L'Univers de Yuimen déménage !


Nouvelle adresse : https://univers.yuimen.net/




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Trajet aérien en cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Ven 1 Mai 2009 16:50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 20:03
Messages: 530
Localisation: Oranan
Trajet aérien en cynore entre Kendra-Kâr et Oranan


Image


Durée du trajet en cynore entre les villes du continent Nirtim

Postez dans ce sujet vos voyages aériens entre Kendra-Kâr et Oranan, depuis le moment de votre embarquement.

--------------------------------------------------------------------

rues et ruelles d'oranan

Il y avait ici une activité proche de celle du port et pourtant la journée était déjà bien entamée, on criait pour trouver son chemin, pour se frayer un chemin ou retrouver quelqu’un. Même en ne sachant pas exactement où aller, ni comment repérer le bon cynore, il me suffisait de tendre l’oreille et d’écouter. Je repérai très vite l’emplacement de mon vol et me dépêchais de le rejoindre car il ne devait me rester plus que quelques minutes.

L’appareil était immense, comment une telle masse pouvait-elle s’envoler ? L’idée d’inventer de tels engins était une chose admirable mais il faut avouer que le talent des elfes gris en matière de technologie était à couper le souffle.
Un être grand, élancé aux oreilles pointues s’approchait de moi, des habits bleu sombre d’une qualité plus que correcte, un maintien et une attitude qui dénotaient un rang important à bord du cynore, peut être le capitaine lui-même accueillait les passagers.

- Nous allons partir dans une minute, si vous êtes des nôtres il faut vous hâter, sinon, vous devriez vous reculer pendant le décollage.

Je sursautai et feins la surprise d’être ainsi sorti de ma contemplation …
- Oh, veuillez m’excuser. - Je sortis de ma bourse la somme exacte pour le trajet et la remise au capitaine.- J’étais admirative devant tant de maitrise, mais mieux vaux vous suivre pour arriver à bon port. D’ailleurs – je sortis le morceau de parchemin annonçant la chasse au trésor – je vais participer à ceci. Pourrais-je vous demander une sorte de reçu pour me faire rembourser le voyage ?
Il parut hésitant mais me donna le ticket tout de même et je montai dans l’appareil.

L’intérieur était lui aussi plutôt insolite. Là où je m’attendais au strict nécessaire je me trouvais devant un étalage de box de tailles différentes où l’on pouvait s’installer en groupe ou seul selon notre convenance. Les sièges n’étaient même pas de simple planche de bois clouées au sol.

Je m’installai dans l’un des derniers box à deux places, m’appuyai contre le mur de coté et allongeai sur le reste de la banquette, bien décidée à accumuler le plus d’heures de repos possible.
Je réalisai, juste avant de m’endormir, qu’aucun passager n’était monté après moi. J’avais au moins ça d’avance sur lui, et c’était certainement suffisant pour que personne ne me retrouve avant le départ des bateaux.

_________________
Madoka


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Lun 2 Aoû 2010 00:08 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 20 Juin 2010 20:58
Messages: 1148
Localisation: Eud Lille din'ch Nord, hin
>> Boutique magique du vieux Moboutou

"Les passagers pour le vol Kendra-Kâr-Oranan sont priés de monter à bord"
"Lumbo, c'est notre six-nords !"

Epoustouflé par la nature technologique, Eucalyptus ouvrait de grands yeux en montant à bord du cynore et regardait longtemps chaque détail et chaque machine qui composait l'engin volant. Alors que la vieille Lumbo s'asseyait sagement sur un banc et profitait du paysage, Eucalyptus, lui, sautillait partout et regardait partout où il pouvait, émerveillé. Séléné, lui, avait les oreilles rabattues et dépassait à peine la tête du grand manteau de poil de Lumbo. Le capitaine du cynore, avant de se diriger vers les commandes de sa nef aérienne, s'arrêta un instant près de Lumbo.

"Il est tout le temps comme çà votre ami ?"
"Et encore, nous n'avons pas encore décollé..."

Le capitaine se mit à rire, Eucalyptus fit la roue et Lumbo caressa la tête de Séléné qui était terrorisé. Lorsque le cynore quitta enfin le sol de Kendra-Kâr, Séléné se recroquevilla sous la tunique de Lumbo et Eucalyptus grimpa sur des cordages pour prendre de la hauteur et admirer le paysage qui défilait. Il était plus que content, plus qu'ébahi et était, et de loin, le lutin le plus heureux de Yuimen à cet instant. Ses cheveux voguaient dans le vent et il avait l'impression d'être un oiseau et de ne faire qu'un avec le ciel. Lumbo, de son côté, échangeait de vue entre les paysages et les pages de son livre, rassurant de temps à autre le pauvre louveteau qui tremblait de peur. Une heure passa et Eucalyptus descendit enfin de sa vigie improvisée pour rejoindre la vieille taurion et son louveteau.

"Quel trouillard... Mais n'aies pas peur, Séléné, on est là, il ne t'arrivera rien..."
"Il reste encore du temps avant de débarquer, tu ne veux pas consulter les parchemins que tu as acheté ?"
"Vous rigolez, j'espère... Allez, venez, Lumbo, allons à la poupe profiter du six-nords !"
"Tu es gentil Eucalyptus. Vas-y, fais toi plaisir un peu, moi je vais rester là. Et puis où irait se cacher notre ami à poils blancs ?"
"En parlant de Séléné... Je suis très content que vous n'ayez pas emmené Rauco avec vous."
"Ne te fais pas de fausse joie, mon apprenti. Ma buse est en cage, parmi mes affaires..."

La seconde heure qui suivit, Eucalyptus resta assis près de Lumbo, sage comme une image, légèrement terrifié à l'idée de vivre ces quelques jours en compagnie d'une buse antipathique. Séléné s'était habitué au cynore et commençait même à sortir la tête du manteau de Lumbo. Pour se changer les idées, Eucalyptus suivit les conseils de son mentor et sortit quelques parchemins pour les lire une première fois. Bien que ses yeux parcouraient les écrits énigmatiques de ses parchemins, son esprit était encore aux proies à l'abominable buse de son mentor. Constatant que cette occupation ne l'empêchait pas de penser à la vile créature plumée, Eucalyptus finit par ranger soigneusement ses parchemins puis alla vers la poupe du cynore discuter avec le capitaine. Bien que ce dernier était assez méfiant et très muet lorsque le lutin lui demandait comme marchait son engin, il fut plus loquace sur d'autres sujets et commença même à s'intéresser au lutin, en lui posant diverses questions sur sa vie.

Pour la dernière heure de trajet, Eucalyptus laissa le capitaine tranquille et alla sur la poupe de l'appareil pour profiter pleinement de la vue. Il était de plus en plus excité à l'idée d'arrivée et plus les minutes passaient et plus le temps lui paraissait trop long. Lorsqu'enfin le cynore arriva à destination et se posa sur la zone d'embarcation de la Compagnie Air Gris, Eucalyptus était le premier dans la file à vouloir descendre, non loin de Séléné et de son mentor, la vieille Lumbo. Une jeune taurion, aux longs cheveux blonds et à la tunique typique de la région fit de grands signes et lorsqu'Eucalyptus l'aperçut, il courut comme un dératé vers la belle puis sauta à son cou.

"Plume ! Tu m'as trop manqué !"

>> Les habitations

_________________
Image
Safari Disco Club


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Ven 14 Jan 2011 05:48 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2966
Localisation: Elysian
J’arrive vite sur la zone d’embarquement des Cynores Oraniens, grâce aux explications précises d’Onmal sur ma destination. Lorsque je vois l’un de ces engins, sans doute en partance pour la petite bourgade fortifiée de Bouhen, décoller du sol en faisant vrombir ses deux lourdes hélices, je ne peux que sentir mon cœur se serrer. En effet, malgré toutes mes expériences, jamais je ne suis monté dans ces machines qui font pourtant la fierté de mon peuple. Jamais, mis à part une fois, sans doute, trop éloignée pour que je m’en rappelle précisément. C’était quelques semaines après ma naissance, j’étais bien trop jeune pour qu’aujourd’hui, le souvenir en soit clair. Et depuis, je n’ai plus jamais eu à faire à ces machines volantes, mis à part une fois, sur le continent perdu : Verloa. Là, un Aynore officiel d’une délégation de cartographe kendrans s’était brisé sur le sol inhospitalier, et cet incident avait initié ce qui restait l’une de mes plus mémorables aventures sur ce monde.

