L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Sortie de quête (N'kpa)
MessagePosté: Jeu 10 Avr 2014 22:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Lun 20 Oct 2008 21:22
Messages: 22817
Localisation: Chez moi^^
@N'Kpa : Tu vas te réveiller sur un navire, surveillée par Nellia. Au bout de deux jours, le bateau va s'amarrer dans le port de Darhàm. Dans ton sac, tu trouveras une pièce d'équipement en métal (arme ou armure, à toi de choisir).
Ton collier n'a plus que sa pierre rouge, les deux autres ont été brisées ou ôtées.

Le navire ressemble à un simple navire de pêche, un mâts, des filets, une demi-cale pour le poisson, l'autre pour le dortoir de hamac.
Image

Il y a une vingtaine de marins en tout, humains et sang pourpre pour l'essentiel. Et vous serez mis à contribution pour des tâches de base (tirer des cordages, astiquer le pont,...).
La nourriture est simple : miche de pain, poisson cru, vin de mauvaise qualité, eau douce, fromage et fruits séchés. Pas de cuisine donc, pas de feu ni rien d'approchant.
Le seul représentant de l'autorité semble être le capitaine, un jeune sang pourpre qui passe l'essentiel de son temps à menacer la moindre personne qui chercherait à se la couler douce.

Pour Nellia, c'est une jeune humaine, d'une vingtaine d'année, maraudeuse. Ses muscles sont taillées pour la discrétion et le combat rapide et précis. Elle a été capturé aux alentours d'Oranan alors qu'elle effectuait une mission pour un commanditaire. C'est une mercenaire qui vit de petits combats et de petits larcins, surtout de larcins d'ailleurs. Elle parle de sa vie avec joie, une vie pour elle de liberté et de paix, loin des tracas des grands. Elle a hâte de pouvoir retrouver cette vie et d'oublier au plus vite l'île, les monstres et les treize. Si vous parlez beaucoup, elle pourrait t'apprendre qu'elle la bâtarde d'un noble kendran qui a laissé sa mère mourir de faim alors qu'elle n'avait que 8 ans. Depuis elle se venge à sa manière en extorquant de l'argent à des nobles qui la paye pour voler d'autres nobles.

Et à la fin de ton voyage, tu pourras reprendre tes rp libres à partir d'ici : Port de Darhàm

Tu peux te servir de ce topic pour rp le voyage et me donner ton choix d'équipement.

Pour le reste, ta bourse se retrouve alourdie de 3000 yus.
Tu gardes ton collier qui, réduit au strict minimum de sa puissance, t'offres +5% sur toutes tes caractéristiques naturelles (y compris les PV).
Tu gagnes aussi 20 xp pour la sortie de quête.


Au niveau réputation :
-> pour t'être échappée malgré la présence de Khynt, Crean et Xenair, tu gagnes +20 en renommée à Omyrhe
-> Pour avoir osé refuser l'offre de Khynt, tu gagnes +5 en renommée à Omyrhe
-> Ton collier t'apporte aussi la reconnaissance du camp d'Omyrhe, ils te considèreront comme l'un des leurs et comme un élu choisi. Tu gagnes donc +10 en infamie à Omyrhe, Pohélis, Darhàm et Caix Imoros.

_________________
Pour s'inscrire au jeu: Service des inscriptions

ImageImageImage

Alors il y a une règle que je veux que vous observiez pendant que vous êtes dans ma maison : Ne grandissez pas. Arrêtez, arrêtez dès cet instant. Wendy dans "hook" (petit hommage à Robin Williams)
Pour toute question: Service d'aide
Pour les services d'un GM: Demande de service


Je suis aussi Lothindil, Hailindra, Gwylin, Naya et Syletha


Haut
 

 Sujet du message: Re: Sortie de quête (N'kpa)
MessagePosté: Sam 19 Avr 2014 21:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 2 Jan 2010 01:28
Messages: 984
QUAND SIRAT SE SACRIFIE POUR LA BELLE



UNE LIBERTÉ CHÈREMENT PAYÉE


(1ère partie)

