L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 70 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mar 3 Mai 2016 11:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
précédent

Et c'est ainsi que, guidés par la rune, les deux traqueurs d'histoires de fantômes rejoignent l'orée des bois.
Même de jour, et en dehors des quelques zones où les bucherons de Bouhen ont fait place nette, ces bois sont sombres et constamment baignés d'une brume épaisse. Mais de nuit, la brume semble presque s'illuminer par bande, touchée par les éclats de lune. Maâra hume l'air à plein poumon sans cacher la franche satisfaction qui l'envahit d'avoir quitté les rues pavées et l'ambiance pernicieuse de la ville, plus pernicieuse encore que l'aura pesante qui l'entoure maintenant.


- Bien, fait-elle en s'arrêtant aux abords d'un petit chemin de terre. Je ne connais pas la région mais je doute que de nuit, en pleine foret, nous ne rencontrions pas de problème, autre que celui d'une âme en peine.

Sans un mouvement perceptible, elle libère son protecteur de sa prison de fluide. Stor-Varg, le Liykor mort-vivant sort de l'ombre, comme venu de nulle part, et vient aussitôt s'asseoir aux pieds de la Sindel.

- Voici mon compagnon de route, Stor-Varg. Il me semble nécessaire de vous le présenter avant qu'un problème ne survienne afin de vous faire à sa présence. Et vous Arken, maniez-vous la magie, ou les armes ? Lui demande-t-elle sobrement avant de l'inviter à marcher côte à côte sur le chemin, tandis que le loup mort-vivant, comme à son habitude, se place devant sa maitresse, la truffe au vent et les sens aux aguets.

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 10:51, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mer 4 Mai 2016 10:24 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Arken regarda le mort-vivant sans sourciller. Se contentant d'un :

"Intéressant..."

Il t'explique ensuite qu'il n'a rien d'un grand combattant. Il se débrouille avec ses deux poignards et une maîtrise correcte des arts martiaux ynoriens, ainsi que sa magie noire, mais sa spécialité à toujours été d'enquêter sur des phénomènes mystérieux, préférant faire appel à la milice, à la discrétion ou à son cerveau quand les choses se corses.

La forêt est envahi de bruits d'animaux nocturnes et tu avance à grande peine. Il te guide, n'ayant visiblement aucun mal à se repérer dans le noir et suivant la direction indiqué par la rune. Les arbres semblent bientôt se dépouiller. La brume se répand, les branches se font plus sombre, plus crochues et il plane dans l'air comme... de la mélancolie. Inutile d'être un expert pour sentir l'atmosphère chargée de magie noire. Mais curieusement, et contre toute attente, il n'y a rien de menaçant. Les bruits de la forêt s'estompent, comme si les animaux ne venaient pas ici.

Alors, devant vous, une lumière lointaine se fait voir. Une silhouette blanche, lumineuse, marche parmi les arbres. Elle s'arrête... puis repart dans une autre direction.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Jeu 12 Mai 2016 16:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
Le Messager observe le mort-vivant sans grande surprise ni vive émotion, ce qui semble mettre Maâra plus à l'aise. Il se contente d'un mot, "intéressant". Est-ce pour qualifier la bête ou le pouvoir de la nécromancienne ; elle ne saurait le dire. Mais elle le prend comme tel et acquiesce sans réserve en jetant un coup d'œil au Liykor.

- Oui, tout ça l'est véritablement.
Et c'est peu dire de sa part tant en son for intérieur elle a hâte de se pencher sur ce dont elle est capable et les mystères qui entourent sa magie, aussi mal jugés soient-ils par la majorité des habitants de ce monde. Ce messager en revanche, ne fait pas partie de ces gens dont elle craint encore la proximité.
Profitant que leur route longe un chemin dégagé et assez large pour eux deux, il répond à la question de la Sindel d'une manière plus explicite que cette dernière, qui s'est contenté de faire apparaître une bête sauvage décharnée, mais perçue comme succincte à bien des égards tant elle a envie de lui poser d'autres questions.
Il se qualifie d'avantage comme enquêteur que comme un grand combattant, préférant faire appel à sa discrétion quand les choses se corsent ou aux milices locales ; sans doute pour diverses raisons se dit Maâra, voyant là à la fois une manière de trouver une aide conséquente en cas de grandes difficultés … mais surtout d'octroyer à ses enquêtes une certaine légitimité et tangibilité. Il sait cependant se défendre et se débrouiller avec ses poignards et avoue une certaine maîtrise dans l'art martial Ynorien. Elle fait aussitôt le lien avec Caabon, cet humain à la peau noire dont la fluidité et l'efficacité des mouvements avaient été plus qu'appréciables en combat. Enfin, il précise que la magie noire ne lui est pas méconnue et c'est à ce propos que le qualificatif de succinct lui vient à l'esprit. Manipule-t-il les ombres, les esprits des vivants ou l'âme des morts ?
Pendant un instant, elle en oublie ce qu'ils font là et voit en lui non pas un compagnon de fortune pouvant la mener à un groupe qu'elle espère apte à lui enseigner leurs savoirs ; mais la première personne depuis son départ du Naora avec qui partager un intérêt commun.

Ainsi plongée dans ses pensées, elle ralentit involontairement le pas ; ses pieds frottent plusieurs fois sur des souches d'arbres et cognent dans les cailloux ou des mottes de terre meuble devant elle. Elle ne remarque pas la légère variation de la rune et avance sur quelque pas dans la mauvaise direction. Sans faire montre d'agacement Arken prend alors les devants. Sans un mot, sans un reproche même gestuel, il fait signe à l'elfe grise de la direction à prendre avant de se placer en avant et de leur imposer une toute autre allure que la Sindel suit sans difficultés, lui laissant ce rôle de guide sans embarras car, après tout, n'est-ce pas là sa mission à lui.

