L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 ... 15  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Jeu 22 Mar 2012 14:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Alors que mes compagnons entrent l’un après l’autre dans la salle, je sens un poids tomber de mes épaules. Un poids nerveux, qui m’abandonne un instant en voyant qu’ils sont tous là. Lillith m’enlace tendrement, et je réponds à son geste en le serrant moi aussi entre mes bras, trop heureux de le sentir à nouveau, de le voir encore… Et ce même s’il est tout trempé. Nous avons réussi notre entrée dans le Palais de Grantier sans perte, et c’est déjà une réussite en soi, même si les dangers sont encore nombreux d’ici la fin de notre mission. L’arrivée prévue de Duncan et Aenaria est moins réjouissante, cependant. Certes ils sont en vie, mais le guerrier-érudit est dans un piteux état. Il arbore de nombreuses contusions, et seul un de ses deux yeux persiste désormais. Je ne peux imaginer les souffrances qu’il a dû endurer avec ce bourreau infâme. Et je sens un nouveau poids me tomber dessus avec lourdeur : celui de la culpabilité. C’est de ma faute si tout ça lui est arrivé. C’est moi qui aurais dû être à sa place, sous les coups du tortionnaire. Et j’aurais aussi dû être présent pour le sauver.

(Il a accepté de te suivre, il est là sous sa propre responsabilité !)

(J’aurais pu agir pour empêcher ça.)

(Non, tu avais d’autres préoccupations. Il ne doit son état qu’à lui-même.)

Je ne sais pas si je dois me fier à Lysis, et prendre la voie de la facilité, ou suivre mon cœur et embrasser la culpabilité qui m’assaille. Et avec cette culpabilité, je perçois surtout l’indifférence de certains quant à l’état de notre compagnon. Salymïa semble plus se préoccuper d’Aenaria que de son voisin bien plus amoché. Par contre, surprise, Oryash s’approche de celui-ci et se montre finalement moins revêche qu’elle n’avait pu me paraître d’un premier abord. Notre compagnie aurait-elle donc changé son comportement général envers les êtres vivants ?

De mon côté, avant même de répondre aux ennuis humides du cryomancien ou à la suite de notre mission, je me précipite vers Duncan et lui pose une main sur l’épaule.

« Je suis désolé de ce qui t’es arrivé. J’ai manqué à ma parole… J’avais juré qu’il ne vous arriverait rien si ça ne m’arrivait pas à moi en premier. J’aurais dû occuper cette place de prisonnier, perdre un œil et souffrir tout ce que tu as souffert… Je t’en suis redevable éternellement, Duncan. Et j’espère que tu accepteras ces humbles excuses. »

Hélas, à la guerre comme à la guerre, nous ne sommes pas ici en villégiature, et il serait dommage que notre couverture tombe maintenant que nous sommes tous réunis. Je me tourne donc vers l’équipée des amants, laissant à mon glaçon le soin de trouver des habits secs tout seul dans la pièce, qui doit bien en contenir dans l’un des coffres présents.

« Nous devons aller de l’avant, et rapidement. Il n’y a plus de temps à perdre. De notre rapidité dépendra la réussite de la mission. Grantier doit être dans sa chambre, actuellement. Nous devons parvenir à celle-ci sans lui laisser le temps d’être prévenu de notre arrivée. Rapidité et efficacité seront nos maîtres mots, ici. »

Et puis, en des termes plus concrets :

« Nous devrons traverser tout un couloir menant vers un vestibule. Dans ce couloir, il y a au moins trois gardes. Un proche que nous pourrons aisément mettre hors d’état de nuire, et deux autres à mi-parcours. Il nous faut une attaque à distance qui pourrait les empêcher de quitter le couloir pour donner l’alerte… Ensuite, il faudra tenir les escaliers pour empêcher quiconque de monter, gardes ou serviteurs, pendant qu’un groupe montera à l’étage pour s’occuper des gardes du haut, et des autres obstacles menant à Grantier. Lui, je dois le tuer en duel singulier… C’est… une sorte de rituel. Mais il sera peut-être protégé, j’aurai donc besoin de l’aide d’au moins deux d’entre vous… Êtes-vous prêts ? Quel poste préférez-vous occuper ? »

Un court temps pour leur permettre de répondre, et nous pourrons partir…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Lun 26 Mar 2012 04:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 18 Déc 2008 03:51
Messages: 3411
Localisation: Quête 34
Tout en rangeant mes armes à ma ceinture, j’observai silencieusement les retrouvailles des amants de la rose sombre. Bien que nous fûmes séparés que depuis une heure à peine, Cromax et Lillith s’enlacèrent si chaleureusement que j’en vins à me poser des questions sur la nature de leur relation. Le lien qui unissait ces hommes était encore plus fort que je ne l’avais suspecté au départ, ils avaient sans aucun doute survécu ensemble à de rudes épreuves. L’adversité unit les gens ou les sépare tout dépendant de la façon que l’on choisit d’y venir à bout, la première option devrait toujours être privilégié, car vivre seul dans ce monde de brutes, c’est la mort assurée.
Après un petit moment, Lillith mit fin à l’étreinte s’excusant auprès de son vis-à-vis de ses vêtements mouillés. Cet imposant mage, qui avait bravement combattu contre le courant de la rivière souterraine, risquait de souffrir d’hypothermie s’il n’endossait pas rapidement de nouveaux vêtements, raison pour laquelle il nous demanda de lui prêter de quoi le vêtir. Pour ma part, sous ma veste de cuir, je me retrouvais torse nu, mon vêtement de rechange étant réduit en lambeaux suite à l’incendie qu’avait intentionnellement provoqué Hallena, alors que ma plus belle chemise, celle que j’avais enfilée à mon départ de Kendra Kâr, stagnait dans mon sac, sale et imprégnée du sel de la mer. Je m’en débarrasserai dès que j’aurai trouvé des vêtements dignes de ma silhouette dans l’une des garde-robes de ces truands. C’est ainsi que je répondis négativement par un signe de la tête à la demande de Lillith.

Alors que je songeais à explorer la salle, Aenaria s’y engouffra à la suite d’un homme cagoulé. Celui-ci sans perdre un instant dévoila son visage.

Surpris, je dévisageais l’homme qui se tenait devant nous. Et pourtant, il ne s’agissait que de Duncan, cet homme qui m’avait bien accueilli au départ et qui s’était dénudé à moitié pour me montrer les cicatrices que lui avait faites le dénommé Grantier. Mais alors qu’il s’était porté volontaire pour se venger de l’homme mauvais, il nous revenait de sa première partie de mission, en partie défiguré. Alors que Salymia sauta dans les bras d’Aenaria et que Oryash s’approcha du guerrier pour s’informer de son état de santé, je restai immobile, sans quitter Duncan des yeux, horrifié par l’affreuse balafre qui marquait à présent le visage du volontaire. Alors que j’observais la vilaine cicatrice qui débutait du sourcil en passant par l’œil gauche pour se terminer sur le saillant de sa pommette, j’eus le réflexe de porter ma main sur mon propre visage, remerciant intérieurement les dieux que le mien soit intact.

Lorsque je me ressaisis enfin de ma stupeur, Cromax était déjà aux côtés de Duncan et lui exprimait ses regrets de l’avoir envoyé ainsi en pâture aux lions et s’excusant de ne pas y avoir été à sa place. Je détestais les brutes, les chefs égoïstes, opportunistes, tels que Pragatt’, le pitoyable capitaine pirate du rubis sanglant qui avait lâchement abandonné son équipage. Cromax représentait à mes yeux tout le contraire, et si je devais faire partie d’un clan pour vaincre ma solitude et bien ce serait les Amants de la rose sombre que je choisirais et je ferais tout mon possible pour faire partie des leurs.

L’elfe gris exposa son plan, il avait besoin de volontaires pour tenir en respect les gardes, un autre pour garder les escaliers et enfin deux derniers pour l’accompagner dans les appartements de Grantier et s’occuper de ses chiens de garde. Après nous avoir expliqué les positions stratégiques, il nous laissa choisir le rôle qui nous convenait le mieux.

