L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 204 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 10, 11, 12, 13, 14
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Mer 30 Aoû 2017 16:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 14 Aoû 2017 00:44
Messages: 25
Localisation: Tulorim
L'homme voilé continuait sa course effrénée jusqu'à la frontière de la ville Tulorienne. Ses pieds battaient lourdement le sol, tandis que paradoxalement, aucun son n'en émanait. Sa course silencieuse était maîtrisé, et grâce au repos dont il avait pu bénéficié plus tôt, il avait la possibilité de mettre à profit ses compétences de manière optimale.

Muet, le sol défilait en-dessous de ses pas dans une vitesse foudroyante. Rapidement, le paysage urbain se changea en plaines arides, puis en forêt dense et épaisse. Remarquant les piques épineuses qui meublaient la flore locale, l'individu encapuchonné décida de prêter doublement attention à son environnement. D'autant plus qu'il avait dans l'intention d’empreinter les voies non-explorées de la forêt, histoire d'éviter les rencontre fortuites.

Malheureusement, les connaissances qu'il avait acquise la dernière fois qu'il s'était retrouvé dans cette forêt n'allaient lui être d'aucune utilité. Du fait qu'il avait tracé un peu au hasard dans ces milieux sauvages, l'attention tournée principalement vers la recherche d'une sortie, qu'à l'exploration des lieux.

Aujourd'hui, ses sens étaient aux aguets, examinant et observant chaque petit détail qui pouvait l'aider à atteindre son objectif.

Finalement, ce fut une ligne de fumée perçant nonchalamment dans les cieux qui attira son attention sur une petite chaumière perdue au milieu de nul part. Sûrement le bercail de sa cible, se dit-il.

(Toujours éveillée, hein ? Soit elle m'attends, soit c'est une couche tard.)

Seth se surprit lui même à croire en les ragots du vieux tavernier. Cette omniscience dont il avait tant entendu parlé hantait son esprit. Seulement, qu'il y croie ou non ne changeait rien au faite que cette cheminée allumée n'annonçait rien de bon.

Dansant toujours sur son pied furtif, l'homme voilé contourna précautionneusement la cabine qui s'offrait à lui dans le but de l'aborder de manière plus sûre depuis son angle mort.

_________________


Dernière édition par Seth Ishvi le Dim 17 Sep 2017 13:15, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Sam 9 Sep 2017 04:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 13 Avr 2017 14:36
Messages: 63
Accompagnement de Seth -8-



Alors qu'il s'approchait de la chaumière, il put entendre à quelques battements d'ailes derrière lui, un croassement rauque...

Alors que Seth s'approchait de la porte arrière de la chaumière, celle-ci s'ouvrit et le chat passa dans l'encadrement de la porte et lui fit un miaulement qui avait tout l'air d'une singulière invitation à entrer.

Gracieusement, comme tous les félins qui se respectent, le chat à peine visible dans le noir s'écarta du chemin de Seth pour rejoindre les ténèbres. On peut supposer sans en être certain qu'il partait faire une chasse nocturne.

En regardant par la porte, Seth put constater que l'intérieur de la chaumière était simple, modeste, mais très propre et très bien entretenu. La pièce qui lui faisait face était éclairée pas une lampe à l'huile déposée à côté de deux tasses vides de tout liquide sur une petite table basse disposée entre deux chaises berçantes vides. Devant celles-ci, se trouvaient le foyer et dans son antre, suspendu par un crochet de l'eau était en ébullition. Sur le mur du fond, on pouvait voir une porte fermée encadrée par deux étagères remplies de bouquins. Si Seth tourne sa tête vers la gauche, il y verra un balai adossé contre le mur. Et vers la droite, un escalier qui semblait mener vers un deuxième étage.

Quelques secondes après être entrée dans la pièce, la "sorcière" descendit les escaliers, le capuchon lui camouflant en partie le visage.

"Prenez une chaise, l'eau chauffe, je vais vous préparer un bon thé. " Dit-elle sur le ton de la conversation sans interroger Seth sur le pourquoi de sa visite nocturne

Guasina

_________________
Image

Gentil Animateur, pour vous servir


Haut
 

 Sujet du message: 7 - De 8 à 18 ans
MessagePosté: Lun 11 Sep 2017 13:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2011 06:32
Messages: 59
Localisation: Aux alentours de Tulorim
Après à ce jour-là, Bartimus vit un semblant de vie paisible. Des épisodes de sécheresse réapparaissent, mais aucune n'atteint l’ampleur de la précédente. Il y a une fête des Morts qui permet à celui-ci de se connecter à ses ancêtres. Il y a aussi les aurores boréales, ce phénomène augmente la ferveur pieuse du garçon qui prie plus régulièrement pendant cette période. Ainsi, la plupart des journées qui s'écoulent entre son anniversaire de 8 ans et son anniversaire de 14 ans se déroulent ainsi.

