L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 75 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Mer 11 Oct 2017 05:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 25 Sep 2009 02:12
Messages: 4820
Localisation: Quête 30 : La Chute d'Aliaénon
Tarla Raventein gênée, regardait l'humoran non sans une certaine surprise. Elle hésita à répondre, et finalement balbutia une phrase. Elle ne voulait pas regarder quelqu'un en particulier, Natsya était en face d'elle... Elle marqua un temps d'arrêt, ses pommettes avait virées au rouge. Elle semblait comprendre que Sirat avait joué la comédie et intrigué elle lui demanda. Sirat la jaugea et répondit.

Oui, j'étais conscient, on ne se méfie pas d'un alcoolique et ma camarade avait besoin d'emporter la confiance de Yorhy. En faisant cela j'étais moi-même plus libre de mes mouvements et je pouvais vous aussi vous accordés cette liberté de parole et de mouvements.

Il prit un instant pour l'observer, elle n'était pas à l'aise, il reprit

Personne ne saura que vous êtes venue, faites-moi confiance, comment puis-je vous aider ?

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Ven 13 Oct 2017 21:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 11 Avr 2014 19:09
Messages: 279
Localisation: Quête 35
Son discours eut l'effet escompté sur les chevaliers d'Or qui désiraient ardemment un peu de l'action. Les avoir de son côté pouvait tout autant être un avantage non négligeable qu'une gêne importante pour ses plans. Pour l'instant, ils servaient leur but, l'elfe noir avisera au moment opportun ce qu'il fera d'eux une fois inutiles. Si les deux chevaliers d'or et d'argent ne prenaient pas la parole pour lui répondre, tel n'était pas le cas pour le troisième qui n'avait que des griffes comme armes. Celui-ci considérait que l'expédition en valait la peine, afin de trouver un artéfact pour détruire le Sans-Visage. A ce moment, Endar leva un sourcil circonspect et suspicieux. L'archer-mage n'avait jamais évoqué un quelconque artéfact, juste une connaissance pour mieux connaître l'Unique et de découvrir les véritables raisons qui se cachaient derrière ses actes. Dans tous les cas, le mot avait été prononcé d'un air bien trop convaincu pour n'être qu'un élément de langage. Au moins savait-il à présent ce qu'ils cherchaient et ce que potentiellement Naral Shaam recherchait dans les terres noircies près d'Orsan et d'Elscar'Olth. Au-delà de cela, le chevalier d'Or considérait que la mission était folle mais que le risque était acceptable, ce qui rassura légèrement l'elfe qui commençait à avoir de sérieux doutes quant à la situation mentale de l'ordre des Chevaliers sans bannière.

Lorsque le chevalier aux griffes d'or se tourna vers ses camarades et que ces derniers opinèrent du chef en silence, le sourire de l'elfe noir apparut et s'élargit lorsque le chevalier lui demanda quand ils partaient.

Finalement, il obtenait d'eux ce qu'il voulait, dommage que ser Gasaru tentait par tous les moyens de saboter ses plans. Un jour, Thimoros accueillera la mort du chevalier d'Or, cependant chaque chose en son temps, son heure n'était pas encore venue. Vivant, il s'avérait toujours utile. Se concentrant à nouveau sur la conversation, il les observa silencieusement pendant un instant avant de concéder à leur donner une réponse.

- Dès demain si les préparatifs peuvent être faits rapidement et nous ne serons pas seuls à rejoindre cette expédition puisqu'une humaine de mon groupe nous rejoindra également. Au-delà de soldats, d'aventuriers en tout genre, nous avons besoin d'une chasseuse de monstres qualifiée.

Il omettait volontairement Belliand, mais l'elfe considérait que leur dévoiler cette information pouvait affecter la légitimité de l'Ouessien. Il était intrigué par ce que recherchait Belliand, car comme tous les Illuminés de Nagorin, Belliand cherchait invariablement quelque chose. Il s'approcha légèrement des chevaliers d'Or pour les fixer avec plus d'intensité, désirant savoir plusieurs choses importantes.

- Si artéfact capable de détruire une divinité ou du moins un être s'en approchant existe bel et bien, faut-il savoir encore par qui il a été créé et comment l'utiliser. Nous verrons bien si un tel artéfact existe quant bien même Naral Shaam et vous autres chevaliers d'Or le recherchaient tous sans savoir ce que c'est ou même s'il existe. Puisque j'ai répondu à votre question, à votre tour de répondre franchement et sans détour aux miennes.

Il se tut un instant avant de reprendre doucement:
- Que pensez-vous réellement des Sauveurs d'Aliaénon et du Conseil d'Or ? Est-il réellement légitime à vos yeux pour régenter l'intégralité de ce monde ?

Un éclat d'intérêt scintilla dans son regard bicolore, il avait envie de connaître leur opinion à l'égard de ceux qui désiraient sauver l'Aliaénon.

(612 mots)

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Dim 15 Oct 2017 10:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39314
Ouesseort – Centre Ville (21h20)

    Sibelle, en sa légère robe de soirée, et accompagnée du sieur Yorhy Ellanieh, quittèrent donc à deux l’Hôtel de la Fourchette d’Argent, laissant derrière Sirat et Nastya. Le patriarche mena l’elfe blanche à travers les ruelles nocturnes de sa cité, tout en répondant à ses questions sur le Sans-Visage. Les maisons riches avaient des lueurs à leurs fenêtres, et peu de personnes arpentaient les rues.

    « Le Sans-Visage ne nous a jamais rien demandé en retour. Il était comme un guide, un compagnon de notre peuple. Nous le remercions de notre amitié, mais il n’a jamais rien réclamé. Il n’a jamais semblé avoir besoin de quoique ce soit, d’ailleurs. C’est lui qui, jadis, du néant érigea Nagorin. S’il a une faiblesse, elle doit résider dans la présence de ces Titans, puisqu’il voulait éviter à tout prix leur éveil. Mais il est risqué et dangereux d’explorer ces voies : les Titans sont des êtres puissants et immenses pour qui nos existences n’ont pas plus d’importance que celles d’insectes : si nous nous tenons à l’écart, ils nous laissent en paix, mais si nous avons l’audace de les ennuyer, ils nous écraserons sans remords d’un revers de la main. »

    Ils arrivèrent jusqu’à une petite placette au centre de laquelle coulait une petite fontaine décorative, ils croisèrent des silhouettes connues : les trois chevaliers argentés qui les avaient menés jusqu’à l’hôtel, qui devisaient sans qu’ils ne puissent encore en saisir mot avec un chevalier tout caparaçonné d’or, et rien moins d’autre que leur amer compagnon de route, Endar.

