L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Sam 15 Avr 2017 09:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Mai 2013 22:32
Messages: 626
Localisation: Aeroland
En réponse, la capitaine proclama que tout le monde devait être prêt. Au moins, le message était passé et l'équipage aurait une chance de survivre. Pour Leyna, en revanche, c'était une autre affaire. Elle retourna dans sa cabine et passa les jours suivants à méditer et à se préparer. Elle réalisa des danses complexes pour assouplir son corps et affiner ses muscles, mania ses fluides dans diverses expériences qui la laissèrent plus d'une fois trempée de la tête aux pieds...

Finalement, avisant les dernières fioles qu'elle avait sur elle, elle les versa dans sa vasque et huma le parfum délicat des fluides d'air et d'eau. Puis, elle les absorba.

« Moura, donne moi la force de surpasser les épreuves que tu m'offre. Rana, donne moi la sagesse d'agir avec discernement. »

Elle absorba les fluides et goûta avec délice le vent de fraîcheur qui courait dans ses veines. Puis, portée par ce sentiment, elle commença à danser. Danser la danse de la vie et de la mort, danser encore et encore. Ses bras s'élevaient et s'abaissaient, sinueux, son corps ondulait et ses mains dessinaient le jeu complexe du parcours d'une prêtresse vouée à la force et au combat pour la survie. Alors, au milieu de la danse, presque en transe, elle sentit quelque chose de nouveau : la conviction que ce qu'elle faisait était juste et bien. L'extase de savoir qu'elle allait devoir se battre pour sa vie. Qu'elle allait au-devant du danger et qu'elle n'avait pas peur.

Elle allait se battre et rire du danger car en tant que prêtresse de Moura, elle comprenait mieux que personne que la vie était un combat perdu d'avance, mais qui valait de coup d'être mené jusqu'au bout. Alors elle dansa, longtemps, sans s'arrêter, des heures et des heures durant. Ses jambes lui faisaient mal, son corps criait de fatigue, mais elle continua, jusqu'à tituber et s'effondrer dans son lit, épuisée mais heureuse.

Et ainsi, le voyage se poursuivit, en direction de l'île de son destin. Elle ne sortit que lorsqu'une agitation inhabituelle monta dans le navire, lui faisant deviner qu'ils approchaient de leur destination.

Elle sortit sur le pont et regarda l'horizon. Une île baignée de soleil se dressait au loin. Qui pourrait croire que vivait ici d'un des peuples les plus violents de Yuimen ? Elle s'approcha de la capitaine, qui tenait la barre et lui murmura :

« Quoiqu'il se passe là-bas, entre moi et les sang-pourpre, cela ne concernera que nous. Tenez l'équipage à distance, sans quoi, vous risquez de causer plus de morts que nécessaire... »

Elle hésita et ajouta :

« Surtout Nahöriel. Veillez sur lui. »

((( Absorption de fluides d'eau et d'air 1-16ème )))

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Jeu 8 Juin 2017 01:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
Messages: 6522
Localisation: :DDD
Dirigé de guilde pour la Rascasse Volante



Le jour se voilait lentement tandis que la Rascasse et son brave équipage voguaient dans la direction de l'Île du Serpent. Le bout de terre que certains purent apercevoir de la proue fut vite rendu invisible par un épais nuage de brume qui, en une poignée de minutes, assombrit l'horizon. La destination de la Rascasse semblait être derrière ces nuages grisâtres qui étouffaient même les rayons du soleil. Le ciel prit ainsi la même morne teinte que les fumées de l'océan.

- Brouillard ! fit Lydia à mi-voix du haut du nid-de-pie.

L'ambiance était devenue morose, voire même inquiétante. Ce fut alors que Nasakura, grelottant de froid dans ses habits encore mouillés, se lança encore une fois dans une de ses élancées plaintives, pour qui voulait l'entendre :

- V-vous devriez dire à votre capitaine de changer le cap. J-je suis sérieux, les navires qui s'aventurent près de cette île ne reviennent pratiquement jamais ! On parle d'un navire rapide aux voiles rouges qui soumet ses ennemis sans même sortir de la brume ! Par pitié, rebroussez chemin, que quelqu'un m'écoute !

- Oh mais la ferme, toi ! gueula Lydia.

Sur le pont, Eliwin, sorti de ses quartiers, avança lentement vers la proue du navire. Ses yeux trahissaient une certaine gravité, alors qu'il fixait l'inconnu, sa main droite posée fermement sur le bois de la rambarde.




