L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Les ruines d'un petit hameau
MessagePosté: Ven 31 Oct 2008 22:16 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 29 Oct 2008 22:19
Messages: 177
Les ruines d'un petit hameau


Ce sont les ruines d'un ancien petit hameau Elfique. Noircies et couvertes de végétation grimpante, elles laissent penser qu'un désastre s'est déroulé ici il y a bien des années. Au plus profond de ces ruines se trouve un petit cimetière, qui semble entretenu régulièrement...

_________________
. La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI ! . Pour toutes questions: Service d'aide
Image
. Pour s'inscrire au jeu : Service des inscriptions . Pour les services d'un GM: Demande de service


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les ruines d'un petit hameau
MessagePosté: Dim 1 Avr 2012 16:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 27 Déc 2011 18:08
Messages: 492
Localisation: Cuilnen - Dehors.


Fear avait passé le reste de sa journée à prier. Jusqu'à là, rien de bien anormal. Seulement, une partie de son esprit était restée dans les ruines qu'il avait précédemment visité. Même si quelque part, il s'en fichait un peu, il ne pouvait pas s'empêcher d'y réfléchir.

De toutes les évidences, il y avait un village autrefois à cet endroit. Et s'il y avait un village, il y avait des habitants. Et vu la taille ridiculement petite de la place, pourquoi auraient-ils tous étés massacrés ? Les squelettes retrouvés et leur état dominant n'indiquaient pas une mort douce mais plutôt violente.

Pourquoi ? Qu'est-ce qu'ils avaient bien pu faire ? Et surtout, qui était bien responsable de tout ça ? Si c'était un acte gratuit, c'est que les esprits étaient tombés bien plus bas qu'il ne pouvait le penser. Et puis de toutes les façons, ses habitants n'auraient, en aucuns cas, pu être responsables de quoi que ce soit pour en arriver là, c'était tout bonnement ... Impossible ! Quelle avait bien était leur faute ?

Farrell se souvenait de ses propres ruines et de l'histoire sanglante dont elles étaient chargées, mais, sans vouloir les excuser, les agresseurs avaient un " motif " même si ce dernier ne justifiait en rien leurs actes ! Mais pour ce village ... Motif d’innocence ? Quelque part, il avait un peu l'impression d'être seul contre le monde entier car bien de peu personnes, de nos jours, embrassaient encore le droit chemin. Même si Fear pouvait paraître plutôt injuste et maléfique, son comportement extrémiste suivait une base on ne peut plus logique et juste.

C'était donc tout simplement incompréhensible et, quelque part, cela ne faisait qu’éveiller sa colère. Peut-être ces victimes n'étaient pas ses alliés et ne seraient pas ses alliés si elles étaient encore en vie, mais cela ne justifiait pas cette barbarie. Certes, il avait bien assassiné un prêtre de Yuimen de sang froid mais, c'est qu'il avait une dent toute particulière contre ce culte, comme contre bien d'autres cultes d'ailleurs. Et puis, ce vieil Homme n'avait rien fais pour le dissuader dans sa position, c'est sur qu'en acceptant de l'argent en échange du silence et d'un rituel funéraire envers une personne qui ne croit pas et qui ne voulait pas en croire en Yuimen ne pouvait en aucun cas lui redorer son blason, du moins, au gout de Fear. Mais de toutes les façons, il n'avait de comptes à rendre à personne, si ce n'était à dieu.

Plongé dans ses pensées et ses prières, il n'avait tout simplement pas vu la journée défiler et aussi ne s'en rendit-il compte que lorsque la nuit tomba, amenant avec elle fraîcheur et noirceur. Il était certes très fatigué mais un peu moins que d'ordinaire. Les bottes qu'il avait trouvés lui permettaient d'arpenter le terrain forestier avec plus de facilité, ses gants réchauffaient ses mains et son nouveau bâton lui fournissait un appuis idéal.

D'ailleurs, il se demandait aussi à quoi pouvait servir la pierre qui était dessus et pourquoi son ancien propriétaire semblait y être autant attaché pour mourir en le gardant dans sa main. Mais peu importe après tout, ce ne sont que des futilités et il ne reviendrait probablement jamais dans ces ruines là.

Ce qui le tourmentait réellement, maintenant, c'était de savoir où se trouvait Pénélope et surtout, comment est-ce que cette dernière allait faire pour le retrouver. D'ailleurs, en pensant à ça, il ne pouvait pas s'empêcher de se remémorer sa vision et aussi, de s'affliger plus qu'il ne l'était. Une douleur vive, rapide et assassine ... Devrait-il la supporter durant le reste de ses jours ? Même un damné n'en souffrirait pas autant.

Mais il essaya de chasser ces idées là. Et pour commencer, il se fixa comme objectif de se rapprocher de la ville le plus possible, de cette façon les chances de la retrouver seraient plus élevées. Heureusement pour lui, son sens de l'orientation était plus efficace en pleine nuit qu'en plein jour, ayant pour avantage d'avoir très tôt appris à se servir de sa tête pour se repérer et plutôt que de ses yeux.

S'étant à la base assez écarté, il dut parcourir une bonne distance avant d’apercevoir la lumière de Cuilnen. Désormais, il ne lui restait plus qu'à parcourir sa circonférence, car de cette façon, il lui serait plus facile pour lui de repérer l'Elfe plutôt que de rester immobile et attendre que cette dernière finissent par le trouver. Car avec ses habits noirs, et en pleine nuit, ça ne serait pas une tâche aisée pour elle.

