L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Milice de Mertar
MessagePosté: Mar 21 Juil 2009 17:09 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
Milice de Mertar


Image
Emblème de la ville et de la milice


Proximité de l'ennemi oblige, cette milice sert beaucoup en cette période pour les missions de reconnaissance et la défense contre les nombreux raids Gobelins et Orques. Les miliciens viennent également en aide aux différentes mines naines dispatchées ci et là dans les montagnes. Ils n'acceptent aucun non-nain dans leurs rangs car ils n'ont confiance qu'en eux-mêmes.

---------------------------------------------------------

Comment s'engager ?

En jeu, vous devez contacter un milicien gradé qui vous inscrira sur une liste secrète. Il vous fournira si besoin du matériel (cf point IV /) aux couleurs de la ville et si possible un premier ordre de mission. La réponse du milicien sera faite par un GM !

HRP: N'OUBLIEZ PAS de demandez dans le SOS GM qu'un GM s'occupant de la milice s'occupe de votre inscription

Comment faire sa mission?

Une mission vous sera envoyée sur votre fiche de milice et elle se remplit par rp. Ça sera donc à vous de la gérer, en imaginant des péripéties et des aventures mouvementées, des rebondissements et surprises, avec combat si possible. Plus la mission sera complexe, meilleures seront vos récompenses !

Rappel : Les règles de milices

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Sam 21 Nov 2009 21:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 17 Nov 2009 20:19
Messages: 4
<Les Rues>

J'entre par le porche, je me retrouve dans une cour. Un grand bâtiment me fait fasse.
La roche à cet endroit est d'une couleur rouge. Des barils, des caisses, dont certains
portent les armoiries de Kendra Kar, sont entreposées dans un coin. Un renfoncement
dans la roche forme un escalier, qui donne au-dessus du porche. La Milice était un
ancien fort entièrement creusé dans la roche. C'était le seul de ce type dans la cité.
Les autres étaient placés aux entrées de Mertar.

Un nain massif sort du bâtiment face à moi, son visage est tailladé de cicatrices. Ses
yeux gris-bleu, glacent sur place les personnes qui croisent son regard. Il est
accompagné d'un humain, un de ceux venus avec la grande caravane, il porte un
bandage qui l'aide à maintenir son bras gauche contre lui. Celui-ci est immobile.
L'homme porte un grand manteau blanc-gris, fait avec du cuir de manticores et bourré
de plumes de griffon. L'homme, malgré son bras immobilisé, dégageait une aura de
puissance. Les bêtes qui constituaient son vêtement prouvaient son haut pouvoir et
ses compétences. Il portait à sa ceinture une longue épée gothique. Il chaussait
d'épaisse botte de mammouth.

Les deux guerriers discutaient avec animation.

« 
-Je n'ai pas été prévenu de l'arrivée de votre caravane, je ne pouvais pas savoir!

-Je vous ai envoyé un messager, maître nain, à 12 lieues de la cité.

-Il n'est jamais venu se présenter. Où avez-vous été attaqué?

-Aux environs du Col Blanc. L'ennemi est à vos portes. Ces Garzoks
étaient peu nombreux, mais ils ne constituaient qu'une avant-garde.


-Combien étaient-ils ?

-Une bonne vingtaine, montés sur leurs espèces de loups géants. Ils

se déplaçaient très vite, et les pattes des loups étaient entourées de lumière

bleutées

-Encore une de leur maudite sorcellerie! » Grommela le nain.
Celui-ci semblait très préoccupé. Tellement qu'il oublia de voir le jeune nain avec son
étrange sabre qui venait d'entrer.

« 
-J'ai perdu deux de mes hommes. Apparemment les Kaeash les ont
impressionnés, autrement, nous aurions été massacrés! L'ignorance de telles bêtes par
ces Orques est intrigante.


-Si c'est bien ce qui les a fait fuir, c'est donc que cette bande est
originaire du nord des Terres Sauvages d'Omyrhy... Ils doivent avoir une bonne raison
de venir jusqu'ici... 
» Le regard du nain ce fit plus lointain, il réfléchissait.

« 
-Quelques soit leurs intentions, je ne compte pas laisser ma caravane
piégée dans Mertar, je partirai dès notre ré-approvisionnement effectué. Vous devriez
augmenter le nombre de gardes aux portes de la ville, et envoyer des patrouilles de
trappeurs pour observer les mouvements de la bande.


-Je connais mon devoir, humain! Je prendrai les décisions qu'il faudra!
Je comprends votre inquiétude, mais vous serez plus à l'abri dans notre ville. Si vous
tenez à aller servir de nourriture à leur horde, je vous en prie, partez! Je peux
éventuellement mettre à votre disposition une équipe de braves pour vous aider à
franchir le Col... Mais vous serez seuls après.


 »

Le nain interrompit sa phrase, il venait de se rendre compte de ma présence. Il fronça
ses épais sourcils, et me foudroya du regard.

« 
-Qui êtes vous? Que faites vous ici? Vous faites du tourisme? N'avez
vous pas vu l'écriteau à l'entrée?


-Je viens m'engager. Je veux défendre la cité et apprendre à me
battre. Je n'ai pu m'empêcher d'entendre une partie de votre conversation. S'il y a
combat entre nous et ces Gorzaks, je veux en être.


-Vous êtes bien jeune...

-Il a déjà 50 ans de plus que vous, humain. Qu'est ce qui vous
motive? Je n'accepte pas les chouineurs qui veulent passer pour des héros, où tout
autres intellectuels!