--------

Ce post marque le début du dirigé. Je m'engage à maj au moins une fois par semaine (on peut faire plus si on est tous motivés) mais vous pouvez y aller mollo au niveau du rythme au début si vous voulez, vu que ça fait un bail que ça aurait dû commencer, et que vous êtes très peu nombreux.
N'oubliez pas de me faire part de votre décision concernant la répartition des points de guilde pour les PNJs.
Comme promis, j'appliquerai les règles de dirigé pour les combats, le danger sera donc réel à partir de ce point. Bonne chance et bon RP !

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Sam 10 Juin 2017 10:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Mai 2013 22:32
Messages: 626
Localisation: Aeroland
Alors qu'elle allait redescendre, la vigie lança un avertissement. Une nappe de brouillard était en train de se lever ! Les épreuves soumises aux marins étaient nombreuses, mais cela raviva des souvenirs chez la prêtresse. Quelque chose lui disait que cette épreuve ne venait pas de Moura. Un matelot, dans lequel elle identifia Nasakura, les prévint de légendes sur un navire aux voiles rouges qui attaquait ses cibles dans le brouillard. Exactement la stratégie du Chasseur des Brisants...

Leyna cria à l'équipage :

« Surveillez de tous côtés, soyez prêts à signaler la moindre ombre de navire ! »

Puis, elle se tourna vers Mythanorië :

« Même si c'est le Chasseur des Brisants, ils ne nous reconnaîtront pas. Faites adopter une trajectoire erratique au navire. Avec le brouillard, ils ne peuvent se baser que sur la trajectoire que nous avions avant d'y disparaître pour nous atteindre ! »

Elle serra son amulette et pria en jetant des regards nerveux alentour. Le danger était déjà là...

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Jeu 22 Juin 2017 00:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Mer 15 Fév 2012 19:03
Messages: 741
Localisation: [Aeronland] Vers l'Île du Serpent
*<---*

*6*



À bonne allure, mon vaisseau voguait en direction de notre destination. Malgré mes ordres et le sérieux avec lequel je prenais cette affaire, je demeurais hantée par une inquiétude. J'avais beau avoir mûri ces derniers temps, savoir que j'étais en charge d'autant de vie pesait certaines heures plus lourd que d'autres sur mes épaules d'écorce. La Prêtresse ne fit guère d'efforts pour me rassurer en ce sens. Elle m'intima de ne pas laisser l'équipage se mêler de ses histoires entre ce peuple à la réputation sanguinaire et elle. Elle hésite un instant avant de me demander de veiller en particulier sur Nahöriel. Je détournai brièvement le regard de la barre, le dirigeant en contrebas, vers un semi-elfe brun en train de tester sur le bout du doigt l'équilibre de quelques dagues. Un mince sourire tordit mes lèvres de bois. Je me contentai d'un léger signe de tête, sans rien promettre. Mon ami aux oreilles en pointes était jeune, mais plus assez pour avoir droit à un traitement de faveur.

Au loin, la silhouette vague d'une île se dessinait. Plus nous en approchions, plus les regards se faisaient ostensibles dans sa direction. Et puis, un événement peu réjouissant se produisit, me faisant froncer les sourcils sous mon tricorne. L'Île du Serpent se masquait à notre vue, drapée dans un brouillard étrange et épais, aussi soudain qu'inattendu. Lydia confirma ce fait puis ce fut autour d'une voix peu familière de se faire entendre. Nasakura, l'ynorien jeté par-dessus bord par mes hommes. Je n'avais même pas remarqué qu'il avait fini par être remonté des eaux du port. Il grelottait, encore humide, malgré ma générosité en lui laissant son manteau et ses lorgnons intacts. Une chance pour lui que Lydia lui intima assez férocement de se taire, sans quoi sa plainte pleine d'angoisse m'aurait poussé à le renvoyer par-dessus le bastingage.

Plus inquiétant, Eliwin lui-même semblait tendu devant ce phénomène. Brièvement, j'effleurai la dent de requin pendant à mon cou, refoulant mes propres craintes. Un capitaine ne doutait pas. Jamais.

