L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Palais de la Roseraie de Soie. (Guilde ARS)
MessagePosté: Lun 26 Déc 2011 12:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 16:27
Messages: 39379
Palais de la Roseraie de Soie


Image

Lieu de guilde des Amants de la Rose Sombre.


Perdue dans les Plaines d’Ynorie, non loin au nord du grand lac qui abreuve le pays, se trouve une forteresse imposante, toute dans le style architectural si cher à Oranan. Elle n’en est pas moins un palais paradoxal, alliant, à l’instar de la rose, une beauté délicate à des remparts imprenables. De hauts murs de pierre brute sans aspérité semblent le soulever de terre. L’unique entrée visible est une haute porte en arc de cercle, fermée d’une lourde herse, entourée de tourelles et rehaussée d’un chemin de garde extérieur.

Elle donne sur une cour centrale digne des plus grands stratèges militaires de la République. Celle-ci est cernée d’un chemin de ronde couvert par des toits de tuiles orangées, et ne donne l’accès aux bâtiments que via un escalier double.

L’intérieur de la demeure, interdit aux visiteurs non invités, est fastueux et richement décoré. Les salles sont nombreuses et les corps de bâtiment sont agencés en deux hautes et larges tours. Quelques annexes servent de logements aux serviteurs du lieu, ainsi que de geôles sordides.

_________________
Image
Image
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Ven 6 Jan 2012 15:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Pendant près d’une heure, nous galopons à vive allure le long des rives du lac d’Ynorie, dépassant celui-ci par l’est afin de ne pas nous éloigner plus que de rigueur de notre destination. Le soleil n’apparait bien vite plus du tout à l’horizon, mais heureusement, le ciel est plutôt dégagé, mis à part quelques sombres nuages qui obscurcissent de temps à autre la lumière des étoiles et de la lune, dont le croissant illumine les pas des cheveux d’une lueur blafarde, presque morbide. Et puis soudain, je le vois apparaître au loin. Un édifice qui surgit de terre comme un fantôme d’une lande hantée de brume. Haut, imposant, juché sur de hauts murs gris, son imposante silhouette pâle aux toits plus sombres se fixe dans mon regard. Le château que nous devons assaillir, la propriété de Grantier. Il s’avère être une forteresse imprenable, d’un premier abord. Et plus que jamais, je me félicite de l’avoir approché de nuit. Car un assaut nocturne contre cet édifice fait pour tenir les plus longs sièges aurait signé à tous notre arrêt de mort, et l’échec de notre mission.

Là, nous avons encore une chance de passer inaperçu, le temps de concocter un plan digne de ce nom afin d’y pénétrer. La discrétion, la furtivité, la ruse seront nos armes, cette fois. Et uniquement elles, dans un premier temps. La force ne viendra pas à bout des pierres robustes de ce palais ynorien, modèle de son genre, construit selon leur maîtrise de la guerre et de la résistance contre les forces d’Oaxaca. Et s’ils tiennent depuis si longtemps face à de telles troupes, je ne vois pas ce que nous, à sept, nous pourrions contre.

(Cromax.)

Trop impressionné par la bâtisse, je ne prête pas attention à l’appel de Lysis dans mon esprit. Appel incongru, qui plus est, puisqu’elle est plutôt directe, d’habitude. Mon galop se mue néanmoins en trot rapide, soucieux de ne pas soulever trop de terre à notre passage, ni à faire trop de bruit, dans le cas où des elfes jouent les guetteurs sur les invisibles et couverts chemins de ronde du palais.

(Cromax !!)

(Oui, quoi à la fin ?)

(La faera de Salymïa me fait savoir qu’Aenaria en possède une également.)

J’accuse la révélation un instant, troublé.

(Quoi ? Mais…)

(Oui. Nous sommes censées rester secrètes, même entre possesseurs de faeras. Elles veulent se servir de nous pour faciliter la tâche.)

Mes pensées sont confuses, soudainement. D’un côté, c’est en effet un plus de connaître la présence de ces créatures dans l’esprit de mes compagnonnes de route, mais d’un autre, je me sens bafoué dans ma plus stricte intimité. Jamais je n’ai parlé à quiconque de Lysis, et voilà que la seule personne du groupe à être au courant construit des plans sur la comète en l’intégrant à eux. Ça m’apprendra à être plus discret, et à penser au confort et à la bienveillance. Si je n’avais pas envoyé Lysis à la rencontre de Salymïa, son existence serait toujours secrète. Je me promets de mettre les choses au clair avec les deux demoiselles avant que notre mission ne commence réellement, mais pour l’heure, il est surtout temps de rassembler chaque membre du groupe autour pour préparer un plan digne de ce nom.

À cheval, je ralentis encore l’allure, et je lève une main pour signaler que nous nous arrêtons. Je choisis de dissimuler le groupe à l’intérieur d’un petit bosquet composé d’une demi-douzaine d’arbres de tailles diverses, et de fourrés denses, à quelques lieues à peine de notre destination finale, désormais bien en vue, trônant dans la plaine. Une approche totalement discrète est presque impossible, avec cette disposition des lieux. De jour, en tout cas. Il va falloir jouer finement.

Je descends de cheval et prends soin d’attacher la bride de Lune à un tronc plutôt fin, lui laissant suffisamment de mou pour qu’il puisse paître en paix, mais pas assez pour qu’il s’en aille du bosquet pour révéler aux yeux des guetteurs notre présence.

Une fois que l’équipée est rassemblée, je m’assieds dos contre un tronc, et j’invite les Amants à m’imiter. Le conseil de guerre peut commencer, désormais. J’attends que chacun d’eux soit assis pour commencer à parler, non sans les avoir gratifié chacun d’un regard, plus pesant peut-être sur Aenaria et Salymïa.

« Voilà, nous y sommes. Le palais là-bas, au nord, est la demeure de Grantier. J’imagine que vous avez pu brièvement l’observer à cheval avant d’arriver ici. Ça ne sera pas chose aisée que d’y entrer. C’est pourquoi il nous faut maintenant monter un plan d’action. Quelqu’un a des idées ? C’est le moment de les dire, tout ce qui vous passera par la tête. C’est en confrontant ces idées que nous parviendrons à quelque chose de correct. »

Bien sûr, j’ai déjà imaginé dans mon esprit un plan d’attaque, mais j’en ai calculé les risques, et ils sont plutôt énormes. J’attends donc de connaître l’avis de chacun pour l’évoquer et le proposer. Peut-être de meilleures idées sortiront du lot…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Sam 7 Jan 2012 04:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 18 Déc 2008 03:51
Messages: 3411
Localisation: Quête 34
En un peu moins d’une heure de chevauchée, nous approchâmes de notre destination. C’est en fait ce que je présumais à la vue du splendide palais qui ne pouvait être nulle autre chose que la demeure du dénommé Rewolf Grantier. Un doute m’envahit un court instant. Selon le messager aux habits noirs, trois longues journées de chevauchée étaient nécessaires avant de remplir ma mission, et pourtant notre trajet fut bien plus court. Il était vrai cependant que le chemin proposé par Herlor n’impliquait pas la traversée d’une grotte. La route que j’avais empruntée en compagnie des Amants de la rose sombre s’avérait probablement un astucieux raccourci.

Les montagnes, la forêt, le grand lac et le château, tout correspondait à la description que m’avait faite le voleur de chevaux.

(Quel palais superbe !)


Seule l’appellation de château aurait pu me mettre la puce à l’oreille sur ce qui m’attendait, mais ce ne fut pas le cas. Je n’avais pas imaginé voir une habitation à la fois si immense, si solide, si impénétrable et si délicate et agréable à l’œil. Le parc d’Ynorie de Kendra Kâr me plaisait, mais ce n’était qu’un petit échantillon de l’ingéniosité du peuple de la cité d’Oranan. Il était certain qu’après cette mission, je tenterais, en bonne compagnie, de me rendre dans cette ville afin d’y observer toutes les beautés architecturales qu’il risquait de s’y trouver.

Suivant les directives silencieuses de Cromax qui s'était contenté de lever sa main droite, nous ralentîmes notre avancée, sans pour autant lâcher des yeux l’habitation de Grantier. Fin stratège, Cromax choisit un fourré dans lequel nous pourrions y cacher nos montures et comploter sans crainte d’être repérés par d’éventuelles sentinelles. Silencieux et observant le reste de la troupe, je descendis de selle. Je m’assurai que Bella puisse se nourrir de la grasse herbe des plaines, puis je rejoins le reste de la troupe.

Le chef de clan déjà assis contre un arbre nous invita à prendre place. Tel qu’il me l’avait annoncé au cours de notre pause, un peu plus tôt dans la journée, il voulait que l’on discute tous de la meilleure stratégie à adopter. Puisque j’y étais invité, je me joignis au groupe qui formait plus ou moins un cercle autour de leur chef. Je pris soin de prendre place en face de Cromax, il était le chef de l’expédition, et son avis m’importait le plus, je tenais à ce qu’aucune de ses réactions ne m’échappe. Le soleil étant à présent couché, seules la lune et les étoiles nous éclairaient suffisamment pour que nous puissions distinguer les faciès de nos interlocuteurs.