Saisissant l’occasion, malgré la conscience du danger de la mission, je m’avançai d’un pas et déclarai solennellement :

« Je serai à vos côtés afin de m’assurer que les protecteurs de Grantier n’interviennent pas dans votre duel, afin que celui-ci se déroule à la loyale et ... »

Je jetai un rapide coup d’œil à Duncan avant de poursuivre

« que notre compagnon Duncan, ainsi que toutes ses autres victimes, soient vengées. »

Je me tus ensuite pour entendre l’opinion des autres et le verdict du chef des clans. Plus je les côtoyais et plus j’avais le désir de faire partie de leur clan et je voulais, en me portant ainsi volontaire, faire mes preuves. Bien qu’ils ne me connaissaient que depuis peu, j’espérais que la méfiance serait tombée et qu’il me laisserait la chance de leur démontrer que je pouvais leur être utile.

_________________
Image


Dernière édition par Mathis le Jeu 24 Mai 2012 02:36, édité 4 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mar 27 Mar 2012 11:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7725
Localisation: Kendra Kâr
Après moi Oryash que je pensais déjà dans la pièce montra le bout de son nez à travers le passage que le reste des amants avait trouvé. Après un bref regard vers moi, ses yeux se dirigèrent aussitôt vers Duncan qui avait changé d’apparence suite à sa séance de torture. Elle se dirigea immédiatement vers lui afin de lui faire un petit commentaire sur sa nouvelle apparence et enfin lui demanda si un jour il allait récupérer l’utilisation de son œil. J’avais bien peur que non, mais je gardais mon avis pour moi, il ne fallait pas décourager la troupe. Mais ce qui me choqua encore plus c’était que personne n’avait compris ce par quoi j’étais passée pour lui sauver la vie…

(C’est sur que si tu ne le dis pas, ils ne le sauront pas.)
(Je ne suis pas du genre à me vanter Crysti mais juste une once de remerciement, ça ne les tuerait pas…)
(Serait-ce Tamia qui te met dans cet état ?)
(Rien qu’à l’évocation de son nom, la moutarde me monte au nez et je pourrais commettre un meurtre.)

Je pouvais sentir la colère poindre en moi, mes fluides magiques affluant vers mes mains, il fallait absolument que j’arrive à me calmer, sinon j’avais bien peur de faire une connerie qui mettrait en danger tout le monde dans cette pièce. Aussitôt je sentis une vague de calme m’envahir et m’enlevant tous les mauvais sentiments que j’avais pu ressentir il y a quelque secondes. Ne comprenant pas d’où cela pouvait venir, je vis Crystallia battre des ailes.

(C’est toi qui a fait ça ?)
(Oui, tu allais faire une bêtise et je me devais de te protéger ainsi que tes amis ici présents.)
(Merci beaucoup.)
(Sache que par la suite, je pourrais toujours te rattraper au vol lorsque tu seras au bord du gouffre.)
(C’est très imagé mais j’ai compris l’idée.)

Je souris intérieurement en sachant que j’avais Crystallia pour m’épauler lorsque je faillirai à nouveau, car j’étais quasiment sure que cela arriverait de nouveau, j’espérais simplement que la situation ne se représenterai pas dans ces lieux.

Le fil de mes pensées fut interrompu par Cromax qui se dirigea instinctivement vers Duncan pour lui dire à quel point il était désolé de ce qui lui était arrivé. Il se justifia en disant que c’était lui qui aurait du subir ce par quoi le jeune ynorien était passé, il avait maintenant une dette envers le guerrier. Il finit par s’excuser humblement même si je trouvais qu’il n’avait pas à le faire. Après tout Duncan s’était sacrifié pour la cause, il s’était proposé pour cette partie de la mission. Je ne lui jetterai pas la pierre mais il savait que ce serait dangereux. Et si j’étais arrivée plus tôt, si je m’étais débarrassée des gardes plus vite, il n’en serait peut être pas là. En fait, tout ceci était ma faute, j’en avais maintenant l’intime conviction.

(Ne te flagelle pas ainsi, c’est mauvais pour le moral. Oui tu aurais pu arriver plus vite mais tu serais peut être morte à l’heure qu’il est, ne l’oublie pas.)

Ma faera avait raison, je ne devais pas me croire l’entière responsable de cette tragédie. Il fallait absolument se concentrer sur le moment présent et évidemment sur la suite de notre mission. Ce à quoi notre chef répondit par le même avis.

(Ma parole, on est vraiment télépathe !)

Cromax exprima son souhait pour le groupe d’aller de l’avant rapidement. La surprise était notre meilleure alliée, après tout, il n’y avait que Duncan qui était dans la demeure de Grantier et qui pouvait l’ennuyer. Selon le sindel, Grantier devait certainement se trouver dans sa chambre à l’heure qu’il est, l’objectif ici étant d’arriver à lui sans réveiller la garde. Voici donc le plan à suivre : passer par un couloir menant vers un vestibule tout en éliminant les gardes sur la route, sachant qu’il y en avait un juste à côté de la porte et deux plus loin à atteindre à distance.

Puis le groupe devra se séparer en deux morceaux, le premier pour accompagner Cromax dans sa lutte contre Grantier, apparemment un duel, pendant que le reste du groupe tiendra le vestibule entre les gardes et les serviteurs. Cependant, un des termes qu’il avait utilisé me revint alors en mémoire, le vestibule.

(On parle bien de la pièce ou il m’a laissé partir à l’aventure ? Celle avec les deux escaliers ?)
(Il y a de fortes chances que ce soit cette pièce-là effectivement.)
(Cela voudrait donc dire que la demeure de Grantier est symétrique. Intéressant, j’espère bien tomber sur quelqu’un qui pourra me renseigner sur mon frère. Après tout c’était le but de ma contribution à cette mission.)
(A la base, ce n’était pas pour prouver à Pulinn que tu pouvais accomplir une mission ?)
(Aussi mais je me suis dit qu’il y avait des chances que Grantier ait entraîné mon frère avec lui et son aura maléfique.)

Il était maintenant temps pour moi de choisir un groupe. Mathis fut le premier à exprimer le souhait de suivre Cromax, il n’était pas parmi nous depuis longtemps et pourtant il voulait nous prouver encore une fois son engagement envers notre cause qui au départ n’était pas la sienne. C’était impressionnant comment un concours de circonstances pouvait changer les gens en peu de temps. Pour ma part, étant déguisé en garde, je voulais tirer partie de ce costume encore un peu et je connaissais la pièce que nous devions tenir à tout prix, mon choix fut donc vite fait.

- « Je vais choisir de rester en arrière dans le vestibule, il se peut que ce soit la pièce où tu m’as laissé au début de l’infiltration. Je connais le terrain, c’est un avantage certain et mon déguisement pourra peut être fonctionner encore un peu. La chance a été avec nous jusqu’à présent alors autant la titiller à nouveau. Pour ce qui est des gardes dans le couloir, je veux bien m’occuper d’une des attaques à distance. »

Bien maintenant que j’avais choisi ma place sur cet échiquier géant, je n’avais plus qu’à attendre le choix des autres.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Jeu 29 Mar 2012 20:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:45
Messages: 2879
Localisation: L'île des colliers maudits
Personne ne semblait avoir de vêtements de rechange et je vis quelques « non » de la tête de la part de mes compagnons. Le sujet fut de toute façon vite éclipser par l’arrivée d’Aenaria et de Duncan, dans des tenues sombres qui devaient être des déguisements de soldats de Grantier. Lorsque le géant retira sa capuche, je fus saisi d’un hoquet d’horreur. Notre faux prisonnier avait eu un terrible sort durant le peu de temps que nous avions passé séparés. Des cicatrices encore fraiches balafraient son visage et un de ses yeux était crevé.

(Par Gaia ! Qui a osé lui infliger de pareils sévices !)