Au petit matin, juste avant le lever du soleil, il prend son repas. Les provisions provenant de tout le village. En effet, une sorte de communauté d’échange se forme et un troc naturel s’installe parmi les villageois. Lucius le forgeron et Mélia la cultivatrice, ceux-ci contribuent suffisamment à la communauté pour recevoir de la nourriture de la part des fermiers et cultivateurs. Les produits exotiques proviennent des revenus engendrés par la vente des surplus et l’achat de spécialités au marché. Les repas sont souvent accompagnés de pêches et agrumes poussant dans la région. D’ailleurs, il arrive quelques fois qu'il puisse boire du vin puisque les vignes sont fréquentes dans le coin.

Ensuite, dès l’aube, le garçon travaille dans les champs, les jardins et les cultures. Ainsi, il revêt une cape avec un capuchon, une tunique serrée à la taille, des pantalons et des bottes. Il utilise une faux ou une faucille pour couper l’herbe et une fourche pour la manipuler. Il utilise aussi souvent une houe pour tracer des sillages ou pour retourner la terre. Les fermiers utilisent des chevaux et des bœufs afin de les aider dans les travaux. Mais la manutention manuelle est obligatoire pour les jeunes. Cela constitue une partie de leur entraînement physique. Évidemment, les jachères sont fortement utilisées puisque la région est aride et que le sol a besoin de repos. Parfois, pour cultiver de nouvelles terres, il participe aux défrichages et autres corvées de ce genre. Le soir tombé, le garçon court jusqu’au petit lac de son père et se revigore rapidement pour ensuite se diriger aux cours de combat.

L’endroit utilisé pour ces entraînements est le terrain de l’instructeur. Il choisit un endroit contenant plus de sable afin d’amortir les chutes. Cependant, afin de préparer les jeunes à la réalité, il donne parfois des formations sur des sols plus solides comme de la terre battue, du bois, parfois même dans les rochers. Dans les journées chaudes, il utilise les combats dans l’eau afin de garder la motivation des élèves. Plusieurs formes de combat sont pratiquées. D’abord les combats à main nue à distance et au corps à corps, les prises de soumissions, les projections, la domination au sol, etc. Ensuite, des lancées de pierre, de la lutte et des combats au bâton.

Enfin, il retourne au lac pour se débarrasser des odeurs et pour se purifier. Il en profite pour entretenir son jardin personnel et adresser ses prières à Yuimen. Destinée s'absente souvent, mais lorsqu’elle se présente, il en profite pour apprendre le plus de choses possible sur ce monde. Et de jour en jour, il remarque la grandeur de cet univers et cela attise sa curiosité.

Lors de son 14e anniversaire de naissance, il reçoit une formation particulière à la forge. Son père Lucius s’assure de lui enseigner le plus de savoir possible et ainsi le jeune se développe rapidement en musculature et en largeur. En effet, les durs efforts déployés devant le foyer et les puissants coups de marteau sur l’enclume contribuent grandement à cela. Tous les outils qu'il utilise, il les confectionne lui même. Au début, les pinces, les ciseaux, les poinçons, les tranches et les griffes ne sont pas très forts et se brisent rapidement. Mais son père soutient que de bonnes armures et de bonnes armes sont d’abord réalisées par de bons outils et qu’un forgeron doit apprendre comment construire ses propres outils afin d’être plus efficace. Chacun bouge différemment et chacun a une force différente et les outils que le garçon copie au début deviennent de plus en plus personnalisés.

Il commence aussi les entraînements à l’arc et à l’épée de bois bien qu’il garde un faible pour le bâton. D’ailleurs, lors de ses temps libres, il taille des branches afin de s’en confectionner quelques-uns. Il lui arrive à quelques occasions, lors de marches ou de cortèges de marchandises que des truands tentent de s’en prendre à lui en pensant que ce bâton sert à marcher et donc qu’il serait désavantagé par un quelconque handicap. Les soirs, il continue à se baigner dans le lac, à prier Yuimen et à entretenir son petit jardin personnel. Il s’intéresse de plus en plus aux Kendrans et à son tatouage. Le jour précédent son rite de passage il se passe plusieurs choses de particulier…


_________________


Dernière édition par Bartimus le Lun 11 Sep 2017 13:40, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: 8 - Adulte en devenir
MessagePosté: Lun 11 Sep 2017 13:34 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2011 06:32
Messages: 59
Localisation: Aux alentours de Tulorim
Tout d’abord, Destinée l'accompagne. Cela fait 6 mois qu’il ne fréquente pas cette créature. D’ailleurs, malgré les questions insistantes du jeune, elle garde le mystère du rite de passage pour elle. Grâce à ces conversations, il remarque que celle-ci ne ment jamais. Soit, elle donne une réponse incomplète, soit elle refuse de répondre. Ensuite, Lucius vient à son fils et lui dit :

«Personne n’entrera dans la forge aujourd’hui et tu ne sortiras pas tant que tu n’auras pas forgé la meilleure lame que tu aies jamais faite. Voici un dîner. Tu as jusqu’au crépuscule.»