Et aujourd’hui, pour fuir mon passé et aller vers mon futur tumultueux, je l’emprunte pour la première fois. À l’entrée de celui indiqué comme faisant la correspondance entre la capitale Ynorienne et Kendra Kâr, je laisse une pierre précieuse de ma bourse en guise de paiement, et pénètre vite dans le cockpit des passagers avant que quiconque ne me pose de question sur les raisons de mon voyage.

Sitôt entré, je me cale sur mon siège et regarde par le hublot. Bien vite, les moteurs étranges de l’appareil se mettent en route, et les hélices prennent de la vitesse, rotant sur elle-même très rapidement, jusqu’à ce que la machine prenne son envol. Je soupire de surprise au décollage, rassuré de la sensation étrange, mais finalement moins désagréable que je ne l’avais pensé auparavant.

Et assis, sans bouger, je regarde les paysages défiler sous moi, les plaines Ynoriennes, les montagnes des duchés, et les champs et forêts kendrans. Lorsqu’enfin, je perçois les remparts blancs de la cité, le Cynore a déjà entamé sa descente vers le sol. Et il ne lui faut que quelques minutes pour atterrir complètement sur la zone de débarquement. Sitôt les portes ouvertes, je me précipite à l’extérieur, trop heureux de retrouver cette cité qu’autrefois je détestais, et qui me fait aujourd’hui presque office de maison. Tulorim me manque, mais je sais que je ne la reverrai sans doute pas de sitôt. De nombreuses tâches m’attendent, désormais, dans cette grande ville blanche.

Soufflant en sortant de l’embarcation, je souris paisiblement : je suis de retour.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Mer 3 Aoû 2011 01:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 3 Jan 2009 13:20
Messages: 950
Localisation: Quête 26 - Cellule n°5
Guidé par un elfe en uniforme, nous mettons quelques minutes à atteindre ma cabine; quelques minutes durant lesquelles je me laisse envahir par les souvenirs de mon dernier voyage en cynore: après des jours à crapahuter en forêt, j'avais découvert les délices d'un lit duveteux et d'une douche à l'eau chaude (je n'avais jusque là connu que les violentes ablutions dans des ruisseaux glacés). En découvrant mon logis d'une nuit, je ne suis pas déçu puisque j'y retrouve un lit magnifiquement identique au précédent, et tout le confort auquel je vais finir par m'habituer.

(Je vais finir par refuser de me déplacer par moi-même.)
(Un bouloum domestiqué, si c'est pas mignon...)
(Oh ça va, je te rappelle que j'ai passé toutes mes nuits ou presque dans une colonne de glace.)

Non mais. Ce n'est pas une boule de fluide qui va me faire la leçon, si? Bon d'accord, elle me fait la leçon trois fois sur quatre, mais là, j'ai raison, et puis c'est tout.
Avant de se retirer, l'employé du cynore m'informe que nous arriverons à Oranan aux premières lueurs de l'aube demain, et que je puis profiter du confort de ma cabine à l'envi. Il ne faut pas me le dire deux fois: ni une, ni deux, je jette pèle-mêle toutes mes affaires sur le lit dix fois trop grand pour moi, et me précipite dans le coin de la pièce où trône une très attirante coupe de fruits. Retrouvant mes habitudes de fanatique de mangeaille, je ripaille en conversant joyeusement avec Aurore, qui pour l'occasion s'est accordée une petite sortie et me fait l'honneur de sa présence sous forme faerique. Mon estomac sans fond enfin rempli, je me dirige d'un vol incertain vers l'endroit de la cabine réservé aux ablutions. Je vous passerai les détails de la séance hygiénique, que je résumerai en disant qu'il m'a été fort agréable de me débarrasser de la lassitude qui nouait mes épaules et de l'odeur de sel qui collait à ma peau délicate d'Aldryde. Puis, mû par un instinct de raton laveur (c'est ainsi qu'Aurore a qualifié mon initiative), j'improvise dans mon baquet une petite lessive, histoire de décaper l'ensemble de mes vêtements qui, je l'avoue avec une certaine honte, ne sentaient pas la rose. Mon affaire conclue, j'étends lesdits vêtements autour du baquet pour les laisser sécher au cours de la nuit, et c'est dans le plus simple appareil que je retourne sur le lit pour m'enfouir sous les couvertures en soupirant de satisfaction.

Puis, rattrapé par mes innombrables vols de la journée, par ma fatigue physique et morale, je sombre dans une douillette inconscience, bercé par une histoire invraisemblable d'Aurore, avant de m'endormir tout à fait quelques minutes plus tard.

Je dors comme une masse pendant cette délicieuse nuit que je n'aurais jamais voulu voir se finir. Cependant réveillé en sursaut par une annonce résonnant dans tout le cynore informant les aimables clients de la compagnie Air Gris que nous amorçons notre descente vers Oranan, la brusquerie de mes préparatifs de départ contraste clairement avec ma paisible installation de la veille. Prenant garde à ne rien oublier, j'enfile mes vêtements secs et m'équipe à nouveau de mon aiguille de pin, de ma brindille de saule et de ma bourse magique, fidèlement accrochée à ma ceinture (symbole suprême de vie-rhilité, je le rappelle).

Aurore quant à elle retourne dans le saphir enchâssé dans le miroir de mon sac, et nous voilà fins prêts à quitter le cynore.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Mer 15 Aoû 2012 22:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Site Internet  Profil

Inscription: Dim 16 Mai 2010 15:20
Messages: 7731
Localisation: Kendra Kâr
Une fois en place, je me collai à la rambarde regardant le ballet des appareils atterrissant et décollant.

- « Mesdames et messieurs, notre décollage est imminent, veuillez faire attention durant la fermeture des portes. »

J’avais raison, après tout j’étais parmi les dernières personnes à embarquer sur le cynore. Je sentis alors les moteurs se mettre en route, le sol commença à s’éloigner doucement de notre navire ailé et petit à petit je pus admirer les reliefs de la ville d’Oranan. Elle était vraiment superbe vue du ciel, il faudrait que je m’y attarde un de ces jours afin de découvrir les différents secrets qu’elle renfermait.

En tournant ma tête vers le nord-est, je trouvai une zone d’où la poussière montait vers le ciel, il semblait évident que c’était le lieu de l’affrontement entre les orques que j’avais croisé quelques minutes plus tôt et les samouraïs de la cité. Je ne pouvais distinguer qui gagnait mais j’étais prête à parier que les gardes mettaient à mal ces intrus.

Le cynore prit plus de hauteur et se tourna pour prendre la direction de Kendra Kâr qui se situait au sud-est de notre position. Au loin, je pouvais voir les montagnes qui se trouvaient au centre de ce continent. Le paysage était à couper le souffle, en plus de cela le soleil continuait inlassablement sa course dans le ciel. Il devait être à peine 10h00 maintenant, pas un nuage à l’horizon, le fond de l’air était encore un peu frais, mais c’était vivifiant, pour le corps et pour l’esprit.

Mon esprit qui était bien seul en ce moment, Crystallia n’était plus avec moi et je ressentais un véritable vide dans mon cœur. Cette séparation me pesait énormément, je m’étais vraiment attachée à ce petit être immatériel, à mon bel oiseau bleu. Je me perdis alors dans la contemplation du paysage pendant quelques minutes jusqu’à ce que mes yeux ne reconnaissent une demeure, plus exactement un palais.

Le palais de la roseraie de soie que je venais de quitter il y a à peine une heure. Je m’accoudai à la rambarde, posant ma tête dans mes paumes et revins sur les évènements en ce lieu. D’abord notre plan pour infiltrer la demeure de Grantier, moi me retrouvant en lutine dans le sac de Cromax faisant des bonds à chacun de ces pas, puis notre séparation à l’entrée. J’avais pour mission de trouver et de délivrer Duncan qui avait été amené dans le palais comme prisonnier.

Un combat que je n’étais pas censé gagner à suivi, une contre quatre, c’était terriblement déséquilibré mais les dieux et ma faera m’ont aidé à terrasser mes ennemis, me permettant de retrouver ce pauvre ynorien qui avait subi la torture d’un bourreau. Puis nous nous étions retrouvés tous ensemble avant l’assaut final sur le palais, Lillith et moi retenant serviteurs et soldats pour les empêcher de rejoindre leur maître pendant que les autres s’occupaient des personnes présentes à l’étage.