(Noir… le trou noir… mon esprit est vide, j’ai l’impression d’être dans un brouillard … des sons me parviennent, un bruit de vagues qui viennent heurter quelque chose, une sensation de balancement… des odeurs, ça sent fortement le poisson… J’ai un mal fou à réunir mes idées, me souvenir … Je force, dans un grand effort de volonté une tentative… j’ouvre doucement mes yeux et la lumière ambiante pourtant feutrée m’agresse. Je les referme aussi vite parce qu’une violente décharge douloureuse irradie de l’arrière de mon crâne. J’ai si mal que je n’arrive pas à rouvrir mes mirettes… Du coup, j’ai le sentiment de tournoyer, d’être aspirer vers un fond insondable… Que m’arrive t-il, où suis-je, que c’est-il passé, pourquoi cette douleur et cette amnésie? … Je laisse passer un peu de temps au mal pour passer au travers. « Par tous les dieux! », j’en ai même mal jusqu’à la racine de mes dents… )

La jeune femme finit par ouvrir complètement les yeux et découvre le plafond en bois bas d’une cabine de navire. La couche n’est pas mauvaise. Elle ressent un contact tiède au niveau de ses jambes et relevant légèrement le cou, elle aperçoit Nellia la discrète jeune femme. Elle est appuyée sur la cloison et lui fait face, l’observant de ses yeux noirs. Rien ne transparait de son regard, ni amitié, ni haine, ni compassion.
Une houle plus forte vient à torturer le navire qui craque de ses membrures et bouscule le couple dans la couche, réveillant la douleur. Une grimace… Au delà, dehors, une voix jeune scande, invective, injurie, lance ordres et consignes…
N’Kpa sans relever la tête, fixant le plafond, tente un contact avec sa silencieuse voisine :

Par Yuimen, j’ai l’impression d’avoir pris une colonne sur la tête… Que c’est-il passé, où est Sirat, Daïo, Khynt, les esclaves?… Un court silence puis elle reprend : Où sommes nous? … Depuis combien de temps suis-je inconsciente?…  Elle souffle doucement, l’effort de parler lui provocant un mal de chien.

 Ton ami t'a assommé, car tu refusais de lui obéir. 

Elle hausse les épaules.

Cela explique surement tes maux de tête et le fait que tu sois rester inanimé toute la matinée. Pour ce qui est du lieu, on est sur un navire en direction du port le plus proche, apparemment Darham. 

Odieuse cette trahison, Jamais elle n'avait imaginé que Sirat en arriverait là. La frapper, en traitre pour... pour la sauver évidemment... Mais comme c'était difficile à accepter... il avait fait le choix de se sacrifier... elle serra les poings... [Sirat pourquoi? Que vais je devenir sans toi? ...Tu me manques déjà et j'ai si peur que tu ne reviennes jamais. Comment te retrouverais-je... et ou toi... Que vais-je raconter à ton enfant?] Elle porta une main à son cou et sentit le collier où trônait toujours une pierre. Elle fit la grimace. L'homme métal lui avait laissé cette relique et cela ne lui plaisait pas. Elle se sentait souillée et sans espoir de pouvoir s'en débarrasser sans s'arracher la peau. Elle souffla doucement pour évacuer la déception et le mal de tête.
Elle se ressaisit, sentant le regard de Nellia peser sur elle.

Darham je ne connais pas et toi?

Dahram est une ville pirate, son roi sert son propre intérêt et surtout ceux d’Ormyre. Pour le reste j'y ai pas mis les pieds. je suis juste contente de quitter cette île.

Je m'appelle N'Kpa et je viens de la forêt de Cuilnen. Et toi?

La mystérieuse Nellia sourit.

Moi c'est Nellia, c'est vrai qu'on a pas eu le temps de se presenter là bas.

Comment t’es-tu retrouvée dans la cage comme nous?... Avec Sirat, nous vivions dans un village en bord de mer et une nuit j’ai été agressée enlevée et nous nous sommes réveillés dans une cage, ballottés par les vagues au fond de la cale d’un navire.

On m'a kidnapper alors que je travaillais en tant que mercenaire, du coté d’Oranan. Ne soit pas triste d'avoir quitter cette vie là, il t'aurai trahi un jour ou l'autre les hommes ne font que cela, trahir et pensée a eux.

Elle prend un instant pour réunir ses idées

Cette histoire m'a fait réfléchir. Il y a une communauté de femmes en Imiftil, la Sororité de Selhinae, je vais y aller, pas d'hommes, pas d'assassins ou de monstres. Viens avec moi, si tu veux?