Sur ce, Lucius lui remet un paquet emballé d’un tissu beige. Les plis du tissu, sur le dessus du paquet, chaque pli sont disposés de manière méthodique. Le croisement entre eux forme un «X» plutôt précis. Chaque trait part d’un coin et se rend au milieu en ligne droite. Le tout est formé de façon à ce que chaque bout passe au-dessous du précédent et au-dessus du suivant formant ainsi un paquet solide. Celui-ci, Bartimus le comprend immédiatement, est confectionné par Mélia, sa mère. En effet, il est rare qu’autant d’attention soit portée aux emballages. La coutume prônant l’efficacité, mais la tradition prônant l’absence de femmes lors du rite de passage à la vie adulte des hommes. Ainsi, Mélia peut exprimer son amour et son affection pour le fils qu’elle a élevé.

Bartimus, un peu surpris, hésite quelques secondes, mais en voyant le sourire empli de fierté de Lucius, il comprend que son rite de passage débute aujourd’hui. Ceci étant probablement un défi lancé par son père afin de mériter les honneurs des Wiehls. Ainsi, il entre dans la forge et commence immédiatement à ajouter du charbon et de l’huile dans le foyer. Il fait rapidement monter la température et jette le moule à épée dans la chaleur. Il manipule ensuite d’énormes pinces et émet un grognement en tirant le moule hors du foyer. Il prend un ciseau et une masse et taille la forme du moule afin d’obtenir une arme la plus équilibrée possible. Ensuite, il utilise toutes sortes de retailles en acier et les met dans le pot en céramique. Il porte l’acier en fusion et retire les impuretés qui flottent. Puis, il coule l’acier dans le moule, il coule aussi le reste de l’acier dans un moule à garde et un moule à pommeau. Il commence par refroidir la garde dans l’eau et la façonne avec son marteau, utilisant sa pince pour retenir la pièce et chauffant celle-ci afin de la rendre malléable. Enfin, il saisit des morceaux de cuir et enveloppe la lame encore chaude, il la chauffe et il la frappe à de nombreuses reprises. Après plusieurs heures, il profite d'une pause très rapide afin de manger le repas préparé par sa mère.

Il y a trois tirolis cuits sur le feu déposés sur un urikan. Il s’agit d’un morceau de bœuf cuit lentement dans un four accompagné d’une sauce faite maison par Mélia. 2 tomates écrasées et pillées sont mises dans une casserole avec une feuille de menthe. Le tout est bouilli pendant quelques minutes puis on y ajoute du piment selon le goût. On continue l’ébullition jusqu’à obtenir la consistance désirée. Puis, on ajoute un peu de zeste de citron afin de rajouter des saveurs et du piment selon les désirs. Il va sans dire que le parfum qui s’en dégage est exquis et il engloutit l’urikan pour ensuite savourer les tirolis en gardant les ailes pour la fin. Après cette petite pause de 15 minutes, il reprend de plus belle ses frappes sur la lame jusqu’au soir afin d’obtenir une lame aussi longue, mince et tranchante que voulu. Il pose ensuite la garde et le pommeau. Il profite de la deuxième chauffe pour utiliser un poinçon et graver sur l’épée le symbole qu’il porte sur lui. Après trois heures d’acharnement, il arrive à obtenir un résultat satisfaisant. Alors, il enveloppe la poignée d’un mince morceau de bois puis recouvre le tout de cuir. Il chauffe ensuite des anneaux d’acier et les intègre à la poignée afin de retenir le cuir en place et créer des prises. Les dernières touches se font lentement, la fatigue commence à prendre le dessus et il perd peu à peu la notion du temps. Une fois son travail terminé, une hésitation se loge dans son esprit. L’incertitude s’installe… et si elle ne s'avère pas à la hauteur? Une épée en un jour… impossible de produire un travail de qualité. C’est une simple épée droite et la lame peu à peine trancher. Afin de chasser cet inconfort, il s’installe à la meule et aiguise sa lame.
Lorsqu’il sort de la forge, il remarque que la nuit règne. La lune brillante, pratiquement pleine, éclaire le sol. Désorienté, il se souvient que son père lui avait donné jusqu’au crépuscule et recommence à douter de lui. Lorsqu'il remarque son fils, il se lève de sa bûche puis dit :

«Et bien! Voyons maintenant si tu peux l’utiliser.»