Nous aurions tous pu y laisser notre peau mais nous avions tous une bonne étoile et j’avais dans l’idée que la mienne se nommait Fania ou Zotar, mes parents, veillant sur moi depuis l’au-delà et aidant mon bras à pourfendre mes adversaires, me permettant ainsi d’accomplir ma soif de vengeance envers mon frère. Je levai alors les yeux au ciel envoyant une prière silencieuse à toutes ces personnes que je connaissais et que le mauvais sort avait arraché à cette terre.

Baissant le regard, je constatai que le palais de la roseraie de soie était maintenant qu’un simple point dans l’horizon. J’avais encore trois bonnes heures de trajet à tuer, que pouvais-je bien faire de mes dix doigts ? J’avais envie de travailler mes sorts, le seul problème étant les éléments que je maîtrisais : le feu, l’éclair, la lumière et l’air. Les trois premiers étaient susceptibles en cas de ratage de créer d’énormes dégâts voir même de nous causer un accident et j’avais moyennement envie de revivre mon expérience d’atterrissage en urgence de l’île volante. Il ne me restait que mes fluides d’air qui faisaient parti des moins présents en moi actuellement.

Je fis ensuite le tour des sorts à ma disposition dans cet élément. J’avais depuis peu acquis la possibilité d’invoquer le vent afin de le faire souffler dans le sens de mon choix, très utile lorsqu’il fallait éteindre la lumière, montrant ainsi le côté sombre des gens. Je pouvais également utiliser le vent pour lancer une arme, sachant que j’étais plutôt mauvaise dans cette exercice, cela serait utile pour lancer la lame dont j’avais récemment fait l’acquisition dans les écuries du palais de la roseraie. J’avais suffisamment de puissance pour accélérer la vitesse d’une arme, surprenant ainsi mon adversaire.

Me revins alors en mémoire le terrible combat en duo avec Lillith pendant lequel j’avais usé de bon nombre de mes tours de magie. Mais si le cryomancien n’avait pas utilisé sa rune permettant à mes mouvements d’être plus fluide, je ne savais pas si nous aurions gagné. Cela me donnait une idée concernant mes fluides d’air.

(Est-ce que je peux aussi accélérer la fluidité de mes mouvements en plus d’être capable de lancer un couteau avec une précision d’archer ?)
(Oui, ça s’appelle la poussée d’air.)
(Crystallia ! Où es-tu ?)
(Encore loin de toi mais suffisamment proche pour communiquer sans t’épuiser mentalement.)
(Qu’est-ce que tu as appris ?)
(Rien de plus que ce que j’ai pu te dire, cette nouvelle déesse est là pour redonner une semblant d’équilibre à cette terre. L’armée qui l’accompagne est pacifique, ce sont en réalité ces prêtres et sa cohorte. Ils ne viennent pas envahir notre monde mais simplement implanter le culte de leur déesse.)
(Cette déesse semble bienveillante au final. Du chaos engendré par son arrivée sur Yuimen peut sortir quelque chose de positif en fin de compte.)
(C’est ce que nous pensons, les changements fluidiques ne sont qu’une malheureuse conséquence.)
(Qu’est-ce que tu m’as manqué Crysti…)
(Je serais bientôt près de toi Aenaria, ne t’inquiète pas. Pour en revenir à ton idée de sort, la poussée d’air permet de te propulser dans tes attaques, les rendant plus puissantes.)
(Quelle est la marche à suivre ?)
(A toi de trouver la voie.)
(Pardon ?... Crystallia ?)

- « Crystallia, c’est pas drôle ! »

(Je ne serais pas toujours derrière toi, alors débrouille-toi.)

Me débrouiller, elle en avait de bonne ma faera ! La dernière fois que j’avais appris un sort d’air elle avait été avec moi tout au long du processus, cette fois-ci je me retrouvais seule avec mes fluides d’air. C’était bien ma veine ! Inutile de paniquer, au pire je pourrais toujours acheter un parchemin pour l’apprendre à Kendra Kâr.

(N’y pense même pas !)

Je devais être en train de rêver, Crystallia me mettait au défi d’apprendre ce sort toute seule, comme une grande fille. Elle allait voir de quel bois j’étais faite, parole de sindel, parole d’Imfilem ! Je lâchai la rambarde du pont supérieur et me plaçai en plein milieu, il n’y avait personne d’autre autour de moi, je serais un minimum tranquille. Enfin jusqu’à ce que la sécurité ne vienne m’arrêter dans mon élan, ce que j’espérais ne pas voir.

Je soufflai un bon coup, respirai profondément et fis le vide dans ma tête, chose qui n’était pas aisé en ce moment, mais je me forçais à passer outre. Je fermai doucement les yeux et mobilisai mes fluides d’air. Crystallia m’avait dit que le principe de la poussée d’air était de me propulser dans mes attaques, j’allais devoir invoquer les forces du vent sur moi-même, me rendant presque aussi légère qu’un courant d’air.

Chose bizarre mes fluides n’arrivaient pas à se mobiliser, j’étais en panne de magie. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait en moi, et aussitôt je rouvris les yeux, portant mes mains au niveau de mon visage pour essayer d’y déceler une quelconque anomalie que je ne trouvais pas. Je secouai violemment mes mains, je devais être un peu rouillé après avoir fait utilisation de tous ces sorts hier soir dans le hall du palais.

Je fermai de nouveau les yeux et expirai fortement. Je concentrai mes oreilles sur les battements de mon cœur dans ma cage thoracique, calquant ma propre respiration sur ce rythme régulier. Une fois que je fus complètement détendue, je fis une nouvelle tentative pour faire monter mes fluides d’air au bout de mes doigts. Cette fois-ci ils ne furent pas capricieux et se mobilisèrent rapidement.

Bien, maintenant je devais faire en sorte d’invoquer le vent ou d’utiliser l’air ambiant afin de l’attirer sur moi et de me donner ses pouvoirs. Une chance pour moi que j’étais dehors en train de voyager dans les airs, le vent soufflait en altitude. Il fut aisé pour moi de capter un petit sirocco puis à l’aide de mes fluides d’air, je dirigeais cette brise sur moi. J’allais même jusqu’à infiltrer ce vent dans mon cœur à l’aide d’un mouvement de mes mains.

L’effet fut immédiat, je sentis que quelque chose avait changé en moi, comme si mes pieds étaient posés sur de l’air. J’ouvris aussitôt les yeux et constatai que visuellement, rien n’avait apparemment changé. Cette technique devait me permettre d’attaquer plus vite, le meilleur moyen de la tester était de faire un kata à l’épée.

Je dégainai mon épée et la présentai devant moi le bout de la lame vers le ciel. Puis j’entamai des mouvements vers la droite puis vers la gauche et rapidement, je constatai que mes assauts étaient plus rapides, plus fluides. Puis je tentai de faire quelques feintes et quelques esquives qui eurent exactement la même sensation que lorsque Lillith m’avait enchanté avec sa rune.

(Tu vois quand tu veux, tu peux apprendre toute seule.)
(Te revoilà !)
(Regarde derrière toi.)

Image

Je me retournai et constatai que mon bel oiseau bleu venait de prendre une forme humaine, celle d’une magnifique fée bleu aux traits elfiques et munie d’une paire d’ailes.

(Tu es magnifiques Crystallia !)
(Merci du compliment.)
(Pourquoi tu ne m’as jamais dit que tu pouvais prendre forme humaine ?)
(Je l’ai découvert récemment, l’arrivée de Brytha a fait ressurgir cette forme que je pouvais prendre et que je n’avais pas prise pendant des siècles.)
(Tu es vraiment immortelle alors ?)
(Je suis faite de fluides, tant qu’il y aura de la magie dans ce monde, je vivrais.)
(Donc tu me survivras…)
(Je resterais avec toi jusqu’au bout, et ce quoi qu’il arrive.)
(Merci d’être là.)
(Toujours.)

Regardant vers le ciel je constatai qu’il était 11 heures, j’avais encore du temps devant moi. Ce petit apprentissage m’avait enlevé un peu de mon énergie et je sentis une légère vague de fatigue envahir mon être. J’abandonnai le pont supérieur et me rendis à la réception du cynore où je trouvais l’hôtesse qui nous avait accueilli une heure plus tôt.