    Du côté d’Endar, celui qui avait déjà pris la parole la reprit pour répondre, avec sincérité, à sa question.

    « Nous ne remettons pas en cause l’existence du Conseil d’Or. Leur but est noble, mais leurs moyens sont limités. Nous ne croyons pas en leur régence d’un monde si grand à partir d’un seul et unique endroit. Tous ces dirigeants se sont éloignés de leur peuple, de leurs terres. Ils ne sauraient correctement les gouverner. Voilà l’essence même de notre scission : nous sommes sur le terrain, parmi les peuples d’Aliaénon. Eux se terrent dans une haute et inaccessible tour, fussent nos buts identiques. Quant aux Sauveurs, nous n’avons rien à en penser, sinon qu’ils sont les libérateurs d’une époque aujourd’hui révolue. Qu’ils ont révélé, pour le bien comme pour le mal, le vrai visage d’Aliaénon à ses habitants. Mais vos actes, si braves fussent-ils, appartiennent au passé. Votre venue ne peut être qu’une bonne nouvelle pour nous, si votre présence ne fait pas que se reposer sur vos lauriers passés. »

    Une réponse qui respirait la franchise et la sincérité absolue. Ce fut à cet instant que dans la vue de l’elfe noir apparut Sibelle, radieuse dans une élégante robe de soirée, au bras d’un humain d’âge mur, non moins richement paré, sur cette placette où ils étaient tous.


[Sibelle : 0,5 (introspection) + 0,5 (questions) + 0,5 (bonus longueur).
Endar : 0,5 (introspection) + 0,5 (questions) + 0,5 (bonus longueur).]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Dim 15 Oct 2017 10:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39314
Ouesseort – Hôtel de la Fourchette d’Argent. (21h20)

    Tarla ne semblait pas bien plus rassurée par les propos nouveaux de Sirat, même si elle sembla imperceptiblement se détendre de savoir qu’il n’était pas sous l’emprise de l’alcool. Elle restait cependant dubitative de la question qui lui était posée, sans savoir visiblement qu’y répondre.

    « Mais… mais je n’ai en rien besoin d’aide. C’est très chevaleresque de votre part, j’en conviens, mais qu’est-ce qui vous fait penser que je sois en détresse ? »

    Elle ne semblait pas comprendre où Sirat voulait en venir. Au rez-de-chaussée, ils pouvaient entendre en écho les bruits de rangement de leur hôtesse. Le repas semblait s’être terminé plus tôt que prévu, sans doute interrompu par les actes de Sirat.

[Sirat : 0,5 (question)]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Jeu 19 Oct 2017 16:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 25 Sep 2009 02:12
Messages: 4820
Localisation: Quête 30 : La Chute d'Aliaénon
Derrière son regard triste, Tarla sembla se détendre, l'annonce de l'humoran la rassurait bien qu'elle restait sur ses gardes. Elle était gêné elle n'avait probablement pas l'habitude d'une attitude comme la sienne. les lèvres à semi-ouvertes en forme de coeur l'air pensive et perplexe face à la question de sirat elle tardait à répondre, cherchant peut être ses mots. Elle n'avait pas besoin d'aide, elle trouvait cela louable de sa part de lui proposer, mais tout allait bien. elle ne comprenait pas pourquoi celui-ci lui avait demandé si elle était en détresse.

Sirat prit un temps et jaugea la jeune femme diaphane devant lui, sa silhouette fine se dessinant dans sa robe de soirée halée par les lumière de la chambre. Il lui souri calmement.

Désolé, vous aviez un air si triste et ... peut-être le fait que je n'ai pas l'habitude de considéré les femmes de la manière de vos hommes je pensais que vous étiez come un oiseau dans un cage doré. Je me trompais sur votre condition, une méprise surement due à mon manque de connaissance de votre culture. Ces tatouages par exemple, il représente une hierarchie, un poste? je suppose que Yorhi est un homme influent.

Il baissa la tête et un peu l'échine en signe d'excuse sincère. Puis il regarda la tâche de sur son pantalon. Les bruits de vaisselle laissait entendre que la soirée se terminait.

Je dois me changer,

il retira son haut laissant apparaitre sa poitrine musclée. Il se tourna et se dirigea vers un bol d'eau avec lequel il aspergea son visage. Les gouttelettes ruisselèrent de ses trapèzes sculpté come des sillons dans le marbre de son dos. attrapant son linge de rechange il allât derrière un paravent, laissant à la lumière simplement deviner ses lignes massive, ombre furtive dessiné par les lumières, se changer.

Je ne vous ferais jamais aucun mal, dit il en se changeant. Sachez le si à tout hasard vous aviez besoins de moi, n'hésitez pas.

Il réapparut encore à demi-vêtu et termina de passer sa tunique sur son corps devant elle.
il la regardais délicatement.

Je me demandais si il y avait un chemin pour aller d'ici à Nagorin, sans emprunter la route, comme un fluide je suppose qu'après votre réveille, votre peuple n'a pas marcher tous se chemin, la route est tellement dangereuse.

Il passa sa main lentement sur la joue de la jeune femme, repoussant une mèche qui venait voiler son visage.

Citation:
408 mots

_________________


Dernière édition par Sirat le Sam 21 Oct 2017 15:54, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Ven 20 Oct 2017 18:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 11 Avr 2014 19:09
Messages: 279
Localisation: Quête 35
Plaçant sa main gantelée sous son menton, l'elfe noir écouta tranquillement les propos tenus par le Chevalier d'Or aux griffes dorées sans émettre une quelconque fois son opinion. Il lui expliquait que bien que leur but soit le même, le Conseil d'Or était une institution lointaine qui ne s'occupait plus des peuples d'Aliaénon, les conseillers restant dans leur tour d'ivoire. Il critiqua leurs moyens limités sans penser un seul instant, que leur départ n'avait fait qu'aggraver cette situation. En réalité, il s'agissait plus d'une excuse qu'autre chose. Ils considéraient qu'être sur le terrain était une meilleure chose que de réfléchir au loin. Au moins avait-il finalement sa réponse et cela confirmait ses doutes, les chevaliers sans bannières ne reviendront plus dans le giron du Conseil d'Or, même après la défaite de l'Unique. Pourquoi le feraient-ils d'ailleurs ? Ils pensaient servir les peuples en étant près d'eux et peut-être avaient-ils raison sur ce point, mais qu'en était-il de la paix à instaurer entre les peuples ?

