L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Sam 9 Sep 2017 01:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
En quittant le hall des héros, je me dirige sans hâte vers les portes, profitant de ce que rien ne me presse pour admirer une dernière fois la superbe cité Thorkine. Je m'y serais bien attardé un peu pour la visiter plus amplement, mais pour un Elfe l'atmosphère deviendrait vite pesante et les risques d'être pris à parti ne sont pas négligeables, ce qu'il me faut éviter à tout prix.

C'est en humant des odeurs de rôti et de pain frais que je réalise que j'ai une faim de loup après le court mais intense entraînement, je me dirige donc vers la source de ces odeurs alléchantes et négocie un bon repas pour moi ainsi qu'un gros gigot cru pour Sinwaë. Après avoir dégusté, ou dévoré dans le cas de mon Silnogure, notre repas près de la fontaine centrale, j'achète encore de quoi renouveler mes provisions de route. Ceci fait nous nous dirigeons vers la sortie, toujours sous les regards curieux ou plus ou moins hostiles, la ville souterraine a beau être magnifique je ne m'y sens pas à l'aise et je ne suis pas fâché que mon séjour ne s'éternise pas.

C'est la première fois de mon existence que je suis confronté à un tel racisme, ça n'a rien d'agréable et je peux maintenant imaginer ce que ressentent les étrangers qui se rendent au Naora. Je voudrais espérer que cela changera un jour, mais j'ai perdu passablement de mes illusions et cet espoir a fichtrement l'allure d'une utopie. Quelle tristesse, la vie est tellement plus simple et plaisante quand les êtres se respectent mutuellement...

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Lun 2 Oct 2017 17:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre XL : Filature Nocturne


Cherock était accroupi derrière une échoppe de la Grand'Place, une trentaine de mètres devant la boulangerie du Moulin Souterrain. Il venait de voir une ombre y pénétrer malgré l'heure avancée de la nuit et la boutique visiblement fermée au public. Pourtant, une vieille Thorkine venait de lui ouvrir et de le faire rentrer. Cherock n'attendait plus qu'une chose : (Sort de là Doure, mène-moi à ton trésor ! J'en ai marre d'attendre moi.)

En effet, cela faisait presque deux heures que Cherock attendait sans bruit : après avoir quitté la Forge Royale, il avait d'abord rejoint la maison de Brumal pour y prendre des nouvelles de Hïo. Celui-ci passait la nuit chez le guérisseur et n'avait besoin que de sommeil pour récupérer, suite aux soins de lumière prodigués par le vieux Thorkin. Cherock avait donc récupéré la hache de Proma ainsi que sa pioche pour se mettre en route une heure avant minuit vers la Grand'Place, souhaitant attraper le roi voleur avant le plus tôt possible. Il était maintenant là à attendre que l'ombre plus que suspecte ne sorte du bâtiment.

Durant un cours instant, il eut un doute. Et s'il sortait par une autre porte ? Il le manquerait à coup sûr. Un détail le ramena cependant à la raison : (S'il avait la possibilité de passer par un autre endroit, il ne serait pas rentré par l'entrée principale.)

Comme pour confirmer ses dires, la même ombre trapue sortit de la boulangerie à ce moment. Elle portait un panier à la main et referma la porte discrètement, en même temps que les plis de sa cape. Il semblait plutôt grand pour un Thorkin, surtout aussi vieux que le Roi. Sa démarche fluide trahissait une vigueur tout aussi surprenante pour un individu qui avait au moins trois cents cinquante ans au bas mot, si bien que durant un instant, Cherock douta du fait que ce soit bien le roi. Il ne voyait cependant pas qui cela pouvait être d'autre et décida de le suivre tout de même.Cependant il ne se s'enfonça pas dans la ville comme il l'avait supposé, mais s'approcha au contraire de la cache de Cherock.

(Merde, il m'a vu ? Non, impossible.) Alors qu'il s'approchait du centre de la place en direction de Cherock, l'ombre encapuchonné contourna la statue par le côté opposé à celui de Cherock. Il fut un instant caché par la statue de Valyus baignée d'une lumière lunaire et se dirigea vers l'entrée principale. L'enchanteur le suivi d'un pas discret, en se mettant régulièrement derrière des étals pour masquer sa présence. (S'il sort dehors, ça risque d'être compliqué de le pister discrètement… Il faut qu'il reste dans la ville.). Cherock regretta ensuite cette pensée car ce qui arriva le rendit encore plus nerveux quant à la filature. En effet après s'être rapproché de l'entrée principale, le Roi avait légèrement bifurqué vers la droite et alors que Cherock se rapprochait, il le perdit de vue un instant. Lorsqu'il jeta un coup d'œil par-dessus l'étal qui le cachait il vit quelque chose qui le sidéra : l'ombre volait.

(Qu'est-ce que… ?!). Il se frotta plusieurs fois les yeux, mais non il ne rêvait pas. Les torches murales qui ceignait çà et là le contour de la Grand'Place faisait se détacher l'ombre sur le les murs de pierre. Bien que plus il avançait, plus il était caché par les ombres, le Roi s'élevait tranquillement vers les hauteurs de la cité Haute. Curieusement, il semblait longer la paroi… En plissant les yeux, Cherock aperçut quelque chose que les longs pans de la cape avaient cachés jusque-là. Les courtes jambes du Thorkin se levaient puis descendaient, comme s'il grimpait. Cela lui rappelait quelque chose, quelque chose qu'il avait entendu la veille… Mais quoi ? Il leva les yeux vers le haut de la place, en direction de la cité Haute. Soudain, la mémoire lui revint. Il se souvint de la discussion que les deux Thorkins qui avaient pris le monte-charge hier avec lui avaient eu. Il se rapprocha de la paroi, vers l'endroit où l'ombre s'était dirigée avant de s'envoler. Il l'aperçut alors : le vieil escalier.

C'était un vieil escalier taillé à même la pierre, usé par des années d'emprunt quotidien puis des décennies d'abandon. L'escalier s'enroulait tout autour de la place pour mener progressivement aux hauteurs du quartier riche : il en était l'ancien moyen d'accès avant que les monte-charges fassent leur apparition. Il avait alors été progressivement abandonné de par son inefficacité, sa perte de temps et d'énergie ainsi que sa dangerosité. Certaines marches trop abîmées avaient fini par s'effondrer partiellement rendant la progression dangereuse en de nombreux points. La chute était alors indubitablement mortelle.

Comprenant enfin le « secret » derrière le déplacement aérien du roi, un autre souci se présenta : l'escalier n'offrait aucun moyen de se cacher. Il suffisait que le roi se retourne pour une quelconque raison pour qu'il repère immédiatement Cherock qui montait à sa suite. Il n'avait d'autre choix que de le regarder monter et voir jusqu'où cela le mènerait. Il l'observait depuis maintenant cinq minutes lorsque sa cible disparut brutalement de son champ de vision. Cherock se frotta de nouveau les yeux, refusant de l'avoir perdu de vue une nouvelle fois. Il distinguait maintenant plus ou moins le tracé de l'escalier et vit que le roi n'était pas dessus. Il ne l'avait pas vu tomber et a moins qu'il n'ait usé de la magie pour se camoufler, il devait bien être quelque part. (La faille de Proma et Rutag était elle aussi bien cachée. Enfin, plutôt difficile à distinguer. Alors une faille du même type sur un escalier plus utilisé par la totalité de la population, à une trentaine de mètres de hauteur, ça doit être possible.) Ne voyant toujours pas le Thorkin réapparaître, Cherock prit la décision de monter les escaliers pour trouver la raison de cette fameuse disparition.