- « Que puis-je faire pour vous ? »

- « Est-ce que vous avez une chambre de libre ? »

- « Vous avez une préférence pour la vue madame ? »

- « Non, aucune. »

- « Bien alors, prenez le couloir sur ma droite et vous trouverez une chambre libre au numéro 8. »

- « Merci beaucoup. »

- « Faudra-t-il venir vous réveiller lorsque nous serons en phase de descente ? »

- « Oui, si possible. »

- « Ce sera fait alors. »

Je pris congé de la sindel et suivis ces instructions. J’ouvris la porte de la chambre 8 dans laquelle se trouvait un lit, une table de chevet ainsi qu’une commode. Je déposai toutes mes affaires dans le premier tiroir de la commode et m’écroulait sur le lit.

(Tu vas pas dormir quand même ?)
(Je vais me gêner ! Je sens que mon retour à Kendra Kâr va être mouvementé, j’ai besoin de récupérer un peu.)
(J’en avais presque oublié Ehemdim, tu veux que j’aille le voir ?)
(Non, reste avec moi Crystallia, j’ai besoin de ta présence.)
(Repose-toi, je serais là à ton réveil.)

Après ces quelques paroles échangées avec ma faera, je sombrais dans un autre monde.

*****


Ce fut quelques coups toqués à la porte qui me sortirent du sommeil. Je baillai bruyamment et allai ouvrir la porte.

- « Nous allons bientôt arriver à Kendra Kâr madame. »

- « Dans combien de temps à peu près ? »

- « Dans dix minutes madame. »

- « Merci. »

Je vis alors la sindel aller frapper à une autre porte, je n’étais pas la seule à avoir demandé ses services pour le réveil. Je refermai la porte et m’étirai de tout mon long. Je me dirigeai ensuite vers la commode et m’équipai de mes armes. Puis je pris mon sac et constatai qu’il y avait certains objets que j’allais devoir acheter, comme des potions de mana car j’avais failli à être à court de magie durant mon dernier combat.

J’allais bientôt fouler le sol kendran qui m’avait manqué plus que je ne l’aurais cru, pas seulement parce que mon fiancé habitait là non. Il y avait quelque chose qui se dégageait des murs de cette cité, un petit je ne sais quoi qui faisait que je m’y sentais chez moi tout comme à Balsinh. J’avais également hâte de retrouver Célestion et de savoir comment il avait supporté le voyage.

(Bien dormi ?)
(Comme une marmotte, ça va beaucoup mieux maintenant. Je suis prête pour le service !)

J’attrapai mon sac et sortis de ma chambre non sans vérifier au préalable que je n’avais rien oublié. Je me dirigeai ensuite vers le pont supérieur afin de voir la ville depuis le ciel, elle était vraiment magnifique avec le soleil qui dispensait ses chauds rayons sur les toits de la ville.

- « Mesdames et messieurs, nous allons bientôt arriver à Kendra Kâr, nous espérons que vous avez fait un agréable voyage et nous vous souhaitons une bonne journée. »

Je vis alors le terrain qui servait de zone d’embarcation de la ville s’approcher de nous à une vitesse raisonnable. Pas de crash en vue, je pus souffler intérieurement. Quelques minutes plus tard, le cynore se posait sur la pelouse, j’allais enfin comprendre la raison de la folie d’Ehemdim mais avant il me fallait récupérer Célestion et m’occupait d’achats urgents.


(((Apprentissage spontanée de Poussée d’air.)))

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Jeu 1 Nov 2012 01:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 29 Oct 2009 15:25
Messages: 866
Localisation: Quête 33
Une très légère secousse se fait ressentir, les moteurs se mettent en marche, les hélices sur les côtés de l'appareil entament leur folle rotation, jusqu'à atteinte leur vitesse maximale et l'engin volant décolle enfin. A bord du vaisseau, je quitte le plancher des vaches et mon cœur se serre. Je suis toujours plein de la même émotion, un mélange de joie, de curiosité, mêlés à cette petite touche de crainte due aux nouvelles expériences.

Je regarde tranquillement la capitale Ynorienne, ma ville, s'éloigner, jusqu'à sa disparition. Ca y est, je vole, je parcours les cieux de Yuimen, et alors que le soleil est à son zénith, je m'émerveille devant les paysages simples de la région, mais au combien enchanteur pour les yeux vus depuis les hauteurs. Chaque champ, chaque arbre, chaque plaine...Tout semble si petit d'ici, tout semble si insignifiant, et pourtant, tout est si beau. Je suis tellement absorbé par ma contemplation que je ne vois même pas le temps passer. Le soleil a continué sa course et a bien entamé sa descente vers l'horizon, quand la grande cité blanche apparait. Cette ville, depuis que j'ai rejoint les Amants de la Rose Sombre est en quelques sortes ma seconde demeure et c'est avec joie et sérénité que j'en admire les épais remparts, jusqu'à que le cynore finisse par se poser. Je me lève alors sans me presser et je quitte l'appareil, euphorique. Décidément, les Elfes Gris sont impressionnants.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Lun 29 Avr 2013 00:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Sam 28 Nov 2009 02:46
Messages: 156
Brulis



Fenghuang




Le vaisseau aérien décolla. Celui-ci était beaucoup plus petit que celui qu'il prit pour traverser l'océan et était construit différemment aussi. Il n'était pas plus d'une vingtaine à bord, en comptant les six membres d'équipage des elfes gris. Il n'avait aperçu rien d'autres que des humains parmi les passagers : des ynoriens, des kendrans, des varrockiens, des whiels... Bref, rien d'extraordinaire. Ici, pas de dresseur d'aigle ni de box pour les montures. Juste un ponton simple, soulevé par le poids d'un ballon et de ces hélices. Cela restait tout de même d'une ingéniosité et d'une utilité déroutante.

Mais Agadesh n'était cependant pas en mesure de s'extasier sur ce prodige. Les prodiges de ce monde hors du désert commençait même à le lasser. Ses dernières péripéties lui pesait, il n'avait en tête que Manisha et des questionnements sur sa nature profonde... L'idée de courir vers un destin qui l’emmènerait inexorablement vers l'obscurité le déprimait toujours plus.

Et alors que le vent de ce déplacement commençait à faire onduler les plis de ses vêtements et que le cynore s'éleva jusqu'au-dessus du brouillard protecteur d'Oranan, Sarrukin, dans son veston rouge, apparut à côté de lui.

*Tiens, vous êtes encore là vous ? Vous avez vu ce qui m'attend ? Toujours envie de rester lié à moi ?*

La faëra eût un regard triste et compatissant. Après un moment de silence, elle lui dit :
"Agadesh... Ne voyez-vous pas que cette quête vous transforme déjà ? L'oracle vous a vu avec Xenair, d'accord, mais avant d'en arriver là, c'est à vous de décider ce que vous voulez faire, de ce qu'il se passera avant. Je veux dire : C'est un fait écrit dans le grand livre de Zewen, ni vous ni moi ne pouvons l'empêcher, d'accord. Mais quitte à finir de la sorte, pourquoi ne pas vivre comme vous le souhaitez ? Pourquoi aller courir après des chimères et des problèmes alors que votre cœur vous dicte de faire demi-tour et de rejoindre Manisha ?"

*Je ne peux pas. Vu le destin qui m'attends, je me reprocherais de le lui faire subir. Qui sait, si je retourne là-bas et si j'arrive à oublier cette prédiction, ce qui pourrait arriver ? La chute d'Oranan, la mort de Manisha ? Non, je me l'interdis...*

Sarrukin resta muet. Le nomade avait de bons arguments, sa décision était sage et son abnégation se ressentait difficile.

Agadesh continua :
*Et puis, je suis un Kel Attamara. Mon honneur m'interdis de fuir face aux difficultés, face à ce destin, aussi sombre soit-il. Je ne peux que l’accueillir tel qu'il m'attends. Qui sait, peut-être mes raisons seront-elles justifiées.*

"Vous ne croyez pas ce que vous dites."

"Peut-être, mais je n'ai pas le choix. Et si je dois me faire une raison, je préfère encore choisir celle-ci."

