L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Mar 28 Oct 2008 21:29 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Oct 2008 15:46
Messages: 13910
L'Entrée de Mertar


Image


Mertar, la cité Naine, est bâtie sous la montagne et son entrée reste cachée aux voyageurs, il faut exactement savoir où aller pour la trouver. Ou suivre les caravanes de marchandises humaines qui, péniblement, se frayent un chemin afin de ravitailler la ville et d'échanger la nourriture et autres produits contre du minerai de fer, d'argent ou encore de mithril.

Lorsque vous atteindrez la vallée encaissée où se trouvent les Portes, vous serez enfin arrivé au bout de vos peines, après un rude et long voyage. Il y a de la neige au-dessus de Mertar quasiment toute l'année sauf en plein été et, lors d'hivers particulièrement froids, il arrive que la neige s'accumule tellement devant les portes que la cité reste parfois coupée du monde pendant plusieurs mois.

_________________
Chibi-Gm, à votre service !


La règle à lire pour bien débuter : c'est ICI !
Pour toutes questions: C'est ici !
Pour vos demandes d'interventions GMiques ponctuelles et jets de dés : Ici !
Pour vos demandes de corrections : C'est là !
Joueurs cherchant joueurs pour RP ensemble : Contactez vous ici !


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Sam 6 Nov 2010 22:36 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Mai 2010 11:41
Messages: 2454
Localisation: Kendrâ Kâr
Délaissé à leurs sorts, je laissais la caravane s'enfoncer dans les profondeurs de la montagne pendant que je me frayais un chemin un peu plus en hauteur. Grimpant éboulement après éboulement, je commençais à désespérer quand je levais la tête et que le sommet m'avais l'air bien inaccessible.
A force de persévérance et d'un temps considérable, je me hissa sur la dernière pierre. Le soleil était à son apogée et le ciel bleu inondait littéralement le sommet du col mais cela me laissait indifférent. Tout ce en quoi j'étais fasciné était tout ces corbeaux rassemblé sur quelques cadavres de bêtes non-identifiable. Ce spectacle était tellement magnifique, une offrande à la déesse Valshabarath.
Je restais un long moment à regarder ce massacre, priant ma déesse et quand je regardais de nouveau le soleil, une heure avait passer.
Contournant le carnage, je continuais mon chemin dans cette quête interminable vers la sortie de la cité naine. Capuche relevée et écharpe me couvrant le nez et la bouche, j'étais au supplice sous ce soleil de plomb et sans aucun endroit ou chercher de l'ombre.
Lentement mais implacablement, le chemin défilait sous mes pieds. Cette terre tellement aride et suffocante. Le soleil redescendait maintenant, à ma plus grande joie, même si ce sentiment m'était depuis longtemps inaccessible.
Le chemin devenait de plus en plus impraticable, au loin je commençais à apercevoir un torrent très agité ainsi qu'une forêt dense. Quelques minutes plus tard le chemin commençais à redescendre en pente douce vers les portes ou je devais rejoindre la caravane. La porte indétectable à l’œil nue et pour toute espèce ne possédant pas d'yeux d'elfe, était presque invisible pour un elfe noir. Mais à force de persévérance et d'expérience je finit par la déceler dans un canyon d'une quarantaine de mètre de haut.
Nicher dans un coin de la crevasse, j'attendais dans l'ombre...