Après nous avoir observés tour à tour, l’elfe gris prit la parole. Sans prétention, due à son grade, il nous invita à lui faire part de nos idées. J’attendis un peu afin de ne pas couper la parole à aucun membre de la troupe. Nouveau parmi eux, ma situation était précaire et je tenais à faire bonne figure. Puisqu’aucun ne semblait vouloir faire les premiers pas, je me lançai donc :


« Contrairement à moi, vous savez probablement combien de combattants vivent sous ses remparts, mais chose certaine, elle n’est pas habitée que par une poignée d’hommes. À défaut, d’être en nombre suffisant pour attaquer de front, il serait sans doute préférable, d’utiliser notre ruse et notre intelligence. »

Je m’arrêtai un moment, à ma surprise ma voix se voulait légèrement tremblante. Moi, qui avais l’habitude de parler en public et qui prenais un réel plaisir à entendre ma chaleureuse voix de ténor, éprouvais une certaine nervosité à prendre parole. Sachant que le tout se replacerait d’ici peu, je poursuivis :

« Comme j’en ai déjà parlé à Cromax, j’ai en ma possession un objet qui pourrait bien constituer notre porte d’entrée dans cette forteresse. »

Ce disant, j’exposai une fois de plus le médaillon que je tendis à mon voisin de droite de façon à ce qu’il circule de mains en mains dans tout le groupe.

« Herlor m’a remis cet objet afin que je puisse certifier à son maître que j’étais bien un messager qui parlait au nom de son dévoué serviteur. Ce dernier savait qu’une expédition était en route pour tuer son maître, c’est pourquoi, il m’a chargé d’en informer votre cible. Ne sachant si j’arriverais à destination sans heurt, rien n’affirme qu’il n’ait pas tout de même tenté de s’y rendre par ses propres moyens.»

Tel que je l’avais anticipé, j’avais vite retrouvé toute mon assurance. J’avais dit tout ce que je savais, j’y ajoutai enfin mon opinion :

« Évidemment, tout comme me l’a fait remarquer Cromax, ce bijou ne permettrait le passage que d’une seule personne. Celle-ci devant être choisie avec soin. Ce qui n’est de toute évidence pas mon ressort. »

Et c’est sur ces mots que je me tue. Certes, je n’avais aucune envie de me départir de ce petit butin, mais d’un autre côté, je préférais le confier temporairement à un membre de ce groupe, m’évitant ainsi de m’exposer aux hommes de Grantier. Ne me connaissant que depuis peu, les Amants de la rose sombre ne prendront sûrement pas le risque de m’y envoyer seul, ce qui m'arrangeait.

_________________
Image


Dernière édition par Mathis le Ven 13 Jan 2012 04:02, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Dim 8 Jan 2012 15:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 10 Avr 2010 23:59
Messages: 721
Localisation: Kendra-Kâr
précédemment: Le retour d'une morte


Depuis la sortie de la grotte et le retour de Salymïa parmi eux, Oryash n'avait pas prononcé un mot, restant seule à l'écart, méfiante. Voir celle qu'elle avait hissé sur le bûcher afin de lui accorder un dernier voyage vers l'au delà, leur parler ne lui plaisait pas. Elle voyait là, un tour diabolique ou quelques magies obscures qui n'avaient été décuplées que pour les tromper et les mener à leur perte.

De petites apartés se créèrent entre différents membres du groupe et la peau blanche ne prit part à aucunes, comme certain de ses compagnons de route, d'ailleurs. Comme Cromax semblait vouloir leur accorder une pause avant de reprendre leur route, Oryash était descendue de monture et l'avait laissé paître libre. Certaine que son destrier ne lui fausserait pas compagnie. Elle avait besoin de se dégourdir les jambes après être restée à chevaucher si longtemps.
Elle s'éloigna légèrement du groupe, le woger à sa suite, pensive. Se demandant ce qui les attendait par la suite. Le groupe touchait sans doute au but et bientôt une terrible bataille allait avoir lieu. Elle pensa alors à sa vie, son parcours. Certes rejoindre les amants avait été une bonne chose en soi, mais elle ne se sentait pas libre comme elle l'aurait voulu.

En un sens elle enviait le woger qui à présent était libre d'aller et venir comme bon lui semblait. Mais était-il libre pour autant? Oryash se rendait bien compte que cet animal si noble et puissant avait un attachement certain pour elle, comme elle pour lui, mais était-ce une bonne chose? Peut-être devrait-elle le chasser avant que le lien ne soit trop fort et que tous deux ne puissent se défaire l'un de l'autre. Peut-être était-ce trop tard? Aller donc savoir.
Quoi qu'il en soit la peau blanche songeait un peu trop quand elle manqua trébucher sur quelque chose. Elle pesta et chercha du regard ce qui avait bien peu l'entraver de la sorte. Elle fouilla les hautes herbes qu'elle venait de fouler et découvrit avec surprise un grappin.

Oryash se demanda comment celui-ci avait pu atterrir par ici? Sans doute avait-il été perdu par un cavalier lors d'un passage précédent dans ces plaines. Quoi qu'il en soit, cela pouvait toujours servir. Elle le ramassa et poursuivit sa petite virée solitaire. Elle vint à s'asseoir sur un rocher qui trônait là, manipulant le grappin entre ses mains. Elle pensa soudainement qu'elle avait une corde en sa possession. Le grappin était plutôt léger et donc facile à lancer. L'un combiné à l'autre pouvait se montrer efficace pour escalader un mur ou un pan rocheux.

Oryash jeta un oeil en direction du groupe et remarqua du mouvement. La troupe se remettait en route, aussi se dépêcha-t-elle de regagner sa monture. Elle fourra le grappin dans une sacoche de sa selle et enfourcha Herumor qui trépigna. Elle flatta l'animal et donna un léger coup de talon, rejoignant les autres, mais restant en queue de peloton.
Curieusement le woger lui avait faussé compagnie préférant partir en chasse et en un sens cela n'était pas plus mal. Certes cet animal était cher à son coeur mais attirait l'attention de part son étrangeté sur ce continent.

Ils chevauchèrent à vu de nez une bonne heure, longeant le fleuve avant que n'apparaisse à leurs yeux une forteresse gigantesque, aux murailles impressionnantes.
Si ce qui se dressait là était leur destination, entrer ne serait pas chose aisée. D'autant que ce bâtiment devait renfermer bon nombres de combattants.
Cromax les conduisit à l'abri d'un bosquet où tous firent halte. Commença alors une sorte de conseil de guerre où l'elfe gris demanda l'avis de chacun concernant un plan éventuel pour entrer.
Bien vite le blondinet, comme aimait l'appeler Oryash prit la parole. Il leur narra sa rencontre avec un certain Helor qui lui avait remis un message à remettre à Grantier et un pendentif qui lui servirait de sauve conduit pour pénétrer entre ces murs. Seulement cela n'était valable que pour une personne. Alors il était d'autant plus judicieux de bien réfléchir qui serait désigner. Car une fois là dedans, il serait seul et aucune aide extérieure ne lui serait possible.
toutes les solutions étaient bonnes à exposées aussi Oryash décida-t-elle d'enchaîner.

"Pour ma part, j'ai une cape qui me permet une certaine discrétion dans les endroits sombres. Si l'un de nous est désigné pour entrer, je pourrais peut-être me faufiler avec lui entre ses murs sans être vue, si notre entrée se fait en pleine nuit, j'entends. En plein jour la chose me sera plus difficile mais pas impossible.
Je possède également une bonne longueur de corde et un grappin, qui pourraient servir à assaillir la muraille à l'endroit le plus bas. J'ai cru remarqué que sur les flancs de l'édifice, les murs étaient un peu moins hauts. Mais là encore rien n'est sur. De plus le chemin de ronde extérieur est un sérieux désavantage pour nous."


La peau blanche n'ajouta rien d'autre.

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Lun 9 Jan 2012 01:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:45
Messages: 2879
Localisation: L'île des colliers maudits
Cromax nous guida vers un bosquet où nous allions être à l’abri pour la nuit, hors de vue d’éventuels guetteurs du château. J’accrochai les rênes de Pynoa non loin des autres chevaux, puis allai prendre ma place dans le cercle qui se dessinait, non sans grimacer en sentant les crampes d’une journée de cheval après une nuit violente se manifestaient. Chacun avait un air grave et c’est sans vraiment de surprise que Cromax nous confirma que la citadelle au loin était la demeure de notre cible. Les hauts murs paraissaient imprenables d’ici et la taille du bâtiment laissait croire à la présence de centaines de soldats cloitrés à l’intérieur.

(C’est de la folie ! Notre entreprise est vouée à l’échec ! Que peut une poignée d’hommes face à une telle forteresse ?)

Notre chef n’était pas aussi défaitiste et il proposa que nous mettions en place un plan d’action pour entrer sans une attaque directe qui aurait été une cuisante dérouillée. Etrangement, cela suffit à éparpiller mes doutes et ramener dans mon esprit la possibilité d'une réussite. Mathis, le nouveau venu, put alors briller en ramenant sur le tapis l’histoire de son arrivée dans cette affaire, en tant que messager remplaçant. Ainsi, il avait une amulette qui permet de se faire passer pour un sbire de Grantier. Une entrée pour une personne certes, mais c’était déjà un de nous à l’intérieur.

Je croisais les bras, cherchant comment utiliser au mieux de telles informations. A ce moment, Oryash prit la suite de la discussion, proposant une entrée furtive en même temps que le messager ou une intrusion plus cavalière en escaladant le mur à l’aide d’un grappin, chose qui n’allait être envisageable que si on arrivait à réduire ou rendre nulle la garde sur les remparts d’un coté du palais. Je pris alors la parole pour proposer à mon tour mes possibilités et les petits tours que j’ai dans mon sac.

« Pour passer par un mur, il faudrait s’occuper en avance de la garde sur le chemin de ronde effectivement. Ca pourrait la tache de celui ou ceux qui arrivent à pénétrer par la porte avec le sceau. A ce niveau là, j’ai quelque chose qui pourrait être utile. »

Farfouillant dans mon sac un instant, je sortis un pot en terre cuite emballé dans une toile de jute et en enleva le couvercle.

