L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 243 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 13, 14, 15, 16, 17
Auteur Message
 Sujet du message: Embarquement
MessagePosté: Ven 15 Sep 2017 02:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 14 Juin 2011 06:32
Messages: 59
Localisation: Aux alentours de Tulorim
Lorsque Alaran annonce qu’il embarque en ce moment même sur le même bateau que Bartimus, le jeune homme est consterné. Il se dit que le destin a décidé de lui jouer des tours. Il s’encourage aussi à être plus optimiste et confiant. Après tout, la Perle Rouge est juste devant lui et tout indique qu’il doit y monter aujourd’hui. C’est avec ces réflexions qu’il suit la cadence de sa nouvelle connaissance. Voyant qu’Alaran paie un matelot pour les deux, le jeune adulte se sent légèrement gêné.

« Euhmm… merci? Qu'est-ce que ça paie exactement? Et quel est ce bateau? », demande-t-il au matelot en passant devant lui.

(((Début de l’aparté avec Xel)))

« C’est la Perle Rouge et votre ami a payé votre voyage. »

Pendant ce temps, Alaran bavarde et fait allusion aux difficultés de la navigation. Cependant, Bartimus n’a aucune idée de ce qui l’attend. Après tout, n’est-ce pas semblable à l’équitation ou au fait d'embarquer dans un chariot? Ce n’est qu’une planche de bois qui se déplace en fin de compte. Après avoir fait mention des tempêtes, Alaran se met à rigoler ce qui attire momentanément l’attention de Bartimus. Le voyageur lui demande pourquoi avoir choisi la Perle Rouge. Profitant d’un moment de pause, Destinée avertit son maître de la présence d’une autre faera. Elle lui dit que ce serait une bonne façon de s’intéresser à cet homme et pouvoir poser des questions à son tour. Maintenant rendu sur le pont du navire, il a une vue imprenable sur les quais et se trouve d’une certaine façon émerveillé par toute cette effervescence.

« Nous aurons bien l’occasion de discuter sur le bateau. », répond-il à Alaran.

Les deux hommes prennent quelques secondes pour trouver un endroit adéquat pour discuter. Alaran se dirigeant à un endroit stratégique. Il choisit une place afin d’éviter les passages des matelots. Bartimus se contente de suivre n’étant manifestement pas dans son élément. Une fois installé, Bartimus continue la discussion :

« Merci, Alaran d'avoir payé mon voyage. Ce n'était pas nécessaire. Pour répondre à vos questions, je voulais embarquer sur la Perle Rouge et voyager jusqu’à Kendra Kâr. J’ai plusieurs raisons de m’y rendre, mais mon but principal est de découvrir la source des conflits parmi nos deux peuples. J’aurai une question pour vous. Vous êtes accompagné? Je crois que les présentations ne sont pas complètes. »

Alaran écoute attentivement le jeune homme et se met à sourire à cette question : « En effet. Mais Yuile aime se faire désirer. J’espère que Destinée ne l’a pas mal pris. »

Bartimus hausse les épaules. Il répond qu’il ne croit pas que cela choque Destinée et lui demande si tout va bien. Celle-ci répond en s’adressant aux trois intéressés :

(Oui, il n'y a aucun problème. Je suis contente qu'une de mes soeurs soit parmi nous.)

Encore plus souriant, Alaran continue la conversation :

« De quels conflits parles-tu? »

Étonné, le jeune homme ne sait pas trop comment répondre. Mal à l’aise, il explique que les conflits entre les Wiehls et les Kendrans sont nombreux et que cela à même provoqué une guerre. Il espère trouver la raison de ces conflits et y mettre un terme. Intrigué, Alaran demande à Bartimus d’où il vient. Celui-ci répond la vérité :

« Je viens d'un village aux abords de Tulorim. Pourquoi? »

Alaran, voyant que ce jeune homme n’a pas l’air au fait des actualités lui répond que Kendra Kar et Tulorim ne sont plus en guerre depuis un certain temps. Bien sûr, il y a toujours des tensions, mais les armes sont déposées depuis un moment. Bartimus sait que les relations sont plus calmes depuis quelques années. Cependant, le jeune adulte est toujours curieux sur cette rencontre et demande :

« Au fait, vous disiez devoir me rencontrer? »

« Oh non. Je disais juste que je savais que je trouverais un jeune homme troublé au port », répond Alaran.

« C'est Yuim qui vous l'a dit? », demande Bartimus tout de même intrigué.

« Yuile. » corrige-t-il avec un sourire. « Non, ce n'est pas lui. »

« Pardon. Yuile... je me suis mélangé avec Yuimen, le Dieu que je prie. Les deux noms se ressemblent, je trouve », dit Bartimus en arborant maintenant un sourire. On dirait bien que celui d'Alaran est contagieux et le Bartimus commence à ressentir une certaine légèreté.

« Ce n'est pas une coïncidence si les noms se ressemblent. », répond Alaran.

