L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le Gousset d'Ecume (PNJ, v=x1)
MessagePosté: Lun 23 Aoû 2010 17:50 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13864
Le Gousset d'Ecume

Vitesse : Standarde (x1)

Manœuvré par la troublante Susheela Shannenbaum, le Gousset des Mers est un galion qui, d'habitude, sert aux membres de la Société du Midi-Minuit à rejoindre les différents ports de Nirtim. Mais il voyage également pour d'autres, moyennant finance...


Durée du trajet en bateau entre les villes des 4 continents
(Les yus dépensés ici ne seront pas retirés de la fiche)

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet sur Le Gousset d'Ecume (Guilde : Société Midi-Minuit)
MessagePosté: Sam 28 Aoû 2010 05:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 20 Juin 2010 20:58
Messages: 1148
Localisation: Eud Lille din'ch Nord, hin
>> La Boîte à Merveilles, Luinwë

Susheela n'avait pas menti, le Gousset d'Ecume était une bâtisse maritime splendide. Eucalyptus montait pour la première fois sur un bateau et était émerveillé au plus haut point. A peine embarqué, lui et son louveteau couraient partout pour découvrir le galion. Un nombre impressionnant de matelots s'affairaient ci et là et Susheela donnait des ordres à certains et vérifiait que tout était parfait. Eucalyptus n'y connaissait rien en voyage maritime mais il se doutait que Susheela savait ce qu'elle faisait. Il la laissa donc diriger son petit monde et confia Caramel à un des matelots qui était le préposé aux chevaux. Ce dernier proposa de s'occuper aussi de Séléné mais Eucalyptus lui dit que son louveteau avait tendance à être une grosse trouillarde et qu'il préférait garder un oeil sur lui pour pouvoir le rassurer de sa présence. Après quelques minutes à envisager la vigie, la poupe et les hauteurs de la terrasse haute de la barre, Eucalyptus finit par choisir la poupe et s'y rendit en compagnie de Séléné, qui était beaucoup moins peureux que sur un cynore... Alors que le galion quittait le port de Luinwë, Eucalyptus regarda l'océan une bonne heure, tout en câlinant son louveteau. Perdu dans ses pensées, il divaguait au rythme de l'océan tranquille, ressassant ses exploits passés et ses actes de bravoure. Puis il se mit à déballer ses nouveaux achats et prit les mesures pour doubler son fourreau et en faire un sac sans fond. Il s'appliqua grandement car il n'avait pas assez de tissu pour recommencer. La première étape fut de déballer son fourreau entièrement et Eucalyptus fut étonné toutes les merdouilles que ce dernier contenait.

"Je garde vraiment n'importe quoi des fois... Oh un os ! Tiens mon p'tit Séléné !"

Avant de passer aux travaux pratiques, Eucalyptus attrapa une petite fiole et en but le contenu d'un trait, sans grand effet. Il avait l'habitude maintenant de boire des petites quantités de fluide aérien mais quand il but son autre fiole, l'effet fut différent. Jamais il n'avait bu d'essence aussi peu diluée et il aurait mieux fait qu'il s'y prenne à deux fois pour boire cette dernière. Pensant bien faire, il avait avalé la seconde mixture d'un trait aussi. Un oeil grand ouvert, l'autre aussi fermé que ses petits poings, il fit une grimace horrible, puis une autre, la langue pendante. Ce dernier fluide ingurgité faisait le ménage dans son corps visiblement et plus particulièrement dans son estomac qui devait être apparemment le siège d'un terrible ouragan miniature. Eucalyptus regarda, impuissant, la fiole vide, et se promit alors de ne plus jamais boire de fluide aussi puissant d'une seule traite. Il dut attendre une bonne demi-heure avant que son ventre ne se calme...

Alors que Séléné mâchouillait gaiement son os, tout en gardant jalousement les objets d'Eucalyptus, ce dernier commença par découper le tissu magique aux bonnes dimensions puis enfila du fil sur une des aiguilles pour le coudre. Sa langue tirée sur le côté trahissait sa grande concentration et il prit grand soin de faire un travail propre. Lorsqu'il eut fini, il cousit encore pour faire adhérer la poche de tissu à l'intérieur de son fourreau. La tâche finie, Eucalyptus examina son travail dans tous les sens pour être sur qu'il avait bien fait. Puis il plongea sa main et bientôt son bras entier dans le fourreau de dague remanié par ses soins. Ce tissu était vraiment magique et il venait d'en avoir la preuve. Fier du résultat, il se servit du reste du fil pour assembler son fourreau fourre-tout et son fourreau de tonnerre ensemble, puis quand il eut fini, il cousit ensuite son porte-shuriken sur le devant. Il enfila l'ensemble et testa sa solidité par quelques acrobaties aériennes et fut largement satisfait du résultat. Attraper les shurikens dans son dos n'était pas chose facile et requérait un petit peu de temps mais Eucalyptus était content du résultat. Le lutin rangea ensuite consciencieusement tous ses objets dans son fourreau fourre-tout et hésita un instant à dégainer son fifre mais il avait promis à Susheela ne pas le faire sans raison. Toutes fois, il n'avait pas eu l'occasion de vérifier les propriétés magiques de son fourreau de fifre et lutta intérieurement à l'idée de dégainer son précieux compagnon de bois.

"Pffff... Et si je veux jouer du fifre, comment je fais, moi ? Oooohh !"