Peu à peu, la Sindel prend plaisir à s'ouvrir à la forêt les environnant. Loin d'être aussi majestueuse que celle dans laquelle elle passa de nombreuses années, les bruits d'animaux nocturnes lui rappellent un temps où tout était simple et facile. Les odeurs de mousse humide, de champignons et d'humus ont remplacé celles de la pierre, de la chaux et d'égouts de la ville ; les émanations sauvages de la faune celles piquantes des habitants.
Plus ils s'enfoncent dans cette forêt et plus l'ambiance se fait attrayante, familière et presque suave aux sens de la Sindel.
Pourtant, depuis quelques minutes les arbres se rabougrissent, leurs branchages sont moins épais et moins verts comme dépouillés par un soudain manque … ou modelés par une autre forme de vie, plus dense, plus influente. La brume se renforce, se répand et se meut comme si elle envahissait un territoire ennemi pour le faire sien et les arbres sont les premiers à en pâtir, à s'adapter. Leurs branches s'assombrissent et érigent ainsi un contraste saisissant avec la pâleur luisante de la brume épaisse ; leur apparence aussi changent, plus fuselées, plus fines, tordues telles des bras osseux tentant avidement de retenir la brume de leurs doigts crochus.
Ce décor fascine Maâra, tant par sa beauté sombre et lugubre que la soudaine atmosphère qui s'en dégage. L'air est tant imprégné de magie noire qu'elle la ressent à chaque inspiration, par simple contact sur sa fine peau d'argent et à travers ses fluides soudainement éveillés. Une chape de mélancolie se mêle à cette magie, une tristesse et une détresse profonde que la faune semble fuir car, en dehors de quelques bruissement d'ailes, les bruits se font de plus en plus rares à mesure qu'ils avancent.

Devant eux, loin en avant, luit une lumière particulière. Ni reflet de lune, ni feu de camp ; elle se déplace imperceptiblement. En approchant discrètement, Maâra se rend compte que la lumière entoure une silhouette à taille humaine d'une blancheur immatérielle qui erre dans la brume.
La charge de magie se fait plus intense mais la nécromancienne ne ressent nulle menace … encore qu'on puisse douter qu'elle soit capable d'en ressentir au contact de magie noire.
Oubliant toute réserve ou prudence, elle accélère le pas pour rejoindre la source de lumière qui, soudain, s'arrête. Maâra retient sa respiration et l'observe, ayant l'impression sans pouvoir le jurer que la silhouette se tourne vers eux pendant un instant qui lui semble une éternité, avant de repartir dans une autre direction.

L'elfe se rue littéralement à sa poursuite, son compagnon sur les talons, sans même un regard en arrière afin de s'assurer qu'Arken la suit ou, dans le doute, tente de l'en empêcher. Complètement subjuguée par la présence de la silhouette et tout ce qu'elle peut représenter à ses yeux, Maâra laisse échapper son pouvoir, tentant de démontrer à l'être suivie la similitude de ses fluides avec l'essence de la brume qui l'entoure.
Elle allonge le pas et la suit tant bien que mal, prête à lui hurler de l'attendre si d'aventure elle la perdait de vue avant de l'atteindre.

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 10:56, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Jeu 12 Mai 2016 17:34 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Tu entends à peine le crie d'Arken dans ton dos. La forme blanche se fait plus précise. Une femme, toute vêtue de robes de lumières, fort belle mais pâle et régalienne. Elle plisse les yeux en te voyant et lève précipitamment la main. Manifestement, ton utilisation de fluide passe pour une attaque...

... Arken est penché sur toi, inquiet.

"Ça va mieux ? Il faut continuer. Retrouver ce fantôme... et tâchez de ne pas l'effrayer la prochaine fois."

Il ne semble pas vraiment en colère mais tu sens qu'il compte sur toi pour suivre son conseil. Si tu lui demandes, il t'informera que tu es tombé comme une pierre, une chance que tu ne te sois pas blessée, et que tu es resté inconsciente pendant quelques minutes.

Il te mène ensuite vers un lieu étrange. Un vaste manoir en ruine envahi de végétation. Pour la première fois, il semble stupéfait et presque effrayé, n'osant plus avancer, bien que ta rune pointe vers ce lieu.

"J'aurais dû m'en douter... C'est tout simplement extraordinaire..."

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Jeu 26 Mai 2016 16:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
Dans son dos, le sang mêlé hurle en vain. Un cri à peine perçu par l'ouïe de la Sindel et absolument occulté par son esprit ; de même que l'interjection de son Faera, tentant sans plus de succès de lui intimer la prudence.
D'ordinaire elle l'est, et plus que de raison, transformant un simple principe de précaution en une réticence guidée par la peur mais, toute règle a son exception. Sa soif de savoirs et de connaissances dans le domaine des arts occultes et des esprits transcende la peur. Elle redevient une enfant pour qui la notion de danger est toute relative. Son entendement est limité à son envie du moment, bien loin de la compréhension de son environnement.

Elle se rapproche de l'esprit flottant dans la brume et distingue des traits féminins. Une peau d'opale, un maintien presque monarchique, un port de tête droit, des mouvements dignes et une robe qu'on dirait faite de lumière qui danse autour d'elle et l'illumine.
A l'approche de l'elfe d'argent, son visage se fige un instant, ses yeux se plissent en signe de méfiance et une main se relève précipitamment, ne laissant à l'elfe que le temps d'une inspiration pour entrevoir son geste … avant de sombrer.

