L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 263 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Ven 11 Aoû 2017 18:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Oct 2016 17:13
Messages: 38
Ainsi serait sa tâche prochaine : traquer un paladin du nom de Stantor qui se trouverait aux alentours d’Amaranthe, un homme qui serait purificateur de Gaïa et aurait employé des méthodes tout à fait douteuses pour obtenir des informations sur l’ordre des Messagers du Corbeau. Il aurait interrogé sous la torture un trapeur avant de le tuer. Les Corbeaux l’auraient alors retrouvé et lui auraient rendu un semblant de vie sous la forme du squelette qui balaye les couloirs. La jeune eruïone déglutit avec peine. Elle n’est pas certaine de préférer ce destin à celui de rester morte, mais elle ne prononce pas à haute voix ses pensées intérieures.

La tâche d’Eyllwë est simple : trouver cet homme et mettre fin à ses jours. La jeune femme acquiesce, c’est quelque chose qu’elle comprend. Visiblement, les purificateurs auraient une sacré dent contre l’ordre qu’elle vient de rejoindre, et ça ferait tâche qu’il disparaisse alors qu’elle vient de rentrer dedans.

Kadria insiste cependant sur l’importance d’emporter l’homme dans la mort sans douleur, car Phaïtos réprouve tout acte de souffrance inutile. Là encore, Eyllwë hoche la tête avec la conviction de quelqu’un dont c’est déjà une façon de vivre.

- Dans le désert, la femme qui m’a appris à chasser m’a appris à ne jamais faire souffrir la proie que je dois abattre, avoir du respect pour elle, moi qui lui donne la mort. Alors je comprends, et je ne donnerai pas la mort avec souffrance.

Sur ces paroles, elle salue Kadria d’un signe de tête. Elle n’a pas l’habitude de faire des adieux plus poussés que ça, aussi rejoint-elle rapidement les escaliers et l’infinie descente.

Allons vers Amaranthe et l’au-delà.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Ven 11 Aoû 2017 19:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Oct 2016 17:13
Messages: 38
Tuer un purificateur de Gaïa situé à Amaranthe pour le compte de la caste des Messagers du Corbeau, voici la première tâche qui a été confiée à Eyllwë, une tâche qu’elle a la volonté de mener à bien. Le seul ennui est qu’elle n’a jamais retiré une vie ailleurs que sur un champ de bataille et elle n’est pas certaine de parvenir à le faire correctement. La jeune eruïone balaye cependant sa crainte d’un haussement d’épaule, elle verra le moment venu, avant, il lui faut sortir de ce château lugubre et parvenir à Amaranthe. Au fait, c’est où, Amaranthe ?

Cette pensée-là l’inquiète alors qu’elle termine de descendre les marches de la Tour des Corbeaux d’où elle sort d’une entrevue avec la Lord Kadria, une femme tout à fait étonnante aux magnifiques cheveux de feu. C’est elle qui lui a donné cette tâche. Arrivée dans le couloir, les yeux de l’eruïone tombent sur le squelette balayant placidement le sombre couloir. Le tanneur qui s’est fait torturé par l’homme qu’elle a pour mission de tuer. Si la vision d’un squelette animé n’a rien pour la mettre à l’aise, la vision de cette âme en peine réduite à balayer dans un sombre couloir renforce sa résolution. Une personne torturant et tuant ses victimes a toutes les raisons de mourir. Un point, c’est tout. Eyllwë a parfois des raisonnements simples, mais ils ont l’avantage d’être effiaces.

Elle refait le chemin effectué peu de temps auparavant en sens inverse, retombant bien vite sur la salle aux gardes tous de noir vêtus qui lui lancent un regard indéchiffrable. Loin de souhaiter leur adresser la parole, Eyllwë a néanmoins la politesse de leur adresser un signe de main tout en accélérant un peu le pas. Elle ne souffle qu’une fois hors de vue des hommes et non loin de la sortie du château en ruine. Après réflexion, il semble en bien plus mauvais état vu de l’extérieur que de l’intérieur. C’est sans doute fait exprès.

