L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 306 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 17, 18, 19, 20, 21
Auteur Message
 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Lun 16 Juil 2018 19:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 20 Avr 2010 21:13
Messages: 12974
Localisation: Derrière Cromax
Encore une fois, Cromax ne semblait pas accorder autant d'attention qu'elle au côté sombre de l'humanité. Il débattait avec Hrist sur ce qui faisait de la vie tant sa beauté que sa laideur, il parlait de l'instant présent, parlant d'eux, assis autour d'une table à boire un bel hydromel en face d'une bonne assiette chaude. C'était bien plus que de nombreuses personnes en ce monde. Cromax prônant le bien et l'amour, Hrist la mort et la solitude.
Au détour de la conversation, Cromax se disait même avoir pour mission de lui montrer les bons côtés de cette vie à laquelle il tenait tant. Hrist commençait à sentir renaître sa méfiance naturelle, comme si elle était malade et qu'il fallait la guérir de cette affliction.

Toutefois, alors qu'il profitait d'une bonne lampée d'hydromel, il manqua de s'étouffer lorsqu'elle proposait avec un soupçon d'innocence de traquer une Grande Prêtresse pour le sport. Il paraissait choqué de sa proposition, arguant que plus tôt elle parlait justement de la mort tel un fléau ravageant le monde.

Elle haussa les épaules et dit : " La discrétion n'a rien à voir la dedans, je ne comptais pas crier ' ' Youuuuhou, je suis Rose, la tueuse de Shaakt, venez vous mesurer à moi ' '. Et puis je disais trouver hypocrite de trouver un tas de mots pour dissimuler sa transparence, je n'ai aucun problème avec ça, bien sûr que si on se met en route pour Caix, on pourra traquer de la viande Shaakt sans complexe, juste pour le sport sans prétexter que c'est pour une épuration ou une vengeance ou qu'importe."

Puis, un rien boudeuse, posa son coude sur la table et logea sa joue au creux de sa main, regardant la table telle une enfant punie.

" Oui, bon, j'ai compris, n'allons pas à Caix." Alors que Cromax disait, railleur, qu'il serait arrivé à Caix bien plus vite qu'elle et que se mesurer à lui serait peine perdue.

Son anecdote lui évoquait vaguement quelque chose, Les Chevaliers de la Flamme Noire n'étaient pas inconnus, toutefois elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'ils faisaient en ce monde ni pourquoi ils étaient là, aucun moyen de savoir s'ils étaient toujours actifs ou s'ils étaient comme pour beaucoup, devenus un groupe dispersés et anéanti. Il est souvent difficile de se mesurer aux Shaakts, Hrist le savait et c'était pour ça qu'elle évitait de déclencher une guerre ouverte avec eux.

" J'y étais pour traquer une esclavagiste Shaakt qui complotait contre un marchand Garzok, il avait payé grassement la milice pour résoudre ce complot et éliminer la Shaakt, du coup la mission est tombée sur moi. J'ai pu trouver et tuer la Shaakt à Omyre et nous avons brièvement discuté, puis lorsque nous sommes devenues amies, elle a pris soin de me donner de nombreuses informations quant à ses contacts et qui tirait les ficelles du complot, c'est comme ça que j'ai pu terminer à Omyre. Bien sûr, ça s'est assez mal passé. Ca m'a valu une bonne semaine de torture mais visiblement je suis solide. " Dit elle d'un petit haussement d'épaules.

Cromax lui parla alors de la maison en Ynorie. Elle leva un sourcil réfléchi, cherchant dans sa mémoire à retrouver où se trouvait exactement ce lieu sur la carte du monde. Le Palais de la Roseraie de Soie. Un lieu qui abriterait les plus belles Roses que Hrist aie jamais vue. Cromax lui proposait de les voir et pour piquer sa curiosité jusqu'au bout, il le proposait à dos de dragon.

Hrist resta silencieuse un instant, elle cligna légèrement un oeil, comme pour mieux réfléchir et ne pipait mot. Elle se demandait bien pourquoi les gens portaient un intérêt maladif aux fleurs. Les hommes offraient des fleurs aux femmes par exemple, Hrist se demandait comment elle réagirait si quelqu'un venait à lui offrir des fleurs. Elle eut un petit sourire amusé et se dit que pourquoi pas.