Subitement, la Prêtresse prit l'initiative de donner des directives à mes hommes. Surveiller tous côtés, signaler le moindre mouvement. À moi, elle conseilla de faire prendre des trajectoires moins prévisibles à la Rascasse. Dans cette brume, même s'il s'agissait d'un vaisseau à l'équipage connu de Leyna', impossible de le savoir avant une probable attaque. Je me tournai vers le matelot varrockien et lui fit signe.

"Trouvez Mercurio, qu'il fasse passer l'ordre. Chacun à son poste puis faites le plus de silence possible. Qu'on entende l'eau se fendre."

J'agrippai ensuite la barre, la faisant rouler sur ma gauche suffisamment pour faire obliquer le navire, mais pas assez abruptement pour trahir un mouvement de crainte. Si un autre bateau se trouvait dans les parages, je voulais pouvoir discerner le moindre indice de son approche.


*--->*

_________________
Mythanorië - Oudio / Shamane Hippocampe


Sœur de la Confrérie d'Outremer, Capitaine de la Rascasse Volante, au corps de bois et cœur de bête océane
"Y'a pas à dire, la mer, ça vous change quelqu'un !"

Ancien thème
Thème actuel & Nouvelle Voix


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Jeu 22 Juin 2017 03:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 12 Oct 2009 22:23
Messages: 8317
Localisation: Le Hollan... La Rascasse Volante !
Dragon Fantôme - Chapitre XIX



Le Grand Bleu

Chapitre I




Après leur départ de Lebher, l'ambiance dans la Rascasse Volante avait radicalement changé. Bien que tous avaient fini par savoir plus ou moins directement la dangerosité toute particulière de ce nouveau trajet, l'équipage entier paraissait plus apaisé, plus discipliné et plus amical.

Il n'y avait eu aucune bagarre ni même aucune dispute à signaler. Même les tensions entre Samrik et Mythanorië semblaient s'être détendues. Bon, Samrik restait Samrik, toujours majoritairement muet et à tirer une tronche de trois pieds de longs comme si on venait de lui couper la langue et les testicules, mais il commençait à se résigner à l'idée qu'il finisse par se dérider un peu.

Le soir après leur départ de Lebher, la prêtresse de Moura profita de la quiétude du repas du soir, si rare dans cet équipage souvent dispersé et bruyant à ces heures, pour chanter les origines de leur destination, l'île du serpent. Une bien belle histoire de guerrier divins chassant un serpent géant pour s'attirer l'affection de la déesse mais dont le reptile eût fini piégé par un sang-pourpre, l'obligeant à se réfugier dans les entrailles de l'île pour ne plus jamais en sortir.
Récit sublimé par la voix de la prêtresse et la poésie de cette légende qu'elle termina par un avertissement, la seule loi sur cette île était celle du sang et de l'épée, suivi d'une bénédiction à l'équipage. Puis elle s'éclipsa aussitôt dans sa cabine, laissant l'équipage dans un silence gêné et légèrement effrayé qui ne réussit finalement à être désamorcé que par un petit discours de motivation de la capitaine, qui profitait de ce moment pour pousser Samrik à enfin remplir son office de maître d'arme.

L'humoran commençait un peu à se demander si ce n'était pas un genre d'étrange amour naissant et très vache qui s'installait petit à petit entre la capitaine et le maître d'arme, une pensée qui l'amusait.

Pour ce qui était des matelots, on sentait ainsi toujours, derrière la franche camaraderie apparente, une angoisse commune enfouie sur la finalité de ce périple, où l'on se parlait parfois tout bas de ses craintes mais où personne ne contestait vraiment.

Mercurio, quant à lui, se préparait. La mer était aussi paisible que l'équipage, ainsi il n'y avait pas souvent vraiment besoin de sa présence sur le pont. Et lorsqu'il ne devait pas s'occuper de la bobologie relative aux entraînement maintenant prodigués par Samrik aux plus grands bras cassés de l'équipage tel Taloc, il profitait de ces instants pour préparer toute sa pharmacie avec les produits achetés chez le vieux Toki, profitant des moments d'oisiveté de la cantinière pour avoir un peu d'aide.

Outre les potions de soin qu'ils avaient dilués pour en augmenter le nombre et qui restaient un remède généraliste très efficace et polyvalent, tout bon guérisseur se devait d'être doté d'alternatives qui avaient fait leurs preuves.