Eucalyptus écarquilla les yeux, se leva d'un bond et atterrit sur la rambarde de la poupe dans une autre galipette, à l'affût. Un doux chant envahissait son esprit...

vv post suivant

_________________
Image
Safari Disco Club


Dernière édition par Eucalyptus le Sam 28 Aoû 2010 05:39, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet sur Le Gousset d'Ecume (Guilde : Société Midi-Minuit)
MessagePosté: Sam 28 Aoû 2010 05:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 20 Juin 2010 20:58
Messages: 1148
Localisation: Eud Lille din'ch Nord, hin
^^ post précédent

♫ Ho Houhouhouuu ! Hou houuuuu ! Ha Houhouhouuuuuuuu... ♪

Plus rien n'avait d'importance à partir de maintenant. Alors que les matelots s'affolaient et que Susheela hurlait dans tout les sens, Eucalyptus n'entendait plus que ce doux chant. Même Plume, son amour de toujours, ne chantait pas aussi bien. De toute façon, plus rien n'avait d'importance, il fallait juste qu'il se rapproche de cette voix et le galion n'avançait plus désormais. Même Séléné semblait hurler à l'unisson avec la douce mélodie. Quelle belle voix ! Il le fallait, il le sentait dans tout son être, il fallait qu'il s'approche de cette cantatrice au timbre parfait. Il le fallait. Telle une feuille d'automne, Eucalyptus se laissa tomber du galion, planant doucement dans les airs, grâce à ses ailes faériques. Alors qu'il posait son pied sur l'eau, une légère onde se décupla parfaitement en accord avec le rythme de la chanteuse mystérieuse. Aidé par ses ailes faériques, le lutin commençait à avancer, semblant marcher sur l'eau, ou plutôt danser.

♫ Ho Houhouhouuu ! Hou houuuuu ! Ha Houhouhouuuuuuuu... ♪
♫ Ho Houhouhouuu ! Hou houuuuu ! Ha Houhouhouuuuuuuu... ♪

Dans un ballet marin improvisé, il avançait sur l'eau avec douceur, oscillant entre pas de danse et acrobaties tout en volupté. Il n'entendait plus que ce son d'outremer et chantait lui aussi, complètement hypnotisé. Seule sa faera semblait pouvoir percer sa surdité sélective...

( Eucalyptus ! Mais que fais-tu ? )
( Oh mais tais-toi Bidouille, tu gâches le chant ! )
( Reprends-toi, petit lutin, tu es sous le charme d'une sirène ! )
( mais non... )
( Mouais... Si j'ai bien compris, je dois encore te sortir d'un mauvais pas... Ne m'en veux pas pour ce que je vais faire, je le fais pour ton bien... )
( Mais tu dérailles, ma parole... Mes pas sont justes et parfaits ! Je ne fais qu'un avec ce somptueux récital océanique ! )


Bidouille et Eucalyptus en vinrent alors à un sombre combat mental qui fut rapidement emporté par la faera. Les ailes faériques du jeune lutin se dissipèrent et ce dernier tomba dans l'eau salée. Les chants de la sirène se faisaient moins présents, beaucoup plus discordants et n'avaient plus effet sur le lutin. Bien vite, il comprit qu'il venait de réchapper à une mort certaine et remercia sa faera d'être là pour lui. Bidouille, elle, réfléchit un court instant puis exposa son plan au lutin qui le trouvait particulièrement ingénieux. Lorsqu'il nagea vers la surface de l'océan, Bidouille refit déployer ses ailes sur le lutin et matérialisa aussi ses bras qui vinrent boucher les oreilles de son maître.

( Prêt ? )
( Prête ? )
( Allons-y ! )
( Faisons mordre l'écume à cette femme-poisson ! )


Maintenant, il n'entendait ni les chants de la sirène et ni les cris de Susheela, plus loin derrière. Cette dernière, bien qu'elle avait les oreilles bouchées avec de la cire, hurlait comme une furie sur les quelques matelots qui n'avaient pas eu le temps de se boucher eux aussi les oreilles et qui se débattaient contre leurs camarades qui les entravaient pour les empêcher de passer par dessus bord et rejoindre la cruelle cantatrice à queue de poisson. Voletant sur la surface des vagues molles, le lutin ne dansait plus et n'avait plus l'air aussi enjoué à retrouver les bras malheureux de la sirène. Comme lorsqu'il combattit le corbeau de Phaïtos à Kendra-Kâr, il se livrait à une joute intérieure car il n'aimait pas vraiment faire de mal aux êtres vivants, même s'ils étaient de vilaines créatures mangeuses de lutin.

♫ Ho Houhouhouuu ! Hou houuuuu ! Ha Houhouhouuuuuuuu... ♪
♫ Ho Houhou ! ♪
♫ Ho Hou ? ♪
"Hé la morue ! T'en as pas marre de chanter tout le temps la même chose ?"