« J’ai acquis un baume d’invisibilité. Il devrait y avoir de quoi rendre invisible deux personnes à vue de nez, mais le défaut majeur est que seul le corps est concerné. Ni les vêtements, ni l’armure, ni les armes n’auront ce camouflage magique. Mais ça permettrait une entrée aisée. »

Pour illustrer mon propos, je trempai la pointe de mon index dedans, prenant juste une goutte pour l’étaler entre deux doigts et montrer ma main où il manquait subitement deux phalanges.

« J’ai aussi une rune qui me permettrait d’invoquer une créature qui pourrait aider à occuper des gardes si besoin, mais je ne contrôle pas le choix de l’animal et on ne peut pas vraiment se reposer la dessus. J’y pense plus comme un coup de pouce si ça dérape à l’intérieur. »

Je réfléchissais à tous les moyens de faire rentrer quelqu’un à l’intérieur. Je connaissais un sort pour me faire passer pour mort, ce qui pourrait être un bon leurre pour que les gardes laissassent pénétrer celui qui m’amenât si j’avais la tête d’Helor, mais tout le problème était là. Et je ne pensais pas pouvoir projeter mon sortilège sur un autre que moi.

Pensif, je me tus pour laisser s’exprimer les idées des autres.

(Ce qui nous faudrait, c’est une diversion, une grosse diversion pour occuper la quasi-totalité des gardes… comme une horde garzok fonçant sur la citadelle. Oaxaca… Aurais-tu un assaut prévu dans les jours à venir ?)

Je souris bêtement à la pensée d’une aide incongrue de l’infâme Grande Ombre, puis levai les yeux vers le prochain orateur.

_________________
Image
* Lillith, humain, Aurion et Cryomancien nv23 *
En mission pour les Amants de la Rose Sombre


Feu Ellana : morte dans les flammes du Purgatoir, hantant les lieux à jamais
et arborant ses tendancieux 6969 messages dans les archives de Yuimen


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Lun 9 Jan 2012 15:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7725
Localisation: Kendra Kâr
La route se passa agréablement alors que la lumière du jour déclinait progressivement. A mesure que nous avancions, une haute demeure se fit jour devant nous. Etait-ce le palais de Grantier, la propriété que nous sept allions devoir prendre d’assaut ? J’en avais bien peur et cette idée me terrifia. Nous n’étions pas assez nombreux pour entrer et faire de gros dégâts dans les défenses. Nous n’étions pas assez puissants pour faire cela, cette entreprise était vouée à l’échec.

(Ne t’inquiètes pas Aenaria, vous trouverez un moyen de forcer ces murs.)
(J’en doute Crystallia, est-ce que tu as vu le chemin de ronde ?)
(Oui je l’ai vu, ce n’est pas si dur de passer outre un chemin de ronde !)
(A sept contre je sais pas combien ?)
(Ne sois pas si défaitiste, je suis sûre que vous allez trouver un moyen de transformer cette faiblesse en force.)
(Alors là j’ai de gros doutes.)

Progressivement, Cromax ralentit l’allure et j’eus tout le loisir d’admirer le style architectural de la bâtisse. J’avais rarement rencontré ce genre de construction mais j’y trouvais une certaine harmonie dans les proportions mais surtout que des problèmes et peu de solutions afin d’y entrer sans nous faire tuer à la première occasion. La porte d’entrée devait être sévèrement gardé et le chemin de ronde devait grouiller d’archers prêts à nous embrocher de leurs terribles flèches. Grantier s’était choisi une propriété de choix et surtout dont l’architecture permettait une excellente protection.

Notre chef finit par s’arrêter près d’un petit fourré qui permettrait de nous dissimuler de la vue des guetteurs du château et peut être des éclaireurs, encore un problème auquel il faudrait remédier bien vite. Cromax descendit de cheval imité rapidement par tout le groupe. Descendant de Célestion, j’attachai ses rênes sur un arbre non loin de l’entrée de notre refuge pour la nuit. Le sindel s’assit contre un arbre et regarda chaque amant tour à tour faisant de même. Je sentis alors le poids de son regard sur moi, plus lourd de sentiments que pour le reste du groupe.

(Il y a un problème à ton avis ?)
(Je ne sais pas, mais c’est vrai que son regard est différent pour toi.)

Détournant les yeux pour éviter de me faire encore incendier, je regarde le groupe et constate que les forces en présence sont bien maigres. Cromax prit alors la parole en nous demandant si nous avions des idées sur la manière d’entrer dans ce château sans nous faire tuer voir repérer.

Le premier à prendre la parole fut notre toute dernière recrue en laquelle nous pouvions placer notre confiance. Il ne nous avait pas abandonné au moment le plus critique. Mathis suggéra qu’il fallait utiliser la ruse et l’intelligence car ce n’est pas avec le nombre que nous allions gagner. Un point pour lui, nous pensions la même chose. Il continua en disant qu’il avait un objet en sa possession qui lui permettrait de rentrer sans problème en se faisant passer pour un messager. Oui pour une seule personne, mais au moins l’un d’entre nous pourrait passer.

La deuxième personne qui parla fut Oryash qui nous informa du fait qu’elle avait une cape qui lui permettrait de se dissimuler dans les ombres ainsi qu’un bon morceau de corde et d’un grappin pouvant permettre le passage par un mur peu protégé. Mais la encore, elle souligna le fait que le chemin de ronde était un véritable problème.

Puis ce fut le tour de Lilith de donner son avis sur la question. Il précisa que les personnes sur le chemin de ronde étaient notre principal problème, décidément nous l’avions tous remarqué. La personne qui passera avec le collier de Mathis pourra être suivi de près par deux personnes enduites d’un baume qui était en sa possession et qui rendait complètement invisible. Seul problème : seul le corps sera invisible et non l’équipement, dommage mais jouable quand même. Il ajouta qu’il détenait une rune qui permettait d’invoquer un animal dont il ne connaissait ni la nature, ni la taille, ni la force. En gros pour Lilith, il y avait beaucoup d’incertitude pour le moment.

Je trouvais alors que c’était le moment opportun pour dire comment on pouvait exploiter mon matériel.

- « Comme Mathis, Oryash et Lilith l’ont signalé, le chemin de ronde est un véritable problème. Nous n’avons aucun moyen en notre possession pour éliminer habilement et rapidement les gardes qui y seront présent. Je n’ai vu personne équipé d’un arc dans le groupe. Il n’y a que des sorts à distance qui pourrait assommer un certain temps ces hommes. »

Le mieux serait d’envoyer quelqu’un en éclaireur afin de savoir à quel type de force nous avons affaire.

- « La question est de savoir si la protection est différente de jour et de nuit. En fonction de cela, nous choisirons un plan mais nous n’en sommes pas encore là. Il serait peut être bon d’envoyer une ou deux personnes du groupe afin de partir en éclaireur. Débusquer de potentiels éclaireurs adversaires et surtout leur position sur la plaine, pourrait nous donner un avantage pour la suite. »

Je pouvais maintenant passer à l’équipement que j’avais en ma possession.

- « Comme mes compatriotes l’ont fait, j’ai en ma possession un objet qui permet de me transformer en lutine - avec mon équipement - pour l’espace de 30 minutes. Si la personne qui entre avec le talisman de Mathis me prend avec elle dans son sac, nous serions deux à entrer. Je pourrais ainsi neutraliser les gardes, permettant aux autres d’entrer avec le grappin d’Oryash. Si nous utilisons le baume de Lilith, je pourrais prendre avec moi une partie de l’équipement des personnes mais pas tout. De plus, je possède également un objet qui peut hypnotiser quelqu’un mais je ne m’en suis jamais servi. »

Jusqu’à présent personne n’avait évoqué une quelconque stratégie d’entrée et/ou de sortie de la demeure de Grantier. Il fallait peut être envisager cette situation future.

- « Je suis d’avis qu’il faudra certainement se séparer pour entrer dans la place forte qu’est la demeure de Grantier. Comment faire si nous n’arrivons pas à nous rejoindre par la suite. Ensuite nous serons plus fort car qui sait les défenses que nous allons affronter. Nous ne pouvons pas trop faire de plan sur la comète dans cette histoire car c’est risquer des actions spectaculaires qui pourraient mettre en danger tous les membres de notre groupe. »

J’avais vu trop de plan de guerre partir en sucette parce qu’un seul maillon de la chaîne avait quitté son poste ou avait voulu montrer qu’il était le plus fort. Nous avions déjà connu une perte qui heureusement s’était transformé en un retour à la vie. Nous avions eu de la chance une fois, il ne fallait pas trop la titiller de nouveau.

_________________


Dernière édition par Aenaria le Dim 19 Fév 2012 13:39, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mar 10 Jan 2012 11:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Une heure s’écoule sans que je ne puisse voir le temps passer. Nous galopons à l’unisson, une maigre armée, des cœurs tous unis pour survivre. Malgré cette union, mon esprit est ailleurs, à des millions d’année de tout ce petit monde. Bientôt une nouvelle bataille va avoir lieu et lors de ma dernière, j’y ai laissé la vie. Un frisson me parcours l’échine. Je dois me ressaisir et ne pas penser au pire, mais envisager une issue positive.

Bientôt je retrouve l’image menaçante que j’avais aperçu plus tôt, avant de retrouver mes compagnons. Une peur indescriptible s’empare de moi. Derrière ces murs, la mort m’attend. Pas la mienne, bien sûr, mais celle de la personne en qui j’ai cru toute ma vie. L’idée même de me retrouver en face d’elle me donne la nausée. Le soleil décline et cela empêche les autres de voir mon regard se voiler. Au final, cette mission est plus dure que ce que j’avais imaginé au départ. Même si ma détermination est là, une part de ma vie va mourir de mes mains dans l’enceinte de forteresse.