Sur ces mots, Lucius dégaine sa propre lame. Une lame magnifique, produite du dur labeur de ces quatre dernières années passées avec son fils. Les deux ont participé à sa création et Bartimus la reconnaît immédiatement étant donné ses décorations. La garde tout à fait particulière et les ficelles dorées qui y pendent ne mentent pas. Surpris, il baise la tête et impose son épée en guise de défense. Le violent coup prodigué par son père le sonne et le déséquilibre et il tombe par terre.

«Relève-toi!»

Le regard de Lucius, sévère, se dirige dans celui du garçon. Néanmoins, il y perçoit un brin de satisfaction, ou de fierté. Il se lève avec difficulté et reçoit un bouclier en pleine gueule et retombe de suite.

«Allez! Sois un homme de Wiehl et bats-toi!»

Mordant la poussière à deux reprises, le garçon ressent de la colère. Il s’équipe du bouclier sur son bras gauche et prend son arme dans sa main droite.

«Ah bon? Une épée à une main? On a de petites ambitions, mon fils?»

«On va voir.»

Sur ces mots, il s’élance de toutes ses forces avec celle-ci pour attaquer son adversaire. Celui-ci se contente de se déplacer vers la gauche et ainsi éviter le coup. L’élan trop puissant, l’épée se plante dans le sol et il la retire avec difficulté.

«Si elle est trop lourde pour tes petits bras d’enfant, il faut peut-être la tenir à une main!»

En regardant son père s’amuser de plus belle, il comprend que celui-ci essaie d'avoir une ascendance psychologique. Il respire profondément et lui répond :

«Je te dis que nous allons voir.»

Il s’approche, mais cette fois avec plus de contrôle. L’attaque n’est pas très puissante, si elle traverse la défense, elle pourrait blesser, mais en aucun cas ne devrais tuer. C’est justement ce que veut Bartimus. Lucius bloque une grande quantité d’attaques et riposte avec force. Au début, il se soumet, mais la fougue de la jeunesse lui permet de garder son souffle et rester concentré. De plus, une forte coulée d’adrénaline parcourt son corps et il ne ressent plus la fatigue de sa journée. À un moment donné, la lame atteint le bras du forgeron. N’ayant pas d’armure, celui-ci laisse tomber son épée de douleur. Voyant son père atteint de la sorte, il s’arrête et regarde son père avec inquiétude.

«Vous allez bien, père?»

Sur ces mots, Lucius arrête de regarder la blessure et regarde son garçon avec un grand sourire.

«Je suis fier de toi, mon fils! Allez, viens! Nous allons fêter ton héroïsme.»

«Je t’ai blessé...»

«Tous les hommes de Wiehl contribuant à la vie et à l’honneur de notre peuple sont des héros et gagnent leur place parmi les étoiles. Cesse de faire cette tête et viens!»

Puisque son père lui tend la main du bras blessé, il se dit que l’entaille n’est pas si grave et décide d’obéir à la tradition. Ceux-ci se dirigent vers le lac où les deux hommes aiment se baigner.


_________________


Dernière édition par Bartimus le Lun 11 Sep 2017 13:40, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: 9 - Les adultes font des choix
MessagePosté: Lun 11 Sep 2017 13:38 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2011 06:32
Messages: 59
Localisation: Aux alentours de Tulorim
En s’approchant du lac, Bartimus remarque la lueur de grands feux et le son de tambours et de chants. Lorsque les deux arrivent sur la plage, la musique s’arrête et tout le monde fixe Lucius. Il déchire la manche de son chandail afin d’exhiber sa blessure. Il prend le bras de son garçon et le soulève dans les airs.

«Mon fils est un homme!»

Sur ces mots, tous les autres se mettent à crier. Les joueurs de tambour frappent de plus belle et les chants deviennent assourdissants.

«Il nait de la mère. Il apprend de son père. De sa force et son courage. Il protège son peuple. Redoutable combattant. Apprenti forgeron. Tous les hommes sont des héros. Gagnent leurs places dans les étoiles.»

Tous les mâles du village sont présents. La quasi-totalité danse et scande la chanson. Onrald, commençant à se faire vieux, se contente de frapper sur un tambour et de sourire en étant assis sur un rocher. Bartimus se dirige vers lui, son confident, son maître de la sagesse. Il sourit, empli de bonheur, de fierté et de joie.