_________________
Image



Dernière édition par Morion le Sam 25 Juin 2011 12:22, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Ven 10 Déc 2010 18:21 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Mai 2010 11:41
Messages: 2454
Localisation: Kendrâ Kâr
La porte s'ouvrait ou se refermait selon les aller et venue des caravanes de marchand, bien que celle-ci se faisait rare en cette saison de l'année.
Soudain, une lumière bleu m'irrita et m'intrigua encore plus. Cet lumière se déplaçait tellement vite que je n'arrivais même à les suivre de mes yeux couleurs violet. Quand je me levais, elle semblait attendre quelque chose et quand je faisait mine d'avancer elle partais en avant, vers la porte. Fatigué de ce petit jeu et vraiment trop intrigué pour ne pas broncher, je commençais à la suivre, le chemin n'était pas facile sur ce sol rocailleux et espionné par des centaines de nains aux aguets. Mais j'arrivais tout de même devant ces portes d'un métal extraordinairement solide.
La lumière passa par un petit trou dans la porte, pendant que moi je devais attendre que la porte s'ouvre allongé inconfortablement dans une crevasse à la lumière. Elle me faisait mal et j'étais au supplice.
Quand la porte s'ouvrit enfin, je me faufilais à une vitesse proche du surréaliste pour échapper à cette lumière infâme. Dedans, une rue, devant, à droite ainsi qu'à gauche, occupé par plusieurs milliers de nains, commerçant, forgeron et bien d'autre se disputait une place ou encore un produit. Étranger et bien trop grand pour ne pas passer inaperçu, je me cachais une fois de plus jusqu'à revoir cette lumière qui s'était enfuit...

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Sam 25 Juin 2011 13:04 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 21 Mai 2010 11:41
Messages: 2454
Localisation: Kendrâ Kâr
La porte derrière moi, l'aube était là. La saveur rafraichissante du vent sur mon visage ainsi que la blancheur de la lune me rassasiait un peu, mais je devais absolument dormir.

De plus, les caravanes se ressemblait toutes et je commençais à me demander s'ils n'étaient pas partis sans moi...

Mais un geste attirai mon attention sur la gauche, c'était le chef de caravane ! Ainsi donc ils n'étaient pas partis. Je m'avançai alors vers eux et le chef me lançait :

« Alors, tu étais passé ou ?! Nous devions partir tôt ce matin, nous avons plus de deux heures de retard désormais ! Tu as de la chance que nous n'ayons personne d'autre pour nous protéger sinon, on t'aurait laissés la ! Aller monte ! »

Tellement fatigué, je n'eus pas la force de lui répondre, mais je n'en pensais pas moins. Je montai dans l'arrière de la caravane et m'allongea comme je le pus dans ce fatras de marchandises.

Le sommeil me gagna presque aussitôt.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Lun 15 Aoû 2011 05:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 26 Juin 2011 22:47
Messages: 34
Localisation: Kendra-Kâr
- Poste précédent -

Elles se dressaient devant nous, les majestueuses portes de Mertar. Sculptées à même la pierre des montagnes, les motifs complexes dont elles étaient recouvertes prouvaient le talent des nains en architecture. Je m’émerveillais face à cet œuvre d’art, qui en fait n’étaient pas si différente des escaliers de ma sombre cité. Cette pensée assombrit ma mine qui était jusque-là radieuse, je m’engouffrais dans une autre ville souterraine alors que je venais à peine de quitter Caix Imoros. Je chassais cette idée, j’allais voir pour la première fois des nains! Leur physionomie particulière allait être le sujet de mes observations pendant notre séjour à Mertar. Lorsque nous franchîmes les grandes portes, l’obscurité reprit le dessus sur la lumière, mais jamais autant que dans ma ville natale, car les nains ne craignent pas le soleil. Une sorte d’excitation me gagnait quand les portes se refermèrent après notre passage.

- Poste suivantt -

_________________


Dernière édition par Sienna le Dim 21 Aoû 2011 00:36, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Sam 20 Aoû 2011 14:34 
Hors ligne
 Profil

Inscription: Mer 24 Nov 2010 21:22
Messages: 46
Trajet en Dahràm et Mertar

Les Portes de Mertar




Les portes de Mertar étaient vraiment impressionnantes. Taillées dans la pierre avec une finesse surprenante. Gravées dans la roche, deux statues indiquaient l’entrée de la grande cité. A l’effigie des deux « Grands Rois », elles marquaient fièrement l’entrée de la cité naine de Mertar. A leurs pieds, deux gardes lourdement armés d’une arquebuse et d’une hache à double tranchant restaient stoïques et pas même le froid ne semblait les faire plisser.