" Rose à pois bleu, le Dragon ? " Dit-elle d'une voix moqueuse, comme pour dissimuler son aval à cette proposition qu'elle trouvait curieuse.

------------------

Tu peux estimer que Hrist accepte et lancer directement le vol, elle acceptera de grimper sur le dos du dragon. Tu me dis si on poste au Palais de la Roseraie après.

_________________
La petite ombre de la Mort à Elysian.

Alors, j'ai établi ma couche dans les charniers,
Au milieu des cercueils,
Où la Mort Noire tient le registre des trophées qu'elle a conquis.


Némésis d'Heartless


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Dim 22 Juil 2018 14:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2955
Localisation: Elysian
En réponse à ma critique de son défi, elle avance n’avoir pas voulu se présenter comme « Rose, tueuse de Shaakts ». Elle souhaitait néanmoins foncer dans le tas sans masquer ses intentions, en tuant gratuitement de l’elfe noir dans un attentat sans revendication. Je soupire sans répondre. Décidément, il y a du boulot la concernant. Et pas qu’un peu. Il faut qu’elle comprenne qu’on ne peut jouer de la sorte avec la vie d’autrui, et qu’en œuvrant de la sorte, elle ne fait que renforcer ce qu’elle-même a à reprocher à ce monde parfois sinistre et meurtrier. Elle doit comprendre qu’en agissant de la sorte, elle n’a aucune légitimité à affirmer que le monde est moche et pourri, puisqu’elle en est partiellement responsable aussi. Boudeuse, elle entend tout de même mon refus. Je ne lui fais pas plus la morale : ce n’est pas mon but que d’être moralisateur. Je dois lui montrer les bons côtés de la vie, pas la gaver de principes à la con dont moi-même je ne suis pas le parangon absolu.

Elle me fait part d’un récit liant les shaakts de Caïx et Omyre la concernant, lui ayant valu une semaine complète de torture. Je la fixe avec incompréhension. Elle se vante de s’en être plutôt bien tirée. Je ne peux laisser échapper une remarque qui me retourne l’estomac :

« Comment peux-tu être et rester si loyale à des êtres qui te font subir de telles choses ? Il faudra que tu me l’expliques, un jour. »

Je ne tiens pas forcément à entendre ça maintenant. Je n’ai pas envie d’entrer dans le débat des actes qu’elle se sent obligée d’accomplir sous peine de… de je ne sais quelle menace mise à exécution. Chacun est libre de ses choix, de ses affiliations. Oui, il faut en assumer les conséquences, mais s’enfermer dans une telle relation de soumission, ce n’est en rien une solution. Peut-être ne puis-je pas comprendre cela, moi qui n’ai ni ne suis capable d’avoir la moindre attache forte. Sans doute certains me taxeraient-ils d’égoïste. Et ils n’auraient sans doute pas tort. Mais pourquoi aller à ce point contre soi ? Pour les Autres ? S’ils sont d’une compagnie agréable, parfois, l’attachement ne mène souvent qu’à la déception. Ils n’en valent pas la peine. Aucun. Sa tribu de fleurs sauvage en est la preuve : elle la traine maintenant comme un poids mort derrière elle, incapable de s’en détacher malgré le mal que ça lui fait au quotidien.

À ma proposition de venir visiter le Palais de la Roseraie de Soie, elle reste un moment silencieuse, hésitante peut-être. Mais finalement, loin de se laisser démonter par l’occurrence d’un vol à dos de dragon, elle finit par conclure par une question :

« Rose à pois bleu, le Dragon ? »

Son ton est moqueur, et je réagis par un sourire. Aurait-elle finalement un peu d’humour qui ne soit pas sanglant ou morbide ? Je rétorque, sur le même ton :

« Oh non ! J’ai une certaine image à préserver, très chère. Tant que tu n’y grimpes pas en tutu rose et fardée comme une poupée, il sera tel que je l’entendrai. »

Laissant là les restes de notre repas, mais emmenant avec moi la cruche d’hydromel, dont je bois une lampée avant de la tendre à Hrist, j’emmène l’elfe grise avec moi à l’extérieur, l’attrapant par la main pour qu’elle me suive avec entrain. Elle va apprendre ce que le mot « célérité » veut dire.


[HJ : Je poste le prochain RP à la Roseraie sous peu. Tu pourras suivre, comme ça.]