Il dut d’ailleurs parcourir plus de la moitié du chemin avant d’apercevoir, plus loin, une petite lumière scintillante. C'était peut-être elle ? Comme ça pouvait ne pas l'être ! Et aussi décida-t-il de s'en approcher avec la plus grande prudence et la plus grande discrétion possible, faisant alors très attention à où il mettait ses pieds, le terrain pouvant être très traître. Il dut d'ailleurs bien mettre une bonne demi-heure avant d'arriver à une distance suffisante pour apprécier la source de cette lumière.

- Mais où est-ce qu'il est encore partis ce nicher cet abrutis ?!

Il n'y avait pas de doutes possible, c'était bien elle et aussi l'interpella-t-il en se faufilant dans son dos. Posant sa main sur son épaule, elle sursauta et se retourna presque instantanément. Épée en main, son premier réflexe fut de lui donner un coup avec mais Fear l'évita de justesse.

- Mais t'es complètement malade ! J'aurais pu te tuer !

Mais il ne lui répondit pas. D'ailleurs, son premier geste fut de baisser la luminosité de la lampe qu'elle avait allumé à son stricte minimum. Elle le regarda surprise et voulu même manifester son mécontentement car ayant du mal à l'allumer. Mais il lui fit signe de se taire et d'avancer. Les arbres n'ont pas que des oreilles, ils ont aussi des yeux.

Forcément, ça allait plus difficile pour elle de se repérer vu que la pénombre semblait d'un coup avoir pris de l'amplitude. C'était à peine si elle pouvait voir plus loin que le bout de son nez. Mais ils prirent finalement la bonne route et, bien qu'avec beaucoup d'erreurs et de difficultés, ils finirent par arriver à leur destination finale, le cimetière. D'ailleurs ce dernier se trouvait lui aussi fond de ruines mais contrairement à ces dernières, il semblait bien entretenu. Il n'était pas bien grand par ailleurs mais il y avait tout de même uns atmosphère étrange par ici, presque malsaine.

Fear n'aimait pas cet endroit et moins il y resterait, mieux il se porterait. Pénélope quand à elle y semblait indifférente. Elle cherchait la tombe de sa Mère et eu d'ailleurs quelques difficultés à la reconnaître, les pierres tombales se ressemblant toutes ici.

- C'est celle-là ...

Farrell approuva d'un signe de tête. Pénélope déposa alors le grand sac au sol et, après avoir posé sa lampe sur la pierre, l'ouvrit aussitôt. Elle tendue la pelle au guérisseur noir, chose qui ne l'étonna d'ailleurs pas plus que ça ...

- Déjà qu'on va profaner sa tombe, je vais pas non plus creuser le trou.

Et pourquoi devrait-il le faire lui ? C'était moins grave s'il en prenait pour son grade que si c'était elle qui le faisait ? Il la comprenait certes, mais il n'aimait quand même pas ça. Mais ce n'était pas le moment de se disputer et aussi prit-il l'outil et se mit-il à creuser la terre, sous le regard quelque peu coupable de Pénélope.

La sol était assez meuble et, la fraîcheur environnante lui permettait de creuser sans trop s'épuiser. Petit à petit, le bois de son tombeau apparu pour finalement être complètement visible. La tension était tout de même importante car, d'un coté ils savaient que ce qu'ils faisaient n'était pas correct, aussi bien pour Fear que pour Pénélope et d'un autre coté, ils s'attendaient un peu à tout, non seulement à cause de l'atmosphère angoissant qui régnait ici mais aussi à cause du fait que le médaillon était maléfique ... Et si la dépouille se réveillait tiens ? Il fallait être très prudent.

Le trou était assez profond tout de même et, à défaut de pouvoir extirper le tombeau, il fallait l'ouvrir sur place. L'Elfe lui tendu alors le levier. Certes agacé, Fear le prit tout de même et força alors le couvercle. On put entendre le bois craquer sous la pression, on put entendre les attaches se briser une par une et au final, on put entendre le socle sauter, dévoilant alors l'intérieur de la tombe.

Il y avait un épais voile blanc qui recouvrait toute la dépouille. Fear observa un instant Pénélope puis, fatalement, saisit les deux extrémités du voile. Il les écarta lentement pour au final dévoiler le visage de Madame Mirler puis, petit à petit, le haut de son buste, là où se trouvait le collier.

Le corps n'était pas beau à voir, dans pas l'apparence que par l'odeur. Il semblait s'être asséché, son visage était noir, rétrécie et particulièrement repoussant. Elle n'avait tout simplement plus que la peau sur les os. Mais malgré tout, on pouvait encore apercevoir ses très fins et gracieux, témoignant de la toute beauté de cette Femme. Il eut un moment de silence ... D'inertie même.

- Bon ... Tu fais quoi ?

Fear ne lui répondit pas. Il savait ce qu'il lui restait à faire mais il hésitait beaucoup. Il se sentait très mal et avait l'impression que quelque allait se produire d'ici peu. Mais sa logique lui répétait qu'elle était morte et qu'il n'y avait rien à craindre d'elle. Il approcha alors doucement ses mains de son visage, puis, les glissant derrière sa tête, essaya de redresser un peu la dépouille afin d'avoir accès à l'ouverture du collier, qui se situait derrière son cou.

