L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Lun 22 Nov 2010 21:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 11 Nov 2010 19:27
Messages: 484
Kaeras sourit à la vieille dame. Sous ses airs de dure à cuire, elle était attachante. Une mère en quelque sorte.

(Enfin, c'est ainsi que je m'imagine une mère... Je n'ai plus de souvenirs de la mienne... Mais si je devais en avoir une j'aimerais qu'elle lui ressemble... Un peu... Dure et tendre à la fois.)

La jeune fanatique était réellement contente qu'on puisse lui enseigner la magie. Après tout, ses jours étaient comptés à Darhàm. Qui plus est, l'aperçu qu'elle avait eu de la population n'était pas des plus agréables. Les gens ici n'avaient aucun foi en dehors de celle de la piraterie. De plus, comment convaincre des gens d'adhérer à un culte autour la mort alors qu'ils y étaient confrontés dans la vie de tous les jours depuis des semaines.

"Je vous remercie pour ce marché. Il me convient tout à fait. J'ai quelques dernières courses à faire avant de pouvoir partir comme récupérer mes affaires et ma servante. Je vous retrouverai ici. Je vous tiendrais au courant. Merci mille fois. Merci pour tout."


Kaeras salua de la main Liza et partit en s'éloignant.

_________________
Image

Comment se prétendre humaine si l'on n'accorde plus d'importance à sa propre humanité ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Mar 14 Déc 2010 20:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 11 Nov 2010 19:27
Messages: 484
Kaeras et Elyah quittèrent rapidement le quartier des temples de Phaïtos et de Thimoros. Elles arrivèrent bientôt dans le quartier des marins rappelant de tristes souvenirs à la prêtresse.


(C'est ici que j'ai failli mourir contre ce zombie. J'ai failli rejoindre Phaïtos bien trop tôt... Heureusement Dame Liza est venue me sauver de cet indicible être et de la putride engeance de marins aux faciès porcins... Quel terrible lieu, plein de mort... Une vraie ode à Phaïtos... Tout cela orchestré par un nécromancien... Il n'a pas du comprendre le cadeau fait par notre dieu. Pouvoir contrôler la mort, certes, mais non dans l'optique de détruire la vie.)


Kaeras s'arrêta au détour d'une ruelle sombre et dit :

« Arrête-toi ici Elyah, je vais remettre ma robe et abandonner la cape. Elle commence à me gratter. »

Joignant le geste à la parole, la fanatique débuta par se gratter la tête avec sa main droite. Cependant, la jeunette rétorqua aussitôt :


« Maîtresse... Vous ne pouvez pas faire cela... Maintenant l'ensemble des prêtres de Phaïtos et de Thimoros doivent être à votre poursuite... Si vous reprenez vos vêtements normaux, ils vous reconnaîtront aussi vite... »



« Mais... Ça me gratte ! »



« Il n'y a pas de mais qui tiennent... Nous devons passer inaperçu ! »



« D'accord... »


Kaeras renifla un peu et passa sa manche sur son nez. Ainsi, elle espérait qu'Elyah la prendrait en pitié et qu'elle lui laisserait passer sa robe. La jeune blonde durcit son regard et commença à taper du pied sur le sol. La fanatique comprit que la discussion était close. Elle haussa les épaules et se remit en route silencieusement.

Pied droit... Pied gauche... Pied droit... Pied gauche... Pied droit... Crac...

Surprise, Kaeras regarda au sol. Elle vit alors un tibia rompu sous son pied.


(A qui peut-il appartenir ? S'agit-il de l'os d'un mort-vivant ? Ou d'un vivant mort depuis sa rencontre avec un mort-vivant?)


Elyah, qui ouvrait la route, avait continué sur une dizaine de mètres. N'entendant plus les pas de sa maîtresse, elle se retourna et la vit, la mine occupée.


« Que se passe-t-il encore ? Vous avez perdu vos bijoux par terre ? Car si c'est le cas... Je vous rappellerai qu'ils se trouvent dans votre sac à dos... »


Kaeras releva son visage et plaça son index devant sa bouche en soufflant dessus.


« Chuuuuttttt... »



« Chute ? Une chute de quoi ? Une chute de bijoux ? »


La prêtresse ajouta dans un murmure :


« Tais-toi Elyah ! »


À ce moment-là, un animal de la taille d'un poney sauta d'un toit au milieu de la rue. Il rua en direction d'Elyah. Sans comprendre ce qui lui arrivait, la jeune fille fut projetée sur un tas d’immondices qui amortit sa chute. Cependant, la jeune fille s'évanouit sous le choc.