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Mer 25 Juil 2018 21:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 28 Juil 2012 11:08
Messages: 967
Localisation: Elysian
Faëlis se leva en baillant. Combien de temps avait-il dormi ? Beaucoup trop ! Mais ça faisait vraiment du bien de retrouver un vrai lit pour la première fois depuis au moins une semaine ! Il enfila ses vêtements de ville, bleu et dorés, gardant le foulard rouge à porté mais sans le mettre. Il n'avait pas besoin de se masquer alors qu'il n'avait aucune maîtresse à proximité !

« Bon, c'est fini, la marmotte ? »

Hélas, il y avait Aliéna. L'elfe soupira et sortit de sa chambre pour aller retrouver la jeune femme aux cheveux blancs, qui le pressait de descendre manger avant que l'aubergiste ne jette les restes. Bon, il avait faim, il fallait le reconnaître. Il descendit donc avec elle dans la grande salle presque désertée. Talic, le colosse aux airs de barbare qui dirigeait les lieux, était heureusement de bonne constitution. Il avait bien vite compris que ses deux nouveaux clients en avaient bavé et il avait gardé de côté quelque chose pour eux. L'elfe s'attabla tout en le remerciant puis, quand il fut plus loin, il s'adressa à voix basse à sa compagne :

« Bon, alors, c'est quoi le programme ? Tu as une idée pour retrouver ce salaud de Bron et les gants magiques ? »

Elle hocha la tête :

« J'ai fait un petit tour en ville, ce matin. J'ai appris qu'il y avait quelques marchands lutins. Je pense aller les interroger. »

« On sait aussi que ce bandit veut recruter des alliés, sans doute des aventuriers. Il y a un point de rassemblement pour ce genre d'individu à Tulorim ? »

« Oui. La Taverne de Tulorim. Le nom n'est pas très original, mais pour recruter les mercenaires, il n'y a pas mieux. C'est une bonne idée, tu iras là-bas pendant que je questionnerais les lutins. On se retrouve à midi. »

Faëlis se retint de lui demander quel genre de question elle allait poser et surtout comment... Il n'avait pas confiance en elle, surtout depuis hier. Cela dit, dans une ville, au moins, elle ne pourrait pas faire un bain de sang. Ils s'accordèrent donc sur ce plan avant de partir chacun de leur côté.

_________________
Image

L'homme de toutes les femmes, la femme de tous les hommes
Lampadaire officiel de la quête 32

Le thème de Faëlis


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Mar 11 Sep 2018 21:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 28 Juil 2012 11:08
Messages: 967
Localisation: Elysian
Quand Faëlis rentra à l'auberge avec ses nouveaux compagnons, Aliéna l'attendait déjà. Elle haussa un sourcil en voyant le groupe, sans dire un mot. Elle n'était pas très contente de voir que d'autres avaient été mêlés à l'affaire et il fallut toute la force de conviction de l'elfe pour qu'elle veuille bien lâcher ce qu'elle avait découvert en leur présence.

« J'ai pu obtenir confirmation de la part de quelques lutins, en ville, déclara-t-elle. En effet, les gants de l'arc sont sur le point d'être envoyé à Tuile-aux-rimes. Apparemment, ils sont bien gardés, et cela pourrait être à notre avantage. Si nous suivons le groupe en attendant que Bron se montre, on pourra sans doute compter sur l'aide des lutins. »

Faëlis acquiesça. Le plan était bon, surtout qu'il pouvait confirmer la route à prendre et avait appris que le bandit était accompagné d'une bande de mercenaires. Apprenant cela, Aliéna reconnut que l'aide des Tigres écarlates serait la bienvenue. Julianos, le jeune meneur du groupe, s'empressa de leur communiquer leurs honoraires, fort honnêtes au demeurant. Lui et son groupe avaient hâte de retrouver la route ainsi qu'un petit pécule. Heureusement, en bon noble, Faëlis avait l'équivalent d'une petite fortune sur lui, et il pouvait se permettre de telles dépenses.

Julianos leur présenta ses compagnons. Le vétéran, du nom de Zokras, était son oncle, issu d'un autre groupe de mercenaires dont il était le seul survivant. Shered, le woran, était un féroce guerrier venu du clan de l'aigle, non loin de Tulorim, pour acquérir argent et réputation.

