L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 235 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 12, 13, 14, 15, 16
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Lun 4 Sep 2017 12:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 12 Oct 2009 22:23
Messages: 8514
Localisation: Le Hollan... La Rascasse Volante !
Le Grand Bleu - Chapitre III



Le Grand Bleu

Chapitre IV




L'humoran n'eût aucun mal à couper la corde, que Ranos enleva de son cou immédiatement sur la frayeur et s'appuya sur Mercurio le temps de reprendre son souffle. Ce fut alors que la capitaine se rua de leur côté et jeta un de ses sortilèges de terre contre un second sang-pourpre que l'humoran avait à peine eût le temps d'apercevoir ; elle fit apparaître des liens de glaise à ses pieds, le faisant glisser de sa raie vers les abysses.

Le second sang-pourpre resta un instant bête, à maintenir la corde coupée dans sa main et regarder son compère aller explorer les fonds marins avec sa nouvelle paire de botte.

Il se contenta finalement de jeter un regard noir à l'oudio en s'immergeant avec sa raie ; difficile de savoir s'il allait récupérer son collègue ou s'il préparait sa revanche. D'un rapide coup d’œil sur le navire, les autres ne semblaient pas s'en être trop mal sorti, personne ne semblait manquer à l'appel, pas même un blessé.

Il ne comprenait pas vraiment comment c'était arrivé, mais alors que les sangs-pourpres avaient tous disparu sous la surface, l'un d'eux était à bord, un poignard à la main. La prêtresse semblait en faire son affaire, demandant à Lydia de le tenir en joue de son arbalète.

Elle avait raison, il ne fallait pas le tuer. Il pourrait servir, ils pourraient le faire parler sur ce qu'il sait ou s'en servir comme otage par exemple... Mais ce n'était pas encore fait. C'est plus dur de ne pas tuer, plus risqué. Et bien que ce sang-pourpre était bel et bien pris au piège au milieu du navire, il ne semblait pas enclin à la reddition.

La prêtresse lui lança un ultimatum et Mercurio commençait à s'approcher doucement et en silence derrière lui, ne faisant aucun bruit au sol avec ses petits coussinets tous doux. Il avait rangé ses katars à sa ceinture, l'idée étant d'essayer de le maîtriser ou au moins, s'il y avait un imprévu, de lui mettre une bonne patate dans la tronche.



Le Grand Bleu - Chapitre V

_________________

Playlist de Mercurio

A propos, j'ai trouvé la morale de la fable que ton grand père racontait,
celle du petit oiseau que la vache avait recouvert de merde pour le tenir au chaud et que le coyote a sorti et croqué...
C'est la morale des temps nouveaux.
Ceux qui te mettent dans la merde, ne le font pas toujours pour ton malheur
et ceux qui t'en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur.
Mais surtout ceci, quand tu es dans la merde, tais-toi !

--------------------
Jack Beauregard (Henry Fonda), Mon nom est Personne, écrit par Sergio Leone, Fulvio Morsella et Ernesto Gastaldi


Dernière édition par Mercurio le Jeu 19 Oct 2017 21:57, édité 4 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Ven 15 Sep 2017 09:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Mer 15 Fév 2012 19:03
Messages: 757
Localisation: [Aeronland] Vers l'Île du Serpent
*<---*

*9*



Ma sève pulsa vivement lorsque ma magie fit effet. L'assaillant visant le guérisseur se rendit compte de ma manœuvre, mais ne parvint pas à m'empêcher de le prendre pour cible. La lourde chape de terre l'enveloppa et le fit choir de sa monture, l'entrainant vers le fond. Un bref instant, je redoutait que cela causât sa perte avant de rapidement me souvenir de qui j'avais à faire. Des combattants montant des raies géantes. Autrement dit, des habitués de cet élément. Un bref instant, je croisai le regard de l'autre assaillant dont le félin venait de couper le lasso. L'être blond me fixa inconfortablement. De mes serpentins libres, je rajustai mon tricorne. S'il comptait m'entrainer sous l'eau pour me faire perdre mes moyens, il allait au-devant d'une sacrée surprise !

Un brouhaha d'eau et de choc me fit me tourner vers le pont et y découvrir avec stupéfaction que l'un des attaquants avait été projeté à bord. La Prêtresse était déjà sur le coup, brandissant sa lame sacrée en sommant à l'arrivant de se soumettre. Je l'avais vu préparer sa magie. Etait-ce là son intention ? C'était finement joué, mais quelque part, je doutais que les attaquants se calment à l'idée que nous disposions d'un prisonnier possible. De son côté, Mercurio s'avançait vers l'être à pas feutrés, sans doute pour le surprendre en cas de coup de folie du combattant.

Une accalmie prit place, pendant laquelle Eliwin vint à moi, m'informant qu'un groupe baptisé les Raies Sanglantes aurait été cause de nombreuses disparitions dans les environs. J'acquiesçai et avisai l'eau salée, songeant que si leur surnom était parvenu jusqu'à nous, c'était qu'ils laissaient assez de survivants pour le faire connaître. Je me tournai vers l'équipage, tendue à cause de la situation, mais ne le montrant pas suffisamment pour inquiéter mes hommes.

"Défendez-vous, marins de la Rascasse ! Prouvez votre valeur ! Mais ne tuez que si vous ne voyez pas d'autre issue !"

