L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 261 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Embarquement
MessagePosté: Ven 15 Sep 2017 02:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2011 06:32
Messages: 59
Localisation: Aux alentours de Tulorim
Lorsque Alaran annonce qu’il embarque en ce moment même sur le même bateau que Bartimus, le jeune homme est consterné. Il se dit que le destin a décidé de lui jouer des tours. Il s’encourage aussi à être plus optimiste et confiant. Après tout, la Perle Rouge est juste devant lui et tout indique qu’il doit y monter aujourd’hui. C’est avec ces réflexions qu’il suit la cadence de sa nouvelle connaissance. Voyant qu’Alaran paie un matelot pour les deux, le jeune adulte se sent légèrement gêné.

« Euhmm… merci? Qu'est-ce que ça paie exactement? Et quel est ce bateau? », demande-t-il au matelot en passant devant lui.

(((Début de l’aparté avec Xel)))

« C’est la Perle Rouge et votre ami a payé votre voyage. »

Pendant ce temps, Alaran bavarde et fait allusion aux difficultés de la navigation. Cependant, Bartimus n’a aucune idée de ce qui l’attend. Après tout, n’est-ce pas semblable à l’équitation ou au fait d'embarquer dans un chariot? Ce n’est qu’une planche de bois qui se déplace en fin de compte. Après avoir fait mention des tempêtes, Alaran se met à rigoler ce qui attire momentanément l’attention de Bartimus. Le voyageur lui demande pourquoi avoir choisi la Perle Rouge. Profitant d’un moment de pause, Destinée avertit son maître de la présence d’une autre faera. Elle lui dit que ce serait une bonne façon de s’intéresser à cet homme et pouvoir poser des questions à son tour. Maintenant rendu sur le pont du navire, il a une vue imprenable sur les quais et se trouve d’une certaine façon émerveillé par toute cette effervescence.

« Nous aurons bien l’occasion de discuter sur le bateau. », répond-il à Alaran.

Les deux hommes prennent quelques secondes pour trouver un endroit adéquat pour discuter. Alaran se dirigeant à un endroit stratégique. Il choisit une place afin d’éviter les passages des matelots. Bartimus se contente de suivre n’étant manifestement pas dans son élément. Une fois installé, Bartimus continue la discussion :

« Merci, Alaran d'avoir payé mon voyage. Ce n'était pas nécessaire. Pour répondre à vos questions, je voulais embarquer sur la Perle Rouge et voyager jusqu’à Kendra Kâr. J’ai plusieurs raisons de m’y rendre, mais mon but principal est de découvrir la source des conflits parmi nos deux peuples. J’aurai une question pour vous. Vous êtes accompagné? Je crois que les présentations ne sont pas complètes. »

Alaran écoute attentivement le jeune homme et se met à sourire à cette question : « En effet. Mais Yuile aime se faire désirer. J’espère que Destinée ne l’a pas mal pris. »

Bartimus hausse les épaules. Il répond qu’il ne croit pas que cela choque Destinée et lui demande si tout va bien. Celle-ci répond en s’adressant aux trois intéressés :

(Oui, il n'y a aucun problème. Je suis contente qu'une de mes soeurs soit parmi nous.)

Encore plus souriant, Alaran continue la conversation :

« De quels conflits parles-tu? »

Étonné, le jeune homme ne sait pas trop comment répondre. Mal à l’aise, il explique que les conflits entre les Wiehls et les Kendrans sont nombreux et que cela à même provoqué une guerre. Il espère trouver la raison de ces conflits et y mettre un terme. Intrigué, Alaran demande à Bartimus d’où il vient. Celui-ci répond la vérité :

« Je viens d'un village aux abords de Tulorim. Pourquoi? »

Alaran, voyant que ce jeune homme n’a pas l’air au fait des actualités lui répond que Kendra Kar et Tulorim ne sont plus en guerre depuis un certain temps. Bien sûr, il y a toujours des tensions, mais les armes sont déposées depuis un moment. Bartimus sait que les relations sont plus calmes depuis quelques années. Cependant, le jeune adulte est toujours curieux sur cette rencontre et demande :

« Au fait, vous disiez devoir me rencontrer? »

« Oh non. Je disais juste que je savais que je trouverais un jeune homme troublé au port », répond Alaran.

« C'est Yuim qui vous l'a dit? », demande Bartimus tout de même intrigué.

« Yuile. » corrige-t-il avec un sourire. « Non, ce n'est pas lui. »

« Pardon. Yuile... je me suis mélangé avec Yuimen, le Dieu que je prie. Les deux noms se ressemblent, je trouve », dit Bartimus en arborant maintenant un sourire. On dirait bien que celui d'Alaran est contagieux et le Bartimus commence à ressentir une certaine légèreté.

« Ce n'est pas une coïncidence si les noms se ressemblent. », répond Alaran.

« Et bien, je suis ravi de faire connaissance. Pourrais-je faire un bout de chemin avec vous? Je crois m'être lancé dans un voyage sans vraiment m'y être préparé...»

À ces mots, Bartimus commence à avoir le teint un peu plus pâle. Pour l'instant, tout va bien, mais lorsqu'ils seront loin de la côte, le mal de mer aura tôt fait d'achever le jeune homme.

« Évidemment, si tu ne connais pas Kendra Kar, je serais ravi de te faire visiter la cité. Tu devrais t'asseoir un peu, avant de me vomir dessus », dit Alaran en désignant une caisse.

Le jeune homme ignore le conseil. La vue sur l’horizon l’aide à atténuer le mal de mer et son malaise n’est pas suffisamment grand pour comprendre qu’il va bientôt être malade.