« Messieurs », dit respectueusement Erebor quand il passa les portes.

Il était à peine entré dans la cité qu’il fut déjà émerveillé devant la grandeur et la magnificence de la celle-ci. La place qui s’étendait devant ses yeux était immense, le plafond était vraiment très haut, et les baraquements regorgeaient de nains ivres et de marchands richissimes. Au centre de la place, une fontaine était finement sculptée. Quelques voyageurs s’étaient abaissés pour y boire, d’autres cherchaient leur chemin sur les panneaux indiquant les lieux important de la ville, et d’autres encore achetaient divers objets vendus par les marchands. Erebor s’y approcha et retint la direction pour aller à la Taverne de l’Enclume Etincelante, à la Bibliothèque et à la Milice. Voyant les nombreux passants se désaltérer à la fontaine, il jugea bon d’y goûter également. Il s’agenouilla au bord et bu quelques gorgées avant d’y faire boire Farupnir. Tout deux se sentaient maintenant vraiment désaltérer. L’eau avait comme une vertu bienfaitrice, elle semblait presque magique tellement elle était douce.

« Venez par ici braves et chers clients, cria un marchand à quelques mètres de là. J’ai tout ce dont vous avez besoin pour une expédition, un long voyage et votre survie en milieu hostile. Approchez ! Le kit de l’explorateur est faits pour vous ! Vous y trouverez une lanterne à huile, deux gourdes, une tente et le nécessaire pour faire un petit feu pour seulement 45 Yus. Approchez aventuriers … »

Le marchand semblait très convaincant mais la concurrence était rude comme en témoignait l’offre d’un autre marchand : un grand sac à dos contenant trois flasques, une lanterne, un bivouac et du silex pour 200 Yus. Erebor ne fut intéressé par aucune des ses offres et continua alors son chemin en direction de la Taverne de l’Enclume Etincelante.

Dans les Rues de Mertar

_________________
Image

"Rien n'existe qui n'ait au préalable était pensé" Traité de Faërie, Ismaël Mérindol, 1466


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Mar 20 Mar 2012 09:15 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 4 Déc 2011 21:59
Messages: 55
Gorog, à raison, n’avait pas partagé l’enthousiasme de son colocataire pour traduire la réaction des gardes. S’ils avaient voulu les emmener dans une taverne, ils ne s’y seraient pas pris de cette manière, sauf si c’avait été l’anniversaire surprise de l’un d’entre eux, ce dont il doutait fortement. Ce n’était pas le sien, en tout cas. Et puis de toute façon, après 87 balais, ce n’était généralement plus qu’une excuse supplémentaire pour se remplir la panse de boustifailles et de boissons en tous genres.

L’air pur que le rouquin avait pu sentir se mua subitement en air froid, glacial. Bien entendu, le cuir tanné qui formait son épiderme ne le ressentait que peu, mais c’était curieux et notable tout de même. Jamais il n’avait à ce point senti la sensation de froid, dans les profondeurs de la mine. Aussi cela lui fit presque l’effet d’un dégrisement subit, qu’il regretta au plus haut point. Broginn semblait se débattre de la bouche, la tête enfermée dans son sac, en gueulant des plaintes totalement justifiées concernant l’inacceptable pureté de l’air pour un établissement où l’on savoure la bière. Ses plaintes se muèrent même en insultes lorsque de leurs têtes, les sacs de toile furent retirés.