Mes yeux clairs avisèrent l'eau une nouvelle fois, cherchant l'être blond dont j'avais croisé le regard. Je pouvais tenter de l'interpeller, mais ma propre expérience sous-marine me faisait deviner qu'il allait avoir du mal à comprendre ce qui se disait au-dessus.

"Nous avons fait tout ce chemin pour les rencontrer, Elivan. S'il faut leur briser le nez pour qu'ils nous tendent l'oreille, qu'il en soit ainsi."

Restant à proximité du bastingage pour attirer l'attention de nos adversaires, tout en me méfiant de leurs lassos, je maniai ma magie d'eau, de sorte à être prête à en faire usage dès l'apparition en surface de nos assaillants. Je ne voulais pas les tuer, pas encore du moins, mais les neutraliser suffisamment pour me faire écouter. Mentalement, je me préparai à l'usage d'une projection aquatique, destinée à désarçonner le premier cavalier marin me prenant pour cible.

"Montrez-vous, meneur des Raies Sanglantes, ou je viens moi-même vous chercher !"

Eux non plus n'étaient pas les seuls à potentiellement être à l'aise sous l'eau. Toutefois, je ne comptais avoir recours à cet atout que si la situation tournait mal.


*--->*

Prépare une Projection aquatique (niveau 4, 1PM) en riposte contre le premier adversaire qui s'attaquera à elle.

_________________
Mythanorië - Oudio / Shamane Hippocampe


Sœur de la Confrérie d'Outremer, Capitaine de la Rascasse Volante, au corps de bois et cœur de bête océane
"Y'a pas à dire, la mer, ça vous change quelqu'un !"

Ancien thème
Thème actuel & Nouvelle Voix


Dernière édition par Mythanorië le Dim 1 Oct 2017 18:52, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Mar 19 Sep 2017 00:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
Messages: 6552
Localisation: :DDD
Mytha : Pas attaquée ce tour-ci
Mercurio : Échec de l'interruption !
Leyna : Réussite de l'interruption !
Lydia : 100 au dés ! Réussite critique !
Commandant : -27 PV et casque brisé



A l'appel de Mythanorië, une seule Raie Sanglante brisa le fil de l'eau pour se montrer, debout sur sa monture, face à l'équipage de la Rascasse. C'était l'homme aux cheveux blonds qu'elle et Mercurio avaient aperçu plus tôt, il fixait la capitaine avec un sourire plein d'audace.

Ce sourire s'effaça l'espace d'un instant, et il cria :

- Levik !

Le Sang-Pourpre encerclé sur le pont fut pris d'un sursaut, et lorsque Mercurio, bien qu'attentif, devina ce qui se tramait, il était déjà trop tard. L'homme avait saisi son poignard, et s'apprêtait à se trancher la gorge. Heureusement, sa lame fut bloquée par celle de Leyna. L'homme regarda alors la femme bleue dans les yeux, grimaçant. Il repoussa sa dague, et se mit à attaquer Leyna en hurlant de rage !

- Fais honneur aux Raies Sanglantes, Levik ! L'honneur ou la mort, l'honneur dans la mort !

Malgré ses clameurs, il restait calmement posté dans la ligne de mire de l'équipage, une main sur la hanche.

- Votre pathétique troupeau devrait en prendre de la graine, branchette.

Ce disant, il brandit un bout d'étoffe rouge comme un drapeau éphémère. Suite à ce signal, un grand navire aux voiles cramoisies surgit de la brume, fonçant tout droit vers la Rascasse. Il n'était cependant pas encore à portée de catapultes, mais il était facile de deviner qu'il serait une menace directe pour le navire et son équipage dans approximativement deux minutes.

Sans attendre l'ordre de Mytha, certains marins ouvrirent le feu sur le commandant, sans succès. Celui-ci évita leurs tirs gracieusement en se servant avec virtuosité des mouvements de sa monture.

- Voyez-vous ? Incapables de toucher une cible en mouvement même en s'y mettant à di-

Sa moquerie fut coupée vive par le carreau de Lydia. Elle avait démontré son expertise en tant que tireuse en décochant un trait directement entre les deux yeux. Il faillit bien tomber de sa raie, mais il n'était pas fait du même bois que ses compagnons d'armes, et il reprit vite son équilibre, montrant à tous son visage ensanglanté. Le carreau n'avait pas percé son crâne, mais les débris de son casque avaient pénétré son visage, lui occasionnant une douleur horrible. Il était passé du sourire narquois à une expression de pure indignation en un éclair, et c'était au tour de la vétérane de sourire :

- Heh, ça t'apprendra à la ramener, blanc-bec.
- A l'attaaaaque !!!
cracha le chasseur blond alors qu'il tachait l'eau de son sang.

Des ondes alarmantes firent alors vibrer la surface autour de lui, et six monteurs de raies jaillirent de l'eau, se préparant à riposter avec lances et lasso !


En résumé : suicide de Levik empêché, il cherche désormais à tuer Leyna
Le commandant a appelé un navire et s'est pris un carreau dans la gueule.
Six raies sanglantes apparaissent à la proue du navire et se préparent à attaquer, tandis qu'un navire armé approche dangereusement de la Rascasse (approximativement deux tours avant contact)

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Mer 27 Sep 2017 16:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Mai 2013 22:32
Messages: 633
Localisation: Aeroland
Alors, le chef, se disant en effet membre des raies sanglantes, jaillit de l'eau pour exhorter le prisonnier à la mort. Celui-ci décida aussitôt de se trancher la gorge. Leyna était prête, cependant, et interrompit la lame. L'homme, furieux, semblait prêt à se retourner contre elle.