N'KPa ne répondit pas à la dernière allocution de Nellia. Elle ne partageait pas son point de vu concernant les hommes. Au fond de sa chair, grandissait le fruit de son amour et elle connaissait que trop Sirat, pour savoir que son geste était pour la sauver d'un destin sombre. Elle tremblait maintenant pour lui et se retint de laisser apparaître son chagrin... (Nellia, si tu savais?... Que ce soit les hommes, ou des femmes, c'est du pareil au même... Elles peuvent être aussi néfastes dans leur façon de penser et d'agir que les hommes... voir pire... ) Elle repensait à la Comtesse de Keresztur... Elle chassa temporairement cette pensée, gardant dans un coin de sa mémoire l'invitation de Nellia et se focalisa sur le présent...
... La jeune femme doucement se redresse sur un coude et bascule péniblement ses jambes dans le vide. Le simple fait de bouger est une torture tant son crâne lui fait mal. Elle aperçoit son sac et les affaires de Nellia. Tout doucement elle pose les pieds sur le plancher et essaye de se lever. La première fois elle retombe sur son séant sur la couche. Puis lantement avec précaution les bras à écartés, elle avance un pas après l'autre. Le sol, les murs tournent un peu, mais elle s'accroche et poursuit son chemin. Arrivé au niveau de son sac, elle s'accroupit et regarde ce qu'il contient.
La surprise est lisible sur son visage. Une bourse, bien rebondie et un manteau, au tissus étrange.

Elle se retourne vers Nellia, juste quand un bruit de pas ce fait entendre. Un homme pénétra dans la cabine sans s'annoter, en se baissant pour ne pas se cogner au plafond bas.
Les deux femmes le dévisagèrent. N’Kpa surprise n’arrive pas à détacher son regard de l’homme. D'une taille moyenne, jeune d’apparence, aux traits pourtant endurcis. Le teint bleuté de sa peau tranche avec des cheveux coupés courts d’un rouge pourpre. Il porte un catogan qui descends sur sa nuque jusqu'à mi-dos. Son regard est dur, le jeune homme transpire l'autorité pure. Il n'est pas des plus faciles... La suite allait le confirmer… Il les observe, les juge tour à tour sans un mot. Nellia ne semble pas plus que ça troublée, N’Kpa en est plus gênée...
Il produit un claquement de doigts, apparait alors un deuxième homme d’une apparence quelconque. Son regard fuyant et son faciès disgracieux troublent les deux femmes. Ce dernier reste avance de quelques pas. Il dépose un plateau avec une miche de pain un pichet d’eau et un bocal en terre cuite fermé par un bouchon de liège, fromage et fruits séchés complète le tableau.
Le sang pourpre prend la parole d'une voix profonde et grave :

Heye ! Vous deux, pas de fainéant sur mon navire. Toi ! … s’adressant à Nellia : J’espère que ta copine féline n’a pas trop de séquelles et qu’elle sera capable de travailler. Pas d’travail, pas d'nourriture. Je vous offre celui-ci. Je vous laisse le temps de ce sablier pour vous requinquer, mais après je vous veux sur le pont... Tout retard sera sanctionné par un corvée supplémentaire...

Il dépose l’étrange petit flacon à double globe sur la table et s'en retourne sans un mot de plus, suivit par son sbire... Un sable bleu coule dans le globe du dessous…
Les jeunes femmes se regardent et se jettent sur le plateau...

_________________
Image





Dernière édition par N'Kpa Ithilglî le Dim 20 Juil 2014 21:52, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Sortie de quête (N'kpa)
MessagePosté: Lun 21 Avr 2014 10:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 2 Jan 2010 01:28
Messages: 984
(2ème partie)


… Les deux jeunes femmes ne s’étaient pas rendues compte de la faim qui les tiraillait. Sans un mot elles se jetèrent sur le bocal qui contenait un poisson mariné. Le goût était un peu fort, mais pas désagréable et se laissait déguster sur une tranche de pain. Le pain qui accompagnait était encore frais. Nellia s’était régalée du fromage que l’odeur nauséabonde n’avait d’égale le goût des plus terribles. N’kpa avait délaissé celui-ci au profit des fruits secs. Le temps compté par le sablier venait à son terme. Dans quelques instants les derniers grains de sable bleu seraient passés dans le globe de dessous.
Elle se regardèrent repue, échangèrent un sourire de connivence et vite se mirent en tenue. Le mal de tête s’estompait, même si la zone restait physiquement douloureuse.
N’Kpa retira ses gants longs et les chausses noires, glissa le tout dans sa besace, elle attacha les deux petits sabres et alla planquer le tout dans un recoin. Il ne faisait pas froid, elle retira le pourpoint de cuir qu’elle déposa sur la couche. Elle ne restait plus que vêtue du pagne et de son corset, laissant au grand jour apparaitre sa féminité débordante…
Nellia l’analysa, gênée et se dit que sa camarade était un peu trop nature, mais elle n’en dit rien.
Elle en fit autant, mais beaucoup plus pudique et discrète que N’Kpa, elle garda sa tenue fonctionnelle de maraudeuse et rabattit sur sa tête son capuchon. N’Kpa attirerait les regards, alors qu’elle passerait inaperçue et cela lui convenait.