Un silence s'installa.
Sarrukin était une faëra ne recherchant que tranquillité, simplicité, rigolade et chaleur humaine avec son être lié. Il rêvait de s'accrocher à des monsieur-madame tout le monde dont il pourrait édulcorer, réchauffer la vie, les rendre plus heureux et éteindre leurs petits problèmes de l'esprit. Mais cette envie de rendre tout le monde heureux faisait qu'il ne pouvait, selon son propre code moral, laisser passer ceux qui étaient consumés par le malheur. Il jugeait que ceux-ci avaient d'autant plus besoin de lui. Il avait ainsi la malchance de toujours se retrouver ainsi lié à des êtres embrasés par leur passé, par des décisions difficiles. Des guerriers, des personnalités hantées par leurs actes et leurs responsabilités. Des personnes auprès desquelles le brasier de sa bonhommie naturelle s'effaçait, et le rendait lui-même malheureux. Agadesh ne dérogeait pas à la règle et portait ce flambeau dévorant.
Il se surprenait parfois à regretter ses choix, rêvassant de se lier à un forgeron, un cuistot, une vendeuse d'amadou ou même un chemineau.
Mais encore une fois, c'était trop tard. Il serait lié avec le nomade jusqu'au dernier soupir de celui-ci qu'il le veuille ou non et se sentait inutile...

*Sarrukin... Où allez-vous, quand vous disparaissez de mon esprit ?*, demanda soudainement Agadesh, changeant de sujet.

En effet, le petit être avait eu tendance à s'éclipser de longs moments mais était pourtant toujours informé de ce que le nomade avait vécu durant son absence et ça l'intriguait.

"Dans un univers qui n'est pas le vôtre, soumis à d'autres lois, où existence et réalité n'ont pas le même sens, où tout est différent. J'aimerais pouvoir vous en dire plus, mais vos esprits sont incapables d'imaginer un espace qui n'aurait absolument rien de commun avec celui-ci. Ce serait comme vous demander de vous figurer une nouvelle couleur. C'est impossible."

*Mais... Avez-vous y un rôle, une importance, une vie ?*

Sarrukin eût un sourire grimaçant, hochant de la tête horizontalement :
"Je vous le dis, aucun des concepts que vous connaissez n'a de sens là-bas et vice-versa. Sauf peut-être un."

*Lequel ?*

"Quarante-deux."

*Quarante-deux ?*

"Quarante-deux."

*Et qu'est-ce que quarante-deux a de spécial ?*

"Disons qu'il s'agit de l'unique point commun entre ces univers."

*C'est juste un chiffre...*

"Oh non. Et ni là-bas, ni ici."

*Vous avez perdu la tête, qu'est-ce que cela pourrait signifier de plus ?*

"Qu'il faut poser les bonnes questions."

*Que... Tout ce que vous dites n'a aucun sens. Je ne comprends rien à ce que vous racontez.*

"Je sais, et c'est tant mieux."

*Comment ça, c'est tant mieux ?*

"Un est le tout et par lui le tout et vers lui le tout; et si le tout ne contient pas le tout, le tout n’est rien.", dit-il en agitant théâtralement son index.

*Je... Quoi ?! Est-ce que vous vous êtes en train de vous moquer de moi ?*

"Par le grand architecte de l'univers ! Jamais je n'oserais, voyons !", dit-il avec un sourire au coin de la lèvre.

*Vous êtes toujours aussi bizarre ?*

"Oui, merci."

*Pourquoi ?*

"Parce que quarante-deux."

L'absurdité de cette conversation avec son compagnon invisible le fit soudainement éclater de rire. Dans le cynore, on le regardait comme un fou. Un elfe gris l'interpella pour s'assurer que tout allait bien, il lui rétorqua qu'il venait juste de se souvenir d'une vieille blague et il le laissa tranquille.

Agadesh n'avait pas autant ri depuis bien longtemps, et il en avait bien besoin. Sarrukin était fier d'avoir enfin réussi à dérider le personnage, bien qu'il n'aurait jamais pensé le faire de cette façon. Peut-être restait-il une lueur d'espoir pour lui.

En-dessous d'eux, le brouillard avait laissé place aux forêts, puis aux champs. Ils croisèrent la grand route qu'il avait parcouru il y avait quelques jours et le nomade ne put alors que s'apercevoir encore plus de la vélocité de ce véhicule.

Deux paires d'heure passèrent avant que le cynore atterrît sur la zone d'embarcation de Kendra Kâr.

Ici, c'était toujours le même tumulte. Des voyageurs de toutes races embarquaient et débarquaient de cynores et d'aynores alors que des elfes gris s'activaient de toutes part. Il décida de quitter rapidement l'endroit pour rejoindre la route de Kendra Kâr.

C'est alors qu'il reconnut une passagère sortant d'un aynore : Il s'agissait de la femme-tigre à la crinière de feu qui l'avait soutenu après le combat contre les katrels...



Salamandres

_________________

Playlist d'Agadesh

Quand on voyage vers un objectif, il est très important de prêter attention au chemin.
C'est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d'y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons.

--------------------
Paulo Coelho, Le Pèlerin de Compostelle


Dernière édition par Agadesh le Sam 14 Sep 2013 08:32, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Dim 7 Juil 2013 14:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 18 Sep 2009 18:11
Messages: 7532
Localisation: Quête 35
Une fois à l'intérieur de l'appareil, je m'installe sur une siège à l'écart des autres passagers et je reste silencieux. Premièrement, parce que je suis tout seul et que j'aurais sûrement l'air d'un fou à parler tout seul et deuxièmement, parce que je suis inquiet. Ma seule expérience avec un engin volant n'a pas été des plus agréables et je ne peux m'empêcher d'avoir quelques appréhensions quant au voyage. Enfin, je suppose que les attaques de dragons et les crashs sur des îles volantes sont relativement rares et de toute façon...c'est trop tard. Les moteurs vrombissent déjà et le cynore n'est déjà plus en contact avec le sol. Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre et essayer de profiter du voyage...Mais franchement, je payerai cher pour ne pas être dans cette foutue boite volante.

Les yeux dans le vide, je laisse mon esprit vagabonder çà et là sans vraiment attraper une pensée précise au vol, pendant que les minutes s'écoulent. Jusqu'au moment tant attendu de l’atterrissage. Au fur et à mesure que le bruit des moteurs diminue, mes intestins se dénouent. Et je n'attends pas une seconde de plus pour descendre de l'engin et retrouver le plancher des bouloums.

_________________

Car celui qui aujourd'hui répand son sang avec le mien,sera mon frère. - William Shakespeare


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Mer 7 Aoû 2013 06:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Après avoir récupéré mon billet, je confie ma monture au responsable des animaux embarqués à bord et je me rends sur le pont extérieur. Je suis encore complètement perturbée par la voix qui résonne par surprise dans ma tête. D’où peut-elle venir ? Je pense que je suis vraiment en train de devenir folle. Soudain, je maudis le jour où j’ai rêvé de mon père et où je me suis mis en tête de le venger. Depuis que ma vie à croiser la route de celle du Temple des Plaisirs, elle n’est qu’une suite d’effondrements plus perturbants les uns que les autres. Bien sûr, Amhalak est un point positif dans ma vie, mais aujourd’hui je ne sais pas si cela peut contrebalancer le reste…

L’appareil décolle et le vent frais vient fouetter délicatement mon visage. Une fois que le cynore à atteint sa vitesse de croisière, je sens la pression retomber doucement et l’angoisse monter. Et si les réponses que Pulinn m’apporte sont pires que ce que je viens d’apprendre ? Mon imagination fulmine. Et si mes géniteurs étaient des assassins, des monstres de la pire espèce ? Suis-je née d’une union ou de quelque chose d’immorale ? Née d’un inceste ? D’un viol ? Tout cela me fait peur et mon cœur commence à battre de plus en plus vite à tel point que respirer en devient douloureux. Je décide de me rendre à l’intérieur et de m’asseoir pour reprendre mes esprits. C’est alors qu’une jeune femme s’approche de moi.

"Vous allez bien ?

Euh… Oui, merci… C’est juste que j’ai été prise d’un léger vertige sur le pont…

Très bien. Si vous voulez parler…

Non, merci !, lui dis-je sèchement. Oh… excusez-moi… mais non merci, je préfère rester seule."