Pendant ce temps, le chef les narguait, désignant un navire qui surgit de la brume pour les attaquer. Ceci serait cependant à la charge de la capitaine. Quant au chef lui-même, il fut coupé dans ses vantardises par la vigie. Lydia lui transperçant littéralement le visage d'un carreau. Leyna n'avait cependant pas le temps de s'y consacrer davantage, car le sang-pourpre qu'elle avait en face d'elle l'attaquait férocement !

Elle bondit en arrière et rangea son poignard, écartant largement les mains :

« Si tu penses que tuer une prêtresse de Moura t'accordera Sa bénédiction, alors frappe. Mais prend garde à la défaite que tu encours... »

Car elle ne comptait pas se laisser frapper. Il était temps de le désarmer par la technique qu'elle avait apprise en luttant contre le maître d'arme...

(((CC de fourreau des mains, max)))

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Dim 1 Oct 2017 18:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Mer 15 Fév 2012 19:03
Messages: 757
Localisation: [Aeronland] Vers l'Île du Serpent
*<---*

*10*




Par fierté ou orgueil, difficile de le dire, le meneur de nos adversaires émergea sur le dos de sa monture aquatique. L'homme était blond et protégé par un casque, mais le plus marquant à son sujet était le sourire confiant qu'il affichait. C'était un détail qui me perturbait beaucoup, car son escouade semblait bien faible en nombre pour se permettre ce genre de bravades. Il ouvrit la bouche en me fixant, non pas pour me répondre, mais pour crier un mot inconnu. Il fallut un brouhaha derrière moi pour me faire comprendre qu'il s'était agit d'un nom. La Prêtresse et l'assaillant qu'elle avait lancé sur le pont en venaient à l'affrontement. Mes yeux clairs m'apportaient une scène étrange. Leyna avait bloqué la lame de l'assaillant alors que celle-ci... S'était dirigée vers la gorge de son propre porteur. Son commandant l'exhortait à faire honneur à sa horde, quitte à s'ôter lui-même la vie pour rester honorable.

Je lançai un regard perçant à mon alter ego blond tandis qu'il s'adressait à moi, mais le surnom de branchette qu'il me donna ne m'éveilla pas le moindre sentiment. Ce n'était pas avec des mots vides qu'il allait me faire bouillonner la sève.

Mes hommes étaient certes des novices en combat, mais il s'agissait de survivants. J'avais foi en eux pour tenir face à une meute sournoise, mais pas à ce que je vis se dessiner dans la brume. Un vaisseau, dont je ne distinguai pas le gabarit, surgit devant le nôtre. Tandis que des traits manquaient l'arrogant blondinet, je cogitai à grande vitesse. Tenir le coup face à une escarmouche était une chose. Subir un abordage en était une autre. Le navire ennemi allait être sur nous dans une durée trop courte pour pouvoir rebrousser chemin. Les railleries du blond stoppèrent d'un coup. Un carreau, lancé par la baliste personnelle de Lydia, venait de percuter l'homme pile entre les deux yeux. Son casque en avait fait les frais, mais s'il fut un instant désarçonné, il resta sur sa créature. Furieux, il cracha ses ordres d'attaque.

Les Sang-pourpres étaient des guerriers révérant Moura. Si nous leur tournions le dos, première chose à laquelle j'avais songé, ils allaient en profiter. Et il serait impossible par la suite de nous faire entendre d'eux, car je gageais que nul couard ne trouvait grâce aux yeux de ces êtres, cale riche de tribut leur étant destiné ou pas.

Épée à la main, j'avisai Lydia.

"Joli tir ! Organisez les tireurs ! Continuez à les aligner, et les prochaines tournées sont à mes frais !"

Regard vif vers les autres.

"À la barre, Timonier ! Sous le vent ! Prenez de la vitesse, qu'importe sa direction ! Nahö' ! Toutes voiles dehors ! Les autres, restez à distance du bastingage ou préparez-vous à aider votre voisin !"

J'avisai la Prêtresse et le Guérisseur, ainsi que la forme du dénommé Levik. Un combattant de leur groupe entre nos mains était inespéré. Il était hors de question de le perdre ou de lui laisser l'opportunité de nous échapper. Et pour cela, il n'y avait pas des centaines de solutions possibles. Pragmatisme.

"On le garde ! Fracassez-lui les membres, mais qu'il vive !"

Enfin, je scrutai l'eau devant la Rascasse, constatant que nos adversaires se préparaient à riposter. Je m'avançai d'un pas, concentrant ma magie lumineuse. Dans cette brume, si je parvenais à relâcher mon sort comme je l'entendais alors, j'avais de fortes chances de nous faire gagner un peu de temps en retournant leur arme contre eux. En les aveuglant, en somme. Ma puissance magique remonta le long de ma main libre, en ce que j'espérais convertir en un fort halo lumineux et inattendu.

(Moura soit avec nous.)