« Il est étrange de partir ainsi de chez soi sans se préparer un minimum. Quels genres d’événements t'ont poussé à partir ? »

Bartimus explique qu’il est parti de son village natal après son passage à la vie adulte. Il raconte comment il a forgé une piètre épée en un jour et comment il a blésé son père. Il ajoute que le lendemain matin, son père est venu le voir avec un bras infecté. Lucius lui annonça sa mort imminente et le renvoya en dehors du village. Il mentionne aussi Onrald qui l’avait expulsé du village à toute vitesse. Il explique qu’il a peu dormi et que tous ces événements l’ont poussé à partir de manière précipiter.

« Yuimen, Destinée, Onrald et les étoiles avaient tous le même discours sur mon départ », fait-il comme réflexion.

Un peu moins souriant, Alaran se désole de la mort prochaine du père. Bartimus le remercie et propose un jeu de dés afin d’enterrer les émotions qui montent. Il explique le jeu à Alaran. Chaque joueur commence la partie avec un total de 5 dés. La partie commence lorsque tous les joueurs ont lancé leurs dés. Tous les joueurs doivent cacher leurs dés avec un gobelet, avec une chope ou avec leurs mains. Le premier joueur doit annoncer un pari. La mise est annoncée selon le résultat souhaité parmi les dés. Par exemple, le premier joueur annonce « trois, deux. ». Cela signifie que ce joueur croit qu’au moins trois dés affichent la face numérotée « deux ». Le joueur a le droit de regarder ses propres dés pour annoncer sa mise. Le joueur a aussi le droit de mentir afin de dérouter les autres joueurs. Par exemple, le joueur possède seulement des « six » et annonce « un, quatre». Ainsi, il fait croire aux autres qu’il possède un « quatre ». Tous les joueurs doivent prendre une mise plus difficile ou accuser l’autre de mentir. Lorsqu’un joueur annonce « Mensonge », tous les joueurs doivent dévoiler leurs dés. Le but de l’accusé est de réussir son annonce parmi tous les dés visibles. Le but de l’accusateur est de prouver le mensonge. Ainsi, lors du deuxième tour, le premier joueur annonce « quatre, cinq », le deuxième fait une mise plus difficile et annonce « cinq, cinq », le troisième répond « Mensonge ». Lorsque tous les joueurs dévoilent leurs dés, il y a sept « cinq » sur la table, alors l’accusateur a perdu. Il jette l’un de ses dés dans la défausse. Dans le cas d’une victoire, c’est le menteur qui jette son dé. Attention! Le dé numéroté « un » peut-être utilisé pour compléter une mise. Cependant, ce dé doit appartenir au joueur accusé. La partie se termine lorsqu’il n’y a qu’un seul joueur ayant toujours un dé.

(((Pour les intéressés : https://fr.wikipedia.org/wiki/Perudo)))

Les deux hommes commencent à jouer. Une fois le bateau loin de la côte, les vagues se font ressentir et Bartimus commence à être malade. Il tente d’aller se coucher à fond de cale, mais le tout empire de plus en plus. Un matelot se moque de lui et lui dit de retourner sur le pont s’il veut survivre au voyage. Ce qu’il fait. En effet, en regardant au loin, les maux sont diminués bien qu’encore présents. Le bateau avance lentement vers sa destination.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Lun 23 Oct 2017 00:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 8 Aoû 2017 11:20
Messages: 10
Localisation: Tulorim
Je marchais le regard perdu dans mes pensées, l'odeur du sel marin mêlée a celle de la marée agressait gentiment mes narines.La fraîcheur du matin glaçait mes vieux os,engourdissant mes membres, s'enfouissant toujours en mon sein a chacune de mes inspirations.
Le port se réveillait avec lenteur, émergeant sans se presser d'une longue nuit. Les premiers marchant installaient leurs étales ,certains vendaient du poisson, des coquillages, ou encore des crustacés; tandis que d'autres déballaient impressionnants arsenaux, de la simple épée aux sabres raffinés de quoi satisfaire tout les malfrats des bas-quartiers pensais-je.
Je déambulait pieds nue sur les pavés des quais dont le froid dévorait ma peau se délectant de la chaleur qui l'habitait. J'avançais fier et droit. Enfin presque...
J'avais à mon avis plus l'allure d'un poivrot défroqué qui traînait sa carcasses a demi pourrissante avec la grâce d'un boiteux. Je faisais peine a voir mais nul ne s’intéressait à moi. Les "Morts-Vivants" accro à la boisson étaient monnaie courante dans cette ville et si je n'avais eu ce sabre et ce charisme si impressionnant je me serai fait détroussé, j'aurai perdu mes dernières piécettes et je n'aurai plus possédé que mes "bijoux"...
Et encore après la nuit que je venais de passer les-dit "bijoux" avaient plus l'apparence de raisins sec. Il faut dire que les "Dames" de cette ville ont un savoir faire et une dextérité impressionnante ,elles savent vous le mettre au garde a vous et vous le cajoler votre soldat.