Le galbanum et le sagapénum étaient finement découpés avant de finir dans un mélange végétal qui finissait soit dans des fioles qu'ils remplissaient ensuite de quelques gouttes de potion de soin et de rhum avant de laisser le tout macérer, ce qui leur donnaient une couleur olive peu ragoûtante mais qui en feraient un bon remède pour les problèmes de digestion, soit dans une petite caisse, car, mélangé dans de l'eau chaude, elle pourrait aussi être utile en inhalation ou en infusion pour les affections respiratoires.
Un mélange plus délicat à produire à base d'eau, de potion de soin, d'essence de lavande et de bergamote ferait quand à lui un excellent antalgique en ingestion et antiseptique en application cutanée... et même si c'était totalement superflu, Mercurio décida de rajouter du rhum dans cette recette aussi, il trouvait que ça ne pouvait pas faire de mal..
Le reste de l'essence de lavande avait fini mélangé à une pinte d'onguent à la purée de châtaigne pour améliorer la cicatrisation en cas de mauvaises plaies.
La seconde pinte d'onguent à la purée de châtaigne, quant à elle, finissait petit à petit dans l'estomac du félin alors qu'il en mangeait comme un gosse avec une cuillère en bois qu'il avait piqué en cuisine et qu'il trimbalait partout avec lui, ce qui ne l'empêchait pas de regretter que ce ne fût pas de la cerise.

A côté de cela, il s'était préparé tout un attirail de secours d'urgence, bricolé comme il le pouvait à partir de morceaux de bois, de tissus et de cuir qu'il avait consciencieusement conditionné pour pouvoir servir de compresses, de bandages, de garrots, d'attelles ou de mors.
Il avait ainsi disposé toute une pile de petites caisses contenant tout ce qu'il fallait pour palier à la plupart des problèmes.
Se rappelant encore de son incapacité temporaire à utiliser la magie de lumière, il préférait prévenir que guérir. Si jamais cela devait se reproduire pour une raison ou pour une autre, au moins cette fois-ci ne serait-il pas totalement impuissant ou à devoir improviser dans la panique.

Pour palier à ce problème, il préféra d'ailleurs ingurgiter le fluide de lumière à sa disposition qui ne manquerait pas d'être utile pour la suite.

Il profita aussi d'enfin pouvoir se pencher sur le cas d'Eliwin.
Maintenant pourvu d'une mâchoire utilisable, il était temps de soulager l'handicap de se malheureux.
Mercurio, étant plus imbibé de purée de châtaigne que d'alcool depuis Lebher, fit alors preuve d'une étonnante inventivité. En examinant les bords de la gorge béante, il s'empara d'un morceau de cuir souple qu'il découpa minutieusement et sur laquelle il fixa à l'aide de gomme la mandibule et, gavant son patient du mélange antalgique, entailla les rebords des morceaux de peau qui pendouillaient jusqu'alors dans le vide et, grâce à sa magie de soin, fit ainsi en quelque sorte fusionner le cuir à sa peau. Eliwin retrouva ainsi un visage plus humain et, sa langue ne pendant plus dans le vide, il retrouva plus de facilité à parler. Bien sûr, tout ceci n'était qu'une improvisation, le marin n'ayant plus aucun muscle à ce niveau, sa bouche était condamnée à rester entrouverte et il ne pouvait toujours pas mastiquer... Mais autant au niveau esthétique que pour la communication orale, il y avait du mieux. Et beaucoup moins de risques infectieux. Il devait cependant continuer à l'examiner régulièrement.

Les jours s’enchaînèrent ainsi tranquillement jusqu'à ce que Lydia, à la vigie, s'écria "Terre !", ce qui provoqua l'agitation soudaine de l'équipage. Un bout de terre était visible bien au loin mais ils ne purent profiter longtemps de cette vision, un épais brouillard marin s'installant à cette heure crépusculaire.

Malgré l'humiliation de Li Nasakura au port de Lebher, sans que Mercurio l'ait su, la capitaine le força tout de même à prendre place parmi l'équipage. Le bosco ne voyait pas l'intérêt d'avoir ce pleutre dans le navire et son intuition s'était affirmé alors que celui-ci avait surtout passé ces jours à se faire oublier dans les parties les plus calmes du bateau et en s'abstenant d'adresser la parole à qui que ce soit depuis. A part à dilapider une ration de nourriture et d'eau en plus, il se révélait donc d'une inutilité inouï.

Toujours était-il qu'une fois enfoncé dans la brume, sa lâcheté le fit sortir de son mutisme, parlant d'un navire aux voiles rouges qui ferait des ravages les jours de brouillards, suppliant de faire demi-tour.