-Je ne suis ni l'un ni l'autre. Mon père a été emporté par le Grand
Dragon Rougeécaille. J'ai forgé mon sabre avec quelques écailles qu'il a eu le temps de
lui arracher. Depuis, je cherche à le retrouver. Mais je n'ai pas de compétences en
combat, alors j'ai pensé que la milice m'offrirait la chance de défendre ma nation!
Récitais-je didactiquement ces paroles que je me répétais tous les soirs depuis
une semaine.

Ma dernière phrase fut celle qui plût le plus au Chef de la Garnison, une lumière
s'éclaira dans ses yeux, qui perdirent pendant un instant leurs froideurs habituelles. Il
reprit ces esprits, renvoya le dirigeant de la Caravane.

« Nous rediscuterons plus tard. » lança-t-il à l'homme, qui
sortit de la cour et se dirigea vers la Grand'Place.

« Ainsi, tu cherches à défendre ta race? Sais-tu ce qu'est un orque?
Sais-tu ce qu'ils sont capables de faire? As tu déjà vu la couleur du sang? 
» Il
énonçait chacune des questions, lentement, me transperçant de son regard. Je ne
tiquais pas:

« 
-J'ai chassé avec mon père, tous les hivers, jusqu'à mes 68 ans. Je
connais le sang. Je connais sa chaleur. Je connais son goût. Je connais la terreur de la
bête qui agonise, ses cris. Mais je n'ai jamais vu ces « orques », en quoi sont-ils si
effrayants?


-Un orque, petit, est mi-animal, mi-humain. Il possède une puissante
mâchoire, des crocs, et d'épaisses touffes de poils sur tout son corps. Il est entraîné,
brutal, et manie des armes de ton poids! Qu'elle serait ta réaction si tu voyais l'une de
ces bêtes dévorer l'un de tes compagnons? Que ferais-tu fasse à une horde entière de
ces monstres, montés sur d'énorme chiens-loups? Leurs montures ne ressemblent en
rien à tous ce que tu as pu chasser, ces bêtes peuvent rivaliser avec les grands ours
blancs de nos montagnes! Sais tu que ces animaux peuvent te dévorer, encore vivant?
Les Orques pourraient aller jusqu'au cannibalisme s'ils n'avaient pas assez à
manger! 
»

Le discours virulent du combattant ne m'impressionna guère. Ces bestioles étaient plus
grandes que moi, plus grosses, plus fortes, mais apparemment elles manquaient
cruellement de réflexion, de discipline et de jugement. J'avais appris la discrétion lors
de mes traques, et ces bêtes étaient plus carnassiers que chasseur.

« -Soit. Quelques soient les dangers, je veux m'engager.

-Hmm. Bien, suis moi. »

Je suivis le Chef à l'intérieur du bâtiment. Une grande salle constituait tous le rez-de-
chaussé. Un escalier, au fond à gauche, menait dans les étages inférieurs et
supérieurs. Le Chef s'approcha d'un comptoir face à l'entrée. Il était gravé sur le bois
du bureau « Recrutement ». Le nez dans sa paperasse, des
lettres, des cachets, de l'encre partout, se tenait un nain. A notre entrée, il ne releva
même pas la tête.

« Alors, qu'est-ce qu'ils ont encore ces maudits humains? »
grommela l'agent de recrutement

« Rien. Problèmes habituels. » Le Chef se retourna, fronça à
nouveau ses sourcils, et m'adressa un regard noir. Je compris qu'il me fallait rester
discret quant à ce que je savais.

« Ralf, prend l'inscription de ce ptiot. Je le parraine. »

« Vous Capitaine? Très bien. Quel est ton nom ptit? » il posa
sa question, et d'un geste brusque mais habitué, il dégagea son espace d'écriture de
tous les papiers qui le recouvraient.

« -T'horgrin Kin. Je désire m'engager dans la Milice de Mertar.

-Très bien, signe ici. » Fit le dénommé Ralf.

La fiche qu'il me fit signé était celle-ci :

_________________________________________________________________________________

RECRUE : T'horgrin Kin
PARRAIN : Capitain Jorlan

REGLEMENT
1/ Mertar est votre patrie. Vous vous occuperez de la protéger, et de défendre son
peuple.

2/ Les ordres de vos supérieurs ne sont pas sujets à caution. Tous défaut à l'exécution
des ordres de votre part, toute opposition, volontaire ou accidentelle, ne serait être
toléré.

3/ Ce règlement peut être changé, à chaque instant. La première règle restera
effective à chaque changement. La hiérarchie est découpée par valeur du milicien.
Chaque recrue commence au rang d'apprenti, et gagnera les rangs supérieurs en
fonction de la progression de sa formation.


La recrue ci-dessus nommée a pris conscience des règles ci-dessus, et se
conforme à elle,

SIGNATURE :


T'hor.

_________________________________________________________________________________

Le Capitaine lut rapidement ma fiche d'inscription, mon nom fut marqué sur une liste,
en caractère rouge, qui se trouvait dans un coin du bureau. Il figurait sur cette liste
d'autres noms, certains raillés. Le nombre de noms raillés me fit frissonner. Le taux de
survie chez les miliciens de Mertar était bien bas...

« Te voilà des nôtres, ptit! Haha! Si je n'avais pas à dire deux mots à
cet abruti d'humain, j'irai bien fêté ça avec toi à la taverne! Allez, à bientôt! Demande
à Ralf si tu as une question.
 »

Suite à cette déclaration, le nain sortit du bâtiment. Je me retournais vers Ralf.
Celui-ci m'observait.

« -Tu sais par où commencer?

-Je n'en ai aucune idée. Où sont les autres membres de la milice? Y
a-t-il un entrainement où quoique ce soit que je dusse faire?