Lorsque le chevalier sans bannière évoqua les Sauveurs, son attention s'accrût, il était vraiment curieux du sentiment ou du ressentiment des chevaliers d'Or à leur égard. Il fut un peu déçu du commentaire du chevalier qui considéra qu'il n'y avait pas grand chose à penser d'eux, les reléguant volontiers aux ruines du passé.

- Je comprends un peu mieux votre position, même si je ne partage pas votre analyse. je connais certains des membres du Conseil d'Or et je puis assurer que s'ils se sont éloignés de leur peuple, c'est uniquement pour éviter de faire prévaloir leur peuple sur les autres. Il s'agit de préserver la paix et les relations entre les peuples, relations inexistantes avant la création du Conseil d'Or.

Il marqua un léger silence avant de reprendre.

- Quant aux Sauveurs, il ne m'appartient pas de juger les actes des autres Sauveurs, mais je suis certain qu'ils ne sont pas du genre à se reposer sur leurs lauriers sinon nous ne serions pas revenus sur Aliaénon. Pour ma part je suis ici pour mieux comprendre tous les peuples d'Aliaénon, également ceux qui ont refusé que des chevaliers d'Or se trouvent dans leur cité. Mon titre n'a aucune importance, seuls mes actes importent et je suis bien décidé à marquer ce monde de mon empreinte.

Alors qu'il discourrait, il vit une tête familière, bien que le reste du corps était couvert d'une étoffe soyeuse plutôt qu'une lourde armure. Sibelle était au bras d'un homme d'âge mur, à n'en pas douter un ouessien, bien que l'absence de bandeau sur les yeux ou d'un quelconque ornement cachant les yeux le troublaient toujours autant. Il s'avança légèrement vers eux, les saluant de la main.

- La nuit est bien belle aujourd'hui Sibelle, j'espère qu'elle sera riche d'enseignements et d'évènements.

Des paroles bien énigmatiques sans doute et son sourire en coin n'augurait rien de bon, avant qu'il ne se tourne vers l'homme, croisant les bras sur son poitrail et inclinant légèrement le buste.

- Endar de Khonfas, l'un des participants à la Grande Guerre, mes respects Sire. Je suis ravi de voir Ouesseort reconstruite, j'espère participer dans les prochains jours ou les prochaines semaines à la richesse de cette cité et à ses habitants. Je ne devrais pas vous déranger plus longtemps, j'ai encore des choses à régler pour terminer la préparation de mon expédition.

(609 mots)

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Ven 20 Oct 2017 23:19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 5 Mai 2012 23:26
Messages: 1502
Localisation: Quête 35
Au début de la soirée, l’air frais du soir fit du bien à la guerrière dont le sang bouillait après la petite scène de son compagnon d’armes. Elle se détendit rapidement et sa colère tomba presqu’aussi vite qu’elle était apparue.

Tout en arpentant les rues de la cité, Yohry répondit aux questions de la belle. Le Sans-Visage n’avait jamais demandé quoi que ce soit en retour de ses nombreux conseils. Il agissait comme un guide, comme un compagnon de leur peuple. Ceux-ci le remerciaient de son amitié, mais il n’avait jamais rien demandé. Il ne semblait nécessiter de rien. Ce fut même le Sans-Visage qui érigea Nagorin. Il suggéra que sa faiblesse devait résider dans la présence des Titans puisqu’il ne souhaitait pas leur réveil. Il précisa toutefois qu’il était dangereux d’explorer cette voie, les Titans étant des êtres très puissants et nos existences n’avaient que peu d’importance pour eux.

Sibelle réfléchissait aux paroles de l’homme, tout en le laissant la guider dans les rues de Ouesseort. La guerrière ne craignait pas le silence, elle n’était pas le genre à vouloir combler à tout prix les petits moments vides par des paroles insipides.
Après quelques brèves minutes, la fraîcheur commença à l’incommoder, mais l’orgueilleuse guerrière retint ses frissons de mieux qu’elle put. Ils arrivèrent à une petite place de la ville où une fontaine prenait place en son centre, l’hinionne prit de nouveau la parole.

« Ce Sans-Visage semble être un être très intelligent... Vous savez quelles sont ses origines ? Et je suppose également que vous ne le nommiez pas ainsi… Quel était son nom à l’époque ? … J’avoue que j’aimerais en connaître aussi un peu plus sur votre peuple, vos occupations… »

Sibelle écoutait la réponse de son compagnon de promenade lorsqu’elle reconnut un peu plus loin les trois chevaliers d’Or rencontrés un peu plus tôt, accompagnés de Endar. Un peu surprise, par réflexe, elle serra le bras de l’aîné. Insuffisamment pour lui causer de l’inconfort, mais suffisamment pour qu’il s’en rende compte.

Lorsqu’il eut terminé de répondre aux questions de la belle, elle expliqua son comportement à voix basse.

« Je vous prie de m’excuser de vous avoir serré le bras. C’est que je viens d’apercevoir un sauveur d’Aliaénon : Endar. Il faisait route avec nous… mais qui il a fait faux bond avant d’arriver à Ouesseort, il semblait préférer faire cavalier seul… »

Elle n’eut le temps d’en dire davantage qu’Endar l’ayant également reconnu s’en vint vers eux.

« Bonsoir Endar, je vois que vous n’avez plus la créature avec vous, pas plus que les odeurs de putréfaction qui l’accompagnait. »

Après avoir salué la belle, Endar s’adressa à Yohry tout en se présentant. Sibelle ne dit mot, laissant à l’Ouessien le loisir de se présenter lui-même.

Puis Endar expliqua qu’il devait prendre congé d’eux, puisqu’il devait partir en expédition le lendemain. A cela, Sibelle répondit :
« Je vous souhaite une expédition enrichissante ! »

Pendant ces quelques jours passés en compagnie d’Endar, Sibelle n’avait pas été capable d’établir un quelconque lien avec lui. Ce n’était point de la méfiance de sa part, ou une quelconque aversion. Il faut dire que Sibelle n’était pas une femme à se lier aisément aux gens. Et Endar n’avait rien fait pour attirer la sympathie des autres envers lui… De plus, il était homme à faire sa petite besogne lui-même sans se préoccuper des autres. Il ne semblait être fait pour le travail d’équipe… Par contre, elle avait apprécié l’attitude et le courage du chevalier Gesaru auprès duquel elle avait combattu les monstruosités osseuses. Tous les quatre, puisque Nastya et Sirat y étaient également, avaient combattu de concert, tout protégeant et secourant les autres membres.