Il fallut un temps d’adaptation à Gorog… La lumière, ici, était blafarde et pâle. Il faisait sombre en même temps, même si le sol alentour était recouvert d’une couche blanchâtre qui crissait sous leurs bottes de cuir. De la neige éclairée par la lune. La plainte d’un vent d’Ouest se faisait ressentir, libre bise parcourant le flot nocturne d’une montagne imposante. Cela laissa à Gorog tout le loisir de laisser parler son inhérente poésie :

« Boup ! Mais qu’est-ce qu’on fout là, bon sang ! »

Il se retourna pour voir les miliciens passer une énorme porte de bronze cernée d’un encadrement imposant en pierre brute taillée avec détails de symboles runiques et nains. La mythique entrée de Mertar, que seuls les nains l’ayant déjà vue pouvaient retrouver. Et ils étaient dehors, à quatre, comme des péquenauds, sans un mot d’explication de la part des gardiens de prison qui fuyaient déjà dans les réconfortantes entrailles de la terre qui les avaient vus naître. Gorog prit une mine appréciatrice, alors que Broginn gueulait de nouvelles insultes.

« Ouais, pas mal. Ça vaut l’détour ma foi. Bon allez, quand est-ce qu’on rentre ? »

« De suite, pardi ! »

Stanley avait compris l’impatience du rouquin de retrouver son lit douillet. Il était hors de question qu’il passe plus d’une minute supplémentaire hors de ces murs qui étaient un peu siens. Il jeta un regard vers les deux Thorkins qu’il ne connaissait pas encore bien, le prêtre lugubre et le brasseur ivre, et avança à nouveau vers les portes en leur faisant signe de le suivre. Il s’apprétait, tant qu’ils y étaient, à leur faire découvrir une taverne dont il avait entendu parler depuis les profondeurs de Mertar, et qui se trouvait non loin de l’entrée. Il dut hélas vite déchanter, car des deux gardes caparaçonnés qui gardaient l’imposante entrée, l’un s’avança et leva une main impérieuse.

« Stop. Vous êtes bannis séant du Royaume de Mertar. Veuillez quitter les lieux sur le champs. »

Pas moyen de faire plus impersonnel. La hache que le garde trimballait était si grosse qu’elle aurait découragé le plus fou des ennemis d’approcher plus. Et Gorog n’était pas connu pour son courage sans faille, bien qu’il aurait sans aucun doute refusé de l’admettre. Il ne s’en emporta pas moins. Son visage prit la teinte d’un rubis alors qu’une veine pulsait sur son front.

« Ouais, ben j’en n’ai rien à caler, on n’a pas b’soin de vous ! »

Et il vrilla sur lui-même pour tourner le dos à la grande porte, se trouvant un peu dépourvu, quoi qu’énervé, face aux trois autres exilés.

_________________
Gorog, nain.

Le nez, c'est l'idiot du visage.


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Ven 6 Avr 2012 20:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
Les pieds dans la neige, le vent soufflant dans sa barbe brune, la lumière blafarde de la lune se reflétant dans son casque à tête de canard, Broginn continuait d'exprimer sa colère. Mais plus il s'énervait et plus il se rendait compte que cela ne servait à rien. L'alcool semblait fuir ses veines miraculeusement, comme si Kûbi lui-même voulait que le nain se rende compte de la situation. Là, devant les immenses portes de la non moins grande cité de Mertar. Devant ces deux énormes plaques de bronze, gravées de multiples symboles nanesques, quatre nains attendaient, sans savoir quoi faire. Ils venaient d'être bannis, expulsés de la Grande Mertar, leur cité, leur patrie! C'est ce que le garde venait de dire au nouvel ami de Broginn: Gorog. Comment était-ce possible ? Qu'allait-il pouvoir bien faire ? A voir les têtes de ses compagnons, ils n'en savaient pas plus que lui! Mais tout comme Gorog, le nain brasseur laissa éclater une nouvelle fois sa colère, mais...de manière un peu moins retenue que son ami mineur.

"Par le marteau de Valyus! Vous vous noierez tous dans les vomissures de Kübi! Je vous le garantis! "

Sur ces mots, il ramassait tranquillement de la neige, sans même regarder les personnes auxquelles il s'adressait, comme si ces dernières ne l'intéressait pas vraiment. Tout ce qu'il voulait au final, c'était laisser éclater sa colère, pour se défouler, pour se libérer de la frustration qui l'envahissait. Il était banni de sa ville. Il ne pourrait plus accéder aux champs de houblon de sa famille, il ne pourrait plus boire de l'excellente bière Mertarienne. Rien. Plus rien.