Elle reprend connaissance sous le déchainement mécontent de son Faera, las de la savoir si hermétique à ses recommandations.

((Combien de fois faut-il que je te répète que le monde ne pense pas comme toi, que la magie noire fait peur même à ceux qui l'utilisent, que la condamnation passe avant la compréhension, que la riposte passe avant la réflexion. Les esprits ne sont pas différents en cela … ils sont plus souvent prisonniers que maître de leur nature. Met-toi une bonne fois dans la tête que personne n'est en paix au contact de la magie noire, personne n'est serein en entendant le nom de Phaitos ou à l'énonciation des enfers, et que PERSONNE ne trouve que l'odeur de chair en décomposition est agréable … y'a que toi.))

Des propos qu'elle entend, qu'elle comprend bien d'avantage depuis quelques années mais, inconcevables tels quels.
Elle rouvre les yeux sur le visage d'Arken penché au dessus d'elle, si proche qu'elle peut distinguer ses traits inquiets. A l'inverse de son Faera, aucune colère n'émane de lui. Il ne lui fait aucun sermon malgré son évidente contrariété vis-à-vis de son attitude et la disparition de l'esprit.

- Je vais bien, lui répond-t-elle lorsqu'il s'enquiert de son état, avant de simplement hocher la tête quand il poursuit en lui demandant de ne plus effrayer l'esprit. A quoi bon répondre à cela, se dit-elle. C'est apparemment ce qu'elle vient de faire même si en son fort intérieur elle ne comprend ni comment, ni pourquoi. Elle se redresse doucement, la tête lourde et des points de lumières dansants dans les yeux.
Pendant un bref instant son regard converge entre le sang mêlé et les bois soudainement plus silencieux et plus sombres sans la présence de la femme aux habits étincelants. Elle se demande alors s’il n’attendait pas d’elle un mot d’excuse ou ne serait-ce qu’une vague explication.

- - On m'a dit un jour que j'étais comme un papillon de nuit qui vole vers la lune car il ne se contente pas de la simple lumière d'une lampe. Qui vole à sa perte si personne ne l’en empêche. Qu’est-ce qui s’est passé ? Je l’ai vu bouger, se tourner vers moi et lever une main puis, plus rien.

Tout en l’aidant à se remettre droite, il l’informe qu’elle est tombée à terre comme une pierre, inconsciente avant même d’atterrir sur le sol en évitant par chance de se cogner la tête contre une souche d’arbre. Mais il ne peut lui en dire plus lorsqu’elle lui demande de quel type de magie il s'agissait ; pas plus que son Faera qui refuse ou ne peut lui non plus lui expliquer quel sort a été utilisé pour l’assommer.

((Vous êtes deux, un spécialiste qui passe son temps à enquêter et observer plus un monsieur je sais tout sur tout … et y’en a pas un qui peut dire quelle magie elle a utilisé ? ))

Visiblement chagrinée, la Sindel reprend rapidement le dessus en voyant que la rune n’a souffert ni de la chute, ni du sort ni de la disparition de l’esprit retrouvé grâce à cette dernière. Elle pivote dans la paume de sa main et aussitôt Arken se met en route, Maâra et son compagnon sur les talons.

Visiblement chagrinée, la Sindel reprend rapidement le dessus en voyant que la rune n’a souffert ni de la chute, ni du sort ni de la disparition de l’esprit. Elle pivote dans la paume de sa main et aussitôt Arken se met en route, Maâra et son compagnon sur les talons.

Ils marchent plusieurs minutes, s’enfonçant plus encore dans la forêt toujours plus sombre et plus silencieuse à mesure qu’ils avancent. Après un bosquet d'arbustes et de buissons denses, ils débouchent sur ce qui fut à une époque une clairière de grande taille … mais domptée depuis par une flore sauvage et épineuses.
A travers les plantes grimpantes se distinguent les murs d'un manoir en mauvais état. Les pierres taillées des murs porteurs se dressent encore au dessus de la végétation, comme en signe de défi et quelque unes des plus grosses poutres de la charpente semblent elles-aussi défier le temps et la nature.
Maâra met quelques secondes à réaliser qu'il s'agit là des mêmes murs que l'esprit lui a montrés en songe, une version en ruine qui se superpose à sa vision. Lorsqu'elle s'avance pour se rapprocher elle remarque l'arrêt soudain d'Arken.

- Arken ? Dit-elle hésitante, comme on rappelle à lui un être endormi ou sans connaissance.
Le visage du messager reste de marbre, les lèvres pincées et le regard vide braqué sur le manoir.
- C'est bien ici, tente-t-elle afin de le faire réagir. L'esprit m'a montré cet endroit, ainsi qu'un joyau, surement important pour elle.
Mais rien n'y fait et ce qu'elle a prit pour une simple surprise de trouver un tel lieu endormi au milieu d'une forêt, sans route praticable pour y accéder, se meut en une impression d'effroi de la part d'Arken, toujours immobile.

Lorsqu'elle le contourne pour lui faire face, il prononce quelques mots, de ceux qui se faufilent de nos pensées à notre bouche malgré nous. Des mots qui laissent sous-entendre qu'il connait le lieu ou du moins qu'il fait le lien avec autre chose d'extraordinaire. La Sindel l'observe sans mots dire avant de regarder derrière son épaule vers le manoir et de toute évidence, elle hésite à le laisser en plan. Sa promesse de ne plus foncer tête baissée au risque d'effrayer l'esprit est encore fraîche …

- Arken ? répète-t-elle plus fort. Vous connaissez ce manoir ? Qu'est-ce qui est extraordinaire ?