Une fois arrivée à la porte inexistante, cependant, son regard observe attentivement les alentours jusqu’à ce qu’elle avise de la silhouette d’un homme accroupit dans les buissons. Shaddem, le garde qui l’a précédemment arrêtée lorsqu’elle est arrivée et l’a menée jusqu’à Kadria. Eyllwë s’approche de lui sans chercher à rendre son pas silencieux. Ce serait dommage, après tout, de se prendre un carreau d’arbalète perdu dans le ventre alors qu’elle vient d’être ressuscitée, n’est-ce pas ?

- Y semblerait que j’ai le droit de ressortir du château en vie, lâche-t-elle lorsqu’elle arrive à son niveau. Il paraît même que je suis devenue une messagère de l’ombre, enfin, c’est ce qu’a dit la Lord Kadria. Elle m’a aussi demandé de tuer un type du côté d’Amaranthe, mais j’ai fichtrement aucune idée d’où ça se trouve, tu n’aurais pas une idée, Homme du Désert ?

Elle lance un regard sur le village en ruine et la lugubre forêt qui s’étend à ses pieds.

- Tu ne t’ennuies pas à force de garder les corbacs ? Y’a pas l’air d’y avoir un pigeon dans le coin.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Ven 11 Aoû 2017 19:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 15 Avr 2012 10:12
Messages: 23542
Localisation: Le monde d'Aliaénon
Intervention de guilde pour Eyllwë


L'homme te jette un regard énigmatique. Il a toujours son arme à porté de main, mais il se relève et s'appuie nonchalamment contre un mur.

"C'est calme, et je part parfois en mission. Le post me plaît. Surtout en ces temps troublés... D'ailleurs et pour répondre à tes autres questions, il y a quelqu'un qui souhaite te voir."

Il te fait signe de le suivre. Vous marchez quelques minutes jusqu'à arriver entre quelques pans de murs, qui étaient sans doute une quelconque pièce dans l'ancien château. La taille de l'édifice devait être vraiment impressionnante à l'époque où il était entier, mais c'était manifestement il y a longtemps. Aujourd'hui, malgré un effort de défrichage évident, il ne s'agit que de murs envahi de lierre et de broussaille, idéal pour se cacher.

Alors que tu entres avec Shadden, une femme très pâle, maladive d'apparence mais apparemment très vive, te saute dessus !

Image


"Oui ! Oui !!! Une élue marquée de la mort ! Déjà allé voir Kadria, hein ?! Je sais... oui, je sais ce qu'elle t'a demandé ! D'aller tuer un paladin loin d'ici et bien plus fort que toi, oui ! Très dangereux, oui ! Tu va bientôt mourir, oh, comme c'est merveilleux !"

Elle semble faire des efforts pour se calmer. Elle se précipite sur des branches de lierre pour les arracher. Alors qu'elle était tellement agitée, elle est maintenant beaucoup plus calme et méthodique, veillant avec soin à bien arracher la racine, bien qu'il s'agisse d'une entreprise difficile avec cette plante. Elle creuse, retire... et découpe la racine en petit morceaux qu'elle pose sur une pierre pou qu'ils ne puissent pas repousser. Pendant qu'elle agit ainsi, elle parle plus calmement :

"Kadria ne sait pas quoi penser de toi. Elle a peur de ce qui se rapproche trop de Phaïtos. Cela risque de détourner les messagers de ses ordres et de ses ambitions personnelles. Alors elle t'envoie face au danger. Soit tu deviendras un atout, qu'elle pourra faire valoir pour légitimer sa position, soit tu meures dans l'anonymat et elle est tranquille..."

La femme tourne vers toi un regard farouche :

"Le paladin doit être tué. Mais toi, tu dois survivre. Kadria oublie trop souvent que JE suis la première nécromancienne du château. Je peux t'aider, même si je ne suis pas une Lord. Mais accepteras-tu l'aide de Merilian ? Accepteras-tu de suivre la volonté de Phaïtos plutôt que celle de Kadria des Brume ?"

"Sachant qu'il faudra un jour nous aider en retour." déclara une voix.

Tu remarques alors un homme en robe de bure noir, au visage invisible et aux mains cachées dans ses manches. Discret, il est adossé contre un mur, immobile.