(Qu'est-ce ? Je n'ai jamais vu un animal de la sorte ! Il est de la taille d'un poney et en a la forme générale, mais ce n'est pas un équidé ! Je n'ai jamais vu d'équidé avec des griffes aux pieds ainsi qu'une mâchoire assez grande pour déchiqueter un chien en une seule bouchée. Je dois faire quelque chose, sinon, il va s'en prendre à Elyah...)


Kaeras n'était pas dans la plus grande des formes. En effet, la nuit sans beaucoup de repos ainsi que la présence de ses carcans coupant ses pouvoirs magiques avaient réduit son aura au minimum. Elle pourrait sans aucun doute lancer un sortilège mais pas plus.


(Je n'aurai qu'une seule chance... A moi de la saisir. Mais comment transformer cette chance en coup au bout...À moins que...)

La fanatique se mit alors à hurler afin d'attirer l'attention de l'étrange bête féroce.


« Hey, toi là ! Oui toi là ! Le gros tas de viande puant ! Viens donc ici si tu oses te battre. »


L'énorme animal détourna lentement son attention de son ancien repas en direction de son futur repas. Kaeras put alors remarquer que des lambeaux de peau se détachaient petit à petit autour de la bouche de la bête.


(Encore un autre mort-vivant ? Moi qui croyais que le nécromancien ne faisait que réveiller des êtres humains... Non seulement il ressuscite des animaux, mais en plus, il les transforme en leur donnant des petits avantages... Ca ne semble pas gagné...)


Le zombimal, mélange de zombie et d'animal, chargea alors en direction de la cultiste. Kaeras défit sa cape afin de libérer ses mouvements. Elle la jeta sur le côté et se mit elle aussi en mouvement. Elle se trouvait sans armes car son petit couteau se trouvait dans la poche extérieure de son sac à dos. Or, son sac à dos était portait par Elyah et se trouvait actuellement à même le sol une dizaine de pas devant elle, derrière la bête.

La prêtresse se dirigea droit sur le zombimal tandis que celui-ci l'imitait, mais dans l'autre sens. Au dernier moment, Kaeras détourna sa course vers la droite et esquiva l'animal. Elle continua de courir en direction du sac à dos tandis que la bête poursuivait sa course sur quelques mètres.

La bête s'arrêta regardant à droit et à gauche où se trouvait son futur repas. Le temps qu'elle fasse son observation, la fille aux cheveux couleur prune eut le temps de retrouver son couteau. En fouillant, elle trouva aussi sa gourde de Khori et se posa face à un terrible dilemme.


(J'ai réussi à me passer de Khori depuis 3 jours, et je n'ai pas ressenti de sensation de manque... Mais... Si j'en prends je serais plus forte... Tellement plus forte... Mais cela signifie que je vais à nouveau sombrer...)

« Je n'ai pas le choix. Pardonne-moi Elyah... Je le fais pour toi. »


Kaeras but une bonne rasade de la boisson aux propriétés stupéfiantes, dans les deux sens du terme... Elle sentit alors revenir ses forces en elle, les fluides obscurs se mélangeaient à son sang. Son rythme cardiaque s'accéléra, elle sentait affluer le pouvoir.

Pendant ce temps, le zombimal s'était retourné et avait vu la prêtresse immobile. Il gratta le sol de ses griffes arrachant quelques étincelles sur les pavés. Il poussa un terrible hurlement. Un cri à vous glacer les sangs. Cependant, l'effet de la drogue sur Kaeras avait estompé les effets de la peur. Seule la haine l'habitait.

L'énorme bête chargea à nouveau Kaeras, crocs en avant.


(La magie de Phaïtos vient de l'extérieur. Elle est plus difficile à maîtriser, mais est bien plus puissante que la magie intérieure de Thimoros... Tels sont les mots du Gentâme...)


La fanatique vit alors sa cape au sol, puis la vaste étendue d'eau en dessous des quais. Son plan dément était maintenant en place dans sa tête.

Kaeras ouvrit sa paume gauche, comme cherchant à aspirer les fluides présents dans l'air. Elle ressentit alors un léger picotement entre ses doigts. Elle tenait fermement son petit couteau dans sa main droite et se remit à courir en direction du zombimal, pointe en avant. Arrivée à la hauteur de la bête, elle s'écarta sur le côté tout en donnant tailladant le flanc de l'animal afin de l'énerver un peu plus.