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 16:09, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Jeu 26 Mai 2016 17:07 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Il semble plus livide que jamais, et en même temps fasciné.

"C'est un lieu très ancien. Oublié depuis longtemps... mais presque sacré pour les gens de mon ordre."

Il lève les yeux vers la lune.

"Le manoir de Yama Zatchlas, la quatrième Lord... se pourrait-il que la dame blanche soit..."

Il n'ose finir sa phrase, visiblement fasciné.

Une étrange lamentation s'élève dans les airs alors qu'il dit ça. Vous arrivez bientôt devant un mur à demi-effondré. Les couloirs à l'intérieur devraient être impraticable, depuis le temps, mais curieusement, il semble que la végétation qui s'y développe soit prompte à mourir. La plupart des portes sont pourries et fracassées. Elles mènes vers divers dépendances, cuisines et ateliers vides, pillés depuis longtemps. Il y a des issues vers la cave et, plus loin, un grand hall d'entrée avec un escalier s'élevant vers l'étage et la zone domestique.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mar 6 Sep 2016 21:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
Elle n'en fait pas la remarque mais la soudaine pâleur du visage d'Arken rivalise avec celui de la Dame blanche. Une telle lividité qu'elle aurait pu le penser victime d'un sortilège s'il n'y avait pas dans ses yeux un frémissement brillant de fascination.
Sans quitter le manoir des yeux il répond à la Sindel qui vient de se tourner à nouveau vers les murs brisés. Il s'agit là, selon ses dires, d'un endroit très ancien oublié de tous depuis longtemps mais illustre pour ceux de son ordre … un lieu sacré dont seul le nom a pu perdurer à travers leurs légendes, en déduit-elle face à la réaction de sang-mêlé.

Un léger bruit de mouvement de la part d'Arken la fait se retourner à nouveau. Il a les yeux levés vers la lune, comme s'il y cherchait une réponse, un signe ou une garantie qu'il s'agisse bien du manoir de Yama Zatchlas, la quatrième Lord. Il demande alors, ou se demande à lui-même si elle pourrait être la dame blanche.
Aussitôt, Maâra déporte toute son attention vers le manoir, les yeux exorbités à l'idée soudaine et saugrenue qu'il s'agisse bien de cette ancienne Lord … et qu'elle s'apprête à la rencontrer. Arken ne finit pas sa phrase, laissant Maâra au milieu de ses espoirs déraisonnables.
Des légendes des anciens Lords, elle n'en sait que ce que le haut prêtre de Xaoranh a consenti à lui raconter ; c'est-à-dire peu car il la jugeait trop jeune et trop pressée. Jeune, elle l'est à peine moins et impatiente en ce qui concerne ce domaine elle le sera toute sa vie ; et la chair de poule qui saisit ses épaules, son cou et qui se propage sur ses avant-bras lui laisse à penser que son Maître n'était peut-être pas complètement dans le faux. Mais, plus qu'une tête brûlée elle est surtout quelqu'un qui tient ses engagements, même ceux qui nécessitent de contenir son empressement et ses pulsions.

A cet instant, elle préfère laisser la fin de la révélation d'Arken en suspens, consciente que seul le temps lui fait obstacle pour la connaître. Et comme pour confirmer ses pensées, un son étrange semblable à une lamentation pénétrante s'élève du manoir et se répand dans les brumes autour d'eux.
Arken retrouve alors son aplomb et se met en route vers les ruines de ce manoir oublié de tous. Le premier mur devant lequel ils arrivent est en grande partie effondré sous la charpente, ouvert sur un grand couloir. Ils franchissent le talus de pierres érodées par le temps et envahies de ronces épaisses pour entrer dans l'ancien manoir. Ici le temps a fait son œuvre, les murs sont a nus, les vieilles portes en bois sont pourries et s'effritent sous les doigts, le sol est jonché de terre durcie, de caillou et de poussière de pierres du plafond parfois éventré ; dans les couloirs et les pièces qu'ils croisent : cuisines, ateliers, salons ou réserves ; tout a été pillé. Mais l'impression que le temps s'est arrêté s'impose à la Sindel face à l'absence de vie végétale ou animale. Les ronces à l'extérieur n'ont pas envahit les lieux, ni le lierre grimpant, ni les mauvaises herbes. Comme si une force sauvegardait l'endroit ou du moins, faisait mourir ce qui l'assiégeait.
Maâra devance le Messager jusqu'à un grand hall dont les débris du haut plafond jonchent les premières marches d'un large escalier.


- Vous savez ce qui a pu se passer dans ce manoir Arken ? Demande-t-elle tandis qu'elle teste avec précaution la solidité des premières marches en jetant un œil à la rune dans la paume de sa main.
Vous pensez que l'esprit puisse être la Lord elle-même ? … après tout, s'ils sont les héritiers des Lord, peut être que les Messagers ont réveillés des forces sur tout Yuimen.

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 16:10, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mar 6 Sep 2016 21:48 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Les marches de pierres sont fissurées mais stables. Le fait qu'elles soient recouvertes de terre, de racines et de branchages est gênant, mais avec l'aide d'Arken, vous arrivez à vous tailler un chemin sans trop de mal.

Entre tes mains, la lumière de la rune commence à faiblir, il te semble qu'elle indique l'étage.