Ceci fait, Aliéna insista pour qu'ils se mettent en route. Bron avait une bonne longueur d'avance sur eux, et une fois les gants entre ses mains, nul ne savait où il irait se cacher...

_________________
Image

L'homme de toutes les femmes, la femme de tous les hommes
Lampadaire officiel de la quête 32

Le thème de Faëlis


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Dim 23 Sep 2018 01:26 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 36
Localisation: Yarthiss
<<Auparavant

Charles désigna le bâtiment devant lequel nous nous étions arrêtés comme l'auberge du Pied Levé. Il avança vers l'entrée et je le suivis.
Tandis qu’il entrait, je surpris un mouvement dans la ruelle adjacente, curieuse, je voulus jeter un coup d’œil mais Charles m’appela et je rentrais donc dans l’auberge, jetant tout de même un dernier coup d’œil, mais sans rien apercevoir. Le bruit m’agressa à peine le pied posé à l’intérieur. Entre les conversations, les cris, les insultes échangées, la musique et les coups de poing ou autre sur la table, c’était une sacré cacophonie. Je repérais Charles qui discutait avec un humain qui arborait un sourire jovial et lui désigna une table. Je le suivis et m’installais face à lui tandis qu’on nous apportait chacun une boisson. Je buvais donc tranquillement en observant les tables alentours. Sur l’une d’elle un nain jouait aux cartes avec deux humains et une elfe et ils vociféraient tous comme si les règles stipulaient que crier plus fort que son voisin te faisait gagner. Prise par l’ambiance de la partie je ne détachais pas mes yeux de la tablée et l’elfe et le nain finirent pas me remarquer. Si l’elfe me fit un petit sourire complice, le nain lui, pris un air bougon, me faisant replonger le nez dans ma boisson.

Au bout d’un moment, on nous apporta à manger et je me ruais sur mon assiette dès que Charles commença à manger. Enfin un repas, je n’en pouvais plus. Tout en mangeant, Charles m’expliqua que l’auberge était le rendez-vous des voyageurs de tout horizon et que si je voulais louer des services, trouver des compagnons de voyage ou avoir des informations précises, il n’y avait pas meilleur endroit. Attentive, je conservais ses conseils dans un coin de ma tête, me disant que cela me serait sans doute utile plus tard. Peu après le repas, un homme corpulent entra dans l’auberge et vint s’adresser à Charles qui lui répondit de mauvaise grâce. Les deux semblaient se connaître mais Charles n’avait pas l’air de l’aimer particulièrement. Ne voulant pas épier leur conversation, je décidais d’aller reprendre une chope.

- Charles, je vais me prendre à boire, voulez-vous quelque chose ?

Les deux hommes se tournèrent vers moi et le gros homme me regarda avec une lueur d’envie dans les yeux qui ne me plût pas du tout.

- Merci Yliria, tiens, prends ces pièces et commande-toi ce que tu veux, je n’ai besoin de rien et mon cher ami ici présent peut se payer lui-même ses consommations, n’est-ce pas ?

L’homme ricana et s’installa à notre table tandis que j’allais chercher la boisson. Je m’approchais du bar et demandais la même chose que j’avais bue avant. Le gérant me répondit d’attendre un peu, je patientais donc au comptoir. Bien que nouveau pour moi, cette ambiance ne me déplaisait pas et je me surpris à sourire devant la dispute de deux lutins qui se chamaillaient une bourse en piaillant.

- Tu es nouvelle dans le coin ?

Je sursautais. Trop occupée à regarder la dispute, je n’avais pas entendu qui que ce soit s’approcher. Je me retournais pour voir l’elfe qui plus tôt jouait aux cartes me sourire. Elle eût l’air désolé.

- Oh pardon je t’ai surprise. Désolé, c’est une déformation professionnelle, je ne l’ai pas fait exprès.

Elle m’avait fichu la trouille ! Je m’efforçais de me calmer rapidement.

- Pas de souci, j’avais l’esprit ailleurs, je ne vous ai simplement pas entendu arriver.

L’elfe me sourit. Elle avait des cheveux bleus courts, les traits fins, une peau blanche et des yeux dorés. Elle était bien plus grande que moi, aussi proposa-t-elle de s’asseoir pour que je ne me casse pas le cou à force de lever la tête. Je cherchais Charles du regard pour lui indiquer où j’étais mais il avait l’air en grande conversation, aussi j’acceptais sa proposition, ne voulant pas le déranger. L’elfe eût l’air ravie et m’emmena à une table vide, près du mur le plus éloigné de la sortie.