M'enfin je m’égare. Je déambulait donc sur les quais sans but précis, les pensée embrumées par les substances prises la veilles en direction de...mince ou devais je me rendre ..?
Ah! oui en direction de la taverne de... décidément ma mémoire me fais défaut... d'arcat..acat...Hargartt! oui voila je me dirigeais vers la taverne d'Hargartt afin de récupérer les affaires égarées la veilles.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Sam 18 Nov 2017 23:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 11 Nov 2017 02:11
Messages: 6
« Quand tu auras fait tes preuves en tant qu’homme, tu navigueras sur mon bateau, morveux. »

Voilà quels mots viennent de m’être lancés à la tête par mon propre paternel, le jour de mes vingt ans. Muet de stupeur et de colère, j’ai serré les poings sans réagir, et le regarde maintenant s’éloigner des côtes de Tulorim en compagnie de mes deux frangins, moqueurs, sur sa frêle embarcation de pêche, coquille de noix virevoltant au rythme des vagues. Tout ça parce que je lui ai demandé si, aujourd’hui, je pouvais monter avec eux. Pour mon anniversaire. Mes yeux humides plissent mon visage à la lèvre serrée de frustration. Je n’en ai jamais rien eu à faire, de ce bateau, de la pêche en général. Je voulais juste passer un moment avec les mecs de ma famille. Et me voilà rabaissé à peau de chagrin, sans même qu’ils n’aient compris mon intention.

Non, au lieu de ça, me voilà accablé d’une tâche ressemblant fort à une corvée : ramener à ma mère les filets abimés des jours précédents pour qu’elle les raccommode avec mon aide. De vieux filets puant la marée, verdis d’algues et parsemés de conques fermement accrochées au lin des cordes. Pestant de mon manque de répartie, et de cette sensibilité qui m’écrase, je m’échine avec violence à plier lesdits filets dans une hotte d’osier, accroupi près du sol. Un empressement qui finit par me porter préjudice, quand ma main ripe et s’ouvre sur une bernache tranchante, lacérant ma paume d’une strie purpurine.

Je grimace, retenant un geignement. Bon sang que ça pique. J’ai presque du mal à regarder la plaie, de peur de tourner de l’œil. Hmpf. Finalement, je prends mon courage à une main, et je jette un œil dans la seconde. Bon. Rien de bien grave en soi, mais ça fait un mal de chien, et le sel marin dont mes mains sont recouvertes n’arrange rien à l’affaire. C’est à cet instant précis, alors que je regarde, blafard, le sang s’écouler de ma plaie, qu’une ombre me recouvre. Je lève les yeux pour apercevoir une silhouette majestueuse d’elfe me passer à côté. Pendant une seconde, nos regards se croisent. Il a le visage marqué d’une balafre énorme, et porte l’équipement élégant et meurtrier d’un guerrier de son peuple. Un aventurier aguerri, sans nul doute, comme il en transite tant par Tulorim. Dans son regard, je n’ai vu que le mépris. Pire : l’indifférence. Je me suis trouvé sur sa route, un instant, et il a dû se fendre d’un pas de côté pour m’éviter. Et rien que pour ça, je sens sur mes épaules toute sa condescendance. Un sentiment de gêne monte dans ma poitrine, picotant plus vivement encore que ma blessure bénigne. Et tel la carpette que je suis, mes lèvres s’entrouvrent pour geindre avec humilité :

« Désolé… je… »

Mais l’elfe ne se retourne même pas, poursuivant sa route en pressant le pas comme si je ne valais même pas la peine qu’on perde une seconde de plus en ma présence. Baissant les yeux, défait, je ravale mes bons sentiments et finis rapidement de replier le filet, tout en prenant garde à ne pas raviver la douleur de ma blessure, que je plaque contre ma chainse en l’y pressant comme un pansement. Puis, je m’empare de ma hotte d’osier, que je glisse sur mon dos afin de prendre la direction de ma maison, non loin du port, dans les quartiers pauvres de la ville. Là où m’attendent sans doute ma mère et ma petite sœur souffrante.

_________________
Cillien, homme


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Sam 6 Jan 2018 11:43 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 3 Jan 2018 19:39
Messages: 15

    {0}


    Nous venons de franchir les portes de la ville et je suis à la fois toute excitée et tracassée. Dans quelques semaines, dès la prochaine pleine lune, je vais m’unir à Gabin, un guerrier et homme valeureux de mon village. Accompagnée de ma mère, mes deux jeunes sœurs et l’un de mes frères, nous marchons le long des ruelles pavées. Adelaïde et Mélisande s’émerveillent de tout et je dois avouer que Tulorim est une ville attrayante même si j’apprécie le calme de notre village. Gédéon, mon frère décide de se rendre dans une échoppe d’armures et autres équipements et nous nous séparons au carrefour de la ville pour nous y retrouver dans quelques heures. Nous rentrons, à notre tour, dans un commerce pour acheter du tissu et après maintes indécisions, nous achetons un tissu d’un blanc ivoire, nous prenons aussi six mètres de dentelles avant de nous rendre chez un corvoisier pour m’offrir une jolie paire de souliers. Une fois nos emplettes terminées, nous nous installons sur un banc sur la place de la ville et Adelaïde revient avec deux fougasses que nous partageons à part égal.

    Mon frère nous retrouve une heure plus tard et nous décidons de nous promener dans les ruelles. Ma mère fatigue et elle décide d’aller se reposer à l’auberge avec Adelaide, notre frère lui, a croisé un ancien ami et nous laisse pour aller boire un verre avec lui. Mélisande et moi, descendons vers le port, nous regardons les bateaux, on s’imagine des aventures, nous nous amusons de nos rêveries lorsque nous remarquons nous être un peu éloignées de l'agitation et décidons de revenir sur nos pas. Malheureusement, deux hommes nous remarquent et se rapprochent. Ils sont désagréables, ne sentent pas bons et bien trop entreprenant pour ne pas dire violent. L’un d’eux m’attrape le poignet et l’autre se saisit de ma sœur par la taille.

