L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 276 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 19  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 11 Oct 2015 15:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Sapience turbide

La rupture du rythme de marche éveille sa fatigue, le pauvre semi-efle ne sent plus ses jambes endolories par les courbatures. Les nuages glissent paisiblement et dégagent la lune qui éclaire les ruines jusqu'à lors enlacées par les ombres. Des lierres grimpants habillent la base du donjon central, lui-même cerclé par plusieurs tours vertigineuses.

A trop regarder en hauteur, Daemon manque de se casser la gueule quand le groupe s'engage sur le palier. Ils entrent dans une grande salle dénuée de toiture, l'endroit n'a rien de notable, dévasté par le temps, des vestiges de poutres et des tas de pierres semblent avoir été déplacés afin de libérer le passage. Au fond, ils s'introduisent dans une béance dentée d'une herse, pour ensuite emprunter un escalier descendant. Une lourde porte obstrue le passage et des lueurs s'échappent entre ses pans, le voici rassuré, il commençait à désespérer de trouver un signe de vie...

La troupe pénètre dans une pièce souterraine, Daemon, Asad et Korben entrent en dernier. La salle est occupée par des gardes papotant autour d'une table ainsi qu'une flopée de squelettes équipés de pics et de bric et de broc pouvant servir d'armes. Bien que l'endroit ne soit pas vraiment petit, la place vient à manquer. Les morts ambulants déstabilisent Daemon de leurs regards creux. Effrayé, il s'approche d'Asad. Les hommes attablés sont aussi vêtus de noir, ils saluent respectueusement Merilian qui se tourne ensuite vers les nouveaux arrivants. Elle s’apprête à prendre la parole mais une arrivée bruyante la coupe.

Une garzoke, habillée d'une sorte surcot de cuir bouilli assez moche, débarque et attire l'attention de toute la salle. Musclée et d'une taille imposante, elle contraste vraiment avec le reste des messagers. Elle pointe Merilian du doigt avant de penser à haute voix :

« Ah ! C'te tronche... Attends voir... »

La nécromancienne ne semble pas apprécier la remarque et ancre ses mains sur ses hanches, tandis que la peau verte se gratte la tête.

« Ayé ! » s'exclame-t-elle avec entrain.

« La femme de Dahràm qu'a voulu nous planter ! Chouette de... Oaille ! »

Daemon n'avait pas prêté attention au volatile perché sur sa tête, le corbeau de Phaïtos lui picore vivement le crâne avant de piailler dans tous les sens. La garzoke interpelle le piaf pour ensuite poser son regard sanguin sur lui et Korben...

« Tiens d'autres nélus ! Enfin je suppose. Mais ça peut aussi être d'futurs gardes. »

Elle achève sa phrase en interrogeant un squelette de manière amusé, mais le sac d'os répond en agitant sa pique dans sa direction. Il ne semble pas vraiment l'apprécier... Elle s'étire et commence à parler d'ours, avant de bloquer sur l'entrée en remarquant la nuit tombée. Elle papote encore à vive voix avec l'oiseau bruyant pour ensuite aller cogner les murs de la salle afin de s'assurer de leur solidité.

(Cette peau-verte ne semble vraiment pas très futée...)

Comme d'habitude, Merilian affiche une mine désespérée. La salle commence à se remplir de conversations. Le nain se dirige vers la garzoke et se présente d'un ton moqueur :

« Bien l’bonsoir peau-verte ! Alors on en a eu marre d’chasser la grenouille dans les marais bwahaha ? Moi c’est Korben. »

La garzoke intrigue aussi Daemon, mais il n'ose pas s'en approcher, préférant agripper le bras d'Asad en la dévisageant avec curiosité.


Gamine!

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Mar 10 Nov 2015 09:54, édité 16 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 11 Oct 2015 15:19 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 15 Avr 2012 10:12
Messages: 23771
Localisation: Le monde d'Aliaénon
Intervention de guilde pour Zu'Gash, Daemon et Korben



Merilian fit signe à ses sbires de la suivre.

"Nous allons prier au temple. Vous demanderez à quelqu'un de vous mener chez Kadria."

Et elle vous laisse en plan...

(((si vous allez au temple, c'est une grande salle sombre avec des voutes en ogives et la statue géante et usée d'un homme encapuchonné à ailes de corbeau. Le silence y est de mise, puisque c'est le saint des saints... il est réservé à la prière et la méditation. On peut à peine remarquer, dans les ombres, les accès aux catacombes)))

_________________
Image

Merci et à Inès pour la signature
et à Isil pour l'avatar!
Le thème d'Azra
David le nerd


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Mer 14 Oct 2015 16:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 27 Fév 2015 22:35
Messages: 550
Localisation: He ho ! On rentre vers l'château !
(Avant)


(13)



Celui-ci c'est bon. Celui-là aussi. Et là ? Oaip. La peau-verte tapote du revers de main une partie du mur et se fige. Ça sonne creux... Elle y colle son oreille et tire la langue sur le côté. Et là, incroyable ! Une voix ! Une voix masculine qui lui cause ! Genre ça la salue, se fout d'sa gueule en sachant qu'elle vient des marais, puis s'présente. Korben. C'est bizarre comme nom d'mur ça. Et d'puis quand ça parle les murs de pierre ? Ils sont censés avoir des oreilles, pas des bouches !

Un coup de bec d'Aroroa, et Zu'Gash pige. Ça a résonné dedans ! Dans le mur, pas dans son crâne, même si le corbeau de Phaïtos a cogné plutôt fort. En fait, la voix vient d'à côté, presque de son dos. Du thorkin plutôt. En se rendant compte de sa connerie, la peau-verte ouvre la bouche en grand et éclate d'un rire de cochon enroué.

"J'ai cru c't'ait l'mur qui... Bah quoi ? Si y'a bien des squelettes qui peuvent t'percer l'cuir à la pique, pourquoi pas des murs qui causent ? J'm'appelle Zu'Gash du clan Siff... Bah non, Zu'Gash tout court maint'nant."

Ses yeux rouges tombent sur l'autre aux yeux violets. Qui s'accroche à quelqu'un d'autre comme Maya le fait avec elle. Enfin le faisait. C'est qu'elle a pris un peu d'confiance en elle la gamine. Assez pour lui péter l'orteil à coup d'talon en tous cas. Et de quoi ça a peur, ça ? Ses oreilles entendent juste la nécromo... Namoman... Et font chier ces mots compliqués ! Bref, la femme de Dahràm dire aller prier, et que pour trouver Kadria, suffira de demander à quelqu'un.

"Nan mais ça ira, j'en viens.", lâche la peau-verte dans le vide avant qu'un croassement ne la coupe. "Elle m'causait pas ? T'es sûre ? Ah bon."

La rôdeuse emmerde l'oiseau en lui tapotant le bec de l'index, puis elle rabat d'un coup son regard sur la personne qui se planque. On dirait un mulot ou une musaraigne. La souris, c'est réservé à la fillette. Et pourquoi ces yeux violets la matent comme ça ?