Seulement, à peine l'eut-il bougé que la mâchoire de la dépouille s'ouvrit, laissant alors échapper une sorte de gros insecte rougeâtre. Farrell se figea sur place et alors que Pénélope tomba sur les fesses en voulant reculer. À un moment, ils avaient vraiment crus que cette Femme était encore en vie et qu'elle s'apprêtait à sortir de son tombeau. Mais en fait, son articulation étant devenue molle, et en la redressant, elle s'était tout simplement ouverte.

- Ok ... Récupère le collier et fichons le camps d'ici.

Fear ne sentait plus ses bras. Par réflexe, son corps avait contracté ses muscles et avait expulsé le sang vers le coeur, afin de faire accélérer celui-ci et de le préparer au cas où il aurait à affronter un danger.

Reprenant d'abord son calme, il manipula ensuite la dépouille avec une minutie et un soin assez étonnants. Il détacha le collier et, le prenant dans sa main, rallongea délicatement le corps à sa place. Mine de rien, la pierre qui le constituait était chaude et pesait assez lourd sans sa main. Il sentait cette énergie malsaine contenue dans la pierre. Elle ne demandait qu'une seule, c'est d'être libéré.

D'ailleurs, et même s'il ne l'eut tenu qu'un instant, il avait pu sentir son influence, ses idées envers l'Elfe blanche ayant soudainement noircies. Il s'était mis à la soupçonner et à penser qu'elle voulait en fait voler le collier. Mais, Fear ne se laissait pas prendre aussi facilement et il chassa bien vite ces idées, glissant alors le collier dans la bourse vide que Pénélope lui avait tendu.

- Allez, on referme la tombe et on s'en va.

Mais Fear ne le fit pas tout de suite. Quelque chose attira son attention sur le corps de Agata. À sa main droite, lorsqu'il l'avait redressé, il avait pu apercevoir une sorte de bague étrange. Une grosse chevalière, bien trop grosse d'ailleurs pour elle. S'y intéressant un moment, il put constater qu'il y avait une pierre bleue dessus et sur cette pierre, il y avait une sorte de gravure, une lettre pour être plus précis.

Une lettre que seule lui, d'ailleurs, était parvenu à reconnaître vu qu'elle faisait partis de d'un alphabet disparu.

- Qu'est-ce que tu attends ?

Il saisit alors la main d'Agata et lui retira lentement cette bague.

- Mais qu'est-ce que tu fais ?!

L'observant à lumière de la lampe, il remarqua qu'elle était d'ailleurs en excellent état. Il retira alors son gants droit et glissa la bague à son majeur et repassa le gant par dessus.

- Non mais oh ! Tu te crois où là ?! Remets ça dans sa tombe !

Lui cria l'Elfe dessus, indigné par son comportement. Mais, ce n'était pas du vol à proprement parlé. Au contraire, c'était presque un due. Mais Pénélope ne pouvait pas le comprendre ça. Et puis, ce n'était pas le moment de le lui expliquer.

Il la regarda alors un moment, puis, il referma le voile et glissa le capot du tombeau par dessus.

- Mais t'es complètement mala ...

Mais l'Elfe n'eut pas le temps de terminer sa phrase ...

- Pris la main dans le sac ! Arrêtez-les !

En effet, des gardes venaient de surgir de nul part. Apparemment, ils s'étaient cachés dans le cimetière. Pénélope était déboussolé, qu'est-ce que ses Hommes faisaient ici ?! Mais elle n'eut le temps de ne rien dire que les fers lui furent passer, aussi bien à elle qu'à Fear, qui, à son instar, ne semblait pas plus ébranlé que ça.

En réalité, il n'avait pas besoin qu'on lui explique pour comprendre. Ces gardes étaient là avant eux et s'ils étaient là avant eux, ce que quelqu'un les avait dénoncés. Il observa l'Elfe blanche, ne prenant même pas la peine de se débattre.

Le chef de cette garde, apparemment, prit la bourse qui contenait le médaillon et l'ouvrit aussitôt, faisant alors ressortir le bijou. Il y avait un autre Elfe derrière-lui. Il le lui montra alors.

- C'est bien celui-là ?

L'Elfe l'observa un moment puis confirma les dires du garde. Le chef le glissa alors dans le sac et le conserva avec lui. L'Elfe blanc, qui apparemment était l'informateur, ne fut pas très enthousiaste quand aux derniers gestes du chef, peut-être s'attendait-il àce que ce dernier lui remette le bijou ? Il observa alors Pénélope et, dévoilant son visage, l'Elfe blanche devint bouche bée.

- ... Lorgar ?!
- Je suis désolé Pénélope ...


Elle n'en revenait tout simplement pas. Comment avait-il pu la trahir ? Lui qui avait été l'un de ses plus fidèles amis ! C'était impossible ! Impensable même ! Elle n'arrivait tout simplement pas à y croire ! Pourquoi ?! Pourquoi avait-il fait ça ?!

- ... T'as fais une connerie ...
- Je sais ...


Répliqua-t-il sur un ton assez triste ... Mais la discussion n'eut pas lieu plus longtemps. Aussitôt le médaillon et la bague récupérés, la tombe refermée, les deux individus furent conduits aux cachots et enfermés dans deux cellules séparées, en attendant leur jugement ... Sans plus de cérémonie. Durant le court trajet, ni Fear ni Pénélope ne tenta la moindre action pour se libérer.

Mais alors que l'Elfe accusait la trahison de Lorgar, Fear lui, accusait la trahison de Pénélope ...