Ainsi, elle éleva sa voix suffisamment forte pour que les trois chevaliers d’Or l’entendent.
« Pouvez-vous vous approcher ? J’aimerais que vous m’informiez où Gesaru se trouve, j’aimerais bien qu’il nous retrouve à l’endroit où nous logeons. »

(((655 mots)))

_________________
Sibelle, Maître d'armes


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Sam 4 Nov 2017 10:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39314
Ouesseort – Hôtel de la Fourchette d’Argent. (21h20)

    La jeune femme mariée écouta les explications de Sirat avec attention, et lorsqu’il justifia ses actions, répondit posément :

    « La vertu chevaleresque est l’essence de notre société : en souhaitant me venir en aide parce que vous suspectiez un trouble, vous vous êtes fait plus proche de notre culture que vous pourriez le penser : c’est le genre d’acte qui est béni, ici, et… »

    Elle s’interrompit, lorsque l’humoran se mit à se dévêtir. Elle ne put ôter son regard de la puissante musculature de l’homme-bête, se mordant subrepticement la lèvre inférieure, interrompue dans son propre discours. Mais lorsqu’il reprit la parole, elle se rendit compte de son regard gourmand et rougit en baissant les yeux, se retournant pour tâcher de répondre aux questions de Sirat.

    « Les… les tatouages sont synonymes de l’histoire de chaque Ouessien. Chaque acte qui l’a fait reconnaitre des siens. Ce sont des symboles de puissance, oui, mais pas hiérarchiques. Il n’y a guère que la hiérarchie de la rhétorique, en cette cité. Chaque décision est prise via un conseil démocratique, un débat suivi d’un vote. Une assemblée participative où tous les ouessiens peuvent se rendre. »

    Lorsqu’il évoqua une route plus sûre pour Nagorin, elle se tourna vers lui, une lueur fière dans le regard, malgré le geste affectif de la grosse patte de l’humoran pour lui remettre une mèche en place. Son regard sagace se planta dans celui de Sirat avec certitude et, il lui sembla, un brin de passion.

    « Les nôtres sont moins faibles que ce que vous semblez croire. Nous avons fait la route ensemble, préservés par les vaillants chevaliers veillant sur notre peuple. Nous n’avons guère besoin d’être maternés : l’Ouessie est un Royaume puissant qui sait se défendre. »

    À ce moment, la pierre de vision d’Al’Sabbar grésilla dans le sac du zélote.

    « Porteurs de pierre de vision, ici le Ser D'Esh Elvohk Kiyoheiki d'Oranan. Je vous en conjure, prêtez-moi l'oreille, yuiméniens.

    La situation en la Forêt d'Emeraude est devenue critique. Le peuple Pâle s'est scindé en deux factions et s'apprête à basculer dans une guerre civile. Il n'est pas encore trop tard pour agir, mais les rares voix cherchant une issue pacifique ne pèsent pas assez dans la balance du conflit. Il nous faut les vôtres. Les Pâles et Aliaénon ont besoin de vous en Treeof ! Je vous en dirai davantage à votre arrivée. Faites au plus vite. »


    Un appel à l’aide, au cœur de la forêt d’Emeraude. Tarla Raventein rompit le regard et, comme se rendant compte de la situation, se détourna.

    « Excusez-moi… Je dois y aller. Mon époux doit m’attendre. »

    Elle fit volte-face et disparut dans les couloirs de l’hôtel. Sa place vide dans l’encadrement de la porte se fit vite combler par l’arrivée de Nastya, revêtue de son armure, qui avait pris un air déterminé :

    « C’est un appel à l’aide : nous devons y répondre. Laissons nos enquêtes ici de côté un temps : l’aventure nous appelle dans la Forêt d’Emeraude ! »



Ouesseort – Centre-Ville.

    Sibelle n’apprit pas grand-chose de plus de Yorhy Ellanieh. Qu’ils appelaient alors le Sans-Visage l’ « Unique », mais dont ils ignoraient tout des origines. Il était là, et ça leur suffisait. L’apparition d’Endar coupa court à toute explication sur les mœurs des ouessiens. Du côté de l’elfe noir, les quatre chevaliers opinèrent sentencieusement du chef aux paroles de l’elfe noir. Ce fut à cet instant que la pierre de vision des aventuriers présents tressaillit dans leur sac pour leur révéler un message de Kiyoheïki, un autre aventurier de Yuimen, Sauveur d’Aliaénon.

    « Porteurs de pierre de vision, ici le Ser D'Esh Elvohk Kiyoheiki d'Oranan. Je vous en conjure, prêtez-moi l'oreille, yuiméniens.

    La situation en la Forêt d'Emeraude est devenue critique. Le peuple Pâle s'est scindé en deux factions et s'apprête à basculer dans une guerre civile. Il n'est pas encore trop tard pour agir, mais les rares voix cherchant une issue pacifique ne pèsent pas assez dans la balance du conflit. Il nous faut les vôtres. Les Pâles et Aliaénon ont besoin de vous en Treeof ! Je vous en dirai davantage à votre arrivée. Faites au plus vite. »


    Un appel à l’aide, venu de l’ouest. Le chevalier doré rétorqua à l’attention de l’elfe noir :

    « Des gens d’Aliaénon sont dans le besoin. Si mon devoir me pousse à rester ici pour protéger les miens, il n’en est rien du vôtre, aventuriers. Prouvez aux peuples qu’Aliaénon peut encore compter sur ses Sauveurs. L’expédition pour RocSombre pourra attendre que ces êtres soient saufs. »

    Il précisa, à l’attention de Sibelle.

    « Le Chevalier Gasaru est parti retrouver vos semblable là où vous logez, ce me semble. Vous l’y trouverez sans doute. Nul doute qu’en sa qualité de Chevalier du Conseil, il vous accompagnera dans le Royaume Pâle. »

    Ce pouvait être un bon argument pour qu’Endar ne s’y rende pas lui-même… Mais chacun, désormais, devait prendre sa décision. Faire un choix.



[Sirat : 0,5 (mode-séducteur) + 0,5 (questions).
Endar : 0,5 (introspection) + 0,5 (bonus longueur).
Sibelle : 0,5 (introspection) + 0,5 (questions) + 0,5 (bonus longueur).]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Lun 6 Nov 2017 11:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 11 Avr 2014 19:09
Messages: 279
Localisation: Quête 35
Sibelle lui fit la réflexion qu'il ne transportait plus l'immonde créature avec lui ainsi que les odeurs émanant de son cadavre avaient disparu. Les hinïons étaient décidément de fragiles créatures sensibles aux odeurs. Si l'archer-mage remarqua que l'Ouessien ne lui avait pas adressé la parole pour se présenter à son tour, il n'en prit pas ombrage. Les habitants d'Ouesseort pouvaient avoir des secrets intéressants qui augmenteraient son propre pouvoir et sa propre connaissance d'Aliaénon, mais ils étaient loin d'être aussi intrigants que les Illuminés de Nagorin qui s'évertuaient à conserver le savoir de ce monde. Il voulut s'enquérir de l'état de Sirat, l'humoran disciple de Zewen, mais le shaakt songea que cette réflexion ne pouvait amener qu'à plus de suspicions et de réserves à son égard, si bien qu'il laissa tomba pour se concentrer sur de plus importants sujets.