Arken à de la peine à parler tant sa gorge est nouée, mais il te répond :

"Ce qui s'est passé ? Le temps, tout simplement. Ce manoir est étonnamment conservé pour un bâtiment abandonné depuis 4700 ans. On raconte que Yama était une dame raffinée et appréciée. Loin des nécromanciens conquérants, c'était une sage qui étudiait la mort et leurs pouvoirs qu'elle avait d'un point de vu purement académique. Son peuple l'appréciait malgré les rumeurs d'expériences sinistres... mais après qu'elle se soit affilié aux lords, certains ont commencé à s'inquiéter. Finalement, sans doute à l'instigation d'un ordre de fanatiques de la Lumière, une révolte a éclaté. On dit qu'elle est sortit devant les paysans et s'est engagé à ne pas user de son pouvoir pour se défendre à condition qu'ils s'engage à ne pas porter atteinte à sa famille. Sans quoi, elle reviendrait même de la mort pour les hanter..."

Il eut un hoquet de surprise :

"On raconte que les paysans ont obéi, mais force est de constaté que la famille Zatchlas à disparue aujourd'hui ! Ce manoir est bel et bien abandonné... peut-être... peut-être est-ce vraiment elle. Il n'y a qu'une manière de le savoir. Il faut la retrouver."

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mer 14 Sep 2016 14:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
Arken l'observe tester les marches avant de la rejoindre, le regard vide et les pensées à mille lieux de ses propos, ou du moins c'est ce qu'elle se dit avant de comprendre que le Messager est encore perturbé par l'ampleur de la tâche qu'ils s'apprêtent à accomplir et, sans doute, des conséquences en cas d'échec. Même en tant qu'esprit, l'un des anciens Lord détient encore un pouvoir immense et irremplaçable … celui de la connaissance, du savoir, du souvenir de magies et de pouvoirs perdus. Presque cinq mille ans se sont écoulés depuis et en dehors de quelques elfes, plusieurs générations ont vécus et rien ne dure aussi longtemps sans être altéré ou pire, volontairement révisé ou banni. Elle se souvient très bien du bouleversement causé par l'arrivée de Brytha sur leur monde.
Et la mémoire de Lord Yama, si elle est celle que décrit le Messager : une sage et une érudit ; est sans doute l'une des plus inestimable pour la nécromancienne.

Lorsqu'il arrive au bas de l'escalier, Maâra lui montre que les marches, bien que fissurées et grinçantes, sont stables. Il prend de nouveau les devants et ouvre le chemin jusqu'à l'étage. Il se racle la gorge et prononce difficilement quelques mots à propos des dommages causés ici par le temps. Quelques mots anodins, simples reflets des pensées de Maâra sur l'état de délabrement des lieux, considérés par la Sindel comme un essai de la part d'Arken, un essai pour contrôler sa voix encore défaillante.
Il lui raconte que la Lord Yama était une dame raffinée et appréciée, qui en tant qu'érudite était naturellement mieux considérée que les Nécromanciens conquérants et assoiffés de pouvoir, nombreux en cette époque de sauvagerie. La tranquillité de vie dont elle pouvait alors bénéficier déclina lorsqu'elle s'affilia aux Lords dont certains étaient connus pour leur cruauté. D'après Arken, ce fut sans doute une caste de fanatique de la Lumière qui fut à l'origine de la méfiance et la révolte des villageois et paysans qui, jusque là, la toléraient. Lord Yama a alors fait face à son destin, s'engageant à ne pas user de ses pouvoirs pour se défendre en échange de la promesse des révoltés de ne point faire de mal à sa famille innocente. S'il devait en être autrement, même sa mort ne les protégerait pas de sa vengeance.
Une érudite et aussi une femme loyale envers ses engagements et sa famille.

Arrivés en haut des escaliers, Arken émet une sorte de hoquet avant d'observer l'intérieur du manoir en ruine. Selon lui, l'histoire raconte que les paysans auraient obéi à la Lord … à l'époque peut être mais de toute évidence, la famille Zatchlas a disparue depuis.
Vu son état, le manoir n'a pas été abandonné récemment mais sans l'esprit, ils n'arriveront pas à savoir si la famille a fui l'endroit en vie afin de recommencer leur vie ailleurs ; s'ils ont vécu ici quelques années de plus, protégés par une ancienne promesse qui n'aura pas survécue aux générations suivantes. Il est une autre évidence qu'ils doivent cependant prendre en compte … l'esprit présent ici, s'il s'agit de Lord Yama, est un esprit de vengeance. La famille Zatchlas a disparu depuis des années mais les événements et les histoires qui concernent cet esprit sont récents … qu'est-ce qui a pu provoquer son retour à leur époque, et non la sienne.


- Vous avez raison Arken, répond alors Maâra lorsqu'il finit en disant qu'il faut la retrouver pour enfin savoir ce qu'il en est. La rune de localisation commence à s'affaiblir, rajoute-elle en levant sa paume, mais on dirait qu'elle indique l'étage où nous sommes.

La Sindel avance de quelques pas.

- Nous ne sommes pas vos ennemis. Nous répondons à votre appel. Je vous ai vu en rêve, vous m'avez montré ce manoir, ainsi qu'un joyau étincelant. Nous pouvons, nous voulons vous aider, nous avons tant à apprendre de vous.

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 16:12, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Mer 14 Sep 2016 18:56 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Au fond d'un couloir, se trouve une salle où vous trouver enfin la dame blanche, assise, mélancolique, sur les restes d'une chaise en piteux état. Elle vous regarde tristement et murmure :

"Plus de savoir... que de la peine... repos troublé... Mon pendentif volé..."