"Qu'est-ce qu't'as à t'raccrocher à c'type comme un soiffard à sa pinte ? T'es bourrée ? Et m'mates pas comme ça ou j'vais d'voir d'mander compensation. ", s'esclaffe-t-elle. "Nan mais, sans rire. À ta tronche, on croirait qu't'as jamais vu une garzoke, gamine !", lâche-t-elle avant de tourner la tête et de libérer un rot.

Elle vient de bouffer, et elle a déjà faim. Ça remplit vraiment pas la panse leur gibier en sauce ! Vivement que l'matin s'ramène, qu'elle aille trouver cet ours !



(Après)

_________________


Dernière édition par Zu'Gash le Dim 18 Oct 2015 12:48, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 17 Oct 2015 19:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Tiens d'autres nélus !

La peau verte continue à marteler les murs sans que Daemon ne comprenne pourquoi, elle y colle l'oreille et se détourne ensuite vers Korben pour éclater d'un grand rire porcin. Apparemment, elle a cru que le mur lui a parlé.

Le semi-elfe glisse ses lèvres aux oreilles d'Asad pour lui souffler :

« Qui est-ce ? »

Il rétorque d'un haussement d'épaules, soutenant qu'il ne connaît pas cette nouvelle venue. Merilian recrute un peu n'importe qui, explique-t-il, tandis qu'un sourire se dessine sous son masque. Daemon comprend la pique et lui assène un coup sur l'épaule, mais l'autre ne bouge pas d'un pouce et ricane.

La garzoke se présente à Korben sous le nom de Zu'Gash tout court, elle commence à papoter et jouer avec son corbeau, avant de remarquer qu'il l'épie discrètement. A ce moment, Merilian indique qu'elle part prier au temple, pour rencontrer Kadria ce sera sans elle. Elle s'extrait avec sa clique sans les saluer. Daemon note qu'Asad est resté à ses côtés et le gratifie d'un sourire aimable.

« Qu'est-ce qu't'as à t'raccrocher à c'type comme un soiffard à sa pinte ? T'es bourrée ? Et m'mates pas comme ça ou j'vais d'voir d'mander compensation. »

Daemon s'écarte d'un pas et commence à se justifier en bredouillant, mais Zu' reprend la parole en aboyant.

« Nan mais, sans rire. À ta tronche, on croirait qu't'as jamais vu une garzoke, gamine ! », elle achève sa tirade par un formidable rot avant de se tripoter le ventre.

(Gamine!)

Tous les regards se tournent dans sa direction... Rouge comme une tomate, il ouvre et referme la bouche sans trouver quoi dire. Les gardes attablés s'esclaffent. Korben frôle l'extase, il se tord de rire et manque de perdre l'équilibre. Asad lutte pour dissimuler son hilarité. Même les squelettes cliquettent...

Humilié, Daemon tente de renchérir :

« Je ne suis pas une fille ! Ni un gamin ! Je... Je ne vous permets pas, de... »

Mais la garzoke ne l'écoute même pas, ses gargouillis semblent davantage l’inquiéter.

Furieux, il empoigne une bouteille de verre sur la table et la balance sur la peau verte. Piètre lanceur qu'il est, le projectile finit sa course sur le crâne d'un squelette et le décroche du reste. La créature décapitée réagit promptement et mouline de son épée rouillée comme une toupie, en éboulant une bonne partie de ses congénères.

Le reste des squelettes prennent Daemon en chasse. Affolé, le pauvre semi-elfe court autour de la table en hurlant sous l'hilarité générale. Les morts vivants pourraient sans peine l'encercler, mais il semble que l'idée de se scinder en deux groupes, pour le cueillir à l'autre bout du meuble, ne leurs vient pas à l'esprit. Ils se contentent de le poursuivre en agitant dangereusement leurs babioles sous le nez de l’assistance.


Un concerto de cliquetis menaçants

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Dim 18 Oct 2015 16:27, édité 4 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Sam 17 Oct 2015 23:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 23 Juin 2015 09:03
Messages: 1045
La peau-verte qui s’amuse en tambourinant sur les murs à l’aide de ses mains se retourne finalement quand son volatile lui fout un coup d’bec dans l’front. Elle affiche un air perplexe, partagé, puis se fend d’un rire bestial.

Son éclat de voix se répercute dans la salle et je suis envahi par la crainte qu’il n’atteigne Merilian et les autres dans la salle de prière. Elle finit par s’arrêter de rire et d’un ton confus me livre son nom, Zu’Gash. Elle commence également à parler d’un clan avant de se rétracter en m’annonçant qu’elle trace sa route seule.

Je sens vite que son attention se détourne de moi pour se porter sur l’demi-elfe. Zu’Gash humilie Daemon, le comparant à une gamine. A ces mots je n’arrive pas à réprimer une envie de rire qui se termine en intense fou-rire. Le visage de Daemon prend une teinte pourpre, rouge de honte il lâche le bras de son fidèle compagnon et se confond en justifications.

(Sa première erreur est d’se justifier bwahaha ! C’te mauviette va peut-être souiller son froc à force d’flipper comme ça, c’serait tordant !)


La peau-verte est comme le chien, capable de discerner la faiblesse de corps et d’esprit.

(Le problème de Daemon c’est qu’il cumule les deux… Il va s’faire allumer ! C’que je n’donnerai pas pour une pinte…Là tout de suite.)

Elle continue de fustiger le pauvre demi-elfe, qui semble se liquéfier comme une bougie de cire. L’attention de l’assistance est entièrement tournée vers Daemon, qui par une tirade essaie de se racheter une crédibilité. Malheureusement pour lui Zu’Gash ne l’écoute même pas et sa réplique tombe dans l’oreille d’un sourd.

Je n’ai qu’une envie, donner une grande accolade à cette peau-verte se révélant finalement forte sympathique et aller vider quelques godets avec elle. Je commence à m’approcher quand je vois une bouteille fuser à toute vitesse. Daemon a lancé ce projectile de toutes ses forces et semble fatigué par l’effort.

(Il arrive quand même à quelque chose quand il veut.)

Malencontreusement son adresse n’est pas des plus affutée et il rate sa cible, la bouteille achevant sa course en percutant le crâne d’un des squelettes. Celle-ci se dissocie du corps et s’en va valdinguer à travers la salle. Réagissant avec une vitesse nourrie par une colère froide, le décapité fend l’air de son épée rouillée et part à la poursuite du demi-elfe apeuré.

Les autres squelettes, se sentant sans doute solidaire, poursuivent également Daemon qui se contente de tourner autour de la table. Ses assaillants trop obnubilés par le désir de l’attraper ne songent pas à l’encerclé afin de lui couper toute retraite. La salle s’emplie d’une atmosphère joyeuse, cette scène hilarante est une bénédiction après notre voyage éprouvant.

« Ce demi-elfe ne cessera jamais de me faire rire bwahaha ! Il est rare de tomber sur un être doté d’une bouffonnerie naturelle ! »


Je décide de mettre à profit c’moment et annonce d’un ton joyeux :

« Prise de paris ! Mise de départ 2 yus ! 10 contre 1 que le demi-elfe se fait désosser avant d'avoir fait deux tours ! »

_________________
Image


J'suis tête en l'air... Merci à Dame Itsvara pour c'te superbe signature !


Korben's Song.