Oryash et Cromax allèrent directement le voir pour affirmer leur soutien à notre compagnon. De mon coté, malgré toute la compassion que j’avais pour lui, je n’osais pas le rejoindre. Nous n’étions pas particulièrement proches et j’avais peur d’être de trop à ce moment là. Après avoir jeté un regard bienveillant envers le guerrier, je continuais de me débarrasser de mon armure pour me sécher complètement. Une fois les plaques de cristal au sol, j’ôtai ma chemise gorgée d’eau et l’essorai rapidement. De grosses gouttes allèrent rejoindre le dallage de pierre et formèrent une tâche humide dans les jointures.

J’utilisai ma cape de rechange pour me sécher et écoutai attentivement les autres qui entamaient une discussion sur la suite de la mission. Le plan de notre chef était simple : quelques gardes à éliminer sur le chemin, puis séparation en deux groupes. Le premier mené par Cromax irait rejoindre notre cible dans sa chambre pour l’éliminer. Mon amant désirait lui régler son compte en duel singulier en évoquant la tradition, mais voulait avoir des renforts pour s’occuper des soutiens de Grantier. Le second groupe serait chargé de bloquer l’accès à l’étage pour empêcher l’arrivée des soldats.

Ma première impulsion était de rejoindre Cromax pour l’accompagner jusqu’au bout et pouvoir lui porter secours en tout les cas. Mais je me rendais compte aussi que je pouvais être d’une grande aide dans l’équipe de blocage avec mes sorts qui ravageraient les rangs adverses. Après une longue hésitation durant laquelle j’entendais Mathis promettre de venger Duncan et de protéger Cromax, ainsi qu’Aenaria choisit de faire partie de ceux restant en bas de l’escalier.

« Je me joindrais à Aenaria pour contenir les soldats dans le vestibule et vous offrir le temps nécessaire à abattre cette raclure. Et pour les gardes du couloir. Si Aenaria s’occupe d’un des deux éloignés, je peux me charger de l’autre. »

Sans attendre les délibérations, je parti à la recherche d’une tenue dans la salle. Tout en écoutant mes compagnons, je soulevai le couvercle d’un grand coffre en bois, espérant y découvrir de quoi ne pas finir nu dans ce château.

_________________
Image
* Lillith, humain, Aurion et Cryomancien nv23 *
En mission pour les Amants de la Rose Sombre


Feu Ellana : morte dans les flammes du Purgatoir, hantant les lieux à jamais
et arborant ses tendancieux 6969 messages dans les archives de Yuimen


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Ven 30 Mar 2012 13:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 29 Oct 2009 15:25
Messages: 866
Localisation: Quête 33
Dès que notre entrée est remarquée, la plupart des Amants se ruent vers Dame Aenaria est moi. L'elfe ressuscitée s'enquiert de l'état de celle qui m'a sauvé la vie, a raison, elle s'est courageusement battue. Alors que les autres, pour la plupart, s'empressent de venir me voir. La première, à mon grand étonnement, c'est Dame Oryash. Je ne pensais pas qu'elle ferait preuve d'autant de compassion, à sa manière certes, mais de compassion quand même. Et elle me pose une question à laquelle je n'ai pas vraiment réfléchi. Vais-je un jour retrouver l'usage de mon oeil? Je n'en sais rien, je ne me suis encore posé cette question, et à vrai dire, je n'en ai cure. Je ne sais pas si j'ai vraiment envie de récupérer cet oeil. Oui, je ne crois plus vraiment, ou plutôt, j'ai décidé de ne plus croire au destin. Mais cette balafre sur mon oeil gauche, elle témoigne de mon attachement, de mon dévouement, envers Cromax et envers les Amants. J'ai rempli mon rôle de prisonnier, j'ai souffert oui, mais j'ai survécu. Je décide alors de répondre à la Phalange:

"Dame Oryash, merci de votre soutien. Je ne sais pas si je peux retrouver l'usage de mon oeil, ce qui est sûr, c'est que je ne le veux pas."

Vient alors Messire Cromax, qui lui aussi, semble désolé pour moi, il se confonds même en excuse, et je m'en sens terriblement gêné. Pourquoi s'excuse-t-il ? Il n'est en rien responsable. Seul la folie des hommes de Grantier est fautive, et nous allons bientôt y mettre un terme. Je fais alors un grand et sincère sourire à notre capitaine avant de lui répondre.

"Messire Cromax, vous n'avez pas besoin de vous excuser. Je suis en vie, c'est le principal. Et puis, nous sommes là pour que ce genre de chose n'arrive plus n'est-ce pas?"

Je l'écoute alors expliquer la suite du programme, et sans hésiter une seconde, je sais où sera ma place.

"Messire Cromax, je serais à vos côtés lorsque vous affronterez Grantier si vous me le permettez. Disons que...Mon point de vue quand à son sort à légèrement changé. J'aimerais...Le voir mourir sous mes ye...euh, mon oeil, même si ce n'est pas de ma propre main."

Oui, ce rat doit mourir.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mar 3 Avr 2012 18:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Alors que tout le petit monde se retrouve, Cromax décide de nous presser un peu. Je comprends donc vite que l’heure n’est pas aux retrouvailles émouvantes avec mon amie, mais bel et bien à l’action. Il me faut me replonger dans la bataille et continuer de garder à l’esprit que ma mère se trouve dans cette forteresse et il me faut la tuer pour me libérer de mon passé si encombrant. Notre chef nous expose ce qu’il a découvert et surtout le plus important : les emplacements des ennemis.

À aucun moment il ne mentionne la présence d’une autre elfe blanche. Un seul nom franchit la bouche de notre chef : Grantier. Ça ne me gène pas, mais mes préoccupations sont loin d’être sur la même longueur d’ondes. Après nous avoir exposé les dangers, l’emplacement des gardes, Cromax nous demande quel poste l’on souhaite occuper pendant qu’il se chargera de son ennemi. Je suis surprise de cette demande, je ne m’y attendais pas du tout. Pour moi, il est censé commander et nous dire où nous placer, mais j’apprécie ce petit brin de confiance et de liberté.

Rapidement le plan se dessine. Mathis prend la parole en premier et souhaite se joindre à Cromax lors de son combat avec le maître de la forteresse. Mon amie prend si tôt la parole et souhaite se placer dans le vestibule pour le garder et Lillith se propose pour lui porter son soutien. Duncan émet également l’envie de soutenir notre chef. Il ne me reste que peu de choix, mais cela me va. Qu’importe l’endroit où je vais me trouver, tous ce qui compte pour moi c’est de tuer ma mère.

"Je vais monter la garde à l’étage devant la chambre de Grantier ! Vous pouvez compter sur moi."

Voilà c’est dit. Je vais me placer à cet endroit et dès que le rat sera mort, ma mère aura à faire à moi ! Cette demeure ne sera pas assez grande pour qu’elle se cache.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Mar 3 Avr 2012 21:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 10 Avr 2010 23:59
Messages: 721
Localisation: Kendra-Kâr
précédemment:Tous réunis


Contre toute attente la réponse de Duncan ne fut pas celle qu'Oryash aurait espéré entendre. En effet ce dernier bien que touché par sa sollicitude et son soutien lui affirma qu'il ne savait pas s'il lui serait un jour possible de retrouver l'usage de son oeil et à vrai dire, il ne le souhaitait pas.
S'en vint alors Cromax qui s'excusa pour avoir mis Duncan en danger. Il avoua vouloir être à place, qu'il n'avait pas à avoir subi pareille chose alors que lui était indemne. En quelque sorte Cromax se sentait responsable de tout ça et c'était parfaitement compréhensible.

Mais bien vite la conversation changea de direction et Cromax entra dans le vif du sujet. A savoir qui l'accompagnerait pour affronter Grantier et qui restait en arrière pour retenir les gardes. Mathis manifesta son désir d'accompagner notre chef, tandis que Lillith et Aenaria se proposaient à rester en arrière pour empêcher toute tentative de rescousse. Duncan sans hésité décida de suivre Cromax et Salymïa opta pour se poster dans le couloir.