Elle continua en direction de sa cape, main gauche toujours ouverte. Elle laissa tomber son coutelas au sol et ramassa sa cape. Le temps qu'elle se retourne, le zombie se dirigeait à nouveau vers elle d'un pas alerte. Kaeras agita sa cape de sa main droite devant son adversaire. Ce dernier se focalisa uniquement sur la tache sombre qui bougeait et dévia légèrement en direction du tissu. Il poursuivit sa course croyant embrocher un être vivant. La prêtresse lâcha sa cape qui resta sur le visage du zombimal. Ce dernier sauta sur place, se cabrant, ruant, s'excitant afin de se débarrasser de l'obscurité.

Kaeras ouvrit alors sa main droite afin de concentrer en son sein les fluides. Elle sentit sur sa joue la légère brise se transformer petit à petit en bourrasques de vent de plus en plus violente. Elle sentait la puissance affluer depuis l'extérieur vers son coeur. Elle se savait le catalyseur de la puissance de Phaïtos.

L'air crépitait autour d'elle. Elle savait qu'elle atteignait la limite de fluide qu'elle pouvait emmagasiner. La fanatique joignit ses mains en direction du zombimal et relâcha violemment l'énergie qu'elle avait amassée.


« Crève charogne ! »


Le souffle de Thimoros heurta la bête par le flanc de plein fouet. Elle fut projetée sur une dizaine de mètres en volant dans les airs. Le monstre retomba dans le canal en contrebas. Kaeras s'aperçut que l'animal ne savait pas nager et coula rapidement.

« Ordure... »

Haletante, elle posa son regard au sol et aperçut un collier portant deux fioles. Elle ressentit dans l'une d'elle des fluides magiques. Kaeras l'ouvrit et la but d'une gorgée. Elle se sentit légèrement requinquée et moins épuisée. Sa raison lui revint légèrement.


(Elyah !)


Elle accourut en direction de la jeune fille blonde. Elle s'agenouilla et se pencha sur la fillette.


(Aïe.)


Une douleur l'élança à l'intérieur de son crâne. Elle se sentit faiblir et chuta d'un seul coup au-dessus du corps inanimé d'Elyah...

_________________
Image

Comment se prétendre humaine si l'on n'accorde plus d'importance à sa propre humanité ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Mer 15 Déc 2010 22:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 15 Nov 2010 10:09
Messages: 104
Localisation: Auberge de Tulorim
Azdren tentait désespérément de ne pas se laisser distancer par les silhouettes encapuchonnées de Kaeras et de la jeune fille blonde qu'il avait aperçu à côté d'elle dans la salle du tribunal.

Malheureusement, au milieu de toutes ces ruelles qui s'entrecroisaient et qui étaient jonchées d'étals, il finit par les perdre.
Il se lança alors dans diverses directions, courant ou rebroussant chemin à toute vitesse en fonction des trépidations du précieux flacon qu'il portait à la ceinture et qui contenait un fragment de l'essence magique de Kaeras.

Il parvint enfin à bout de souffle dans une ruelle vide où il ressentit de plus belle les vibrations dudit récipient. Sa proie ne pouvait être loin !

Azdren commença à s'élancer mais pila net en entendant un rugissement, un cri inarticulé et inhumain lui parvenir du coin de la ruelle.
Il n'eut cependant pas le temps de formuler une pensée cohérente car le bruit d'une puissante déflagration magique se fit entendre, suivie de peu par un bruit de tuile cassées.

Ce ne fut que lorsque le silence revint que le fanatique s'approcha à pas de loups du coin de la ruelle. Il y risqua un regard et constata que le danger semblait passé, même si l'endroit semblait avoir été visité par un cyclone tant le mur et le sol avait été lacérés.

Ce fut alors qu'il aperçut les deux silhouettes encapuchonnées au sol. L'une d'elle arborait des cheveux mauves.
Azdren sortit alors de sa cachette en jaugeant attentivement les coins sombres. IL ne faudrait pas que l'agresseur de la fanatique revienne et le prenne par surprise, ce qui était peu probable s'il en jugeai la trace laissée dans le toit de la bâtisse d'en face.

Il s'approcha du corps inanimé de Kaeras et s'agenouilla. Après un bref moment d'hésitation, il la prit par les épaules et tenta de la secouer pour la réveiller.