-Il est tôt, le reste des unités devrait arriver. Dernièrement, nous
avons perdu beaucoup de membres. D'ailleurs, c'est le peuple nain lui-même qui
manque d'individus,
grommela-t-il, m'enfin. Reste dans le coin,
je te donnerai un ordre de mission, pas trop dur bien sûr, histoire que tu fasses
connaissance avec les gars. Je te filerai de l'équipement au besoin.


-Merci.

-Si j'étais toi, j'éviterai de me saouler avant la mission. Par contre, va
vers la Grand'Place. Ces caravanes sont toujours à mettre le souk. Prend ce badge, il
témoignera de ton affectation à la milice, et fait attention au Capitaine, il a le sang
plutôt chaud. 
»


Sur ces quelques mots, je sortis du fort.


<Les Rues>

(((Gros problèmes de taille: j'ai du changer la mise en page du rp, une partie dépaçait dans la partie droite du forum... étrange.)))

_________________
T'horgrin Kin, Guerrier Torkin


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Sam 20 Aoû 2011 14:53 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Mer 24 Nov 2010 21:22
Messages: 46
Chez Draupnir

La Milice de Mertar


Erebor venait de quitter son frère et n’avait eu qu’une dizaine de mètres à parcourir pour atteindre le quartier général de la Milice. C’était un grand bâtiment décorés par les armoiries locales et quelques draps colorés. La porte était entrouverte et laissé luire une douce lumière. Après quelques légères hésitations, il poussa la lourde porte et entra dans le hall de la milice.
Le hall était plus grand qu’il l’avait imaginé. Il était vraiment grand. Il pouvait facilement contenir une vingtaine de soldats. Il y avait en face de lui une table derrière laquelle un nain s’attachait à trier de la paperasse. Il y avait deux portes derrières lui, une à sa gauche, l’autre à sa droite qui amenaient à quatre le nombre de portes dans la pièce. Un large lustre au centre du plafond éclairait la pièce d’une lumière chaude. Le petit grincement de la porte avait suscité l’attention du milicien qui leva la tête pour voir le nouvel arrivant. Erebor s’empressa de le rejoindre.

« Bienvenue dans la milice de Mertar. Que puis-je faire pour vous ? », demanda aussitôt le milicien.

« Réservez-vous toujours un bon accueil ? », demanda Erebor en guise de réponse.

« Bien sur. Nous ne vivons pas meilleure période qu’aujourd’hui »

« Expliquez-vous, je vous prie », demanda Erebor, perplexe.

« Nous combattions sur deux fronts à la fois. Ce n’étaient point les gobelins qui nous posaient problèmes dans les galeries du Sud, mais bien les Orques noirs, au Nord-Est. Nos hommes étaient épuisés mais combattaient vaillamment. Rapidement, il repoussèrent la ligne de front. Il y deux lunes, les Orques noirs abandonnèrent. »

« Mes talents de guerriers ne vous sont pas indispensables. En conséquent, rien ne me retient ici. »

« Un instant, je vous prie »

Le milicien se pencha vers l’arrière et sortit d’une petite bibliothèque un paquet de parchemins assemblés et liés par une lanière en cuir et en détacha un parchemin.

« Voilà. Si vous désirez tout de même rejoindre la Milice, remplissez tous les champs et remettez-le moi une fois complété. », lui dit-il en lui tendant.

Erebor prit tout de même le formulaire d’inscription mais sans réelle conviction. Il tourna le dos et quitta le hall en remerciant le milicien.

La Bibliothèque - Le Grimoire

_________________
Image

"Rien n'existe qui n'ait au préalable était pensé" Traité de Faërie, Ismaël Mérindol, 1466


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Mer 14 Mar 2012 04:09 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
La prison de la milice de la grande ville naine de Mertar, un endroit que ne donnait pas forcément envie de rire, un endroit où l'on ne s'amusait pas vraiment, voir, pas du tout même. Pourtant, il était en ces lieux, depuis quelques heures déjà, un être qui ne cessait de s'amuser, un être que rien n'empêchait de rire. Il ne craignait pas vraiment le regard agacé des gardes, il ne se formalisait pas des toiles d'araignée qui tapissaient certain coins, il ne faisait pas attention aux nains et autre créatures à l'allure patibulaire qui habitaient certaines cellules. Non, il n'avait cure de tout ça, il gardait sa joie de vivre. Et pour cause! Il était rond, rond comme une pelle, sou comme cochon, totalement ivre.

Cette personne, c'était Broginn, un fier nain brasseur qui avait été trainé là de force. Pourquoi ? Lui ne s'en souvenait certainement plus et les miliciens n'avaient pas forcément compris non plus. Il était question de canard, de bière, d'un certain Roger et de soupe au grumeaux... Bref, une histoire bien étrange, surtout quand elle est raconté par un nain bourré.

Alors voilà, Broginn était assis par terre, serrant contre lui un tonnelet de bière vide que les gardes n'avait pas réussi à prendre, et il chantait. Il chantait joyeusement, comme s'il était encore à la taverne. Il chantait, comme s'il ne s'était jamais rien passé.

"Du porc, des larmes, de la bière nom de dieu. Va falloir buter, tous ces gnolls souffreteux. Du poids, des vaches, de la joie et des gueux. Attention Broginn, il vous pine quand il veut!"

Bon bien sûr, ce qu'il chantait était totalement incohérent, mais il y mettait tout son cœur, toute sa force, sans faire attention une seule seconde aux insultes qu'on lui envoyait. Il chantait, encore et toujours, partageant sa joie avec tous ceux qui pouvaient l'entendre...et qui n'en avait sans aucun doute rien à faire.