Ne restait qu' Oryash. Tous avaient pris leur décision sauf elle. Elle pesa le pour et le contre des forces en présences. Les personnes ayant choisi de se poster dans le couloir étaient suffisamment puissantes pour refouler et anéantir toutes tentatives d'attaques.
Son choix se porta alors sur le reste du groupe.

"Cromax, je t'accompagne! Avec un peu de chance ma magie sombre sera peut-être utile."

Voilà, tout était dit. Chacun avait choisi sa voie. Elle regarda chaque membre du groupe comme pour fixer à jamais leur image dans sa mémoire. Après tout il n'était pas sur que tous s'en sorte vivant. Puis elle s'attarda un peu plus sur Lillith comme si elle voulait lui faire passer un message par le biais de son regard, du genre soit prudent.

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Jeu 5 Avr 2012 11:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Tour à tour, chacun des amants énonce ses volontés quant à son placement dans la bataille à venir. Ce n’est que théorique, bien sûr, et je sais pertinemment que toute cette organisation peut changer au moindre événement imprévu, mais au moins nous aurons quelque chose sur quoi nous reposer pour ne pas partir dans tous les sens. Ainsi, Mathis souhaite être à mes côtés, tout comme Duncan, qui après avoir accepté mes excuses tout en affirmant qu’elles ne sont pas nécessaire, m’affirme vouloir voir mourir notre ennemi. C’est lui qu’il tient responsable de son sort, et le haine l’habite clairement. Mathis se fait plein d’empathie pour le borgne, puisqu’il affirme comprendre son besoin de vengeance. Je ne peux m’empêcher de me demander si la colère est un bon moteur pour l’application d’un plan. Mais Lysis coupe aussitôt tout débat interne, de manière catégorique.

(Bien sûr que ça l’est ! Souviens-toi de ton passé ? N’as-tu pas été bien plus efficace en combat lors de tes crises de rage ? Les émotions, les sentiments forts sont des armes, et il faut se soumettre à eux, se laisser submerger, pour pleinement vivre. C’est bien ce que tu veux, n’est-ce pas ?)

Curieusement, je sens quelques dissonances dans son discours, sans parvenir à mettre le doigt dessus. Je ne peux la contredire, et pourtant je me sens manipulé, spolié.

(Cela ne se peut, Cromax. Je suis toi, et tu es moi. Nous ne formons qu’un unique être de pensée.)

Mathis et Duncan m’accompagneront donc dans l’antre de Grantier pour me voir le tuer. À l’opposé, Aenaria et Lillith couvriront mes arrières, au rez-de-chaussée. Deux des combattants les plus émérites du groupe en arrière garde. Je ne sais si cette stratégie sera la plus efficace, mais je ne peux que me joindre à leur accord : au moins je n’aurai rien à craindre de ce côté-là. Tous les gardes du château pourraient bien venir à la rescousse de leur maître, ils ne passeront pas les escaliers. Entre la stratégie militaire de l’elfe grise, sa connaissance du terrain, et la puissance que je connais à mon Glaçon, ils n’ont aucune chance de passer.

Vient ensuite Salymïa, qui affirme vouloir monter la garde dans le couloir de l’étage. Au cas où les hommes de Grantier viendraient de cet étage. Ses comparses, ses invités. Peut-être même la mère de Salymïa, l’une des elfes blancs du repas. Et Onyx ? Je ne sais toujours comment me placer vis-à-vis de lui. Aucune erreur n’est permise. Aucun détail ne doit être laissé de côté.

La dernière à énoncer son choix est Oryash. Elle affirme vouloir elle aussi m’accompagner à l’étage, appuyant l’utilité possible de sa sombre magie nouvellement découverte. Sans doute a-t-elle raison. Si les choses tournent mal, sans doute sera-t-elle plus qu’utile, avec ses sombres fluides et sa sauvagerie.

« Bien, nous ferons comme ça. Aenaria et Lillith resteront près des escaliers, et les autres viendront avec moi à l’étage. Ne tardons plus maintenant. »

Et j’enjoins chacun à me suivre vers la porte menant dans le couloir. Rapidement, nous passons dans le logement des gardes, encore vide. Comme s’il était trop tôt pour qu’ils dorment. Arrivé près de la porte, je m’arrête, et fais signe à mes compagnons de faire silence ; Derrière cette porte, un garde. Plus loin dans le couloir, deux autres, qui ne peuvent nous échapper. Aenaria et Lillith s’occuperont d’eux, tel qu’ils l’ont annoncé. Aussi, je me chargerai du premier. Prenant une longue inspiration, je passe une main sur mon visage. Mon vrai visage, mes traits réels. Ma peau d’argent satinée. Nul masque ne me pare, désormais. C’est l’assaut final vers le but de notre mission.

À voix basse, je m’adresse à mes pairs, les amants de la rose sombre.

« Soyez prêts. Aucune erreur n’est permise, désormais. Nous devons filer droit au but, sans nous arrêter. »

Et aussitôt, j’ouvre la porte tout en dégainant ma rapière, cette lame noire offerte par Phaïtos en personne. Cette arme qui fera couler en premier le sang sur les dalles de ce palais. Le garde n’a que le temps de se retourner que déjà mon arme lui transperce le ventre de part en part. Il s’effondre sur lui-même sans un cri, juste avec un hoquet de surprise. La mort l’a frappé sans qu’il s’y attende, et l’acier froid à mordu ses chairs sans la moindre pitié. Son regard se vide de toute vie alors que le mien, noir et dur, le suit dans sa chute. Je m’écarte alors aussitôt du passage pour permettre aux deux mages d’œuvrer sur les deux autres gardes, plus loin… qui déjà aperçoivent notre présence, et mon meurtre…

Ça commence.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Ven 6 Avr 2012 00:00 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:45
Messages: 2879
Localisation: L'île des colliers maudits
La répartition continua et Oryash rejoignit le groupe de Cromax tandis que Salymia prenait une position intermédiaire au sommet des escaliers. Pendant qu’elles parlaient, je farfouillais dans une première malle, mais le contenu était plutôt décevant. Des plastrons de tissu rembourrés, des casques, des genouillères… L’attirail parfait pour une séance d’entrainement, mais pas de vêtements. Mais en fouillant en profondeur, je finis par trouver une vieille tunique ocre sentant la sueur.

(Charmant…)

Il me vint alors une idée de génie qui avait l’avantage de m’éviter cette puanteur. Je cherchai rapidement dans mon sac un petit pot et l’ouvrit immédiatement. Mes doigts prirent une bonne dose du baume et je m’enduisis le bras. A ce moment là, Cromax récapitula notre prochain objectif, le couloir logeant trois gardes, et se dirigea vers la porte.

« Un instant, j’ai un dernier préparatif. Si Aenaria veut profiter un maximum de son déguisement pour leurrer l’ennemi le plus longtemps possible, un intrus ostensiblement visible gâcherait tout. Mais j’ai une solution. »

En disant cela, je remuais ma main portant le pot. Une partie de mon torse et mon autre bras était devenu invisible sous le couvert de la crème enchantée et on aurait dit qu’un bout de mon corps lévitait. Je passais ma main invisible sur mon ventre et chaque mouvement étalait un peu plus de néant sur ma peau, jusqu’à faire disparaitre mon nombril.

« Mon baume d’invisibilité. Avec ça, je pourrais opérer sans qu’on puisse me repérer. »

Pressé, je ne fis pas trop attention aux réactions et continuer de m’enduire le corps, passant à mon intimité encore camouflée par mon pantalon trempé. J’aurais bien aimé garder mes vêtements et surtout mon armure, mais l’étiquette du pot spécifié bien qu’il n’agissait qu’au contact de la peau. J’allais donc devoir y aller nu, sans protections autres que mon invisibilité. Mes hanches huilées, j’ôtai mes frusques et mes chaussures pour finir mes jambes. Il ne restait plus que mon visage et un bras, ce que je ne tardais à faire, voilant complètement ma présence aux autres. Pour que mes compagnons ne soient pas perdus tout de suite, je pris mon sceptre en main et enroulait la chaîne orné de mon cristal sur le manche, ainsi que la petite bourse contenant mes runes. Après avoir bu une potion ranimant ma puissance magique, je délaissais le reste de mon équipement dans un coin de la pièce, comptant bien le récupérer prochainement.