Il commença alors à gravir prudemment les marches, usées et polies par des centaines, des milliers de passages. Elles étaient cependant relativement large, sûrement pour que les autres dignitaires humains ou elfes puissent les emprunter pour rejoindre le palais royal. (C'est aussi un moyen de défense relativement efficace, prendre d'assaut un truc pareil, c'est impossible ! On pourrait se faire aligner par des archers en hauteur bien trop facilement.) Alors qu'il avait presque atteint l'endroit où il avait aperçu le nain disparaître, sa théorie se vérifia lorsqu'une flèche rebondit sur la pierre devant lui. Il se tourna vers la place en contrebas d'où venait le tir, mais ne put pas apercevoir le tireur. En revanche, il put entendre sa voix.

« Alors, Chien de Rana, qu'est-ce que tu vas faire maintenant ? »

(Un Enragé de Valyus ?! Ils m'avaient pas manqué ceux-là !) Oubliant toute prudence, le jeune humain se mit à courir dans les escaliers pour parcourir les dernières marches qui lui restait à gravir. Il trébucha plusieurs fois, manquant de chuter dans le vide mais retrouvait toujours son équilibre in extremis. Malgré cette course chaotique, le tireur eut le temps de tirer une deuxième fois, mais les ombres qui entouraient désormais Cherock rendait le tir beaucoup plus difficile. Juste avant qu'il n'atteigne son objectif, il entendit un sifflement très particulier, différent des autres qui avaient accompagné les tirs précédents. Il semblait plus lourd, plus fort. Il entendit alors plusieurs impacts autour de lui et une flèche passa le long de son torse, entaillant la chair assez profondément pour riper légèrement contre une des côtes. Le crissement de l'acier contre l'os s'accompagna d'une douleur lancinante qui le mit presque à genoux. Il ne savait pas comment, mais le tireur avait tiré plusieurs flèches en même temps pour compenser son manque de visibilité. Il ne devait pas traîner.

Il arriva enfin à l'endroit où il avait vu disparaître le Thorkin et trouva effectivement une faille dans laquelle il se jeta plus qu'autre chose alors qu'une seconde volée de flèches frappait la pierre. Une autre salve suivit quelques secondes plus tard, mais le tireur dû se rendre compte qu'il avait lui aussi perdu de vue sa cible.

(Cet enfoiré, il va sûrement attendre que je sorte pour me tirer comme un lapin !). Il vérifia la plaie à ses côtes et y vit une plaie plus douloureuse que sérieuse. Et bon sang qu'elle faisait un mal de chien !

Il arracha un long morceau de sa manche à l'aide de son épée et le plia pour qu'elle serve de compresse le temps que le sang arrête de couler. La blessure l'aurait gêné s'il avait dû se battre avec la main droite, heureusement pour lui qu'il était gaucher. Il en profita pour jeter un coup d'œil à la galerie dans laquelle il s'était jeté. Il ne voyait pas grand-chose, la lueur des torches ne rentrant évidemment pas dans une galerie à l'ouverture aussi petite. Il n'avait pas pris de torche avec lui, pensant rester un temps dans les galeries civilisées de Mertar. Il devait néanmoins voir à quoi ressemblait les environs, aussi utilisa-t-il sa magie pour éclairer son chemin. Il écarta son index et son pouce de quelques centimètres et en se concentrant, fit jaillir un petit éclair entre les deux bouts. Cela éclaira un court instant le boyau sur une vingtaine de mètres et malgré un aveuglement passager, Cherock identifia plusieurs choses intéressantes. Tout d'abord, une caisse de bois reposait sur le sol à une dizaine de mètres de mètres de lui. Cette caisse se trouvait également devant l'embranchement de deux tunnels. A tâtons, Cherock s'avança prudemment en faisant attention aux bruits qui l'entouraient : il ne voulait pas attirer l'attention de Doure Barbe Ecarlate s'il était encore dans les parages. Il atteignit finalement la caisse, s'accroupi devant celle-ci et utilisa de nouveau un éclair silencieux pour voir ce qu'elle contenait.

Comme il l'avait aperçu de plus loin, celle-ci contenait exactement ce qui lui fallait : des torches. Il y en avait trois qui reposait dans la caisse, ainsi qu'un petit flacon d'huile pour les ré-alimenter au cas où. Il y avait également un petit récipient en fer servant à les éteindre. Il en prit une puis chercha en tâtonnant un moyen de l'allumer. Il n'en trouva étrangement aucun ! (Bizarre… Il y a tout le matériel pour faire fonctionner ces torches, mais pas de quoi les allumer ! Ah mais oui, Doure a des fluides de feu, il peut donc l'allumer tout seul.) Il sortit alors son briquet à amadou et alluma avec la torche en main. Elle éclaira avec un certain éclat et éloigna les ténèbres autour de lui sur un rayon de cinq mètres. Cherock avait d'ailleurs volontairement réduit grâce à sa hache la surface inflammable de la torche pour que sa lueur soit amoindrie et donc plus discrète. Il s'engouffra alors dans le tunnel de droite : il avait remarqué que tous manches des torches étaient orientés dans cette direction, il estima donc que le Thorkin vivait dans le couloir où pointait ses torches qu'il remettait négligemment dans la caisse avant de les reprendre dans la même position.

Lu tunnel s'engouffrait profondément dans la terre et bien que marchant à pas de loup, Cherock avançait rapidement pour combler l'avance que sa cible avait sur lui. Toujours à l'affût du moindre bruit, il entendit au bout d'une dizaine de minutes un bruit cristallin, celui du ruissellement de l'eau. Une source souterraine devait couler non loi. (Normal pour quelqu'un qui vit tout seul depuis des années, faut bien qu'il boive.) pensa Cherock. Il vit alors la lueur d'une flamme se répercutant sur les murs devant lui : il venait de le rattraper !

Eteignant sa propre torche il suivait désormais l'ombre encapuchonnée à une distance raisonnable, toujours sans faire le moindre bruit qui se serait répercuté sur tous les murs alentours. Une poignée de minutes plus tard, il arriva enfin dans un espace plus large et également plus éclairé : une torche brûlait déjà sur une prise murale et révélait une pièce sommaire, d'une dizaine de mètres de diamètre avec un large tas de paille recouvert de couvertures dans un coin, une table de pierre d'un seul tenant dans l'autre avec un tabouret de bois devant. Quelques alcôves recelant quelques babioles étaient disséminées çà et là dans les parois. Une impressionnante bibliothèque incrustée dans le mur du fond clôturait la description du lieu de vie de l'ancien roi, qui venait de s'arrêter devant la table en déposant le panier. Cherock s'avança alors, hache dégainée à la main : la blessure à son torse ne saignait plus, il avait donc laissé tomber le tissu imbibé de son sang désormais inutile. Mais ne vit pas le fil tendu devant lui : lorsqu'il passa dessus, celui-ci se rompit et une cacophonie d'ustensile de métal tinta dans un boucan infernal. (Pour l'attaque surprise, c'est grillé pauvre abruti !) se sermonna le jeune homme alors que le Thorkin en face de lui se retournait vivement, mettant une main sur le manche de la hache qui pendait à sa ceinture. Il fit face au fulguromancien qui put alors apercevoir son visage : une barbe rousse épaisse, des traits… jeunes et… Des yeux… Verts ?!