"Allez, réveille-toi ! Il ne faut pas rester ici !"

Son geste resta sans effet. Il tenta alors de la secouer plus fort, puis de la gifler pour le même résultat. Craignant le pire, il approcha sa figure dévastée du visage de la jeune femme pour essayer de sentir si elle respirait encore.
La respiration de la jeune femme exhala une odeur acre qui le prit à la gorge.

"Du Kohri ! Cette petite idiote a bu du Kohri pour décupler ses pouvoirs dans le feu de l'action !"

Il savait ce que cela impliquait : la jeune femme allait endurer le contrecoup de son geste. Une simple acolyte ne pouvait déployer un tel pouvoir sans en subir les conséquences.
Il pesta. Il aurait besoin d'aide pour la transporter tant qu'elle serait inanimée.

Azdren se déplaça et se pencha sur le deuxiéme corps. Il s'agissait de la fillette qu'il avait vu au tribunal en train de s'enfuir avec Kaeras. Elle semblait quant à elle simplement évanouie.
Il enfila alors son masque blanc pour éviter de trop lui faire peur et la réveilla doucement. Cela ne manqua pas et la gamine poussa un cri perçant.
Azdren fut obligé de lui plaquer sa main parcheminée sur la bouche et de la ceinturer.

"Du calme, petite. Je ne te veux aucun mal. Je fait partie du groupe qui a aidé ta maîtresse à s'échapper. Elle vient de s'évanouir et ne va pas s'éveiller avant des heures.
Tu veux bien m'aider à l'emmener en sécurité au point de rendez-vous ?
Je te fais confiance."


Azdren avait parlé d'une voix douce et réconfortante, quoique rauque. Il prenait un gros risque en misant sur le fait que les amis de Kaeras avaient planifié de bout en bout l'opération d'évasion. Mais il n'avait pas le choix.
Il retira doucement sa main et recula de la même façon, tenant à l'œil l'enfant. Une poupée blonde, probablement une servante ou un jouet sexuel.
Celle-ci lui jeta un regard perdu.

"Que s'est-il passé ?"

"A toi de me le dire. Ta maîtresse a sûrement affronté quelque chose de trop gros pour elle."

La mémoire sembla lui revenir et elle poussa un petit cri.

"Le monstre ! Un monstre mort-vivant nous avait attaqué !"

"Du calme, il est parti maintenant. Ta maîtresse n'a pas fait les choses à moitié. Viens m'aider maintenant."


Il attrapa Kaeras sous un bras et lui fit passer au dessus de son propre cou. La petite fit de même avec l'autre bras.
L'étrange équipage entama son périple, cahin-caha.

"Alors ? Où allons-nous ?"

"Vous ne le savez pas ?"

Le regard de l'infante commença à se teinter de suspicion.

"On m'a seulement ordonné de vous escorter à l'endroit de votre souhait, c'est tout."

"Un navire amarré nous attend."

"Cap sur le port, donc, miss... miss ?"

"Elyah. Et vous ?"

"... Drazen.", fit-il après une hésitation à peine perceptible.

Et l'insolite trio reprit son chemin vers le port.

_________________
Azdren, fanatique ynorien
Deux âmes pour une vie

Image Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Jeu 27 Jan 2011 20:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


A mesure que tu t'approchais du quartier des marins, l'odeur de la mort se faisait plus présente. Plus intense même. Comme si les lieux dans leur ensemble empestaient le corps en putréfaction. Et des corps en putréfaction, il ne fallut pas longtemps pour croiser les premiers, mal logés entre deux tas d'ordures.

Il fallut cependant s'approcher d'avantage de la côte pour voir les premiers cadavres animés: en groupe, le visage décharné, empestant la sueur, l'alcool et la pisse, avançant de manière pataude tout en chantant, ou plutôt en beuglant des obscénités à en faire rougir un charretier. Quelque chose cependant ne collait pas: ils avaient l'air bien trop vifs pour des morts-vivants et avaient plus l'air de courir après les humaines légèrement vêtus que la viande humaine.

Et en plus ils parlaient:

"Ola ma belle... hic! Combien pour hic! La passe? Allez viens là!"