« Et bien, je suis ravi de faire connaissance. Pourrais-je faire un bout de chemin avec vous? Je crois m'être lancé dans un voyage sans vraiment m'y être préparé...»

À ces mots, Bartimus commence à avoir le teint un peu plus pâle. Pour l'instant, tout va bien, mais lorsqu'ils seront loin de la côte, le mal de mer aura tôt fait d'achever le jeune homme.

« Évidemment, si tu ne connais pas Kendra Kar, je serais ravi de te faire visiter la cité. Tu devrais t'asseoir un peu, avant de me vomir dessus », dit Alaran en désignant une caisse.

Le jeune homme ignore le conseil. La vue sur l’horizon l’aide à atténuer le mal de mer et son malaise n’est pas suffisamment grand pour comprendre qu’il va bientôt être malade.

« Il est étrange de partir ainsi de chez soi sans se préparer un minimum. Quels genres d’événements t'ont poussé à partir ? »

Bartimus explique qu’il est parti de son village natal après son passage à la vie adulte. Il raconte comment il a forgé une piètre épée en un jour et comment il a blésé son père. Il ajoute que le lendemain matin, son père est venu le voir avec un bras infecté. Lucius lui annonça sa mort imminente et le renvoya en dehors du village. Il mentionne aussi Onrald qui l’avait expulsé du village à toute vitesse. Il explique qu’il a peu dormi et que tous ces événements l’ont poussé à partir de manière précipiter.

« Yuimen, Destinée, Onrald et les étoiles avaient tous le même discours sur mon départ », fait-il comme réflexion.

Un peu moins souriant, Alaran se désole de la mort prochaine du père. Bartimus le remercie et propose un jeu de dés afin d’enterrer les émotions qui montent. Il explique le jeu à Alaran. Chaque joueur commence la partie avec un total de 5 dés. La partie commence lorsque tous les joueurs ont lancé leurs dés. Tous les joueurs doivent cacher leurs dés avec un gobelet, avec une chope ou avec leurs mains. Le premier joueur doit annoncer un pari. La mise est annoncée selon le résultat souhaité parmi les dés. Par exemple, le premier joueur annonce « trois, deux. ». Cela signifie que ce joueur croit qu’au moins trois dés affichent la face numérotée « deux ». Le joueur a le droit de regarder ses propres dés pour annoncer sa mise. Le joueur a aussi le droit de mentir afin de dérouter les autres joueurs. Par exemple, le joueur possède seulement des « six » et annonce « un, quatre». Ainsi, il fait croire aux autres qu’il possède un « quatre ». Tous les joueurs doivent prendre une mise plus difficile ou accuser l’autre de mentir. Lorsqu’un joueur annonce « Mensonge », tous les joueurs doivent dévoiler leurs dés. Le but de l’accusé est de réussir son annonce parmi tous les dés visibles. Le but de l’accusateur est de prouver le mensonge. Ainsi, lors du deuxième tour, le premier joueur annonce « quatre, cinq », le deuxième fait une mise plus difficile et annonce « cinq, cinq », le troisième répond « Mensonge ». Lorsque tous les joueurs dévoilent leurs dés, il y a sept « cinq » sur la table, alors l’accusateur a perdu. Il jette l’un de ses dés dans la défausse. Dans le cas d’une victoire, c’est le menteur qui jette son dé. Attention! Le dé numéroté « un » peut-être utilisé pour compléter une mise. Cependant, ce dé doit appartenir au joueur accusé. La partie se termine lorsqu’il n’y a qu’un seul joueur ayant toujours un dé.

(((Pour les intéressés : https://fr.wikipedia.org/wiki/Perudo)))

Les deux hommes commencent à jouer. Une fois le bateau loin de la côte, les vagues se font ressentir et Bartimus commence à être malade. Il tente d’aller se coucher à fond de cale, mais le tout empire de plus en plus. Un matelot se moque de lui et lui dit de retourner sur le pont s’il veut survivre au voyage. Ce qu’il fait. En effet, en regardant au loin, les maux sont diminués bien qu’encore présents. Le bateau avance lentement vers sa destination.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Lun 23 Oct 2017 00:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 8 Aoû 2017 11:20
Messages: 10
Localisation: Tulorim
Je marchais le regard perdu dans mes pensées, l'odeur du sel marin mêlée a celle de la marée agressait gentiment mes narines.La fraîcheur du matin glaçait mes vieux os,engourdissant mes membres, s'enfouissant toujours en mon sein a chacune de mes inspirations.
Le port se réveillait avec lenteur, émergeant sans se presser d'une longue nuit. Les premiers marchant installaient leurs étales ,certains vendaient du poisson, des coquillages, ou encore des crustacés; tandis que d'autres déballaient impressionnants arsenaux, de la simple épée aux sabres raffinés de quoi satisfaire tout les malfrats des bas-quartiers pensais-je.
Je déambulait pieds nue sur les pavés des quais dont le froid dévorait ma peau se délectant de la chaleur qui l'habitait. J'avançais fier et droit. Enfin presque...
J'avais à mon avis plus l'allure d'un poivrot défroqué qui traînait sa carcasses a demi pourrissante avec la grâce d'un boiteux. Je faisais peine a voir mais nul ne s’intéressait à moi. Les "Morts-Vivants" accro à la boisson étaient monnaie courante dans cette ville et si je n'avais eu ce sabre et ce charisme si impressionnant je me serai fait détroussé, j'aurai perdu mes dernières piécettes et je n'aurai plus possédé que mes "bijoux"...
Et encore après la nuit que je venais de passer les-dit "bijoux" avaient plus l'apparence de raisins sec. Il faut dire que les "Dames" de cette ville ont un savoir faire et une dextérité impressionnante ,elles savent vous le mettre au garde a vous et vous le cajoler votre soldat.