- Bon, reprenons, je me nomme Fylyarina Imisaltris, mais appelle moi Fyly comme tout le monde, c’est plus simple. Tu t’appelles comment ?

- Yliria Varnaan’tha.

- Yliria ? Joli prénom, inattendu pour une elfe noire, d’habitude vos prénoms sont plus … sanglants si tu me passes l’expression. Tu es nouvelle ici ? Je suis ici depuis deux semaines et je ne t’avais jamais vu.

- Je suis arrivée en ville ce matin, mais je vis dans la région depuis un moment déjà.

- Vraiment ? C’est plutôt rare que des Shaakts élisent domicile ici, le soleil ne leur sied guère.

Je haussais les épaules, je n’avais pas ce problème donc je ne pouvais pas vraiment juger. Elle eut l’air étonnée puis plissa les yeux, avant d’avoir comme une révélation puis chuchota.

- Je vooooiiiiiis, tu es une semi elfe c’est ça ?

- Comment avez-vous deviné?

- Que tu te fiches du soleil m’a décidé, mais tes yeux bleus et tes cheveux bicolores, c’est assez peu commun. Et puis ton visage est un peu trop rond pour être totalement elfique, et ton attitude ne colle pas avec celle d’une Shaakt. Quand on s’y attarde cela devient assez évident.

Elle était extrêmement observatrice, la plupart des gens ne faisait même pas la différence, s’arrêtant sur ma peau et mes oreilles, suffisant pour que je passe pour une Shaakt pour n’importe qui.

-Tu as quel âge ? Tu m’as l’air très jeune.

- J’ai 42 ans.

- Plutôt jeune donc. Mais tu es seule ici ? Où sont tes parents ?

Aïe, la question que je redoutais par-dessus tout. Rien qu’y penser me donnait envie de pleurer, mais je me focalisais sur l’instant, espérant réussir à articuler convenablement.

- Ils … Mon père est… mort, assassiné par ma mère qui a depuis disparue et que je cherche à éviter.

J’avais dit ça très vite, comme pour m’en débarrasser, ne pas avoir à y penser de nouveau. L’elfe eût l’air choquée et resta sans rien dire, avant de se lever brusquement et de partir vers le comptoir. Je n’avais pas bien compris pourquoi elle était partie, mais elle revint très vite se rasseoir, comme si de rien n’était. Elle arborait de nouveau un grand sourire, comme si elle avait effacé les dernières minutes. Talic lui apporta une pinte qu’elle descendit en quelque secondes devant mon air effarée puis en commanda une autre avant d’inspirer un grand coup.

- Désolé pour ça, mais j’ai … bref, reprenons … A ton tour, pose moi des questions.

- Des questions ? Et bien … Pourquoi êtes-vous venus me voir et…

- Je t’arrête tout de suite ! Tutoies moi par pitié, je ne suis pas vieille … enfin pas pour une elfe.

- Euh … d’accord, pourquoi es-tu venu me voir ?

- Oh simplement parce que j’avais surpris ton regard tout à l’heure quand je jouais avec mes compagnons et je voulais discuter avec quelqu’un d’autre que ces bourrus. Je les côtoie tous les jours, un peu de nouveauté me fait du bien. Et puis croiser une Shaakt qui ne te regarde pas en te méprisant ouvertement est une chose assez rare, cela m’a intriguée. Je pense que ton métissage et sans doute ton éducation t’ont rendus plus ouverte que les Shaakt.

- Possible, je n’ai jamais vraiment côtoyée d’elfes noirs.

- Ah bon ? Tu vivais où ?

Je lui lançais un petit sourire espiègle.

- C’est mon tour de poser les questions non ?

L’elfe me rendit mon sourire et se balança sur sa chaise.

- C’est vrai, vas-y je t’écoute.

- Tu as dit tes compagnons, tu vis avec plusieurs hommes en même temps ?

Elle me regarda avec des yeux ronds puis éclata de rire, ce qui l’a fit presque tomber par terre à cause du balancement de sa chaise. Elle se remit droite avec des gestes rapides et précis qui me fascinèrent. Elle rigolait fort et tapait du poing sur la table, attirant quelques regards qui se détournèrent bien vite. Elle finit par se calmer et essuya ses yeux embués avant de me regarder.