L'homme qui te parlait était plutôt petit, chauve, des tatouages lui recouvrant le crâne. Il arborait aussi un certain nombre de boucles d'oreilles. Il était armé, mais n'avait visiblement pas l'air en état de quoi que ce soit. Cela dit il n'était pas seul et certains de son groupe avaient l'air moins éméchés et bien plus sinistres.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Jeu 27 Jan 2011 21:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
Paranalia ne resta pas indifférente à la beauté sordide de la ville, alors qu'elle marchait résolument vers le port : son regard était constamment attiré vers des objets ou des personnes étranges et bigarrées, mais elle ne s'attarda quasiment pas, pressée par sa curiosité et sa détermination à voir en face ces fameux mort-vivants.

La ville, qui lui avait parut resplendissante vu de l'extérieur, montrait à présent ses stigmates nues dus à la surpopulation : pollution auditive et odorante, saleté omniprésente, cruauté de la vie de tous les jours... la visite des bas-quartiers surchargeait les sens aiguisés de la Liykors, mais pas de manière agréable.

C'est pourquoi elle afficha une mine pour le moins dégoutée lorsqu'elle tomba nez à nez avec un groupe de marins avinés. Le mélange de sueur, de pisse et de bière mélangés lui souleva le cœur et lui fit retrousser le museau.
Parnalia crut défaillir lorsque le plus aviné des pochetrons, un avorton chauve, lui fit des propositions auxquelles elle ne comprenait goutte. Mais même si elle ne percevait pas le sens de ces paroles, la lueur lubrique qui perçait dans l'œil du soulographe ne laissait guère de place aux doutes : l'homme lui faisait des avances sexuelles !

Or, à supposer qu'elle en ait eu envie à l'instant, elle n'aurait sûrement pas choisi cet individu comme partenaire, et elle aurait encore moins exposé sa demande en public !
Quelle indécence, quelle imbécillité !

Le sang de la Lyikor ne fit qu'un tour.

Repoussant calmement du plat de la main la pogne avinée qui se tendait vers elle, la femme-louve en profita pour décocher à son vis-à-vis un sérieux coup de patte dans les parties. L'homme poussa un couinement lamentable et s'effondra en se tenant les génitoires.

- Que ça te serve de leçon, espèce de marmotte obèse !

Parnalia profita du fait que le grossier personnage soit à terre en train de gémir et que ses amis soient trop surpris pour charger le groupe par le milieu et se frayer un passage en grondant. Mine de rien, elle représentait tout de même une bonne masse de muscles compacts.

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Jeu 27 Jan 2011 22:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


Un instant certains marins parurent tendus, prêts à en découdre sérieusement. Cela ne dura pas et dans la plupart des hommes explosèrent de rire, ruant de moqueries le pauvre pirate gémissant, traité de tous les noms.

Les lieux n'avaient pas l'air plus engageant un peu plus long, le long de mer étant visiblement occupé par des tripots du même acabit, prostituées et ivrognes s'accostant et se repoussant dans une valse de chair dégoûtante.

Fait un peu plus marquant, quoique discret: plusieurs fois des gaillards rachitiques passèrent, portant à deux des toiles dont la taille semblait humaine. Ils allaient lentement vers les docks, avant de vider le contenu, sans se presser, dans la mer. Il faisait alors un nouveau voyage, apportant toujours le même type de carcasses.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 01:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
Les marins laissèrent passer Parnalia lorsqu'elle les bouscula, préférant se moquer de leur ami humilié et momentanément châtré.
La liykor poursuivit donc son chemin dans les ruelles nauséabondes en direction du port.
Cependant, lorsqu'elle atteignit le camp, ce ne fut pas la vivifiante brise saline qui l'accueillit mais un puanteur encore pire que celle qu'elle venait de quitter.
En effet, à l'odeur des cadavres se rajoutait celle des étals de poissons renversés lors d'une cohue et dont le chargement était resté sous le soleil pendant des jours.

Cela ne semblait pourtant pas rebuter plus que ça les équipes d'hommes squelettiques qui se passaient des ballots de grande taille pour finalement les jeter à la mer.
Intriguée par cet incessant et incongru ballet, Parnalia s'approcha des sacs entreposés en nombre dans un coin et les huma.
Elle hoqueta de surprise lorsqu'elle reconnu l'odeur de la chair faisandée depuis longtemps. Des cadavres, ces hommes étaient chargés de l'immersion des cadavres !
Mais pourquoi ne prenaient-ils pas le temps de prononcer des prières, comme c'était la coutume dans son clan ?
La liykor prit le risque de poser la question à l'un des porteurs, qu'elle héla.