    « Elles sont belles, on pourrait facilement les vendre avec les autres ! » Lance l’homme et je remarque qui lui manque la moitié des dents. J’essaie de me libérer, de crier pour que l’on vienne à notre aide mais mon agresseur pose sa main sale sur ma bouche pour me faire taire. Cependant, j’arrive à lui écraser le talon et à lui mordre la paume pour qu’il me relâche et je viens au secours de Mélisande. Je lui donne un coup de pied au mollet alors que ma sœur le griffe de ses ongles courts, elle réussit à se soustraire et nous courrons mains dans la main. Elle chute, je l’aide à se relever, ils nous rattrapent. La main du mercenaire me saisit les cheveux, me tire en arrière, je lâche la main de ma sœur qui se retourne et s’apprête à me venir en aide.

    « Non ! Non ! Cours ! Sauve-toi ! Va chercher Gédéon ! Vite ! » Dis-je d’une voix forte et inquiète. Mélisande attrape sa robe et elle court le plus vite possible pour leur échapper.
    « Merde ! Bon… Pas grave ! On en aura au moins une ! » Dit celui dont une cicatrice barre le visage tout en se grattant embêtée la tête.
    « Allez, vaut mieux décamper, emmène-là sur le bateau avec les autres… On va devoir partir plus rapidement que prévue ! »

    C’est ainsi que je me retrouve dans un navire qui bien malgré-moi s’éloigne de Tulorim.


_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Ven 2 Fév 2018 23:07 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Mar 31 Mai 2016 14:49
Messages: 44
Les humains (je pense que c'était des humains) nous firent descendre, surement pour nous vendre... Nous sommes allés sur un bateau (c'est pas pour rien que ça s'appelle la confrérie D'outremer), il y avait une personne avec un œil en moins (ou tout du moins un cache-œil) et un tatouage d'une créature, surement marine, que je n'avais jamais vu, mais qui est assez belle, bien que je ne la vis pas clairement. Il dit C'est quoi ça, encore, hein ? pas le même tas de trucs qui s’épuisent après 2 minutes de travail, j’espère ! et je montra les crocs.

_________________
Lien de ma fiche : garnatosh-voleur-lvl-1-t7458.html#p603503


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Ven 2 Fév 2018 23:20 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Mar 31 Mai 2016 14:49
Messages: 44
Il nous acheta tous les trois pour la somme de 300 yus, assez cher, il nous fit descendre dans un endroit restreint et nous dormîmes ici. Il nous réveilla vers quatre heures du matin, et nous fis travailler pour essuyer le bateau, enlever l'eau qui avait et réparer le bateau a cause de sa dernière aventure. Cela pris toute la journée et quand il fit nuit il s’endormit, et je ne laissa pas passer cette chance. J'avais étudier qu'il y avait toujours deux gardes devant une porte, et changer parfois. J'attendis le remplacement et suivis ceux qui allaient dormir, et j’assassinai le premier en lui tordant le coup je récupéra ses affaires et me fit passer pour lui (ses affaires : une grande cape, un couteau a dépecer, deux épées, un arc et des flèches, une rapière). Je suivis le deuxième et le tua avec le couteau. Je pris son couteau et alla voir les deux autres, je lança mes couteaux en plein dans leurs cœur, rentra en enfonçant la porte, mis mon épée sur la orge du capitaine et le décapita.

_________________
Lien de ma fiche : garnatosh-voleur-lvl-1-t7458.html#p603503


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Sam 3 Fév 2018 17:56 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Mar 31 Mai 2016 14:49
Messages: 44
Je sortis du bateau et dormis dans un tonneau jusque a environ 12 heures. Je sortis et entendis des gens parler d'un "fausse" confrérie d'outremer, ils disaient que j'avais été capturé par l'un d'elles. J'attrapai un personne, l'emmenai dans un endroit pas très fréquenté et lui demandai ce que ça voulais dire, il me répondis Eh bien, la véritable confrérie d'outremer n'achète pas d'esclave, alors ça ne pouvait pas être la véritable confrérie ! Alors que fais le véritable confrérie ? Hein ?!!!! Ses membres aident un capitaine a vaincre son second, c'est tous que je sais Mmmmh... Ok, vas-y. et je le laissa partir

_________________
Lien de ma fiche : garnatosh-voleur-lvl-1-t7458.html#p603503


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Lun 5 Nov 2018 21:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 104
Localisation: Tulorim
<< Auparavant

Bâtisse abandonnée


Une fois sortie sans encombre, je pris la direction du port pour trouver cette fameuse bâtisse, remarquant que l’homme que j’avais laissé là avait disparu. Au moins il était vivant… probablement.

(Tu t’inquiètes vraiment pour ce type ?)

(Je ne veux juste pas avoir de morts inutiles sur la conscience. J’ai bien assez de cauchemars comme ça sans en rajouter avec chaque ordure que je croise.)

Je sentis la lassitude d’Alyah mais elle n’ajouta rien. Je m’excusai intérieurement et elle me renvoya un sentiment de calme, me faisant sourire. Je marchai d’un pas rapide, la capuche toujours sur ma tête et sortis de ces ruelles crasseuses avec une seule idée en tête : j’avais une piste ! Si ce que l’aubergiste avait dit était vrai, j’aurai peut-être une chance de découvrir quelque chose en allant voir sur le port. Et si les deux s’intéressaient à cette bâtisse car elle était en vente, je pourrai informer l’Ordre que j’avais trouvé un endroit pour la commanderie. Encore fallait-il qu’elle soit encore en vente après autant de temps…

(Tu comptes balancer à tout va que tu veux acheter cet endroit s’il convient ? Je te rappelle que c’est pour ça que les deux autres sont probablement morts.)

(je ne suis pas stupide, je vais juste dire qu’un homme riche m’a envoyé faire le tour des propriétés … et que c’est lui qui négociera. Voilà, comme ça aucun soucis !)