Elle fait un large geste, englobant de sa main la bâtisse en ruine :

"Tout cela n'était rien par rapport à mon joyaux. L'aboutissement de ma vie qui n'a jamais abouti... Le secret de l'immortalité, qu'un autre a élucidé avant moi, tandis que je ne l'ai jamais percé... Si proche, pourtant... tout était dans le pendant... Mais ils l'ont volé, les frères opposés... Comme le jour et la nuits, complémentaires et ennemis... ils cherchaient l'immortalité, ils n'ont eu que l'horreur de l'éternité."

Elle vous regarde avec une infini tristesse :

"Vous n'aurez point de savantes paroles de moi... je n'aspire qu'au repos... mais tant que le médaillon ne sera retiré de sa gangue de maléfice, je ne rejoindrais jamais mon noble seigneur Phaïtos. Ils le savaient, que je les arrêterais si je ne pouvais... leur tour, ils l'ont couverte de runes pour me tenir éloignée... et maintenant ils ne sont plus, et le médaillon est perdu."

Une infime lueur de vie et d'espoir s'allume dans ses yeux :

"Retrouvez mon pendentif, je vous en prie. Dans la vieille tour en ruine il se trouve. Marchez vers l'est, et vous la trouverez..."

Son image s'estompe enfin, ne laissant qu'un nuage de tristesse.

"Je compte sur vous, fidèles... je compte sur ce qui reste de la foi des lords..."

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Dim 18 Sep 2016 17:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
A peine finit-elle sa phrase qu'elle sent la rune remuer une dernière fois, leur indiquant un couloir à quelques mètres d'eux. Sans attendre, Maâra s'y engouffre et longe les murs mis à nus par le temps, noircis des branches de ronces et de lierre flétris par le sombre pouvoir ambiant.
Ils avancent vite, guidés par une faible lumière blanche au fond du couloir et la même lamentation entendue depuis l'extérieur du manoir.

Yama est là, dans une pièce de la taille d'un boudoir dont l'unique vestige est une chaise rongée par les mites et au siège abîmé jusqu'à la corde. Elle y est installée, flottant juste au dessus en position assise comme elle a du le faire des milliers de fois durant son existence. Son corps éthéré est enveloppé de lumière et sa robe blanche ondule sur les restes d'un vieux parquet en miettes sans en soulever la moindre poussière.
Son visage naturellement livide est la tristesse même, un regard las et sans espoir, une bouche tombante et tremblante. Elle regarde Maâra à son entrée et sa voix autrefois douce résonne entre ces murs tel un couperet fait de glace. Il n'y a plus de savoir en elle, plus que de la peine. Une peine, un repos troublé et un pendentif volé. D'abord hésitante à entendre ainsi l'esprit s'adresser à elle par saccades chevrotantes, Maâra ressent une soudaine et furtive déception en réalisant qu'un être aussi puissant et érudit qu'un Lord d'antan, puisse devenir un esprit si désarmé et troublé qu'il en oublie tout ce qu'il fût.
Yama désigne par un grand geste circulaire l'ensemble du manoir avant de continuer à parler d'une voix moins ténue, essayant de leur expliquer la cause de son état et de sa présence. Le manoir, bien que magnifique et somptueux à l'époque n'est rien par rapport à son joyaux : l'aboutissement de sa vie qui n'a jamais abouti. La mort. La mort est l'aboutissement d'une vie pour un nécromancien … son esprit ainsi errant n'a jamais pu y parvenir. Le bijou devait apparemment lui permettre d'élucider le secret de l'immortalité. Elle était proche de son but quand on le lui a volé tandis qu'un autre qu'elle découvrait ce secret inestimable.
Les voleurs, elle les appelle les frères opposés mais leur titre ne parle pas à Maâra qui regarde alors Arken du coin de l'œil.
L'esprit errant qui était autrefois la grande Lord Yama Zatchlas lève sur eux un regard d'une grande tristesse à ce terrible souvenir avant de répéter qu'ils ne pourront recevoir de sages paroles venant d'elle, plus maintenant car elle n'aspire qu'au repos, un repos qu'elle ne trouvera pas tant que le médaillon ne sera pas libéré de sa gangue de maléfice. Les voleurs savaient qu'elle était capable de les arrêter … mais cela ne s'est pas passé ainsi et le médaillon est perdu. Elle leur parle d'une tour, une tour protégée par des runes pour la tenir éloignée et lorsqu'elle prononce ces mots une lueur d'espoir transforme furtivement son regard.
Elle leur demande alors de retrouver son médaillon, qui se trouve surement dans la vieille tour en ruine à l'est d'ici.

Mais avant que l'un deux ne puisse ouvrir la bouche, faire un geste ou ne serait-ce qu'avoir une pensée cohérente, l'esprit de Yama s'estompe et disparaît lentement dans un nuage blanc. Sa voix pourtant résonne une dernière fois.
Elle compte sur nous, se répète Maâra après que le silence soit revenu. ((Héritiers des Lords, héritiers de leur foi …))


Maâra met plusieurs secondes à réaliser et assimiler les détails et les informations qu'elle leur a laissés pour accomplir leur tâche et lui permettre de rejoindre leur Seigneur gardien. L'apparition du joyau dans son rêve n'était pas un hasard, il est la clé, il est le rêve, l'œuvre ultime d'un des puissants de l'histoire … retourné contre son créateur. Et ils doivent maintenant le retrouver, trouver d'abord la tour, réussir à se défaire d'une magie protectrice que même Yama n'a pu vaincre et la libérer du maléfice qui l'emprisonne dans le monde des vivants.

