L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le Col Blanc, passage entre Mertar et les villages nains
MessagePosté: Mar 29 Aoû 2017 16:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Juil 2017 11:18
Messages: 18
Après un bon petit déjeuner, je rejoins dehors l’elfe gris, faisant raisonner sans mon esprit ses paroles. Un elfe gris, elfe de vision, enfant de Sithi, qui affirme être capable de détecter des fluides chez les gens sans être mage, ni vouloir m’en dire plus. Des secrets : je n’aime pas ça. Surtout lorsqu’ils sont utilisés sur moi sans qu’on ne veuille m’en dire davantage. Et pourtant, tout donne envie de le croire, quand il affirme que j’ai des fluides de terre. Il l’a juré sur sa déesse-mère. Je décide de taire, d’enfouir ce constat pour le moment. Constat rassurant, car je ne serais pas mêlé à une malédiction, mais inquiétant aussi pour ce qu’il adviendra de moi dans l’avenir. Dois-je apprendre à les maîtriser ? Y-a-t-il un moyen de m’en débarrasser ? Qui m’aidera à comprendre tout ça ? Pas Tanaëth, ni aucun des trois de mon escorte, ça c’est un fait.

Lorsque j’arrive au dehors, ébloui douloureusement par l’astre solaire reflétant rudement sur la neige vierge et neuve, il me faut un temps pour m’acclimater plus ou moins. Plus ou moins, car les nains ne sont guère habiles, en plein soleil, trop habitués à creuser les profondeurs de la terre. Mon peuple n’est pas un peuple voyageur, et chaque journée passée dehors lui est douloureuse. Même si j’ai bourlingué plus que n’importe lequel des miens, je n’y suis pas habitué. J’en devine cependant suffisamment pour comprendre que l’elfe a profité de notre repas pour jouer avec son bestiau, le défouler. L’elfe me dit être prêt, alors que son fauve lui grignote toujours une main. Je souris, en tirant la bride de mon paisible bouc, un peu nerveux ceci dit de la présence si proche d’un prédateur de son espèce. Plus loin, déjà prêts à partir, mon escorte m’attend. Je les sens froids et distants, bougons. Je lâche un soupir, jetant une œillade désolée à l’elfe gris.

« Hm. Un instant. »

Je me dirige vers ces trois sbires si typiques de mon peuple. Ils me voient arriver avec méfiance : la seule proximité d’un elfe les rend nerveux, et mon acoquinement avec celui-ci me fait presque passer dans le camp de l’ennemi. Mais je n’en ai cure, et je vais leur faire savoir. D’une voix ferme, quoiqu’éraillée par la vieillesse, je m’adresse à eux.

« Il suffit. Vous êtes tous trois décevants et ridiculement bornés. Alors je vous donne le choix : soit vous vous comportez cordialement avec notre nouveau compagnon de route, soit vous retournez d’où l’on vient. »

Mes mots ne souffrent d’aucune remise en question, et ils le savent. S’ils sont bornés, je n’en suis pas moins buté. Un vieux nain, il n’y a rien de pire, pour ça. Réactionnaire, Rinn est la première à réagir, m’envoyant un regard rempli de reproches, et tirant la bride de sa monture pour retourner vers Stanrock, sans un mot. Son aîné, Durak, met un peu plus de temps à se décider. Il me regarde longuement, puis l’elfe, et enfin Rinn qui s’en va, seule. Il secoue la tête avant de se tourner vers moi, contrit.

« Puissiez-vous, ser, ne pas faire erreur en lui faisant confiance. Moi, vous l’avez compris : je ne le peux. Aussi vais-je saisir l’opportunité que vous nous offrez. Bonne route, et bonne chance pour votre mission. Puisse-t-elle être couronnée de succès, et ces elfes matés une bonne fois pour toutes. »

Puis, dans un dernier regard de défi à l’attention de Tanaëth Ithil, il s’en va rejoindre Rinn. Kazad est le dernier à rester, silencieux. Prostré, même. Il me regarde, à travers son heaume impénétrable. Il hésite, bien sûr, entre son honneur de mener la mission à bien et celui de ne pas laisser ses compagnons sans lui. Je l’aide à prendre une décision, lui mettant une main sur la cuirasse.

« Allons, n’ais crainte. Je ne risque rien avec cet elfe et son fauve à mes côtés. Ce n’est pas un ennemi. Va les rejoindre : vous avez mené votre mission à bien en m’escortant jusqu’ici sans incident. »

Il met à son tour une main sur mon épaule et me salue d’un signe de tête, sans un mot, soulagé sans doute que je lui enlève le fardeau de ce choix drastique. Je les regarde un instant s’éloigner avant de retourner vers Tanaëth, qui aura sans doute compris la situation, mais je lui en fais néanmoins une brève conclusion.