" Tas de charognes! Vous ne savez même pas que vous virez des nains, des vrais! Et vous le faites sans honte en plus! RACLURES! Que Valyus vous foudroie!!!"

Il était vraiment énervé le Broginn, il ne savait plus vraiment ce qu'il disait, mais il le disait, il devait exprimer sa rage. Bien évidemment, il continuait de ramasser de la neige, et il en fit une boule bien compact, bien dur, qui, même si peu dangereuse, ferait certainement mal une fois lancée, ce qui survint presque immédiatement, non sans un petit: "Tiens, prends ça dans ta mouille!" Et en effet, la boule de neige vint exploser en plein sur la tête d'un des gardes, qui jurant abondamment, commença à se diriger vers le petit groupe, l'air furibond. L'air à la fois paniqué et amusé, Broginn se tourna vers ses amis.

"Bon il est temps de vite décider où on va maintenant! Voir même de nous décider en courant."

Il se mit à courir, car sans aucun doute il avait mis ses compagnons dans un léger, très léger embarras, mais au moins, il se sentait un peu mieux. Il n'aimait pas courir, mais bon, il se sentait mieux. Et ainsi commençait sa vie de nain banni et honni.

[HRP: Je te donne le mot : Pomme de terre]

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Dernière édition par Broginn le Ven 22 Avr 2016 04:31, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Mar 10 Avr 2012 12:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 4 Déc 2011 21:59
Messages: 55
La colère grondait en Gorog comme le tonnerre dans les mains de Valyus. Il se sentait trahi, méjugé, accablé de tourments qui n’étaient pas siens. Il s’était fait exclure de sa propre cité, celle qu’il avait toujours habitée, celle dont il avait lui-même creusé de profondes galeries de ses propres mains sales. Il s’était fait jeter pour le seul motif d’avoir vécu comme vivent les siens, une pinte de bière à la main. Et là, de la bière, il n’en avait plus goutte. Autour de lui, il n’y avait que roc et neige, et nuit noire, et froid montagnard. Il y avait aussi ses compagnons d’infortune. Le Père Vert, Cul-Brick, et ce brasseur sans boisson. Et lui, avec ses cheveux roux en désordre et son nez gros comme une pomme de terre, qui commençait à rougir à cause de la température négative de cette surface tant détestée.

Mais la colère grondante éclata soudain chez un autre. Broginn, rageant d’un langage fleuri, maudit les gardiens d’airain de la cité naine, et envoya sur leur bobine bardée d’acier une boule de neige compacte et dure, qui éclata sur le casque de l’un d’eux. Sa réaction ne se fit pas attendre : il se précipita, l’air courroucé, vers le quatuor démuni, qui n’eut dès lors plus qu’une solution : fuir à toutes jambes.

Et lorsque le gras-brasseur se mit à débouler sur ses courtes pattes, d’une démarche accélérée et passablement ridicule, ressemblant de loin à celle du canard qu’il arborait sur son casque ailé, trois furent ceux qui se rejoignirent dans sa fuite éperdue. La course dans la neige n’était guère aisée, surtout qu’elle était dense et profonde, et qu’ils étaient plus denses encore, et petits. Ils coururent loin, et ils coururent longtemps. Gorog, peut-être fut-il d’ailleurs le seul à remarquer l’incident, ne s’arrêta point lorsque, maladroitement, le prêtre retors se prit les pieds dans la bure et dévala une pente aigüe en amassant la neige tout autour de lui.

Bien vite, le nain religieux ne fut plus qu’une boule de neige dévalant la montagne à toute vitesse. Il trouva le point d’orgue de sa chute sur un promontoire, qui lui servit de tremplin, le propulsant vers les profondeurs nocturnes de la montagne. Pour toute commémoration, il eut droit à une interjection, entre deux respirations soufflées.