L'homme, ou plûtot le squelette prisonnier d'une fine coque de chair tannée, parut soulagé de voir une pause se profiler dans son travail morbide. Il posa donc son chargement et fixa son interlocutrice d'un air fourbu.

- Excusez-moi de vous déranger, gardien des morts, mais je souhaiterai simplement savoir pourquoi bous ne prononcez pas de prières pour les défunts. Sans cela, ils ne pourront pas rejoindre la Mère et participer au grand cycle de la Vie !

Tout cela était dit sur un ton tellement sincère et perplexe, qu'il était difficile de croire à une boutade ou une provocation religieuse.
La réaction du fossoyeur marin fut pour le moins surprenante.

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 10:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


Le gaillard était relativement musclé, ayant sûrement exécuté des besognes physiques depuis des années. Il n'avait pas l'air particulièrement intelligent cependant. Il s'étira, descendu son regard sur ta poitrine - la manière de saluer de Dahràm assurément - avant de répondre:

"Euh... Des prières? Mais, ils étaient morts déjà. Déjà eu les prières avant. Du moins certains, beaucoup étaient dans la fosse ou dans les rues. Beaucoup dans les rues."

L'homme qui travaillait avec lui en avait profité pour sortir d'une sacoche un petit outil de bois, qu'il porta à sa bouche. Il ne fallut pas longtemps pour que des volutes de fumée n'en sortent. Il écouta, te saluant à la manière de Dahràm, avant de finalement se mêler à la conversation:

"Faîtes pas attention à Claude ma donzelle, il est benêt. On les met juste à l'eau au cas où ils se relèveraient. Ces corps là, c'est ceux de mort-vivants. Quant aux prières, ça a pas marché la première fois, je vois pas trop pourquoi ça marcherait mieux maintenant."

Il tira sur son instrument de bois une nouvelle fois:

"Vous chercheriez pas du travail "décent" par hasard?"


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 15:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
La perplexité du fossoyeur marin n'eut visiblement d'égale que celle de Parnalia.
L'homme se mit à baragouiner un embryon d'explication à propos de morts dans les rues et de morts immergés sans prières.
La jeune femme-louve crut comprendre que ces corps étaient en fait ceux des victimes des morts-vivants et qu'ils étaient trop nombreux pour avoir tous eu droit à des prières.
Cette attitude ne manqua pas de la laisser effarée : si les humains n'avaient qu'aussi peu de respect pour leurs défunts, il n'était pas étonnant que ceux-ci se relèvent pour leur demander des comptes !

Cependant un autre fossoyeur se mêla à la conversation alors qu'elle se préparait à sermonner vertement le premier. L'homme, moins bien charpenté que son collègue, profita lui aussi de sa pause inopiné pour sortir un étrange instrument de bois qui ressemblait vaguement à un pipeau et dont il tira des volutes de fumée.
Il tenta d'expliquer la situation à l'étrangère comme s'il s'adressait à son ami benêt.

Parnalia ignora cette fixette que faisaient ces hommes sur sa poitrine presque dénudée et comprit mieux la situation : ces cadavres étaient en fait ceux des ancêtres réanimés !
Il n'y avait donc à priori pas besoin de prière pour eux, puisqu'ils avaient normalement déjà été bénis... La situation demeurait tout de même pour le moins confuse dans sa tête lupine.
Peut-être faudrait-il aller chercher du côté de ce fameux "nécromancien" dont avait parlé le garde pour mettre fin à cette hérésie contre la nature ?

L'homme au tuyau de bois n'en avait pourtant pas fini avec elle et tira une nouvelle bouffée avant de lui demander :

- Vous chercheriez pas du travail "décent" par hasard ?

Parnalia n'apprécia que moyennement l'accent mis sur le "décent", mais tenta de faire bonne figure : un travail dans cette cité lui permettrait peut-être de mieux comprendre cette société et de s'y repérer.

- Cela dépend ce que vous appelez un travail décent, gardien des morts.

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 15:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


L'homme tira de nouveau de la fumée, avant de l'évacuer dans la direction de l'idiot:

"Et bien dame Lizza cherche des bras, pour vider les rues des morts-vivants. Ceux encore debout j'entends. Elle paye bien, mais c'est dangereux. Après vous pouvez voir avec elle, on sait jamais, elle aura sûrement quelque chose à faire."