Dernière édition par Korben Bière Brisée le Dim 18 Oct 2015 13:36, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 18 Oct 2015 12:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 27 Fév 2015 22:35
Messages: 550
Localisation: He ho ! On rentre vers l'château !
(Avant)

(14)



La peau-verte ne sait pas pourquoi, mais d'un coup, la salle se met à vibrer. Ah non, en fait, c'est juste que tout le monde se marre. Pourtant y'a pas d'raison ! Sauf si son bide fait vraiment des bruits trop bizarres. Et d'un coup, il se met à pleuvoir à l'intérieur ! "Sbaff" ! Comment ça, sbaff ? La pluie du coin est si lourde que ça ?

Regard sur le côté. Une bouteille vient de frapper la tronche d'un squelette. Et le crâne roule tranquillement aux pieds de la rôdeuse. Ben tiens, la gamine aux yeux violets vient de lancer une bouteille. Pourquoi ? Elle a un problème avec la gnôle en plus ? M'enfin, Zu'Gash n'y pense déjà plus et regarde le décapité mouliner de son arme. Ce con renverse une partie des autres gardes morts, et ceux qui sont encore debout se mettent à pourchasser la responsable. Autour de la table. Forcément, la scène propulse la rôdeuse dans un éclat de rire.

Le thorkin Korben s'fait aussi entendre. Mais il dit un truc bizarre qui coupe le rire porcin de la peau-verte. Attends... Ce machin qui court n'est pas une gosse mais UN demi-elfe ? Sérieux ? Vaguement, la rôdeuse entend le nain prendre des paris, mais elle s'en cogne. Elle n'arrive pas à croire que ce lapin à tignasse noire soit vraiment un mâle.

Ça, c'est un truc qu'elle DOIT vérifier. Elle ramasse le crâne, crache dessus et l'essuie contre sa cuisse. Elle attend. Premier passage... Ça court bien un demi. Deuxième passage... Ça va moins vite... Il doit fatiguer le mulot.

"Allez hop !", beugle-t-elle en faisant un pas en avant et en pliant les genoux.

Au troisième passage, elle tend le bras, intercepte le demi et le cale sur son épaule avant de se redresser. Elle esquive de justesse le premier squelette et rend brutalement son crâne au décapité. À l'envers par contre. Bah, tant pis ! C'est pas comme si ça allait le gêner !

"J'vous l'rend d'suite ! Juste un truc à vérifier.", fait-elle avec un clin d’œil complice aux morts qui se cognent les uns dans les autres en l'entourant. "Et faites gaffe avec vos piques. Allez pas m'lui embrocher c'que j'veux trouver !"

Et la peau-verte de se mettre à palper la cuisse du demi. Allons bon ! Où il a fourré son truc, lui ? P't'êt' plus haut, mais c'est qu'il gesticule c'te chose ! C'est pas un mulot, c'est un ver d'vase ! S'il continue, elle va le lâcher, et il va se retrouver l'fion au sol au milieu des gardes.

"Roah !", chante Aroroa, apparemment pas contente de voir quelqu'un d'inconnu si près d'elle.

"Eh toi !", fait la peau-verte en désignant le squelette rafistolé. "T'f'rais bien d'aller voir la nécro... Naro... Mot de merde. Celle qui t'a ram'né pour qu'elle t'remette en état. Et vous faites trop d'bruit. J'ai pas envie d'être rasée au niveau des épaules sans avoir fait la conn'rie. Crever, oais. M'faire décapiter quand c'est pas moi qui m'marre, ça passe moins bien."

Y'a comme un claquement de mâchoire, mais dire si c'est parce que celui qui s'est bouffé la bouteille est d'accord ou pas, c'est une autre histoire. Comment tu veux voir les expressions sur les tronches des squelettes ? À l'envers en plus ?

Zu'Gash pose rudement le demi sur ses pieds et plaque la main contre son torse.

"Bah en tous cas, c'pas là qu'tu m'battras.", lance-t-elle avant de dévier ses yeux rouges plus bas.

Pour en avoir l'cœur net, y'a plus qu'un seul endroit où mettre la patte.


(Après)

_________________


Dernière édition par Zu'Gash le Dim 18 Oct 2015 21:22, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 18 Oct 2015 14:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 23 Juin 2015 09:03
Messages: 1045
La salle est agitée par des éclats de rires et des cris. J’élève le ton afin de me faire entendre malgré le brouhaha qui règne dans la pièce.

« Soyez pas timide ! Venez parier ! La tension est à son comble ! »

Plusieurs gardes parient, pas un sur l’demi-elfe. Un garde s’approche de moi et me confie dix yus en misant sur les squelettes gagnant avec une prime si fait avant le début du troisième tour. Un autre tente le tout pour le tout avec une mise de quinze yus sur Daemon gagnant par forfait adverse.

D’un ton amusé il me dit :

« Y va pas faire d’vieux os pour sûr ! Z’ont pas d’souffle ces bestioles, donc techniquement inépuisable… »

Il s’arrête soudainement, affichant un air hésitant, puis s’écrie d’un coup :

« Eh mais j’ai pas parié sur l’bon ! J’voulais miser sur les tas d’os moi ! »

D’un ton tranchant je lui rétorque qu’il n’y a ni échange ni remboursement, apparemment ce n’était pas la bonne réponse… Il dégaine lentement sa lame et d’un ton posé me propose d’oublier cette histoire.

Essayant d’adopter un ton conciliant je lui réponds : « Ne nous emportons pas, les bons comptes font les bons amis. Vous désiriez donc miser sur les squelettes, c’est enregistré ! »

Pendant ce temps Daemon continue de cavaler, déjà à son deuxième tour de table.

« Qui va gagner !? Tout semble désigné Daemon comme futur victime mais rien n’est joué ! Venez parier aller ! »

Quand je me retourne j’vois un truc qui m’plaît pas… Mon angle mort m’avait caché la présence de la peau-verte qui semble vouloir tout gâcher. Daemon entame son troisième tour, les tas d’os toujours à ses trousses quand Zu’Gash s’empare de la chiffe molle et le soulève comme un sac de patates. D’un même mouvement elle repose, dans le mauvais sens, le crâne du décapité sur son tronc. Daemon se révèle être une proie facile mais cette peau-verte apparaît plus dangereuse et les squelettes abandonnent la poursuite, dépités.

Soupirs d’exaspération et grondements de mécontentement se font entendre. Les parieurs s’approchent tous de moi et d’un même mouvement tendent leurs mains vers moi. Mon premier réflexe est de serrer la bourse contenant l’or. Les regards se font alors insistants, dur… J’obtempère et dénoue le cordon enroulé autour de la bourse. Avec une amertume évidente je rends les yus aux divers parieurs et braque mon regard en direction de l’élément perturbateur.

Zu semble s’amuser et tripote Daemon qui par des gesticulements grotesques essaie de se soustraire à la poigne de la peau-verte. Elle le laisse tomber brutalement à même le sol et l’empêche de fuir. Sa tête se baisse alors vers le bas-ventre du demi-elfe qui ressemble à un cochon sur l’point d’être égorgé, tout en braillement insupportable…

Je décide de rester simple spectateur, trop heureux de voir ce menteur en si piteuse posture.