« Voilà, ser sindel. Nous sommes seuls, désormais, pour poursuivre ce voyage jusqu’à Mertar. Allons-y sans plus trainer, si vous voulez bien. »

Et nous reprenons bien vite la route, mon monté sur le bouc que m’a confié le général des troupes de Stanrock, donc je devrai sans doute me débarrasser pour qu’il retourne parmi les siens, une fois à Mertar, et l’elfe marchant à mon côté, accompagné de son… animal.

_________________
Rakha's al Bünd


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Col Blanc, passage entre Mertar et les villages nains
MessagePosté: Jeu 25 Jan 2018 15:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre L.3 : Retour à la maison


Une fois arrivée devant les portes, les deux derniers miliciens quittèrent à leur tour le véhicule de Brumal. Cherock les remercia et avant qu'ils ne partent, leur dit quelques derniers mots.

« L'homme que j'ai foudroyé… Il se fait appeler « Numéro 3 ». Je ne sais pas si cela indique son rang dans la secte mais toujours est-il qu'il y occupe un poste important. Vous obtiendrez sûrement de nombreuses informations de sa part. Oh, et il a horreur du sang. »

Une fois les deux miliciens partis, Cherock se retourna vers les immenses portes de Mertar. Après avoir baigné dans l'architecture Thorkine durant une longue période, il ne s'en étonnait plus tout en la trouvant toujours aussi imposante. Le soleil était cependant une bénédiction, cela faisait un bout de temps qu'il ne l'avait pas vu mis-à-part à travers les puits de lumière. A sa position, Cherock estima qu'ils venaient tout juste de passer midi. Il rejoignit la caravane qui était maintenant complète et retrouva avec plaisir les compagnons de son voyage. L'absence des jumeaux ou encore de Noruk se faisait ressentir et rappelaient les tristes évènements passés. D'ailleurs, un accord tacite fut passé à ce moment-là : ne pas parler pour l'instant de ceux qu'ils avaient perdus, leurs souvenirs étant encore trop récent. Mais lorsqu'ils passèrent au niveau de l'endroit où l'avalanche avait eu lieu, personne ne fit de remarque à ce sujet. Au contraire, toute la caravane sombra dans un profond silence avant de se briser, quelques minutes plus tard.

La descente fut bien moins éprouvante : elle était de base plus simple mais bénéficiait d'un bien meilleur climat (Pas de blizzard gelant les os cette fois !). Néanmoins, le froid se faisait mordant et ils n'étaient pas complètement à l'abri d'une tempête de neige.

« L'hiver vient à peine d'se finir après tout ! » avait fait remarquer le chef de la caravane en remontant son col. Il avait donc fait le trajet d'une seule traite et avait voyagé toute la nuit durant. Emmitouflé dans ses vêtements de montagne, Cherock observait les montagnes qui se découpaient dans la clarté de la lune. Une aurore boréale éclairait le ciel d'un éclat plus faible que les précédentes. Petit à petit, les lumières célestes s'estompaient et perdaient de leur superbe. La déesse Rana retirait son présent après avoir éclairé durant de longues semaines les nuits de ses fidèles. Il était vraiment temps que les jeunes oranais dépêchés par le temple de Rana arrivent chez eux. Au cours d'une pause, Drom invita l'enchanteur sur son chariot. Cherock ne comprit d'abord pas le sens de son invitation, devant le mutisme du conducteur. Finalement, le trapu Thorkin se mit à parler.

« Pourquoi tu ne m'as pas retrouvé à Mertar ?

- Hein ? Te retrouver ? Mais de quoi tu parles ?

- En arrivant en ville, je t'avais demandé de me retrouver à la Taverne de l'Enclume Etincelante.

- C'est vrai ! Comprends-moi avec tout ce qui nous est arrivé à Hïo et à moi, je n'ai pas pensé à ça.

- Humpf, marmonna Drom. Ce n'est pas grave, je peux te remercier ici.

- Me remercier ? Pour les loups ?

- Oui. Mon frère est un prêtre de Valyus. Il m'a appris quelques tours pour me défendre.

- Des sorts de foudre ?!

- Oui. Il voulait que je puisse me défendre sans mon arme quand il a su que je devenais marchand. Et ça m'a servi plus d'une fois, expliqua le Thorkin. C'est un sort de protection, le seul que j'ai pu maîtriser. »

Drom lâcha les rênes d'une main et la posa sur la planche de son banc de conducteur. Un grésillement se fit entendre et dans un arc de cercle tout autour du Thorkin, des runes de foudre incandescentes se gravèrent dans le bois, avant de s'éteindre progressivement pour ne laisser que la marque des runes rayonnant très faiblement. Le conducteur invita alors le jeune homme à essayer de le toucher. Bien que méfiant et aillant une petite idée de ce qui allait se passer, il tendit la main pour essayer de la poser sur son épaule. Au moment où sa main dépassa le cercle de runes, celles-ci se mirent à briller et de multiples éclairs jaillirent pour frapper sa main. Ils n'étaient pas dangereux mais firent un mal de chien à Cherock qui se frotta la main.