Le benêt reprit la parole:

"Ah oui dame Lizza. Elle qui nous paye aussi. Elle fait peur."

Le chef considéra que la pause était finie. Il rangea sa pipe, faisant signe à son comparse de prendre les pieds du cadavre qu'ils transportaient.

"Vous la trouverez un peu plus haut si ça vous intéresse. Vous suivez cette rue, là, vous tournez à gauche, puis tout droit jusqu'au lapin écarté. Là, rien de plus simple, vous contournez, et vous verrez quelques mercenaires. Ils travaillent avec elle."

Il te salua, descendant de nouveau son regard sur ton buste avant de saisir les épaules du mort et, sans ménagement, recommença sa sombre besogne.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 18:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
L'humain lui avait répondu avec désinvolture, toujours en soufflant cette fumée âcre par son instrument de bois.
Il avait évoqué une certaine dame Lizza, dont la tâche était visiblement de donner aux ancêtres réanimés le repos auxquels ils pouvaient prétendre.
Une noble tâche qui rejoignait le désir de Parnalia d'aider à soulager cette ville.
Elle écouta donc avec attention le fossoyeur lui indiquer le chemin et elle se mit tout de suite en route d'un pas énergique, certaine de marcher dans la voie que lui avait tracé la Mère et le Père. La liykor se disait en effet que ce n'était pas un hasard si son destin l'avait conduite dans cette ville où quelqu'un bafouait les principes divins pour attaquer les vivants.
Elle devait y mettre bon ordre dans la mesure de ses moyens.

Elle commença par suivre les indications : suivre la ruelle, tourner à gauche, puis à droite au lapin écarté... ou bien était-ce à gauche ?
Rapidement elle dut admettre l'évidence : son sens de l'orientation de chasseresse ne lui servait à rien dans les ruelles insalubres.
Parnalia se mit donc de revenir sur ses pas, de griffer les murs pour se repérer, à interroger des passants plus intéressés par sa plastique que par ses paroles...

Ce fut finalement au bout de trois bonnes heures de marche à l'aveuglette que la lyikor tomba sur un regroupement d'hommes en armes.
Leurs équipements disparates et leur air unanimement bourrus les désignait à n'en pas douter comme ne faisant pas partie de la milice.
Elle décida donc d'accoster celui qui lui semblait le plus facile d'accès, un homme mûr de grande taille et au crâne rasé, en train d'affuter sa lame.
Elle s'approcha donc de l'homme assis en lui faisant un grand sourire, sous le regard intrigué des autres combattants.

- Excusez-moi, guerrier, je suis à la recherche d'une certaine dame Lizza, qui s'occuperait de la noble tâche de nettoyer cette cité de ses mort-vivants. Pourriez-vous m'indiquer où je peut la trouver ?

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 18:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


Le type leva ses yeux vers toi. Ceux-ci étaient assez froids, indifférents même. Il te jaugea quelques secondes, avant de finalement de désigner une porte du pouce. Il détourna bien vite son attention de toi et reprit son activité.

Derrière la porte en question, une pièce de grande taille, aussi grande que la bâtisse d'ailleurs. Ce devait être une maison à pièce unique. Il y avait plusieurs personnes qui parlaient autour d'un bureau en vieux bois. Derrière le bureau, prenant des notes, se trouvait une femme dont la jeunesse semblait irrémédiablement perdue.

Image


Elle s'exprima finalement, s'adressant aux gaillards qui paraissaient être des géants en comparaison. Sa voix était nasillarde et désagréable au possible:

"Hegat, retourne près du cimetière avec tes hommes. Arli, continue de faire le tour des ruelles. Coupe bien la tête de tous les cadavres que tu croises, animés ou non. Cette situation n'est vraiment plus tenable."

Deux des mercenaires acquiescèrent avant de se diriger vers la sortie, leurs hommes à leur suite. Ne restèrent bientôt que toi et la fameuse dame Lizza. Celle-ci finit par te remarquer:

"C'est pour quoi?"


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 23:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
Parnalia suivit l'indication mutique du guerrier et poussa la porte d'une habitation. C'était la première fois qu'elle pénétrait dans un habitat de pierre et de bois, humain de surcroit, et elle prit le temps de détailler son environnement en laissant fureter son regard.