_________________
Image


J'suis tête en l'air... Merci à Dame Itsvara pour c'te superbe signature !


Korben's Song.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 18 Oct 2015 16:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Gamine!

« AAHHHH !! »

Daemon galope autant qu'il peut autour de la table, ses blessures et ces deux journées de marche n'aident en rien. Il porte un regard par-dessus son épaule et aperçoit les squelettes qui le poursuivent en brandissant leurs armes rouillées. Après un tour complet, il constate que les hommes attablés se sont écartés pour assister à la scène. Tous s'esclaffent, Korben lance même des paris en sa défaveur, la scène prend les airs d'une véritable course hippique...

Les claquements de mâchoires et les bruits d'os entrechoqués se rapprochent, il commence à s’essouffler, mais les morts eux ne respirent pas. Il sent une pique appuyer sur son manteau, paniqué, il hurle de détresse en fermant les yeux, jusqu'à ce qu'un choc frontal lui coupe le souffle. Complètement désorienté, quelqu'un le hisse en hauteur.

« Roah ! Roah ! »

Le voici nez à nez avec le corbeau de la garzoke, il comprend qu'elle le porte sur l'épaule comme un vulgaire sac à patates. Le volatile semble désapprouver sa présence en battant des ailes frénétiquement et entreprend de lui picorer le crâne.

« Roah ! Roah ! »

« Hey ! Aïe, mais aïeuh ! »

Le semi-elfe se tortille afin de se dégager et se débat de plus belle quand il sent la peau verte lui palper les cuisses outrageusement. En contrebas, les squelettes se rassemblent et les encerclent. Zu'Gash n'hésite pas à les disputer, mais Daemon ne saisit pas la conversation en détails, trop en prise avec le volatile hystérique.

« Woaah ! »

Elle le repose sans précaution à ses pieds, apparemment les squelettes se tiennent à carreau en sa présence. Ils paraissent même intimidés. Zu'Gash pose sa grosse patte sur son torse et déclare :

« Bah en tout cas, c'pas là qu'tu m'battras. »

Ses yeux rouges s'abaissent ensuite plus bas, un éclair de conscience traverse Daemon qui glapit plaintivement en se protégeant l'entre-jambes.

« Hey ! J'suis un garçon ! »

Elle ne paraît pas vraiment convaincue. Alors qu'elle commence à esquisser un geste, il bondit en arrière au milieu de ses poursuivants, vibrant en chœurs avec eux face à l'imposante garzoke. Korben s'amuse bien, Daemon lui adresse un œil torve et malicieux, avant d'abonder la curiosité de son interlocutrice.

« Madame Zu'Gash, avez-vous déjà entendu parler de la légende des femmes à barbes ? Quelle chance d'avoir un spécimen sous la patte... »

Le regard de la peau verte dévie lentement vers le Thorkin et se fait plus perçant. Néanmoins, l'attention de la garzoke détournée, les squelettes s'agitent aussitôt dans un concerto de cliquetis menaçants...


Puanteur et virilité

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Mar 10 Nov 2015 09:58, édité 5 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 18 Oct 2015 21:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 27 Fév 2015 22:35
Messages: 550
Localisation: He ho ! On rentre vers l'château !
(Avant)

(15)



La peau-verte scrute le pantalon du demi-elfe. Et l'entrejambe est vivement masquée par les mains dudit elfe. Il clame haut et fort... Nan, il glapit si mal que la rôdeuse a un peu de mal à comprendre ce qu'il dit. Mais en gros, il prétend être vraiment un garçon. Rien à faire, à part ce geste de protéger son service trois-pièces, y'a rien qui arrive à convaincre la garzoke que c'est vrai. Elle s'apprête à chopper son froc pour le baisser, quand il la ramène encore.

Zu'Gash bloque. Ce guguss vient de lui sortir du "Madame Zu'Gash", et en allant se coller dans les squelettes. S'il aime les os tant qu'ça, fallait l'dire ! Mais pourquoi il se serait mis à chouiner comme une donzelle coursée par des ivrognes sans braies ? L'est complètement con ou quoi, ce type ? Lui sortir des politesses, à elle... Elle a l'air coincée dans une robe comme une grosse matrone ? Ben pourtant non. Dans sa tunique de cuir tachée et poussiéreuse, y'a rien d'une m'dame là-d'dans. Il enchaine, lui demandant si elle connait la légende des femmes à barbes. Puis il lui indique qu'il y en a une dans la pièce. La rôdeuse hausse un sourcil et n'aperçoit que le thorkin en se tournant.

"Bwahahaha !", s'esclaffe-t-elle avant de reporter son attention sur la moitié d'elfe. "T'f'rais bien d'changer d'yeux, parce que pour s'planter entre femme à barbe et thorkin, faut vraiment qu't'y vois pas clair !"

Nouveaux rires des gardes dans la salle. La peau-verte ne sait pas si le demi est pas un peu fou ou s'il a juste des yeux qui servent qu'à faire joli. Et ils sont violets. Ça a quel goût des yeux violets ?

Certains squelettes se tournent vers une présence qui s'pointe à la porte. La petite silhouette porte une longue cape à capuche noire, comme les Messagers croisés. Elle la repousse. C'te tronche est familière. Ah ben oui, c'est Maya ! Mais qu'est-ce qu'elle fout avec ce truc sur les épaules ? Elle ouvre ses grands yeux et se faufile entre les morts. Trop gentille c'te p'tite. Elle aide même un squelette par terre à se relever, lui rend sa pique, et avance doucement. Ses petites mains hésitent, miment un geste, puis elle replace le crâne du décapité dans le bon sens.

Et la v'la qui r'commence ! Quand elle découvre les nouveaux, elle agrippe sa cape et s'abaisse un peu. Quand va-t-elle comprendre que saluer les gens avec une rav... Révé... Raverance ? Bref, qu'faire c'geste c't'une perte de temps ? La fillette lève un index, mimant un geste de faire silence puis elle en fait d'autres. Genre, que la voix rebondit sur les murs. Elle regarde la peau-verte, sourit un peu, puis passe sa main en travers de son petit cou pâle.

"Oais, j'sais bien, mais va expliquer ça à l'aut' demi, là.", se marre la peau-verte en pointant grossièrement l'individu du doigt. "C'est lui qui fout l'bordel. Pour une fois qu'j'y suis pour rien... Sympa ta cape, mais j'préfère la mienne."

La fillette esquisse un sourire, puis fait un autre geste. Elle colle ses deux mains ensemble et les pose contre sa tronche. Et puis elle ferme les yeux. Quoi ? Elle a mal aux dents ? Non ? La peau-verte se gratte la tête d'incompréhension, bousculant le corbeau. Et Aro' en a marre qu'on la dérange. Et vas-y pour des trous à coup d'bec dans les doigts verts ! Le piaf en a tellement sa claque qu'il décolle et va se poser sur l'épaule de la petite. Bec qui s'ouvre en grand, puis qui s'ferme. Marrant, on aurait dit qu'elle...

"Oh ! J'ai pigé ! T'vas t'coucher, c'est ça ?"

Oui de trogne de la gosse, qui observe le demi en venant prendre gentiment la main verte.