Mon idée n’eut pas l’air de convaincre Alyah mais elle n’objecta pas, probablement qu’elle n’avait pas de meilleure idée de toute façon. J’arrivai finalement au port et me mis à chercher la fameuse bâtisse. Il avait dit le vieux port… je fouillai donc le port de long en large, attirant parfois le regard curieux de matelots, probablement surpris de voir une carrure comme la mienne au milieu de tous ses types bâtis comme des armoires avec des bras de la taille d’un tronc d’arbre. L’activité du port n’avait pas diminué d’un iota, j’avais même l’impression que plus la journée avançait, plus il y avait de monde. Au bout d’un temps qui me parut interminable, d’autant plus que j’avais toujours mon sac sur le dos, Alyah m’indiqua qu’elle avait trouvé la fameuse bâtisse. En plissant les yeux d'après ses indications, j’aperçus les deux tours carrées que m’avait indiqués Grigwig. Je me hâtai donc dans cette direction, évitant la foule et les marchandises qui transitaient dans cet endroit bruyant.

Une fois arrivée, j’examinerai en détail la propriété pour déterminer si elle serait utile à l’Ordre et si c’était le cas, j’essayerai de me renseigner auprès du voisinage pour savoir si elle était à vendre, me désignant comme l’envoyée d’un riche homme souhaitant investir ici. Et tant qu’à faire autant essayer d’en savoir un peu plus sur les elfes, peut-être que quelqu’un les avait aperçu. Je n’aurai qu’à dire que j’avais eu vent de potentiels acheteurs et que je voulais en savoir plus pour les prendre de vitesse. Un bon plan selon moi.


_________________






Dernière édition par Yliria le Mar 6 Nov 2018 17:45, édité 3 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Mar 6 Nov 2018 14:51 
En ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6787
Localisation: Nessima, Naora
Intervention de Guilde pour Yliria


La bâtisse indiquée par Grigwig, bien reconnaissable à ses deux tours carrées, devait avoir été la demeure d'un riche armateur ou commerçant, à en juger par l'entrepôt qui la jouxtait sur sa partie arrière. Toutefois le temps de la splendeur du bâtiment semblait appartenir à un lointain passé, les façades de la demeure à proprement parler, une grande bâtisse rectangulaire de trois étages surmontés des deux tours, tombaient en ruine. Elle avaient dû être belles autrefois, ornées de moulures et de sculptures, mais le temps et les déprédations courantes dans ces quartiers avaient laissé leurs marques. Portes et fenêtres avaient disparu depuis belle lurette, sans doute récupérées par des habitants peu scrupuleux. De même, l'entrepôt situé à l'arrière de cette demeure était dans un état de décrépitude avancé, il ne faisait aucun doute que remettre l'ensemble en état coûterait une jolie fortune et nécessiterait des mois de travaux. Néanmoins, une fois rénové, le lieu semblait bel et bien pouvoir convenir à l'usage qu'entendait en faire l'Ordre de l'Opale.

Lorsqu'elle commença à tenter d'interroger les gens qui semblaient être familiers avec ce quartier misérable, Yliria put très vite se rendre compte de la véracité des paroles de Grigwig: les questions n'étaient guère les bienvenues dans le coin, à plus forte raison venant d'une Shaakte. Elle se heurta à plusieurs reprises à des visages fermés, parfois ouvertement hostiles, et à un silence que même la promesse de quelques pièces ne semblait en mesure de briser. Tout ce qu'elle put obtenir en fin de compte, ce furent les paroles d'avertissement d'une vieille femme qui se hâta ensuite de rentrer chez elle et de refermer à double tour la porte de son piteux logis:

"L'est maudite cette maison jeune fille! S'y passe des choses la nuit, des choses que j'veux pas savoir. Tu ferais mieux de filer d'ici pendant qu'l'est encore temps, si t'as un grain d'bon sens."

Loin de tenir compte de la mise en garde, Yliria s'avança jusqu'à la porte de la demeure qui, de l'extérieur, formait comme une gueule de ténèbres prête à engloutir quiconque s'y engouffrerait. Ce ne fut qu'une fois l'huis franchi que les yeux de la jeune femme purent s'accoutumer à l'obscurité ambiante et découvrir l'intérieur. Elle venait de pénétrer dans un grand hall, aussi décrépi que l'extérieur du bâtiment, que l'on aurait sans mal pu qualifier de sinistre. De nombreux déchets et autres matières moins recommandables encore souillaient le lieu. Ici et là, au sol et sur les murs, l'enchanteresse put distinguer des traces sombres, du sang probablement. En face d'elle, un grand escalier aux marches usées et pareillement souillées montait à l'étage, invisible depuis l'endroit où elle se trouvait. De part et d'autres du hall se trouvaient des ouvertures, aussi dépourvues de portes que l'entrée, menant sans doute dans diverses pièces. Enfin, à peine discernable dans l'obscurité, sur la droite de l'escalier principal et au fond de la pièce, un étroit colimaçon semblait s'enfoncer dans les profondeurs de la terre.

L'endroit semblait désert, mais l'était-il vraiment? Malgré le pesant silence ambiant, tout indiquait qu'il devait régulièrement servir de refuge, que ce soit à des sans-abris ou à des personnes beaucoup moins recommandables.

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Mar 6 Nov 2018 16:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 104
Localisation: Tulorim
<< Auparavant

Une fois devant la bâtisse, je vis à quel point elle était décrépie et en mauvais état. Toutes les fenêtres avaient disparus, probablement enlevées par des habitants peu scrupuleux. La bâtisse devait faire trois étages et avait dû être magnifique, mais le temps et les dégradations en avait énormément terni l‘aspect. J’aperçus un entrepôt à l’arrière lorsque j’en fis le tour et il était dans le même état de délabrement que le reste. J’eus un doute, l’ordre pourrait-il se payer le luxe de rénover cette épave ? Bah, je n’avais qu’à faire une proposition au commandeur, ce serait à lui de juger, pas à moi.