Indignée, la sirène jeta un regard noir au lutin qui s'était approché sans qu'elle ne le remarque et pour montrer qu'elle n'aimait pas trop qu'on la traite vernaculairement de cabillaud, fouetta le lutin avec sa queue écaillée. Eucalyptus prit sa nageoire de plein fouet et fut envoyé loin derrière. La sirène hurla de colère, comme le lutin un peu plus loin, sauf qu'Eucalyptus usa de Vents Infernaux en supplément ce qui eut pour effet d'emmêler grandement les longs cheveux brillants et roux de la sirène, en plus de lui faire mal. Le jeune lutin se mit alors à rire alors qu'il tentait de récupérer un de ses shurikens et n'eut pas le temps d'esquiver une des bulles de la femme-poisson. Coincé dans une bulle, cela ne l'empêcha pas de faire jouer son shuriken au gré de ses fluides, autour de lui. Non seulement, il perça la pellicule de sa prison aqueuse mais en plus il exécuta un Lancer du Vent particulièrement bien réussi. La sirène hurla de plus belle car le shuriken envoyé par magie avait fini sa course folle sur son front. Folle de rage, la sirène contraignit une vague pour la protéger des attaques suivantes en la dressant devant elle, en guise de bouclier aquatique. Eucalyptus sourit de plus belle et sortit, vainqueur, son fifre. Un tonnerre terrifiant gronda et son fifre crépita d'arcs bleutés. Le jeune lutin se remit encore une fois à rire et émit une pensée chaleureuse envers la famille Ynylaïn car Bemlhan n'avait pas menti sur les propriétés du fourreau de tonnerre...

S'en suivit ensuite une joute magique qui paraissait splendide quand on était sur le pont du Gousset d'Ecume. L'une tirait des bulles d'eau de ses mains tandis que l'autre faisait déferler ses Vents Infernaux. Seulement à ce petit jeu, la sirène s'épuisa bien vite et était plus amochée que son adversaire, un lutin volant. Epuisé, Eucalyptus sentit qu'il ne lui restait pas beaucoup de fluides pour attaquer la femme poisson et cette dernière tenta le tout pour le tout et dans un geste désespéré, elle déploya un mince filet d'eau violacé qui percuta le lutin de plein fouet, lui faisant horriblement mal, et qui brisa net son fifre. Le jeune lutin aimait particulièrement son fifre car il était un cadeau d'enfance de sa tante Noisette. Il l'avait accompagné dans toutes ses aventures et la réaction d'Eucalyptus, quand il s'aperçut que son fifre était cassé, ne se fit pas attendre...

"Je vais t'équarrir en deux, stupide morue !"

Dans une rage sans nom, Eucalyptus prit de l'altitude et sortit deux shurikens. Deux Lancers du Vent vinrent taillader la sirène si violemment qu'elle en perdit la vie, inerte et légèrement ballotée par les vagues molles. Lorsque le lutin retourna vers le Gousset d'Ecume et se posa sur le pont, il s'effondra en sanglots dans les poils blancs de son louveteau.

"Elle a cassé mon fifre ! Mon fifrouchou ! Mon fifrounet ! Mon fifrelin ! Mon frife !"

_________________
Image
Safari Disco Club


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet sur Le Gousset d'Ecume (Guilde : Société Midi-Minuit)
MessagePosté: Lun 27 Sep 2010 14:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 20 Juin 2010 20:58
Messages: 1148
Localisation: Eud Lille din'ch Nord, hin
>> Les plaines des calices roses

Premier jour de mer

Le lendemain, Eucalyptus embarquait sur le Gousset d'Ecume en compagnie de Michel le ménestrel ainsi que de sa troupe. Susheela les attendait sur le pont et émit un large sourire lorsqu'elle vit le le jeune lutin. Les présentations faites, tout le monde s'affaira à sa tâche. Les matelots s'activaient pour faire quitter le galion du port, Susheela allait et venait pour donner des ordres, Michel regardait Kendra-Kâr et la plupart de sa troupe faisaient des exercices d'assouplissement sur le pont principal. Eucalyptus, lui, était au milieu de Paul, Lila et Rhubarbe, trois des danseurs de Michel, et révisait ses pas avec obstination. Au bout d'une heure d'entraînement intensif, il fut rejoint par Susheela qui l'observa en souriant. Le jeune lutin décida de faire une pause et partit avec la capitaine du vaisseau sur la vigie du galion pour observer l'océan et discuter un peu. Un vent frais lui balayait le visage et Eucalyptus avait l'air heureux.

"Tu n'es pas trop stressé, Eucalyptus ?"
"Si un peu... J'avoue que j'ai un peu peur de m'emmêler les pinceaux sur la chorégraphie... Michel compte sur moi, je ne dois pas le décevoir..."
"Je parlais de Dahram..."
"Ah ! Hihihihi... Hou, non, pas trop... Lumbo m'a dit que les zombies étaient des gros lourdauds donc je ne m'inquiète pas trop ! Ils sont lents et je suis plutôt rapide donc tout devrait bien se passer !"
"Oui mais seul..."
"Oh je ne serais pas seul, j'ai mon petit Séléné avec moi ! Et puis si ca chauffe de trop, je pourrais toujours demander de l'aide aux sylphes !"
____________________

Second jour de mer - matinée

Le lendemain, bien décidé à vider ses parchemins de son fourreau fourre-tout, Eucalyptus se leva tôt, déjeuna rapidement et se rendit sur le pont principal afin d'apprivoiser les sorts que contenaient ses derniers parchemins. Eucalyptus trouva rapidement ce qu'il lui fallait, une grosse corde. Il commença comme d'habitude par décacheter le parchemin et lire son contenu. Pour une fois, le sujet était clair et limpide comme de l'eau de roche, à croire que le page qui avait écrit n'était pas le même que celui contre lequel Eucalyptus avait l'habitude de pester. Les instructions étaient simples, le phrasé clair, Eucalyptus posa son parchemin à terre et déploya ses petits doigts agiles dans les airs tout en fixant la corde. Il prit une grande inspiration et agita ses phalanges, sans grand effet. Patient et sûr d'y arriver rapidement, il recommença et cette fois-ci, la corde se mut par télékinésie. L'exercice était plutôt facile et rapidement, sa concentration vacilla pour tendre vers la facétie. D'un coup sec du bras, un bout de corde vint s'emmêler sur le bastingage et d'un autre coup de l'autre bras, l'autre bout de corde se figea à bonne hauteur tandis que la corde commençait à osciller en tournant. Fier de sa bêtise, il alla au milieu et commença à sauter au rythme des ondulations en riant comme un enfant.