(Je cacherais mon sceptre dans le vestibule dans un premier temps pour pouvoir le sortir si je suis repéré)

Mon sceptre flottait dans l’air autour de mes compagnons. Ca aurait pu être drôle si la situation n’avait pas été pressante. Cromax avait continué sur sa lancée et il embrochait d’un geste déterminé le premier garde après avoir ouvert la porte à la volée. Dans un mouvement sec et impérieux, je dirigeais mon sceptre vers le soldat de gauche et envoyait un pic de glace aussi affuté qu’une rapière. Mon expérience en la matière paya et le projectile, mu par une précision mortelle, vint se ficher dans le crâne de l’homme qui comprenait à peine que son collègue se vidait de son sang au sol.

_________________
Image
* Lillith, humain, Aurion et Cryomancien nv23 *
En mission pour les Amants de la Rose Sombre


Feu Ellana : morte dans les flammes du Purgatoir, hantant les lieux à jamais
et arborant ses tendancieux 6969 messages dans les archives de Yuimen


Dernière édition par Lillith le Ven 13 Avr 2012 15:23, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Ven 6 Avr 2012 21:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7725
Localisation: Kendra Kâr
Peu après mon intervention, ce fut Lillith qui décida à son tour quel camp choisir. S’étant trouvé de quoi se sécher, il prit le parti de se joindre à moi afin de retenir les gardes et autres serviteurs qui seraient susceptibles de causer du tort à l’équipe qui s’occuperait de Grantier. Il proposa également de s’occuper de l’un des gardes éloignés si je m’occupais de l’autre. Opinant du chef, la décision fut prise que nous nous occuperions de ces deux hommes.

Puis ce fut le tour de Duncan de s’exprimer et de dire que Cromax n’était pas responsable de son sort, qu’il l’avait choisi et que pour la suite, il voulait se trouver près de notre chef. Salymïa quant à elle choisit de surveiller les escaliers menant à Grantier et enfin Oryash, contre toute attente, prit le parti de se joindre à Cromax. J’aurais plutôt cru qu’elle resterait avec Lillith et moi, j’avais cru déceler un début de profonde amitié et voir plus entre la phalange de Fenris et le cryomancien.

Cromax mit un terme à notre conversation, car les groupes étaient formés maintenant. Il ne voulait plus tarder et effectivement, d’un mouvement de la main, il reprit son apparence naturelle, celle d’un sindel, un des miens. Un petit vent de nostalgie souffla sur mon esprit à cette pensée, j’avais envie de revoir les prairies du Naora, de ressentir l’étouffante chaleur de ma ville de naissance.

Je n’avais pas le temps pour cela maintenant, je pourrais y penser plus tard. Se dirigeant vers la porte, il nous intima l’ordre d’être rapide, efficace et le plus silencieux possible. Aussitôt Lillith répondit qu’il avait un dernier préparatif avant que l’on ne parte de la pièce. Il voulait utiliser ma tenue à fond et jouer la carte de l’invisibilité. Le baume dont il nous avait parlé plus tôt dans la journée, cela me paraissait être il y a des jours, allait lui être utile afin de se camoufler. Ainsi seul son bâton serait visible et nous pourrions jouer la-dessus à fond.

A peine venait-il de finir de s’enduire de ce baume que Cromax tuait le garde juste derrière la porte de la pièce ou nous étions. Lillith suivit dans l’embrasure de la porte afin de porter atteinte à l’un des gardes qui devait être posté au bout du couloir, ou tout du moins le bâton du cryomancien. Ni une, ni deux, je concentrai mes fluides de lumière au bout de mes doigts prête à l’action. Passant à mon tour par la porte, je vis l'arme de Lillith collé contre le mur à ma gauche, il s’apprêtait certainement à lancer son sort sur le garde le plus proche de lui. Respirant un bon coup, je n’eus pas le temps de lancer mon attaque en même temps que lui, son projectile alla se ficher avec la précision d’un archer dans la tête du garde sur la gauche. Celui en face était complètement abasourdi devant la situation, il me fallait en profiter avant qu’il ne réalise ce qu’il était en train de se passer sous ses yeux. Paume droite vers lui, doigts écartés, je déchargeai ma puissance lumineuse sur lui en un trait mortel.

Aussitôt le second garde s’écroula au sol après avoir pris cette attaque en plein cœur, le champ était libre pour le reste de la troupe.

- « Nous pouvons avancer maintenant. »

D'un signe de la main, j'invitais les autres amants à nous rejoindre dans le couloir, sécurisé pour le moment.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Ven 13 Avr 2012 11:05 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2940
Localisation: Elysian
Les gardes du bout du couloir n’ont le temps d’agir que mes alliés, prompts et efficaces, mettent fin à leur vie d’insatisfaction au sein de ce fastueux palais. Qui d’un pic de glace dans la tête, qui d’un trait de lumière en plein cœur, les deux hommes s’effondrent en éparpillant sang et vie, sans un cri. Alors, je fais signe aux miens de me suivre, car la rapidité est de mise, désormais. Plus ces cadavres, et notre invasion, seront découverts tard, plus grandes seront nos chances d’arriver chez Grantier en toute tranquillité pour définitivement mettre fin à toute cette histoire.

J’avance donc en tête de colonne, dans ce long couloir que je parcours toutefois rapidement. Pas un regard pour les deux cadavres que je dois enjamber. Des hommes qui n’étaient pas forcément mauvais, mais qui se sont retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment. Des dommages collatéraux. Il y en a toujours eu, et il y en aura toujours, dans ce type.

(Finalement tu l’admets de toi-même ! Belle évolution.)

Nous arrivons vite dans la pièce faisant le lien entre les deux parties de ce palais, le hall d’entrée, muni de sa double rangée d’escaliers, l’une menant vers les logements des serviteurs et gradés, l’autre vers les appartements et chambres des invités de l’endroit, et du maître des lieux : notre cible. Je me tourne alors vers l’elfe gris en habit de garde, et vers le sceptre volant qui fut autrefois mon glaçon préféré, mais qui a jugé bon de s’enduire d’un baume d’invisibilité pour assurer ses chances de surveiller l’endroit.

« C’est cet escalier dont vous devrez barrer l’accès. Là-haut, il n’y a que quelques gardes, et les invités de Grantier. Nous devrions pouvoir nous en sortir. Profitez de la disposition stratégique des lieux pour empêcher quiconque de monter. »

Une fois cette précision apportée, je prends un air moins dirigeant, pour leur répéter :

« Courage… J’ai confiance en vous, et en vos capacités. Les autres, montons. »

Et aussitôt, obéissant moi-même à mon propre ordre, je grimpe la volée de marche. Une fois arrivé en haut, je tombe nez à nez avec le garde qui, sous mon apparence d’Onyx, m’avait empêché d’entrer dans le bureau de Grantier. Cette fois, la diplomatie n’est plus de rigueur. Je l’empoigne fermement pour le plaquer contre sa porte avec force. Les quatre autres gardes présents dans le couloir, plus loin, accourent dans notre direction, et sans les regarder, j’affirme à mes alliés :

« Occupez-vous d’eux. »

Et de mon arme métamorphe transformée en poignard, je tranche la gorge du garde en livrée sombre, laissant le soin à Salymïa, Mathis, Oryash et Duncan de s’occuper des quatre autres…

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Sam 14 Avr 2012 17:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:45
Messages: 2879
Localisation: L'île des colliers maudits
Notre attaque éclair était un succès. Au moment où je tirais mon pic de glace, Aenaria envoya un rayon lumineux qui perça la poitrine du dernier garde, laissant juste un trou aux bords brulés sur le torse qui s’effondra sans vie. Un silence de mort imprégna le couloir.