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Mer 14 Mar 2012 09:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 4 Déc 2011 21:59
Messages: 55
Enivrés et dépités, sauf deux, sept nains avaient été trainés jusqu’aux sombres geôles de la milice Mertarienne. Comme l’adage le dit, la nuit, tous les nains sont gris. Sauf qu’ici, cinq d’entre eux avaient nettement dégrisé lorsqu’ils arrivèrent devant les grilles de leur cellule. Alors, ces cinq-là, dont Gorog ne faisait bien sûr pas partie, ils atterrirent dans une cellule basique, ample et vaste, où ils pourraient passer une nuit en garde-à-vue sans subir plus de conséquences quant à la bagarre de taverne.

Mais pour Gorog et Stanley, ça n’allait pas se passer comme ça. Le sieur Cul-Brique, mineur de son état, fut mis, comble du comble, au fond du trou. Et pas seul, en plus de ça. Sa sombre cellule était déjà agrémentée d’un nain-culte en robe de bure violette. Un clerc voyant, à n’en pas douter. Et vu son regard torve et ses yeux pleins de vice, il était certainement un père-vert, bien connus pour être les plus détraqués des fidèles de Yuimen, le considérant comme le dieu des améthyste, et de rien d’autre. Gorog se rassura en pensant que si le clerc obscur tentait de déculotter son ami, au vu de la fermeté des fesses de ce dernier, c’était plutôt l’homme de culte qui prendrait une sévère déculottée, sans même que Stanley eut à frapper.

Quant à Gorog, il fut tout simplement amené dans une cellule de dégrisement. En tout cas, elle en avait tout l’air, vu la faune déjà présente : un nain complètement torché, à la barbe noire et aux yeux déjantés. Il chantait joyeusement, casque à canard vissé sur le crâne, répandant son haleine chargée de gouttelettes d’alcool dans toute la zone. Gorog douta aussitôt de l’effet dégrisant de cette cellule où il baignerait presque littéralement dans les effluves alcoolisés. Qu’à cela ne tienne, il s’en réjouit, et se précipita de lui-même entre les barreaux avant même que les gardes eurent le temps de l’y pousser fermement. Sitôt la porte de cette grosse cage fermée, il observa son partenaire ivre, et sans se l’expliquer, éclata subitement d’un rire fort et gras. Irrattrapable. Au lieu d’une punition, c’était un cadeau que lui faisaient là les miliciens.

« Té, j’savais pas qu’y z’avaient ouvert une taverne ici ! »

Voyant le tonnelet entre les mains du nain, il s’approcha, et s’adressa à celui-ci d’une voix joyeuse :

« Et une mousse, patron ! Fait soif, par là ! »

_________________
Gorog, nain.

Le nez, c'est l'idiot du visage.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Mer 14 Mar 2012 14:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
Un nain rond dans une cellule, ça chantonne, mais deux nains ronds en prison, qu'en dit-on ? Et bien ça, les dieux seuls le savaient et bientôt, la milice de Mertar allait le découvrir. Car oui, un autre thorkin arriva dans la cellule habitée par Broginn, le nain chantant. L'oeil torve, Broginn toisa le nouvel arrivant, serrant contre lui son tonnelet de bière vide, et il le serra encore plus fort quand le thorkin à la rousse barbe voulu lui taxer le contenu inexistant de son tonnelet. Pourtant...Pourtant, sans doute à cause de l'alcool que les deux avaient ingéré, Broginn ne se formalisa pas et il se mit à rire, de bon cœur.

"Désolé mon ami, tu ne pourras pas goûter aux délices des Barbe-Roche! Les garde fût...Non, les gardes fous ont vidé...Non! LES GARDES ON VIDÉ MON FUT. LES FOUS! Voilà!"

Sur ce, il envoya tout de même le tonnelet en direction de son nouvel ami rond. Voulait-il prouver sa bonne foi ? Cherchait-il simplement à faire passer le temps ? Avait-il simplement conscience de ce qu'il venait de faire ? Seul Valyus le savait encore une fois. Mais Broginn ne s'arrêta pas là, il se leva, s'avança vers le nouvel habitant des lieux et lui tendit sa main luisante de bave, de bière, et d'on ne savait quoi d'autre.

"Moi, j'suis Broginn, Broginn Barbe-Roche! Fils de Gerlim Barbe-Roche, le grand Brasseur!"


Oui, il semblerait que les nains aimaient bien se présenter de la sorte, quand il ne se présentaient pas à coup de baffes dans la tronche lors de soirées arro...lors de soirées.

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Mer 14 Mar 2012 18:06 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 4 Déc 2011 21:59
Messages: 55
L’élocution du nain qui faisait face à Grogor était quelque peu alambiquée. À vrai dire, il donnait même l’impression de ne pas comprendre un traître mot de ce qui sortait de sa bouche pleine de bave et aux dents peu soignées. Le contenu de ses paroles, le rouquin le comprit vite malgré sa propre ébriété, n’étaient pas vraiment d’un réconfort adéquat. Plus de bière, en somme. Toute l’illusion d’une taverne s’écroula alors qu’une moue de frustration naissait sur les lèvres du mineur emprisonné. Sa propre outre était vide, elle aussi. Il ne s’était pas attendu à passer la nuit au trou, et n’avait donc pas prévu ses réserves en conséquence. C’était pourtant l’une des rares choses qu’il n’oubliait jamais de prendre avec lui, pourtant. De la bière. Et là, il n’y en avait pas.

