieur le Thorkin ! cria-t-elle. Vous marchez trop vite. Et avec cette cape je ne peux pas voler."

Le guerrier s'immobilisa. Il serra les poings. Étincelle ne pouvait le voir, mais une grimace de profonde exaspération se dessinait sur son visage. Tout à coup, il leva les bras au ciel.

"- Pourquoi Valyus ! Pourquoi ! Je t'avais sollicité de l'aide, et tu m’envoies un boulet."

Heureusement pour lui, bien qu'il criât aussi fort qu'une corne de brume, le tonnerre couvrit ses mots. Ainsi, Étincelle qui l'avait rejoint demanda:

"- Excusez-moi, mais je n'ai pas entendu vos paroles, qu'avez-vous dit ?"

L'exaspération fit place à l’abattement. Il lui répondit sur un ton las :

"- Peu importe. Écoute, soit gentille. Accroche-toi et n'ouvre plus la bouche avant que l'on soit arrivé."

L'aldryde était de plus en plus intrigué sur leur destination, mais sentait que le nain ne supporterait pas d'autres questions. Elle se contenta donc d'un :

"- Hum... d'accord."

Il la ramassa non sans délicatesse et l’assit sur son épaulière droite. Elle se cramponna à ses cheveux gras et à sa barbe sale pour ne pas tomber.

Ils se mirent alors en route.

<<< précédemment

_________________
Image


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016