"Oais, nan, j'pionce pas sous un toit en pierre moi. Pas envie qu'ça m'tombe sur les crocs. Ou alors c'est qu'tu peux plus pioncer sans moi ?", taquine la garzoke en ponctuant de son rire de porc. Regard insistant d'la gosse. "Merde, de vrai ?" Et la v'la qui agrippe la paluche coloris chiure d'oie de ses deux petites mains.

La rôdeuse hausse les épaules et utilise son autre main pour tapoter gentiment la tête brune. Elle braque violemment ses yeux rouges vers le demi-elfe.

"Et t'f'rais bien d'faire pareil toi. Pioncer répar'ra p't'êt' pas tes yeux, mais t'arrêt'ra d'faire chier la garde, au moins.", lance-t-elle avant d'avoir le même réflexe qu'envers la gosse et d'aplatir sa main sur le crâne du demi.

Elle se tourne vers les autres vivants de la pièce.

"Et les autres aussi. 'Fin pas les gardes, hein ? Restez d'bout. J'couche la p'tite et j'reviens.", prévient-elle avec un sourire carnassier, avant de grimacer quand Maya lui ré-écrabouille le pied.

Elle commence à savoir se faire comprendre, la gosse !


(Après)

_________________


Dernière édition par Zu'Gash le Jeu 22 Oct 2015 13:18, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Dim 18 Oct 2015 23:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 23 Juin 2015 09:03
Messages: 1045
Daemon repose à terre, son corps frêle faisant pale figure en comparaison du corps musculeux d’la sauvage qui tient en respect les menaçants squelettes. Les délicates brindilles qui font office d’doigts pour l’demi-elfe protège la zone sensible, source d’intérêt de la peau-verte qui s’escrime à le fricoter afin de dénicher une preuve de sa condition d'homme.

Daemon tente de s’en sortir par une nouvelle ruse. Interpellant Zu’Gash en l’insultant d’dame, enfin je suis pas certain mais j’ai toujours pensé que c’était pas bien vu d’être traité d’dame chez ces sauvages. Bref v’là le demi-elfe qui, usant de mots élégants et courtois essaie d’interpeller la garzoke qui laisse transparaitre une certaine incompréhension.

(Lui en faut pas beaucoup dite donc…)

Daemon profite de ce répit pour continuer à parler ‘vec sa langue d’serpent, il ne cesse jamais d’mentir et je n’arrive pas à nourrir pour lui un sentiment autre que la rancœur. Un flot de parole s’écoule d’sa petite bouche, j’entends distinctement cette vipère m’assimiler à une femme à barbe.

(Une thorkine quoi… Qu’il est con mais qu’il est con…)

Même la peau-verte ne se laisse pas duper, ne m’accordant que quelques secondes d’attentions avant d’rétorquer bien fort afin que tous puissent en profiter qu’il devrait changer d’yeux. En revanche sa nouvelle tentative mérite d’être punie, et sévèrement. Je m’approche d’un Daemon déconfit.

« Alors comme ça j’suis supposé être une femme à barbe ? Tu vas voir ! »

D’un geste j’ôte ma botte et enlève ma chaussette. Elle est humide et une odeur pestilentielle s’en dégage, un peu déchirée au niveau des orteils après de longues journées de marches. J’affiche un sourire satisfait et secoue devant le nez du demi-elfe ma chaussette.

« C’pas une odeur virile ça ?! Cette chaussette n’exulte-t-elle pas la masculinité à plein nez ?! »

Le visage de Daemon vire au vert, il n’a pas l’air dans son assiette.

(Pas capable de résister au fin fumet des chaussettes naines en plus… Vraiment il n’a rien pour lui…)

« Bon et bien voilà pour toi ! Apprends à me craindre petite fille ou alors c’est les deux que tu mangeras ! »

J’achève ma phrase en lui mettant ma chaussette devant la bouche puis finis par remettre ma botte. C'est à ce moment là qu'on nous intime à tous le silence, apparemment l'bazar dérange. Une gamine accompagne désormais la peau-verte qui semble vouloir rétablir l'ordre.

"Quoi y'a des vieux en train d'pioncer c'est ça ? Faut pas pousser le chariot dans la mine merde...On a bien l'droit de s'amuser..." je lâche ce commentaire en grommelant avant d'tourner les talons en direction des couloirs.

C'est d’un pas décidé que je marche en quête de la réserve de boissons. Le corridor est faiblement éclairé par quelques torches mais je ne m’inquiète pas outre mesure. J’ai l’habitude d’évoluer en milieu sombre. J’ai le cœur emplit d’espoir, suivant ma logique un château, dusse-t-il être ancien possède forcement une réserve. Quoi d’mieux qu’un verre pour accompagner les longues soirées d’hiver après tout. Un escalier se dévoile alors devant moi, trop absorbé par mes pensées j’ai failli faire l’grand plongeon, je décide donc d’être plus attentif et descends prudemment les escaliers. Je ne sais guère où ces marches me conduisent mais je me fie à ma bonne étoile et m’engouffre dans les profondeurs du castel.

Pendant six minutes au moins je ne fais rien d’autre que de dévaler ces escaliers mais j’arrive finalement dans une grande pièce circulaire. Des portes ornent les murs et il m’est difficile de choisir celle que je vais visiter en premier… Faisant confiance à ma chance je ferme les yeux, tourne une fois sur moi-même et cours la tête la première. Un grand choc s’ensuit, une migraine me prend soudain… J’ai plus les yeux en face des trous et j’préfère rester poser un peu histoire d’retrouver mes esprits.
Je me redresse finalement pour m’retrouver devant… un pan du mur intact, exception faite de la petite fissure provoquée par le choc.

(Bon j’ai peut-être été un peu con pour l’coup…)

Je choisis donc la porte la plus proche de moi et c’est en titubant, encore secoué par l’impact que je m’oriente vers la porte en bois.

_________________
Image


J'suis tête en l'air... Merci à Dame Itsvara pour c'te superbe signature !


Korben's Song.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Lun 19 Oct 2015 03:49 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Un concerto de cliquetis menaçants

Les dés sont lancés, la garzoke devrait tomber dans le panneau et partir déshabiller Korben. Faisant ainsi d'une pierre deux coups. Du moins c'est ce que se dit Daemon en observant, avec un sourire malicieux, le nain fulminer dans son coin.

Zu'Gash explose d'un rire détonant, dénudant toutes ses dents, avant de se reporter sur lui :

« T'f'rais bien d'changer d'yeux, parce que pour s'planter entre femme à barbe et thorkin, faut vraiment qu't'y vois pas clair ! »

(Bon sang, elle est moins gourde qu'il n'y paraît, et qu'est c'qu'ils ont tous avec mes yeux!?)

La salle s'emplit à nouveau de moqueries à son encontre, mais l'humiliation ne s’achève pas ainsi. Korben s'approche du semi-elfe. Ses petits yeux verts brillent de fureur tandis qu'il tripote sa barbe d'une manière propre à ses états d'agitations.

« Alors comme ça j'suis supposé être une femme à barbe ? Tu vas voir ! »

Le voici qui attrape une de ses bottes et sautille sur un pied afin de la retirer, une pestilence inonde immédiatement les environs. À la grande frayeur de Daemon, il retire ensuite sa chaussette trouée pour lui coller sous le nez.

