L'Univers de Yuimen


Forum de Jeu de Rôle Médiéval-Fantastique




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1042 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41 ... 70  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Sam 16 Juil 2011 18:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Oct 2009 19:58
Messages: 150
Au fur à mesure, je relève la tête pour voir qui a décidé de venir me voir et certainement m’embêter. Elle porte une robe d’un gris-vert bien passé cela étant certainement dû aux années qui sont passés et des lavages agressifs dans les cours d’eau. Je me rappelle une fois d’avoir vu des femmes laver leur linge dans un cours d’eau qui charriait des galets et les vêtements perdaient leur éclat initial au fur à mesure des lavages. Cette fois, je vois qu’il y a aussi des trous, des déchirures dans le tissu laissant apercevoir par endroit ses jambes.

Quand mes yeux se posent sur son torse, je peux voir qu’il y a des tâches de graisses mélangées à des tâches de sang. Sa tunique laisse supposer qu’elle possède une poitrine plutôt généreuse, je souris légèrement quand Anyndra me rappelle à l’ordre.

( Tu n’as le droit d’éprouver du désire uniquement pour moi ma petite boule de poil. Je suis extrêmement jalouse, donc il serait bien que tu ne regardes pas une autre femme avec du désir. )

Ma petite faera me fait bien rire dans sa réaction, j’arrive enfin à poser mes yeux sur son visage. Elle n’est plus toute jeune je dirais qu’elle a bien une cinquantaine de printemps au minimum. Ses yeux sont gonflés et rouges, elle ne porte pourtant pas une seule marque de blessures. Elle a dû pleurer énormément voir toutes les larmes de son corps.

Elle m’attrape par le col de ma tenue et me soulève de mon banc pour me remettre sur mes deux pieds. Je reste un instant pantois puis elle m’entoure de ses bras pour se mettre à pleurer sur mon torse puissant. Je ne sais pas quoi faire de mes mains puis j’en place une sur sa tête et l’autre autour de ses épaules. J’essaie de la consoler comme je peux, mais ne sachant pas pourquoi elle pleure cela n’est pas évident.

( De où elle se croit permis de te toucher comme ceci. En plus ses larmes font faire friser tes poils, après c’est la galère pour les remettre correctement puis il n’y a que moi qui ai le droit de me blottir contre toi.)

Je ne préfère ne pas répondre à ma douce Anyndra, elle pique sa petite crise de jalousie je trouve ça presque adorable. Je regarde la femme sangloter dans mes bras, pourquoi est-elle venue me voir plus qu’un autre ? Je suis un étranger, je suis un woran, je ne suis rien qui pourrait représenter quelque chose de sécurisant.

Que vous arrive-t-il madame ? Pourquoi pleurez-vous ? Quelqu’un vous a fait du mal ?

Elle se recule de moi et me regarde avec un énorme sourire sur le visage, il me parait beaucoup plus radieux que tout à l’heure malgré les yeux boursoufflés.

Il s’agit de larmes de joie messire. Vous avez sauvé mon fils d’une mort certaine, vous êtes le seul à voir bougé face à ce gros porc, personne ne bouge de peur de finir en prison pour esclandre sur la voie publique. Venez avec moi, je suis serveuse dans une taverne je vous servirais un bon repas et une bonne chope de bière.

J’accepte son invitation à la condition qu’il n’y a pas de bière, normalement j’aurais refusé, mais la faim commence à tirailler mon estomac et un repas gratuit ne peut se refuser. Je me décide à la suivre jusqu’à la taverne qu’elle m’a parlé.

_________________

Image




Dernière édition par Hawk le Mer 24 Oct 2012 11:22, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Sam 16 Juil 2011 21:53 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 15 Juin 2011 19:37
Messages: 19
<Méfiance!>

À mon grand soulagement, Hidekazu semble être quelqu'un qui a un grand sens de l'humour. Je fus soulager de le constater, car cela allait rendre nos rapport très amicaux et je me sentais fière qu'il soit le première ami que je me faisais ici, sur ce continent que je ne connaissais pas. Il me répondit par un phrase remplie de philosophie que je compris, mais à laquelle je ne répondis pas.

Il m'apprit qu'il avait été élevé dans au monastère Kahn du côté des Duchés des montagnes, par des moines sans doute et qu'il ne considérait pas avoir de métier particulier. Il était juste un voyageur désireux d'aider les autres s'il le pouvait. Cela était à mon avis tout à son honneur et cela me rappela un laïus que mon père m'avait tenu au sujet du rôle de guerrier.