Rapidement elles grimpèrent les quelques marches pour atteindre le pont principal.
La plupart des marins présents étaient du même type que le capitaine, le reste humains. Ils étaient assez nombreux et ceux qui étaient proches reluquèrent les deux jeunes femmes avec insistances. Nellia gênée, soupçonneuse enregistra les expressions et classa les visages par priorité de méfiance. Elle se tint un peu à couvert dans l’ombre du gaillard arrière, alors que N’Kpa faisait un tour d’horizon, nullement perturbée sur l’instant par les regards scrutateurs et avides, braqués sur elle.
Le navire n’était qu’une grosse coque de noix, avec un seul mât à voile carrée. Deux vergues servant probablement de grue, étaient reliées à la base du grand mât. Un château couronnait la poupe et la proue. Une vigie trônait au dessus de la grande vergue. Deux gros treuils à bras, occupaient l’avant du mât de part et d’autres. Ils servaient sûrement à mettre à l’eau et relever les grands filets de pêche. Une grosse écoutille couverte par un caillebotis siégeait à l’arrière du grand mât, juste devant elles. Deux barques empilées l’une sur l’autres recouvraient le caillebotis. Des monceaux de rouleaux de cordages et de filets étaient bien rangés dans des coins sur le pont. Des tonneaux bien attachés occupaient le gaillard d’avant sous le château, probablement remplis de sel.
Pendu aux solives du gaillard d’avant, des globes de verre emprisonnés dans des filets en corde, étaient ballottés par la houle de plus en plus forte. C’étaient des flotteurs permettants aux filets mis à l’eau de former une barrière pour emprisonner un banc de poissons.
N’Kpa connaissait leur fonction, car les pêcheurs du petit village où elle vivait avec Sirat, avant leur enlèvement, utilisaient cette technique. La houle avait forci et le plafond nuageux était bas. Une tempête se préparait. N’Kpa n’était plus à son premier voyage en mer et les mouvements du navire ne la gênait pas vraiment.

La voix du capitaine tomba d’au dessus de leur tête. Ah ! vous voilà mesdames, je commençais à m’impatienter, encore quelques secondes et je vous collais une première corvée… Mr Gibs mettez la noiraude au travail sur le pont à la manoeuvre, nous allons essuyer un grain… Vous… Il désigne N’Kpa, subodorant les compétences acrobatiques de la féline : Bosco, faites la grimpez avec six hommes. Réduisez la voilure de moitié, le vent forcit…

Les deux passagères se regardèrent, Nellia n’était pas des plus rassurée. Le sieur Mr Gibs un sang pourpre apparut au bas de l’échelle qui menait au gaillard arrière.

Allez la noiraude, assez tirer au flan, si tu veux arriver à bon port et mériter la gamelle, va falloir y mettre de l’huile de coude. Il se retourna et haussa le ton : ALORS VOUS AUTRES, VOUS AVEZ ENTENDU LE CAP’TAINE, TOUS A VOTRE POSTE, FINI DE BAGUENAUDER A RELUQUER LES DAMOISELLES ! BANDES DE VERS LUBRIQUES, C’EST PAS LE MOMENT DE PENSER À LA BAGATELLE AVEC LES MARINETTES, FAUDRA ATTENDRE D’POSER VOS SALES GALOCHES À GRAND PORT. ALLEZ !

La voix tonitruante réveilla de leur hypnose l’équipage. Il y eu un grand branle bas. Ça courait partout, dans une espèce de fausse panique. Cependant, tout le monde savait ce qu’il avait à faire. Nellia fit la moue. Etre appelé la « noiraude » n’était peut-être pas à son goût.

N’Kpa eu un sourire en coin. Se balader dans la mâture, effectivement, ne lui déplaisait pas. Après tout ce n’était qu’un arbre sans branche, juste relié à des cordages.
L’homme appelé le Bosco, rugit à son tour et désigna un groupe de marins, avant de se tourner vers N’Kpa. C’était un humain, il était un peu courtaud, la cinquantaine et arborait une bouille assez joviale. Des favoris entouraient un visage carré endurcit et buriné par des années de service.