(Le roi Doure n'ai pas censé avoir les yeux verts !)
A suivre…

_________________


Dernière édition par Tergeist le Lun 2 Oct 2017 19:23, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Lun 2 Oct 2017 19:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre XLI : Pyromancie handicapante


« … Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ? demanda le Thorkin d'une voix tendue.

- Mon identité n'a pas d'importance, mais...

- Qui êtes-vous ? redemanda-t-il plus agressivement.

- Je m'appelle Cherock O'Fall et je suis à la recherche du roi Doure. Est-ce vous ?

- Qu'est-ce que vous lui voulez ?

- Répondez d'abord à ma question, retorqua Cherock, agacé.

- Non ce n'est pas moi. Qu'est-ce que vous lui voulez ?

- Je cherche quelque chose qu'il aurait volé… Le Marteau Runique de Valyus.

- C'est donc ça… Papa m'avait dit qu'un jour cela arriverait. Mais je suis préparé pour ça… murmura le Thorkin en faisant tomber la cape de ses épaules.

- Hein ? Qu'est-ce que vous dites ?

- Je ne suis pas Doure Barbe Ecarlate, déclara d'une voix forte le Thorkin. Je suis Comarou'him, son fils. Mon père m'a prévenu qu'un jour, des gens viendraient en en ayant après son Marteau. Sur son lit de mort, j'ai juré de le protéger. Partez si vous ne voulez pas mourir. »

(Il ne me laisse pas le choix…) pensa Cherock. Il pensa néanmoins à la loi de Valyus et décida lui aussi de mettre en garde le Thorkin avant de faire parler la foudre.

« Je ne peux pas, je dois récupérer ce Marteau volé, pour la mémoire de ses créateurs. Il ne vous appartient pas ! Laissez-moi le récupérer, le sang n'a pas besoin de couler !

- Volé… ? dit le Thorkin d'un air hésitant. Foutaises ! »

(Il n'a pas l'air au courant ?)

Alors que Cherock s'apprêtait à répondre au nain, celui-ci fonça sur sa cible en dégainant son arme, clôturant ainsi les négociations. Le fulguromancien était prêt néanmoins et le temps qu'il parcourt la distance entre eux deux, Cherock fit partir un éclair du creux de sa main. Il toucha le nain à l'épaule mais il l'ignora et continua sa charge armée sur Cherock. Le Thorkin mesurait approximativement un mètre quarante, ce qui faisait de lui un adversaire dont la taille n'était pas un handicap pour l'enchanteur. Il portait une cotte de maille qui semblait avoir vécu un certain temps et des chausses ainsi que des bottes usées jusqu'à la corde. Il frappa l'enchanteur d'un coup de taille et celui-ci bloqua aisément le coup avec sa propre hache avant de répliquer avec un autre Choc de Valyus plus puissant qui fit cette fois-ci grogner le nain de douleur. L'enchanteur y vit une occasion et allongea un coup de pied à son adversaire, coup de pied qui fut esquiver par un saut en arrière. Alors que Cherock s'apprêtait à prendre l'initiative et attaquer Comarou'him, celui-ci se concentra et une petite explosion retentit alors que son corps se couvrait de flamme. (Evidemment, comme papa il maîtrise les fluides de feu. Tss !) pensa Cherock alors qu'il stoppait son attaque. Son adversaire le regarda avec un air déterminé et chargea en prenant de nouveau l'initiative. Cherock ne voulait pas dépenser ses fluides sur Thorkin qui ne semblait n'en avoir cure, surtout qu'il y avait l'Enragé qui l'attendait également dehors. Il préféra pour l'instant économiser ses sorts et serra les dents en campant ses pieds au sol, prêts à recevoir son adversaire. Il n'avait cependant pas pris en compte son armure de flamme ! Alors que le nain approchait, la température augmentait rapidement à tel point que sa bouche s'assécha brusquement. La chaleur émanant de son adversaire était insupportable et il n'eut d'autre choix que de battre en retraite dans le couloir qui était dans son dos. La retraite était effectuée trop tard et le Nain eu le temps de frapper et d'entailler le bras d'arme du jeune homme. Une blessure superficielle mais douloureuse qui se répercuta dans tout son bras alors que le sang commençait à couler sur sa main. La douleur tirailla le jeune homme, douleur amplifiée par l'aura de feu qui entourait son adversaire.

Sa blessure aux côtes qui s'était arrêtée de saigner se rouvrit par ces mouvements brusques et commença elle aussi à suinter du sang. Cherock comprit qu'avec ce genre de blessure, il ne pouvait pas faire s'éterniser ce combat. De plus, il n'était pas très habitué à se battre avec une hache si bien qu'il regretta sa bonne épée de moins bonne qualité que la hache pourtant. Pour ne rien arranger, sa hache commença à chauffer, son manche de métal en contact direct avec sa paume de main. Dans un cri, il lâcha la hache avant que celle-ci ne lui brûle trop la main et recula encore un peu plus dans le couloir. Il vit que la main gauche libre du Thorkin rougeoyait de manière singulière alors qu'il la pointait sur l'arme, chauffée à blanc. (C'est encore de lui !)

La main rougeoyante se dirigea ensuite vers l'enchanteur blessé et d'un mouvement sec, le pyromage fit apparaître un cercle de feu tout autour de l'humain, l'emprisonnant désarmé au milieu d'un cercle de flamme. Le cercle ne couvrait pas toute la largeur du cercle, si bien que le nain tourna tout autour du cercle en observant le jeune homme, se cachant derrière les flammes parfois. Une boule de feu surgit soudain de derrière la barrière de feu et le toucha en plein dans le dos : son manteau prit feu et il s'en débarrassa rapidement avant que le feu ne se propage sur ses autres vêtements. La chaleur commençait à lui donner mal à la tête mais devant l'urgence de la situation, son cerveau eut un sursaut d'activité et élabora un plan. (Mon esprit fait des miracles en période de crise !) ironisa Cherock avec un sourire alors que la barrière de flamme s'abaissait. La chute de la cage de feu annonçait à coup sûr une attaque : et quoi de mieux qu'une attaque dans le dos pour achever son adversaire ? C'est ce que pensait Cherock : après la boule de feu qui avait ruiné son manteau, il pariait sa vie sur une attaque en traître. Il tournait donc intentionnellement le dos à son adversaire pour qu'il ne puisse pas voir ce qu'il faisait de ses mains.