"Wouhouuu ! Ahahahah ! Hihihihi ! Wouuuuuh !"

A l'aise dans l'art de la corde à sauter, il se mit même à faire quelques figures acrobatiques souvent douteuses mais toujours maîtrisées avec art et finesse. Le petit jeu du lutin finit par attirer Rhubarbe, une des danseuses de Michel et elle vint se joindre au lutin pour se détendre elle aussi. Sa longue chevelure rousse volait dans tous les sens, un peu à la manière du lutin et les deux acolytes décidèrent d'un clin d'oeil complice de corser un peu l'affaire. Une minute plus tard, deux cordes tournaient avec harmonie pour le plus grand bonheur de Rhubarbe et d'Eucalyptus...

"Etre magicien, c'est pas si barbant que çà quand on a de l'imagination ! Wouhouuu !"
____________________

Second jour de mer - après-midi

Après avoir déjeuné et fait une bonne sieste à l'ombre des voiles, Eucalyptus passa une bon quart d'heure à lire son parchemin, le dernier qu'il possédait alors, et fut cette fois-ci heureux de constater qu'il ne comprenait rien à ce parchemin. Bien qu'il pesta encore et encore contre le page qui avait écrit ce parchemin, il se mettait petit à petit à bien l'aimer, même s'il ne le connaissait pas et lui avait même donné un petit nom, "Jojo le parcheminaud". Il fallait donc qu'il donne vie à cette corde qui se trouvait devant lui et ne savait absolument pas quoi faire, contrairement à son entraînement de la matinée. Il tenta à l'envolée quelques techniques qu'il connaissait mais rien n'y faisait, la corde ne bougeait pas. Il tenta alors de faire comme pour la télékinésie mais son incantation digitale eut le même effet, rien. Eucalyptus était de bonne humeur après cette sieste réconfortante et rien ne pouvait entâcher cette journée ensoleillée à bord du Gousset d'Ecume...

(Eucalyptus, petit lutin, es-tu sûr de ne pas vouloir relire ton parchemin ? C'est un sort assez simple à maîtriser, tu devrais y arriver...)
(Mais non Bidouille ! C'est un parchemin de Jojo ! Même si je relisais encore et encore, je ne comprendrai jamais rien à ce qu'il raconte...)
(Tu devrais essayer 'Lève-toi et fais ta vie !')
(C'est quoi cette incantation à la noix ? Hihihihi)


"Ô Corde ! Lève-toi et fais ta vie
Que ma magie t'accorde le libre choix, qu'il en soit ainsi !"


Mais la corde resta encore une fois inerte. Eucalyptus et sa faera Bidouille discutèrent encore mentalement quelques temps sur la meilleure façon de faire prendre vie à cette corde et Eucalyptus se rappela comment Lumbo faisait appel à sa magie. Le lutin se contenta de claquer des doigts de façon bizarre puis souffla sur ses doigts pour ponctuer son incantation. La corde tressaillit puis un des bouts commença à se lever, à la manière d'un serpent charmé...

"Lumbo, c'est la meilleure ! Au fait, j'ai pas lu si on pouvait lui demander de faire des..."

Eucalyptus n'eut pas le temps de finir sa phrase que la corde fit ce qu'elle savait faire de mieux et s'enroula avec férocité autour du lutin qui se mit alors à gesticuler comme un asticot en appelant à l'aide...
____________________

Troisième jour de mer - matinée

Excité à l'idée d'arriver sous peu à Oranan, Eucalyptus était planté à la poupe du galion et observait l'horizon avec envie. Il allait danser, il allait retrouver Plume et surtout il savait qu'elle lui avait préparé un cadeau un peu particulier. Fareloke n'avait pas eu envie de lui dire plus à ce sujet pour ne pas gâcher la surprise et Eucalyptus était très impatient à l'idée de découvrir quel était ce cadeau. Car Eucalyptus appréciait beaucoup les cadeaux. Au loin, il entendit Susheela crier son nom alors il se retourna et plissa des yeux, comme si cette contraction allait l'aider à mieux comprendre ce qu'elle disait. Incapable de déchiffrer ce qu'elle pouvait bien dire, Eucalyptus eut un éclair de génie, idée fabuleuse hautement appuyée par sa faera Bidouille.

(C'est une excellente idée, petit lutin !)
(Héhé, si j'y arrive, ca sera trop la classe ! la première classe air gris avec petits fours compris !)