« C’pas une odeur virile ça ?! Cette chaussette n’exulte-t-elle pas la masculinité à plein nez ?! »

Daemon souhaiterait préciser que puanteur et virilité sont deux notions différentes, cependant les émanations le font vriller. Sa tête tourne et sa vue dérive dans un brouillard verdâtre. Il ne distingue que cette énorme touffe rousse l'injuriant de manière sourde en brandissant une chaussette. Et achevant son rabotage en plaquant l'immonde objet sur son visage. Une fois la morale achevée, le fanatique se débarbouille avec sa manche comme un petit rongeur et reprend sa respiration.

Au moment où il retrouve ses esprits, il remarque qu'une fillette a fait son entrée. Accoutrée comme les messagers avec sa capuche abaissée. Elle attrape le crâne à terre de ses petites mains et le replace sur son corps. Le squelette semble ravi. Elle porte ses cheveux noir de jais en arrière et sa peau est claire comme la neige. Quand ses yeux charbons rencontrent les siens, elle s'arrête et s'abaisse d'une adorable révérence. Le semi-elfe retourne maladroitement l'usage et se présente avec les yeux encore piquants.

« Enchanté, je me nomme Daemon. »

La jeune fille ne répond pas et commence à adresser des gestes à la garzoke, son mutisme ainsi que ses mimes indiquent qu'elle est muette. Daemon n'a pas de peine à le comprendre. Zu'Gash acquiesce sans attendre et l'accuse de quelque chose en le pointant du doigt. Comme quoi il fout le bordel. Ensuite, elle la complimente sur sa tenue. La peau verte n'a aucune difficulté à déchiffrer son langage des signes, preuve que les deux donzelles se connaissent déjà.

Korben prend la parole bruyamment en disant qu'il ne faut pas « pousser le chariot dans la mine », sûrement un proverbe Thorkin, avant de se plaindre et s'éloigner dans les couloirs.

La fillette entame un nouveau mime, elle place ses deux mains sur son visage et fait la morte. Cette fois-ci, la garzoke ne comprend pas. Elle se gratte la tête en réveillant la corneille qui piaffe dans tous les sens, pour aller se poser sur l'épaule de la messagère en herbe.

Zu'Gash percute, la petite va se coucher. Elle commence à geindre, comme quoi elle ne dormira pas sous un toit, de peur qu'il lui tombe sur le coin de la gueule. Daemon lève les yeux au ciel mais évite de trop s'afficher, de peur de la contrarier. C'est qu'elle a une sacrée poigne.

La jeune humaine attrape la paluche de la peau verte qui hausse les épaules. Zu'Gash lui tapote la tête et sourit de tous ses crocs. La scène attendrit Daemon, mais il ne peut éviter un mouvement de recul au moment où la peau verte se détourne brutalement vers lui.

« Et t'f'rais bien d'faire pareil toi. Pioncer répar'ra p't'êt' pas tes yeux, mais t'arrêt'ra d'faire chier la garde, au moins. »

Daemon s’apprête à convenir quand une énorme main s’abat sur lui afin de ravager son cuir chevelu. La garzoke s'en prend ensuite aux gardes de la pièce.

Tout ébouriffé, le fanatique entreprend de se recoiffer, quand quelque chose le titille par-derrière. Il se retourne et redécouvre avec stupéfaction la horde de squelettes le menaçant avec leurs babioles pointues. Il hurle à nouveau comme une fillette, quand une ombre vient s'interposer à une vitesse prodigieuse entre eux.

(Oh, je l'avais complètement oublié.)

Asad retire son masque et révèle pour la première fois son visage fin et bronzé, ponctué de ses magnifiques prunelles azurées.

« Le voyage fut éreintant... Mesdemoiselles, si vous le permettez, je vais me charger de conduire l'agitateur dans sa cellule. »

« Cellule ? »

Le basané attrape Daemon par le col arrière de son manteau et s'éclipse à toute vitesse, traînant le semi-elfe affolé sous les yeux médusés des convives.


Morose

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Mar 10 Nov 2015 10:03, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Jeu 22 Oct 2015 13:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 27 Fév 2015 22:35
Messages: 550
Localisation: He ho ! On rentre vers l'château !
(Avant)

(16)



Quel bordel. C'est pas possible qu'un si petit truc puisse se faire entendre autant ! Faudrait s'en débarrasser une bonne fois pour toutes. Mais y'aurait du sang partout d'abord, et sa tunique est déjà bien salopée. Et puis la question se poserait... Où irait tout ce qu'elle avale si elle s'débarrasse de sa panse ? Non mais, franchement ! On dirait pas qu'elle a bouffé y'a moins d'une heure !

Elle est tellement obnubilée par son bide qu'elle ne fait gaffe à ce qui se passe dans la salle que vaguement. Le thorkin se barre, un type humain à la peau bronzée et à la tignasse très claire retire son masque. Un petit sourire et il agrippe le fouteur de bazar à moitié elfe pour le trainer à l'intérieur. En leur servant du "mesdemoiselles" au passage. Y'a vraiment des problèmes de mirettes partout dans c'te secte ! La tronche de con qu'il tire le demi ! Daemon qu'elle a cru comprendre. Encore un nom sans la moindre force ! Pas un son d'gorge dégueu quand tu le prononces, pas de gros postillons quand tu t'foires sur la façon d'le dire... Un nom d'fille, même s'il dit qu'c'est pas vrai !

Maya agite la main qu'elle tient et plisse les yeux.

"T'inquiète Maya, pour une fois, j't'ai pas oublié !", ricane la peau-verte de sa façon porcine.

Après un geste pour saluer les gardes, elle se laisse entrainer à travers la salle de réception avec une chaise bizarre à grand dossier, d'ailleurs. Elles continuent dans le couloir menant à la tour de Kadria. C'est vrai que maintenant qu'elle y fait gaffe, y'a des portes partout. Pas de poignée sur celle devant laquelle la gosse s'arrête, juste un anneau de métal pour tirer l'bout d'bois. Par contre, d'l'autre côté, y'a un loquet.

La fillette s'avance tranquillement vers la seule lueur du coin. Une chandelle toute maigre. Plus maigre que l'doigt d'la rôdeuse ! C'est vraiment pas grand comme pièce. Zu'Gash écoute son idée et tend ses bras au maximum sur les côtés. Hausse de sourcil de la petite.

"Héhé, un truc à vérifier."

Ben oais, elle touche bien les deux murs des paumes si elle fait ça. Par contre, ça doit faire un peu plus de sa taille en profondeur. Pas facile à dire. Y'a pas d'ouverture sur l'dehors. Et faut faire gaffe où tu fous les pieds dans l'coin. Y'a un coffre au pied d'un lit pas bien épais à droite, mais plus que son couchage. Et une sorte de bureau avec sa chaise de l'autre côté. La gosse peut bouger tranquille, mais la peau-verte a plus de mal. Aroroa va se poser à côté de la chandelle, sur le placard bas coincé entre le pieu et la table.

En fait, avec la porte fermée, on entend vraiment rien dans c't'endroit. C'est calme. TROP calme. La peau-verte jette un regard au plafond en pierre. C'est moche. Y'a des traces noires dessus.