Lorsque les flammes eurent assez baissé pour qu'un nain puisse sauter par-dessus et le charger, il se retourna et balança son bras dans le même mouvement : l'épée de fluide de foudre qu'il avait créé et caché à la vue de Comarou'him fendit l'air. Celui-ci avait effectivement projeté de lui lacérer le dos de sa lame, ainsi il ne put qu'être surpris lorsque la lame crépitant d'éclairs vola dans sa direction. Cherock avait cependant agit un poil trop tôt, c'est donc la pointe de la lame qui ripa sur les mailles de sa cotte. La plupart des anneaux d'acier touchés sautèrent sous le coup, bien trop usés. Le coup poursuivit son élan et dévia la hache qui allait fendre son dos.

La surprise se lut sur son visage en même temps que la douleur du choc électrique qui parcourut sa hache. Une seconde de flottement s'installa alors que les deux hommes se jaugeaient du regard. Cherock économisait son fluide et l'autre ne semblait pas en mesure de pouvoir en utiliser d'avantages. Tout allait donc se régler sur leurs compétences d'escrimes. Ce que le Thorkin ne savait probablement pas, c'est que l'épée de foudre avait une durée limitée : il ne pouvait la maintenir qu'une dizaine de secondes de plus. Il devait donc en finir au plus vite. Cette pause qui avait figé le temps et l'espace entre les deux combattants prit fin lorsque l'enchanteur sauta à l'assaut de son adversaire. Cette fois-ci, c'était lui qui avait l'initiative !

Il frappa son adversaire d'un coup descendant que celui-ci para facilement. L'électricité parcourut son arme jusqu'à sa main, lui infligeant un choc des plus désagréable qui le fit grimacer. De par sa taille et sa lame magique qui ne pesait pas grand-chose, Cherock avait la rapidité nécessaire pour attaquer de nouveau. La lame de foudre ripa sur celle d'acier du Thorkin, fila vers le sol et dessina un arc de cercle avant de ré-attaquer par la gauche. Le Thorkin avait la maîtrise suffisante pour parer de nouveau l'attaque mais n'avait pas l'occasion de riposter. La lame ripa de nouveau sur son arme et siffla dans les airs de la gauche vers la droite. (Merde, mon épée n'est pas assez lourde, mes coups ne portent pas.) Il ne pouvait pas continuer comme ça : il devait adopter un style de combat plus adapté à son arme : la vitesse. Il se souvint que sur le terrain d'Oranan, certains soldats se battaient avec des rapières, des épées très fines faites pour les coups d'estoc. Il pensa à utiliser un instant ce style mais s'y refusa : utiliser un style qu'il ne maîtrisait pas, c'était ouvrir sa garde à un coup de hache lui fendant la poitrine. Non, il ne pouvait pas faire ça. Il devait se fier à son style de combat pour l'instant : cependant, il devait l'adapter.

Il réfléchissait à tout cela en continuant à délivrer des coups, son arme dessinant le symbole de l'infini. Il faisait glisser ses coups sur la garde du Thorkin, le forçant à la maintenir pour ne pas se faire éventrer sans pour autant le fatiguer en encaissant des coups. Il n'avait pas le loisir de trouver un moyen de contourner ce problème : son arme allait bientôt se dissiper. Il misa tout sur une avalanche de coups dont l'un finirait peut-être par passer sa garde car au moment où il arrêterait, Camarou'him en profiterait pour l'attaquer et son arme ne pourrait pas dévier son attaque. (Plus vite, plus vite !)

La succession de coups s'intensifia encore un peu plus : le malheureux Thorkin ne pouvait que se protéger des coups et son bras semblait s'engourdir de plus en plus. (Plus vite, PLUS VITE !) Alors que le jeune homme mobilisait toute sa volonté sur son attaque, il sentit une étrange énergie venant de tout son corps se concentrer dans ses bras. Il continua à frapper la garde du Thorkin : ses coups étaient aussi légers qu'une plume mais n'auraient pas pardonné si un seul d'entre eux avait atteint sa cible. . Cherock sentit tous les muscles de ses jambes se crisper pour le stabiliser et ceux du haut du corps se tendre pour enchaîner en un dernier assaut un déluge de coups. L'épée de foudre fendit l'air à une telle vitesse qu'un instant, Cherock pensa voir l'épée se démultiplier sous l'effet d'une célérité anormale. L'épée frappa deux, trois, quatre fois. Le cinquième et dernier coup frappa le torse de Camarou'him alors que celui-ci venait de lâcher son arme. La lame de foudre déchira la maille du Thorkin et atteignit partiellement sa peau derrière : l'amplitude des coups avait diminué à force de frapper la garde du Thorkin. Le coup ne délivra donc qu'une blessure superficielle et un choc électrique modéré.

Camarou'him tomba en arrière sur les fesses, sa main gauche sur la poitrine alors que l'épée de foudre se dissipait en laissant un Cherock haletant. Il pointa cependant sa main en direction du visage du Thorkin et lui déclara : « N'essaye… Ah… Pas de bouger… J'ai encore assez de fluide pour te tirer dessus… A bout portant ! »

Le Thorkin vaincu leva alors sa main gauche en signe de reddition. Elle était tachée de son propre sang.

« J'abandonne… Pardon papa, je n'ai pas pu protéger ton arme…

- Ca n'a jamais été son arme. Il ne t'a surement pas dit la vérité, mais voilà l'histoire au sujet de l'arme que tu protèges… »

Cherock lui résuma brièvement l'histoire entourant le Marteau Runique de Valyus : la lueur belliqueuse avait quitté les yeux du nain pour être remplacé par de l'incompréhension et de l'étonnement, le tout teinté de tristesse. Il avait vécu deux cents cinquante ans dans le mensonge si ce que lui disait l'humain s'avérait vrai.

« Alors mon père serait un meurtrier et un voleur… ? J'ai du mal à le concevoir…

- Même si les principes de Valyus m'oblige parfois à une certaine retenue, n'oublie pas que je viens de t'épargner alors que j'avais l'occasion de tuer et enjamber ton cadavre pour récupérer le Marteau. Tu méritais de connaître la vérité ; à toi de me croire ou non. Mais je t'ai déjà laissé une chance : la prochaine fois je n'hésiterai pas à t'abattre.

- C'est vrai… reconnu le Thorkin. Puis avec tous les chocs électriques que tu m'as infligés lors de notre combat, mon bras est encore complètement engourdi, j'arriverai pas à te menacer sérieusement. D'autant plus que ma réserve de fluide est presque à sec…

- Maintenant, dit-moi où se trouve le Marteau.

- Je ne sais pas exactement… Mon père a utilisé une pierre appelée « rune » pour s'ensevelir lui-même avec le Marteau, quelque part dans la grotte pendant que je n'étais pas là. Selon ses ordres, même moi je ne devais pas connaître son emplacement exact. Je ne saurai pas te dire où il est…

- Mmmh…. Réfléchit Cherock. Il portait des bijoux avant de mourir ? De l'or, de l'argent ?

- Seulement sa couronne d'or et de mythril.

- Très bien, ce sera parfait ! »

Se relevant difficilement, il se dirigea vers la grotte toujours illuminée : il se posta en son centre et se concentra pour essayer de détecter les métaux autour de lui, notamment la couronne du Roi défunt. (Finalement, tu étais vraiment mort comme le disait les rumeurs… Et ton fils à poursuivit ton obsession en le maintenant dans l'ignorance, élevé avec des mensonges. Jusqu'au bout, tu auras été un bel enfoiré !)