« Ben… merde alors. »

Mais ce fut tout. Ils n’avaient guère le loisir de s’attarder sur cet attardé qui ‘n’avait pas su s’échapper face à l’adversité. Il ne faisait pas partie de la population dominante, tel que l’aurait expliqué le grand théoricien nain Dar Whynn.

Après au moins un quart d’heure de course, ce qui était rude pour des nains qui ne couraient pas souvent, Gorog ralentit la cadence, essoufflé, et finit par s’arrêter totalement, en respirant comme un bœuf. La buée sortait de sa bouche à intervalles réguliers, et il eut tout de même la force de crier à ses partenaires de fuite :

« Stop, stop ! On n’ira pas plus loin avant d’avoir fait une pause. »

Puis, alors que sa respiration revenait petit à petit, non sans difficulté, il précisa :

« Nous les nains, sommes des sprinters. Redoutables sur les courtes distances ! »

Et celle-là était visiblement déjà bien trop longue pour lui. L’entrée de Mertar n’était plus en vue, en tout cas. Et leurs traces avaient déjà été masquées par la neige balayée par le vent des Monts. Les gardiens de la cité naine ne les retrouveraient plus. Et… ils ne les retrouveraient plus non plus. Mais ça… ils n’y pensaient pas encore.

[HJ : marguerite]

_________________
Gorog, nain.

Le nez, c'est l'idiot du visage.


Haut
 

 Sujet du message: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Dim 15 Avr 2012 20:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 8 Avr 2012 16:12
Messages: 13
Localisation: Portes de Kendra Kâr
Le Col Blanc

Hurdrim se trouvait enfin devant la porte de Mertar, celle-ci était taillée à même la montagne, des gravures naines ornant la façade, le blanc pur de la neige contrastant parfaitement avec le gris de la roche, celle-ci semblait inébranlable. Malgré les conditions climatiques et les siècles qu’accusait l’ouvrage, elle restait néanmoins intacte, rien ne semblait pouvoir dégrader la paroi, pas même le temps qui passe. Hurdrim admirait l’imposante structure, les caravanes de marchands se bousculaient, le bruit des roues des chariots faisant un bruit assourdissant sur les pavés de la cité. Des gardes nains en armure étaient postés aux portes, leurs cuirasses et leurs imposantes carrures les rendaient telles des statues, immobiles, silencieux et surtout indestructibles.

"Par la barbe de Valyus" jura-t'il

Hurdrim revint à lui, impressionné par le travail qui à due être accompli pour bâtir une citée de cette envergure, il était fier d’être un Thorkin. Il emboîta alors le pas, heureux d'être arrivé à destination. La porte était grande ouverte, il approcha, entrant dans la gueule du monstre de pierre qu’est Mertar, s'engouffrant dans les profondeurs de la citée naine, oubliant un instant les soucis qui le hantaient.

Les rues de Mertar

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Ven 18 Mai 2012 01:58 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 11 Mar 2012 22:54
Messages: 25
Ils courraient nos quatre nains, ils courraient pour ne pas se faire botter les fesses par un garde courroucé, mais courir, ça fatigue, surtout les nains. Alors Broginn ne fut pas surpris de voir Gorog s'arrêter, complètement essoufflé, d'autant que lui ne respirait pas beaucoup plus facilement. Il posa son solide postérieur ayant échappé au pied vengeur du garde sur un rocher, non moins résistant qui gisait par là avant d'écouter son ami mineur. Les nains étaient des sprinters, ça, c'était bien vrai. C'est qu'il fallait courir vite et réagir tout aussi rapidement pour attraper arriver le premier au fût en perce. La première bière du tonneau, c'était sacré! Broginn repensa alors aux champs de houblon de sa famille, ceux-là même qu'il ne reverrait sans doute jamais plus, et il pesta encore une fois dans sa barbe. Il ne l'avouerait jamais, mais cet exil lui collait un sacré coup au moral!