« Foutre, foutre, merde ! »

Il jura fort lorsqu’il reçut en main l’objet initial de ses désirs, le tonnelet de bière de son comparse de cellule, et lorsqu’il s’aperçut du lourd vide qu’il contenait. Les gardes l’avaient siphonné. Qu’à cela ne tienne, l’ivrogne barvu se présenta sous le nom de Broginn Barbe-Roche, fils de Gerlim Barbe-Roche. Nommer au moins la première génération d’aïeux était une règle en or, chez les Thorkins. Et comme ils aimaient l’or, ils la respectaient généralement plutôt bien. Aussi Gorog n’hésita pas une seconde avant d’empoigner la main baveuse de la propre sienne, calleuse. Le travail de minage n’aidait pas à avoir les mains douces et délicates, il fallait l’avouer. Si ces adjectifs pouvaient signifier quelque chose pour un nain… Et puis aussi, avec un nom tel que le sien, ses mains ne pouvaient qu’être rudes. Il répondit donc à l’autre, tout en lui serrant la main :

« Gorog Poing-d’Acier, fils de Grogor Poing-d’Acier. Mineurs de générations en générations. »

Ils faisaient la paire : le brasseur sans bière et le mineur au moral miné par la situation. Bougon, il secoua nonchalamment sa main pleine de la bave de son nouvel ami, et pesta contre les geôliers.

« Vont voir c’qui vont voir, ceux-là. Dormiront pas tant qu’y nous aurons pas r’mis la bière. »

Et comme pour exemplifier ses dires, il brandit sa pioche pour aller frapper sur les barreaux de la prison. Les coups répétés résonnèrent dans tout le couloir avec fracas, amenant d’autres prisonniers voisins à se plaindre du raffut.

_________________
Gorog, nain.

Le nez, c'est l'idiot du visage.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Jeu 15 Mar 2012 04:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
Etait-ce son langage fleuri ? Etait-ce le contact de sa main et son apparente bonhommie ? Broginn n'en savait foutre rien, et il n'en aurait rien su même en étant sobre, mais, il aimait bien ce dénommé Gorog. Un mineur, un vrai, un buveur de bière, un vrai, bref, un nain, un vrai! Broginn était alors persuadé qu'ils allaient tous les deux être copains comme bouloum, qu'ils allaient faire les 900 coups ensemble...Où était-ce les 500 ? Bah, il n'en savait toujours foutre rien, et il s'en fichait. Il ne pensait en ce moment, qu'à s'amuser. Oui, alors même qu'il était enfermé dans une cellule avec son nouveau compagnon, il ne pensait qu'à profiter pleinement de son état d'ébriété pour faire une chose qu'il appréciait particulièrement, sans jamais vraiment l'avouer: Faire chier le monde.

Gorog donnait des coups de pioche sur les barreaux de leur cellule. Il faisait hurler les autres prisonniers et Broginn lui, cherchait encore un moyen de l'accompagné. Ses yeux se posèrent alors sur son précieux tonnelet de bière vide. Se levant difficilement, titubant exagérément, retenant un possible vomissement, Broginn alla s'asseoir près de l'objet de sa convoitise, le tonnelet. Et, comme seul un nain bourré pouvait avoir l'idée de le faire, il se mit à jouer du tambour, ou plutôt du tonnelet. Il frappait de toutes ses forces pour ajouter plus vacarme, toujours plus de bruit à la cacophonie déjà présente. Et bien sûr, il se le devait...Il hurla de plus belle.

"Les miliciens m'ont siphonné ma bière! Rendez-nous notre bière! Par le nectar de Kübi!"

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Jeu 15 Mar 2012 09:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 4 Déc 2011 21:59
Messages: 55
Rapidement, son colocataire de cellule se mit à faire presque autant de bruit que lui. Le dénommé Broginn entama un air de percussion entraînant sur son tonnelet de bière. Le fait qu’il était vide ne faisait qu’augmenter le vacarme. Car comme le disait l’adage : C’est dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes. Heu… Ah non, plutôt : Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit. Le fait est qu’ici, l’adage pouvait être agrémenté encore, car c’était un nain plein qui tapait sur son tonneau vide. Et un nain plein, c’est bien, deux, c’est mieux !

Le boucan était tel que bientôt, les autres prisonniers se mirent à hurler de colère et de consternation. Ils n’avaient pas la chance d’être tous aussi bourrés que nos deux compères. Dans le lot put même s’entendre la voix plaintive du nain-culte qui suppliait à genoux Stanley de cesser de gueuler comme un goret. Car ce dernier hurlait non pas pour se plaindre, mais pour se joindre au capharnaüm ambiant que les deux compères avaient initié. On se fut dit à un concert de Déesse-Métal, style musical fort en vogue chez les mineurs et forgerons nains, qui battaient le métal en rythme tout en criant des prières à leurs déesses préférées : la bière et les flammes.

De ce fait, les gardes ne tardèrent pas à débarquer, fort courroucés, pour demander à tous ces nains de la fermer. Mais leurs voix ne surent atteindre le crescendo philarmonique qu’ils avaient débuté. Ils durent s’y prendre à six pour trouver une solution. Radicale solution… Et pas celle escomptée par les braillards en chef.

Ainsi, par duo, ils vinrent ouvrir deux cellules. Celles de Broginn et Gorog, et celle de Stanley et de son nouvel ami prêtre runique. Et tous les quatre, ils les embarquèrent avec force et puissance, mettant une fin à ces joyeuses agapes sonores. Un sac de toile fut placé sur la tête de Gorog, qui s’échina à gueuler comme un porc qu’il était la victime d’une injustice odieuse, et que ces gros plein de soupe regretteraient leurs gestes à coups de pioche dans l’entrejambe. Mais rien n’y fit. Ils les emmenèrent Valyus savait où, via une pente ascendante qui surprit Gorog. Les hautes magistratures de la ville ? La sortie ? Le fait était qu’il n’avait jamais senti d’air aussi pur, même à travers son sac de toile, lui qui avait toujours passé sa vie dans les profondeurs des mines de Mertar.