« On appelle ça le cercle protecteur. Quiconque entre dans son périmètre déclenche les runes se fait foudroyer. Très pratique pour dormir tranquille la nuit. Ou protéger ses marchandises.

- C'est génial ! s'exclama le jeune homme. Comment puis-je l'apprendre ?

- Je ne suis pas très bon professeur, comme mon frère. Je vais seulement te laisser observer les runes qui composent le cercle et tu essayeras ensuite d'en faire tien. »

Sans plus de mots, le Thorkin tandis une nouvelle fois la main et un cercle de la taille d'un gros melon se grava en runes de foudre sur le plancher devant Cherock ; pressé, celui-ci sorti l'éclat de San-Divyna pour voir plus clairement les runes. Et alors que le cahotement de la route escarpée faisait trembler la caravane, l'enchanteur se perdit dans son analyse du cercle protecteur.

Les jours défilèrent. La caravane sortie du Col Blanc sans encombre et après un court repos dans l'auberge du Gars'rock qui se passa cette fois sans accro, elle se remit en route. Elle quitta progressivement les Duchés des montagnes et ses forêts denses pour s'éloigner enfin du cœur du continent. Direction : Oranan.

A suivre…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Col Blanc, passage entre Mertar et les villages nains
MessagePosté: Mer 11 Juil 2018 14:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

Nous sommes rapidement partis du village Ynorien. Oljyn semblait pressé, celle qui m'avait soigné avait expliqué qu'il valait mieux partir avant que la saison froide approche. Elle m'avait fourni des vêtements plus chauds, des vivres et s'était assuré de façon maternelle que mon bonnet recouvrait bien mes oreilles. Le moine, lui, m’avait confié des objets retrouvés sur les mercenaires. Les seules possessions qui n’avaient pas finis en miettes. Brisés par la force du Troll. Une étrange pierre marquée d’un symbole. Oljyn m’avait fait comprendre en refermant ma main que je devais y faire très attention. Et un bijou qui devait appartenir à Li.

Nous avons d'abord quitté le village et traversés les champs cultivables au sud pour rejoindre la route au bord d'un lac. Ensuite nous avons pris vers l'est, en direction des montagnes. Il nous a fallu presque un mois pour atteindre le duché de Luminion. Et ça c'est parce que nous avons pris le chemin le plus court malgré le risque de croiser des Garzoks. Les patrouilles Ynoriennes étaient de plus en plus fréquentes aux alentours des montagnes et les soldats ne cessaient de nous demander d'être prudent.

Quand c'était possible, nous dormions et mangions dans des villages. Des auberges ou même simplement chez des gens accueillants auxquels je versais quelques Yus de ma bourse encore bien rempli.

Nous avons profité du passage dans la ville de Luminion pour refaire le plein de vivres. Habité essentiellement par des soldats, nous en avons profité pour dormir sur nos deux oreilles avant de repartir pour emprunter la route du col blanc jusqu'à Mertar. Ça avait été une partie difficile, le vent avait décidé de se lever et la température s'était rafraichie. Surmontant toute la chaîne de montagne, le chemin offrait une vue magnifique mais également un chemin périlleux par ses sentiers escarpés et les tempêtes fréquentes. Nous avons dû nous arrêter une journée entière pour en laisser passer une. Une puissance phénoménale, terrifiante. Un vent hurlant entre les montagnes. Heureusement nous avons trouvé refuge dans une caverne avant que la tempête ne devienne trop forte. Oljyn était resté un long moment contemplatif devant la sortie de la grotte à observer le vent. Malgré notre situation peu enviable, il en avait été très heureux. Un drôle de type ce Oljyn. Très sympathique malgré son mutisme. Nous avons au fur et à mesure trouvé le moyen de nous comprendre. Evidemment je faisais le gros de la conversation, il se contentait d'un signe de tête pour montrer son accord ou son désaccord. Souriait ou riait à mes blagues, balançait la tête pour accompagner mes chants. Il savait aussi se faire comprendre pour m'indiquer où faire attention, quand se reposer, quand se réfugier ou se cacher. Nous nous sommes donc rapidement appréciés mutuellement. Malgré les dangers nous avons quand même réussi à atteindre Mertar en un seul morceau.

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016