- Tu es sérieuse pas vrai ? Non quand je disais compagnons, je voulais dire compagnons de route, camarades, des gens avec qui je voyage et travaille, rien de plus. Il y a un nain parmi eux, quelle horreur.

Elle avait du mal à contenir son fou rire et souffla à plusieurs reprises pour se calmer.

- Oh bon sang ça fait du bien. Je ne m’y attendais pas du tout à celle-là, tu m’as surprise.

Son visage avait viré au cramoisie et elle bue une longue gorgée de sa chope avant de la poser bruyamment sur la table. Et ainsi, j’ai passé un moment à parler avec elle de choses et d’autres, j’en appris beaucoup sur elle et notamment sur son travail d’exploratrice et chasseuse de trésors, même si elle préférait le terme aventurière, qui lui semblait plus romantique. Je lui parlais peu de ma vie près de Gwadh mais elle se montra très intéressée par mon affinité avec la magie du feu car dans son groupe, le seul qui maitrisait la magie était le prêtre et elle adorait voir la magie en action, ce que je me refusais à faire, pour ne pas brûler l’auberge. Alors qu’elle entamait sa quatrième pinte, Je vis Charles me faire signe au bar. Je chuchotais donc à Fyly que je revenais et allait le rejoindre. Je la sentis me suivre du regard tandis que j’allais voir Charles. Ce dernier scruta l’elfe de loin, comme s’il cherchait à l’évaluer.

- Yliria, qui est-ce ?

- Une aventurière qui passe dans la région en attendant sa prochaine mission, on a bien discuté. Je voulais vous remercier pour le repas, je n’ai pas eu le temps tout à l’heure.

- Aucun problème. L’homme qui est venu me voir est une vieille connaissance, mais pas dans le sens amical du terme. Je ne saurai trop te recommander de ne pas avoir affaire à lui, dans ton intérêt.

- Il est dangereux ?

- Il est riche et pervers, donc oui, il est dangereux. Mais je ne voulais pas te parler de lui. As-tu de l’argent sur toi ? De quoi tenir ici un petit moment. Je ne voudrais pas que tu finisses à la rue.

- J’ai un peu d’argent, mais pourquoi vous vous inquiétez autant à mon sujet ?

- j’ai toujours eu à cœur de protéger les plus faibles que moi c’est tout, ça aurait pu être n’importe qui d’autre, mais tu es jeune, perdu et seule, je suppose que ça a joué.

Je ne savais pas trop quoi dire aussi je me contentais de le remercier encore, ce qui le fit sourire.

- Je suppose que j’aime être remercié aussi, une petite autosatisfaction personnelle. Bref revenons à nos moutons, tu peux rester ici quelques jours, au cas où j'ai des questions ? Je peux difficilement te dire comment trouver de l’argent, je doute que tu puisses trouver un travail ici …

- Ah tu cherches du travail Yli ? Tu aurais dû le dire plus tôt.

Fyly avait fini par nous rejoindre et épiait notre conversation sans aucune gêne. Charles, bien que contrarié par l’intervention de l’elfe, se renseigna avec un air suspicieux.

- Tu aurais du travail pour elle ?

- Il y a moyen. Mon groupe et moi attendons un commanditaire pour une mission d’exploration, le genre de mission assez sûre qui rapporte parfois très gros. Je dois simplement voir ça avec mon groupe, mais ce que tu as dit est vrai, tes talents peuvent nous être utiles. Qu’en penses-tu ? Non ne réponds pas tout de suite, prends le temps d’y penser, je dois de toute façon en parler avec mon groupe, je ne veux pas te donner de faux espoirs. Ce serait tellement bien que tu nous rejoignes, déjà je ne serai plus la seule fille du groupe, puis on aurait une mage, puis on…

Son enthousiasme était quelque peu envahissant, aussi Charles lui coupa la parole.

- Voyez déjà avec vos compagnons s’ils acceptent.

- Vous avez raison, je m’en vais leur en parler de ce pas. Yrilia, on se voit plus tard.

Elle me gratifia d’un sourire chaleureux et sortit en trombe de l’auberge, nous laissant là. J’étais amusée devant l’enthousiasme presque enfantin de Fyly, et me mis à réfléchir à sa proposition. Charles ne m'en laissa hélas pas le temps, reprenant la conversation là où elle avait été interrompue.