_________________
Gorog, nain.

Le nez, c'est l'idiot du visage.


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Ven 16 Mar 2012 04:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
Ils faisaient un boucan du tonnerre, digne des plus grands orages jamais créés par Valyus lui même. Et il y prenaient du plaisir les bougre. Mais bien sûr, tout ivre qu'ils étaient, ils pensaient être dans leurs droits. Et quand quelques miliciens débarquèrent, Broginn était intimement persuadé qu'il allait pouvoir se rincer le gosier grassement. Qu'il allait pouvoir se remplir l'estomac du liquide amer et pétillant. Car depuis longtemps déjà, son estomac s'était vidé par le biais de sa vessie, mais la soirée n'était pas finie! Non, pas encore.

Et quand les gardes posèrent un sac sur la tête de son nouvel ami, puis de la sienne, il ne se formalisa pas et ses pensées se transformèrent instantanément en paroles, accompagnées de quelques relents de bière et de quelques postillons.

"Gorog! On a réussi, ils nous emmènent à la taverne tu vas voir"

Tout heureux, tout bourré, Broginn ne fit pas vraiment pas attention au dénivelé du sol qu'il arpentait "malgré lui". Il mit ça sur le compte du mange de bière dans son organisme et se dit que tout serait bientôt fini. Mais, quand au bout de quelques minutes, ayant paru des heures pour lui, il sentit un souffle frais lui hérisser les poils de la barbe, il se posa des questions.

"Foutre Moura! Par le marteau de Valyus, il se passe quoi ?! J'aime pas me cailler les miches quand je sirote ma bière les gars! Changez de taverne! Celle-ci, elle sent mauvais l'air pur!"

Et il ne croyait pas si bien dire ce fier nain brasseur totalement ivre. Car quand les sacs furent retirer de leur tête poilue, ils ne virent point de tables, ni de tabouret. Ils ne virent pas plus de serveurs, ni d'immenses tonneaux remplis de nectar nanesque. Non, la première vision qu'ils eurent fut l'éclat de la lune, accompagné de celui de ses petites soeurs les étoiles. Ils étaient dehors!

"Saloperie de miliciens à la noix! C'est quoi ce bordel! Que Kübi vous pisse dessus pendant votre sommeil! Foutre barbe!"

Broginn était furibond...

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Jeu 6 Juin 2013 10:55 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 28 Mai 2013 16:01
Messages: 52
Localisation: Mertar
< Les rues


Un égouttement régulier à peine perceptible s’élevait dans une petite ruelle adjacente au bâtiment flanqué de l’emblème de Mertar. Au bout de quelques secondes, l’égouttement se fit moins pressent, quasi inaudible, jusqu’à complètement disparaître. Un doux frémissement de tissu et un petit râle de satisfaction achevèrent le rituel. Onor apparut à l’angle de la rue, plus léger que jamais et les idées plus clairs. Bien que l’alcool toujours présent dans son sang conserve un certain effet sur sa perception de l’environnement, il avait suffisamment décuvé pour être à nouveau maître de ses mouvements et de ses paroles, qualité sans doute apprécié pour entrer dans la milice et agir, oui agir, pour Mertar.

Poussant le grand portail de la cour, le nain put contempler de près le petit fort de briques rouges qu’il n’avait jamais qu’entre aperçu au cours de sa vie à Mertar. Dans le clan de Dwif, on ne collaborait pas avec la milice, jugée trop laxiste avec certaines races (notamment avec les humains de Kendran ). Pour la première fois, Onor pénétrait dans ce lieu officiel de protection et de mission et en ressentait un certain émoi. Pénétrant dans la grande salle indiquée par le panneau non équivoque de « Recrutement », Onor fut frappé par l’immensité de la pièce autant que par son absence de toute vie. L’heure étant certes un peu tardive, il aperçut toutefois au fond ce qui semblait être un scribe épluchant des registres.

(Caricature administrative !)

Après une dizaine de mètre entre les tables désertes, Onor finit par se retrouver en face du nain, lequel émit un léger mouvement de tête en sa direction et un grognement mimant l’interrogation.

" Bonsoir ! "

Le grognement se fit plus poli, plus audible aussi. L’intérêt naissait.

" Je cherche à aider Mertar et on m’a enjoint de vous joindre. Alors je suis là, Onor, fils de Mofinard Tailleur-de-Pierre et de Winès, je requiers vos instructions et vous offre mes services, tant que Mertar est au cœur de nos actions ! "

Un troisième grognement ?

_________________
Onor, Thorkin, Guérisseur


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Ven 7 Juin 2013 18:59 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 30 Juin 2010 09:32
Messages: 1869
Localisation: *Ici ou là, mais toujours plus près qu'on le croit.*
Intervention GMique pour Onor

Première mission de milice



Un troisième grognement prend effectivement place, approbateur, tandis que le nain semble annoter rapidement un document. Il finit par redresser la tête, t'examine de nouveau un court instant, puis il prend la parole.

"Humph. Bel enthousiasme. Cela manque de nos jours."

Ses doigts se croisent. Il semble réfléchir un instant, puis fait un bref signe de tête.

"Bon, j'ai déjà trois miliciens compétents sur cette affaire, mais une arme de plus ne peut pas faire de mal."

Il se gratte brièvement la gorge, puis reprend.

"Hier, deux sektegs ont fait irruption sur la Grand'Place. On s'en est rapidement occupé, évidemment, mais on ne s'explique pas pourquoi ils ont pris le risque de remonter le puits d'accès à l'ancienne ville. Tu vas donc accompagner les trois miliciens qui devraient repasser ici sous peu. "

Lentement, il lisse sa barbe.