Avant de l'avoir vue faire, Maya s'est désapée et a enfilé un drap blanc d'où sortent ses bras et sa tête. C'est con comme idée ça aussi ! Pourquoi changer d'tenue pour pioncer ? Et si tu dois t'lever avant qu'une nuée d'élyds t'ravage la tronche et t'défendre de suite ? Tu fais comment empêtré dans c'drap ? Bon, d'accord, tomber pif à pif avec ces bestioles ici s'rait vraiment pas d'pot. Mais doit y'avoir d'autres saloperies dans l'genre !

"Bon, j'suis v'nue, mais j'suis s'pposée faire quoi ?", demande la peau-verte devant le regard insistant de la gosse.

Et Maya de désigner la chaise, de s'coucher et d'tendre la main. Zu'Gash ne percute pas. Elle s'assoit et mate la gosse en s'récurant l'crâne. Y'a quand même un truc qui la chiffonne, surtout quand la petite attrape sa main. Elle oublie aussitôt ce qui l'emmerde. Réfléchir la fatigue. Et c'est pas marrant de se creuser la tête toute seule.

"J'sais pas pour toi, mais y'm'plait bien c't'endroit. Y'a des morts qui marchent. Y'a plein d'corbeaux."

"Roaaah !"

"Oais hein ? Mais t'es quand même mieux Aro' ! Toi, t'as trois yeux !", ricane la peau-verte avant de voir la corbeau de Phaïtos sautiller et jouer du bec contre sa tignasse tressée. "Mais y'a quand même des types bizarres. Ça va être drôle ! Pis garde de la place, hein ? D'main, j'vais aller nous chasser un ours. Sa barbaque devrait faire assez à bouffer pour... Deux jours ? J'sais même plus quel goût ça a, c'te bestiole. Va m'falloir fabriquer un séchoir avant. J'ai pas tanné d'peau aussi grande d'puis..."

"Ro... Raah.", chante doucement le piaf à l'oreille de la peau-verte.

Beuh ? Merde alors ! Depuis quand elle pionce la petite ? Genre Zu'Gash cause toute seule, comme ça ? Euh... Ben comme d'hab' en fait. La rôdeuse se racle la gorge, crache sur la bougie pour l'éteindre et se barre, Aroroa sur l'épaule.

Bon, c'est pas l'tout, mais elle va retourner voir les gardes. Les vivants, hein ? Sont pas très causants les squelettes. Et s'ils ne sortent pas pour pas s'faire abimer, y'a bien qu'les autres pour la renseigner ! Surtout qu'ils causent d'la mort en s'marrant, eux aussi. Oaip, finalement, s'faire chier à franchir ces montagnes, ça valait p't'êt' bien l'coup !


(Après)

_________________


Dernière édition par Zu'Gash le Dim 8 Nov 2015 17:42, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Jeu 22 Oct 2015 16:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Puanteur et virilité

Un escalier de pierre sépare la salle de garde d'une nouvelle plus large. Asad relâche son étreinte et avance calmement jusqu'à la table au centre de la pièce, celle-ci est assez grande pour accueillir une trentaine de personnes au moins. Quatre imposants lustres de fer irradient la pièce de lueurs rougeâtres, les murs ainsi que le sol sont fait de blocs de roches taillées, à croire que se château soit une addition de pierres tombales. Des bannières en tissus, aux armoiries oubliés, sont les seuls ornements présent, des vestiges d'une époque révolue.

Asad se saisit d'une coupe et la remplit de vin pour la vider aussitôt. Il en propose ensuite à Daemon, qui refuse sans grande conviction, avant de se laisser tenter. Le silence morbide se voit brisé par un grincement, un messager drapé d'un manteau noir traverse silencieusement la salle, pour ressortir avec le même grincement...

Le semi-elfe observe les lieux en tenant le gobelet dans ses deux mains. Ne trouvant aucun sujet de conversation, Asad propose de rejoindre les cellules.

« Vous comptez m'emprisonner ? » demande Daemon résigné.

Asad esquisse un sourire et ouvre une lourde porte menant vers un couloir lugubre.

« Non, rassure toi. Néanmoins, il t'est interdit de quitter Endor avant que nous ayons reçut des directives à ton égard. »

Du pareil au même, pense Daemon, serrure verrouillée ou non, il reste prisonnier. Une multitude de portes se succèdent, Asad s'arrête et gratte sa tignasse brune, ne sachant pas vraiment où le loger. Après une dizaine de pas sans directions, il sort un trousseau de clefs.

« Cela te dérange si nous partageons la chambre ? »

« Non, non... »

La porte s'ouvre sur des ténèbres. Asad allume un cierge et la petite cellule apparaît, deux lits miteux s'adossent au mur, excepté un bac vide, aucun meuble n'est à déclarer. Après un rapide tour du propriétaire, Daemon pose son baluchon et s’assoit en grimaçant sur le lit, ses blessures continuent leurs œuvres. Il retire son manteau et examine ses bandages tachés et gluants.

« Nous devrions voir ça. » suggère Asad, qui se lève et commence à dégrafer les tissus.

Les linges ne se retirent pas facilement, collés à la peau bleuit et même verdâtre par endroits. Une blessure profonde se situe au centre de son abdomen et semble à peine cicatrisée. Asad suggère de nettoyer les plaies, il saisit le bac et s'éloigne dans les couloirs.

Enfin seul, Daemon s'assoit dans un coin de la pièce à l'ombre de la bougie. Il devient morose, pense à sa tante et à ses promesses : devenir puissant, venger sa famille. Il doute. Pour l'instant son aventure ne fût qu'une succession d'échecs, la relique lui fût confisquée, Korben n'a pas vraiment apprécier ses mensonges et son seul butin est un trou dans la poitrine... Il s'obscurcit, son fluide parcours ses membres comme un vent d'hiver, frétille jusqu'aux bout de ses doigts comme une essaim d'insectes. La tête entre les bras, il repense à la salle de garde et ses humiliations, avec pour seul désir d'être invisible, de disparaître...

Asad rapplique en tirant le bac d'eau fumante et referme la porte.

« Daemon !? Où est-il passé bon sang ? »

Toujours en boule dans son coin, le semi-elfe répond de manière détachée :

« Ici pourquoi ? »

Son interlocuteur fouille la chambre du regard, cherche sans succès. À force d'agitation, Daemon redresse la tête et Asad bondit de surprise en le découvrant.

« Par Toumlanayh ! Comment peut-on être aussi discret !? »

Il l'ignore et se lève pour retirer le reste de ses vêtements. Il se plonge rapidement dans l'eau sans prendre le temps de tester la température. Le bain est brûlant et la sensation est divine. Il nettoie ses plaies engluées de sang et de transpiration en maudissant les fidèles de Thimoros.

« Tu pense que la plaie est infectée ? »

Le basané se braque.

« Euh... Nous verrons ça demain, bonne nuit ! »


Un entraînement au bâton !