Endar afficha un certain mépris lorsque l'hinïonne s'enquit de Ser Gasaru, cet infâme crétin qui mettait l'honneur avant tout le reste. Pour l'instant son cas ternissait la réputation de l'ordre des Chevaliers d'Or que l'elfe noir jugeait incapable de réaliser à bien leurs missions. La première fois qu'il avait posé les pieds sur Aliaénon, sans doute avait-il agi de la même façon, mais cela faisait cinq ans à présent qu'ils parcouraient Aliaénon et ils n'étaient pas capables d'aider correctement les Sauveurs. Pour l'instant, son jugement était son appel, mais il attendait tout de même de voir si tous les Chevaliers d'Or étaient ainsi constitués ou si certains échappaient à la règle. Simaya et les autres conseillers pensaient que leur petite rébellion juvénile n'allait pas durer, qu'elle s'arrêterait lorsque l'Unique sera neutralisé, mais tel n'allait pas être le cas.

Sur ces faits, il sentit sa pierre de vision tressaillir dans sa sacoche et la sortit, curieux de savoir la raison d'un tel phénomène. La pierre de Sibelle semblait également faire des siennes. C'est alors qu'ils reçurent un message du semi-ynorien semi-shaakt, sergent d'Oranan qui demandait de l'aide pour régler la guerre civile des Pâles. Il semblait manquer de bras pour mener à bien sa mission. Endar n'eut le temps de répondre que le chevalier doré lui rétorqua que c'était l'occasion de montrer que les peuples d'Aliaénon peuvent encore compter sur les Sauveurs. Il ajouta que l'expédition prévue pouvait attendre. Endar rongea son frein en silence, arborant toujours cependant un air impassible. La Forêt d'Emeraude n'était pas un lieu de pouvoir, et même si mener une petite guerre civile n'était jamais déplaisant pour un shaakt, d'autres objectifs l'attendaient.

En s'adressant à Sibelle, le chevalier doré précisa que Ser Gasaru allait sans nul doute les accompagner. Là il était clair qu'Endar ne risquerait pas sa peau pour quelques Pâles qui ne lui apporteraient pas le savoir qu'il recherchait ardemment. Cependant il allait devoir s'informer de la situation puisque l'issue de celle-ci pouvait influer sur ses plans tôt ou tard.

Il prit la pierre et la porta près de ses lèvres pour répondre à la demande du sergent d'Oranan.

- Il faut que quelqu'un surveille Naral. Si j'ai un conseil à te donner, n'agis plus comme un ynorien, mais agis comme le Sauveur que tu es. Montre leur ta puissance, ils te craindront tout autant qu'ils t'admireront, ainsi tu auras leur attention.

Il s'agissait d'un conseil typiquement shaakt, mais il trouvait que son conseil n'était pas dépourvu de bon sens.

Il rangea la pierre de vision et se tourna vers ses compères.

- Il n'y a nul besoin de prouver notre qualité, mais je pense que d'autres Sauveurs s'y attèleront avec détermination. Pour ma part, je compte bien découvrir ce que manigance Naral et fouler à nouveau la Lande Noire. Depuis trop longtemps les forces d'Oaxaca y résident et complotent contre nous en dehors de notre champ de vision. Il est grand temps qu'un Sauveur décide de parler aux mages noirs de la Lande. Quand je reviendrai, j'aimerai que l'expédition soit prête, construisez d'autres navires, améliorer leur coque, armez les et provisionnez les pour le long voyage qui nous attendra. Cela laissera le temps pour les Ouessiens d'Ouesseort de délibérer sur le bien-fondé de l'expédition que je souhaite mener, je n'outrepasserai pas la décision des Ouessiens, quand bien même j'ai l'aval de plusieurs hautes autorités chez les Ouessiens.

Il se tourna ensuite vers Sibelle.

- J'imagine que vous allez les aider en compagnie de Gasaru. Sachez que je ne souhaite nullement voyager avec un chevalier qui a juré de me pourfendre juste pour son simple plaisir. Puisse-t-il être plus compétent que je ne le crois et vous aider à sauver le peuple Pâle. A présent, si vous voulez bien m'excuser, il est temps que je retrouve l'endroit où je loge pour m'y reposer avant de partir à l'aube.

Il inclina légèrement le buste en signe de révérence envers les membres présents, avant de se diriger vers la demeure de Belliand. Il se souvenait du chemin, mais sans nul doute que certains chevaliers l'escorteraient pour l'avoir à l'œil.

Message de Pierre de vision :
Destinataire : Esh Elvohk Kiyoheiki
Message : - Il faut que quelqu'un surveille Naral. Si j'ai un conseil à te donner, n'agis plus comme un ynorien, mais agis comme le Sauveur que tu es. Montre leur ta puissance, ils te craindront tout autant qu'ils t'admireront, ainsi tu auras leur attention. (47 mots)

(918 mots)

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Jeu 9 Nov 2017 18:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 25 Sep 2009 02:12
Messages: 4820
Localisation: Quête 30 : La Chute d'Aliaénon
la jeune femme écouta attentivement les explications de Sirat. Elle acquiesça et calmement expliqua à l'humoran qu'en adoptant une attitude chevaleresque il s'était lui même inscrit dans l'esprit des Ouessiens. Pour elle, leurs hommes avaient une conduite de protecteur et de gentilhomme, pour Sirat c'était l'inverse, mais était il en mesure d'estimer la différence de culture qui les séparait. Elle s'interrompit quand il découvrit sa carapace induré de nervure musculaire qui luisait aux lueurs des chandelles.

Son dos, désert taillé de roc et de dune ocre où les ombrages du soleil jouaient d'illusion idyllique pour tromper l'œil voyageur. Il pouvait sentir son regard sur lui, il savait et espérait secrètement qu'un désir pouvait naitre afin de l'interroger. Cette méthode était surement plus louable que la torture afin d'obtenir des informations. quand il revint vers elle, Tarla détourna le regard, embarrassée, elle recula encore un peu plus sentant la porte derrière elle, se refermer comme un traquenard. Prit au piège, dans une embuscade qu'elle désirait secrètement, elle répondit au question du sauveur. Les tatouages déterminaient l'histoire de chaque homme, ses actes et sa genèse. le rang, l'autorité n'existait que par l'éloquence de chacun. Ouessort était commandé par un conseil démocratique, un débat et un vote.