"Je veux savoir ce qui a poussé ces saletés tenter leur chance ici, et s'il est urgent de s'en occuper ou non. Et si vous croisez d'autres nuisibles, faites-vous le marteau dessus, ce sera déjà ça de gagné. "

Le thorkin te fixe, recommençant à grogner, comme s'il estimait en avoir assez dit.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Mar 11 Juin 2013 01:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 28 Mai 2013 16:01
Messages: 52
Localisation: Mertar
(Clair et précis. Pas de perte de temps en bavardage ; voila un ordre de mission intéressant !)

Onor rendit la politesse à l’agent par un grognement convenu. Il prit l’initiative de s’asseoir à quelques mètres de son homologue sur une des grandes tables de pierre remplissant la salle.

" Je vais attendre ici qu’ils se ramènent alors. "

Qui ne dit mot consent, le thorkin de l’accueil était de nouveau plongé dans ses écrits. Onor ayant vite fait le tour de la pièce, il se lassa rapidement d’observer l’agencement du mobilier et le va et vient permanent de la plume du scribe sur le papier. Le bruissement cursif était d’une régularité parfaite, l’effet sonore en résultant administrait au nain un remède barbiturique qui le fit peu à peu sombrer dans un sommeil fragile...

***

Le froid de la paroi se reflète sur les pourtours du tunnel. Main dans la main, les deux nains font leur chemin. Légers et nonchalants, ils débouchent à la croisée de chemins ouverts sur une immense cavité de plusieurs centaines de mètres. S’arrêtant pour admirer le spectacle de la vision offerte par la Ville Haute, ils profitent comme toujours de cette matérialisation de leurs rêves. Comment ne pas garder espoir lorsque tel panorama s’offre à vous ? Se peut il qu’un jour les années de labeur offrent à de modestes travailleurs un rang, une classe supérieur. Rejoindre les habitats troglodytes décorés d’ébène et tapissés de chêne. La combinaison du végétal et du minéral pour un confort et un standard de vie royal. Si Valkyor entendait leur prière, ne les aiderait-il pas ? Il gronderait son approbation sans doute…gronder… des grondements…un éboulement...

***

Onor se réveilla en sursaut, des gouttes de sueur perlaient de son front et glissaient sur sa moustache, imbibant sa barbe. Toujours le même cauchemar, et à chaque fois la même rupture comme un lourd secret qui tarde à venir. Le nain le savait, il n’en serait délivré que par la vérité. Emergeant de nouveau dans le monde éveillé, le guérisseur constata avec étonnement la disparition du donneur de mission. Le bureau, vide de tout document, semblait n’avoir jamais été occupé. Alors qu’il s’interrogeait sur la durée effective de son assoupissement, le brouhaha du fond de salle arriva enfin à ses oreilles.

" Bah tin, il est réveillé pépère ! "

Quittant sa table pour se dresser du haut de ses 1m30, Onor se dirigea d’un pas lent mais confiant vers le groupe attablés à côté de la sortie de la salle. Une bière à la main, trois thorkins avaient pris leur aise dans un lieu qui ne leur semblait pas du tout inconnu. Tout habillé de fer et d’acier, ils reproduisaient chacun l’archétype du guerrier nain, pour autant que des stéréotypes existent même au sein de la communauté thorkine. Le premier était le plus bedonnant mais également le plus imposant. Il portait une barbe taillée en carré dotée de poils de couleur rouge profond. Sortant un saucisson, il en coupa plusieurs tranches qu’il disposa sur la table. Le deuxième nain était chauve mais compensait par une forte pilosité présente sur sa barbe châtain coupé en pointe. Plus avenant que les deux autres, il adressa un sourire à Onor. Quant au dernier nain, il respirait à lui seul le respect et la puissance. Bien que tournant le dos au nouveau milicien, Onor devinait des traits durs et un caractère d’airain. Un lourd marteau était posé à son côté sur le banc. Caressant distraitement l’arme, il se rendit compte de la proximité d’Onor et se tourna par respect vers lui. Le guérisseur put constater la réalité de ses prévisions, observant également la blancheur sale d’une barbe jadis sombre ayant vu défiler les siècles et les combats. Celui qu’Onor présumait être le plus gradé et le plus âgé se présenta :

" Je suis l’instructeur Hurt et voici l’apprenti Borin ", désignant le nain « chauve ». " Lui c’est l’apprenti Dolin ", pointant le nain à la barbe rousse flambante. " Il parait que tu vas venir nous épauler pour la mission ? "

Les trois paires d’yeux fixaient désormais Onor. Le guérisseur à la barbe sombre se présenta à son tour.

" Je suis Onor, fils de Mofinard Tailleur-de-Pierre et de Winès , et je viens effectivement d’être engagé pour la mission concernant l’intrusion de deux sektegs sur la Grand’Place, mais comment savez vous ça ? "

Tout en posant la question, Onor se souvenait vaguement d’une histoire avec un sekteg à la taverne de l’Enclume Etincelante mais il ne parvenait plus à rassembler la logique de cette pensée.

" On nous a mis au courant à notre arrivée ", répondit Hurt. " Bien puisque tu es réveillé, nous pouvons y aller. Dolin, remballe ça ! "

Promptement, efficacement, les trois nains se retrouvèrent debout et en arme devant la grande entrée de la milice tel un triumvirat en préparatif de conquête.