Son idée lumineuse, ou plutôt aérienne sur le coup, consistait justement à se servir du vent pour relier les conversations entre lui et Susheela. Il était persuadé d'y arriver sans faire d'études ésotériques préalables. Pour ce faire, il lui fallait juste entrer en communion avec le vent ambiant puis le détourner suffisamment pour permettre ce petit tour de passe-passe, sans oublier de se concentrer sur sa cible. Et s'il voulait y arriver, il devait se dépêcher car Susheela, comprenant qu'elle ne se faisait pas entendre, s'amenait vers le lutin. Eucalyptus ferma donc les yeux un instant et se mit à se concentrer pour ressentir le vent présent autour de lui. Il commença à imaginer une sorte de tube aérien invisible qui partait de sa tête pour aller rejoindre celle de Susheela puis il rouvrit les yeux, toujours concentré. Il fit un large sourire lorsqu'il s'aperçut que ses fluides élémentaires se mettaient en branle dans son petit corps de lutin puis relâcha un peu de cette magie interne pour faciliter la tâche. Pour faciliter la tâche, il entreprit pour la première fois de suivre les conseils de Lumbo et accompagna son incantation de gestes fluides de la main. Il semblait caresser le vent, l'amadouer. Devenu magicien, il était passé maître des fluides, et pouvait, avec concentration, utiliser la magie ambiante de la nature au lieu de la sienne. Bien que cette opération ne sembla avoir grand effet, le sort qu'il tentait de créer, en revanche, fonctionna à merveille.

"Ici la poupe, que puis-je chère capitaine ?"
"Eucalyp... ? Je t'entends comme si j'étais à côté de toi ! C'est un sortilège ?"
"Exactement, je viens de l'inventer pour toi, ma Susheela ! Que voulais-tu me dire ?"
"Oh, je voulais simplement te dire que notre cuisinier venait de faire des crêpes ! Comme je sais que tu aimes beaucoup..."
"Bénie soit ce cuisinier ! j'arrive tout de suite !"

>> Magasin A la belle aura, Oranan

_________________
Image
Safari Disco Club


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet sur Le Gousset d'Ecume (Guilde : Société Midi-Minuit)
MessagePosté: Ven 1 Oct 2010 03:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 20 Juin 2010 20:58
Messages: 1148
Localisation: Eud Lille din'ch Nord, hin
>> Auberge des hommes libres, Oranan

Eucalyptus faisait les cent pas sur le pont supérieur. Il était bien loin le temps du spectacle et de la rigolade à Oranan. A la barre, Susheela menait son galion à travers les eaux tranquilles des côtes nirtimoises. Le lutin se faisait un peu plus de soucis qu'avant sur Dahram. Qu'allait-il affronter là-bas au juste ? Et si Lumbo avait sous-estimé la puissance de ces squelettes et de ces zombies. Il posait tout un tas de questions à la capitaine du Gousset d'Ecume et elle se contentait de le rassurer en lui disant qu'ils ne lui poseraient pas beaucoup de problèmes. Il fallait juste être plus malin et trouver en priorité le nécromancien responsable de cette fâcheuse histoire...

La nuit passa et Eucalyptus eut grand mal à trouver le sommeil, trop perturbé par sa mission et un peu excité aussi... Le lendemain matin, Eucalyptus dormit comme un bien heureux, bien au chaud dans les poils soyeux de son louveteau. N'ayant pas beaucoup dormi la nuit, il dormait maintenant paisiblement, bien loin de ses préoccupations de la veille. Et pourtant, la cité des Os Ambulants, comme l'appelait quelques marins du galion était déjà en vue...

>> Les ruelles, Dahràm

_________________
Image
Safari Disco Club


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet sur Le Gousset d'Ecume (Guilde : Société Midi-Minuit)
MessagePosté: Mar 23 Nov 2010 03:59 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 10 Nov 2009 00:37
Messages: 12641
Dirigé de Pré-quête 23 Vaema


La mer est plus agitée que ce que tu aurais pu croire, il t'est impossible de luter contre le courant et tu coules, sombrant dans l'inconscience à cause du manque d'air.

Tu finis enfin par te réveiller, la tête douloureuse, les poumons engorgée, tu recrache de l'eau avant d'apercevoir que tu es allongée dans une des cabines du Gousset d'Ecume. Un marin se tient à tes côtés et te demande:

"Vous allez bien ? Quelle folie de sauter à la mer sans être encordée ! Reposez-vous, nous arriverons à Kendra-Kâr demain."

Tu peux sentir de petit coup de langue sur ta joue, c'est le chien de la fillette qui te lèche en couinant doucement.

(((HRP: Tu as perdu 18 PV à cause de cette noyade. Tu peux RP toute ta période de convalescence jusqu'à l'arrivée au port de KK)))

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le Gousset d'Ecume (PNJ, v=x1)
MessagePosté: Dim 29 Juil 2018 15:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 13 Mai 2013 15:53
Messages: 581
Localisation: Dans un un lit du temple de Gaïa à Dehant, encore.
Départ direction loin d'ici !

Les premiers jours sur le Gousset d'Ecume se passent assez bien. Si la présence d’une elfe verte, plus dévêtue que la plupart des femmes, attise les convoitises des hommes présents et mes craintes par la même occasion, le fait que le capitaine soit une femme met tout le monde au carreau. Arrivée au milieu de la traversée nous rencontrons les courants intercontinentaux entre l’Imiftil et le Nirtim. Parcourir ce courant est encore plus délicat durant une tempête comme celle où nous nous trouvons, il faut un équipage expérimenté pour la traversée et ne pas se faire surprendre par une vague trop haute. Rodé depuis plusieurs années de navigation, l’équipage n’a aucune crainte pour passer sans encombre. Le seul problème serait de rencontrer à ce moment-même un navire…

"-Pirates ! Pirates à bâbord !" Crie l’homme dans le nid-de-pie.