- Quel gâchis ! Marmonne Maâra dans une expiration blasée. Si une Lord peut devenir un esprit errant, une victime dans la mort, détruite, privée de tout ce qu'elle était, incapable de transmettre son savoir … comment peut-elle, elle, espérer ne pas se perdre.

Mais la rencontre et l'échange, même à sens unique avec l'esprit de Yama ; ce qu'elle a ressenti à son contact, ont transformé une chose importante en elle : son intérêt et son implication émotionnelle dans l'épreuve qui les attend. D'une simple aide apportée à un étranger en échange d'une promesse de rencontre avec les Héritiers des Lords, elle se sent maintenant investi d'une mission intimement liée à ses propres pouvoirs.

- Dites-moi que vous connaissez la tour dont elle a parlé ? Implore-t-elle, le regard encore fixé sur la chaise où se trouvait Yama. Qu'on ne perde pas de temps à devoir encore questionner les habitants de Bouhen, pitié. Vous avez déjà eu des informations sur ses frères opposés lors de vos enquêtes dans la région ?

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 16:13, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Dim 18 Sep 2016 17:58 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Dirigé de recherche de relique, Maâra


Un peu secoué, Arken met quelques instants à se reprendre et te répondre :

"En effet, il y a une histoire sur une tour oubliée. Je ne connais pas sa localisation précise, mais je sais qu'elle est très ancienne et que Lord Zatchlas l'avait rénové pour en faire une tour de guet sur son domaine. Elle ne doit donc pas être bien loin..."

(((je te laisse faire un petit rp pour trouver la tour. Il s'agit de ce lieu. Je reprend quand tu seras arrivée devant)))

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Dim 2 Oct 2016 16:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:05
Messages: 570
Localisation: Bouhen
En tournant la tête vers un Arken bien silencieux, Maâra fronce les sourcils, bien incapable de comprendre pourquoi l'enquêteur de ces Messagers, héritiers des Lords, semble autant perturbé par l'expérience qu'ils viennent de vivre. Est-ce le choc d'avoir vu, peut être pour la première fois, l'esprit de l'un de ceux dont il se dit héritier ? Ou la crainte, l'angoisse qui succède à une trop grande assurance quant au rôle ou la place qu'il pense avoir au sein de ce groupe.
Il n'en dit cependant rien. Pas un mot, même murmuré comme elle précédemment, rien qu'un silence pesant pour l'elfe grise qui finit par s'interroger sur elle-même, visiblement bien plus flegmatique que le messager alors qu'elle n'en était pas encore à se demander si tous les Lors avaient été réels.

Elle ouvre la bouche pour le questionner à ce sujet quand il reprend ses esprits.
Dès les premiers mots, Maâra se sent rassurée, non pas sur l'état d'esprit du sang mêlé mais sur sa principale source d'inquiétude : retourner à Bouhen et perdre du temps.
Arken a visiblement entendu parler de cette vieille tour, vestige de la grande époque de Lord Zatchlas, qui en avait fait une tour de guet de son domaine. Comme en écho à ses pensées, il rajoute qu'étant une ancienne tour de guet, elle ne devrait pas être très loin du manoir.

- La rune ne fonctionne plus. Nous allons devoir marcher et ouvrir l'œil.

_________________
Maâra - Nécromancienne - Sindel
Ceux qui pensent que les morts appartiennent au passé, ne savent rien du futur


Dernière édition par Maâra le Ven 6 Jan 2017 16:14, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Sam 10 Déc 2016 19:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2016 21:18
Messages: 738
Localisation: Kendra Kâr
En sortant du campement des humains d'Izurith, ils prirent rapidement pied dans une forêt à l'aspect sombre et plutôt inquiétant qui aurait d'ailleurs fait monter sa tension si Kay ne se sentait pas désormais confiante en elle-même et ses capacités. Sans oublier que Tanaëth était à ses côtés et qu'il viendrait sans mal à bout de n'importe quelle bête qui trainerait par là. En fait, aucune arme ne leur fût nécessaire car ils n'en rencontrèrent pas une seule durant tout leur trajet et quand, à l'approche de la nuit, ils durent s'arrêter - Bouhen n'était pas exactement à dix minutes de marche.

"Je m'occupe du feu !" clama vite la semi-elfe.

Elle trouva ce dont elle avait besoin sans grand effort, ramassant un peu de mousse sèche et de brindilles sur le sol. Levant les yeux, elle aperçut à peine les rayons argentés de Séléné. La nuit, pourtant était claire. Et favorable. À peine un jour auparavant, elle s'apprêtait à se coucher près d'un Shaakt avec la menace d'une Shaakte planant sur eux. Ils étaient enfin de nouveau entre Sindeldi. Pouvait-elle vraiment le dire d'elle-même ? Tout en faisant du feu, Kay se demandait si elle n'était pas une espèce à part. Elle aurait bien aimé rencontré un autre semi-elfe comme elle, c'était à dire entre un enfant d'un humain et d'un elfe. Le fruit d'un croisement entre deux elfes, elle avait déjà eu l'occasion d'en rencontrer, à Hidirain. Mais ils avaient des elfes pour deux parents. Ne pouvaient-ils donc pas être considérés comme des elfes eux aussi, à part entière ?

(Houlà, c'est compliqué cette histoire !)