Mais les nains n'abandonne jamais! C'était bien connu. Il se releva alors te décida de reprendre les choses en main. Maintenant que l'alcool avait fuit ses veines, il avait les idées plus ou moins claires, et il était capable de refaire de l'ordre dans les priorités!

"Par la vinasse de Kübi! On va pas rester là à cueillir des marguerites comme des saloperies d'elfes! J'en ai déjà marre de me cailler les miches! Avant toute chose, il faut qu'on trouve une taverne!"

Etait-il nécessaire de rappeler que Broginn est un nain ? Les priorités n'étaient pas les mêmes pour tous. Il se releva et remarqua un autre nain. Il n'avait pas eu le temps de se présenter et il n'était pas dit que Broginn allait manquer aux règles primaires de politesse.

"J'me présente, Broginn Barbe-Roche, fils de Gerlim Barbe-Roche, brasseur de profession!"

Il regarda rapidement autour de lui avant de s'exclamer:

"Hey il est passé où l'autre nain en robe ?!"

[HJ: Citrouille ! =D ]

_________________
Broginn - Brasseur - Rôdeur

Un tonnelet de bière pour me réchauffer, un tonnelet de bière...Pour vous éclater!


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Ven 21 Sep 2012 11:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 22 Déc 2008 00:37
Messages: 19486
Localisation: En déperdition dans les mains de GM14
Je peux observer l’entrée de Mertar depuis mon point d’observation, elle est visible grâce à la procession de marchands qui viennent échanger divers matériaux contre de l’argent, de l’or et de nombreuses pierres précieuses. Les portes de pierres finement ciselées et travaillées afin de faire sortir les moindres détails, je peux même voir le visage d’un seigneur nain avec sa barbe tombante et finement peignier avec quelques rubans à l’intérieur de celle –ci.

J’ai tout intérêt à garder mon casque pour que je ne me fasse pas repérer et surtout alerter les gardes qui pourraient interpréter mes intentions comme maléfiques étant donné que je suis un Shaakt. Il est vrai que ne sommes pas apprécié par beaucoup de peuples, même aucun, mais j’ai bien l’intention de changer tout ça en créant la révolte que mes frères et sœurs attendent peut-être depuis des siècles et siècles.

Je me faufile entre les caravanes de marchands et me place à côté d’un chariot afin de faire croire que je l’escorte. Le commerçant ne regarde pendant quelques secondes puis hausse les épaules et avec l’air de dire que ce que celui la me veut encore. Nous passons devant les gardes sans s’attirer l’attention plus que ça. Je peux comme même entendre dire qu’il faut être fou pour venir dans cette ville en cheval et surtout avec un équipement aussi lourd que le mien.

Les nains sont des créatures étranges, je ne distingue même pas les femmes, des hommes de cette espèce. Je me suis jamais posé la question ou même vu des enfants nains. Je m’empresse de rentrer dans la ville et de disparaître dans la masse des marchands et de trouver un forgeron pour pouvoir équiper mes doubles.

_________________
ImageImageImage

Trois êtres distincts pour une seule âme et une destinée


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Jeu 27 Sep 2012 18:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 21:12
Messages: 814
Localisation: Quête 27
Après plusieurs heures de courses, Artiel arrivait enfin en vue des portes de la cité naine. C'était la première fois qu'il venait ici et pourtant, il lui semblait déjà connaître cet endroit. En scrutant du haut d'un rocher l'entrée de la ville d'où allait et venait des centaines de personnes, naines en majorité, il cherchait dans sa mémoire des bribes de souvenirs.

Rien ne lui venait immédiatement, tout restait vague et flou, contre coup du choque de l'araignée. Sentant un léger mal de tête lui venir, il arrêta un instant son analyse en laissant son regard dans le vague. Bien que fatigué, il sentait son énergie lui revenir plus rapidement qu'il aurait cru et décida donc d'aller directement en ville.