L’espace d’un instant tous les hommes se figent espérant une mauvaise blague de la vigie, mais aucune rétractation. Dans le tumulte des vagues une voix brise le calme apparent des hommes.

"Tous aux armes bandes couilles molles !" Hurle la capitaine.

La capitaine Susheela Shannenbaum a tout l’attirail féminin malgré son poste. Des bottes chics, un pantalon sombre et collant laissant apercevoir sa gracieuse silhouette et une veste pourpre agrémentée d’une chemise blanche à froufrou. Malmenés par le vent, ses cheveux fouettent un visage impassible au regard que nul n’ose défier. Elle fixe le bateau qui s’approche inexorablement de nous.

"Nous ne pouvons pas mettre de distance avec eux ?" Je m’inquiète en m’approchant de Susheela. Comme j’ai tendance à veiller sur la jeune elfe, et ce sans aucune arrière pensée, la capitaine m’a à la bonne.

"Non ! Pour risquer un abordage dans des eaux périlleuses, ce genre de pirate connaît mieux ces courants que nous et leur navire semble plus propice à ce milieu." M’explique-t-elle.

Je quitte le pont supérieur et y retrouve Castamir.

"Que se passe-t-il ? Tout le monde semble sur le pied de guerre ?" Me demande-t-elle.

"Quoi tu n’as pas entendue ? Des pirates arrivent !" Je lui explique. "Tu as ton arc avec toi ? "

"Je vais le chercher immédiatement !" Dit-elle en partant.

La capitaine n’avait pas tort, le temps que je revienne sur le pont le vaisseau ennemi s’est fortement rapproché. Malheureusement notre navire n’est pas armé en canon pour les tenir à distance. Leur navire se rapproche de plus en plus de notre poupe et leur tête de pont progresse à bâbord.

"Ils sont fous d’aborder un navire sous une telle tempête !" Je me murmure à moi-même.

Leur proue se déplace rapidement vers nous et vient nous percuter de plein fouet faisant trembler le navire. Cinq pirates profitent de la proximité des navires pour se jeter sur notre ponton arme à la main, tandis que d’autres ne se sentent pas encore de franchir la distance qui nous sépare. Affublé de vêtements dépareillés, on sent qu’ils sont plus hommes à déverser leur butin dans l’alcool et les femmes. Ils se resserrent les uns aux autres, comme si nous étions les prédateurs acculant une proie. Ils moulinent dans les airs lorsque nos bretteurs s’approchent d’eux ce qui nous oblige à garder une certaine distance entre nous et nos indésirables invités.

(Mais que font-ils ? Ils sont bien trop peu pour prendre le navire !)

Les yeux rivés comme les restent de mes camarades marins sur les hommes et leurs étranges attitudes, je manque de peu la proue de leur navire revenir sur nous, accompagnée avec elle de nouveaux pirates.

"Ils ne font que gagner du temps, d’autres arrivent !" Je hurle pour alerter mes compères.

Ces derniers ayant également remarqué le prochain voyage d’ennemis, ils se ruent sur les quelques ennemis pour tenter de rompre leur stratagème. Malheureusement Castamir, n’est pas revenue et ne peut nous prêter main forte avec son arc. Leur navire s’approche et bientôt une nouvelle fournée de pirates va débouler. Je m’avance assez près du prochain largage et cherche de mes mains mon boomerang dans mon dos. Trop occupé à se défendre, nos invités ne se préoccupent pas de moi et c’est plus à l’aise que je concentre mon ki dans mon boomerang pour y créer un lien. J’attends la venue du navire avec ses passagers prêts à sauter.

(Si je parviens à trouver le bon timing, je peux nous faire gagner du temps.)

Leur proue s’approche jusqu’au milieu de notre ponton et entame un virage pour nous percuter de nouveau. Juste l’instant avant l’impact, je lance mon arme gorgée de ki là où devraient se trouver les hommes au moment de sauter. Mon boomerang file, guidé par le lien de mon ki et sa trajectoire oblige certains à faire renoncer et perdre l’occasion de renforcer leurs effectifs. Quelques-uns sont cependant parvenus à pénétrer à bords, mais au moins nous gardons le contrôle de la situation. Une fois mon arme de jet revenue dans ma main, je cours dans la mêlée pour prêter main forte et profite d’un appuie proche pour sauter et atterrir au milieu du cercle défensif des pirates.

"Choper-le !" Ordonne l’un d’eux.

Ma présence juste derrière-eux ne semble guère à leur goût. Deux d’entre eux se tournent vers moi, laissant leurs camarades les défendre pour eux. Je parviens à esquiver un premier sabre, mais pas le second qui m’oblige à parer le coup de mes deux dagues sorties in extremis en croix. Malheureusement la force de mon opposant et nettement plus forte que moi et il me repousse contre la rambarde qui m’empêche de tomber à l’eau. Ses relents de rhum sont plus durs à supporter que son emprise physique sur moi. Un coup de genoux bien placé dans le ventre et voilà que le perds ma stabilité. Accentuant sa force, il me repousse au-dessus de la rambarde et me faire tomber en arrière, hors du navire. Mes jambes ralentissent la chute dans une rotation et je parviens à planter une de mes dagues dans un épais filet de corde, trop épais pour être coupé en un coup. La voix de ma féra se fait entendre en pensée.