Forcément, les sangs-pourpres n'allaient pas laisser des étrangers accoster ainsi sur les côtes de leur île sacrée. Ni lui ni la capitaine ni qui que ce soit n'eût le temps de rajouter quoi que ce soit que la prêtresse de Moura prit spontanément le commandement, ordonnant d'initier une navigation erratique pour que leur position dans le brouillard ne soit pas découverte. C'était intelligent. En d'autres circonstances, il aurait pris ça pour un affront mais là, fait était de constater que Leyna était dans son élément. Mytha envoya Ranos à Mercurio pour lui dire d'envoyer chacun à son poste et de faire un silence absolu.

Ce qui fût vite fait, cela s'imposant logiquement aux matelots dans ces circonstances. Croisant brièvement Li et craignant une idiotie de sa part sur le pont, il lui ordonna d'aller se réfugier avec la cantinière et son fils et de ne pas sortir de là-dessous jusqu'à nouvel ordre.

L'humoran ouvrit alors la cache d'arme, apportant sabres à ce qui étaient encore dépourvus d'armes et sa baliste à Lydia. Il récupéra à son tour ses katars et coordonnait la synchronisation entre la barre, que la capitaine avait tenu à gérer, et la voile.


[Ingestion de Fluide de Lumière (1/4)]

_________________

Playlist de Mercurio

A propos, j'ai trouvé la morale de la fable que ton grand père racontait,
celle du petit oiseau que la vache avait recouvert de merde pour le tenir au chaud et que le coyote a sorti et croqué...
C'est la morale des temps nouveaux.
Ceux qui te mettent dans la merde, ne le font pas toujours pour ton malheur
et ceux qui t'en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur.
Mais surtout ceci, quand tu es dans la merde, tais-toi !

--------------------
Jack Beauregard (Henry Fonda), Mon nom est Personne, écrit par Sergio Leone, Fulvio Morsella et Ernesto Gastaldi


Dernière édition par Mercurio le Jeu 22 Juin 2017 13:29, édité 3 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Jeu 22 Juin 2017 13:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
Messages: 6522
Localisation: :DDD
Jet de fabrication de Mercurio (1d20) : 12
Jet de vigilance de Leyna : 94 (danger détecté)
Jet de vigilance de Mytha : 23 (échec)


Le travail effectué par Mercurio lui avait permis de remplir sa besace du nécessaire pour effectuer à peu près une douzaine d'interventions de premier secours sans l'aide de la magie blanche, ce qui se révélerait sans doute très utile sur l'île du Serpent. Sous son ordre, Li se hâta à l'abri sans dire un mot.

Alors qu'elle observait les horizons avec anxiété, Leyna finit par distinguer une demi-douzaine d'ombres singulières dissimulées sous la surface de l'eau à la droite de la proue. De loin, elles ressemblaient à des oiseaux déployant leurs ailes, bercés par le courant marin. Des raies géantes ? Il sembla qu'ils allaient être attaqués par des monstres marins, alors qu'il n'y avait toujours aucun navire sortant de la brume.

Derrière la barre, Mythanorië n'en vit rien, elle ne ressentait qu'une atmosphère calme et oppressante. Le reste de l'équipage, bien que désormais paré au combat, angoissait à l'idée d'une attaque. Mercurio, posté aux voiles, était bien mal placé pour voir ce qui approchait sous la surface de l'eau...

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Jeu 22 Juin 2017 21:19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Mai 2013 22:32
Messages: 626
Localisation: Aeroland
Le voile gris de la mort pesait sur l'équipage. Tout le monde était sur le qui-vive. La capitaine s’exécuta tandis que Mercurio paraissait sur le pont. Leyna n'y faisait guère attention, concentré qu'elle était sur la brume.

Elle ne vit aucun navire mais sa vigilance lui permit de repérer autre-chose. Des formes sombres se déplaçaient sous l'eau, approchant à grande vitesse. Des genre de poisson ? Ou peut-être des sang-pourpre cherchant à les aborder à la nage ? Elle ne perdit pas de temps en conjecture :

« Continuez à surveiller les flancs, mais quelques-uns avec moi ! Par tribord ! Des choses approchent de sous l'eau ! »

Elle tira sa lyre, doigts posés sur les cordes, prête à invoquer sa magie contre les choses...

_________________
Image



Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016