_________________


Dernière édition par Fear Farrell le Sam 15 Juin 2013 19:31, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les ruines d'un petit hameau
MessagePosté: Jeu 19 Avr 2012 13:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 30 Nov 2011 21:34
Messages: 9252
Localisation: Dans un livre magique protégé par une Corneille
Secrets

Elle était là, devant eux, marchant rapidement et silencieusement, comme un chat qui chasse, une nuit de pleine lune. Le ciel était dégagé et la lune éclairait de sa lumière blanchâtre la citée, créant une atmosphère silencieuse et fantomatique dans les ruelles de Cuilnen.

Evangelina n'arrivait plus se repérer. Elle était perdue et ne connaissait pas assez bien la ville pour espérer retrouver son chemin. Mais cela lui importait peu tant que Pénélope la guidait.

Eux aussi étaient silencieux et discrets, restant à distance plus ou moins constante de leur cible. Il la suivait, et elle ne semblait pas s'en être aperçu. Elle n'essayait pas de les distancer, ni de les convaincre de retourner à l'auberge. Elle continuait son chemin comme si de rien n'était.

D'ailleurs ce chemin semblait étrangement compliqué. Que voulait-elle faire ? Perdre d'éventuel suiveur ? C'était raté. Tromper les quelques passants qu'ils croisaient en cas de questions sur le sujet ? C'était une idée vraisemblable. Mais Evangelina n'avait aucune certitude et se voyait mal tapoter sur l'épaule de l'elfe blanc pour le lui demander.

L'Aniathy sourit à cette idée, remarquant en même temps qu'ils longeaient la muraille de la citée. Ils ne tardèrent pas à arriver à l'entrée principale de la ville, et Pénélope s'y engouffra.

Les deux Aniathy firent de même, et profitèrent que l'attention du garde soit tournée vers Pénélope pour s'enfoncer dans le nuit et devenir invisibles aux yeux du garde. L'elfe blanc ne se laissa pas perturber par le garde et continua sa route sans le regarder.

A partir de ce moment les deux Aniathy durent se rapprocher d'elle pour parvenir à la suivre dans cette forêt qu'elle semblait très bien connaitre. Heureusement pour eux, Pénélope avait baissé sa garde, pensant sûrement que personne n'avait pu la suivre jusqu'ici.

Il se revela qu'elle contournait la citée. Mais où voulait-elle aller, ça, Evangelina n'aurait su le dire. Peut être cherchait-elle quelque chose, ou même quelqu'un... Fear ?

"Mais où est-ce qu'il est encore partis ce nicher cet abruti ?!"

C'était donc bien quelqu'un. Et vu le ton employé, cela pouvait tout à fait être l'inconnu. Mais Evangelina ne s'en réjouissait pas tant que ça, car cela signifiait qu'il était de mèche avec Pénélope et donc qu'il participait à cette affaire plutôt louche.

Et soudain, Evangelina s'arrêta brusquement. Une ombre venait de passer devant elle, s'entre-calant entre elle et l'elfe blanc. Cette dernière sursauta et dégaina son épée. Evangelina resta aussi immobile que possible, l'ombre n'étant qu'à un mètre d'elle. Elle ne semblait pas l'avoir remarqué, et c'était sûrement mieux ainsi.

"Mais t'es complètement malade ! J'aurais pu te tuer !"

Il n'y eu aucune réponse, mais la lumière s'estompa brusquement. L'Aniathy ne voyait presque plus rien, mais aucun bruit ne permettait d'affirmer quoi que soit sur ce qu'il se passait devant elle. Elle vit l'ombre bouger, et Pénélope avec elle, et se remit donc à les suivre. Ils marchaient doucement, prudemment, voire même difficilement et les Aniathys qui ne voyaient presque rien les suivaient de près.

Par contre l'ombre semblait immatérielle. Elle ne faisait aucun bruit, et son avancée était constante, sans accroc dû aux inconstances du terrain. Mais qui était-elle ? Pénélope l'avait reconnu, cela signifiait qu'elle la connaissait. La première pensée d'Evangelina alla vers Fear, mais elle ne parvint pas à en être sûre.

Ils marchèrent longtemps, du moins pour l'Aniathy qui n'avait aucun moyen de déterminer l'avancée de la nuit sous les arbres. Mais finalement le décor changea, les arbres s'espacèrent avant de disparaitre, et de grands murs de pierre, entretenus mais abimés par les années, apparurent devant eux.

Il n'y avait aucune confusion possible. Les murs de pierres recouverts de lierres, la grille en fer forgée entrouverte et abimée, les racines des arbres repoussant les murs de pierres, et ses fameuses pierres, empilées les unes à côté des autres, certaines écroulées, d'autres brisées, d'autre encore surplombées d'un bouquet de fleurs de quelques jours... Ils venaient d'arriver à un cimetière, et cela ne rassura en rien l'Aniathy.

Par contre, tout devint clair dans sa tête. Ils venaient déterrer quelque chose, ou quelqu'un, et ce n'était pas du tout légal. Evangelina regretta soudain d'avoir volé le levier en fer, mais il était trop tard pour ressasser cette erreur, surtout que Pénélope et l'ombre venaient d'entrer dans le cimetière.

Les deux Aniathys suivirent, s'engouffrant entre les tombes, regardant chaque pierre tombale de peur qu'elle ne bouge. Le cimetière était grand, et chaque pierre tombale ressemblait à ses voisines. Pénélope semblait en chercher une en particulier mais passa plusieurs longues minutes à la trouver, jusqu'à ce que :

"C'est celle-là ..."