Il détecta plusieurs traces de métaux dans les murs, les casseroles, quelques couverts, mais rien qui ressemblerait à une couronne. Il poursuivit son exploration en tournant lentement dans la pièce. Il s'arrêta enfin quand il repéra enfin ce qui l'intéressait : une dizaine de centimètres sous la roche, devant la bibliothèque murale. Dégainant la pioche dans son dos, Cherock mina le sol sous l'œil fatigué de Camarou'him, assis sur le tabouret. Il semblait visiblement exténué, aussi Cherock ne s'inquiéta pas d'une éventuelle attaque en traitre.

Après de longues minutes de labeur, la pioche de Cherock rencontra du bois. Le bois d'un cercueil. (Il s'est senti rejeté par les siens, alors il n'a surement pas voulut d'un mausolée comme les autres Thorkins pour sépulture.) Il déblaya ensuite une ouverture et ouvrit le cercueil sur des os poussiéreux, friables et couronnée d'une couronne ternie qui avait dû être somptueuse à son époque. Les mains croisées de Doure Barbe Ecarlate, ex roi de Mertar, voleur du Marteau de Valyus, traître à son peuple, reposait sur le manche d'un marteau. Cherock tendit alors la main et la posa sur le manche. Pour la première fois depuis plus de deux cents ans, le marteau sortit de son sarcophage de pierre.

A suivre…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Ven 29 Déc 2017 18:35 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre XLIV.2 : Ki est l'indic' ?


L'archer des Enragés n'était probablement plus là, le marché quotidien de la place s'étant déjà installé. D'ailleurs, quelle heure était-il ? Il ne savait pas et cette question se dissipa aussi vite qu'elle était arrivée. Son état mental aussi bien que physique était déplorable, il avait besoin de repos. Il descendit donc lentement les escaliers, sous les regards parfois étonnés des Thorkins vaquant à leurs occupations. Prudemment, il descendit pas à pas et arriva finalement en bas avant de s'engouffrer dans la foule. Si les nains avaient sûrement des questions à lui poser quant à son arrivée quelque peu originale sur la Grand'Place, aucun n'en fit part. Etait-ce parce qu'il avait l'air au bout du rouleau ? Ou juste parce qu'il était un humain ? Cherock s'en fichait. Il réfléchissait surtout avec le reste de ses capacités cérébrales encore en état à où et comment se reposer et se soigner.

(Je ne peux pas aller chez Brumal, cela le mettrait en danger… Le vieux guérisseur dont il a parlé ? Non, je ne sais pas où il habite. Ascan ? la forge de comporte pas d'endroit où je pourrais dormir tranquille…). Parmi les contacts qu'il avait à Mertar, il ne restait que deux possibilités. Le vieux diacre des dragons foudroyants et Aknaer du Bazar Magique. Si le premier était sans aucun doute plus sécurisé, il ne lui permettrait pas de se rétablir correctement. Aknaer était lui dans la même situation que Brumal : Cherock ne voulait pas le mettre en danger. Cependant…
(On sait surement que Brumal est celui qui m'héberge, les autres salauds ont des contacts dans la ville Haute et il n'est pas dur de savoir que je suis arrivé dans sa caravane. Faire le lien ne prendra pas plus de temps que ça et les mineurs savent également que nous logeons chez eux. Par contre, je n'ai a priori aucun lien avec Aknaer, on ne m'y cherchera pas là-bas. Après, rien ne dit qu'il voudra bien m'accueillir…).

Finalement, c'est par manque d'option plus viable que le Bazar Magique qui fut la destination de Cherock.

A suivre…

_________________


Dernière édition par Tergeist le Ven 29 Déc 2017 18:49, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Ven 29 Déc 2017 18:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre XLV.1 : Escapade Nocturne


Cherock se tenait devant l'escalier, à la même heure que la veille alors qu'il poursuivait ce qu'il pensait être feu le roi. Il avait dormi toute la journée après avoir englouti l'une des potions de soin qu'il avait acheté. Force était de constater que cela avait fait effet, couplé au sommeil : son corps ne lui faisait plus souffrir, sa blessure aux côtes avait cicatrisé proprement et il se sentait plutôt en forme. Même son doigt allait bien mieux : il ne lui procurait plus qu'une douleur très légère en rien semblable à ce qu'il avait enduré. S'étant réveillé un peu avant la fermeture du marché de la place, il en avait profité pour y aller et acheté un épais rouleau de corde d'une dizaine de mètres. De retour au magasin d'Aknaer en vue de sa préparation aux évènements à venir, Cherock engloutit ensuite les deux autres bouteilles de fluides, l'une après l‘autre. De par ses expériences d'assimilation fluidiques, il ne fit pas l'erreur de prendre les deux en même temps. Il en prit tout d'abord une et assimila le fluide de foudre qui parcourut son corps, s'harmonisant doucement avec celui déjà présent dedans. Il passa alors à la deuxième bouteille deux heures plus tard, une heure environ avant minuit selon lui. La deuxième ingurgitation fut différente en revanche : après avoir assimilé le premier flacon, il ne savait pas s'il aurait la possibilité de récupérer tout le fluide que contenait le deuxième. Quelque chose en lui, une sensation diffuse, lui murmurait qu'il atteindrait bientôt la limite que son corps mortel lui avait fixé. Il but la fiole avec appréhension et laissa la magie glisser dans tout son corps. La foudre fit dresser les poils des membres qu'elle parcourait avec la familière sensation de destruction/reconstruction de chaque fibre de son corps qu'il avait senti à chacune de ses absorptions.
Il avait un semblant de plan et le matériel pour le faire. (Allez, on y va.)

L'enchanteur commença à gravir lentement les marches, se souvenant de la traîtrise de ces dernières et leur mauvais état général. Il progressa en s'éloignant de la lueur des torches de la place et arriva bientôt à la faille menant à la secte des fanatiques de Meno. Il ralentit d'autant plus le pas qu'il s'approcha dans un silence absolu pour prévenir toute arrivée des fous furieux qui l'avait emprisonné et torturé. Il n'entendit rien et progressa en surveillant du coin de l'œil la paroi. La pénombre était alors plus présente, nappant les marches et le mur d'un voile obscur qui empêchait de les distinguer clairement. Une main sur la paroi, Cherock avançait prudemment en regardant bien là où il mettait les pieds.