Elle s’éloigne vexée par mon attitude et je ne peux guère l’en blâmer. Pour le moment il me faut être seule car je ne peux pas être avec des gens, je ne m’en sens pas capable. J’espère seulement que cela sera différent avec Amhalak. Que sa présence, son amour et sa compréhension me feront du bien et que nous pourrons partir ensemble à la recherche de mes origines. J’espère qu’il sera à mes côtés lorsque je découvrirai qui je suis et d’où je viens. Le voyage se déroule finalement tranquillement mais me paraît long sur la fin.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Ven 9 Aoû 2013 01:42 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 18 Déc 2008 03:51
Messages: 3454
Localisation: Quête 34
<-- Zone d'embarquement
Image


D’un pas léger et agile, je franchis la petite passerelle de bois qui me mena à l’engin volant. Je n’avais pas encore voyagé dans un tel véhicule et j’éprouvais de l’excitation à vivre cette nouvelle expérience.

L’intérieur de l’appareil assez sobre comportant plusieurs dizaines de sièges était rempli aux trois quarts par des individus de races et de métiers de tout genre, partant du petit gobelin rachitique au teint anormalement rougeâtre, au vilain orque mesurant plus de deux mètres, en passant par un soi-disant alchimiste qui la tête haute, semblait imbus de lui-même. La chance me sourit et je trouvai une place libre près d’un petit hublot à l’avant.

Après quelques minutes d’attentes, l’employé de la compagnie Air Gris nous souhaita la bienvenue à bord, nous informa que le vol serait d’une durée approximative de quatre heures, puis ferma les portes.

Dès le départ, je fus envahi par une sensation enivrante, tout comme les oiseaux que j’avais toujours enviés, je m’envolais dans les airs et petit à petit je voyais la terre s’éloigner de moi. La vue était magnifique et sous aucun prétexte je détournai le regard de celle-ci. C’est ainsi que le temps s’écoula sans que je ne m’en rende compte vraiment. Lorsque le préposé nous annonça que nous approchions notre destination, j’éprouvai une légère déception.

Tout en douceur, l’appareil dont je ne comprenais pas le fonctionnement atterrit sur la terre ferme. J’attendis que la voie se libère et je sortis à mon tour.


--> Les portes d'Oranan

_________________
Image


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Ven 9 Aoû 2013 23:22 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 8 Aoû 2013 22:41
Messages: 25
Ecrabouillé contre la paroi du cynore à se recevoir une pluie de coups sur la trombine, Hero se demanda s’il était content d’être là, tout compte fait. La grimace qu’il tirait aurait suffi à prouver le contraire, mais après tout, il n’en savait rien, de la tête qu’il faisait ! Et puis, aveuglé comme il l’était par les coups de poing et les coups de pied qui ne cessaient de lui tomber dessus, ce n’était pas l’air ahuri des passagers qui allait l’en informer.

Le petit voyou s’était affalé de tout son long contre lui, le tenant immobile tandis que ses coudes se bagarraient entre eux pour savoir lequel allait frapper le plus fort. En plein dans l’estomac, un, deux, trois, Hero encaissa… et en même temps il n’avait pas vraiment le choix : les bras également écrasés par le poids de son assaillant, ce n’était pas eux qui allaient le sortir de ce mauvais pas. Il se fit labourer les côtes, torturer les genoux, mais ce fut quand il se dit que des dents en moins ce ne serait pas très joli qu’il se décida à faire volte-face.

- Tu vas voir ce que tu vas voir ! lança-t-il en sifflant.

Il se ramassa d’un coup sur lui-même, mais comprit tout de suite qu’il ne se délogerait pas comme ça. Aussi concentra-t-il toutes ses forces sur son assaillant en s’arc-boutant contre lui, prenant appui sur la paroi froide pour pousser… pousser ! Il s’empara de l’effet de surprise que sa soudaine rébellion avait provoqué d’un coup chez l’ennemi et lui fit le croc-en-jambe le plus rapide de l’univers. Se jetant à son tour sur lui, c’était désormais l’autre qui se retrouvait tout contusionné de partout – et bien fait ! « Bonjour », fit-il des yeux à la petite mamie charmante qui les regardait se battre, les deux mains plaquées sur une bouche certainement figée dans un o tout rond, tout ça sans cesser d’enfoncer ses poings dans la carcasse en sueur du fripon qu’il avait en face.

Il fallait qu’il aille plus vite. Plus vite ! Les coups s’enchaînaient à un tel rythme que les yeux se perdaient à essayer de les distinguer. Hero feignit de balancer son bras gauche pour laisser le droit frapper à une vitesse incroyable, tandis que le premier cherchait le cou de son adversaire. Les deux hommes se retrouvèrent l’un sur l’autre courbés par-dessus l’épaule d’un elfe impassible qui lisait une feuille de chou, à se débattre comme deux beaux diables pour reprendre le dessus. Tehero, dans son dos, cherchait tant et plus les points vitaux de son assaillant. Kata du tigre, ça s’appelait, et Hero se dit que c’était un bien joli nom pour l’attaque si sauvage qu’il essayait d’apprendre depuis déjà trois semaines ! La gorge, la nuque, le bas-ventre,… il n’en avait aucun car l’autre parait trop bien.

- Toi, tu vas voir !
- Non, toi tu vas voir !
- Non, TOI !

La canaille profita d’une défaillance du hafiz pour lui asséner un sacré coup sur la tête. Hero avait devant les yeux au moins trente-six chandelles, mais il vit bien qu’il avait la bouche en sang et qu’il finirait par cracher ses dents. Il tenta de reprendre son attaque en grêlons, l’autre pourtant était trop rapide, trop leste avec sa maigreur de kendran et ses bouclettes brunes de fillette – et puis Tehero voyait double, ce qui n’arrangeait rien. Il esquiva tout de même un revers in extremis grâce à une échappée sur la gauche, et en profita aussitôt pour coincer le félon contre un dossier d’une clé de bras bien sentie. Quand l’autre se débattit tel le fauve dont il avait tout l’air, Hero se servit de son propre élan pour le lancer à terre. Avec l’énergie du désespoir, le kendran tenta un saut carpé pour se remettre sur pied, mais, deux fois plus lourd au moins, le hafiz reprit l’avantage d’une pichenette.

Se retrouvant à présent à califourchon au-dessus de celui qu’il avait fini par avoir, Tehero coinça son cou de l’avant-bras gauche pour laisser le droit frapper, hop ! le ventre, et hop ! le côté, hop ! et hop, hop, hop ! Il s’acharnait sur ce pauvre vieux bougre en cherchant les points vitaux et ses phalanges avaient fini par connaître le chemin. Désormais bloqué comme il l’était, il ne pouvait plus s’esquiver, laissant sa plus faible anatomie à la merci de ses poings qui visaient, visaient…

Mais soudain, tandis qu’une nouvelle parabole allait faire s’abattre les coups redoublés, il se fit attraper le bras comme de rien et se retrouva projeté sur le dos. Le filou ! Il reprit l’avantage, car avant d’avoir pu dire ouf ! Hero se retrouva à nouveau soumis à un déluge de droites et d’uppercuts savamment assaisonnés – soupe de phalanges qui lui vaudraient assurément trois ecchymoses bien, bien bleues, une omoplate en miettes et au moins vingt-huit dents plus une demi-langue en moins. Toutefois, c’était se méprendre que de croire qu’une prise aussi mal assurée sur sa personne pour le moins baraquée allait avoir raison de lui. D’une torsion de ses jambes subitement enroulées autour de son torse, Hero fit voler l’adversaire directement dans l’un des sièges bien raides du cynore, et ce dernier se prit une telle rasade de thé brûlant sur le crâne que le hafiz ne put s’empêcher de s’esclaffer bien comme il faut. Lui-même se releva avec peine, ressentant tout à coup toutes les courbatures et les commotions, au moins quintuplées par son fou rire. Il se massa douloureusement la mâchoire d’une poigne ferme et huma la douce odeur de lavande de la mamie sur l’accoudoir de laquelle il s’appuyait pour se redresser, en se disant incongrument que quelque inhalation pourrait peut-être le soulager.

Il se tenait au-dessus de son adversaire, montrant les dents qu’il lui restait, menaçant du haut de ses presque quatre-vingt-dix kilos de se laisser tomber sur lui pour continuer à le rouer de coups… lorsqu’une paume d’une force peu commune redoubla la douleur de sa mâchoire en l’encastrant violemment dans le mur. Encore.