(C’était moins une !)

(Oui ! Heureusement que la capitaine a penser à l’installer au cas où l’on tomberait pendant la tempête.)

Trois corps identifiés comme pirates passent par-dessus bord avec moins de chance que moi. Je range ma seconde dague pour me libérer une main, puis fait de même avec l’autre.

(Jorus attention !)

Alerté par ma faéra je me retourne et fait face au navire pirate qui se rapproche une troisième fois. Je risque de finir écrasé entre les coques des bateaux si je ne bouge pas. J’essaie de monter aussi vite que possible, mais la section de corde où je suis cède et m’éloigne de la rambarde. Heureusement que les autres attaches le long du bateau ont tenue. Mais il me faut maintenant me déplacer sur les côtés pour remonter ce qui rallonge mon chemin initial.

(J’y arriverai pas comme ça !)

Je me retourne et vois le bateau se rapprocher dangereusement. Si je ne fais rien je vais finir tout plat. Je pivote sur un pied, et pose le second sur la coque à portée de jambes. Avec vivacité j’y pose le second et marche sur la coque. Aidé de mes bras et mes jambes, je me propulse dans un ultime effort au-dessus de notre navire avant que les deux ne s’entrechoquent. Je trébuche en atterrissant et vois la débâcle que nous subissons. De nombreux pirates sont parvenus à monter à bords pendant que je luttais pour survivre et maintenant nous sommes en infériorité numérique. Grâce à sa maîtrise de l’arc, Castamir parvient de justesse à tenir à un semblant d’équilibre entre les deux forces en présence. Elle met à mal plusieurs hommes qui tentent vainement de nous harceler de leurs flèches. Malheureusement pour eux, ils semblent plus avoir été choisi à ce poste par défaut tant leur compétence à l’arc est médiocre. Ils ne sont en tout cas pas du niveau de l’elfe qui en a déjà mis deux hors jeux.

(Le prochain débarquement sera décisif ! Il faut renverser la situation avant ça.)

"Allez les gars, je veux toute la marchandise dans leur cale. Avec ces deux prises de la journée on aura de quoi faire une sacrée fête. Alors bougez-vous le cul et trucidez-moi ces ploucs !" Motive un homme sur le ponton d’en face.

(Les deux prises ?)

(Quoi tu as une idée derrière la tête ?)

(C’est possible oui. En tout cas si je ne fais rien on est cuit. Le bateau se rapproche encore, je dois agir maintenant avant d’être complètement submergé !)

Sous les ordres du capitaine Susheela, l’homme à la barre tente d’éviter le rapprochement des navires et l’abordage qui va avec. Malheureusement leur vaisseau étant plus rapide et plus maniable, il ne fait que retarder l’inévitable et c’est justement de ce temps dont j’ai besoin. Je cours jusqu’à la poupe du navire évitant les duels sous les regards interloqués de mes camarades en détresse. A l’arrière je déplace une caisse solide contre le rebord et recule. Je fixe le navire ennemi et attend sa prochaine approche.

(Tu ne vas tout de même pas faire ce que je pense que tu vas faire ?)

(Ai confiance !)

Lorsque le bateau pirate fait une nouvelle approche par l’arrière, je cours aussi vite que possible. Je monte sur la caisse pour m’aider à passer la rambarde et une fois le pied sur celle-ci, je saute aussi loin que mes jambes me le permettent. Au milieu de cette tempête, j’ai l’impression de parcourir des dizaines de mètres tant les repères fixes se font rares. J’atteins ma destination en tombant et roulant, mais heureusement sans me tordre de cheville ou de me démettre une épaule.

(Hé bien, on peut dire que c’est une réception unique.)

(Ysolde, tu peux vérifier s’il y a bien un butin dans les cales ? Je te retrouve en haut des mâts.)

(Quoi ? Mais qu’as-tu l’intention de faire ?)

(Généralement lors de tempête comme celle-ci on replie les voiles pour ne pas se faire emporter par les vents incontrôlables et surtout prendre le risque d’endommager les voiles. On peut cependant utiliser le tourmentin, une voile solide conçue pour résister aux vents forts, mais ce n’est pas le sujet. L’idée est de monter tout en haut pour sortir la grande voile et de les empêcher de la rentrer. Si comme je pense ils ont déjà un butin, ils préféreraient sauver ce qu’ils ont déjà plutôt que de prendre le risque d’être divisés et de n’être plus assez pour manœuvrer leur navire et conserver leur magot.)

(Et tu es sûr que ton plan va marcher ?)

(Disons cinquante-cinquante. Bon d'accord je n'en sais rien, mais si leur butin n’est pas aussi important qu’on le pense, j’aurais plus de chance à la nage au milieu des requins.)

(D’accord, je vais jeter un œil.)

(Fais attention !)

(Je gère !)