L'endroit ne se composait que d'une seule pièce au plafond très haut soutenu par des piliers de bois. Aucun mobilier nécessaire au gîte et au couvert n'était visible, ce qui fit supposer à la jeune femme-louve que cet endroit ne servait que pour des réunions de groupe.
La décoration était pour le moins sommaire : les murs étaient nus et seules quelques tables de bois usées encadrées chacune de plusieurs sièges venaient habiller la nudité de la pièce.

L'une d'elles semblait occupée par deux groupes de guerriers semblant écouter religieusement les ordres donnés sèchement par une femme à la beauté fanée depuis longtemps.
Il était d'ailleurs probable que c'était à cause de ses regroupements que l'entrée de la lyikor était passée inaperçue jusqu'ici.

L'attention de la maîtresse des lieux se porta enfin sur l'arrivante lorsque les guerriers, ayant reçu leur affectation de patrouille anti-mort-vivant, s'égaillèrent en direction de la sortie.
La mégère jeta un coup d'œil interrogatif à Parnalia et la pria de s'identifier.
Cette dernière se présenta en s'inclinant avec respect.

- Dame Lizza, je présume ? Je me présente : Parnalia. On m'a dit que vous étiez à la recherche de bras pour donner enfin le repos aux ancêtres réanimés qui parcourent les rues de la ville. Je suis venue vous proposer mon soutien, mes forces et ma magie car je pense que cette parodie de vie contre-nature doit cesser.
Auriez-vous l'utilité d'une lyikor, Dame ?

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Sam 29 Jan 2011 11:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 25 Aoû 2010 12:57
Messages: 7546
-Message Guilde pour Parnalia-


La vieille femme te regarda de haut en bas, comme jugeant si oui ou non tu étais prête à en découdre avec les revenants. Elle ne sembla pas convaincue, répondant assez durement mais sans mépris pour autant.

"Sans arme? C'est présomptueux de votre part. J'espère que votre magie est puissante dans ce cas. Vous en avez déjà vu un seul, de revenant?"

Elle se cala dans son fauteuil, attenant patiemment ta réponse. Elle avait vraiment l'air lasse et épuisée.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Quartier des marins
MessagePosté: Sam 29 Jan 2011 13:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 26 Jan 2011 16:17
Messages: 84
La maîtresse des lieux jaugea Parnalia de pied en cape pour tenter d'estimer son utilité au combat. Le constat ne semblait pas brillant et elle le lui fit remarquer.
Mais le ton qu'elle employa n'avait bizarrement rien de hautain ou de sarcastique, et la lyikor en pris bonne note.
Elle tenta donc de faire l'article d'elle-même tandis que la vieille femme se calait dans le seul fauteuil de la grande pièce, visiblement écrasée par ses responsabilités.
La jeune femelle prit donc un air on ne peut plus sérieux et fixa son interlocuteur de ses yeux d'obsidienne... qui rencontrèrent l'éclat de l'acier dans ceux de son interlocutrice.

- Je dois avouer que les seuls "revenants", comme vous les appelez, que j'ai pu voir sont ceux dont les restes sont en train d'être jetés à la mer sans sacrements.
Mais laissez-moi vous dire : je suis loin d'être une petite fleur fragile, et ce ne sont pas les premiers cadavres qui croisent mon chemin, fussent-ils animés.
Et quant à ma magie...


Parnalia porta la main à son tambourin et joua un lent qui s'accéléra progressivement. Guidée par la musique, sa volonté se mit en branle et elle ferma les yeux tandis que les runes sur son instrument se mettaient à briller doucement.
Lorsqu'elle ouvrit les yeux, la lyikor était entourée par un fin nuage de particules de glaces scintillant sous la lumière ambiante.

- Je ne prétends pas posséder une bonne maîtrise du don de la glace comme les meilleurs artistes de mon peuple, mais je suis capable de me défendre.
Et au pire...


Paranalia se campa sur ses deux pattes, faisant valoir sa silhouette fine et musclée.

- Il n'en demeure pas moins que je suis issue d'un peuple de chasseurs, et que je possède de solides griffes.

La lyikor rompit sa concentration et cessa de jouer des percussions, ce qui fit disparaître les cristaux de glace ambiants.

-Je veux en prie, Dame Lizza, laissez-moi vous aider à délivrer ces âmes tourmentées.
Je sens que je dois le faire, que la Mère m'a envoyée dans cette ville pour cette tâche !

_________________
Parnalia, mage Fujonienne

Un monde si grand et si vaste... comment s'y sentir seule ?


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 68 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016