Evangelina contourna les deux fauteurs en faisant une large cercle pour rester cachée. La pierre tombale devant laquelle ils se tenaient n'avait rien d'extraordinaire, elle était même plutôt banale. Qui pouvait-il y avoir dedans ? Ou quoi ? Elle n'en savait rien, mais elle était justement là pour le découvrir.

"Déjà qu'on va profaner sa tombe, je vais pas non plus creuser le trou."

L'elfe blanc venait de tendre la pelle à l'ombre qui la prit sans rechigner et commença à creuser. Maintenant qu'elle pouvait voir ses membres, elle en était sûre, c'était Fear. Elle ne pouvait pas voir son visage mais cela ne l'empêcha pas d'être déçu de son attitude. Cependant elle resta là, sa curiosité l'empêchant de s'en aller.

L'inconnu mit un temps certains à creuser, mais finalement il déposa la pelle au sol. A ce moment là, quelque chose détourna le regard de l'Aniathy. Quelque chose qui scintillait au loin, à travers un des brèches du mur. C'était un scintillement timide mais certain, et ça bougeait. Une luciole ? Non, ça ne ressemblait pas à la lumière d'une luciole.

Evangelina fronça les sourcils. Tout ça ne lui disait rien qui vaille. Elle posa la main sur l'épaule de Larhe et lui montra ce qu'elle venait de voir.

"Bon ... Tu fais quoi ?"

Evangelina regarda brièvement les deux fauteurs. Ils n'avaient rien vu, et ne semblaient pas s'inquiéter d'un intrus. Larhe quant à lui avait prit la main de sa compagne et la tirait en arrière, comme pour la mettre à l'abri. Elle hésita un instant puis le suivit, s'enfonçant un peu plus dans les tenèbres du cimetière, et s'éloignant de l'entrée.

"Allez, on referme la tombe et on s'en va."

Pour une fois, Evangelina trouva la remarque de Pénélope pleine de bon sens. Cependant Fear ne semblait pas vouloir suivre l'idée et resta agenouillé près de la tombe.

Evangelina tourna la tête et vit que le scintillement s'était rapproché et approchait de l'entrée du cimetière. Et surtout, la lumière n'était pas seule, des hommes l'accompagnaient et la portaient.

QUe devait-elle faire ? Les deux fautifs ne bougeaient pas. Si elle intervenait, elle ne ferait qu'empirer les choses. Mais si elle n'intervenait pas... Elle ne savait pas quoi faire. Mais il était sûrement déjà trop tard, les intrus étaient déjà dans le cimetière. Elle se retourna et s'assit contre une pierre tombale, se recroquevillant contre Larhe pour ne pas être vue.

"Mais t'es complètement mala ..."
"Pris la main dans le sac ! Arrêtez-les !"

Evangelina ne vit pas ce qu'il se passait, mais étant donné l'absence de bruit, les fauteurs ne résistèrent pas. De toute façon, ils n'avaient pas vraiment le choix, que pouvaient-ils faire ? Il y eut des cliquetis métalliques, sûrement les menottes attachées aux poignets de Pénélope et de Fear. Evangelina passa les yeux au dessus de la pierre tombale pour voir ce qu'il se passait. Il y avait plusieurs gardes, plus un elfe qu'elle ne voyait pas très bien, qui restait en retrait. Un des gardes faisaient face aux deux fauteurs et prit quelque chose à Pénélope. Une bourse apparemment. Il ouvrit et en sortit ce qu'elle contenait. Evangelina ne parvint pas à voir de quoi il s'agissait, mais ce semblait être la raison de la présence de Pénélope ici. Et apparemment, elle n'était pas la seule à le convoiter.

"C'est bien celui-là ?"

L'elfe qu'elle ne voyait pas bien s'avança dans la lumière. Evangelina fronça les sourcils. Son visage lui était familier. Du moins lui semblait-il. Mais à cette distance elle ne pouvait pas être sûre. Il était plus petit que les gardes, et semblait replié sur lui-même, comme s'il avait honte de quelque chose.

"... Lorgar ?!"
"Je suis désolé Pénélope ..."

Ils se connaissaient ? Cette histoire devenait de plus en plus compliqué. Et l'Aniathy ne pouvait rien faire, ne pouvait pas intervenir. De toute façon, elle se ferait arrêter aussi, alors autant qu'elle reste cachée, elle pourrait peut-être faire quelque chose après.

"... T'as fais une connerie ..."
"Je sais ..."

Les avait-il vendu ? Si c'était le cas, elle devait le retrouver. Elle devait connaitre le fin mot de l'histoire. il fallait donc qu'elle le suive. Mais cette impression de le connaitre l'intriguait. Elle détestait cette sensation désagréable, et ferma les yeux pour essayer de mettre de l'ordre dans ses souvenirs. Mais rien ne venait, aucun nom, aucun souvenir de cet elfe... Qui était-il ? Et qu'était-il pour Pénélope ? Et pourquoi les avait-il vendu ? Elle n'en savait rien mais elle comptait bien le découvrir.

Malheureusement elle ne put suivre l'elfe. Il repartit avec une partie des gardes, et avec les fauteurs, mais deux gardes restèrent pour refermer la tombe et boucher le trou. Et l'un deux surveillait le cimetière, la lampe à la main. Elle ne pouvait donc pas bouger tant qu'ils seraient là. Elle se rassit dos à la pierre, attendant qu'ils s'en aillent. Larhe était à côté d'elle, les sourcils froncés. Que pensait-il ? Elle n'osait lui demander de peur d'alerter les gardes.