«Bonsoir Onrald!»

«Bonsoir mon p’tit Barti. Va faire la fête. Je te parlerai plus tard.»

Il hoche de la tête silencieusement et avec un grand respect pour lui. Lorsqu’il se retourne et voit tous les autres en train de festoyer, il ressent une poussée de plaisir et saute dans la danse avec les autres. Ils dansent tous jusqu’à l’aube, jusqu’à ce que Bartimus tombe de fatigue. Tous les autres se mettent à rire.

«Qu’est-ce que tu lui as fait, Lucius?», dit l’un, en train de s’esclaffer.

«Il s’est forgé une épée en un jour le pauvre gamin! Un truc impossible. Il est sorti avec un bout d’acier à peine frapper au marteau. Ce petit malin l’a bien aiguisée, par contre, regardez!»

Il exhibe son bras blessé et l’on peut y voir une entaille plutôt grande.

«Il ne t’a pas manqué le petit!», répond un autre.

«Tu l’as nettoyée?», demande Onrald.

«Mais voyons! Une petite éraflure. Je ne vais pas gémir pour ça.»

Tous les autres se mettent à rire, sauf le vieux sage qui arbore une mine dubitative, mais ne proteste pas.

(Un homme est maître de son destin…)

Quelques heures plus tard, Lucius réveille son garçon.

«Debout fils! J’ai quelque chose pour toi.»

«Le rite n’est pas terminé?», dit-il avec une voix faible.

«En effet, le rite est terminé. Onrald est venu me parler et affirme que la plaie s’infecte rapidement et que je vais bientôt être malade. Je voulais au moins te remettre cette épée que nous avons forgée ensemble. Ce sera une partie de mon héritage sur cette terre lorsque j’aurai rejoint les étoiles.»

«Rejoindre les étoiles? C’est si grave que ça?»

Bartimus essayant de regarder le bras de son père, celui-ci pivote et conserve son bras caché sous de nouveaux vêtements.

«Je suis désolé, mon fils. Tu connais Onrald. Il vaut mieux écouter ce qu’il dit. C’est l’un des plus sages du village.»

«Oui, je sais… et qu’est-ce qu’il a dit?»

«Il m’a expliqué que je pourrai voir la prochaine lune, voire deux, si j’ai de la chance… Il a aussi affirmé que ta place n’est pas ici et que tu auras à combattre pour ta vie toi aussi, alors je suis venu te donner ce cadeau. Je voulais te la donner après le rite… peut-être pas dans ces circonstances… Il a mentionné que tu devais partir avant mon décès et que le village serait en danger dans le cas contraire… Écoutes, fils. Je n’entends pas nos ancêtres des étoiles, mais Onrald semble avoir entendu quelque chose. En tout cas, il n’avait jamais été aussi sérieux avec moi alors… tu devrais aller le rejoindre le plus tôt possible.»

«En danger? Ma présence ici constitue un danger? Mais voyons! Je n’abandonne pas mon père au chevet de sa mort! Tu mérites ta place parmi les étoiles, mais je refuse de te laisser seul dans la maladie! Et je t’ai blessé! Je suis responsable de ta mort et vous voulez que je fuie comme un lâche?»

«Tu n’es pas responsable de ma mort et… la lâcheté ne serait pas de partir, mais plutôt d’ignorer les cieux pour la peine que tu vis. Je comprends que tu aimerais passer ces derniers jours avec moi. Mais les Wiehls te demandent ailleurs et le courage serait de répondre à leur appel. Ne souhaites-tu pas honorer tes ancêtres?»

«Bien sûr que oui… sauf que… je me sentirais seul et affligé de t’abandonner ici.»

«Cesse de pleurer. Comporte-toi comme un homme. Tu es un adulte maintenant! Allez PART!»

Surpris que son père se met à crier, il recule de quelques pas. Cette fois-ci, le regard sévère contient seulement de la colère et du mépris. Choqué par ce comportement, il se retourne et va en direction de sa demeure. Onrald est planté là, au milieu du chemin, à mi-distance du village et du lac.

«Tu te souviens de la Perle Rouge? Amasse tes affaires, embarque pour Kendra Kâr et ne reviens jamais avant ton demi-siècle.»

L’image que Bartimus regarde disparaît rapidement.

«Vite! Il faut partir! Je sens la présence de Yuimen et une force m’attire vers le port de Tulorim.»

Subjugué par les évènements, il reste sur place. Il se frotte le visage et cligne des yeux rapidement avec consternation.

«Vite!»