L'important était qu'elle acceptât sa double nature. Et aussi que de belles flammes s'élevassent à présent en direction de la cime lointaine des arbres. La jeune femme apprécia leur lumière et leur chaleur et s'assit confortablement en tailleur. Le moins qu'on pût dire c'était que depuis leur retour sur Yuimen, Tanaëth n'avait pas été très loquace. Il avait sûrement ses raisons - pour avoir su qu'un danger menaçait Hidirain alors qu'ils étaient sur un autre monde, il ne devait vraiment être seul dans sa tête ce qui expliquait ses silences - néanmoins Kay s'en sentait oubliée.

"Je suis heureuse d'être revenue. Je crois... que je ne suis pas douée pour la diplomatie en fait !"

La guerrière regarda son mentor par en-dessous pour voir s'il réagissait. Ne sachant que dire - ou plutôt comment le dire car cela lui brûlait les lèvres - ni comment agir, elle se mordilla la langue et, s'emparant d'une brindille échappée par miracle du bûcher, elle se mit à la couper machinalement en petits morceaux.

"J'ai... beaucoup réfléchis."

Pourquoi avait-elle tant de mal à dévoiler ses pensées ? Surtout sur ce sujet ? Serait-ce à cause de ce qui s'était passé sur Izurith ? Kay le reconnaissait, elle avait fait preuve de jalousie - autant dire : de stupidité. Et Tanaëth lui en voulait sûrement. Elle l'avait sentit froid et distant, plus qu'il ne l'avait jamais été à son égard. Était-ce le bon moment ? Était-ce même la bonne personne ? Là-bas à Hidirain... Non.

"Je veux vraiment faire partie des Danseurs d'Opale."

_________________
Kay de Kallah, Maître d'Armes et demie-Sindel

Multi : Ædräs


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les bois aux alentours de Bouhen
MessagePosté: Sam 10 Déc 2016 21:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6796
Localisation: Nessima, Naora
Kay a récupéré ses armes et son armure, qu'elle a semblé revêtir avec un certain plaisir pour ce qu'il m'a semblé en percevoir, juste avant que nous ne franchissions le fluide nous menant vers Yuimen. J'attends que nous soyons hors de vue du campement des Izurithois, puis j'arrête Kay d'un signe de la main et me déplace de manière à lui faire face, la scrutant attentivement des pieds à la tête. Sans dire un mot, j'entreprends de rectifier la position de ses armes et resserre deux lanières de son armure afin que cette dernière ne gêne pas ses mouvements, puis je l'invite à reprendre notre marche d'un signe du menton.

Le soleil se couche lorsque nous parvenons dans la vaste forêt qui nous sépare de Bouhen, un paysage infiniment apaisant après la désolation d'Izurith, je n'y ai pas passé beaucoup de temps mais la végétation me manquait déjà. Je hausse un sourcil légèrement étonné lorsque Kay décrète soudain qu'il est temps d'établir un camp pour la nuit, oublieux parfois que la plupart des gens ont besoin de plus de sommeil que moi. La jeune femme clame aussitôt qu'elle se charge du feu, je hoche simplement la tête en guise d'approbation et sors de mon sac de quoi nous restaurer, je n'y ai pas prêté attention jusque là mais je suis affamé. Bien vite une bonne flambée éclaire la petite clairière dans laquelle nous nous sommes installés, j'invite alors Kay à se servir dans les provisions que je viens de déposer sur une pierre proche du foyer tout en puisant moi-même de quoi me sustenter. Un sourire prend place sur mes traits lorsque j'aperçois la lune familière de Yuimen au travers des frondaisons, elle me rappelle ma brève rencontre avec Sithi et je ne peux m'empêcher de rougir légèrement en me souvenant avec quelle familiarité je l'ai enlacée et ce que j'ai éprouvé en le faisant. Mais je ne regrette rien, c'était un geste naturel et pur qui avait sa place, bien que je commence vaguement à en discerner les conséquences. Toutefois, comme il n'est pas dans mes habitudes de me préoccuper de ce que je ne peux changer, mes pensées reviennent rapidement au présent et j'observe Kay sans ostentation. Elle semble pensive mais après s'être assise en tailleur près du feu, elle rompt le silence en disant qu'elle est heureuse d'être revenue et admet être peu douée pour la diplomatie. Conscient qu'elle me lorgne par en-dessous, je hausse les épaules en souriant d'un air amusé et lui réponds:

"Nous sommes deux. Enfin, c'est un art que j'ai appris, autrefois, mais j'en suis venu à penser que la franchise et le respect valaient plus que mille ronds de jambes. Même si de manière générale les gens n'ont aucune envie qu'on leur parle avec franchise. Mais ça les regarde, au final, libre à eux de s'offusquer en entendant la vérité, cela n'en fera jamais un mensonge."

Je remarque soudain que la jeune femme semble nerveuse, occupant ses mains à détruire méthodiquement une brindille avant de déclarer qu'elle a beaucoup réfléchi. Indéchiffrable, je me contente d'attendre patiemment qu'elle se décide, le silence est parfois la meilleure manière d'amener quelqu'un à se confier. Je manque pourtant avaler mon pain de travers lorsqu'elle reprend la parole pour m'apprendre qu'elle veut vraiment faire partie des Danseurs d'Opale, voilà bien une déclaration à laquelle je ne m'attendais pas, ou plus. Je la dévisage pensivement durant quelques secondes avant de lui demander:

"Qu'est-ce qu'un Danseur d'Opale, selon toi, Kay? Tu n'as guère de respect pour Sithi d'après ce que j'ai pu en voir, pourquoi vouloir devenir membre d'un Ordre qui lui est voué? "

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Dernière édition par Tanaëth Ithil le Mar 13 Déc 2016 14:54, édité 1 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 70 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016