Il fallait qu'elle reste silencieuse, discrète, invisible. Et rester là était la seule manière de l'être. Sa cape n'était pas assez puissante pour la dissimuler en pleine lumière à un garde attentif.

Mais qui était-il ... ?

Influence néfaste

_________________
Les dieux ne sont qu'enfants, inconscients et inaptes. Ils souffriront comme j'ai souffert, perdront à jamais leur pouvoir et erreront, comme jamais personne n'avait encore erré. Ils pleureront, remplissant les mers, et saigneront, car tel est le sort que je leur réserve, car enfin ils vivront ce qu'ils ont fait vivre...

Image

Merci à Itsvara

« Les hommes ne sont pas nés du caprice ou de la volonté des dieux, au contraire, les
dieux doivent leur existence à la croyance des hommes. Que cette foi s'éteigne et les dieux meurent. »
Jean Ray



Dernière édition par Evangelina le Mer 20 Juin 2012 16:21, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les ruines d'un petit hameau
MessagePosté: Ven 20 Avr 2012 14:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 30 Nov 2011 21:34
Messages: 9252
Localisation: Dans un livre magique protégé par une Corneille
Trahison

Le temps lui paraissait long, très long. Fear avait été rapide pour creuser le trou mais les gardes n'avaient toujours pas fini de le reboucher. Que faisaient-ils ? Evangelina n'en savait rien. Elle entendait la pelle s'enfoncer dans la terre, mais elle n'osait pas jeter un coup d'oeil de peur que le second garde la voie. Elle attendait donc, patiemment, écoutant les gardes et espérant qu'ils avaient bientôt fini.

Larhe était à côté d'elle et ne parlait pas. Il semblait pongé dans ses pensées. Celle de l'Aniathy étaient en ébullition. Elle repassait tous ses souvenirs un par un dans l'espoir de retrouver qui était cet elfe qui la perturbait tant. Mais elle n'y arrivait toujours pas, et ça commençait à l'énerver. Il était sûrement l'une des clefs du mystère, et elle avait besoin de le retrouver. Elle devait comprendre.

Elle tourna son regard vers Larhe pour se libérer l'esprit et fronça les sourcils. Il était crispé, le visage dur. Que lui arrivait-il ? Ce n'était pas son genre d'être énervé. Elle tendit la main vers son bras mais il la repoussa sèchement.

"Tu te dépêches !"
"T'as qu'à le faire si t'es pas content !"

Les deux gardes se chamaillaient. Mais Evangelina n'en avait que faire. Elle ne comprenait pas la réaction de Larhe. Et cette réaction l'énervait. Elle n'aurait pas su dire pourquoi mais ça l'énervait.

Et cet elfe dont elle n'arrivait pas à retrouver le nom... Ses idées partaient dans tous les sens, elle les força donc à se recentrer sur Larhe. Mais un événement extérieur l'en empêcha. Un coup métallique mais sourd résonna dans le cimetière, suivant d'un glapissement et du bruit d'un corps lourd qui tombe.

Evangelina n'avait pas écouté ce que disaient les gardes, mais il était clair qu'il venait de se passer quelque chose. Mais ne pouvaient-ils pas régler leurs affaires en silence, ils l'empêchaient de réfléchir !

Evangelina se surprit elle-même de cette réflexion mais n'en tint pas compte. Elle regarda de nouveau Larhe qui était encore plus sombre qu'avant.

Que ce passait-il ? Pourquoi choisissait-il toujours le pire moment pour faire le gamin ? Et que ce garde arrête de crier il l'exaspérait !!! Et cet elfe qui restait inconnu, pourquoi la persécutait-il ??

IL se passait quelque chose. Evangelina ferma les yeux et se concentra très fort. Ses pensées étaient incohérentes, sans aucun sens... Larhe vivait-il la même chose ? Et pourquoi ... ?

Elle fut coupée dans ses pensées par un coup de poing, faible mais inattendu, venant de la droite. Le choc la fit s'écrouler sur le côté et elle mit quelques secondes à se remettre de sa surprise.

Elle releva doucement la tête et vit Larhe, debout devant elle, le regard plein de haine et de ressentiment. Qu'avait-il ? Elle remarqua que ses idées avaient repris leurs places, du moins pour le moment.

"POurquoi tu les as suivi ?! Pourquoi tu nous as fourré dans ce merdier ?! Tu es fière de toi ?!"

Larhe était littéralement en train de crier, et le garde n'allait sûrement pas passer à côté. Evangelina tourna la tête vers les gardes et n'en vit d'abord qu'un, vociférant en agitant sa pelle dans les airs et en venant vers eux. Puis elle comprit quel était le bruit qui l'avait déconcentrée peu avant. Le deuxième garde était à terre, immobile, et la lampe à côté de lui révélait une grosse blessure au niveau de la tête, sanguinolente.

Il se passait vraiment quelque chose. Pourquoi avait-il tué l'autre garde ? Pourquoi Larhe l'avait-il frappé ?

"Qui êtes-vous ! Vous n'avez rien à faire là !"
"Attendez quelques minutes vous voyez bien qu'on est occupé !"

Il n'avait pas tort ! De quoi se mêlait-il ce garde de pacotille ! Evangelina se releva et regarda tour à tour son compagnon et le garde se disputer devant elle.

"Vous me saoulez, vous êtes de vrais gamins !"