Je l’observe. Elle semble imprenable et je me dis que c’est le trépas qui nous attend tous autant que nous sommes. Il me faut absolument chasser ces pensées négatives de mon esprit, sinon je cours à la catastrophe. Je pense alors à mon amour. Comme il me manque en cet instant, comment j’aimerais qu’il soit là à mes côtés. Une larme coule le long de ma joue. J’ai beau avoir fait ma forte devant la sindel plus tôt, je suis encore trop marquée par ma résurrection et de plus, je ne sais pourquoi, j’ai un mauvais pressentiment.

Cromax nous fait stopper et réunit un conseil de guerre. Tout ce que je déteste. Pour la simple et bonne raison que dans ce domaine je suis nulle ! Il pose un regard insistant sur moi et Aenaria. Il doit à présent être au courant pour Aenaria et sa faera. Bizarrement cela ne semble pas le réjouir, rien ne paraît sur son visage, mais ce regard n'est pas normal si l'on peut dire... Tant pis ! Je lui ai fait part d’un atout en notre possession, s’il n’est pas content, je ne peux rien y faire. Il demande alors à chacun d’exposer une stratégie. Génial !

J’écoute d’une oreille attentive même si mon esprit est déjà à l’intérieur de la place forte de Grantier. Dans quelle pièce se trouve ma mère ? Que fait-elle ? Est-elle heureuse ? Si tel est le cas, elle ne le mérite pas et cela renforce mon envie de voir son cadavre à mes pieds. Mathis nous montre un médaillon qui permettrait seulement à l’un d’entre nous de pouvoir rentrer. Tout de suite Oryash se porte volontaire, Lillith expose aussi ses idées puis c’est au tour d’Aenaria qui nous concocte un véritable plan d’assaut.

Je ne retiens qu’une chose de tous les petits discours : rentrer va être périlleux et nous aurons très peu de temps pour remplir notre mission sans tous nous faire descendre. Mon regard se perd au loin, se posant sur le château menaçant qui se trouve tout près. Un silence s’installe après l’intervention de mon amie. Chacun plongé dans ses propres réflexions. Je décide de prendre la parole.

"Pour ma part, je n’ai aucun objet qui pourrait être à notre avantage. Cependant, je possède un sort qui peut assommer un garde et le neutraliser pendant un instant. Je suis franche, je ne tiens pas à être celle qui rentrera seule à l’intérieur. Ma récente… expérience est encore trop présente et je ne veux pas être responsable de l’échec de la mission."

Je me tais. J’ai dit la vérité, je ne me sens pas prête à être celle qui mettra sa vie en jeu pour faire entrer les autres. Cependant, je rajoute un dernier point.

"Est-ce là tous nos points forts ? Nos atouts ?"

Mon regard se pose sur Cromax d’un air interrogateur même si je me doute qu’il ne parlera pas de sa faera devant tout le monde. Cependant, j'aimerais savoir s'il a reçut l'information que je lui ai donnée par le biais de Laïdè.

_________________
Image



Dernière édition par Salymïa le Ven 20 Jan 2012 11:36, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mer 11 Jan 2012 12:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Comme je le leur ai demandé, chaque amant membre de ce groupe d’intervention énonce son avis sur la manière d’investir ce fort. Enfin pas tous, mais la plupart, en tout cas. Bien plus que je ne l’avais imaginé initialement, en fait. Il n’y a qu’Halkmir et Duncan qui gardent pour l’instant le silence sur une stratégie à adopter. Le premier n’est guère un bavard, et il l’a bien démontré pendant toute notre aventure, jusqu’ici. Et je suspecte la timidité du second responsable de son silence. En groupe, il lui est visiblement toujours aussi difficile de prendre la parole, à de rares exceptions. Notre guerrier-érudit en provenance d’Oranan est pourtant le mieux placé pour nous expliquer comment pénétrer cette énorme forteresse au style typiquement Ynorien. Peut-être se réserve-t-il pour plus concret, quand la discussion sera plus avancée, et les arguments posés, les propositions nettement définies.

Mathis prend en premier la parole, répétant ce qu’il m’a dit plus tôt. Il parle de son médaillon, bien entendu, celui qu’il a reçu de la main du serviteur de Grantier pour porter un message. Il souligne également notre inaptitude à attaquer la forteresse de front, une évidence qu’il n’est pas stupide de rappeler, même si elle m’a semblé flagrante dès le début. Il précise que ce bijou ne peut offrir le passage qu’à une personne, celle qui le portera, et évoque aussi la possibilité qu’Herlor ait parcouru le voyage de son propre chef. À cette dernière crainte, je mets un holà.

« Si ce Herlor a voulu faire le trajet par lui-même, il doit encore être loin derrière. Il est à pied, nous à cheval. Et ne connait sans doute pas le raccourci que nous avons pris. Nous n’aurons sans doute pas à nous en inquiéter. »

Oryash intervient à son tour, offrant à la stratégie un nouvel objet d’intérêt immense pour ce type de mission : une cape lui permettant de passer inaperçue, ou presque, dans l’obscurité. Ce qui avec sa pâle peau, est un plus incontestable. Elle évoque aussi sa possession d’un grappin et d’une bonne longueur de corde. Elle affirme que cela pourrait nous servir à grimper sur les murailles, ce à quoi j’émets un doute.

« Il faudrait avoir une force monumentale pour lancer ce grappin aussi haut, même là où les murs sont plus bas. Et que dire du temps d’escalade, ensuite… S’ils ont ne fut-ce que quelques archers, ça signerait l’arrêt de mort de ceux qui emprunteraient cette voie… Ceci-dit, ce grappin peut-être un bon moyen de fuite, si jamais ça tourne mal à l’intérieur. Il nous sera donc peut-être précieux. »

Oui, car le tout n’est pas d’entrer. Après, il nous faudra accomplir notre mission en tuant Grantier. Normalement, cela devrait réussir à soumettre ses sbires, qui seront dès-lors en déroute, mais si nous n’y parvenons pas, si, reclus dans la forteresse, il ne nous reste d’autre option que la fuite, un grappin et une corde peuvent être plus qu’utiles. En espérant que ça n’arrive pas, bien entendu.

C’est, maintenant, au tour de Lillith de nous parler de ses miraculeux objets magiques. Mon glaçon adoré nous explique vaillamment sa possession d’un baume servant à se rendre invisible, si tant est qu’on soit nu. Ça peut faciliter l’entrée de certains, à n’en pas douter. Je m’imagine déjà, nu comme un vers, armé de mon arme changeuse de forme sous l’aspect d’une fine aiguille indécelable, à perforer d’un coup les gorges des gardes de tout l’établissement, et de parvenir jusqu’à Grantier sans que les habitants de château ne comprennent la nature de ces morts mystérieuses. Mais y aller de la sorte en solo, avec un produit qui n’est pas sûr, et qui pourrait très bien cesser ses effets rapidement est purement suicidaire, et je m’y refuse. Car nous devons utiliser le potentiel de toute l’équipe, pour mener à bien cette mission. Etrangement, pourtant, je ne parviens pas à réfuter cette hypothèse mentale à haute voix, trop pris dans la gêne d’imputer des réflexions de dirigeant à mon amant précieux. Cette position de supériorité ne me sied déjà guère beaucoup face aux autres, mais alors lui… Cela me semble carrément incongru. Bizarre. Et je me surprends à laisser mon regard traîner gourmandement sur lui alors que déjà, Aenaria a commencé à parler à son tour. Elle évoque les dangers du chemin de ronde, précisant que personne n’est muni d’un arc, et que seuls les utilisateurs de magie peuvent agir à distance. Et moi, au bon vouloir… Mais ça ils ne peuvent se l’imaginer.

« La magie est hélas peu discrète d’utilisation. Si l’on utilisait vos sorts, ils seraient directement repérés de la garde. Il faudra se montrer prudent. »

Et elle poursuit sur l’éventualité d’un service de garde différent de jour ou de nuit, ainsi que la supposition d’éventuels éclaireurs sur les plaines alentours. Elle évoque ensuite ses propres étonnantes possessions, notamment un objet permettant d’hypnotiser une cible, et un autre lui permettant de se changer en lutine. Ce qui peut être, ma foi, fort arrangeant pour le plan que j’ai prévu, et qui prend directement un tout autre tournant. Je commente néanmoins ses hypothèses sur le service de garde de Grantier.

« Grantier est quelqu’un d’intelligent, et de prudent. Il sait qu’une attaque est dirigée contre lui. Il ne prendra pas le risque de diminuer ses guetteurs, du haut de ses murs, que ce soit de jour comme de nuit. Et il ne lancera pas d’éclaireurs dans la plaine, ouvrant ainsi régulièrement ses portes. Il se tient reclus dans sa forteresse, sans aucun doute. Et compte certainement sur la hauteur de ses murs pour apercevoir tout mouvement dans la plaine. Espérons, à ce propos, qu’un guetteur n’ait pas remarqué la poussière soulevée par nos montures, à notre arrivée. Sinon nous sommes d’ores et déjà morts. »

Elle conclut toutefois son discours sur la séparation évidente du groupe pour entrer, et sur l’évidence de l’inutilité de plans trop complets ou complexes tant que nous ne saurons pas ce qui se trame à l’intérieur des bâtiments majestueux renfermant Grantier et ses secrets. Salymïa est la dernière à prendre la parole, expliquant que depuis son trépas, elle n’a plus nul objet d’intérêt pour cette mission, ce qui explique son désir de retrait quant à celle-ci. Elle ne souhaite pas être en première ligne, en éclaireur. Et elle ne peut imaginer combien ça servira mes plans… La dernière phrase qu’elle prononce me fait toutefois tiquer, et je croise son regard avant de lui répondre :

« Sans oublier mes capacités de métamorphose, ainsi que notre aptitude à nous dépasser pour semer la mort de nos ennemis en combat. Ce sont nos aptitudes, oui. Et ce sont de bonnes aptitudes, n’en doutez pas. À vrai dire, nous sommes parés de bien plus d’astuces matérielles que je ne l’avais imaginé au départ. C’est plutôt positif, non ? »

Mais aussitôt, je m’empresse de demander un petit service à Lysis… Par pure prudence.