Image


Devant cette image qui s’offrait à lui, Onor ne put que se sentir risible et insignifiant, lui qui pourtant jusque récemment avait toujours eu une haute estime de lui-même. Il avait en face de lui des guerriers d’expérience et de métier. Se sentant nu comme au premier jour, il se souvint alors que ses affaires étaient chez lui. Son arme tout du moins, ainsi que des notices de sort dont le guérisseur aurait peut être besoin pour sa mission. Il s’excusa d’emblée :

" Mes frères, je dois d’abord m’équiper, je serais très vite de retour! "

" Bon..Rejoins nous à la Grand’Place qu’on te mette au jus de ce qui s’est passé et de ce qu’on doit faire. Tarde pas surtout et prend de quoi tenir plusieurs jours, on sait jamais… "



_________________
Onor, Thorkin, Guérisseur


Dernière édition par Onor le Mar 3 Sep 2013 15:36, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Ven 23 Aoû 2013 00:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 28 Mai 2013 16:01
Messages: 52
Localisation: Mertar
< Le puits d'accès au Niveau Bas


" J’espère qu’ils nous ferons pas attendre. "

" J’espère qu’il nous paieront bien cette fois. "

" J’espère qu’il y aura de la bière ! "

" J’espère que je vais pouvoir dormir... "

Les trois premiers thorkins se tournèrent en direction d’Onor. Dolin secoua la tête d’un air résigné.

" Mon pauvre Onor, tu n’as vraiment pas la notion des priorités. "

Le chahut du petit groupe se répercuta rapidement dans la grande salle de réunion, toujours vide. Onor s’étonna encore de cet espace inutilisé, dans une ville où des milliers de nains vivaient dans une promiscuité issue de l’étroitesse des cavités leur servant de maison.

" Elle est toujours vide cette salle ? "

Borin gratta son câne dégarni.

" De mémoire, en tout cas, elle est jamais pleine… "

Les quatre miliciens s’avancèrent vers le bureau même où Onor était venue prendre connaissance de sa mission. Le thorkin n’avait même pas conscience du temps qu’il avait pu passer dans le Bas-Niveau. Un ou deux jours, sans doute pas plus, tout était allé tellement vite. Le plus long avait été la progression tant à l’aller qu’au retour. Soupirant, Onor restait toujours sur une impression d’inachevée, impression qui ne semblait pas perturber ses compagnons. Hurt parla au nain scribe qu’Onor avait déjà rencontré.

" Mission terminée, il y avait de la magie, c’était pas prévu dans le contrat ! La solde c’est toujours au même nom, et pas de retard comme la dernière fois. "

Fier de son entrée en scène, le milicien tempéra ses propos devant les yeux assassins de l’agent administratif.

" Bon…on a fouillé les ruines à la recherche de sektegs ou d’informations. On a obtenu les deux ! Y a une source de magie qui les fait fuir. Du coup ils ont pas eu d’autre choix que d’envoyer des gars en haut pour voir si il y avait une issue pour eux. Le truc c’est que la magie en avait déjà éliminé pas mal lorqu’on a débarqué. On s’est occupé du reste, y doit plus rester que des femelles et des moutards. Voila, plus de risque de ce côté-là. Le reste, c’est pas notre domaine nous. "

Sur ces derniers mots, l’instructeur se tourna vers Onor et l’invita à venir prendre la paie à son nom. Le guérisseur s’approcha tandis qu’Hurt rejoignait ses compères, à quelques tables de là.

Devant le scribe, Onor se sentit obligé de compléter le rapport.

" En fait il semble qu’il y avait deux sources de magie distinctes en bas. L’une d’elle est noire, l’autre… je ne sais pas mais c’est ce qui a détruit la plupart des sektegs. Ils ont été carbonisés. Et autre chose…des traqueurs nous ont attaqués dans les corridors souterrains. "

Onor sembla vouloir dire autre chose mais il s’arrêta là. La fatigue le gagnait de plus en plus et il n’avait qu’une hâte, rentrer au plus vite chez lui. Toute cette histoire de sektegs et de magie l'avait vidé de son énergie, sa blessure s'était ravivée et avec ça, il n'avait toujours pas bu une seule pinte.



_________________
Onor, Thorkin, Guérisseur


Haut
 

 Sujet du message: Re: Milice de Mertar
MessagePosté: Lun 16 Déc 2013 13:27 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 28 Mai 2013 16:01
Messages: 52
Localisation: Mertar
< Les rues

Onor ne prenait plus la peine de regarder. Le hall de la milice était l'échantillon symbolisant le syndrome « Mertar » : une ville qui régressait. Le dépeuplement ne semblait pas pouvoir être endigué et les conflits de plus en plus proches ne favorisaient pas l'arrivée de nouvelles têtes. De toute façon, les thorkins n'aimaient que modérément les nouvelles têtes.

Dans ces temps troublés la milice aurait pu prendre une importance croissante et cela aurait sans doute été le cas si il y avait eut des bras pour garantir son autorité. Or, l'époque était plus au manque de main d’œuvre et de courage qu'à l'abnégation collective. Sécuriser Mertar et ses environs relevaient du défi pour l'institution. Onor le savait, et il voulait faire changer les choses.Il aurait pu retourner à ses affaires personnelles, faire de l'argent dans les mines ou grâce à ses talents de guérison. Non, il revenait pour croiser le fer, prendre des risques. Une seule raison motivait son acte : l'amour. L'amour de la patrie naine et de la nation thorkine.

(Nous renaîtrons...)

Le guérisseur n'avait plus besoin de se présenter. C'était son deuxième engagement. Le bureau froid et le scribe l'accueillaient, aussi immuables que la montagne. Embrassant du regard le visage de son acolyte, il s'exprima avec une netteté qu'il ne reconnu guère lui-même.

" Du travail pour mes bras ? "

_________________
Onor, Thorkin, Guérisseur


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016