Je commençai ensuite à essayer d’interroger le voisinage mais le moins qu’on puisse dire c’est que je ne fus pas bien accueilli, la plupart ne daignant pas me répondre, certains m’insultant purement et simplement avant de me claquer la porte au nez ou de me maudire "Vous et tous ceux de votre espèce". J’essayai bien de donner quelques compensations mais rien à faire, personne ne daigna me donner la moindre information. Mais de quoi pouvaient-ils bien avoir peur à la fin ? Une vieille dame daigna finalement me répondre lorsque je frappais à se porte, mais uniquement pour me mettre en garde.

-L'est maudite cette maison jeune fille! S'y passe des choses la nuit, des choses que j'veux pas savoir. Tu ferais mieux de filer d'ici pendant qu'l'est encore temps, si t'as un grain d'bon sens.

Elle me claqua ensuite la porte au nez et s’enferma à double tour, me faisant bien comprendre qu’elle ne voulait plus voir ma frimousse. Maudite hein ? Balivernes, il devait simplement y avoir des rassemblements la nuit de gens peu recommandables, rien de plus… et il faisait jour, donc j’avais encore le loisir d’examiner cet endroit de plus près.

(Tu es sûre de vouloir entrer là-dedans ?)

(Je ne vais pas rendre un rapport brouillon au commandeur sous prétexte qu’une vieille femme m’a mise en garde contre une soi-disant malédiction ! C’est ma mission, je vais la remplir jusqu’au bout. Allez !)

Je franchis donc la porte… enfin l’ouverture prévue pour une porte et entrai dans le bâtiment. Il y faisait totalement noir et je laissai mes yeux s’habituer à l’obscurité, me bouchant le nez devant la puanteur infect des lieux. Ouh, je plaignais ceux qui allaient devoir nettoyer si l’Ordre décidait d’acheter cet endroit. Je pus enfin y voir clair et notait une quantité phénoménale de déchets en tous genre… notamment organiques… dégueu… Probablement que l’endroit servait de refuges à des sans-abri également. Me bouchant le nez, j’avançai un peu à l’intérieur. Il y avait des tâches au sol et sur les murs, probablement du sang séché. En face je vis un escalier qui menait à l’étage. Il était tout aussi abîmé que le reste et tout aussi sale également. Je posai un pied sur une marche qui grinça dangereusement, et je retirai vivement mon pied. Pas question de monter un escalier en si mauvais état, c’était un bon moyen de me blesser ou de rester coincée en haut. J’entrevis un autre escalier au fond de la pièce et celui-ci descendait vers un sous-sol dont je n’avais pas soupçonnée l’existence. L’endroit avait l’air désert, autant en profiter.

(On devrait repartir non ? Tu en as vu assez je pense.)

(Tu plaisantes ? Les étages je préfère éviter parce que je me méfie de cet escalier mais je vais fouiller un peu le rez-de- chaussée et partir ensuite vers le sous-sol. )

Alyah me fit bien comprendre qu’elle trouvait que c’était une mauvaise idée mais j’allais juste jeter un œil, ça ne prendrait que quelques minutes tout au plus. Je me mis donc à explorer le rez-de-chaussée mais tout était vide et sale, comme pour le hall d’entrée. Une fois tout le rez-de-chaussée fouillé, je pris la direction du sous-sol avec un sentiment d’appréhension provenant de ma faera. Je testai la solidité de la première marche, elle grinça mais avait l’air plus solide que celle de l’autre escalier et m’enfonçai dans les profondeurs de la bâtisse.


_________________






Dernière édition par Yliria le Sam 10 Nov 2018 15:09, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Mer 7 Nov 2018 11:01 
En ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6787
Localisation: Nessima, Naora
Intervention de Guilde pour Yliria


Si les trois premières marches du colimaçon étaient en bois, les suivantes étaient taillées dans la pierre et s'avérèrent de plus en plus humides et glissantes à mesure qu'Yliria s'enfonça dans les profondeurs. Un odeur de moisissure et de renfermé ne tarda pas à remplacer la puanteur qui régnait au rez-de-chaussée et la pénombre fit bientôt place à la plus totale obscurité, ce qui, bien évidemment, n'empêcha pas la semi-Shaakte d'y voir parfaitement. Au terme d'une bonne trentaine de marches, elle déboucha soudain dans une grande cave voûtée jonchée elle-aussi de détritus divers. La salle, d'une vingtaine de mètre de long pour la moitié en largeur, était entièrement constituée de pierre de taille et aussi déserte que le reste de la bâtisse déjà exploré par la jeune femme.

Deux passages, de sombres tunnels juste assez grands pour qu'un homme de bonne taille puisse y avancer debout, étaient visibles: l'un au fond de la salle, l'autre sur le côté gauche. Ce dernier, si Yliria l'explorait, s'avérait déboucher après quelques mètres dans une deuxième salle de dimensions à peu près identiques ne comportant aucune issue apparente. Celui du fond se prolongeait sur une bonne quinzaine de mètres avant de donner accès à une nouvelle cave de plus petite taille, circulaire celle-ci, percée de deux nouveaux tunnels identiques aux précédents. Alors qu'elle s'approchait du plus proche, Yliria entendit soudain, à peine audibles, des bruits de voix. En tendant l'oreille elle pourrait en discerner au moins trois différentes, des voix d'hommes à la tonalité. Quelques secondes plus tard, le silence se fit à nouveau, brièvement car la jeune femme ne tarda guère à entendre un bruit de pas venant dans sa direction et à distinguer une lueur vacillante au fond du tunnel.