(Fais savoir aux faeras d’Aenaria et de Salymïa qu’il faut absolument qu’elles gardent le secret sur vous trois. Les autres ne doivent pas savoir, en aucun cas ! Précise-leur aussi que vous servirez toutes trois de messagères, dans cette mission. Mais des messagères secrètes…)

(C’est comme si c’était fait ! Mais… Comment comptes-tu expliquer aux autres l’efficience des messages portés ?)

(Ça, je m’en charge…)

Et aussitôt, je m’exécute :

« J’ai… encore un autre pouvoir, que j’ai caché jusqu’ici. Un pouvoir de télépathie, qui me permet d’évoquer certains messages à certaines personnes. Les… les elfes, uniquement. »

Par chance, les trois elfes de l’aventure possèdent une faera. C’est un hasard heureux !

« Je pourrai ainsi communiquer avec Salymïa et Aenaria, si nous nous séparons… »

Nous n’en sommes, après tout, pas à une chose inexplicable. Il est l’heure maintenant que je dévoile à tous le plan qui, petit à petit, a germé dans mon esprit, et s’est affuté face aux interventions diverses des amants.

« Voilà comment nous pourrions œuvrer. Par astuce, par ruse et tromperie. Nous sommes équipés pour. L’idée serait que je prenne l’apparence de Herlor, ainsi que son médaillon. C’est bien à ceci qu’il ressemble, n’est-ce pas ? »

Je me tourne vers Mathis, et aussitôt prends les traits de celui qui lui a remis le médaillon. Celui-là qui n’est autre que le chef des assassins ayant tenté de m’ôter la vie, au Clan des Roses, et dont j’ai pu admirer la mine sous toutes les coutures, en l’interrogeant sur ses motivations. Son apparence ne m’est donc pas inconnue, et je regarde Mathis pour qu’il me confirme ceci. Reprenant ma propre apparence, je poursuis :

« Je pourrais me présenter à l’entrée avec la nouvelle de la mort de Cromax, pusiqu’Herlor avait pour mission de me tuer. Comme gage de ma victoire, je pourrais même emmener avec moi un prisonnier de chez les Amants. Un de vous qui se sentirait prêt à endosser ce rôle risqué. Duncan, tu serais parfait dans ce rôle, puisqu’ils te connaissent déjà. Je pourrais même prendre avec moi une troisième personne, Aenaria par exemple, sous sa forme de lutine, au fond de mon sac. Ou n’importe qui se sentirait d’attaque, si tu refuses… »

Et si elle accepte de prêter son objet de pouvoir à un autre.

« Salymïa et les autres, vous resterez dehors dans un premier temps. Le temps de voir comment ça se passe pour nous à l’intérieur. Si Grantier croit à ma mort, il sera moins sur ses gardes, et je pourrais l’inciter à envoyer une petite troupe à l’extérieur. Troupe que vous pourriez attaquer pour vous saisir de leur équipement, et rentrer dans le palais ainsi. S’il ne me croit pas… nous aviserons sur le moment. Comme pour la suite de notre plan, d’ailleurs. Le principal étant que je puisse être en contact avec tout le monde, et donc que chacun reste soit avec Salymïa, soit avec Aenaria, soit avec moi, et que nous connaissions nos potentiels d’action. Ça peut fonctionner, ainsi. Qu’en dites-vous ? »

Ce n’est qu’un début de plan, certes, mais comme l’a bien souligné Aenaria, nous ne saurions en faire plus tant que nous ne sommes pas au courant de ce qui se trame dans ce palais.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mer 11 Jan 2012 17:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7725
Localisation: Kendra Kâr
Suite à mon petit verbiage, ce fut Salymïa qui éleva la voix pour nous dire qu’elle préférait rester en retrait suite à l’expérience traumatisante qu’elle avait vécu.

(Poule mouillée oui !)
(Tu ne peux pas mourir alors qu’est-ce que tu en sais ? Mais c’est vrai que je suis d’accord avec toi, elle a peur c’est évident.)
(Elle ne voulait pas se venger de sa mère à la base ?)
(Si mais vu la tournure qu’ont pris les évènements, je ne suis pas certaine que sa détermination soit optimale. Nous verrons bien.)

Puis ce fut au tour de Cromax de reprendre la parole, répondant à chacune de nos propositions. Il mentionna un certain Herlor qui était de toute évidence à notre poursuite mais à pied, bon point pour nous. Il était apparemment une personne à la solde de Grantier, si j’avais bien compris. Il s’opposa fermement à l’idée d’utiliser le grappin afin d’assaillir la demeure de Grantier, trop dangereux car cela nous exposerait à un violent tir de représailles. Néanmoins, il évoqua la possibilité de s’en servir en cas de fuite.

Nous étions en train d’établir une stratégie d’entrée mais en parlant de fuite Cromax avait souligné un point important, notre plan de sortie. Le but de cette mission était de déposséder Grantier de ses pouvoirs de Grand Gardien du Désir en le tuant. Mais que faire de sa demeure et de ses sbires ? Feront-ils allégeance à Cromax le futur remplaçant de Grantier ? Se transformeront-ils en déserteur, nous obligeant à les traquer sur Nirtim afin de mettre un point final à cette terrible expédition ? Ces questions méritaient des réponses car d’elles dépendaient la suite de nos aventures.

Le sindel enchaîna en disant que l’utilisation de la magie même à distance serait inutile et ne serait qu’un bon moyen de nous faire repérer par les archers de Grantier. Il allait certainement répondre aux quelques questions que j’avais soulevé il y avait peu. Selon lui, le service de garde de Grantier devait être sensiblement le même de jour comme de nuit, se sachant menacé il ne prendra pas le risque de laisser certaines de ses troupes trainer dans la plaine. Encore une bonne chose pour nous, car cela allait nous permettre d’approcher sans avoir cette peur au ventre qui vous broie les tripes lorsqu’on est en terrain découvert, en terrain inconnu et que l’on ne connaît pas les forces en présence. Il évoqua ensuite la possibilité que l’un des guetteurs de Grantier ait pu apercevoir la poussière que nos chevaux avaient pu soulever durant le trajet.

Beaucoup de problèmes, beaucoup de questions, peu de solutions et peu de réponses, ce plan sentait très mauvais. Cromax sentant que nous allions défaillir ajouta qu’il avait toujours en sa possession son pouvoir de métamorphose qui nous serait d’une très grande utilité pour la suite. Il constata également que nous avions en notre possession des objets qui seraient certainement décisifs afin d’entrer dans la demeure de Grantier.

(Aenaria, la faera de Cromax vient d’entrer en contact avec moi. Elle m’a transmis un message.)
(Lequel ?)
(En aucun cas, tu ne dois révéler ma présence aux autres membres du groupe. Nous allons agir comme intercesseurs pour transmettre des messages entre les différents groupes.)
(D’accord, fais savoir à sa faera que je suivais ses ordres à la lettre.)

Mais comment allait-il justifier cette transmission de message entre nous ? La réponse me fut apportée à la seconde même ou je pensais à cela. Notre chef apprit au reste du groupe que les elfes avaient un pouvoir de télépathie, de cette manière si nous nous séparions, nous pourrions toujours communiquer. Ingénieux comme plan, très ingénieux, je vois là le profil d’un excellent général !

Puis se tournant vers Mathis, il prit l’apparence d’un homme, d’Herlor. Si mes oreilles ne me trompaient pas, il avait essayé de tuer Cromax au Clan des Roses, jamais entendu parlée. Il ajouta qu’il pourrait se présenter ainsi à la porte de Grantier avec un amant à ses côtés en gage de cadeau et moi dans son sac en lutine, si j’accepte de le faire.

(Un peu d’action, je suis toujours pour !)
(Attends avant de parler qu’il finisse quand même.)

Ainsi, il avait donc dans l’intention de couper les troupes en deux. Laissant le reste du groupe à l’extérieur, il souhaitait que seulement deux – enfin trois – prouve la mort de Cromax. Ce dernier déguisé en Herlor inciterait Grantier à envoyer une troupe à l’extérieur afin de débusquer d’éventuels amants en quête de revanche, que nous étions accessoirement. Plan qui pouvait fonctionner mais qui était fort dangereux, même s’il avait une faible chance de fonctionner.

Il nous demandait notre avis, j’allais donc partager mon expérience du terrain.

- « Avant d’aller plus loin dans la discussion de notre plan de bataille, j’aurais une question. Dans l’hypothétique possibilité que nous avons de réussir cette mission et donc de tuer Grantier, que ferons-nous des troupes que nous n’aurons pas tué dans le palais ? Les mettre à mort ? Les poursuivre s’ils fuient ? Te feront-ils allégeance devant les nouveaux gardiens de ce lieu ? Il faut d’ors et déjà y penser car cette variable pourrait peut être faire pencher la balance en notre faveur. Je m’explique. Lorsque j’étais dans le ciel, mes compagnons du moment et moi–même avons compris l’importance de la persuasion, crois-tu qu’il serait possible de faire en sorte que certains gardes changent d’allégeance ? C’est une possibilité que l’on peut envisager, après tout, ce personnage que nous traquons est loin d’être un gentil, il est peut être un véritable tortionnaire pour ses gardes. »

Prenant le temps de scruter tous les visages présent dans ce bosquet, je me mis à la recherche d’une certaine inspiration.

- « Ton idée Cromax, toujours en terme d’hypothèse, est d’envoyer un leurre qui va leurrer ! C’est le poisson qui se mort la queue et c’est très dangereux, imagine qu’il ne reste que 4 d’entre nous dans ce bosquet et que Grantier envoie une vingtaine de personnes armées jusqu’aux dents, je ne doute pas des capacités de mes compagnons, loin de là, j’ai pu en voir certains à l’œuvre, mais le surnombre serait une véritable catastrophe pour eux. Ils risquent la mort. »

Ceux qui partiraient devant seraient en danger mais ceux qui allaient rester derrière le seraient plus encore, il ne fallait pas l’oublier.