_________________
Image

Merci et à Inès pour la signature
et à Isil pour l'avatar!
Le thème d'Azra
David le nerd


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Ven 11 Aoû 2017 22:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Oct 2016 17:13
Messages: 38
Shaddam lui lance un regard énigmatique et, sans quitter son arbalète de la main, se redresse et s’appuie contre le mur. Il avoue que le travail est plutôt calme, mais qu’il lui arrive de partir en mission et que, quoi qu’il en soit, le travail lui plait, d’autant plus en ces temps troublés. Cependant, au lieu de répondre à sa question sur la localisation d’Amaranthe, il dit qu’une autre personne souhaite la voir. Curieuse, Eyllwë hausse un sourcil et accepte d’un bref signe de tête. Elle le suit durant quelques minutes jusqu’à ce qui semble être une dépendance en ruine d’un château en ruine. Décidément, ces lieux semblent avoir connu de meilleurs temps. A peine entre-t-elle dans la dépendance d’une femme fait irruption, à tel point qu’Eyllwë sursaute. Elle est très pâle, mais très vive et manifestement excitée.

- Oui ! Oui !!! Une élue marquée de la mort ! Déjà allé voir Kadria, hein ?! Je sais... oui, je sais ce qu'elle t'a demandé ! D'aller tuer un paladin loin d'ici et bien plus fort que toi, oui ! Très dangereux, oui ! Tu vas bientôt mourir, oh, comme c'est merveilleux !

Ah, oui mais non, elle n’a pas vraiment décidé de mourir prochainement, en fait, une première mort lui a déjà suffi. Elle s’apprête à répliquer, mais la femme ne semble pas décidée à se taire, malgré les efforts évidents qu’elle semble faire pour se contenir. Elle se précipite sur des branches de lierres pour les arracher méthodiquement, tout en expliquant que la Lord Kadria ne sait que penser d’elle et qu’elle a peur qu’elle se rapproche trop de Phaïtos car ce serait un risque pour ses ambitions personnelles. Aussi, la mission qui lui incombe serait en réalité destinée à l’envoyer face au danger : si elle survit, elle deviendra un atout qui lui permettra de légitimer sa position, si elle meurt, elle sera plongée dans l’oubli. Dans tous les cas, la Lord sera gagnante.

Passionnée, la femme se tourne de nouveau vers Eyllwë, le lierre bel et bien arraché sans risque qu’il ne revive (le malotru !).

- Le paladin doit être tué. Mais toi, tu dois survivre. Kadria oublie trop souvent que JE suis la première nécromancienne du château. Je peux t'aider, même si je ne suis pas une Lord. Mais accepteras-tu l'aide de Merilian ? Accepteras-tu de suivre la volonté de Phaïtos plutôt que celle de Kadria des Brume ?

Une nouvelle fois, Eyllwë s’apprête à ouvrir la bouche, lorsqu’une autre voix intervient, différente de celle de Shaddam.

- Sachant qu'il faudra un jour nous aider en retour.

Elle appartient à un homme en bure noir et au visage masqué sous une capuche aussi bien que ses mains cachées sous ses manches. Il semble aussi restreint que la femme, Merilian, est exubérante. Sans réfléchir, Eyllwë hausse un sourcil à l’égard du nouveau venu en répliquant :

- Tuer le paladin n’est pas déjà une aide que je vous apporte ?

Elle retourne le visage vers Merilian, pensive et grave.

- Je n’ai pas l’habitude des réflexions politiques complexes et des machinations pour le pouvoir. Je suis une personne simple qui jusque-là vivait dans un monde simple : manger, ou être mangé. Ma tribu n’a jamais eu le temps de chercher à dresser ses membres contre les autres, parce que nous n’avions qu’une seule et unique priorité : mettre de la nourriture dans notre assiette et dans celle de notre famille à la fin de la journée. Il n’y avait pas de place pour autre chose. Pas de temps pour autre chose, dit-elle en indiquant du pouce Shaddem. Son travail, je le faisais aussi, rester assise à rien faire tout le jour durant, mais moi, ce n’était pas pour attendre des ennemis, c’était attendre sous le cagnard que le petit lézard veuille bien sortir de sa cachette pour que je puisse enfin manger.

Eyllwë prend une profonde inspiration pour calmer les palpitations de son cœur. Elle n’a vraiment pas l’habitude de tout ça et préfère vivre à l’instant présent.