*--->*

Utilisation du sort - Lumière vive : crée un halo de lumière stupéfiant autour du lanceur : initiative-0,5/lvl pour tous les ennemis quelque peu hébétés, minimum 1, arrondis à l'inférieur. L'effet dure [lvl/4]tours, arrondis à l'inférieur. (Niveau 10 - 3PM)

_________________
Mythanorië - Oudio / Shamane Hippocampe


Sœur de la Confrérie d'Outremer, Capitaine de la Rascasse Volante, au corps de bois et cœur de bête océane
"Y'a pas à dire, la mer, ça vous change quelqu'un !"

Ancien thème
Thème actuel & Nouvelle Voix


Dernière édition par Mythanorië le Lun 16 Oct 2017 05:08, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Dim 1 Oct 2017 20:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 12 Oct 2009 22:23
Messages: 8514
Localisation: Le Hollan... La Rascasse Volante !
Le Grand Bleu - Chapitre IV



Le Grand Bleu

Chapitre V




L'humoran fut pris de court en voyant le sang-pourpre sortir un poignard, prêt à s'égorger lui-même plutôt que de laisser cet honneur à un membre de La Rascasse Volante. La prêtresse, vive, empêcha son suicide en interposant sa lame.

Le casqué, sur sa raie de tout à l'heure, avait émergé à nouveau et hurlait à son homme des ordres en invoquant son honneur. Bordel, c'était pour ça qu'il détestait les peaux-bleues. Toujours à parler d'honneur et de leur code moral rigide, mais toujours à être de pédants connards prêts à mettre à feu et à sang n'importe quel village portuaire sans défense pour récolter quelques piécettes. Et après ils te bourraient le mou comme quoi ils étaient de féroces combattants redoutables et que rendre culte à Moura c'était trop bien. Et si tu dis du mal de Moura ou que t'en as rien à foutre, t'es juste connard qui mérite que la mort. Et après t'avais intérêt à raser les murs sinon ils te tombaient à dix dessus à la moindre occasion.

Bref, de sombres trous du cul plein de contradictions qui avaient l'audace de se penser meilleurs que tout le monde. Des fanatiques pour qui aucune vie n'a d'importance, pas même la leur. Comment est-ce que tu voulais discuter avec des gars comme ça ?

Le casqué nargua tout le monde sur le pont, faisant le fier de ne pas se recevoir les flèches envoyés par ses collègues. Il fit soudainement moins le fier lorsqu'il se reçut un carreau de l'arbalète de Lydia en pleine tronche. Et cet enfoiré avait la chance d'avoir un casque assez solide pour empêcher le carreau de lui transpercer le crâne.

Il appela alors ses semblables à l'attaque. Ils comptaient tous investir le navire en même temps.

Merde ! Merde ! Ça ne sentait pas bon du tout, tout ça !
Tant pis pour celui qui était isolé au milieu, la prêtresse savait se défendre.

L'humoran finalement s'arma de son katar Drac'eau. La capitaine ordonnait à l'équipage de s'éloigner du bastingage et à préparer les armes de jet. Elle voulait vraisemblablement se tirer de ce pétrin et garder celui du bastingage en vie pour préparer un nouveau plan d'approche.

Mercurio ne comprenait pas vraiment l'urgence. Il n'était qu'une dizaine de guerriers et escalader les rebords du navire n'allait pas être si... Oh putain. Il ne l'avait pas vu, ça, ce navire immense qui avait découpé la brume et qui venait droit vers eux. Ah oui. Il fallait se tirer. Et vite. Trois enfoirés sur leurs montures, c'était jouable. Mais une frégate de guerre armé de catapultes à bord, c'était pas le même tarif.

Bon, il se sentait con, là, au milieu du pont, à ne rien faire et attendre la mort.
Surtout, ce foutu navire... La Rascasse Volante était un bateau léger, elle n'aurait pas de mal à distancer ce château flottant, mais ils seraient à portée de catapulte avant que le timonier n'ait eu le temps de manœuvrer !

Qu'est-ce qu'il pouvait faire ? Qu'est-ce qu'il pouvait faire ?
Ah ! Si, il y avait peut-être un truc ! Il fouilla dans sa poche et en sortit les runes.
Il n'avait pas tout compris de leur fonctionnement, mais c'était le moment ou jamais de s'en servir. Comment on fait déjà ? Ah oui. On se concentre et on les serre dans les mains. On peut en utiliser plusieurs à la fois ? Laquelle était laquelle déjà ? Et c'était quoi cette histoire de pigeon ? Bon, et puis merde, par Jeri. Il serra les deux premières qu'il trouva en étirant les bras vers le navire ennemi. On verra bien le résultat.

Son cœur palpitait à dix mille. Il avait peur de faire une énorme connerie.




(((utilisation de la rune "pigeon" et "transformation" en direction du navire ennemi.)))



Le Grand Bleu - Chapitre VI

_________________

Playlist de Mercurio

A propos, j'ai trouvé la morale de la fable que ton grand père racontait,
celle du petit oiseau que la vache avait recouvert de merde pour le tenir au chaud et que le coyote a sorti et croqué...
C'est la morale des temps nouveaux.
Ceux qui te mettent dans la merde, ne le font pas toujours pour ton malheur
et ceux qui t'en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur.
Mais surtout ceci, quand tu es dans la merde, tais-toi !