(On est vraiment implacable… On dispense la mort sans coup férir)

La violence de nos actions, qui allait être croissante, me faisait un peu peur, mais je tus mes doutes et mes craintes en les enfouissant sous une froide organisation de la situation. On ne pouvait se permettre une hésitation, on ne pouvait prendre le temps de juger si nos opposants méritaient de mourir. Notre croisade envers Grantier ne permettait pas que des sentiments humains viennent faire obscurcir le chemin.

Nous prenons vite la marche et débouchons sur une grande salle comportant deux escaliers et étant très probablement le vestibule évoqué par Cromax. Deux grands lustres de cristal diffusaient une lumière dorée sur les murs de pierre nue et les lueurs des chandelles se miroitaient sur le dallage de marbre vitrifié. De chaque coté de la pièce, un escalier de pierre s’élevait vers les hauteurs, décoré d’un garde-corps en chêne assez massif et richement sculpté d’ornements végétaux.

Cromax confirma à Aenaria et moi que cela allait être notre champ de bataille, avant de nous encourager. Je lui adressai un sourire, mais je me rappelai rapidement qu’il ne pouvait pas le voir. Je regardai alors passivement mes compagnons monter l’escalier qui était face à nous et disparaitre bien vite dans les hauteurs. Il ne restait plus que la sindel qui était déguisée en soldat.

Je jetais un coup d’œil aux environs pour me préparer au combat. Une grande porte se trouvait entre les deux escaliers et sa taille laissait penser que c’était l’entrée du bâtiment ou l’accès à une salle démesurée. De l’autre coté de la pièce, à droite du couloir d’où nous venions, il y avait une porte de taille plus classique. Cela faisait deux accès possibles, sans compter le second escalier qui mener vers d’autres parties du palais. Il y avait bien deux fenêtres non loin des escaliers, mais elles étaient assez hautes et difficilement utilisables pour pénétrer nos défenses. Par contre, la salle était vraiment vide et aucun meuble ne pouvait nous permettre de faire des barricades ou bloquer des portes.

(La stratégie du faux soldat pour leurrer les troupes le plus longtemps possible est vraiment notre meilleure chance.)

« Bon, l’ennemi risque d’arriver par trois cotés. Ces deux portes et l’autre escalier. Le mieux serait de rester à proximité de l’escalier pour bien le protéger. Comme je suis invisible, je me placerais en fonction de ta position. Dis-moi, comme tu as visité un peu les lieux, est-ce que tu connais les environs ? »

Je parlais à voix basse et m’étais rapproché d’Aenaria pour qu’elle puisse aussi parler à mi-mots. Nous devions vite établir notre stratégie avant que qui compte arrive.

_________________
Image
* Lillith, humain, Aurion et Cryomancien nv23 *
En mission pour les Amants de la Rose Sombre


Feu Ellana : morte dans les flammes du Purgatoir, hantant les lieux à jamais
et arborant ses tendancieux 6969 messages dans les archives de Yuimen


Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Sam 14 Avr 2012 22:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7725
Localisation: Kendra Kâr
Aussitôt après nos attaques magiques, Cromax réagit rapidement en s’élançant dans le couloir, enjambant au passage les deux cadavres que Lillith et moi avions laissé derrière nous. Je vis un bâton suivre le sindel, je savais que c’était le cryomancien. Nous devions avancer au plus vite, l’effet de surprise de cette attaque serait notre meilleur allié durant la bataille finale.

Rapidement, j’arrivai donc dans ce fameux vestibule que j’avais déjà eu l’occasion d’arpenter afin de trouver un moyen de délivrer Duncan. Notre chef de mission se tourna alors vers nous alors que le reste de la troupe se faisait attendre même si je pouvais clairement entendre le bruit de leur pas dans le couloir.

Il nous informa que nous devions absolument empêcher quiconque de monter par l’escalier faisant face à la porte d’où nous arrivions, ce dernier étant l’accès le plus rapide vers Grantier et ces quelques invités. L’autre escalier, celui sur la droite de la pièce, menant certainement vers les quartiers des serviteurs et d’une partie de la garde rapprochée de Grantier. Il nous souhaita bon courage en ajoutant qu’il croyait en nous et en nos capacités.

(Ainsi donc il a toujours confiance en moi, voilà de quoi être rassuré. Crystallia, inutile d’ajouter je te l’avais dit !)
(Tu veux toujours m’enlever tout le plaisir, n’empêche je te l’avais dit qu’il te pardonnerait ton écart de conduite dans le tunnel. Tu devrais avoir plus confiance en toi et en tes pouvoirs.)
(Tu as raison, alors au travail.)

Cromax enjoignit ensuite le reste de notre groupe à le suivre à l’étage comme nous l’avions décidé dans la salle d’entraînement. Nous n’étions maintenant plus que deux à pouvoir repousser l’assaut des gardes, une bien lourde tâche nous attendait. En regardant au plafond, je remarquai la présence de deux lustres dont les systèmes de montée-descente se trouvaient dans le mur avec les portes menant d’un côté à la prison, de l’autre à la salle d’entraînement.

(Cela me donne une idée…)

J’entendis alors une voix à côté de moi qui parlait doucement, c’était Lillith. Il constata que l’ennemi pourrait arrivait par deux portes et l’escalier, jusque là j’avais fait le même compte. Selon lui, le mieux serait de rester à proximité de l’escalier afin de le protéger, je n’étais pas de cet avis. Il me demanda ensuite ce que je savais des lieux que j’avais visité ou du moins dont j’avais la connaissance. Parlant à voix basse, je répondis à ses interrogations.

- « Tout d’abord, je ne suis pas d’accord avec toi lorsque tu dis qu’il faut absolument que l’on reste près de l’escalier menant à Grantier, ce serait une erreur de débutant et surtout un excellent moyen pour montrer aux gardes le but de notre mission en ces murs. Si nous restons collés à cet escalier, ils comprendront que nous sommes venus pour leur maître, ils sont loin d’être dupes, ils doivent certainement avoir connaissance de la situation avec le Temple. »

Avançant dans la pièce, j’en fis le tour du regard. L’escalier pourrait servir à camoufler aisément le cryomancien ainsi que son bâton.

- « L’escalier menant à Grantier, tu seras le seul à t’y poster. Il faut profiter de mon déguisement au maximum. J’ai la chance de pouvoir moduler ma voix si besoin est, j’arriverai peut être à retarder l’échéance d’un combat sauf si les corps des soldats que j’ai tué sont découverts rapidement bien que j’en doute, personne ne risque d’aller dans la prison sachant que deux gardes en sont ressortis ! »

A cette idée, je souris car le plan que nous avions monté avec Duncan avait marché à la perfection, leurrant ainsi le seul garde restant dans le couloir. Espérons qu’il ne serait pas trop curieux et surtout que le sang des quatre gardes que j’avais tué ne passe pas sous la porte, sinon nous étions d’ors et déjà morts.

- « Tu pourras aisément cacher ton sceptre derrière la rambarde de l’escalier, te conférant ainsi un véritable effet de surprise lorsque tu attaqueras. Pour ma part, je serais plutôt posté près de l’une de ses deux portes. »

Se disant , j’indiquais d’abord la porte menant à la prison puis celle par laquelle nous venions d’arriver. Puis mon doigt glissa vers la porte d’entrée.

- « Notre plus gros problème reste cette porte d’entrée. Nous n’avons aucun moyen de la barricader et si nous sommes trop bruyants, il y a de fortes chances pour que nous attirions les arbalétriers du tour de garde. Cette porte mène vers une grande cour intérieure par laquelle nous sommes entrés tout à l’heure avec Cromax et Duncan. Ce combat va se jouer à quitte ou double, mais il vaut vraiment le coup si nous pouvons donner suffisamment de temps à Cromax et aux autres afin de liquider Grantier. »

Puis j’indiquai des deux mains les fenêtres.