- Malgré ce que vous dites de la Lord Kadria, je compte tenir promesse et tuer ce paladin. Je ne romps jamais mes engagements, ça aussi c’est une leçon apprise dans le désert. Mais je ne veux pas mourir non plus, une seule fois a suffi pour le moment, je compte mettre cette vie supplémentaire à profit, et j’ai décidé de l’utiliser pour vous et les vôtres, faire partie de cette caste qui me parle. Alors, j’accepte votre aide, parce que je veux poursuivre ce que j’ai à faire et que je ne pourrai pas le faire morte.

Son regard est devenu sérieux, grave alors qu’elle le pose tour à tour sur Merilian et l’homme en bure noir.

- Dites-moi ce que vous attendez de moi et ce que vous pouvez faire pour m’aider.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 12 Aoû 2017 09:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 15 Avr 2012 10:12
Messages: 23542
Localisation: Le monde d'Aliaénon
Intervention de guilde pour Eyllwë


Merilian se précipite sur l'homme en noir pour planter un baisé sous sa capuche. Il a un mouvement de surprise, mais rien de plus. Ensuite, elle revient vers toi, faisant un pas sur le côté pour écraser un criquet qui avait eu le malheur de passer par là.

"C'est simple. C'est moi qui ai sauvé l'âme du trappeur. Je vais lui ordonner de partir tuer son assassin. Tu n'auras qu'à le suivre pour trouver Stantor, et tu bénéficiera de son aide précieuse. N'hésite pas à le laisser mourir en première ligne : une fois Stantor mort, son âme sera libérée, donc plus besoin de le garder sous cette forme. En échange, je te demande, à ton retour, d'insister plutôt sur cet aspect de ta mission : tu as libéré une âme. Tuer un paladin, servir Kadria... montre que cela est secondaire pour toi. Montre ta dévotion à Phaïtos pour que tous comprennent que c'est là notre force et notre raison d'être !"

_________________
Image

Merci et à Inès pour la signature
et à Isil pour l'avatar!
Le thème d'Azra
David le nerd


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 12 Aoû 2017 11:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Oct 2016 17:13
Messages: 38
Soudainement, Merilian s’abat sur l’homme en noir pour déposer un baiser sous sa coule. Il n’a qu’un léger mouvement de recul, comme si la scène n’était pas des plus étranges. Eyllwë l’observe avec étonnement avant que Merilian ne lui accorde de nouveau son attention, non sans avoir écrasé un criquet sous son pied. Cette femme a un réel problème avec la mort et semble rechigner à voir les choses en vie, que ce soit un lierre ou un criquet. Eyllwë se demande un instant qu’il en va de même pour les vies de taille plus grande.

L’étrange femme prend la parole et ses mots laissent la jeune eruïone des plus perplexes. En effet, elle propose de laisser Stentor se faire tuer par le squelette du trappeur dont elle a sauvé l’âme. Eylwë, quant à elle, n’aura qu’à le suivre pour trouver Stantor et bénéficier de son aide. Elle ne doit pas hésiter à laisser le squelette mourir car, de toute manière, son âme serait libérée à la mort du purificateur. La seule chose que Merilian demande en échange est de s’attarder sur le fait qu’elle a libéré une âme plutôt que d’en tuer une. Elle doit montrer que servir Kadria et tuer un paladin est accessoire pour elle, tandis que sa dévotion à Phaïtos, elle, doit être forte.

Eyllwë regarde la femme un instant, se demandant si elle est folle. Après réflexion, elle l’est probablement, néanmoins l’eruïone lui répond :

- Si j’ai bien compris, je dois suivre le squelette lorsqu’il ira tuer Stantor car, de toute manière, il ne parviendra pas à le tuer lui-même et terminer ensuite le travail, c’est bien cela ? Mais, ce qui m’embête est que la dévotion ne se force pas, et tout ça est nouveau pour moi. Hier encore j’étais vivante et je ne connaissais rien de la mort. Je peux partir dans l’idée de libérer l’âme de ce squelette - c’est, de fait, quelque chose que j’estime plus important que la mort du purificateur, - mais je ne comprends pas en quoi cela pourrait aider vos machinations politiques.

Il était évident qu’Eyllwë n’était pas des plus versées dans l’art de la diplomatie et des conséquences politiques que les petites actions pouvaient avoir. C’était simplement au-delà de son entendement.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 12 Aoû 2017 11:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 15 Avr 2012 10:12
Messages: 23542
Localisation: Le monde d'Aliaénon
Intervention de guilde pour Eyllwë


Merilian applaudit... ou peut-être appelle-t-elle simplement l'être qui était autrefois un trappeur, car tu vois bientôt le squelette, armé de son seul balais, sortir par la porte et s'éloigner du château.