--------------------
Jack Beauregard (Henry Fonda), Mon nom est Personne, écrit par Sergio Leone, Fulvio Morsella et Ernesto Gastaldi


Dernière édition par Mercurio le Dim 22 Oct 2017 14:50, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Lun 9 Oct 2017 20:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 27 Oct 2010 20:28
Messages: 6552
Localisation: :DDD
Levik : réussite d'attaque simple (12 dégâts)
Leyna : perd 12 PV (38/50) réussite du fourreau de mains (3 tours)
Samrik : échec
Mytha : réussite, tous les ennemis à la surface perdent 5 ini pendant 2 tours (5/8pm lumière)
-> trois Raies Sanglantes vaincues
Lydia : échec, touchée par ennemi (32/50pv)
Mercurio perd les runes "Yl" et "Aojy"



Levik, furieux, se releva prestement et fonça vers Leyna, qui attendait son arrivée avec un calme martial. Le couteau du Sang-Pourpre se planta dans la main de Leyna. Des gouttes de sang éclaboussèrent son visage, mais bien que la douleur fut réelle, la prêtresse de Moura fit preuve d'une grande maîtrise de soi alors qu'avec son autre main, elle bloquait le poignet de son agresseur, l'empêchant complètement d'utiliser son arme. Fou de rage, il tentait d'extirper le poignard mais la prise experte de Leyna la rendait inerte, incapable d'infliger plus de douleur. Ce fut alors que Samrik approcha par derrière, saisissait l'occasion de neutraliser le guerrier en l'assommant avec le pommeau de son sabre. Seulement, ce dernier, qui n'en était pas à sa première bataille, l'avait vu venir et parvint à coincer son bras entre sa tête et son épaule avant de le projeter en arrière, lâchant par la même occasion la lame qu'il destinait à Leyna.

Une ouverture. Leyna, dans le feu de l'action, devina les intentions de son adversaire. Il se préparait à courir vers le bord pour sauter du navire ! Samrik reprenait ses esprits, mais allait-il parvenir à le retenir à la seconde tentative ?

Sur la proue du navire, le sort de Mytha fit son effet. Les six Raies Sanglantes qui avaient émergé furent aveuglées et elles étaient tellement surprises par cet afflux de lumière qu'aucun des soldats n'eut la présence d'esprit de replonger avant que ne fusent les tirs alliés ! Sous le coup de flèches assassines, trois Sangs-Pourpres tombèrent, morts ou trop blessés pour continuer la guerre maritime. Lydia, qui s'était réservée le chef, entreprit de lui coller un deuxième carreau, mais lorsque le coup partit, le blond sanguinolent s'était déjà laissé tomber en arrière pour se mettre à l'abri sous l'eau.
Mais alors qu'elle rechargeait son engin, un javelot érafla son épaule et manqua de la transpercer.

- Merde !

Elle regarda son sang couler, puis cracha par terre, avant de reprendre le rechargement de son arbalète. Les trois Sangs-Pourpres qui avaient survécu se mirent à tourner autour du navire en échangeant des projectiles avec l'équipage, comme au début du combat.

En parallèle, Naho avait suivi les ordres de son amie et capitaine à la lettre et les voiles de la Rascasse se déplièrent. Le navire vira à tribord pour suivre le sens du vent tout en adoptant une position propice au combat si les choses en venaient au pire.

Seulement, au moment où Mercurio fit s'entrechoquer les runes, il était à des lieues et des lieues d'imaginer ce qui allait se passer. Le navire des Sangs-Pourpres, qui était manifestement la cible de son incantation, continua à se rapprocher sans aucun signe de trouble. Mais le brouillard, c'était une autre histoire. L'écran de brume qui entourait le champ de bataille se mit à vibrer, à émettre un son. Un bruit sourd, indescriptible, qui inondait l'esprit avant d'atteindre l'ouïe. Mercurio eut l'impression de se trouver dans l'estomac d'une bête gigantesque, mais le monde autour de lui ne semblait pas avoir changé. L'humoran regarda les deux pierres s'effriter et devenir poussière dans ses mains...

Soudain, un cri d'oiseau.

Cela n'avait rien de commun avec un cri courant. Ce n'était même pas un cri. C'était comme la plainte du vent avant la tornade, un sifflement aussi lointain que les nuées elles-mêmes. Le chant fatigué d'une créature sans matière. Ce fut alors que Mercurio, attentif, put se rendre compte que le brouillard bougeait. Puis, après quelques secondes, le nuage remonta. Il ne rêvait pas, la brume elle-même prenait son envol en poussant un cri las.

Vu à plusieurs lieues de distance, ce phénomène ressemblait à l'envol d'un gigantesque oiseau de brume. Le nuage grisâtre coupa son lien avec le niveau de l'eau, et se mit à flotter lentement comme un nuage animé d'une volonté propre. C'était un phénomène magique unique du genre qui ne se produit qu'une fois dans l'existence, né dans des circonstances aléatoires et impossibles à reproduire à l'identique.

La seule conséquence notable que cela eut sur la situation présente fut la disparition du brouillard et la révélation d'une toute autre menace. L'équipage de la Rascasse, grâce à Mercurio, fut au premières loges pour le spectacle qui s'offrait alors à leurs yeux.

L'Île du Serpent était visible, quoiqu'encore trop lointaine pour dévoiler ses moindres détails. Et aussi, la flotte qui l'entourait. Les silhouettes de deux autres navires se firent apercevoir, identiques au premier. Ils étaient sortis de leur formation pour se diriger vers la bataille en cours. L'embarcation appelée par les Raies Sanglantes n'était qu'un maillon de la chaîne qui entourait l'île mystérieuse. D'ailleurs, ce bateau aux voiles rouges allait atteindre une portée de combat d'un instant à l'autre. Personne sur le navire n'osa dire mot. Mais une question traversa les esprits : qu'allait-il advenir de l'équipage de la Rascasse Volante ?