Descendant de son rocher, il songeait de nouveau aux paroles de ce rêve en se demandant de quels signes elle pouvait bien parler. Comment les reconnaîtrait-il ? Et surtout, comment récupérer l'intégralité de sa mémoire sans en souffrir le martyr?

( Ne te presses pas Prince... Je t'ai déjà dis qu'ils reviendraient d'eux même, mais progressivement. Tu as subis un traumatisme important. )
( Je le sais. Et d'ailleurs, comment ça se fait que je me souvienne de toi ? )
( Et bien... Je peux jouer sur certains de tes souvenirs. Et notre rencontre en fait parti ! )
( Et tu ne peux pas utiliser le même procédé pour le reste ? )
( Malheureusement, ça ne marche pas comme ça ! )

Durant leur conversation, il avait continué d'avancer en courant vers la demeure des nains et y arrivait. Il entrait à l'intérieur sous les regards interrogateurs des petits gardes.

_________________
Artiel Til'ursöe - Rôdeur d'un autre monde


Aurore éblouissante,
Beauté réconfortante.


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Mer 3 Avr 2013 03:47 
Hors ligne
Admin
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 7 Sep 2009 04:57
Messages: 13066
Intervention gmique pour Maltar et pour Adrayk


Après quelques jours de marches, quelques nuits mouvementés, et quelques mauvaises rencontres, ils y étaient enfin. Mertar était devant eux, ou plutôt les gigantesques portes cachées dans les montagnes qui ne peuvent être trouvées que par des voyageurs d'expériences et avisés.

Une fois rendue à ses portes, Magda s'arrêta net, hésitant un petit moment, elle replaça ses nattes, son corsage, se tourna vers toi, tout souriante:

"Tu me suis à la taverne de l'enclume étincelante ? ce sera ma tournée ! "

_________________
Image

À votre service, pour le plaisir de rp !


Haut
 

 Sujet du message: Re: L'Entrée de Mertar
MessagePosté: Lun 15 Avr 2013 07:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 1 Nov 2010 03:03
Messages: 12741
"Tu me suis à la taverne de l'enclume étincelante ? Ce sera ma tournée ! "

Maltar reste stoïque, même si l'évocation d'un bonne bière fraîche gratuite est plutôt du genre à le mettre dans tous ses états. L'image se fige dans sa tête le temps de gober un pet de nonne. Il la voit, entend le léger crépitement de la mousse qui caresse ses lèvres avec délicatesse pendant qu'une douce amertume commence en préliminaire à titiller ses narines. Cependant, quelque choses le dérange, profondément. Quelque chose au-delà de l'idée qu'il allait devoir faire profil bas pour les heures à venir dans cette ville pleine de nain. Ça il s'était fait à l'idée. Mais il y a aussi un je n'sais quoi, comme un soupçon d'inquiétude, sans qu'il parvienne à mettre de mot dessus.

Voir la naine en train de prendre soin de sa coiffure commence à lui mettre la puce à l'oreille. Qu'elle replace sa poitrine en valeur dans son corsage fini de le faire percuter! Bordel de dieu! Maturin! Quelqu'un capable de forniquer toute une nuit avec Magda sans y perdre irrémédiablement la santé ne pouvait être qu'incroyablement puissant et dangereux.

L'idée de rencontrer le fameux amant de sa compagne de route ne parvient toutefois à chasser sa soif de rôdeuse gratuite triple A de Mertar. Au Diable le père Maturin! Il sera toujours temps de prendre la poudre d’escampette lorsqu'il se sera rincé le gosier. Et en attendant, il pourra toujours profiter du trajet jusqu’à la taverne pour se faire indiquer les bonnes adresses de la citée.


J'te suis!



(j'espère qu'l'Maturin m'posera pas trop d'question sur l'voyage, les réponses pourraient ne pas lui plaire... P'tains d'nains!)

_________________
Fiche


Dernière édition par Maltar le Mar 3 Juin 2014 02:37, édité 4 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016