Cette idée était étrange pour le Yumenien, il n'y avait pas a sa connaissance d'endroit come celui-ci dans son monde. Un navire pouvait il fonctionné avec plusieurs capitaine. Il se perdit un instant imaginant l'incohérence de ce genre de gouvernement, puis revint sur sa proie. Il la tenait frêle entre ses mains. Sentait-elle cette chaleur agréable dans ses entrailles qui faisait perdre la raison aux plus pieux? Cette fièvre de désir que l'on perçoit et qui nous obnubile, alors que leur deux corps se frôlaient sans se toucher. Mais celle-ci se rebella, comme l'animal dans une impasse, un dernier sursaut d'orgueil qui désarçonna SIrat. L'idée de pensée que les Ouessiens eut utilisé un portail plutôt que la route l'avait vexé et c'est fièrement qu'elle justifia la construction d'une route allant jusqu'a Nagorin. une construction qui démontrait l'intelligence et la force de son peuple.

Un silence gênant s'installa que vint couper la vibration de la pierre de vision dans le sac de l'humoran. Il libéra la femme marié de son emprise et alla chercher la pierre. Il glissa sa main dans son sac en cuir retroussé et empoigna l'artefact. il libéra son message presque instantanément. C'était la voix clair et incisive de Kyokishiki ou Kyoéshéki, il n'avait pas bien saisit son nom, seul lui restait l'agacement de ce petit semi-elfe le toisant avec mépris.

La conjoncture dans la forêt d'émeraude était grave, elle était sur le point d'imploser dans u conflit meurtrier et les rares cherchant une issue pacifique étaient devenu trop peu pour peser dans la balance. Il quémandait l'aide des autres sauveurs et donc du zélote.
Ce pédant petit chevalier venait de demander de l'aide, cela énervait Sirat mais paradoxalement un plaisir certain de fanfaronner devant l'échec de la suffisance de Kyo l'excitait.

Quel dilemme s'offrait à lui, bercer dans le vide sur un fil son esprit annotait les pour et les contres, basculant d'un côté à l'autre au gré des arguments. Il en oublia presque Tarla, qui échappa son regard, fuyant ce gladiateur à la peau malté. Elle comprenait en revenant à la réalité l'inconvenance de sa position. Elle était marié et avait délibèrent fleureté avec un intrigant inconnu. Elle avait un instant oublié sa situation d'épouse et s'était perdu en fantasme inavoué aidé par cet apollon sibyllin et conspirateur. Reprenant ses droits, surs ses pensées et sa raison, elle en profita pour s'en aller. Il ne la retint pas, elle ne lui avait pas apprit grand chose et il était trop prit dans ses calculs pour s'en occuper.

Dans son sillage, la porte ouverte laissa apparaitre une Natsya en armure, la guerrière avait revêtu plus qu'un costume mais sa seconde peau. Dans l'ambiance feutré de la chambre, sans frapper, elle entra d'un air déterminé, orage d'une nuit d'été, violent et impromptu . Elle en avait cure de ses jeux d'enquête et des non dit, dont se délectait l'humoran, elle voyait un appel à laide, de l'action et voulait y répondre.

Sirat méditatif la jaugea et lui fit signe de rentrer d'un soupir bougon, bien qu'elle n'avait pas attendu son autorisation. Il se gratta la barbe un instant, lui tournant en rond, mais il sentait qu'il ne pouvait réfléchir plus longtemps. Droite et planté en plein milieu de la chambre, sous le couvert de la lumière des chandelles, la nordienne guettait une réponse et s'impatientait. L'envie de voir, l'elfe lui réclamer son appui et de voir son visage plisser de colère quand il verra le visage de l'humoran était un argument suffisant pour balayer tout les autres et laisser ce qu'il faisait en place. Un peu d'action n'était pas non plus pour lui déplaire.

Une baston pour moi c'est comme de l'argent pour d'autre. Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute. Alors une guerre, c'est beaucoup de pognon.

Il retira sa blouse et attrapa ses affaires de combat d'un geste plein d'entrain. Il était clair qu'il apparaissait comme sobre au regard de l'humaine. Mesuré dans chacun de ses actes et pourtant si exalté par le combat à venir.

Je voies que tu as quitté ta robe

lui fit-il avec un clin d'œil.

j'espère que tu l'as gardé, dans tes affaires, se serait dommage de l'avoir jeté.

Il enfourna son amure et mit la main ferme sur son marteau. Lui aussi était content de retrouvé sa toilette usuelle. l'arme, le bouclier, la cuirasse n'étaient que des extension de lui même. Ses yeux luisaient d'une essence juvénile comme à la veille de chaque bataille et son visage irradiait de joie. La cape de l'unique, noire et recouverte de volute mordoré, embrassait son corps et termina de l'habiller.

Il fit l'inventaire de ses gourdes et victuailles. Prit ce qui manquait dans une corbeille posé sur une table. Et se servit un verre de vin. Il fit passer le liquide sous son palet, appréciant une dernière fois son gout âpre et fleurie.

On sait jamais en tant de guerre, ce genre de confiserie sont plutôt rare.

Lui fit-il, un sourire épingler au coin des lèvres. Il retira le ciseau qu'il avait caché dans ses bottes et le glissa son sac ainsi que quelques objets de valeur, richement orné : une brosse, un miroir de main, une bande de tissu en soie et une fiole de parfum. Il prit les vêtements et un oreiller qu'il plia pour l'enfourner dans le sac.
le pillage finit il se redressa.

Nous devons aller chercher Sibelle, sans elle je ne vais nulle part.


Citation:
1116 mots
citation : « Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute. » (JLe Pacha)
action :
-accepte la quête
-pillage de la chambre
-part en direction de la chambre de Sibelle pour la chercher

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Ven 10 Nov 2017 04:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 5 Mai 2012 23:26
Messages: 1502
Localisation: Quête 35
C’est avec une légère déception que Sibelle appris que Yorhy n’en savait pas davantage sur le Sans-Visage, sinon qu’il s’appelait alors l’unique. Les origines de cet homme étant inconnus de l’ouessien.