Résumé :
Leyna blesse sa main pour bloquer l'attaque de Levik
Mytha aveugle les Raies Sanglantes et trois d'entre eux sont vaincus
(les trois Raies encore à la surface continuent le combat en tournant autour du navire)
Lydia subit une blessure légère
Samrik tente de maîtriser Levik mais échoue.
Le navire vire à tribord toutes voiles dehors pour commencer à fuir
Levik se prépare à sauter du navire.
Mercurio provoque un phénomène surnaturel qui engendre une nouvelle forme de vie
Le brouillard est dissipé, l'île du Serpent ainsi que deux navires ennemis approchant dans le lointain sont rendus visibles.
Le navire rouge rentre dans le combat au prochain tour.

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Mer 11 Oct 2017 21:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Mai 2013 22:32
Messages: 633
Localisation: Aeroland
Elle prit une profonde respiration et se tendit imperceptiblement. L'homme fonçait vers elle comme une vague furieuse, mais elle était déterminée à rester le rocher inébranlable. Au moment où le coup allait porter, elle referma ses mains. L'homme fut sans doute pris par surprise, mais pas totalement, il devait se douter qu'elle mijotait quelque chose, même s'il n'avait sans doute pas prévu une manœuvre aussi audacieuse. Il tenta de dévier son arme et l'intérieur de la main de la jeune femme fut cruellement transpercée. La douleur lui arracha une grimace, mais pas un cri. Ancienne esclave du Scorpion, elle n'avait pas peur de la douleur.

En retour, elle dévia le couteau pour l'arracher des mains de son ennemi. Au même moment, Samrik vint à son secours pour tenter de maîtriser l'homme, mais sans succès. Le sang-pourpre, toujours enragé, se débattit et l'envoya à terre. Il y parvint, mais sa dague avait maintenant glissé sur le pont, hors de sa porté, grâce à un habile mouvement de la prêtresse. L'homme tenta donc de fuir vers le pont, comprenant qu'il ne gagnerait pas ce combat, mais la prêtresse ne comptait pas le laisser faire.

C'est alors qu'un bruit improbable, indéfinissable, se fit entendre. Celui... d'un oiseau qui s'envolait ? Sous le regard effaré de la prêtresse, et de tous les spectateurs, la brume s'éleva aux mouvements de Mercurio, qui brandissait des pierres que la prêtresse reconnut : des runes...

Alors, la brume se para d'ailes fantastiques et, en un battement extraordinaire s'éleva vers le ciel tel un... pigeon ? Il ne fallait sans doute pas attendre trop de grâce et de poésie de la part du rustre guérisseur, mais au moins, ils voyaient maintenant la scène en entier. Plus qu'un navire, c'était tout un cercle qui entourait l'île et, alors que les tires s'échangeaient du navire aux raies, d'autres pirates approchaient pour le combat. Ils ne pourraient en soutenir autant... en revanche, ce signe du destin semblait indiquer la marche à suivre.

Leyna cria en désignant l'oiseau :

« Rana nous montre la voie ! Les dieux sont avec nous ! L'île des fidèles de la déesse est assiégée, brisons le blocus pour prouver notre force ! »

Et, elle-même transportée par ses propres prédictions, elle s'élança vers le sang-pourpre qui tentait de fuir, décidée à le plaquer au sol.

(((Tentative pour arrêter Levik et l'immobiliser )))

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Lun 16 Oct 2017 05:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Mer 15 Fév 2012 19:03
Messages: 757
Localisation: [Aeronland] Vers l'Île du Serpent
*<---*


*11*



Ma magie lumineuse éclata vivement, prenant de court les assaillants les plus proches. L'opportunité fut immédiatement saisie par mes hommes, dont les tirs firent cruellement mouche sur les plus statiques des protagonistes. Trois combattants des Raies Sanglantes churent, mais le plus dangereux de tous esquiva le coup qui lui était destiné. En retour, Lydia reçut un projectile. À son légitime juron, mes yeux clairs se posèrent vivement sur sa forme. Sa robe était lacérée du côté de son épaule, mais cela ne l'empêcha pas de recharger son étrange arbalète. Plus loin, des bruits de combat avaient lieu, mais ils furent dominés par un puissant claquement : le bruit des voiles prenant le vent. Nahöriel avait été des plus efficaces, et la Rascasse prenait de la vitesse par tribord. La manœuvre ne surprit cependant pas nos adversaires, qui échangeaient des projectiles avec mes hommes.

Toutes fibres de mon corps tendues, je focalisai mon attention sur nos prochaines actions quand, d'un coup, un autre son se fit entendre. En premier lieu, un choc. Ensuite, l'air se mit à vibrer et à devenir pesant. Je devinai la silhouette du guérisseur avant d'entendre un son si étrange qu'il m'en fit oublier ce à quoi je commençais à réfléchir. C'était un cri, ou en tous cas, ce fut le sentiment que j'en ressentis. Un son à la fois animal et pas du tout, d'une étrangeté telle que je fus un instant aussi stupéfaite que si j'avais pris un coup derrière la tête. Je ne savais pas ce qui s'était passé, mais le résultat était là : la brume dans son intégralité se mit à s'élever, restaurant notre champ de vision.