Ses yeux s'habituèrent finalement à l'obscurité et il put avancer un tout petit peu plus vite. Soudain, son pied droit dérapa dans le vide il ne dût son salut qu'à son réflexe de se jeter contre la paroi de sa jambe valide. Il tomba sur les marches et son doigt avec l'attelle percuta les marches de pierre : il grimaça sous la douleur mais ne hurla pas comme il l'aurait fait en début de journée. Il se releva avec précaution et recommença son ascension, en étant encore plus attentif aux marches. Il gravit une à une les marches et profita d'un passage passant directement dans la paroi avant de recommencer à la longer pour s'asseoir un instant et reprendre son souffle. Il avait monté pas loin de deux cents marches et avec la tension pour ne pas tomber, il retenait souvent sa respiration ce qui l'épuisa considérablement. (J'ai pas complètement récupéré de ces derniers jours.) pensa également Cherock. Il avait une grande facilité à rester actif avec peu de sommeil sur plusieurs jours, mais les derniers avaient été particulièrement éprouvants.
Il se remit en marche après une petite pause et recommença à gravir les marches. Il vit sur cette deuxième portion divers endroits où l'escalier était effondré, comme il l'avait entendu. Cependant, cela ne concernait qu'au plus deux marches : pour les Thorkins qui en avaient été les principaux utilisateurs, ces trous étaient effectivement bien handicapant. Mais pour un humain aussi grand que Cherock, il n'était pas un obstacle très compliqué. Prenant néanmoins en compte le fait que les marches voisines seraient probablement fragilisées par l'effondrement, il ne prit pas de risque inutile et enjamba prudemment les trous après avoir tâté du pied la solidité des marches. Une fois les trous passé, le jeune homme continua son ascension.

A suivre…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Ven 29 Déc 2017 20:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre XLVI.2 : L'assassin qui ne voulait pas abandonner


La descente de l'escalier s'effectua bien plus facilement : Cherock avait eu le temps de voir les quelques endroits dangereux dont il était jalonné. L'escalier n'était d'ailleurs pas si dangereux que ça pour lui, sa grande taille humaine le mettait à l'abri de bien des problèmes qui aurait touchés les Thokins aux petites jambes. C'était surement pour cette raison qu'ils avaient délaissés cet édifice au profit des montes charges qui étaient en plus simples et rapides. Le fulguromancien repassa devant la faille de la secte avec autant de prudence qu'à l'aller, mais visiblement personne n'était dans le coin. Il passa donc sans un regard devant le lieu qui avait été son enfer plus tôt dans la journée et s'approcha petit à petit de la lumière rassurante de la place. Au passage, il aperçut sur le mur des traces d'impacts ainsi que des débris de bois. (C'est vrai, je l'avais oublié lui…)

L'assassin archer qui l'avait traqué la nuit dernière ne l'avait pas attendu à sa sortie de la caverne, la foule avait alors déjà envahi la place. Il ne savait pas ce qu'il était devenu, il avait abandonné ? L'avait poursuivi dans la caverne et était tombé sur la secte ? Alors qu'il se posait ces questions, une flèche siffla à ses oreilles et créa un nouveau cratère dans la paroi.

« Enfin je te retrouve enfoiré ! »

(Quand on parle du loup…) grinça Cherock en se mettant à dévaler trois par trois les marches pour ne plus s'exposer aux flèches meurtrières de l'Enragé de Valyus. D'ailleurs, ce ne serait pas « l'Enragée » plutôt ? La voix lui semblait vaguement féminine et…

…ssss CHTAK !

Une autre flèche le rata de peu, découpant un peu au passage la jambe de sa tunique. La situation n'avantageait pas Cherock. Il ne pouvait que descendre et plus il se rapprochait, plus il était visible. Aussi sur les dernières marches, il préféra sauter de l'escalier pour se réfugier derrière une étale proche de la paroi. Bien lui en prit puisqu'une flèche vint épingler le mur sur la fin de l'escalier. Le jeune homme observa les impacts des flèches qui avaient fait exploser la pierre à l'impact. Un tir normal n'aurait pas pu avoir une telle force, à moins qu'elles ne soient influencées par le Ki. (Un archer qui maîtrise le Ki… Génial.) se dit le jeune homme. L'un des projectiles roula jusqu'à lui, abîmé par l'impact. Ce que le jeune homme avait prit pour une flèche se révéla être un carreau d'arbalète. Le jeune homme était familier avec ce type d'arme : malgré ses piètres performances lors de l'entrainement martial de son père, l'arbalète restait l'arme à distance avec laquelle il se débrouillait le mieux. (Enfin, avec laquelle je suis le moins mauvais.) Il était donc bien conscient des avantages et des inconvénients de cette arme. Puissante, mais longue à recharger. De plus, ne pas à avoir a garder l'arme bander rendait les tirs plus vifs et spontanées.

En se remémorant tout ce qu'il savait dessus, Cherock se dirigea prudemment vers le bord de l'étale et risqua un œil. Il ne vit rien dans l'obscurité recouvrant la grande place. Il ne pouvait qu'estimer la direction dans laquelle se trouvait son adversaire aux vues des tirs qu'il avait essuyé. (La pénombre me cache aussi bien qu'elle. Essayons d'en tirer profit.)

Sans un bruit, Cherock passa à l'étale suivante. Sa stratégie était simple : se faufiler furtivement en passant d'échoppes en échoppes tout le tour de la place pour atteindre la sortie Nord. L'arbalétrier se trouvait plus ou moins dans cette direction mais avec un peu de chance, il pourrait l'éviter. Lorsqu'il passa accroupi au second espace à découvert, un sifflement et le claquement d'une corde retentirent dans l'air. Le carreau d'arbalète fila juste au-dessus de sa tête, manquant de le tuer sur le coup. Soit le tireur bénéficiait d'une chance monstrueuse, soit il pouvait voir dans le noir. (Mais les Thorkins n'aiment pas trop les elfes il me semble…). Un second tir se fit entendre. Cherock étant à couvert, il ne s'en inquiéta pas outre mesure. Mal lui en prit. Un éclat brillant fila devant lui, venant de là où il venait et provoqua une brulante trace tout le long de sa poitrine, provoquant une douleur lancinante mais supportable. Sans réfléchir, il se mit à courir et plongea à l'abri du stand suivant pour faire face à l'endroit d'où il venait, épée à la main. A sa grande surprise, il ne vit personne. Pourtant, la flèche venait de cette direction, il en mettrait sa main à couper ! Un autre rechargement, un autre tir. Le sifflement venait de sa gauche et il vit le carreau filer dans l'espace qu'il venait de franchir. Le seul souci c'est qu'il ne fit pas une trajectoire rectiligne, non.

Sans aucune raison apparente, le carreau changea brusquement de direction en l'air et fonça vers Cherock. Abasourdi par ce qu'il venait de voir, l'enchanteur ne pensa même pas à esquiver. Par chance le tir mal ajusté se ficha dans le bois à sa droite au prix d'une belle frayeur. Cette prouesse dépassait sa compréhension. (C'est impossible de pouvoir faire changer aussi brutalement de trajectoire à un projectile. Sauf peut-être avec du Ki ? Je maitrise pas assez ses possibilités, c'est probablement possible.. ?) Quelque soit l'explication, le constat restait le même : il pouvait se faire allumer même caché. En plus, si l'assassin avait tiré là, c'est qu'il l'avait vu se déplacer. La vision nocturne semblait de plus en plus viable, ce qui n'était vraiment pas une bonne chose.