- « Comme tu peux le voir, les fenêtres sont assez haut placées, à 1m80 du sol à peu près. Tu peux être sur qu’il n’y aura aucun garde qui passera par celle de droite car elle mène directement sur un jardin rempli de rose, je suis passée par là tout à l’heure afin de délivrer Duncan, j’ai d’ailleurs eu chaud aux fesses en ne me les piquant pas ! De l’autre côté… »

(Pareil.)

- « … c’est également un jardin, donc nous sommes tranquilles pour ça. Après ce qu’il faudrait que nous exploitions durant le combat c’est ça. »

Tout en parlant, je pointai de la main droite le plafond.

- « Je ne connais pas l’étendue de tes pouvoirs mais vu ce que tu as fait dans le couloir, je pense que tu peux facilement atteindre les chaînes qui tiennent ces lustres au plafond afin de nous donner du temps pour nous replier si la situation devient tendue. Sinon je peux toujours les éteindre et les rallumer, le vent et le feu ne sont pas incompatibles. Le seul problème est que tu risques de ne plus rien voir sauf si… »

Avançant vers la fenêtre la plus proche, je levai la tête vers le ciel et constatai la présence de l’astre lunaire.

- « … la lune est avec nous, ce qui est le cas cette nuit. Je pourrais quasiment voir comme en plein jour avec mes yeux d’elfe et tu pourras quand même voir suffisamment pour ne pas me toucher. Après pour ce qui est de la stratégie à adopter, je dirais moi devant et toi derrière en soutien et surtout à me protéger si je suis mal barrée. Plus ta présence sera gardée secrète longtemps, plus nous pourrons tirer avantage de la situation. Donc qu’est-ce que tu en penses et surtout combien de temps va tenir ton invisibilité ? »

Je ne savais trop ou regarder à part le bâton de Lillith, je ne voyais rien, ce baume faisait vraiment des merveilles. La grande porte d’entrée devrait être barricadé à tout prix si nous ne voulions pas alerter les gardes du chemin de ronde. Il faudra récupérer toutes les armes que nous pourrons afin de bloquer cette entrée. Nous avions une chance si nous arrivions à bien coordonner nos mouvements.

- « Je ne connais pas les sorts qui sont en ta possession mais je sais une chose, à nous deux, nous pouvons les battre si nous arrivons à bien coordonner nos différentes attaques. »

A cet instant précis, la détermination pouvait se lire dans mon regard. J’avais choisi cette place car d’une part, je m’étais déjà confronté aux gardes des lieux et connaissait leurs faiblesses et d’autre part, parce que je savais pertinemment que les sbires de mon frère ou même mon frère lui-même ne se trouveraient pas avec Grantier. Après tout, repousser des vagues ennemis était quelque chose que j’avais déjà eu l’occasion de faire durant ma formation, alors repousser celles-là ne seraient pas plus difficile.

_________________


Dernière édition par Aenaria le Mer 25 Juil 2012 08:08, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Dim 15 Avr 2012 15:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 18 Déc 2008 03:51
Messages: 3411
Localisation: Quête 34
Les amants de la rose sombre se prononcèrent sans tarder, exprimant chacun leur tour la position qu’ils voulaient occuper dans cette mission contre le mécréant nommé Grantier. Aenaria et Lillith demeureraient dans les escaliers repoussant les gardes qui voudraient porter secours à leur chef. Salymïa quant à elle monterait à l’étage, mais demeurerait à l’extérieur de la chambre de Grantier prévenant ainsi une possible échappée de ses hommes. Oyrash et Duncan voulaient tout comme moi assister au combat final. La dame aux cheveux blancs nous expliquant que ses fluides sombres pourraient s’avérer utiles et le guerrier borgne voulant constater de visu la mort de celui qui l’avait à plusieurs reprises directement ou indirectement martyrisé. Le courage et le dévouement de cet homme blessé me dépassaient. Jamais de ma vie, je ne pourrais bénéficier d’une telle amitié. Certes, Angélie en aurait fait autant pour moi avant qu’elle ne rencontre cet homme insignifiant aux cheveux crépus. Or, c’était chose du passé, elle avait fait une erreur en choisissant le mauvais fiancé, mais je ne pouvais plus rien y faire. Et c’était pour l’oublier que je m’étais éloigné d’elle. Geste vain puisque son visage hantait mes rêves et les moments de solitude si redoutés.

Après qu’elle se soit exprimée, la femme sauvage aux yeux rouges prit le temps de nous regarder un par un, ce qui provoqua un léger frisson dans mon corps tout entier. Tout comme moi, elle avait sans doute réalisé que la mission serait plus périlleuse que ce que l’on avait anticipé au départ.

S’étant prononcé assez tôt, Lillith ressortit le baume d’invisibilité qu’il nous avait montré précédemment et commença à s’en enduire sous mon regard fasciné. Bientôt, de ce colosse, il ne restait plus rien. Sa présence ne se devinait que par le sceptre qui semblait flotter allégrement dans les airs.

Acceptant sans difficulté nos choix respectifs, Cromax nous enjoint à le suivre vers la porte que l’on devait emprunter pour atteindre le couloir où des gardes seraient probablement postés. Étant friand de ruse, d’entourloupettes et de cambriolage, cette excursion furtive m’excitait, m’imaginant déjà tous les bijoux, objets précieux que j'allais pouvoir dénicher dans ce somptueux palais.

Mon exaltation fut malheureusement de courte durée. Après nous avoir demandé de se tenir prêt puisque nous devions filer vers notre but sans nous arrêter, Cromax ouvrit cette porte qui nous menait au couloir. Il ne fit ni une, ni deux, et n’usa d’aucune ruse pour détourner l’attention du garde et l’assommer. Non ! Cet elfe, que je croyais différent du capitaine du Rubis sanglant, dégaina sa lame noire et aussi froidement que s’il l’avait plongée dans l’eau, transperça le corps de sa victime qui s’écroula avant même de se rendre compte de quoi que ce soit. Aussitôt son geste cruel accompli, l’elfe gris s’écarta du passage pour laisser passer le sceptre flottant et la dame déguisée en homme de main de Grantier. Avec la même violence que son maître, le spectre changea de position et un pic de glace en ressortit pour forer sans pitié le crâne de l’un des soldats se trouvant à l’extrémité du couloir. Avec autant de froideur que ses prédécesseurs, Aenaria chargea ses mains et envoya une décharge magique vers le dernier officier en fonction dans ce passage. Le trait lumineux atteignit le cœur de sa cible et l’homme berné par l’accoutrement de la femme s’écroula tout comme ses acolytes.

Livide, j’avais observé cette scène d’horreur sans bouger. Assassins, les amants de la rose sombre s’avéraient à être de cruels meurtriers. Quelques secondes plus tôt, j’avais ressenti le désir de me joindre à cette troupe sans me douter un instant qu’ils n’étaient eux aussi que des criminels sanguinaires. Aurais-je fait une méprise ? Aurais-je rejoint le mauvais clan ? Combien de présumés innocents allions-nous tuer avant d’atteindre la véritable cible, ce dénommé Grantier ? Mauvais, l’était-il vraiment ? Un bref coup d’œil à celui de Duncan me confirma que si. Après plus d’une journée comme prisonnier des Amants de la rose sombre, je n’avais porté aucun lien, n’avais subi aucuns sévices, avais même été traité comme l’un des leurs alors qu’il avait suffi d’une petite demi-heure pour que Duncan se retrouve défiguré, atrophié. Sans conteste, les blessures de Duncan confirmaient que l’ancien officier des Amants n’était qu’un être vicieux et malicieux.

Cromax nous fit signe de le suivre et, tel un automate, j’obéis, enjambant à sa suite les corps sans vies des hommes en faction, sans savoir si leur cœur était aussi noir que celui de leur maître. Sans une parole, ni bruit, nous arrivâmes à une sorte de hall d’entrée où se tenaient deux immenses escaliers. C’est à ce moment précis que le chef des Amants se tourna vers l’homme invisible et la femme déguisée pour les sommer de garder ce lieu afin qu’aucun homme ne puisse franchir cet escalier. Après les avoir gratifiés de paroles encourageantes, il s’engagea en courant dans l’escalier qui devait nous mener aux appartements de Grantier, nous demandant de le suivre, ce que nous fîmes.