Chose qui, si elle m'avait semblé un instant positive, ne m'apporta qu'un éphémère soulagement lorsque mon regard clair discerna des mouvements et des couleurs. Au loin, l'Île que nous devions atteindre. Entre elle et nous, une flotte de vaisseaux aux voiles rouges, identiques au premier que j'avais vu sortir de la brume. Il ne me fallut qu'un instant pour peser nos chances et comprendre qu'il s'agissait là d'une bataille perdue d'avance. La Rascasse Volante était un navire rapide, fait pour voguer habilement sur les flots en tous genres pour harceler de lents bateaux ou explorer l'Aeronland. Elle n'était en rien faite pour la guerre, surtout à cette échelle. Contre un autre navire à la rigueur, deux ou trois si la chance était de notre côté, mais pas contre toute une armada.

Je me murai dans un silence contemplatif un instant. La Rascasse, toutes voiles dehors, filait trop vite pour que le cap fut aisément changé, malgré sa manœuvrabilité. Nous étions déjà trop impliqués. Le sang versé ne pouvait pas être pardonné et la fuite me semblait être une option définitivement écartée. Ce fut la voix de Leyna' qui ramena mon attention fuyante sur la situation, alors qu'elle nous enjoignait à briser le blocus autour de l'île. J'en haussai un sourcil d'incompréhension, car les vaisseaux me semblaient bien être tous de la même faction. Le mouvement de fuite de l'attaquant me fit tourner la tête dans sa direction.

"Levik ! Halte-là ! "

Ma sève pulsait si fortement en moi que n'importe qui aurait pu croire à un battement de cœur. Moment de folie ou d'euphorie, difficile de le dire. Je n'étais pas vraiment moi-même, tout en l'étant plus que jamais. Cette même pulsion étrange qui m'avait saisie lorsque j'avais pris par surprise mon maître d'arme était de retour. Mon épée pointa en direction de l'île tandis qu'un sourire carnassier prenait place sur mes traits et que les paroles de Leyna' trouvaient un écho en moi.

"Remerciez-nous, garçon ! On vous raccompagne ! Vous allez vite pouvoir retrouver les jupons de votre mère !"

Tous les êtres à sang rouge que j'avais côtoyé jusque-là ne pouvaient pas s'empêcher de réagir fortement dès qu'ils étaient quelque peu infantilisés. C'était une chose que je n'avais jamais comprise, mais qui pouvait s'avérer utile pour les amener à aller dans mon sens.

Je me tournai vers mes hommes, resserrai ma couette de lianes, relevai mon tricorne et donnai de la voix une nouvelle fois.

"Trop d'eau de mer dans les oreilles de ces poiscailles ! On va devoir aller taper du poing sur leurs tables, là-bas, pour se faire entendre !"

Je désignai l'Île du Serpent encore une fois.

"Timonier ! Gardez le cap ! Nous avons rencontré et survécu au Dragon Noir, ce n'est pas une flottille qui va nous faire rebrousser chemin ! Montrons-leur ce que sont de vrais survivants ! "

Galvanisée, je poussais mon équipage à se dépasser. Nous avions une mission à accomplir, et adversaires sanguinaires ou pas, nous allions la mener à bien !

"Offrons-leur notre vision d'une visite diplomatique ! Pour la Confrérie !"

C'était un comportement stupide et s'appuyant sur des sentiments vifs et sauvages, typique d'un être parcouru de sang. Indigne de ma nature distante et prudente d'oudio, en somme. Et pourtant, la petite voix sage de mes jeunes années refusait de se faire entendre pour me détourner de cette voie. Ou peut-être lui faisais-je juste la sourde oreille. Ce qui était sûr, c'était que j'étais prête à défendre chacun de mes hommes, à me battre, à montrer l'exemple en demeurant auprès des miens et en partageant leur sort. À me comporter en Capitaine digne de la Confrérie d'Outremer, et avec assez de cran pour pouvoir faire ravaler son tricorne à Thunderhead en personne dès notre retour.

Autrement dit, plus en brindille ballotée par le courant, mais en véritable pirate.


*--->*

_________________
Mythanorië - Oudio / Shamane Hippocampe


Sœur de la Confrérie d'Outremer, Capitaine de la Rascasse Volante, au corps de bois et cœur de bête océane
"Y'a pas à dire, la mer, ça vous change quelqu'un !"

Ancien thème
Thème actuel & Nouvelle Voix


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Rascasse Volante (Guilde : Confrérie d'Outre-mer)
MessagePosté: Dim 22 Oct 2017 14:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 12 Oct 2009 22:23
Messages: 8514
Localisation: Le Hollan... La Rascasse Volante !
Le Grand Bleu - Chapitre V



Le Grand Bleu

Chapitre VI




L'humoran ferma les yeux quelques secondes en grimaçant, tellement il craignait de faire la pire connerie de sa vie. Et s'il se transformait en pigeon lui-même ?