- « Je n’ai pas eu connaissance de ce qui s’est passé au Clan des Roses, mais de toute évidence ce Herlor dont tu as pris l’apparence cherche à te tuer. Entrer dans la demeure de Grantier ainsi déguisé est le meilleur moyen à ta disposition afin de ne pas te faire repérer. J’aurais néanmoins deux questions : Grantier a-t-il eu connaissance que tu avais ce pouvoir ? Et ne crois-tu pas que Herlor et Grantier ont convenu d’un code pour se reconnaître en cas de supercherie ? »

Utiliser une tierce personne que nous n’avions pas à portée était très risqué, à la guerre il fallait mesurer tous les risques, c’était ce qu’on m’avait appris durant ma première année à l’académie militaire.

- « De plus, tu veux utiliser Duncan comme prisonnier, ne le prends pas mal Duncan, mais ne crois-tu pas que tu devrais prendre quelqu’un qui est plus puissant que lui pour ça ? Je suis volontaire pour entrer dans ton sac, sans problème, c’est une excellente idée d’ailleurs. Je pourrais en sortir discrètement et en utilisant ma cape pour me dissimuler, je pourrais attendre dans un coin d’ombre pour reprendre ma taille et ainsi nous débarrasser le plus possible des gardes sur le chemin de ronde. Cela est très risqué et je pense qu’il faudrait qu’une autre personne entre avec nous en utilisant le baume de Lilith. Je pourrais transporter tout son matériel dans mon sac ou une bonne partie au moins. Mais il faudra de toute façon la jouer serré car mon diadème ne me permet de rester une lutine que pendant 30 minutes. Une fois ce délai passé, si tu es toujours au niveau de la porte, nous risquons de gros ennuis. Il faudrait donc convenir d’un signe pour alerter les amants qui resteront en retrait afin de les prévenir que nous avons besoin de soutien. »

Je pris quelques secondes pour reprendre mon souffle et remettre mes idées en ordre dans ma tête.

- « Pour finir, nous n’avons fait qu’évoquer notre entrée, il serait peut être bon d’évoquer également notre sortie de cette demeure. »

Toutes mes années à étudier et préparer des plans de batailles portaient enfin leurs fruits. Je n’avais pas travaillé d’arrache-pied pendant 50 ans pour rien.

(Père, tu peux être fière de moi.)

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mer 11 Jan 2012 17:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Aenaria, en qualité de stratège entraîné par les armées Sindeldi, répond la première aux suites de mon plan. Elle pose plusieurs questions sur ce plan, qu’elle approuve de manière générale, apparemment, mais dont il reste à régler quelques détails. Détails qui parfois, échappent à notre connaissance actuelle de la situation, et auxquels je ne peux répondre que par des approximations, ou des hypothèses. Ainsi, elle s’inquiète du sort des troupes de Grantier.

« Tant que Grantier est vivant, ses troupes lui seront fidèle, ça ne fait aucun doute. Et c’est alors qu’elles seront dangereuses. C’est un être sans cœur qui mène ses troupes à la baguette. Ses hommes, même les plus gradés, comme ce Herlor que j’ai personnellement interrogé, le craignent, car il se montre sans pitié pour les faibles et les incapables. Mais s’il meurt… ces hommes ne seront rien de plus que des mercenaires libérés d’un contrat à longue durée. Je gage que certains fuiront, et nous les laisseront fuir. Ceux qui resteront fidèle à Grantier jusque dans sa mort resteront pour se battre, et nous devrons sans doute les affronter… mais… je doute qu’ils soient nombreux. Quoi qu’il en soit, je crains ne pas récolter leur allégeance. Et j’ignore si je voudrais employer ces hommes qui servaient notre ennemi. »

Vient ensuite le danger d’envoyer les troupes de Grantier hors du palais, pour ceux qui resteraient dehors. Je passe une main dans mes cheveux, pensif, avant de répondre finalement :

« Je pourrais peut-être m’arranger pour être à la tête de cette sortie. Je ne crains pas les sbires de Grantier, pour les avoir déjà combattus. Ils sont d’une puissance relative, et ne maîtrisent pas le domaine des armes avec excellence. Quoi qu’il en soit, il faudra être prudent, et jouer l’effet de surprise et la ruse plutôt qu’une attaque frontale. Mais effectivement, nous sommes encore dans le domaine de l’hypothèse, là. »

Puis, Aenaria évoque mon pouvoir de métamorphose, et la possibilité d’un code entre Grantier et Herlor. Je peux me montrer plus catégorique sur ces réponses-là :

« À l’heure actuelle, vous et Pulinn êtes les seules personnes au courant de ce pouvoir. Raison pour laquelle il est crucial que vous gardiez le silence sur celui-ci. »

Je jette un coup d’œil en biais vers Mathis, qui vient d’apprendre son existence, lui aussi. Un coup d’œil qui ne trompe pas. S’il le révèle, il mourra de ma main. Revenant sur Aenaria, je poursuis :

« Quant à un code éventuel, je ne crois pas que ce soit le cas. Herlor n’a pas hésité à faire transmettre le message par une tierce personne, Mathis. S’il y avait un code, Mathis serait au courant. Et s’il en existe bien un, ma foi… ça fait partie des risques que nous ne pouvons contrôler. Je resterai de toute façon sur mes gardes, en révélant ma propre mort. »

Puis, nous revenons au vif du sujet, et à notre entrée dans l’enceinte du palais.

« Je ne crois pas que notre première entrée doive se faire en force. Bien au contraire. Ceux qui entreront joueront le rôle d’éclaireurs, histoire d’investir la place, et d’évaluer les forces en présence et la disposition des lieux pour que les autres arrivent avec les meilleures chances, pour l’assaut final. Il n’y aura pas de mort, pas d’esclandre, durant cette première partie. Tout sera ruse et infiltration. La personne qui m’accompagnera, que ce soit Duncan ou non, sera vraisemblablement fait prisonnier, et enfermé pour interrogatoire. Et… désarmé. Ton rôle, Aenaria, sera de le libérer le plus discrètement possible, tout en évaluant la menace et en repérant les lieux, pendant que je m’occuperai du côté diplomatique et tromperie. Ensuite, et seulement ensuite, nous pourrons nous montrer plus offensif si ça doit se faire… Mais là encore, nous ne pouvons pas tout prévoir. Quant à notre sortie… Soit nous échouons, et nous devrons fuir par tous les moyens qui nous seront offerts, soit nous réussissons, et nous n’aurons pas à quitter le palais, qui sera nôtre, après la fuite ou la reddition des troupes de Grantier. »

Je me tourne alors vers les autres amants pour voir s’ils ont d’autres commentaires. J'ai la gorge sèche. Parler autant m'assoiffe.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Jeu 12 Jan 2012 01:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:45
Messages: 2879
Localisation: L'île des colliers maudits
Aenaria pris la parole après moi et les discussions prirent un tournant hautement stratégique. Elle devait être rompue aux tactiques militaires car elle souleva rapidement des points essentiels qui m’étaient passés au-dessus de la tête jusque là, comme la gestion des troupes ennemis après l’objectif atteint, la fuite, la communication entre les attaquants. Salymia parla d’un objet hypnotique tout en révélant ses craintes suite à sa mort toute récente. Une intervention tout à fait justifiée, mais qui se noya dans un dialogue abouti entre la paladine et notre chef où les idées fusaient et un plan d’action se mettaient en place. Comme ils parlaient de faire une reconnaissance sur les lieux, une idée me vint à l’esprit. Je plongeai ma main dans mon sac pour en sortir le disque de glace, l’iris de Yuia.

Infusant un peu de ma magie dedans, je me concentrai vers mon environnement, cherchant une trace magique laissée quelque part, une trace dont j’avais appris à reconnaitre la forme. Malheureusement, ces lieux étaient vides de toute trace et je pouvais deviner une faible lueur à l’ouest.

(Sûrement Oranan. Je suis bien trop loin pour la canaliser de toute façon. C’était presque sûr qu’aucun plan magique de la forteresse n’existait, mais il valait mieux essayer.)

Mon sort n’avait servi à rien, mais je n’avais pas fondé tant d’espoirs dessus et la déception ne fut que passagère et elle s'évanouit le temps que je remisse le disque translucide à sa place. J’écoutais parallèlement la discussion et bien que d’infimes bribes ne percutassent pas dans mon esprit, je compris le principal. Une séparation en deux groupes, avec Cromax qui se déguiserait en le messager que Mathis avait rencontré et qui avait visiblement fait parti des assassins qui avait attentés à la vie de mon amant, accompagné de Duncan en prisonnier et quelqu’un sous forme lutine, et le second groupe attendant à l’extérieur que la supercherie prenne et que Cromax fasse envoyer une escouade dehors qui, après une tuerie, nous servira de déguisement pour entrer tous ensemble. De là, on opérerait pour atteindre Grantier.

Malgré quelques points à affiner, le plan prenait forme et je l’assimilais lentement et tranquillement, même si je ne pus m’empêcher d’afficher ma surprise en écarquillant les yeux d’un air béat quand Cromax parla d’un nouveau pouvoir de télépathie envers les elfes.

(C’est vraiment incroyable ! Il est devenu si puissant pendant mon absence.)

Je regardai longuement Cromax qui était sous les traits d’Herlor le messager, cherchant dans ces traits inconnus le regard profond que j’ai appris à aimer. Le plan prévu aller être terriblement dangereux et je craignais qu’on en sorte pas indemne. Le silence revint sur le campement et je réfléchis à la situation avant de parlait à nouveau, cherchant ma place dans la stratégie mise en place.