Une vive douleur s’empare du bras du jeune homme. En regardant la partie douloureuse, il remarque immédiatement sa marque qui rougit, et de légères vapeurs émaner de celle-ci. Encore stoïque, Destinée crie une troisième fois afin de le faire réagir. Ne comprenant pas ce qui se passe, il se dirige en courant chez lui. À l’intérieur, il prend des vêtements, une corde, sa bourse, son bâton fétiche, une gourde et son bouclier d’entraînement. Il attache une ceinture avec un fourreau et y enfonce l’épée n’étant pas réellement adaptée à l’intérieur. Il court en direction du port lorsqu'Onrald l'intercepte.

«On part sans dire au revoir?»

Onrald se tient devant lui. En colère, Bartimus tente de frapper le vieux qui esquive l'attaque.

«C’est de votre faute! Mon père se meurt et vous m’expulsez d'ici parce que vous êtes fou!»

«Je me demande ce que ta mère dirait de ton comportement...»

«Pardon Onrald... Je comprends difficilement cette histoire.»

«Tu n’as pas besoin de comprendre. Ce village a décidé que tu devais partir. Les Wiehls te demandent de mettre un terme aux conflits de notre peuple. Souhaites-tu les écouter?»

«Alors j’ai le choix?»

«Bien sûr, chaque homme est maître de son destin. Ton père n’a pas soigné sa plaie et il est malade. Il meurt avec la fierté de voir sa progéniture devenir un adulte. N’est-ce pas un honneur pour cet homme qui a si bien contribué à la communauté?»

«Qu’en est-il de vous? Votre sagesse contribue énormément au village.»

«Mon heure viendra, mais je ne crois pas mourir de ta main n’est-ce pas?» dit-il en regardant l’arme.

«Oh! Pardon... Vous êtes sûr que nos ancêtres veulent mon départ?» répond Bartimus en rangeant l’épée.

«Pose cette question à ton amie!» rétorque Onrald en tournant les talons vers une chaumière.

(Tu sais quelque chose?)

(Je n’ai pas encore communiqué avec tes ancêtres, mais je me souviens qu’à tes 8 ans tu m’avais demandé de regarder dans ton avenir et je t’avais vu sur l’autre continent. Cependant, l’avenir n’est pas immuable. Chaque décision compte et je vous soutiendrai. Ta douleur s’est calmée?)

(Oui...)

En constatant que son maître réfléchit, Destinée se retire du lien mental. Le silence plane pendant plusieurs minutes.

«Je choisis l’honneur et le respect. Je dois me repentir d’avoir attaqué Onrald, suivre la voie de mes ancêtres et celle de Yuimen.»

(Très bien. Je vous suis maître.)

Encore troublé, il marche vers le port avec hésitation.


_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Sam 16 Sep 2017 22:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 14 Aoû 2017 00:44
Messages: 25
Localisation: Tulorim
A peine était-il arrivé au contact avec la cabine que Seth fut interpellé par le miaulement aiguë d'un félin aux couleurs d'ébènes. Similaire poil pour poil au chat qui accompagnait la sorcière plutôt ce jours-là. Peut-être était-ce le même et peut-être que non. Seth n'avait absolument pas l’œil pour ce genre de chose. Les chats noirs ça partait et ça venait dans tout les sens. Même s'il leurs était un peu inhabituel de trainer aux porte d'une forêt sauvage comme celle-ci.

Le jeune homme s'étant visiblement fait grillé par un animal à l'habitat douteux se mit silencieusement en garde, prêt à répondre à toute apparition agressif à son égare. Une seconde plus tard, l'animal miaula une seconde fois avant de pencher légèrement la tête en direction de la porte d'entrée. Ce mouvement, pourtant ô combien vague, prenait un sens très clair dans l'esprit paranoïaque de l'alchimiste. Pour lui, il n'y avait pas de doute à avoir, la bestiole l'invitait à accéder dans le foyer.

Tout d'abord déconcerté, puis ensuite paralysé par le doute, Seth prit finalement la décision de faire un pas dans la direction de l'animal. Un tout petit pas avec lequel il répondait affirmatif à "l'accueil" dont il était le destinataire. Il savait bien que c'était idiot que de vouloir communiquer avec un animal, mais il espérait tout de même lui faire comprendre avec son langage corporel qu'il n'y avait rien à craindre de sa part, qu'il n'avait nullement besoin de se rétracter, ni de faire du bruit. Et le plan semblait plutôt bien marcher, le chat ayant quitté l'ombre de la porte pour se rendre dans les tréfonds du néant.