Bien, la féline, tout d’abord tu vas m’enfiler ça et fissa ! Il lui jeta une chemise en lin écru et une culotte à rayures brunes élimée. Si tu laisses tes « miches » au soleil trop longtemps, je n’réponds pas de l’orage qui va s’amonceler et se déferler sur ta trogne. Si tu troubles mes tourteaux ils vont rater la manoeuvre et cela peut nous coûter notre coquille et j’ai pas envie d’aller embrasser Moura. il se tourne vers un groupe : VOUS ! C’est fini de reluquer mademoiselle? Vous n’avez rien à faire, faut-il que j’fasse chanter le fouet? Allez grimpez et réduisez moi la voilure de moitié. A la manoeuvre et qu’ça file, bande de fainéants !

Les six hommes s’exécutèrent et sautèrent dans les haubans…

N’Kpa penche la tête sur le coté, n’étant pas sur d’avoir tout compris de l'argot du bosco, elle s’exécute, enfile les fripes peu agréables…

Bien, maintenant tu vois là haut? il désigne le nid de pie. Va falloir nous montrer tes talents et avec tes camarades vous allez me remonter la voile, l’attacher avec les garcettes, comme il faut. La sainte Rana nous envoie une de ses colères et cela risque de s’couer. EXECUTION !

Ni une ni deux, alors que les marins étaient dans la moitié de la hauteur des haubans, l’Humoran les rattrapa, suscitant une pointe d’admiration vite remplacée par une jalousie mal placée. Quelques remarques déplaisantes fusèrent d’entre les dents.
N’Kpa n’en fit pas cas, heureuse de s’élever au dessus du pont, prendre l’air vivifiant. le mouvement de balancier était déjà bien important, avec la houle qui augmentait. La jeune femme attendait les hommes Ces derniers arrivèrent enfin et se répartirent le long de la vergue, progressant avec prudence, s’agrippant le mieux qu’ils pouvaient. Connaissant leur boulot, les hommes commençaient à remonter à eux la voile. N’Kpa s’agrippa et rejoignit un coté sur la vergue. L’homme à coté la regarda et serra les dents. Une embarder soudaine du bateau secoué par les vagues grossissantes décrocha un des hommes. Son cris retentit, mais sa chute fut stoppée.

Ne me lâchez pas… Tenez bon …

N’Kpa le tenait d’une main, de l’autre s’accrochait à un bout qui se balançait dans le vide. Elle avait réagit d’instinct et se laissa glisser jusqu’au pont, pour déposer l’homme hébété.

Des sifflements d’admirations retentirent accompagnés d’un grand « Houra! »

Bravo Mademoiselle, mais le travail n’est pas fini, remontez tous les deux là haut. Maître bosco, mettez plus de monde, il faut agir vite plus vite!

Bien reçu c’aptaine ! VOUS AVEZ ENTENDU VOUS AUTRES AU BOULOT ON SE GROUILLE !

Le groupe prit de l’altitude. Les premiers éclairs retentirent accompagnés d’un vent violent. Les ordres fusaient et les hommes exécutaient.
La tempête fit rage pendant plusieurs heures. Les hommes et les deux femmes lutèrent toute la nuit. Au petit jour la tempête c’était éloignée. La coque de noix avait résisté et même si quelques avaries étaient présentes et en voie d’être résolues, l’équipage ne comptait que quelques blessés.

Les deux jeunes femmes avaient fait de leur mieux et comme le reste de l’équipage, elles accusaient un fort épuisement.
Le second jour passa aussi vite et le travail avait repris, comme si rien ne c’était produit. Les corvées, s’enchainaient et les jeunes femmes apprécièrent la bonne nouvelle que le port était en vue… Une bonne heure plus tard, le bateau touchait quai.
Le capitaine délégua à Mr Gibs le soin d’accompagner sur le port les deux jeunes femmes. Pas un mot de plus ou de moins. Elle purent récupérer leurs affaires et ce dernier les remercia, avant de prendre congés.

Elle se retrouvaient l’une et l’autre dans un port étranger, sans aucune connaissance… Le plus important était de trouver une auberge et prendre un vrais bain et un vrais repas…



… Fin de quête, à suivre sur le topic du port de Darham… Dirigé avec GM 16

_________________
Image





Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016