« Sort de là chien de Rana ! »

La voix semblait plus proche, plus claire. Elle paraissait même féminine. Et était définitivement sur la route de Cherock. Le combat était donc inévitable. Il se releva et tira au jugé deux arcs électriques dans la direction de la voix. Un cri surpris résonna sans pour autant toucher. Profitant du tir de barrage, Cherock franchit un nouveau vide et se mit à couvert derrière une étale où une odeur de légumes imprégnait le bois. Un tir à angle droit passa au-dessus d'un Cherock allongé en prévision de cette attaque. Un second tir vint lui percer le bois du stand, dépassant d'une bonne quinzaine de centimètres juste devant le nez du jeune homme. Il loucha sur la pointe du carreau et eu à son tour une idée lumineuse. D'après la position du projectile et après un rapide coup d'œil, Cherock trouva deux des abris potentiels de son attaquante. A cette distance, il aurait vu la silhouette se découper sur les torches si elle était restée debout pour tirer. (Moi aussi je dois pouvoir tirer en courbe avec ma foudre… !)

C'était un exercice qu'il n'avait jamais pratiqué mais après tout, si on pouvait le faire avec une flèche alors avec un éclair serait aussi possible ! Appelant à lui une partie du fluide abondant qui coulait désormais en lui, Cherock profita du rechargement de son adversaire pour attaquer. Le moyen le plus sur pour lui de donner un effet à son éclair était de le lancer avec un mouvement du bras balayant l'espace. Si la théorie était bonne, le résultat était loin d'être à la hauteur. Le rayon parcourut bien une courbe mais bien trop tôt, ne passant même pas derrière l'échoppe visée. Pestant contre lui-même, il esquiva de justesse un tir de réponse dont il ne parvint pas à voir l'origine. (Elle a rapidement tirée sans révélée sa position. Elle commence à me les briser elle !) Et puis, combien de carreaux avait-elle au juste ? Une quantité bien trop incapacitante en tout cas. De rage, Cherock répondit à son tour par un tir brossé celui-ci par un simple mouvement sec de poignée. Le résultat s'avéra plus satisfaisant : la courbe passa cette fois derrière le stand sans tourner assez pour toucher quoi que ce soit. Cherock guetta alors une quelconque réaction qui ne vint pas.

Voir un éclair passé devant ses yeux l’aurait faire réagir si elle l’avait fait lors de son premier tir de barrage. Pas de réaction ? Alors elle était derrière la deuxième échoppe, la plus proche. Cherock mit alors son sac devant lui tel un bouclier et courut vers l’endroit supposé de son adversaire.

sssssCHTAK !

Il avait vu juste ! Entendant la charge de sa cible, l’arbalétrière s’était relevée et avait fait feu sur lui en le voyant arriver. Le carreau s’enfonça dans le sac et un choc métallique se fit entendre. Quelle que soit l’arme qui avait bloqué le tir, Cherock était heureux de l’avoir emmené avec lui. Il jeta alors son sac et franchit rapidement la quinzaine de mètres les séparant, sachant qu’elle n’aurait pas le temps de réarmer son arbalète. Elle en était également consciente et l’abandonna au profit de deux courtes dagues qu’elle tint devant elle en position de parade.

« Enfoiré ! » jura-t-elle, affirmant bien son appartenance au beau sexe de sa voix féminine.

Sa morphologie semblait un peu plus haute que celle des Thorkins, plus élancée aussi. Ses traits et son corps étaient camouflés par une cape d’un noir d’encre. A sa hanche pendait un carquois presque vide. L’obscurité n’était dès lors plus un problème : Cherock se trouvait bien assez prêt pour discerner son adversaire et se battre. Pourtant, ce n’es pas lui qui attaqua le premier : l’Enragée de Valyus lui sauta littéralement à la gorge, tentant de la lui ouvrir de ses ergots d’aciers. Un coup d’épée parvint à maintenir la distance mais elle ne s’avoua pas pour autant vaincue. Avec une agilité surprenante, elle se glissa dans son dos et lui porta un coup au dos. Son dos se mit à saigner mais le fourreau de sa lame située dans son dos empêcha les dégâts d’être trop importants. (Merde, c’est là qu’il me faudrait ma cape de Faerunne !)

L'enchanteur se retourna et balança son bras gauche armé pour faire reculer son attaquante qui sauta en arrière. Le bras droit suivi la même trajectoire mais lâcha lui un éclair bleuté qui frappa à la poitrine l'assassine. Grognant sous la douleur, Cherock ne lui laissa pas le temps de réagir et lui infligea un second tir dans l'épaule droite cette fois-ci. A si courte distance, éviter l'éclair n'était pas envisageable. Dans un cri de douleur étouffé, elle lâcha la dague de sa main droite mais n'abandonna pas pour autant l'idée d'éviscérer sa proie. Elle bondit à nouveau sur l'enchanteur qui l'attendait de pied ferme, lame en face de lui. Malgré toute son agilité, l'arbalétrière se rendit compte qu'elle ne pouvait gagnée et Cherock également. Ils avaient à peu près le même niveau technique mais sur les armes, Cherock avait un net avantage avec plus d'allonge et plus de force. La dague tissait une toile d'acier toujours interceptée par la lame de Cherock. Une riposte par un coup d'estoc força la silhouette encapuchonnée à de nouveau prendre de la distance, le souffle court.

« Selon la Loi de Valyus, je te laisse une chance de te rendre. Lâche cette dague ! tonna le jeune fulguromancien en la pointant de sa lame.

- Ne bafoue pas mon Dieu ! » hurla-t-elle en réponse.

(Elle l'aura voulue...). Cherock n'avait pas beaucoup d'expérience en combat, mais il sut tout de suite ce que chercha à faire son attaquante en mettant tout son poids derrière sa dague. Quitte à ne pas en sortir vivante, autant l'entrainer avec elle dans la tombe dans une dernière attaque suicide. (Une vraie Enragée.)

Malgré sa hargne, l'assassine ne faisait pas le poids sur la puissance contre sa cible. Sa constitution était bien trop faible pour rivaliser avec le puissant corps du Whielnois. D'un revers de son épée, il repoussa les deux bras tenant fermement la dague qui ouvrirent complètement la garde de l'Enragée. (Moi aussi, je sais utiliser le Ki.) Faisant appel à cette énergie toute récente pour lui, le jeune homme sentit les muscles de ses jambes se raidirent alors qu'il se campait dessus. Tendant puis relâchant tous les muscles de ses hanches jusqu'à son bras gauche, il traça en deux mouvements presque flous une profonde croix sanglante sur la poitrine de la femme. La lame perça sans soucis la protection de cuir fin qui la protégeait. Du sang frais éclaboussa le sol devant lui ainsi que ses bottes, gouttant le long de sa lame.

Comme lorsqu'il s'était battu sur la corniche et avait tué les deux Thorkins, un goût de bile lui monta dans la gorge alors qu'il voyait les dernières lueurs de vie quitter les yeux de feu son assassin. Le malaise resta moins longtemps cependant. (Elle voulait elle aussi me tuer. Je lui ai laissé la possibilité de se rendre, elle a refusé. Ce monde peut décidément se montrer sans pitié quand il le veut…)

Cherock traîna ensuite le cadavre de la défunte et l'adossa à la paroi de la Grand'Place. Il ne chercha pas à savoir qui elle était, ni connaitre son visage. Moins il en savait sur ceux qu'il avait tué, moins ceux-ci viendraient le hanter.