Haussant les sourcils de confusion, Seth lâcha finalement des yeux l'animal afin de s'engager dans le plus morbide des silences à l'intérieur du logis de la sorcière, prenant soigneusement le temps d'examiner son environnement avant d'entreprendre chaque pas. A priori, la femme aux capacités surnaturelles ne se trouvait pas le champs de vision immédiat qu'il avait depuis l'entrée de la baraque. Il avança donc de nouveau jusqu'à avoir une vue claire du premier étage tout entier.

Le premier détail qui interloqua l'intrus fut la petite table ronde, bien exposée au centre de la pièce et qui accueillait par son dessus deux tasses vides, ainsi qu'une lampe à huile qui servait d'éclairage à la pièce.

( ... ? Vraiment ? Elle m'attendait vraiment ? )

Ensuite, son regard balaya en une seule fois la pièce. Passant tout d'abord par le foyer dans lequel chauffait un peu d'eau, ainsi que les livres qui étaient entreposés dans des étagères de mur et pour finir, les escaliers qui devait mener à l'étage supérieur. A moins que ce ne soit une porte menant à une autre dimension. A ce niveau-là, il ne broncherait même pas si on lui faisait ce genre de déclaration. Quoique, son côté pragmatique essayait encore et toujours de rationaliser les choses. Après tout, il était possible qu'elle ait eut conscience de sa venue grâce à un quelconque dispositif de traque qu'elle lui aurait collée au moment où elle l'avait rencontrée dans la taverne, ou encore, elle aurait pu engager une personne pour surveiller ses moindres faits et gestes et qui l'aurait prévenue grâce à un moyen de communication instantané. C'était tout à fait plausible. Bien plus que l’alternatif selon laquelle elle était omnisciente, tout du moins.

D'un seul coup, le corps de Seth virevolta sur lui même pour faire face aux escaliers. Un son émana depuis cette direction, en un coup d’œil, il témoigna de l'apparition de la sorcière, toujours camouflée par son capuchon. Un pas après l'autre, elle descendait les marches qui devait la mener jusqu'à lui. Puis, d'une voix la plus naturelle au monde, la femme voilée invita son convié à prendre une chaise, le traitant comme un hôte qu'elle aurait attendu toute la journée.

En réponse à son zen, le pèlerin fit un pas en arrière tout en fourrant son bras vers l'arrière de sa chemise, agrippant fermement le couteau qui y était entreposé.

« Vous savez pourquoi je suis là ? »

Si rien ne pouvait réellement lui échapper, alors répondre à cette question devrait être un jeu d'enfant pour elle. Seulement, par simple précaution, il prit le temps de préciser.

« Je ne vais rien vous payer en échange de votre réponse, ok ? ... Ni à la réponse à celle-ci, d'ailleurs. »

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Jeu 21 Sep 2017 01:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 13 Avr 2017 14:36
Messages: 63
Accompagnement de Seth -9-



Même à l'intérieur de sa chaumière, la sorcière cachait le haut de son visage. Il n'était possible de voir que sa bouche et son menton qui ne présentaient aucun signe de déformation...sans doute voulait-elle cacher ce qu'elle avait de hideux, tout comme l'avait suggéré l'aubergiste.

Lorsqu'il eut reculé d'un pas, la sorcière leva légèrement la tête comme si elle regardait derrière Seth... Elle demeura silencieuse un instant... et puis à pas feutré, un loup entra dans la pièce, passa tout près de Seth, comme si de rien n'était, sans lui accorder le moindre regard et se dirigea jusqu'à la sorcière. Suite à un geste de celle-ci, il s’essaya et se laissa caresser derrière les oreilles. Ils se regardèrent quelques secondes dans les yeux, suite à quoi, la sorcière se releva et répondit à Seth, tout en lui présentant une fois de plus la chaise berçante près de la table basse.

"Non, je ne sais pas pourquoi vous êtes ici... du moins, je sais que ce n'est pas pour me tuer avec le couteau qui est dans votre dos " Dit-elle calmement, esquissant même un sourire.

"Ne tentez rien à mon endroit, si vous voulez sortir vivant... je suis entourée de beaucoup d'amis." Rajouta-t-elle sur le ton de la conversation, comme si elle lui avait tout simplement demandé combien de sucres dans son thé.

Et puis, elle prit elle-même place dans la seconde chaise berçante:

"Et que me vaut donc votre visite en cette heure ? Vous n'avez pas cru les ragots des clients de l'auberge ? "

Elle se berça doucement attendant patiemment que Seth la rejoigne sur la chaise berçante voisine de la sienne. Le loup pour sa part, était couché non loin de la sorcière, comme s'il n'était qu'un simple chien domestique.