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Sam 24 Oct 2015 10:40, édité 7 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Jeu 22 Oct 2015 23:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 23 Juin 2015 09:03
Messages: 1045
« Par ma barbe c’est vide ! Bordel de merde mais j’ai soif ! Si soif ! »

Voilà que j’exprime mon mécontentement en jurant comme un charretier, je n’en peux plus… J’ai l’impression de vivre un mauvais rêve. Je me souviens pourtant du dernier, l’était pas si mal avec son lac d’bibine et sa pluie de pièces d’or… Manquait une naine mais c’était déjà pas mal… Là en revanche c’est désillusion sur désillusion.

Un enchaînement d’merde depuis que j’ai rencontré c’demi truc en fait… Je dresse un bilan mais pas moyen d’trouver un seul truc qui m’a été bénéfique depuis l’début d’cette aventure. Un énorme mensonge concernant la récompense, devoir traverser un marais et des foutues forêts… Sans compter sur ses jérémiades, le détour vers son village, enfin un village… Une ruine ouais, et même pas approvisionnée en bibine c’est dire…

(J’dois m’écarter d’Daemon il porte la poisse c’est sûr.)

En attendant ma gorge est toujours asséchée, je décide de poursuivre mes investigations à la recherche de cette réserve, le cœur emplit d’espoir. Mais j’ai beau ouvrir les portes les unes après les autres, aucune ne semblent mener vers mon saint graal…

« Si j’pouvais mettre la main sur le maudit architecte de cet édifice ! Raaah ! »

J’en ai marre, je tourne en rond sans trouver ne serait-ce qu’un indice. Les salles sont vides, ou meublées de quelques chaises, voir d’une table en bois.

(C’est l’grand luxe ici. La richesse du lieu me réchauffe l’palpitant…)

Je me sens soudain coupable, coupable d’avoir succombé de nouveau à mon vice… Je sais qu’il me faut arrêter de tant penser à l’alcool et à l’or, que la vie ne s’arrête pas à cette vision des choses. Pourtant j’éprouve le plus grand mal à endiguer ces envies, j’en ai des sueurs froides. Sans oublier qu’y’a le culte dont la grande matrone doit nous causer demain. Peut-être trouverais-je un nouveau sens à donner à ma vie, une alternative à cette existence de luxure et de débauche. Mais pour l’heure, je n’ai pas décidé d’embrasser ce nouveau culte, ni de rejoindre le rang de ces sorciers.

(Alors autant profiter de l’instant !)

Mon humeur maussade se dissipe et laisse place à cette énergie qui m’est coutumière. Mon feu intérieur ravivé, j’pars à la recherche de la salle, quitte à y passer la nuit j’trouverais c’te stock !

Quelques heures plus tard, je me sens lourd, mes pas se font pesant et maladroit, mes paupières se ferment par intermittence. Le sommeil me gagne et entrave mes mouvements, ma détermination fléchie et succombe finalement sous le poids de la fatigue. Je me sens tomber vers le sol, mort de fatigue, heureusement la distance n’est pas grande…

_________________
Image


J'suis tête en l'air... Merci à Dame Itsvara pour c'te superbe signature !


Korben's Song.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Le château d'Endor
MessagePosté: Ven 23 Oct 2015 06:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 16 Juin 2015 11:48
Messages: 4202
Localisation: Sur la planête Aliaénon
Morose

Daemon se retourne dans sa couche, tiraillé par ses courbatures, accablé par ses blessures. La cellule est plongée dans l'obscurité du fait de l'absence de fenêtre, et quand bien même une ouverture serait présente, cette partie du bâtiment est ensevelie sous les ruines. Tandis qu'il somnole paisiblement au fond de son terrier, une lueur traverses ses paupières closes. Elles s'écartent doucement, révélant à sa vue un regard étranger d'un bleu éclatant.

« AAHHH ! »

« Bon matin, il est temps de se lever ! »

« Ne refais plus jamais ça ! »

Asad s'esclaffe à genoux sur le lit. Il ne porte pas son sombre manteau habituel, mais un ample falzar ocre, une veste dépareillée couleur saphir, ainsi qu'un foulard grenat. Après une rapide analyse du torse blessé sortit des draps, il le congratule de cicatriser aussi vite. En effet, les bleus commencent à s'estomper, seule la cicatrice centrale conserve un aspect repoussant. Le jeune homme du désert ne semble pas tenir en place, après avoir attendu que Daemon s'habille, il attrape un objet et le dissimule dans son dos.

« Tu es prêt pour ton entraînement en tant que Messager ? »

L'appartenance aux messagers le perturbe, mais l'idée de s’entraîner l'enchante. Après tout, sa quête de puissance reste son objectif primordial. Daemon bondit sur ses pieds et l'interroge sur la consistance de l'activité. Asad lui offre l'objet mystérieux en ricanant.

« Youhou ! Un bâton ! Un entraînement au bâton ! Mais pourquoi des brins de paille sont-ils tressés à son extrémité ? »

Le basané se fend d'un large sourire avant de déclarer :

« Tu vas passer le balai ! Que Phaïtos soit avec toi ! »

« Quoi !? »

Daemon convulse de surprise, avant de se tordre de douleurs en se tenant la poitrine avec un piètre jeu d'acteur.

« Ouille... Ouille... Je souffre, mes blessures... »

« Ça ne prend pas, attrape ton balai et viens grailler un bout dans la salle commune. »

Résigné, il saisit l'outil et sort de la cellule en grommelant. Le bruit de la clef verrouillant la porte résonne dans le long couloir éclairé par les torches crépitantes. Il avance en traînant des pieds et le balai derrière soi.

Le couloir débouche sur la grande salle où plusieurs messagers sont attablés, chacun dîne en silence. Une délicate odeur de civet de lapin se dégage des lieux, Asad lui sert une gamelle et les deux compères mangent goulûment avec les doigts. Daemon n'a pas le souvenir d'avoir déjà mangé quelque chose d'aussi bon. Piètre cuisinier qu'il est, il a toujours assuré ses repas seuls, mangé seul...

Quel étrange sentiment d'appartenir à une communauté, bien qu'il ne s'agisse que des prémisses. Son futur travail attise sa curiosité, Asad lui explique que les messagers manquent de bras, ainsi chacun doit mettre main à la pâte.

L'ordre est encore en construction, mais selon lui, des fidèles viendraient des quatre coins du monde afin de rejoindre les Lords Nécromants. Certains voient en eux une nouvelle armée se confrontant à l’hégémonie d'Oaxaca, d'autres un culte moins corrompu, et d'autres encore viennent par simple curiosité, comme lui.

Daemon se perd dans la contemplation de son interlocuteur, Asad avait gardé son masque pendant tout le voyage. Mais pourquoi se découvre-t-il en ces lieux tandis que ses homologues conservent leurs capuchons ?

La corvée consiste à balayer tout l'étage, Asad s'occupe de celui du dessus. Ensuite il doit rejoindre les cuisines et aider un certain Morde. Une foule de questions assaillent Daemon, néanmoins un messager attablé coupe court à la discussion en invoquant le silence...

Une fois repaît, il saisit son balai et s'éloigne vers les couloirs afin d'entamer sa besogne.


Toiles d’araignées

_________________
Image
Multi : Erastos, Meraxès
Thème : Catacombae - Mussorgsky


Dernière édition par Daemon le Sam 24 Oct 2015 09:05, édité 4 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 276 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 19  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016