Les lieux n'étaient pas aussi inoccupés qu'ils le semblaient de prime abord, visiblement...

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Mer 7 Nov 2018 11:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 104
Localisation: Tulorim
<< Auparavant

A ma grande surprise, les marches en bois devinrent rapidement en pierre et je pus descendre sans difficulté avant de sentir une odeur de moisissure persistante et de constater que les marches devenaient de plus en plus glissantes à mesure que je descendais dans le sous-sol. Il y faisait très sombre mais je pus y voir sans difficulté et je débouchai subitement dans une pièce assez grande, tout en pierre, d’une vingtaine de mètres de longueur environ et moitié moins large. J’entrevis deux sorties, une au fond et une à gauche. J’empruntais cette dernière, débouchant après quelques mètres sur une pièce vide, sans aucune ouverture ou sortie autre que celle d’où je venais. Je fis donc demi-tour pour prendre l’autre tunnel. Il était assez étroit mais vu ma carrure ce n’était pas vraiment un problème. J’arrivai dans une nouvelle salle plus petite que la précédente. Elle était ronde et comportait deux autres tunnels, chacun allant dans une direction différente.

(C’est un fichu labyrinthe ou quoi ?)

(Tu veux que j’aille voir ce qu’il y a devant ?)

(Non, je ne préfère pas.)

(On a peur de rester seule ?)

(Un peu… je ne sais pas sur quoi je vais tomber, si tu n’es pas là ce sera plus difficile à gérer.)

Alyah me renvoya un sentiment d’apaisement car elle voulait que je me calme, mais cet endroit me filait la chair de poule. J’aurai mieux fait de ne pas descendre finalement, je n’aimais pas vraiment les couloirs sans fin perdus sous terre, la dernière fois que j’en avais exploré ça avait failli très mal finir…

(Je te l’avais dit, mais on peut encore remonter…)

Je fus honnêtement tentée, mais non, pas question de laisser tomber pour une petite anxiété.

(J’y suis, je continue !)

(Quelle tête de mule…)

Elle n’insista pourtant pas et je me mis à réfléchir sur la marche à suivre. Alyah précisa qu’elle saurait me guider vers la sortie sans problème donc pas besoin de stratagème compliqué, je devais juste choisir un chemin. J’allais partir sur celui de gauche lorsque j’entendis soudainement des voix. Je me figeai et tendis l’oreille, mais plus rien. J’avais rêvé ? J’aurai bien aimé, mais des bruits de pas se firent entendre et une lueur apparut dans le chemin de gauche. Merde ! Je croyais que cet endroit était vide. Je n’avais pas beaucoup de temps, je me ruai le plus rapidement et silencieusement possible vers le chemin de droite pour m’y enfoncer et espérai que les types n’allaient pas me remarquer. Je ne savais pas qui cela pouvait être, mais vu les réactions du voisinage, autant éviter de le découvrir en les croisant ici !


_________________






Dernière édition par Yliria le Sam 10 Nov 2018 15:11, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Jeu 8 Nov 2018 09:30 
En ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6787
Localisation: Nessima, Naora
Intervention de Guilde pour Yliria


Yliria parvint de justesse à se réfugier dans le tunnel de droite avant que l'auteur des pas qu'elle avait entendu n'arrive dans la petite rotonde qu'elle venait de quitter. Porteur d'une torche, c'est un homme de Wiehl dans la force de l'âge et de belle prestance qui passa devant la jeune femme. Ses longs cheveux noirs étaient réunis en catogan, il était richement vêtu et arborait au côté une longue épée à la garde incrustée de quelques joyaux. Sans se douter un seul instant de la présence de l'enchanteresse, il se dirigea d'un pas pressé vers le tunnel qui avait permis à Yliria d'arriver jusque là et, sans doute, vers la sortie des caves.

Le couloir dans lequel la semi-Shaakte s'était réfugiée semblait quant à lui continuer sur une certaine distance et descendre en pente douce, il lui était en tout cas impossible d'en voir le bout. Si elle était attentive aux odeurs, Yliria pourrait par ailleurs remarquer un léger changement à l'endroit où elle se trouvait: un discret mais déplaisant remugle évoquant quelque chose comme des égouts semblait provenir du fond du tunnel.

Quelques instants après que le riche Wiehlennois ait disparu des voix au nombre de deux cette fois, se firent à nouveau entendre, issues du tunnel de gauche comme précédemment. Quelques secondes encore, puis la jeune femme entendit un sinistre grincement, du genre de celui que produit une porte aux gonds rouillés que l'on ouvre sans ménagement, suivi de quelques jurons bien sentis et d'un hurlement de douleur.

Lorsque la jeune femme se décida à aller voir de quoi il retournait, elle put découvrir que le tunnel de gauche débouchait après une quinzaine de mètres sur un couloir transversal large de quelques quatre mètres. Les murs de ce dernier étaient jalonnés de lourdes portes renforcées de ferrures et comportant chacune une petite fenêtre avec d'épais barreaux, identiques à celles que l'on aurait pu trouver dans une prison. Sur la droite d'Yliria, à une douzaine de mètres, l'une d'elles était ouverte et laissait filtrer des bruits de coups ainsi que les voix précédemment entendues:

"Alors crevure, t'vas m'dire c'que tu f'sais dans notre repère, hein? Qu'est-ce tu cherchais saleté? Notre or?"

"Fous-y encore quelque coups Ron, l'a pas l'air d'comprendre c't'enfoiré..."

Une aimable proposition qui sembla plaire au dit Ron, à en juger par le cri de douleur qui s'éleva aussitôt...