Lorsqu'il rouvrit les yeux et que les runes s'effritaient d'elles-même entre ses mains, il fût un instant troublé. Restant mécaniquement figé sur place, les bras tendus, il fixait le navire des sang-pourpre continuer à tranquillement avancer. Qu'est-ce que... Ça n'avait eu aucun effet ? Qu'est-ce que c'est que cette magie de merde ? Ah, il le savait que c'était des bobards et qu'il en faisait un de beau, lui, de pigeon ! Il perdait rien pour attendre le vieux qui... que... Qu'est-ce que c'était que ce bordel ? Sa vision commençait à déconner, comme si tout se mettait à vibrer. Quoi ? Non, ce n'était pas ses yeux. C'était le brouillard qui s'était mis à bouger. Mais il n'y avait aucun vent, c'était impossible. Il se demandait. C'était lié à l'usage des runes ou c'était une forme de magie sang-pourpre ? Son interrogation ne dura pas longtemps car un son se fit entendre. Le son le plus étrange qu'il avait jamais entendu. Un son éthéré, sans origine palpable, comme s'il n'existait que dans sa tête... Comme le chant du vent dans les tuiles, la douloureuse mélopée d'un mastodonte invisible... La brume semblait se rassembler, s'épaissir tout autour de lui, les vibrations de l'air humide battant à l'unisson avec les battements de son cœur.

On ne pouvait pas dire de Mercurio qu'il avait l'âme poétique d'un esthète contemplatif mais il lui aurait été là difficile de penser autrement.
La tournure des événements était d'une confusion magnifique. Il ne savait s'il devait craindre pour sa vie ou pleurer de joie et ce fut finalement son corps qui décida pour lui, se laissant tomber le cul par terre en regardant au-dessus de lui, la bouche restant entrouverte dans un grand sourire devant cette merveilleuse scène onirique.

Les mouvements de la brume finirent par cesser, l'enfermant dans une purée de pois telle qu'il ne pouvait même plus y voir la rambarde de la Rascasse. Puis, la brume se mit à s’élever, émettant le son ralenti de l'envol d'un oiseau gigantesque et... un roucoulement grave. Ce... C'était bien les runes. Ce... C'était pas du tout le but mais... C'était lui. Il avait créé ça.

La brume finit par disparaître totalement, laissant place à un éclat du jour qui semblait soudainement aveuglant. La créature -s'il pouvait l'appeler ainsi- continua son ascension céleste, se relevant être un titanesque oiseau de matière nuageuse rejoignant les siens.

Il la regardait s'éloigner tranquillement, subjugué, réalisant qu'il venait d'assister là à une naissance et il en était pour ainsi dire... le père ?
Y avait pas à dire, il faisait tout mieux que tout le monde. Son marmot, c'était pas un chiard gluant sorti d'une catin en sueur et le cigare aux lèvres accompagné de son pote le placenta dégueulasse avant d'hurler à t'en vriller les tympans. Non, ça, ça avait quand même plus de gueule. Entre ça et son histoire avec le dragon d'Oaxaca, il avait pas fini de soûler tout le monde.

Ça lui rappelait quand il était un petit con qui squattait les tabourets de taverne de Dahràm pour écouter les pirates raconter leurs folles aventures en mer. Ah ! Il était en admiration devant eux mais maintenant, face à lui, ils sont tellement devenus des petits branleurs ! Il en avait lui aussi, des histoires à raconter, maintenant ! Des biens plus épiques ! Et du totalement authentique ! Merde, il en était à se demander s'il devrait pas trouver un barde pour lui faire raconter son histoire ! Ouais, ça serait...

"Mercu !", lança Lydia depuis sa vigie, rappelant l'humoran à la réalité.

Oh putain oui. Il était parti loin dans son délire là, il en avait même totalement oublié qu'il était dans une bataille navale et qu'il risquait fortement de crever avant d'aller pouvoir se la péter auprès des mioches et des filles de joie de Dahràm. Il mit quelques secondes à émerger de sa rêverie. Maintenant que la brume avait disparu, d'autres navires de guerre sang-pourpre étaient visibles, s'approchant. Et une île se dessinait au loin, sans doute la fameuse île du serpent.

L'intrus était toujours à bord, la prêtresse, la main en sang, se ruant vers lui telle une enragée. La capitaine hurlait de son côté, provoquant l'ennemi et ordonnant au timonier de foncer tout droit vers l'île. Il n'eût pas le temps de réfléchir à ce que tout cela impliquait que Lydia réitéra son appel :
"Mercu putain, magne-toi le cul de monter !"

Il s’exécuta sans question, escaladant rapidement, et la vit, sa tunique déchirée sur une vilaine plaie sur le dessus de l'épaule.
"C'est pas trop tôt merde ! Soigne-moi ça vite fait, c'est rien de grave mais je peux pas bien utiliser mon arbalète avec l'épaule dans cet état."



(((utilisation du sort "Lumière régénératrice" sur Lydia)))

_________________

Playlist de Mercurio

A propos, j'ai trouvé la morale de la fable que ton grand père racontait,
celle du petit oiseau que la vache avait recouvert de merde pour le tenir au chaud et que le coyote a sorti et croqué...
C'est la morale des temps nouveaux.
Ceux qui te mettent dans la merde, ne le font pas toujours pour ton malheur
et ceux qui t'en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur.
Mais surtout ceci, quand tu es dans la merde, tais-toi !

--------------------
Jack Beauregard (Henry Fonda), Mon nom est Personne, écrit par Sergio Leone, Fulvio Morsella et Ernesto Gastaldi


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 235 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 12, 13, 14, 15, 16


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016