...Suite à ma fugue et à mon sauvetage dont personne n'était au courant, tout le monde avait cru que s'était Matheny qui m'avait sauvé, alors que ce dernier n'avait fait que me retrouver, pleurant sous la pluie et pour me ramener il m'avait assommé. Ce fut à partir de ce jour que je me mis à le détester.

Mon père avait alors valoriser le jeune homme, louant sa personnalité courageuse et que cela était dû à son métier. Pour lui, être guerrier était la perfection pour prouver son dévouement à sa patrie. De plus c'était, à ses yeux, le seul moyen de venir en aide à son prochain.


"Si tu veux être utile, rentre dans l'armée ! C'est le moyen le plus sûr d'obtenir un emploi honorable et d'aider les autres !"

Il m'avait parlé de ça le soir même de mon retour suite à ma fugue, mais dans mon cœur, la magie avait déjà prit sa place et rien ni personne n'aurait pu y changer quelque chose...


Je fus brusquement ramené à la réalité lorsqu'un gamin essaya de me voler mon sac, que je tenais fermement pour justement éviter ce genre d'incident. Lorsqu'il s'en rendit compte, il s'en alla aussi vite que possible, mais mon orgueil, piqué au vif, me força à le poursuivre.

Après une bonne dizaine de minutes de courses dans les rues de la cité kendranne, je réussis à attraper le garçon par le bras. Le regardant d'un air sévère, je lui dis :

"Pourquoi as-tu fait ça ? Tu crois que j'ai du temps à perdre avec ce genre de chose ?"

Il ne pipa pas un mot. Soudain, je m'arrêtai dans mon discours moralisateur, car je voyais en lui l'enfant que j'avais été.

"Allez file ! Je ne veux plus te voir."

J'étais légèrement bouleversée, car je venais de me rendre compte que je tenais plus de mon père que je n'aurais bien voulu le croire... Qu'allait penser Hidekazu de moi après ça ?... Mais sans le savoir je nous avais mené au port.

_________________
Image

~¤~¤~¤~Où que tu sois je te retrouverai...~¤~¤~¤~



Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Dim 17 Juil 2011 15:37 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 23 Déc 2008 19:03
Messages: 318
Dans les rues, c'était toujours la même histoire, les marchands marchandaient, les mendiants mendiaient, les passants passaient et toute ça dans un bruit à en réveiller les morts. Cette ville commençait à me fatiguer, j'avais sans doute bien fait d'accepter de partir à l'aventure pour rechercher l'arcane perdue. Au moins, cet interlude me changerait les idées ! Un bon petit voyage au frais me permettra sans doute de me recentrer et de retrouver mes esprits. Mais, pour l'instant quelques achats s'imposaient. Notamment encore un fluide pour jardiner encore un peu dans mon jardin intérieur et spirituel, puis quelques sortilèges tout aussi abracadabrants les uns que les autres.

(Il ne faut surtout pas que j'oublie le sort d'appel !)


Je me rendis donc une nouvelle fois chez Moboutou, mais sans doute la dernière durant une longue période. Dès que j'aurais terminé mes achats, je retournerai au temple pour récupérer Santias et dire au revoir aux prêtres et à Méta. Ensuite, je me mettrai en route vers Oranan et à ce moment là je partirai vers les bois sombres malgré le fait que l'idée ne me chantait guère... J'irai d'ailleurs voir chez le vieux mage, si je ne pourrais pas récupérer un objet d'une certaine puissance magique pour m'aider dans cette recherche.

_________________

Maître musicien pour vous servir...


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Lun 18 Juil 2011 23:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 10 Juin 2011 22:28
Messages: 79
Localisation: Kandra-Kâr
La Millice Kendrân

Lorsqu'elle sorti de la millice Kendrân , Harmonie se mêla parmi la foule dense réuni autour d'une animation organisé en pleine rue. Le roi était bien sûr convier à ces festivités puisque c'était ses troubadours et ses bouffons qui assuraient le spectacle. Harmonie pris place au premier rang entre une vieille dame et son petit fils , émerveiller par cet événement. Tout se passait à merveille quand tout à coup , une voix grave retenti parmi les notes de musiques entrainantes jouer par les musiciens talentueux de la cour du roi.