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Jeu 8 Nov 2018 11:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 20 Sep 2018 20:42
Messages: 104
Localisation: Tulorim
<< Auparavant

Je me cachai donc dans le couloir de droite et attendis. Un homme sortis de l’autre côté et traversa la pièce sans se douter de ma présence. C’était un homme de Wiehl, richement habillé et d’âge moyen, qui n’avait rien à voir avec ceux que j‘imaginais vivre ici. Il portait une épée décorée et incrustée de joyaux et marchait comme si l’endroit lui appartenait… mais que fichait un individu pareil dans cet endroit ? Il prit la direction du tunnel par lequel j’étais arrivée et sortis d’un pas pressé, probablement pour retourner à l’extérieur. Je fus tenter de le suivre mais un grincement accompagné d’un cri me figea. Il restait du monde et quelqu’un se faisait probablement torturer ici… un des elfes disparus ? Après autant de temps il y avait peu de chance, mais je devais en avoir le cœur net ! Tant pis pour l’homme qui venait de passer, je ne pouvais pas être partout à la fois.

J’avisai rapidement le couloir derrière moi. Légèrement en pente, je ne pouvais en voir le bout mais sentis des relents d’égouts me chatouiller les narines. Pas question de mettre les pieds là-bas, du moins pas tant que j’avais un autre chemin. Vérifiant que la voie était libre, je marchai à pas de loup en direction du tunnel inexploré d’où provenaient des voix. Il me mena à un couloir transversal beaucoup plus large dont les murs étaient jalonnés de portes en fer possédant chacune une ouverture fermée par des barreaux. Cela ressemblait beaucoup à l’idée que je me faisais d’un cachot, ça ne me plaisait pas du tout… J’avisai une porte ouverte et m’approchai lorsque j’entendis un bruit de coup suivis d’un cri de douleur et de voix, au nombre de deux.

- Alors crevure, t'vas m'dire c'que tu f'sais dans notre repère, hein? Qu'est-ce tu cherchais saleté? Notre or?

- Fous-y encore quelque coups Ron, l'a pas l'air d'comprendre c't'enfoiré...

Cet échange fut suivi d’un nouveau bruit de coup auquel répondit un cri de douleur. Je commençai à moins faire la fière soudainement… Je déglutis en approchant le plus silencieusement possible. Je devais savoir ce qu’il en retournait. Si c’était un des deux elfes…

(Et tu vas faire quoi ? Attaquer les deux autres ?)

(Je n’ai pas vraiment d’autres idées là tout de suite.)

(Et si ce n’est pas un des deux elfes ? Tu vas laisser cette pauvre personne entre leurs mains ?)

Je restai muette. Elle avait raison, même si ce n’était pas un des deux elfes, je ne pouvais pas laisser quelqu’un se faire torturer ainsi… Je pris une légère inspiration et lentement, très lentement, je jetai un œil, croisant les doigts pour ne pas me faire repérer, la main posée sur mon arme, prête à dégainer au moindre signe d’un danger quelconque.


_________________






Dernière édition par Yliria le Ven 9 Nov 2018 15:45, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Ven 9 Nov 2018 13:03 
En ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 26 Fév 2015 21:51
Messages: 6787
Localisation: Nessima, Naora
Intervention de Guilde pour Yliria


C'était un bien sinistre spectacle qui attendait Yliria lorsqu'elle jeta furtivement un coup d'oeil par la porte ouverte. Cette dernière donnait dans une misérable cellule approximativement carrée d'environ quatre mètres de côté dans laquelle se trouvaient trois personnes: deux hommes massifs étaient de dos, pauvrement vêtus, crasseux et munis de lourds gourdins attachés à leurs ceintures. L'un des deux tenait une torche et, un peu en retrait, semblait se contenter d'observer la scène tandis que son comparse tentait de faire parler sa malheureuse victime. Cette dernière, un jeune humain noiraud d'une vingtaine d'années au visage ensanglanté, était enchaînée au mur par les poignets, ses fers placés de façon à ce qu'il ne puisse ni s'asseoir ni se tenir debout. Son corps très maigre, uniquement dissimulé par un pagne ignoblement souillé, portait par ailleurs de nombreuses plaies et marques de coups, nul doute qu'il ne survivrait plus bien longtemps au traitement qui lui était infligé.

Avant qu'Yliria n'ait eu le temps de décider ce qu'elle allait faire, une voix sifflante pourfendit soudain le relatif silence, provenant de derrière elle, un peu sur la gauche d'après ce qu'elle pouvait en juger:

"Psssst! Hé petite! Pssst!"

Dans sa prudente approche, Yliria avait négligé un léger détail: elle était passée devant d'autres cellules sans s'inquiéter de savoir si elles étaient vides ou pas, et c'était de l'une d'elles que provenait la voix qui menaçait maintenant de la faire repérer par les geôliers. Son auteur, dont le visage était plaqué contre les barreaux dans sa tentative de se faire remarquer de la jeune femme, était un humain âgé au crâne chauve mais portant une barbe grise hirsute. Son visage buriné arborait une vieille cicatrice en diagonale qui lui avait prélevé un bout du nez, lui donnant un air dur et féroce, et le regard d'un gris très pâle, froid et calculateur, qu'il braquait sur l'enchanteresse n'avait certes rien pour adoucir la rudesse de ses traits. Voyant qu'il avait capté l'attention d'Yliria, il chuchota encore:

"Approche petite! T'es pas avec eux, hein? Sors-moi d'là ou j'gueule assez fort pour qu'toute la troupe débarque!"

_________________

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur.
(Aung San Suu Kyi)


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 261 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016