Aussitôt en haut des marches, Cromax, sans préambules, empoigna fermement le garde qui lui faisait face et le plaqua rudement contre le mur. Sous mon regard horrifié, il sortit un poignard et après nous avoir ordonné de s’occuper des quatre gardes qui accouraient vers nous, il trancha le cou de l’homme qui était sous son emprise. De noir vêtu qu’il était, une grande coulée rouge colorait à présent son vêtement.

(Occupez-vous d’eux, occupez-vous deux, occupez-vous deux.)

Ces mots résonnaient dans ma tête. N’étant point un ange, ni un saint, je n’avais aucun scrupule à m’emparer des biens d’autrui ou à partager le lit de femmes mal baisées par leur mari. Ma beauté, mon charme, mon intelligence, ma ruse, ma souplesse, mes doigts de fées et même mon habileté au combat pouvaient me sauver des situations dangereuses, mais je n’étais pas un meurtrier. J’avais beau me répéter silencieusement ces trois mots, je savais que je ne parviendrais pas à exécuter l’ordre qui venait de m’être donné : exécuter de sang-froid un soldat.

Le garde en livrée noir qui se dirigeait vers moi, un sourire sadique au visage, ne nourrissait apparemment pas les mêmes scrupules que moi à l’égard des assassinats. Probablement attiré par mon visage effaré qui trahissait ma stupeur et une certaine apparente vulnérabilité, il dégaina son petit poignard à la lame noire et m’apostropha tout en s’élançant pour me lacérer.

« Tu vas payer de ton sang pour le décès de mon frère d’armes et ton joli minois ne ressemblera plus qu’à une bouillie informe lorsque j’en aurai fini avec toi. »

Bien qu’il soit entraîné, cet homme avait fait l’erreur de perdre son temps à m’insulter. Considérant ma vie hors de prix, je ne lui laissai point le temps de s’exécuter et je préservai mon corps musclé en interceptant de ma main gauche son bras armé se dirigeant vers mon torse dénudé. Sans perdre de temps et mu par l’instinct de survie, mon poing droit s’enfonça violemment dans son ventre le faisant plier en deux. J’en serais resté là s’il n’avait pas tenté une seconde fois de me poignarder. Geste qui lui fut fatal puisque sans réfléchir, je dégainai alors ma lame argentée et la ficha au creux de son estomac. Envahi par une frénésie que je ne manifestais que lorsque je me sentais en danger, je répétai mon geste à plusieurs reprises jusqu’à ce que son corps s’affaisse et qu’il ne s’écrase au sol dans son propre sang. Toujours sous l’émotion, j’essuyai ma dague sur une région non souillée de son pantalon, alors que ma main droite habile fouilla dans ses poches et s’empara prestement de quelques objets que je transférai rapidement dans les miennes.

_________________
Image


Dernière édition par Mathis le Jeu 24 Mai 2012 02:47, édité 4 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Palais de la Roseraie de Soie.
MessagePosté: Lun 16 Avr 2012 21:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 10 Avr 2010 23:59
Messages: 721
Localisation: Kendra-Kâr
Précédemment: Un choix à faire


A présent tous avaient choisi une position et s'y tiendraient jusqu'au bout. Certes certains avaient du penser qu' Oryash se joindrait à Lillith, mais elle en avait décidé autrement. Il n'avait nullement besoin d'aide. Vu ses pouvoirs instables, elle aurait été un danger éventuel pour lui, comme elle l'avait été dans la prairie.
La meilleure des choses à faire était de suivre Cromax, Duncan et Mathis.
Alors que la peau blanche venait de s'attarder sur chacun de ses compagnons, Lillith employa un baume qui eut pour effet de le rendre invisible et elle écarquilla de grand yeux, stupéfaite. Par Fenris comment de pareilles substance pouvaient-elles exister?
Seul son sceptre permettait de le localiser, mais dans la bataille il le laisserait surement de côté afin d'avoir l'effet de surprise sur ses adversaires.

Le groupe se mit donc en route suivant Cromax, comme il venait de le commander. Personne ne poseraient de question, la mission était claire, éliminer Grantier et tous ceux qui se mettrait en travers de leur route.Le couloir ne fut qu'une simple formalité , avant que tous ne passent devant le quartier des gardes, ou nul ne se trouvait, par chance.Devant nous, une porte, devant laquelle Cromax nous ordonne de ne faire aucun bruit, ce qui fut respecté comme il se doit. A quoi bon tenter le diable quand on le pourchasse.
Le premier adversaire ne fut pas un obstacle majeur. Le garde fut transpercer de part en part par l'arme de Cromax, une fois la porte ouverte. Une exécution propre et sans bavure, pas un cri ne fut perçut. Une fois l'homme éliminé, Cromax fit signe à Aenaria et Lillith de s'occuper des deux autres gardes qui se trouvaient un peu plus loin dans le corridor. Lillith expédia le soldat situé à gauche au trépas en un tour de main ,rapide et tout aussi efficace que Cromax. Un pic de glace se ficha dans le crane de ce dernier et il s'affaissa tel un sac de blé jeter sur le sol sans ménagement.

"Et de deux" ;pensa Oryash un petit sourire aux lèvres. "A qui le tour?" ironiquement.

Le second soldat eut un sort tout aussi enviable que le premier, puisque Aenaria fut elle aussi d'une efficacité remarquable. L'homme fut foudroyé d'un jet de lumière en plein coeur. Du beau travail même si ces deux attaques manquaient un peu de barbarie aux yeux de la peau blanche.

La sidel et le mage prirent donc position dans l'escalier, comme indiquer par Cromax, afin de freiner et stopper toute tentative d'aide envers Grantier. Avec ces deux là , il serait bien difficile de passer , ce qui laisserait suffisamment de temps à Cromax et ses alliés pour rejoindre les appartements du tyran.
Cromax affirma avoir confiance en nous et nous encouragea, comme s'il eut pensé que la peur s'immiscerait en nous et nous forcerait à fuir à toutes jambes. Nous n'avions pas besoin de ça, mais c'était tout de même plaisant à entendre. Quelqu'un se souciait d'eux et pour Oryash qui n'avait pas l'habitude de cela c'était encore nouveau.

Les marches furent donc gravies grand train et là sans prendre de gants Cromax empoigna un garde et le plaqua sans ménagement contre la porte, nous ordonnant par la même occasion de nous occuper des quatre autres qui venaient à nous à toutes jambes. L'ordre tomba, clair, net et précis, les liquider.

Ni une ni deux la Phalange de Fenris concentra son énergie maléfique.Faire des sentiments n'était pas dans ses habitudes et la soif de sang se faisait sentir. Elle jeta son dévolu sur le garde proche d'elle. Livrée noire et sans arme. Sans doute était-il un adepte du combat à mains nues. Elle lança son bras gauche en avant et un flux d'énergie mauve s'en échappa, se dirigeant tout droit sur le garde qui ne put éviter cette énergie malsaine.La nuée s'enroula autour de sa nuque et se resserra doucement sans précipitation tandis que l'homme avançait toujours vers Oryash, se rapprochant de plus en plus. Bientôt Oryash put sentir les vertèbres du soldat craquées comme une brindille, tandis que l'air commençait à lui manquer. Il porta alors les mains à son cou, tentant vainement de se défaire de cet étaux qui l'empêchait de respirer.
Oryash tout à sa jubilation, s'avança vers le garde et se munissant de ses griffes de la main droite, l'embrocha proprement et sans fioriture. Elle accentua le vis à lui ouvrir le ventre de bas en haut avant qu'il ne rende son dernier souffle. Elle le laissa tomber et les viscères de l'homme se répandirent au sol dans une marre de sang. Elle constata par la même occasion que Mathis avait été tout aussi expéditif. Ne restait que deux gardes.

_________________
Image


Dernière édition par Oryash le Mar 17 Avr 2012 10:00, édité 1 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 217 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 ... 15  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016