Guasina

_________________
Image

Gentil Animateur, pour vous servir


Dernière édition par Gentil Animateur le Sam 7 Oct 2017 01:32, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Mer 4 Oct 2017 20:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 14 Aoû 2017 00:44
Messages: 25
Localisation: Tulorim
Droit comme un i, l'homme voilé faisait de légers pas en arrière tandis que son regard restait fixé sur celui de la mystérieuse sorcière. Ses yeux se baissèrent tout doucement jusqu'à se poser sur la partie inférieure de son visage. Son menton et ses lèvres pour ainsi dire, étaient tout deux immaculés de toute sorte de déformation ; Ce qui contre-disait les rumeurs ébruités par le tavernier de Tulorim, selon lesquelles cette bonne femme serait en proie à une déformation faciale.

Seulement, l'heure n'était pas à la méditation. Un feint son de mouvement fit sursauter le brun, juste derrière lui, quelque chose venait de bouger à l'instant même. Instinctivement, il pivota sur lui même avant de faire un grand pas sur le côté. L'instant d'après, il vit apparaître devant lui un grand loup à la fourrure grise, qui évoluait non-nonchalamment au sein du taudis.

Juste après, la voix douce de la sorcière s'éleva dans la pièce, avouant au jeune alchimiste qu'elle ignorait les raisons de son passage. Quelque part, cette réponse soulageait le jeune homme qui commençait à voir les limites de la pseudo-omniscience de la sorcière.

« Eh, bien dis donc. Ça, c'est ce que j'appelle l'art et la manière de casser le mythe. »

Elle n'était pas en pouvoir de répondre à toutes les questions. Ça, il le savait déjà. Cependant, pour s'être faite une telle réputation en ville, elle devait bien être possession d'une ou deux bottes secrètes, et Seth devait bien avouer qu'il était assez curieux d'en apprendre d'avantage à ce sujet. Ces capacités, si elles se révélaient être réelles, seraient un grand atout dans la quête du jeune alchimiste. Par conséquent, il avait tout à gagner à faire ami-ami avec elle.

La propriétaire des lieux semblait être de bonne humeur, ce qui était paradoxal par rapport à leur situation présente. La femme voilée esquissait un début de sourire alors qu'elle invitait son hôte à la rejoindre à table. Et, tandis que ce dernier continuait à la regarder de ses yeux ronds, la dompteuse de loup entamait de nouveau la discussion avec pour commencer des mises en garde bien placés, puis ensuite, une charmante question qui en avait mit sacrément longtemps à se pointer.

Elle lui avait finalement retournée sa question, celle concernant la raison de sa venue.

« ...C'est... Difficile à expliquer. »

Seth décida finalement de relâcher sa posture, laissant ses deux bras se détendre le long de son corps. Visiblement, la sorcière n'était pas offensée par sa présence, allant même jusqu'à entamer la discussion avec l’intrus. Et bien que la situation actuelle n'était pas le résultat escompté par le voyou, il voyait tout de même en cette scène une chance inestimable d'en apprendre d'avantage sur elle.

« On dit que vous êtes omnisciente, est-ce vrai ? »

Le regard du jeune homme défilait régulièrement entre la silhouette de la jeune femme et celle de son animal de compagnie, silencieusement couché derrière elle. La voix fébrile du garçon se faisait faible, comme pour éviter d'attirer l'attention de la bestiole.

« Je cherche quelque chose. Si vous m'aidez à la retrouver, alors je donnerais suite à votre commande de potion. »

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les terres autour de Tulorim
MessagePosté: Sam 7 Oct 2017 01:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 13 Avr 2017 14:36
Messages: 63
Accompagnement de Seth -10-



Le chat ayant apparemment écourté sa ronde de nuit, entra dans la maison et sauta sur les genoux de sa maîtresse. Cette dernière, assise dans sa chaise berçante, fit signe à Seth de prendre place dans l'autre berçante, à sa gauche, séparé de la sienne par une table basse sur laquelle trônait deux tasses de thé.

A la question du jeune homme, la "sorcière" émit un nouveau sourire avant de répondre


"Omnisciente ! ... Ce sera à vous de le découvrir par vous-même "

Elle demeura silencieuse quelques minutes, ne se souciant guère de laisser le silence les entourer puis elle reprit.

"Mais si je vous ai laissé pénétrer dans ma demeure, c'est pour une seule raison, je me demande... Quand est-ce avez-vous vu Rick pour la dernière fois ? "

Dès qu'elle eut prononcé ce nom, le chat se leva et sans quitter les genoux de sa maîtresse, il se cabra et feula en direction de Seth.

"N'ayez crainte, il est un peu ... possessif ! "





Guasina

_________________
Image

Gentil Animateur, pour vous servir


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 204 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 10, 11, 12, 13, 14


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016