Tâtant son dos en grimaçant et examina son torse. Les deux blessures se réveillaient maintenant le combat fini. Celle du torse était incapacitante mais assez légère tandis que celle dans son dos semblait plus profonde mais pas plus dangereuse. Il ramassa son sac et en tira une fiole de soin dans la poche de devant pour la boire. Il sentit la douleur s'estomper et les plaies progressivement se refermer. (Ca devrait tenir le coup, il faut juste que j'évite de prendre des coups aux mêmes endroits d'ici que je sois complètement rétablit.)

Cherock remit son sac sur ses épaules et sortit de la Grand'place. Il lui restait encore quelques heures pour trouver le Marteau avant que le jour se lève, il ne devait pas traîner. D'un pas décidé, l'enchanteur s'enfonça dans les boyaux de Mertar.

A suivre…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Jeu 25 Jan 2018 15:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 17 Fév 2017 03:03
Messages: 213
Localisation: Oranan
Dans le chapitre précédent…

Arc du Souffle du Voile

Chapitre L.2 : Retour à la maison


Une quarantaine de minutes plus tard, Cherock et Hïo se camouflait dans la charrette qui traversait la Grand'Place. De ce que les miliciens leur racontaient, il y avait beaucoup d'agitations sur la place. La Secte avait tenté de faire une percée dans les rangs miliciens lorsqu'ils avaient compris qu'ils étaient découverts. Mais si l'escalier était simple à défendre, il l'était tout aussi difficile d'en sortir. Le groupe qui avait tenté de passer en force s'était fait stopper. La moitié avait été tuée dans le combat et l'autre avait les mains liées sous bonne garde de quelques miliciens.

Deux miliciens armés de lourds boucliers Thorkins se trouvaient de part et d'autre de l'entrée et essayaient de se frayer un chemin, sans succès. D'autres Thorkins, eux armés de pioches et de lourdes masses, grimpaient les escaliers pour rejoindre le groupe et créer une nouvelle voie sinon agrandir le passage existant. La situation semblait sous contrôle de la milice et dans hochement de tête avec Brumal, deux des miliciens quittèrent l'escorte pour rejoindre leurs camarades. Leur présence n'était plus nécessaire, les deux qui restaient était là pour le cas où. Cherock, puis Hïo se permirent de sortir de sous les bâches qui les cachaient et observèrent la scène. Pour Cherock notamment, la vision de la secte à genoux et humiliée lui procurait une satisfaction tout particulière. Son regard se rétrécit tout à coup. Dans le groupe de personnes enchaînés, il y avait un visage familier. Le visage de celui qui l'avait fait souffrir et lui avait promit les pires morts. Numéro 3 faisait partie de ceux qui avaient tenté de s'enfuir. Le bras toujours en écharpe, Cherock s'assit sur une caisse de la charrette de sorte à être bien visible. Il chercha le regard de Numéro 3 alors que la charrette passait à une vingtaine de mètres des prisonniers qui se trouvaient à proximité du tunnel menant à la sortie. Il finit enfin par le capter.

Même d'aussi loin, Cherock put apercevoir le visage quelques peu tuméfié s'assombrir et ses yeux se remplir de haine à sa vue. Sans un mot, Cherock leva bien haut le Marteau runique pour le montrer à numéro 3. Si la fureur anima le regard de ses sbires qui le regardaient aussi, numéro explosa littéralement d'une colère brûlante. Ses mains s'enflammèrent et brûlèrent ses liens alors qu'il se dressait sur ses jambes, prenant par surprise les gardes qui ne s'occupaient de lui sur le moment.

« ENFOIRÉ !!!!!! »

Une flamme éclatante commença soudainement à s'accumuler dans la main du fanatique. Alors que les gardes prenaient conscience de ce qui se passait et couraient armes en main pour intercepter le prisonnier fou, Cherock abaissa sa main et de son poing jaillit un puissant éclair qui frappa son ex tortionnaire en plein milieu du torse. Celui-ci ne put terminer d'incanter son sort et tomba en arrière, sonné par le choc. Les gardes regardèrent avec stupéfaction le jeune fulguromancien puis lièrent de nouveau les mains du fou furieux. L'escorte de Cherock le regarda elle aussi avec des grands yeux alors que Brumal éclatait de rire, ayant tout suivi du coin de l'œil.

A suivre…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: La Grand'Place
MessagePosté: Jeu 12 Juil 2018 18:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Aoû 2012 23:33
Messages: 1233
Localisation: Quête 35
<<<

Aknaer sourit de toutes ses dents lorsqu'il aperçoit ma lourde bourse de yus se déposer sur le comptoir. Il s’occupe d’abord de la petite pierre qu’il appelle une rune. Selon lui, je suis un veinard car il s’agit d’une rune supérieure. Il m’explique comment les différencier de runes inférieures. La mienne à des petites gravures d’or alors que les runes inférieurs sont gravés avec une couleur noir. Je renifle et plisse un œil quand il m’apprend que le mot "Aoy" qu’on peut y lire signifie invoquer. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Elle avait beau être identifiée je n’en savais pas plus sur le pouvoir de cette étrange pierre. Le nain ne s’attarde pas, il se tourne vers ses étagères et en extirpe deux grosses fioles de fluides d’air pour les déposer sur le comptoir avant de réclamer son dû. Je lui tends les 500 Yus sans même un regard, contemplatif devant cette rune.

Oljyn me pose une main sur l’épaule et m’offre un sourire apaisant. J’incline la tête, un peu troublé. Je remercie le nain et nous sortons de la boutique. J’en profite pour absorber immédiatement un fluide. J’avais saisi l’importance de ces étranges fioles magiques pendant mon combat avec le Troll. En manquer me rendait vulnérable mais la sensation d’être sur le point d’exploser en arrivant sur Yuimen me suffisait comme mise en garde. Je devais me montrer prudent. D’ailleurs cette ingestion est tout aussi puissante. Je prends une grande bouffée d’air alors que je sens le fluide s’agiter dans ma poitrine, descendre dans mon estomac et filer dans mes intestins. Je retiens ma respiration pour tenter de le canaliser. Je parviens à diffuser le flux magique pour en garder le contrôle mais je ne parviens pas à retenir un léger pet. Je jette un regard vers Oljyn et je vois à sa grimace amusé qu’il a dû l’entendre. De même que le couple de nain qui passe à côté de nous en lançant un regard amusé vers nous deux.

"Oh vraiment Oljyn ! C’est dégoûtant !" Dis-je sans me démonter.

Le moine ouvre grands les yeux en se désignant de l’index sous les rires gras des nains. Je ris à mon tour devant son air ahuri. Il faut dire que je le vois rarement avec une telle tête. Il se tourne vers le couple de passants, cherchant vainement à faire comprendre qu’il n’est pas le responsable de cette nuisance sonore. Il se tourne ensuite vers moi avec un faux air contrarié en m’applaudissant exagérément. Malgré tous ses efforts il n’arrive pas à se retenir de sourire face à mon rire franc.

Au même moment, nous entendons les lourdes portes de pierre s’ouvrir, laissant pénétrer la lumière du jour. Nous nous regardons et inclinons la tête. Il est temps de se remettre en route.




((Absorption d'une dose de fluide d'air 1/4e))

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016