- Je disais donc … bon sang où en étais-je ? Ah oui, donc tu peux rester ici quelques temps ? Je vais peut-être te demander de répondre une nouvelle fois à nos questions si l’enquête avance.

J’affirmais de la tête ce qui sembla lui convenir. Il partit après avoir payé les repas et la chambre pour une nuit. Restée seule, je montais dans ma chambre. Il n’était que le milieu de l’après-midi mais j’étais éreintée, la nuit précédente ne m’ayant pas vraiment permis de vraiment dormir et les jours précédents n'ayant pas été une sinécure. J’enlevais donc mes habits, que je lavais rapidement, avant de me jeter sur le lit et de m'enrouler dans les draps, contente de pouvoir enfin me reposer.

_________________




Dernière édition par Yliria le Mer 26 Sep 2018 00:08, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: L'auberge du Pied Levé
MessagePosté: Lun 24 Sep 2018 04:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 36
Localisation: Yarthiss
Pendant les 3 jours qui suivirent, rien de notable ne se produisit, Charles passait une fois par jour pour prendre de mes nouvelles et poser des questions. Il me semblait de plus en plus fatigué, sans doute à cause de son enquête qui piétinait. La vie à l’auberge était rythmée par la musique et les bagarres. L’une d’elle a d’ailleurs tellement dégénérée que je me suis retrouvée au milieu d’un conflit en tant que partie neutre, pour arbitrer. Je me demande encore comment j’en étais arrivé là, mais tout s’est bien fini, fort heureusement. Je passais le plus clair de mes journées à réfléchir dans ma chambre, Charles m’ayant conseillé de ne pas trop sortir, au cas où il aurait besoin de moi. De toute façon je préférais faire profil bas et attendre le retour de Fyly , donc je n’osais pas partir de peur de la manquer, mais je n’avais toujours aucune nouvelle après 3 jours, son groupe avait probablement refusé son idée.

J’en étais donc là, à me demander quoi faire après que Charles n’ait plus besoin de moi. Partir ? Pour aller où et faire quoi ? Aucune idée. Rester ici ? Même question. Je me creusais la tête sans avoir d’idées sérieuses. Au début du quatrième jour, Charles m’informa qu’ils avaient capturé un suspect, un Shaakt chassé de chez lui qui tuait pour voler et se nourrir. Ma mère serait donc hors de cause ? Cela me paraissait trop facile.
Il avait l’air soulagé, bien plus que moi d’ailleurs, comme s’il avait un poids trop grand sur les épaules. Il promit de repasser me voir, mais je me disais qu’il était peut-être temps que je parte, devenir itinérante, du moins pour un temps. L’idée ne me déplaisait pas, mais, alors que je prenais un peu l’air pour la première fois en quatre jour, quelqu’un m’attrapa brusquement par l’épaule.

- Yliria !

Fyly m’avait une fois de plus flanquée une sacrée trouille. Elle s’excusa de nouveau, mais je la soupçonnais de faire ça souvent et avec tout le monde. Elle me gratifia d’un sourire et m’annonça que ses compagnons voulaient me voir et qu’ils étaient en route pour l’auberge. Nous les avons donc attendus en prenant une table et en commandant des boissons. La musique d’aujourd’hui était plus calme que d’ordinaire, des instruments à vent et à corde bien différents des percussions habituelles. On arrivait donc à s’entendre sans hurler ce qui était une amélioration bienvenue. Fyly m’expliqua qu’elle n’avait pas eu de mal à convaincre son groupe, à part le nain dont elle se plaignait beaucoup, mais qu’ils avaient passé beaucoup de temps en recherche cartographique et achats de matériels et qu’elle avait voulu me laisser le temps de réfléchir.

- T’es-tu décidée finalement ? Je sais que ce n’est pas une décision facile mais…

- S’ils acceptent, je viens avec vous.