"La politique est l'affaire de Kadria. Moi, je suis là pour éviter qu'elle ne détourne les Messagers de leur dieu. Si libérer une âme est vraiment ce qu'il y a de plus important pour toi, alors tu m'aideras à cette tâche mieux que personne. Oh, c'est réellement Phaïtos qui t'envoie ! Allons, hâte-toi ! Et que le Grand Corbeau veille sur toi."

((( Le squelette marchera nuit et jour vers sa cible, donc ça risque d'être fatiguant, mais tu trouvera le paladin sans grande difficulté, grâce à lui, et il t'aidera à le combattre. Sinon, je te laisse gérer tout cela en libre ! Bon rp ! )))

_________________
Image

Merci et à Inès pour la signature
et à Isil pour l'avatar!
Le thème d'Azra
David le nerd


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 12 Aoû 2017 19:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Oct 2016 17:13
Messages: 38
A sa réponse, l’étrange femme se met à applaudir, lui valant un nouveau regard perplexe de la part d’Eyllwë. Peut-être est-ce une façon d’appeler le squelette car ce dernier ne tarde pas à sortir du château d’un pas lent, armé de son seul balais. Sans tenir compte de leur présence, il s’éloigne du château.

- La politique est l'affaire de Kadria. Moi, je suis là pour éviter qu'elle ne détourne les Messagers de leur dieu. Si libérer une âme est vraiment ce qu'il y a de plus important pour toi, alors tu m'aideras à cette tâche mieux que personne. Oh, c'est réellement Phaïtos qui t'envoie ! Allons, hâte-toi ! Et que le Grand Corbeau veille sur toi.

Eyllwë hésite un instant sans trop savoir que répondre avant d’aviser le squelette qui s’éloigne sans l’attendre.

- Euh, merci pour votre aide, je suppose et… je vous reverrai sans doute, si je ne meurs pas.

Elle lance un regard à Shaddem.

- Et merci, pour le tour du château. A plus tard.

Sur ces paroles, elle trottine jusqu’à rejoindre le squelette, déjà en train de redescendre la colline à travers le village en ruine.

- Hé, attend-moi ! lui lance-t-elle en le rattrapant. Salut, je m’appelle Eyllwë !

Pas de réponse, le squelette poursuit sa route, imperturbable. Elle pourrait tout aussi bien ne pas être là. Décidant de tenter une autre technique, elle se place devant lui en marchant à reculons.

- Hé oh ! Ça va ? Je m’appelle Eyl…

Le squelette passe à côté d’elle sans lui prêter la moindre attention. Elle s’arrête, dépitée.

- Bon, je vois, monsieur n’est pas des plus loquaces, grommelle-t-elle en se plaçant à côté de lui pour marcher.

Son rythme est somme toute assez lent, plus lent que le siens et, rapidement, Eyllwë commence à s’ennuyer. Donnant un coup de pied dans un caillou qui va se perdre dans le village, dérangeant un corbeau qui s’en va en croassant des insultes, elle retente quelque chose.

- Tu sais combien de jours de marche on a avant d’arriver ? lance-t-elle, sans grand espoir.

Evidemment, le squelette ne répond pas et l’eruïone s’enfonce à son tour dans un mutisme morose. Autour d’elle, les ruines du village ne contribuent guère à rehausser son moral et la forêt d’arbres morts à venir ne l’enchante pas plus. Leurs troncs noircis et leurs branches rachitiques sont autant d’invitations à la dépression et le lichen pour seule vie n’a rien d’enchanteur. Dans les contes, elle était loin de s’imaginer les contes comme ça. Au moins, dans son désert, il y a du soleil. Ecrasant et excessivement chaud, certes, mais au moins il n’y a pas ces bas nuages noirs qui empêchent toute lumière de passer. La mort doit-elle réellement être aussi morne ? Eyllwë, personnellement, ne pense pas, reste à voir si, avec le temps, elle ne parviendrait pas à convaincre l’un ou l’autre des habitants du château.

Les arbres morts se rapprochent et la jeune femme espère que ce fichu squelette accélère un peu le pas.

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 263 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016