Puis un tremblement secoua légèrement le sac des aventuriers. Il s’agissait de la pierre de vision qui émit un message de la part d’un sauveur d’Aliaénon nommé Kiyoheïki. Sibelle tendit l’oreille et tenta de mémoriser ce message qui lui semblait être un appel à l’aide. Cela ne semblait pas tourner rond dans la forêt d’Emeraude. Un peuple, nommé peuple pâle, c’était séparé en deux groupes, les végétariens d’un côté et les carnivores de l’autre.
Une guerre civile menaçait de poindre, mais selon le narrateur du message, il n’était pas trop tard pour agir. Le dénommé Kiyoheïki demandait l’aide des aventuriers de Yuimen sur Treeof, promettant d’expliquer davantage dès leur arrivée.


A la question de Sibelle, le chevalier d’Or répondit que le Chevalier Gasaru était retourné à l’auberge ou ils étaient logés afin de les retrouver.

Avant que la guerrière n’eut le temps de répondre à l’appel de la pierre, Endar supposa qu’elle allait s’y rendre accompagné de Gasaru et précisa qu’il ne souhaitait voyager avec ce chevalier qui s’était juré de l’attaquer dès qu’il en aurait l’occasion.

La guerrière qui avait eu une belle expérience de combat avec ledit chevalier d’Or, se redressa et dit d’un air fier :

« Pour avoir combattu à ses côtés, je ne partages pas votre avis. Je pars donc aider ce sauveur en compagnie de Sirat et probablement Nastya. »

Elle n’eut le temps de poursuivre qu’Endar avait tourné le dos.

Sibelle s’excusa alors auprès de Yorhi, ramassa sa pierre de vision et fit un bref message :
« Sibelle, aventurière de Yuimen, Je vous rejoins immédiatement. »
Et tout en courant, oubliant qu’elle portait une robe de soirée, elle se rendit à l’auberge de la fourchette d’argent, espérant y retrouver Gasaru, Natsya, mais surtout le grand humoran, Sirat.

(((326 mots)))

_________________
Sibelle, Maître d'armes


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Sam 11 Nov 2017 10:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39314
Ouesseort – Maison de Belliand.

    Endar arriva chez Belliand escorté du Sire Doré, qui le laissa sur le pas de la porte. L’aveugle de Nagorin était toujours occupé sur la carcasse, à la cave, si bien qu’Endar eut toute la latitude pour se reposer et profiter de sa maison la nuit durant. Lorsque l’aube pointa, il dût prendre une décision sur ses futures actions, sa future destination.


Ouesseort.

    Sirat, Sibelle et Nastya passèrent la nuit à la Fourchette d’Argent avant de prendre, le lendemain, le chemin de la Forêt d’Emeraude et de Treeof, à trois, débarrassés de l’elfe noir, mais aussi de toutes les intrigues d’Ouesseort.

Suite à Treeof.


[Endar : 0,5 (message) + 0,5 (introspection) + 0,5 (longueur).
Sibelle : 0,5 (message) + 0,5 (épisode 1).
Sirat : 0,5 (introspection) + 0,5 (pillage) + 0,5 (épisode 1) + 1 (bonus longueur).]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Lun 20 Nov 2017 00:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 11 Avr 2014 19:09
Messages: 279
Localisation: Quête 35
Sans grande surprise, Sibelle infirma ses dires, affirmant que ser Gasaru n'était pas ainsi. Grand bien lui fasse, elle verrait prochainement l'inutilité du chevalier de la Tour d'Or, puis ce dernier allait sans conteste mourir atrocement, car aucun être humain n'a à menacer un elfe noir. Les humains étaient des esclaves et l'archer-mage allait se faire une joie de rappeler cet état de fait. Peut-être que le shaakt avait fini par boire les paroles des matriarches shaakts réduisant les autres races à leur statut d'esclave ou de mort en sursis, cependant il constatait alors qu'il cheminait en direction de la demeure de l'Illuminé de Nagorin, Belliand, en compagnie du chevalier doré d'Ouesseort, que tous les êtres humains ne devaient pas forcément être considérés comme de potentiels esclaves ou comme des cibles à abattre, ils pouvaient s'avérer de redoutables alliés s'ils étaient dirigés correctement.

Endar finit par arriver chez Belliand, délaissant le chevalier doré sans un regard. Partir loin des chevaliers sans bannière allait être une libération, ils ne comprenaient pas la moindre subtilité dans l'art de la manipulation, ni ne pourraient jamais égaler au fond les Sauveurs. Cela, il en était sûr. Pétrie de morale et d'un goût prononcé pour la bravoure, ils étaient des fous, des marionnettes aux mains de Naral Shaam. Petit à petit, le shaakt se demanda même si le Conseil lui-même n'était pas devenu corrompu à force de laisser le dragon mauve à la manœuvre. Peut-être que Triman avait eu raison en quittant le Conseil d'Or. En cet instant, il aurait bien eu besoin du savoir des Ouessiens pour décider comment agir, cependant tel n'était pas possible en l'espèce, la cité de Nagorin étant fermée pendant encore un bon moment. Il y avait bien Belliand, mais pour l'instant celui-ci était voué à ausculter la carcasse du loup affreusement modifié par la magie. Montant à l'étage, il enleva son armure et se reposa dans une des chambres luxueuses. Sombrant dans l'inconscience, il fit irrémédiablement le même rêve que les autres fois. Il se retrouvait encore une fois enveloppé dans les ténèbres et des voix lui murmurèrent des choses sans qu'il ne puisse réellement les comprendre.

A son réveil, il soupira, ses yeux balayant la pièce, cherchant à se rappeler où il était et qui il était. Lorsqu'il redescendit vêtu de nouveau son armure, le silence n'était qu'interrompue que par les échos provenant de la cave. Belliand semblait encore s'affairer cette nuit, mais sans doute aurait-il appris quelque chose une fois sa dissection terminée. Tout du moins l'espérait-il. S'installant confortablement dans l'un des fauteuils, il profita de ce silence assourdissant et de l'obscurité qui enveloppait la pièce. Pensif, l'archer-mage se demandait ce qu'il allait faire à présent que les autres aventuriers étaient tous réunis près de la forêt d'Emeraude. Il songea qu'à l'heure qu'il est, Sirat avait été mis au courant par cet imbécile de chevalier d'Or. Un contretemps fâcheux il est vrai, mais nullement préjudiciable pour ses plans. Ses plans allaient permettre de sauver l'Aliaénon, tout du moins c'est ce qu'il pensait. Rien n'était certain sur Aliaénon, mais Endar songea que ce n'était qu'en accumulant tout le savoir de ce monde pour renforcer son propre pouvoir qu'il allait pouvoir pacifier ce monde. Sans pouvoir, il était impossible de protéger ceux qu'on aime. Son manque d'alliés dans sa mission était le plus préjudiciable en cet instant. Pourrait-il corrompre les servants de l'Unique pour qu'ils servent ses objectifs ? Il ne le savait pas, mais tout du moins pouvait-il essayer. Aider les Pâles auraient pu lui fournir certains alliés, mais il songeait que la guerre civile était inévitable. La guerre, c'était son élément depuis toujours.