J’avais pris ma décision, pas question de me défiler maintenant que son groupe avait décidé d’accepter. Elle eût un moment d’absence puis se jeta sur moi en criant de joie pour me faire un câlin. Un peu surprise par cette démonstration d’affection, je la laissais faire, même si j’étouffais à plusieurs reprises. Elle finit par se calmer lorsque son groupe entra et qu’elle les salua tandis qu’ils nous rejoignaient. Lorsque tout le monde fût installé, elle commença les présentations. Thorgrim le Thorkin, apparemment ancien forgeron qui aimait les marteaux plus que tout et qui chérissait sa barbe plus que sa vie ; Bolir le guerrier, un humain très costaud avec une voix caverneuse qui était fier de sa force et défiait quiconque la remettait en doute ; Wyrlan le prêtre, un mage adepte de la lumière et serviteur de Gaïa, un humain chauve à l’air jovial qui aimait la boisson presque autant que Thorgrim ; enfin Fyly elle-même, ancienne soldat des forces armées elfique reconvertie en aventurière par envie de découverte et de nouveauté. Celui que Fyly me désigna comme le chef était Wyrlan, car c’était apparemment le plus réfléchi de tous, ce que je n’eus aucun mal à croire. Ce fut lui qui prit ensuite la parole.

- Bien, Yliria c’est ça ? Fyly nous a dit que tu avec des aptitudes dans la magie du feu. Ce serait utile pour notre groupe, même si tu es une complète novice ce n’est pas un réel problème, utilisant moi-même la magie je peux t’enseigner certaines choses et on commence tous novice. Le problème est le suivant : tu es jeune et en général les missions sont périlleuses ou stressantes, voire les deux, elles sont souvent fatigantes car nous marchons pendant des jours voir des semaines pour parfois peu de récompenses. Te sens-tu capable de nous suivre, d’obéir aux ordres, de t’intégrer au groupe et de te battre si malheureusement on en arrive là ? Réfléchis bien, ce n’est pas une chose à prendre à la légère.

Présenté sous cet angle, ce n’était guère engageant, mais j’avais envie de me sortir de ma situation stagnante. Je devais faire quelque chose et partir à l’aventure me faisait envie. Je jouais la carte de l’honnêteté.

- Vous suivre et m’intégrer ne devrait pas être un problème de mon côté. Si je dois suivre des ordres je le ferais. J’ai déjà eu des situations stressantes et je m’en suis tirée, même si je n’ai aucune expérience en combat. Je ne vais pas mentir et dire que je n’aurai pas peur, mais je ferai mon maximum pour le groupe.

- Très bien. Laisse nous un instant s’il te plaît nous allons en discuter entre nous. Comprends que ce n’est pas une décision qui doit être prise à la légère pour nous non plus.

Je hochais la tête et me rendais au comptoir en attendant. Le groupe se mit à discuter et je fis mon maximum pour ne pas entendre ce qu’ils disaient. J’avais une boule dans l’estomac ce qui me fit esquisser un sourire. Bon sang j’avais vraiment de venir avec eux ! Je pris une profonde inspiration. Je devais me calmer …

- Yliria !

Je sursautant en lâchant un cri de surprise. Encore ?! Elle allait me le faire à chaque fois ? Fyly me regardait avec un sourire espiègle. Ils avaient apparemment déjà décidé, ça avait été rapide ! Je les rejoignais donc et Wyrlan pris la parole. Je ne pus m’empêcher de retenir ma respiration, bon sang pourquoi étais-je aussi stressée ?!

- Et bien Yliria, bienvenu dans notre groupe, tu as été acceptée à l’unanimité. Ce soir, on fait la fête pour son accueil les gars !

- Ouuaaiiisss !!

Ils levèrent tous leur chope et trinquèrent. Fyly me donna une chope pour je les rejoigne. Je buvais donc avec eux avant de recracher le contenu sous les rires du groupe. C’était quoi cette horreur ?

- Elle ne supporte pas la bière on dirait ! Pas étonnant venant d’une elfe ! Ah, on va t’endurcir gamine t’inquiètes pas.

Thorgrim affichait un large sourire et me tapa dans le dos en riant et en reprenant une gorgée. Le reste de la soirée passa très vite, entre les concours de boisson de Thorgrim et Wyrlan, les bras de fer de Bolir ou les parties de cartes dont les règles m’échappaient complètement. Lorsqu’il commença à se faire tard, le petit groupe quitta l’auberge, me donnant rendez-vous à l’extrémité sud de la ville le lendemain à l’aube pour m’expliquer le voyage avant de partir. Impatiente, je dormis peu car bien trop excitée à l’idée de partir à l’aventure.

Suite>>

_________________




Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 306 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 17, 18, 19, 20, 21


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016