COMBAT + APPRENTISSAGE KATA DU TIGRE - 1007 MOTS

_________________


Dernière édition par Tehero Hone le Lun 12 Aoû 2013 22:48, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2013 00:29 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 8 Aoû 2013 22:41
Messages: 25
- Aaaïe ! Ouille-ouille ! Mais arrêtez !
- Mais arrêtez, qui ?
- Aïe ! Qi-sama, vous me faîtes mal !
- Jeune Hone-san, tu es bien impoli. Tu as de la chance d’avoir mon honorable disciple pour veiller sur toi.

Disciple qui, comme le Tehero Hone en question, se faisait quasiment arracher l’oreille par une minuscule boule ensevelie dans un amoncellement de toile de bure sombre et élimée. Malgré sa taille, son sexe et surtout son âge, maître Qi-Zhuwen avait une force sans commune mesure. De telle sorte que désormais, plutôt que de les voir se taper dessus comme des enragés, les passagers du cynore s’esclaffaient de voir les deux très énergiques jeunes hommes courbés à suivre bon gré mal gré les indications autoritaires d’une vieille nonne un peu bossue et très décatie. Son visage était si raviné qu’il était impossible, à l’orée de sa centième année (qui sait !), de deviner ce que pensait l’ancienne guerrière du monastère de Khan. Quant à ses yeux, à ce qu’on pouvait distinguer noirs et rieurs, il disparaissaient pratiquement dans les plis parcheminés de paupières bridées.

- Vous n’êtes que deux chenapans, les sermonna-t-elle en les rejetant là où elle les avait laissés cinq minutes auparavant – chacun sur son siège. Restez donc là, nous allons arriver. Si je dois interrompre ma partie de shôgi encore une fois à cause de vos bêtises, je m’attaquerai à une autre partie de votre corps. Sacripants, j’étais justement en train de gagner. Et maintenant le pilote ne sera plus assez concentré…

Sans prêter attention au fait que personne jusque-là n’avait surveillé des deux yeux la trajectoire du cynore, les deux combattants laissèrent partir une Qi-Zhuwen baragouinant encore tant et plus. Elle trottina un instant et disparut derrière la porte de la cabine principale dans un froufroutement de kimono rêche. Les passagers les regardèrent tous trois avec encore un peu d’effarement et un brin d’amusement, mais cela non plus ça ne les dérangeait pas outre mesure. Ils avaient produit leur spectacle, ils étaient contents, d’autant qu’avec ceci ils s’étaient servi un petit entraînement tout chaud et avait extériorisé toute l’excitation qui les tenait à l’idée d’arriver à Oranan.

- Honorable disciple, fit Hero en singeant la nonne voûtée, procéderions-nous à la suite de l'entraînement ?
- Pour sûr, honorable, heu… Honorable rien-du-tout, tu n'es qu'une canaille ! Qu'est-ce qui t'a pris de m'attaquer ?
- Ben ? C'était drôle, non ?
- Je ne te le fais pas dire !

Wiz était l’un des plus vieux amis de Tehero Hone. Enfin, de ceux qu’il avait hors du Naora, car les deux acolytes s’étaient rencontrés il y avait de cela quelques années à Kendra-Kâr, où ils avaient fraîchement embarqué justement. Plus grand que Hero d’à peine un pouce, il était quant à lui plutôt dégingandé (même pour la race kendrane dont il était) tandis que le hafiz se distinguait par sa complexion musculeuse et même un poil trapue. Pourtant, leurs forces se valaient en tout point, tant et si bien qu’il fallait souvent prendre son mal en patience pour voir s’achever un combat qui les affrontait. Et cela, la sage Qi-Zhuwen l’avait fort bien compris, mais elle n’était pas survenue suffisamment tôt pour qu’ils s’épargnent ecchymoses et autres poignet ou cheville tordus.

Néanmoins, il faut préciser que cela faisait également partie de l’entraînement, puisque c’était là l’occasion pour Wiz de s’accoutumer à son nouveau statut d’apprenti-moine et aux pouvoirs qui en découlaient nécessairement. Un sourire éclatant lui ouvrant le visage d’une oreille à l’autre, Tehero s’impatienta de voir son ami sortir toutes ses potions et ses cataplasmes de sa besace à merveilles.


RP PUR - 607 MOTS

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2013 09:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 22 Juil 2013 20:41
Messages: 471
Localisation: quête 30

____________________________________________________






Pour ce trajet, la cynore était moins peuplée que les voyages précédents. En effet, la plupart étaient des aventuriers facilement reconnaissables à leur équipement. Beaucoup avaient le même genre de parchemin qu'elle. Ils se jaugèrent entre eux sans rien dire, tous plus austères les uns que les autres. Ils avaient du magnifique matériel par rapport à elle.
Armelle restait dans son coin assis sur le pont principal à attendre le départ du navire volant. Une femme, une humaine qui devait avoir dans le même âge se rapprocha d'elle en souriant. Elle avait les yeux verts et des cheveux blonds attachés en queue de cheval. Elle était en cotte de mailles avec une épée longue à la ceinture et un bouclier.

"Hey salut, toi aussi tu viens sauver le monde ?"

Dit-elle alors amusée, c'était une étrange entrée en matière. La jeune femme n'avait pas l'habitude de rencontrer des gens en dehors de sa famille. Elle hocha la tête lentement afin de lui répondre, c'était inutile de vouloir cacher cette information.

"Oui en effet, comme beaucoup apparemment j'ai été invité à venir faire quelque chose."

"Ah ! Toi aussi ça t'intrigue ? C'est vrai que l'on a entendu pas mal de rumeur, mais finalement on ne sait rien du tout de ce qui se passe."

" Comme quoi ?"

La blonde semblait assez étonnée du calme d'Armelle et du manque d'information. Elle poursuivit tout de même un peu amusée en se penchant vers l'avant. La jeune archère la trouvait agréable à regarder, elle avait de l'énergie à revendre. Elle avait la peau un peu plus bronzée qu'elle, quelques taches de rousseur sous les yeux, de légères formes féminines à travers son armure de mailles. Elle sentait son petit cœur battre rapidement à mesure qu'elle regardait la jolie blonde, ne réfléchissant pas trop au pourquoi du comment.

"Comment ça ? Tu n'es pas au courant de rien du tout et tu te jettes dans la bataille. Tu n'as vraiment pas froid aux yeux toi. Bon que je t'explique vu que tu as l'air de débarquer de ta campagne.

Depuis quelque temps, la ville d'Oranan se montre de plus en plus sur la défensive. Plus de patrouilles dans les rues, ils ont fermé la cité. Pour rentrer, il faut vraiment une bonne raison et montrer patte blanche. Beaucoup se font refouler et il y a une queue énorme à chaque porte de la ville ! C'est un truc de dingue !
Le pire, c'est qu'on ne sait pas trop la raison exacte de tout ça. Il ne s'est pas passé grand-chose d'intéressant. Ils ont sûrement des informations que l'on n'a pas. Alors du coup les rumeurs vont bon train ! La plus crédible reste qu'Omyre a fait partir une grande armée en direction d'Oranan. Peut-être ils auraient pour attention d'attaquer la ville par la force. De grands magiciens parmi leurs troupes pourraient les camoufler à la vue de tous ! Une armée invisible ! Tu te rends compte ! Comment est-ce que l'on pourrait combattre ça ?
D'autres disent encore que les orcs d'Omyre se seraient lancés dans une attaque souterraine de la ville naine, mais bon cette cité n'est jamais tombée. Après comme d'habitude des histoires de fin du monde comme avec la maladie des poulets, des cochons, des oiseaux qui volent plus droits, enfin aucun intérêt."

Armelle la regardait parler comme un peu ailleurs. La blonde semblait l'avoir remarqué et s'accroupit devant elle.

"Hey ? Tu m'écoutes ou ça va pas bien ?"

" Ho heu si si, je t'écoute, des orcs volants qui veulent attaquer la ville naine." .

Elle rit à gorge déployée en s'asseyant à côté.

"Oui, c'est quasi ça, oui, au fait m'appelle Asceltys et toi. "

"Moi c'est Armelle Belmont, je viens d'Exech."