Fermant les yeux, il revit les soldats shaakts se faire décimer dans la forêt d'Eniod par les Taurions, se faire avaler par la forêt elle-même. Il se rappelait des cris, des suppliques alors que les survivants shaakts le maintenaient pour éviter qu'il ne commette une attaque-suicide pour tenter de les sauver. La tête penchée au-dessus de ses mains, de légères larmes fissurèrent son masque d'impassibilité, les gouttes d'eau salée perlant le long de ses gantelets. Les matriarches paieront pour ce crime, ainsi que les humains et les taurions.

L'air assuré, il dut plisser ses yeux lorsque des rais de lumière emplirent le salon. L'aube s'était levée, il était temps d'aller voir Belliand, puis de partir vers Elscar'Olth, non sans un arrêt à Colomir'Thù et à Esseroth. Descendant rejoindre Belliand, ce dernier encore affairé à sa dissection minutieuse lui annonça que la tâche était plus complexe qu'il ne pensait, qu'il n'avait encore jamais vu une telle modification magique. Endar hocha simplement la tête, résolu. Au moins il occupait Belliand pendant un certain temps et l'occupation semblait ravir l'Illuminé.

- Il n'y a pas plus compétent que vous Belliand pour découvrir les secrets de sa transformation, je reviendrai juste quand vous aurez terminé, l'expédition semble retardée pour l'instant, mais au moins se fera-t-elle. Je vais découvrir un peu le monde, si je peux prendre un peu de nourriture et remplir ma gourde, je vous en serai gré.

Il le salua et s'il accepta, prit une bonne quantité de nourriture et alla remplir sa gourde pour le long voyage qui l'attendait. De là, il partit d'Ouesseort, franchissant la grande porte gardée par de nombreuses escouades de chevaliers d'or, puis il prit le chemin qu'ils avaient emprunté pour se trouver assez loin de la cité et siffler une unique fois dans l'appeau. Les dragons étaient capricieux et sans nul doute qu'il allait devoir se montrer convaincant.

(1007 mots)
(Prend une bonne quantité de nourriture, remplit sa gourde, appelle un dragon)

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Sam 9 Déc 2017 11:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39314
Ouesseort – Alentours. (8h)

    Écarté de la ville, il ne dut attendre que quelques courtes minutes pour que l’air s’emplisse de bourrasques, amenées par les larges ailes d’un dragon. Et ce dragon, il put le reconnaître sans peine, pour l’avoir déjà chevauché. C’était le même dragon, émeraude, qui les avait aidés contre les créatures mutantes. Celui-là même qui les avaient ensuite menés jusqu’à Ouesseort.

    Image


    Il toisa l’elfe noir, seul, un instant, avant de faire gronder dans les airs sa voix caverneuse, dans une position fière et dominante.

    « Nulle créature à occire, cette fois. Et là, toute proche, la destination de votre choix. Pour quelle autre raison perturbes-tu, cette fois, le vol d’un Ancien, faible créature ? »

    Il semblait peu amène.


[Aparté possible.]


[Endar : 0,5 (introspection) + 0,5 (provisions) + 0,5 (appel au dragon) + 1 (bonus longueur).]

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Ouesseort (Aliaénon)
MessagePosté: Sam 13 Jan 2018 00:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 11 Avr 2014 19:09
Messages: 279
Localisation: Quête 35
Si prendre des provisions ne sembla guère dangereux le savant Ouessien Belliand et si sa sortie ne causa aucun trouble ni tumulte d'aucune sorte parmi les Chevaliers d'Or, la suite s'annonçait un tantinet plus périlleuse, voire suicidaire. Lorsque loin de la cité, il siffla dans l'appeau, il ne suffit que de quelques minutes pour que le shaakt sente un fort vent balayer le sol et la végétation aux alentours. Les larges ailes couleur émeraude ne laissaient planer aucun doute quant à l'identité du saurien. Il s'agissait du même qui avait été appelé par l'un des membres du groupe sans qu'Endar ne puisse deviner qui. Cependant, l'elfe noir doutait fortement que l'auteur eut été Sirat, connaissant son goût immodéré pour la bagarre et sa curieuse habitude d'exhiber sa virilité en tant que guerrier. Un dragon n'aurait sans doute fait que le déranger, au moins partageaient-ils tous deux la même aversion, au-delà de l'envie de comploter l'un contre l'autre.

Perdu dans ses pensées, la puissante voix aux tonalités caverneuses le réveilla, le questionnant quant à sa raison de perturber le vol d'un Ancien. Pied à terre, le genou fléchi, la tête basse, l'elfe noir attendit que le dragon termine son monologue. Pour un être respectant la puissance, Endar était largement servi en l'espèce. Il ne goûta que peu la provocation du saurien, mais ne s'en formalisa pas plus que nécessaire. La vérité était qu'il ne pouvait vaincre un dragon, encore moins tout seul.

- Ô majestueux Ancien, pardonne mon interpellation à ton égard, je ne t'appellerais pas si l'affaire n'était point aussi urgente.

Il continua, toujours prostré:

- Je suis, il est vrai, une faible créature par rapport à ta toute puissance...

Il releva la tête pour fixer les yeux céruléen de la créature qui le toisaient avec une inquiétude intensité.

- Mais ma volonté est d'acier. D'autres peuples n'ont pas leur champion attitré ou celui-ci est mort lors de la Grande Guerre, il est de mon devoir de les aider à affronter la sombre époque dans laquelle nous vivons. Je suis prêt à me séparer du sifflet offert par Naral Shaam pour pouvoir te demander humblement de m'amener à Colomir'Thù.

Songeant un instant que cela sonnait comme un marchandage, chose selon lui peu apprécié par les gens de son espèce si imbus de leur personne, il crut bon de rajouter:

- Un tel don ne saurait là être qu'un gage de ma bonne foi, de mon admiration et de mon respect pour les Anciens. Après tout, des remerciements sont de mises pour être intervenu après que l'un de mes compagnons vous ait appelé, ainsi que pour le faire de nous avoir emmené près d'Ouesseort.

Cela avait été une bonne chose d'être né shaakt, d'avoir été ainsi baigné dans la politique et les manoeuvres pernicieuses des femelles de Khonfas. Il fallait encore voir si la flatterie allait satisfaire le dragon et s'il allait mordre à l'hameçon qu'il lui tendait. Dans tous les cas, seul le dragon détenait la réponse

(536 mots)

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 75 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016