« Pour la première phase, il faut des personnes capables d’être furtives et je crains ne pas être de ceux-ci. Je pourrais utiliser le baume d’invisibilité et garder une bonne force de frappe même sans arme ni armure sur moi, mais je ne pense pas être capable de faire un repérage en toute discrétion. Je pense être plus adapté pour le deuxième groupe dans ce cas. »

Réfléchissant un instant aux paroles d’Aenaria sur la place du prisonnier et ses doutes sur le fait que Duncan soit le mieux placé pour cela, je regardais un par un mes alliés.

« Pour le rôle du prisonnier, il faut que ce soit quelqu’un qu’on puisse facilement associer à Cromax pour appuyer l’histoire de celui-ci. Donc Mathis peut être écarté d’office, sa rencotnre avec notre chef étant encore fraîche. Pour ma part, je crains que ma présence n’apporte que des problèmes, malgré le passé commun avec Cromax qui est notoriété publique. Pour tout le monde renseigné sur moi, à part vous et Pulinn, je suis porté disparu ou, voir confirmé comme étant mort, depuis un an. Grantier sait sûrement cela et ma réapparition soudaine comme allié de Cromax fait prisonnier ne fera que pousser ce rat méticuleux qu’à se poser plus de questions. Et puis ma magie ne pouvant pas s’arracher comme on enlève une épée, il serait capable de prendre des précautions qui rendraient mon évasion bien plus ardue. D’ailleurs, je pense que tout membre du groupe maniant la magie pourrait avoir un traitement similaire. Duncan me parait donc le plus adapté pour la situation. »
Mon regard se tourna vers la phalange de Fenris un instant.

(J’avais senti comme une ombre en elle, mais je ne l’ai pas vu user de pouvoirs magiques depuis le début de notre voyage, malgré toutes les situations… Elle serait discrète, mais son tempérament lui rendra difficile la prison.)

J’en vins à la conclusion que son sang chaud pourrait rendre d’autant plus crédible sa capture. Je souris à la pensée de la comédie qu’elle aurait faite devant les gardes et tendis la main vers elle.

« A moins qu’Oryash veuille jouer ce rôle de prisonnière. »

_________________
Image
* Lillith, humain, Aurion et Cryomancien nv23 *
En mission pour les Amants de la Rose Sombre


Feu Ellana : morte dans les flammes du Purgatoir, hantant les lieux à jamais
et arborant ses tendancieux 6969 messages dans les archives de Yuimen


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Jeu 12 Jan 2012 22:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 10 Avr 2010 23:59
Messages: 721
Localisation: Kendra-Kâr
Précédemment: Conseil de guerre


Tour à Tour chacun pris la parole, exposant plus ou moins ce qu'il pensait de l'entreprise à venir. Oryash à part avoir mentionné l'équipement qu'elle possédait ne donna aucun avis, se murant dans un silence pour le moins étrange.
Depuis la dernière bataille, elle était différente comme si quelque chose s'était brisé,mais quoi? La question demeurait entière.
La peau blanche n'avait pas pour habitude de s'en remettre aux autres en matière d'agissements et voici que depuis qu'elle avait rejoins la rose sombre, elle devait obéir à des ordres, effectuer des missions. Depuis peu, elle ne se sentait plus aussi libre qu'elle aurait voulu l'être.

Très vite Aenaria exposa les problèmes majeurs de leur entreprise et très vite Salymïa se refusa d'être celle qui devrait entrer entre les murs de la forteresse, prétextant le traumatisme de sa ressente mort. Cela pouvait se comprendre, mais comme tout un chacun le sait, quand on tombe de sa monture, le mieux est de remonter tout de suite. Et visiblement elle ne s'en sentait pas capable.

S'en vint alors, Cromax et son plan qui lui permettrait de franchir les portes de la forteresse de Grantier. Cela pouvait marcher il est vrai, mais pour se faire, il avait comme qui dirait besoin d'un prisonnier. Bien évident Duncan fut désigné comme le candidat idéal, étant donné qu'il connaissait déjà les lieux.
Une chose était sure, l'entreprise serait périlleuse et non sans problèmes majeurs, cependant Cromax restait confiant et c'est peut-être cela qui pouvait leurs faire soulever des montagnes malgré le peu de forces que comptait leurs rangs. Sept personnes en tout et pour tout contre Fenris sait combien de gardes.

Mourir ne faisait pas peur à Oryash. La mort étant une chose banale pour les siens. Aussi fut-elle étonnée de constater que Lilith venait à proposer qu'elle vienne à être la personne qui accompagnerait Cromax en tant que prisonnière. Elle posa sur lui son regard Rubis se demandant pourquoi il pouvait croire cela.
Elle était imprévisible, fougueuse, emplie d'une rage et d'une sauvagerie intérieure qui ne demandaient qu'à s'exprimer. Alors pourquoi la désigner elle?

"Moi?! Jouer le rôle de prisonnière?! Est-ce mon côté indomptable qui te pousse à penser cela Lillith ou bien le fait que je sois issue du peuple de Phalange de Fenris?
Il est vrai que nous sommes réputés pour être de sanguinaires guerriers et donc entraînés à rudes épreuves mais cela ne fait pas tout. Encore faut-il une force de caractère hors du commun pour une telle entreprise. Tu te doutes bien que si je me porte volontaire pour cette mission, mon sort ne sera pas des plus enviable une fois entre ses murs. Fenris et Yuia seuls, savent ce que ce Grantier est capable de me faire endurer. Une chose est certaine cependant, lui et ses sbires n'en sortiront pas sans dommages. J’ai comme qui dirait un certain allié à mes côtés.


Un sourire sadique en coin, sachant qu’ Oryash ne parlait pas de son woger .

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Sam 14 Jan 2012 04:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 18 Déc 2008 03:51
Messages: 3411
Localisation: Quête 34
La discussion allait bon train, chacun à son tour proposait les objets à leur disposition ou qu’ils jugeaient utiles à la mission. C’est ainsi que Oyrash nous parla d’une cape de dissimulation, d’un grappin et d’une corde. Lilith fut le suivant et sortit de son sac un petit pot de grès. Ce contenant renfermait selon ses dires un baume d’invisibilité. À ces mots, je fronçai spontanément les sourcils, démontrant ainsi mon scepticisme face à l’existence d’un tel produit. Devinant sans doute l’incrédulité de ses auditeurs, l’armoire à glace plongea le bout de son index droit dans cette mystérieuse mixture et l’étendit sur deux de ses doigts. L’effet fut surprenant et immédiat. On aurait juré qu’il n’y avait plus que trois phalanges à cette grosse main virile. Il nous parla ensuite d’une pierre magique grâce à laquelle il pourrait invoquer un animal. Malheureusement, on ne pouvait prédire l’espèce qui apparaitrait.

Puis Aenaria prit la parole et parla plutôt de stratégie militaire. Il m’aurait été certes profitable d’écouter attentivement ses propos, mais mon intérêt tout comme mon regard n’avait pas quitté le petit pot de terre cuite. Au lieu de réfléchir aux éventuelles tactiques d’attaques, j’envisageais jalousement toutes les opportunités que pouvait offrir un tel produit. Puis, la mince elfe aux cheveux blancs teintés de rose prononça le mot lutine et réussit ainsi à obtenir mon attention tout entière. Elle avait selon ses dires, la possibilité de réduire sa taille jusqu’aux environs d’une vingtaine de centimètres, ce qui équivalait à la hauteur de ces petites créatures espiègles, dont personnellement je doutais de l’existence. Il était fort à parier que les lutins n’existaient que dans l’imagination trop fertile des conteurs.

Le tour termina avec Salymia qui, désireuse de se remettre des émotions de sa résurrection, nous annonça son intention de se tenir un peu en retrait.

Toute sa troupe s’étant exprimée, Cromax analysa les idées de chacun, en réfuta quelques-unes non sans explications justifiées et en gratifia d’autres. En résumé, Grantier était un homme intelligent qu’il ne fallait pas sous-estimer. Sachant pertinemment que sa mort était souhaitée, il resterait terré dans son château bien gardé.

Le chef des Amants nous dévoila ensuite son don de télépathie qui se limitait malheureusement à communiquer entre ceux de sa race, les elfes. Ce qui signifiait que seules Aenaria et Salymia pouvaient être contactées par Cromax si le besoin s’en faisait ressentir.

Chacun de nous prenait peu à peu conscience de la difficulté de la mission. L’elfe gris l’ayant sûrement senti tenta de nous rassurer, nous affirmant que nous possédions tous des aptitudes qui allaient nous permettre de mener à bien notre mandat. Il nous proposa enfin son plan tout en nous indiquant que ruse, astuce et tromperie seraient nos mots d’ordre. Je souris à l’énonciation de ces mots qui faisaient concrètement partie de mon quotidien, ce programme ne pouvait que m’intéresser. Il enchaîna ensuite en nous annonçant qu’il songeait à prendre l’apparence du messager pour se rendre au château et annoncer sa propre mort.

( Quoi ? Prendre l’apparence de Herlor ? Soit qu’il est un maître du déguisement ou complètement idiot !)

Devinant sans doute mes pensées, il se tourna vers moi et se métamorphosa aussitôt. La mine décomposée par la surprise, je ne dis mot, ne pouvant détacher mes yeux de ce tour de magie pour le moins surprenant. Sous mon regard ahuri, des rides apparurent sur son visage qui lui aussi changea de forme. Ses traits fins propres aux elfes firent place à un menton prédominant, une mâchoire carrée, d’épais sourcils noirs et des oreilles plus menues et toutes rondes. L’elfe gris plutôt grand et mince avait perdu au moins dix centimètres et arborait à présent une stature plus athlétique. J’avais en face de moi une réplique parfaite du messager aux longs cheveux entièrement noirs qui m’avait confié la mission de prévenir son maître du danger de mort qui le menaçait.
Lorsqu’il prit la parole pour s’enquérir de la validité de sa transformation, bouche bée, je ne pus répondre, me contentant de hocher la tête de haut en bas et lui confier ledit médaillon.