"Ah oui, tu en as fait du chemin. Remarque, tous frais payés par la ville d'Oranan, il faut en profiter ! "

Armelle hocha la tête doucement en la regardant. La blonde semblait avoir un doux parfum presque enivrant. Cela faisait de longues minutes qu'elles discutaient de tout et de rien, qu'elles n'avaient même pas remarqué que la cynore était déjà partie.

"Hey dis, qu'est-ce que tu as à me regarder comme ça depuis tout à l'heure ?"

"Et bien, je me disais que tu étais bien trop jolie pour être une guerrière, genre mercenaire qui vient chercher des aventures."

Asceltys rit alors à ma réflexion qui était loin d'être qu'une plaisanterie. Armelle ne savait pas trop pourquoi elle avait dit cela, mais maintenant il était trop tard pour le regretter.

"J'ai l'impression d'entendre mon père, il m'a dit le même genre de choses. Mais toi aussi tu es mignonne, ça ne te plaira pas de faire autre chose ?"

La jeune archère ne savait pas trop pourquoi elle avait si chaud tout d'un coup. Ses joues rougies rapidement, elle ne savait pas trop où elle en était.

"Heu ... et bien ... Depuis toute petite je m'entraîne au combat, je ne vois pas ma vie différemment. Sans doute que cela serait plus simple d'être une femme à la maison, mais beaucoup moins palpitant. Et puis, je ne viens pas à l'invitation de la ville juste pour l'argent. Si tant est qu'il y ait une récompense pour le travail accompli. "

Elles discutèrent alors toutes les deux tout le long du trajet en faisant connaissance. Une fois la cynore arrivée, elles descendirent rapidement sans demander leurs restes.

_________________
Image


Dernière édition par Armelle le Mer 21 Aoû 2013 09:48, édité 2 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2013 10:01 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 29 Mai 2011 22:08
Messages: 1798
Localisation: Oranan
Ils venaient de décoller pour Oranan. Elle se demanda, depuis sa rencontre avec sa déesse et sa promesse, si elle avait pris la bonne décision...Dans un sens oui puisqu'elle était encore en vie...mais sans son don obscur...Et pour une guerre qui n'avait peut être rien à voir avec la promesse faite à Valshabarath... Le doute l'assaillait... Elle se mit donc à prier, convaincu qu'il y avait une raison à tout et qu'elle retrouverait les bonnes grâces de sa divinité.

Pendant le voyage, elle avait emprunté un livre pour faire passer le temps. Celui-ci était une œuvre fictive, parlant d'un héros voulant sauver son clan, maudit par les dieux, il y arriva au prix de son sacrifice. Sur certains points Marla s'était identifié à lui...chose qu'elle ne ferait jamais..c'est de se sacrifier pour une cause perdue. Dans son cas, la Shaakt avait un plan. Elle avait également fouillé la pièce pour tenter de trouver quelque chose d'utile...mais il n'y avait rien qui l'intéressait. Elle avait bien sur tout remis à sa place dans on état d'origine puisqu'elle avait donné sa parole au Sindel...

Néanmoins pendant le temps restant avant d'arriver à Oranan, elle songeait à ses faiblesses, se rendant compte, petit à petit, qu'elle devait récupérer ses pouvoirs le plus vite possible...La seule question qui la tourmentait était : comment? Comment pouvait-elle satisfaire une déesse inconstante qui demandait toujours plus? Sur ce point-là, la divinité des Shaakts et les Shaakts se ressemblaient en tout point. Elle prit le problème à l'envers : comment survivre face à un Shaakt? Elle sourit devant cette pensée, personne ne pouvait survivre à un sombre qui avait envie de vous voir mort...Sauf...si la personne arrive à montrer son utilité. Elle devait donc se montrer plus qu'utile pour rentrer dans les bonnes grâces.

Mais comment pouvait-elle palier sa faiblesse dans un combat au corps-à-corps? Le dernier contre la goule lui avait rendu espoir...mais elle n'était pas du tout à l'aise quand le fracas des armes résonnait...Elle craignait pour sa vie à chaque coup donné ou reçu. Elle s'imagina plusieurs simulacres ou bien entendu, elle en sortait vainqueur...une moue dédaigneuse sur son visage apparu parce qu'elle ne savait pas se montrer impartiale...Elle se donnait l'avantage dans les combats sans le vouloir...L'instinct de conservation sans doute.

Elle se sentit alors le vaisseau amorcer une descente. Ils étaient enfin arrivés à destination. Elle ne savait pas ce qu'elle allait trouver en arrivant, mais au dehors, elle n'entendait aucun cri ou hurlement, aucun pleur ni aucune supplication. La guerre n'avait donc pas encore commencé.


_________________
Image






Dernière édition par Marla le Dim 11 Aoû 2013 11:54, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Trajet aérien en Cynore entre Kendra-Kâr et Oranan
MessagePosté: Sam 10 Aoû 2013 19:32 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 8 Aoû 2013 22:41
Messages: 25
Tehero offrit son visage aux caresses du vent. Il était monté sur le pont du cynore au moment où Wiz avait décidé de faire du zèle et de méditer – d’un ennui mortel. Au lieu de cela, il se tenait penché au-dessus du bastingage métallique à regarder le soleil pointer le bout de son nez : quel bonheur de voir la capitale d’Ynorie se profiler dans sa nimbe ambrée ! (Très bonne idée d’avoir pris le vol à la faveur de la nuit.) Hero laissa son esprit divaguer. Après tout il planait. Se sentir en apesanteur était une sensation incroyable, et au vertige qui l’assaillait lorsqu’il regardait en bas se mêlait une intense euphorie.

La moire dorée qui lustrait les murs d’Oranan était comme celle de Kers, mais la ville aux mille couleurs, elle, n’avait pas besoin de l’aube pour resplendir. On y était, Tehero était nostalgique. Dans le pâle halo de miel qui le estompait les contours du monde, de petites réminiscences vinrent timidement toquer à sa mémoire : il revit à son grand plaisir les chaudes tonalités de Kers et la fraîche arborescence des jardins suspendus. Le voilà à présent qui marchait tranquillement le long des rues, en souriant de toutes ses dents à son ami Teikiki et en rigolant à se tenir les côtes. Il confectionnait une couronne de fleurs de tiaré sur le chemin. En humait le parfum. Le même que celui de la très bien nommée Heitiare, la magnifique, délicieuse, incroyable jeune femme qui devait bientôt devenir sa ker. Il ne lui fallut qu’un instant pour se remémorer le contact de sa peau douce à la suave teinte fauve et de sa chevelure de jais, la finesse de son petit nez camus, l’envoûtante couleur de nuit de ses yeux délicatement bridés…

Mais de là à l’épouser ? (Jamais de la vie !) Enfin… un jour, peut-être, mais en tous cas ce n’était pas prêt d’arriver ! Tehero se renversa en arrière par-dessus le bastingage d'un mouvement dramatique et fit une grimace significative à un groupe de bécasses qui volaient par là.

- Vous feriez quoi à ma place ?
- Ne me dis pas que tu parles à des oiseaux ?
- Hé ? fit Tehero en sursautant comme Wiz venait d’arriver sur le pont lui aussi. Oui, elles me sont d’un grand secours comme tu peux le voir.
- Tu penses encore à ta femme ?
- Arrête donc de te moquer, tu veux ? Ce n’est vraiment pas marrant, j’ai été kidnappé par ma propre mère !
- Hinhin, mais oui, au moins tout ça ! La pauvre Hine-Nui sait que tu parles d’elle de cette manière ? Et si tu ne veux pas de Heitiare, moi ça ne me dérange pas de…

Wiz eut le souffle coupé lorsqu’un coup de tatane vint lui ôter les mots de la bouche, mais les deux garçons se mirent tout de suite à rigoler de bon cœur. S’ils avaient un point commun, c’était bien leur esprit d’aventure, deux bécasses, eux aussi, qui ne supporteraient vraiment pas de rester enfermés. Alors se rentrer bien gentiment dans le Naora pour fonder une famille… ? Pas vraiment ce qui était au programme pour le moment.

- Tu sais petit scarabée, fit Wiz avec le ton ironiquement docte qui énervait tellement Hero, Rana dans son infinie sagesse recommande de…

Mais Hero avait déjà disparu, totalement jeté dans les airs avec un hurlement délirant.


RP PUR - 567 MOTS

_________________


Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016