Ils ne l'entendirent même pas. Ils l'exaspéraient. D'où venait ces sentiments étranges, incohérents avec les évènements ?

L'Aniathy se concentra et ferma les yeux. Il fallait qu'ils s'en aillent, qu'elle emmène Larhe loin d'ici. Il y avait quelque chose de pas net dans ce cimetière.

"Il faut que nous sortions d'ici ! Écoutez-moi bande de bouseux !"

Mais pourquoi ne l'écoutaient-ils pas !!! Elle sentait la colère monter en elle, cette colère qui la rendait si forte, et qui ne lui faisait plus vraiment peur. Elle essaya de se concentrer, il ne fallait pas qu'elle se laisse faire. Ils n'étaient pas dans leurs états normaux, elle non plus.

Soudain le garde mit un coup de pelle dans l'épaule de Larhe qui fut projeté en arrière. Evangelina réagit sans attendre en enfonçant son poing dans la hanche du garde qui perdit sa respiration.

'De quel droit le frappes-tu !!! Espèce de moins que rien !"

Elle renchérit en donnant un gros coup de pied dans le genou du garde qui gémit de douleur et laissa tomber la pelle. Elle sentait la rage monter en elle, plus rapidement que d'habitude, plus violemment aussi. Sans réfléchir elle ramassa la pelle sur le sol.

"T'occupes pas de ça ça ne te regarde pas !"

De quoi se mêlait-il ? Il venait de se faire battre comme un bleu et... Evangelina ne comprenait plus. Que leurs arrivait-il ? Pourquoi réagissaient-ils ainsi ? Pourquoi cette rage qui l'habitait semblait amplifiée par rapport à d'habitude ? Il fallait qu'ils partent d'ici.

L'Aniathy lâcha la pelle et frappa aussi fort qu'elle le pouvait le visage du garde. Elle sentit quelque chose craquer et du sang s'étala sur sa main, alors que le garde s'écroula en gémissant, les mains sur le visage. Puis elle attrapa la main de Larhe qui résista.

"Où tu veux aller encore hein ! Tu n'as pas fait assez de dégâts comme ça !"

Il l'énervait vraiment là ! Elle s'arrêta et se retourna, puis le frappa sans prévenir. Puis elle repartit sans dire un mot. Elle était en colère mais ne savait pas pourquoi. Tout ce qui l'entourait l'énervait, autant Larhe que sa propre faiblesse. Elle courut aussi vite qu'elle le pouvait pour sortir du cimetière.

Puis elle s'écroula dans la forêt, mentalement fatiguée par toutes ses pensées aussi nombreuses qu'incohérentes.

Peu à peu elles se calmèrent, ainsi que la rage qui l'habitait. Du remord apparut quand elle repensa à ce qu'elle avait fait, et son éternelle curiosité reprit le dessus. Que s'était-il passé ? Pourquoi avait-elle réagi si impulsivement, sans réflexion ? Il y avait quelque chose dans ce cimetière qui l'avait influencé, mais qu'était-ce ? Fear et Pénélope devaient le savoir, il fallait qu'elle les retrouve. Il fallait aussi qu'elle retrouve cet elfe inconnu qui hantait son esprit depuis qu'elle l'avait vu. Elle détestait cette sensation de savoir et de ne pas trouver.

Elle resta assise plusieurs longues minutes, le temps d'être sûre qu'elle soit calmée et de nouveau elle-même, maitresse de tous ses moyens.

Un soir de pluie...

_________________
Les dieux ne sont qu'enfants, inconscients et inaptes. Ils souffriront comme j'ai souffert, perdront à jamais leur pouvoir et erreront, comme jamais personne n'avait encore erré. Ils pleureront, remplissant les mers, et saigneront, car tel est le sort que je leur réserve, car enfin ils vivront ce qu'ils ont fait vivre...

Image

Merci à Itsvara

« Les hommes ne sont pas nés du caprice ou de la volonté des dieux, au contraire, les
dieux doivent leur existence à la croyance des hommes. Que cette foi s'éteigne et les dieux meurent. »
Jean Ray



Dernière édition par Evangelina le Mer 20 Juin 2012 17:24, édité 3 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les ruines d'un petit hameau
MessagePosté: Lun 23 Avr 2012 13:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 30 Nov 2011 21:34
Messages: 9252
Localisation: Dans un livre magique protégé par une Corneille
Influence néfaste

Elle devait le retrouver. Elle devait comprendre pourquoi, comment ?... Elle devait savoir ce qui l'avait poussé à faire ça. Il l'avait déçu, mais elle ne pouvait lui en vouloir avant de comprendre. Où pouvait-il être, où les gardes l'avaient-ils emmené ?

L'Aniathy se leva, sous le regard de Larhe.

"Où veux-tu aller ?"
"Il faut que l'on retourne en ville. Ils doivent y être, quelque part."

Larhe baissa la tête, l'air résigné.

"Pourquoi ?"
"Pour les retrouver."
"Mais pourquoi veux-tu les retrouver ?"

Evangelina ne répondit pas. Elle savait où il voulait en venir. Elle savait ce qu'il pensait depuis leur départ. Mais elle ne pouvait pas. Fear était trop important pour elle, pour... Elle n'arrivait pas à savoir pourquoi, mais c'était comme ça.

"Il faut... que je comprenne."

Larhe fronça les sourcils.