Je la vois quitter mon médaillon et traverser le plancher. Des bruits de plusieurs pas se rapprochent de moi. Je tourne la tête pour rencontrer plusieurs hommes armés qui arrivent dans ma direction. La proue étant plus élevé du pont centrale, je cours jusqu’à la rambarde les séparant et saute par-dessus en m’y appuyant. Surpris par mon apparition au milieu du navire, les hommes sont pris de court. J’atterris en roulant cette fois-ci. Une balayette pour faire tomber l’homme qui brandissait son arme avant de tomber et je cours jusqu’à l’extrémité du navire au niveau du mât central à bâbord. Un pirate se trouve sur mon chemin. Son sabre lui donne une meilleure portée que moi et s’il m’arrête dans mon élan, les autres me coinceront. Je sors une de mes lames et ralentit faisant mine de la lui lancer. Finalement, je lui fais tracer un arc de cercle au-dessus de mon adversaire qui est désemparé par mon geste. Focalisé sur l’arme, je le charge. J’attrape son poignet armé et exécute une rotation à gauche en sautant pour faire les présentations de son nez avec mon genou droit. L’homme sonné, j’en profite pour ramasser et ranger mon arme plantée dans le sol juste derrière et saute sur l’échelle de corde, aussi haut et hors de porté que possible de leurs sabres.

"Bien entendu, Ysolde n’a pas vu mon coup d'éclat !" Me fais-je à moi-même.

(J’ai trouvé le butin et il est conséquent !)

(Parfait, il ne reste plus qu’à déployer la grande voile.)

Je monte quatre-à-quatre sur le hauban pour atteindre la vergue qui supporte les plus grandes voiles du navire. Habitué pendant trois ans à servir sur un bateau je ne mets pas longtemps avant d’atteindre le milieu de l’échelle de corde. Loin des poursuivants derrière moi, il y a cependant deux hommes qui montent sur le hauban opposé pour m’intercepter.

(Hors de question de vous laisser me gêner !)

Je m’arrête un instant pour me saisir de mon boomerang à lame et y insuffle de nouveau mon ki pour créer un lien capable de le diriger. Même si ma cible se trouve à peine deux ou trois mètres devant, avec le tangage et le vent je préfère assurer mon lancer. Bien que mon boomerang ne découpe pas l’intégralité des cordes du hauban, il y en a suffisamment de sectionnées pour gêner leur ascension. Mon arme revient à moi, mais je manque de stabilité pour la saisir correctement. L’arme retombe sur le pont et laisse ma main gauche ensanglantée.

(Allez ce n’est qu’une éraflure. Une belle éraflure, mais rien de grave.)

Je reprends mon ascension et atteint le milieu du mât centrale. Je progresse le long de la vergue, coupant un à un le cordage qui retient la voile jusqu’à atteindre le bout à tribord.

"Pose cette lame gamin. T’as aucune chance de t’en tirer." Me lance l’un de mes poursuivants arrivé au milieu de la vergue alors que je m’arrête de couper le dernier lien.

(Il n’a pas tort. Je n’ai plus mon boomerang et il me reste l’autre moitié à couper si je veux que la voile s’ouvre complètement. A moins que…)

D’un coup sec je sectionne le dernier lien et tiens fermement la corde en sautant dans le vide sous le regard médusé des pirates. La voile se déploie à moitié tandis que je me laisse porter par la corde qui me balance de l’autre côté du vaisseau. La tension que j’exerce sur la corde et le vent fort qui souffle dans la voile suffisent à faire céder les liens que je n’ai pas pu couper. Avant que le dernier lien qui retient la corde ne cède et ne me fasse tomber, j’attrape au passage le hauban par lequel je suis passé. La voile se déploie presque dans son intégralité et le navire commence à accélérer, poussé par les vents violents

(Bon ben y’a plus qu’à rentrer maintenant !)

Les pirates s’affolent sur les deux vaisseaux. Le bateau ennemi percute le navire marchand pour ralentir sa soudaine accélération, en vain. Plusieurs de leurs membres cherchent à revenir sur leur vaisseau et offrent l’occasion de subir plusieurs coups de lames. Moi je ne compte pas m’éterniser non plus ici. Je cours pour ramasser mon boomerang au sol et continue ma course en recevant un sabre qui m’ouvre le flanc gauche.

(Les bateaux s’éloignent et je n’atteindrais pas la poupe du navire sans être perforé comme une passoire. Il ne me reste plus qu’à espérer atteindre le cordage autour du bateau.)

La douleur au flanc me fait atrocement mal à chaque fois que fait remonter le choc de mon pied au sol en courant. La douleur me vrille la tête, mais si je ne parviens pas à passer outre je finirais soit aux mains de pirate revanchard ou noyé. J’hésite encore.

(Allez tiens bon !)

Ma faéra se fait enfin entendre et me partage son espoir. Je ne suis pas seul.

(Tu es là ?)

(Je serai toujours là tu le sais ! Maintenant serre les dents et saute aussi loin que possible. Allez !)

J’arrive au bord du navire et puise dans mes dernières forces pour sauter sur la rambarde et me propulser aussi loin que possible. Je n’atteindrai pas le pont, mais le rideau de corde autour du vaisseau est largement en ma portée. Je n’ai qu’à m’y accrocher et attendre qu’on me tende une corde et me hisse à bord.

(Finalement cela n’aura pas été si compli…)

Un éclair de douleur m’atteint dans tout le corps. J’ai l’impression d’avoir été touché par un harpon à baleine tant je souffre, mais il ne s’agit que d’un sabre dans mon épaule droite. Je percute sans être capable de m’accrocher au cordage et tombe sonné à l’eau. Seule une silhouette sautant du bateau marchand dans ma direction m’accompagne avant de perdre conscience dans les flots.

_________________


Multi : Relonor et Nhaundar


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016