Il reprit aussitôt sa véritable apparence délaissant les fiers yeux verts de Herlor au profit des siens plutôt noirs dans lesquels vivait toujours cette étrange lueur rouge.
Aenaria partit alors dans un long discours dans lequel elle expliqua de long en large tous les risques de ce plan, ainsi que les précautions que nous devrions prendre. Cromax, lui répondit calmement apparemment non indigné qu’elle remette ainsi en cause le plan qu’il avait élaboré. Admirant les jolies courbes de cette elfe plutôt susceptible, je me demandais si elle n’était qu’une prétentieuse comme nombre de sa race ou si elle appuyait simplement ses dires sur sa probable expérience dans des troupes militaires.

Et puis pour terminer, l’imposant colosse que son chef semblait admirer, pour sa vaillance au combat sans doute, nous expliqua avec sagesse qu’il ne possédait pas le talent pour effectuer avec discrétion une manœuvre de reconnaissance et ce, même enrobé de sa précieuse onction. Posséder moi-même ce baume, je me proposerais immédiatement pour accompagner incognito le premier groupe. L’idée de me dévêtir et de m’enrober de cette substance d’invisibilité pour entrer furtivement dans ce château me plaisait bien. Mais d’un autre côté, jamais je n'en ferais cadeau à un autre, qui plus est un étranger. C’est pourquoi, je me tus à ce sujet, je préférais ne rien demander plutôt que d’essuyer un refus.

Enfin, remis du choc de la subite transformation de Cromax, je pris enfin la parole.

« Je me plie totalement à votre plan. Je resterai donc avec Lilith, Salymia, et Oryash, demeurant vigilant et prêt à faire ma part lorsque notre aide sera requise. »

D’un côté, j’étais soulagé de ne pas faire partie de ceux qui allaient se jeter dans la gueule du loup, mais d’un autre, je regrettais de ne pas pouvoir entrer dans cette somptueuse demeure regorgeant sans doute de merveilleuses richesses qui ne demandaient qu’à se faire piller.

_________________
Image


Dernière édition par Mathis le Jeu 19 Jan 2012 03:58, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Dim 15 Jan 2012 21:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Les discussions se poursuivent sans que je prenne la parole plus que cela. Je me suis montrée honnête, je suis nulle pour les plans de bataille. Très vite cependant se dessine une entrée discrète. Il va nous falloir user de ruse et de tous les stratagèmes en notre possession pour berner tout le monde et pénétrer cette forteresse semblant imprenable.

(Qu’est-ce que je me sens inutile…)
(J’ai un message pour toi.)
(Balance.)
(Cromax tient absolument à ce que nos existences restent secrètes.)

Cela coule de source et je me demande bien pourquoi il a eu besoin de m’avertir… Il parle d’un don télépathique uniquement elfique. Personnellement je me moque bien que les autres soient au courant, mais telle est la volonté du chef, je la respecterais uniquement parce qu’à l’intérieur se trouve ma mère et qu’il me faut la tuer pour être libérée.

Cromax, Aenaria, Lillith, Oryash se mettent tous à parler plan et il apparaît rapidement que j’attendrai à l’extérieur de la forteresse en compagnie de cette dernière, de Mathis et visiblement de Lillith. Je n’écoute que d’une oreille trop occupée à être plongée dans mes pensées. Je ne pense pas à la manière d’entrer, cela je le leur laisse, ce qui m’intéresse c’est la façon dont ma mère va rejoindre le domaine de Phaïstos.

Machinalement je mets mes mains dans ma poche et sens deux petits objets se balader à l’intérieur de celle-ci. Comment puis-je avoir quelque chose ? J’ai tout perdu suite à ma mort et je n’ai pas d’argent pour acheter quoi que ce soit… Je sors les deux petits objets. Le premier est un fluide de lumière venant de la prêtresse du temple d’Oranan enveloppé dans un petit mot.

"Bien que je n’approuve pas votre départ précipité, je ne connais pas les raisons qui vous poussent à partir si vite. Pour cela je vous fait don de ce fluide de lumière, il ne peut s’agir que de la lumière pour vous, Gaïa ne ramène pas les ombres en ce monde.

Athylia, prêtresse de Gaïa à Oranan."


Je reste muette de stupeur face à ce petit mot d’une inconnue. Une joie immense m’envahit et je ne tarde pas à absorber ce cadeau si précieux. Je sens la lumière m’envahir et une force nouvelle s’emparer de moi. Par Gaïa que cela est bon ! Je me fais la promesse de revenir un jour voir Athylia pour la remercier, il faut bien l’avouer je suis partie comme une voleuse. Le deuxième objet est tout aussi particulier et il vient de la part de mon maître.

"Salymïa, tu fus ma meilleure élève depuis que j’enseigne l’art de la magie de guérison. Je te fais don de ce présent que j’avais hérité de mon maître. Cette clé peut te permettre d’ouvrir n’importe quelle porte, mais il y a un effet néfaste : elle ne pourra te servir qu’une seule et unique fois après quoi, elle se brisera. Fais-en bon usage.

Ton maître."


Je regarde la petite clé translucide. Je vois en elle l’espoir, un nouvel atout pour notre petit groupe. Cependant, pendant quelques instants, la pensée de garder cette clé pour mon usage personnel me traverse l’esprit. Elle pourrait t’être d’un grand atout si ma mère se planque dans une chambre ? Non ! Je me dois de partager avec tout le monde cet avantage. Au pire, j’enfoncerais la porte, rien ne m’empêchera de la tuer. Je prends alors la parole.

"Pardonnez-moi, mais je viens juste de découvrir un objet que mon maître m’a offert dans la forêt… Je… Je ne m’en étais même pas rendu compte."

Je montre la clé à tout le monde.

"Cette clé peut nous permettre d’ouvrir n’importe quelle porte de notre choix, cependant elle est à usage unique, elle se détruira dès la première utilisation. C’est un plus pour nous !"

Ma voix est déterminée. La découverte de ces deux objets m’a remotivé et je suis prête à franchir ces murailles !


(((HRP : absorption d'1/8 fluide de lumière)))

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Lun 16 Jan 2012 10:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Le plan avance petit à petit, et se précise dans certains détails, tout en s’obscurcissant inévitablement sur certains points hors de notre portée actuellement. Lillith confirme assez vite qu’il sera mieux dans le second groupe d’intervention, avançant que la discrétion n’est pas vraiment son fort, et confirme ma première impression sur Duncan comme prisonnier idéal. Il est vrai que le fait que Grantier le connaisse en fait un avantage non-négligeable pour la mission, en plus de grandir la confiance qu’il peut avoir face au faux Herlor. Il évoque toutefois l’idée qu’Oryash pourrait aussi faire l’affaire, mais au vu de la réaction de la peau-blanche, elle ne semble pas vraiment de cet avis. Et à vrai dire, je la vois assez mal dans ce rôle de soumission volontaire à un emprisonnement forcé. Lorsqu’elle évoque son allié mystérieux, en revanche, je ne peux que hausser un sourcil de perplexité.

« Un allié ? Quel allié nous as-tu donc caché jusqu’ici, Oryash ? Peut-être serait-il bon que nous connaissions les capacités de chacun avant cette aventure, pour une meilleure exploitation des ressources du groupe. Ceci dit, je préfère garder Duncan dans le rôle du prisonnier. C’est en effet la personne qui rapportera le plus de crédibilité à l’histoire. Duncan, tu pourras donner ton arme à Aenaria, comme ça elle ne te sera pas enlevée de force. Et je n’aurai pas le reproche d’avoir emmené avec moi un prisonnier armé. »

Salymïa évoque alors la présence d’un objet dans son sac dont elle ignorait jusque-là l’existence, et qui lui a été donné par son maître, en pleine forêt. Là encore, je hausse un sourcil en me demandant comment on peut ne pas se rendre compte d’un présent, mais je mets ça sur le compte de sa mort, qui doit l’avoir sans doute un peu déboussolée. J’espère qu’elle ne posera aucun problème pendant la réalisation de la mission. Entre sa sous-mission par trop personnelle et son récent décès, elle pourrait s’avérer une alliée plutôt fragile. Je ne m’étends cependant pas sur le sujet, ni ne montre rien de mes craintes, et parle de tout autre chose lorsque je prends la parole.

« Ces objets à usage unique, et autres baumes magiques et précieux, ne les usez que si ça s’avère nécessaire. Il serait dommage de les gaspiller s’ils peuvent être utiles à autre chose, plus tard. »

Et il est temps de conclure, désormais, pour passer le plus vite possible à l’action.

« Bon. L’idéal serait de mettre le plan à exécution le plus rapidement possible, histoire que le vrai Herlor ne débarque pas de manière impromptue pour mettre à mal notre couverture. Formons les équipes et… il ne me reste plus qu’à nous souhaiter bonne chance pour cette mission. S’il y a le moindre problème, il faut qu’on soit en contact perpétuel, pour pallier à ce problème s’il s’avère réellement dangereux. Amants de la Rose, je compte sur vous. Vous avez ma confiance, et mon espoir. »

Souriant, réellement confiant en ce groupe pourtant disparate et aux esprits forts différents, je me relève et m’écarte un peu, tout en plongeant le regard sur Lillith. J’aspire à vivre avec lui la fin de cette conquête, car une fois encore, nous nous séparons. Même momentanément.

« Si quelqu’un a une dernière remarque à faire, c’est le moment ou jamais. »

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 15  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016