"Que tu comprennes quoi ?"
"Que je comprenne... Pourquoi a-t-il fait ça ? Pourquoi me parlait-il ? Pourquoi ne le fait-il plus ? Pourquoi... Pourquoi je suis comme ça ? Je suis sûre qu'il est lié de près ou de loin à ma création..."
"Comment ça ? Et... pourquoi ?"
"Parce que... Je ne sais pas. Je le ressens, il est différent, il sait des choses que je dois savoir, et qu'il ne devrait pas savoir. Il... est important..."

Larhe baissa les yeux un instant.

"Que veux-tu faire dans cette ville ? Ce sont des criminels maintenant."
"Ils avaient sûrement une bonne raison."
"C'est toi qui le dis. Pénélope est paranoïaque et Fear est... On ne peut pas leur faire confiance."
"Mais je dois y aller, je dois savoir."
"Tu es sûre de vouloir prendre ce risque, après ce que ses habitants t'ont apporté ?"

Evangelina repensa à l'aubergiste, au vendeur qui lui avait offert sa ravissante tenue, à cette famille qui les avait gentiment invité, à cette petite fille qui...

"Liliana !"
"Quoi "Liliana" ?"
"Celui qui les a trahit, ce... Trogar ou je ne sais quoi... C'est lui qui est venu chercher le paquet chez elle ! Elle sait qui il est, elle pourra nous aider à le retrouver !"
"Mais..."

Evangelina n'attendit pas la réponse de son compagnon. Elle savait qu'il la suivrait, qu'il ne la laisserait pas y aller seule. Il ne pouvait rien leur arriver, ils allaient simplement toquer à une porte et parler. Qu'y avait-il de dangereux ?

Evangelina s'élança vers la muraille de la citée. Elle savait qu'il suffisait de longer ce mur de pierre pour atteindre l'entrée de la citée.

"Surtout ne laisse personne te barrer la route..."

Evangelina l'entendit à peine, ne s'arrêtant même pas de courir. Il fallait qu'elle sâche, il fallait qu'elle trouve les réponses. Trop de ses questions en manquaient... Il fallait qu'elle découvre qui elle était, il fallait qu'elle résolve le mystère du cimetière, il fallait... Elle avait plein de chose à faire, plein de raison d'avancer, et personne ne l'arrêterait.

Elle accéléra dans sa course, ne se focalisant que sur ces pensées, presque malgré elle. Elle en oublia Larhe qui courrait derrière elle. Elle en oublia Pénélope, même Fear. Ses pensées se focalisaient sur le traitre, sur cette clef qui allait lui permettre d'obtenir les réponses...

Elle courait le plus vite possible, et parvint finalement devant la porte d'entrée. Le garde était toujours là, mais elle ne le vit même pas. Sa voix intérieure, sourde depuis quelques jours, lui susurrait des mots de puissance, des phrases d'ardeur et de colère. Elle les entendait, les écoutait, sans même se poser la question de leur sens. Peu à peu ses sentiments s'altéraient, elle s'assombrissait.

Elle n'avait plus qu'une idée en tête, savoir, et rien ne l'arrêterait.

Elle sentait sa magie se réveiller, obnubilée par la voix. Elle se sentait devenir puissante, imbattable. Elle avait la réponse à ses questions à portée de main, et la clef du coffre juste à côté. Il ne lui restait plus qu'à s'en saisir, à la ramasser, à l'arracher de son piédestal... Cette clef ne pouvait lui faire de mal, ne pouvait encore moins la blesser. Elle ne pouvait l'atteindre, d'aucune manière que ce soit...

Elle passa à quelques mètres du garde somnolent qui, malgré l'heure et fatigue, la remarqua.

"Eh ! Arrêtez-vous !"

Elle ne l'écouta pas. Elle ne l'entendit même pas. Par contre elle sentit bien les doigts du garde se refermer sur son bras. Elle réagit aussi vite qu'elle le pu, sans même y penser, sans même voir les conséquences.

Elle attrapa le bras du garde et pivota sur elle même, le tordant en le plaquant contre elle. Puis d'un geste rapide elle pivota dans l'autre sens et fit brusquement craquer l'articulation du coude du garde qui poussa un cri de douleur en tombant à genoux.

Evangelina recula de deux pas, doucement, regardant le garde. Que venait-elle de faire ? Pourquoi...Pourquoi avait-elle fait ça ? Les affres de la culpabilité arrivaient mais furent très rapidement refoulés, et Evangelina repartit sans demander son reste.

Elle traversa rapidement les ruelles de la citée, ne faisant attention ni aux passants, ni aux goutes de pluie qui commençaient à tomber. Elle ne craignait pas l'eau de pluie qui coulait sur elle sans l'abimer. Ses cheveux furent rapidement trempés, et son visage ruisselant, mais elle ne s'arrêta qu'arrivée à la clef...

Elle s'arrêta un instant, devant la porte de la maison de Liliana.

Douleur

_________________
Les dieux ne sont qu'enfants, inconscients et inaptes. Ils souffriront comme j'ai souffert, perdront à jamais leur pouvoir et erreront, comme jamais personne n'avait encore erré. Ils pleureront, remplissant les mers, et saigneront, car tel est le sort que je leur réserve, car enfin ils vivront ce qu'ils ont fait vivre...

Image

Merci à Itsvara

« Les hommes ne sont pas nés du caprice ou de la volonté des dieux, au contraire, les
dieux doivent leur existence à la croyance des hommes. Que cette foi s'éteigne et les dieux meurent. »
Jean Ray



Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016