M'enfin je m’égare. Je déambulait donc sur les quais sans but précis, les pensée embrumées par les substances prises la veilles en direction de...mince ou devais je me rendre ..?
Ah! oui en direction de la taverne de... décidément ma mémoire me fais défaut... d'arcat..acat...Hargartt! oui voila je me dirigeais vers la taverne d'Hargartt afin de récupérer les affaires égarées la veilles.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Port de Tulorim
MessagePosté: Sam 18 Nov 2017 23:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 11 Nov 2017 02:11
Messages: 4
« Quand tu auras fait tes preuves en tant qu’homme, tu navigueras sur mon bateau, morveux. »

Voilà quels mots viennent de m’être lancés à la tête par mon propre paternel, le jour de mes vingt ans. Muet de stupeur et de colère, j’ai serré les poings sans réagir, et le regarde maintenant s’éloigner des côtes de Tulorim en compagnie de mes deux frangins, moqueurs, sur sa frêle embarcation de pêche, coquille de noix virevoltant au rythme des vagues. Tout ça parce que je lui ai demandé si, aujourd’hui, je pouvais monter avec eux. Pour mon anniversaire. Mes yeux humides plissent mon visage à la lèvre serrée de frustration. Je n’en ai jamais rien eu à faire, de ce bateau, de la pêche en général. Je voulais juste passer un moment avec les mecs de ma famille. Et me voilà rabaissé à peau de chagrin, sans même qu’ils n’aient compris mon intention.

Non, au lieu de ça, me voilà accablé d’une tâche ressemblant fort à une corvée : ramener à ma mère les filets abimés des jours précédents pour qu’elle les raccommode avec mon aide. De vieux filets puant la marée, verdis d’algues et parsemés de conques fermement accrochées au lin des cordes. Pestant de mon manque de répartie, et de cette sensibilité qui m’écrase, je m’échine avec violence à plier lesdits filets dans une hotte d’osier, accroupi près du sol. Un empressement qui finit par me porter préjudice, quand ma main ripe et s’ouvre sur une bernache tranchante, lacérant ma paume d’une strie purpurine.

Je grimace, retenant un geignement. Bon sang que ça pique. J’ai presque du mal à regarder la plaie, de peur de tourner de l’œil. Hmpf. Finalement, je prends mon courage à une main, et je jette un œil dans la seconde. Bon. Rien de bien grave en soi, mais ça fait un mal de chien, et le sel marin dont mes mains sont recouvertes n’arrange rien à l’affaire. C’est à cet instant précis, alors que je regarde, blafard, le sang s’écouler de ma plaie, qu’une ombre me recouvre. Je lève les yeux pour apercevoir une silhouette majestueuse d’elfe me passer à côté. Pendant une seconde, nos regards se croisent. Il a le visage marqué d’une balafre énorme, et porte l’équipement élégant et meurtrier d’un guerrier de son peuple. Un aventurier aguerri, sans nul doute, comme il en transite tant par Tulorim. Dans son regard, je n’ai vu que le mépris. Pire : l’indifférence. Je me suis trouvé sur sa route, un instant, et il a dû se fendre d’un pas de côté pour m’éviter. Et rien que pour ça, je sens sur mes épaules toute sa condescendance. Un sentiment de gêne monte dans ma poitrine, picotant plus vivement encore que ma blessure bénigne. Et tel la carpette que je suis, mes lèvres s’entrouvrent pour geindre avec humilité :

« Désolé… je… »

Mais l’elfe ne se retourne même pas, poursuivant sa route en pressant le pas comme si je ne valais même pas la peine qu’on perde une seconde de plus en ma présence. Baissant les yeux, défait, je ravale mes bons sentiments et finis rapidement de replier le filet, tout en prenant garde à ne pas raviver la douleur de ma blessure, que je plaque contre ma chainse en l’y pressant comme un pansement. Puis, je m’empare de ma hotte d’osier, que je glisse sur mon dos afin de prendre la direction de ma maison, non loin du port, dans les quartiers pauvres de la ville. Là où m’attendent sans doute ma mère et ma petite sœur souffrante.

_________________
Cillien, homme


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 243 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 13, 14, 15, 16, 17


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016