« - Au voleur ! Vite , au voleur ! Il m'a dérober ma bourse ! »

Quelques secondes après l'alerte donner par le gentilhomme , un homme s'élança à toute vitesse dans la foule. Jouant des coudes comme elle le put , Harmonie essaya de rattraper l'homme déjà loin...Harmonie était certaine que l'homme était celui qu'elle recherchait , celui dont parlait le capitaine lors de l'attribution de sa mission. Il se faisait tard , Harmonie décida donc de partir à la recherche d'un endroit où dormir lorsqu'elle arriva devant une auberge.

Auberge de la Tortue Guerrière

_________________


Dernière édition par Harmonie le Ven 22 Juil 2011 21:53, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Mar 19 Juil 2011 11:50 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 14 Nov 2010 11:59
Messages: 71
<C'est parti !>

Adeim était sorti de la milice plus déterminé que jamais. Sur la place se trouvant devant le bâtiment, lester l'attendait tranquillement, sans faire de vague. Lorsque ce dernier vit le jeune homme des déserts sortir, il se précipita à sa rencontre pour en apprendre un maximum.

"Alors, qu'attendent-ils de toi ?
Que je trouve l'origine de cette terrible maladie qui dévaste la population kendranne. Pour eux, il s'agirait d'un convois qui part d'ici pour Bouhen. Il nous faut infiltrer le groupe..., dit Adeim réfléchissant déjà au moyen le plus efficace d'accomplir sa mission.
Infiltrer ?! Non, mais ils sont malades ! Tu vas...euh, on va se faire tuer !
Si tu ne veux plus venir, tu peux retourner à la faculté !"

Adeim s'était volontairement montré dur. Si son ami voulait absolument l'accompagner, il allait devoir prendre sur lui et oublier son petit univers confortable. Le monde était cruel, dangereux, s'il se laissait dominer par ses sentiments il était perdu et il entraînerait Adeim dans sa chute. Visiblement Lester le comprit et regarda autour de lui. Partout se trouvaient des malades, agonisants à cause de cette terrible épidémie.

"Regarde bien ses hommes, ses femmes et ses enfants. On nous offre la possibilité de mettre un terme à leurs souffrances, on le doit ! Mais tu ne peux m'accompagner si tu n'es pas sûr de toi ! Me comprends-tu ?
Oui je comprends seulement... Je...
Je sais, tu as peur. Mais n'oublies pas, nous sommes deux, je ne te laisserai mourir !
Je sais !"

Cette promesse sembla redonner confiance à Lester qui redevint naturel. Son sourire et sa naïveté seraient de bons atouts au goût d'Adeim. Pour pouvoir duper les gens un idiot était toujours bon.

Écoutes-moi bien, je vais te confier un rôle..."

Les deux amis se mirent en route vers les portes de la ville pendant qu'Adeim exposait son plan à Lester.

_________________
ImageAdeim, Humain des déserts et fanatique
"La vengeance est un plat qui se mange froid"


Dernière édition par Adeim le Mer 10 Aoû 2011 19:21, édité 1 fois.

Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Mar 26 Juil 2011 07:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Ven 18 Sep 2009 18:11
Messages: 7532
Localisation: Quête 35
J'arpente lentement les rues de la cité blanche à la recherche d'une auberge. Ne connaissant pas la ville, je dois dire que la tache n'est pas des plus simples et je continue d'errer, prenant une rue, puis une autre, reprenant parfois sans le vouloir, un chemin déjà emprunté. La nuit commence à tomber, les habitants rentre chez eux, les rues se vident. Pourtant, je ne reste pas longtemps seul car par chance, je croise la route d'un milicien en pleine patrouille. Je suis bien conscient qu'en ce moment, je ne dois pas avoir l'air très recommandable, mais je ne cherche pas à me cacher et c'est calmement que l'homme s'approche de moi.

"Je peux vous aider monsieur?"

J'ai beaucoup de mal à discerner les traits du milicien, il fait trop sombre, mais du peu que je vois et au ton de sa voix, claire et légèrement hésitante, je peux presque assurer que c'est une jeune recrue. Souriant légèrement, je me gratte la tête et lui explique ma situation.

" Vous me sauvez si je puis dire. Je rentre d'une "aventure" assez épuisante et n'étant pas d'ici, je peine à trouver une auberge."

Le jeune homme en armure se gratte le menton avant de me répondre d'un ton calme laissant transparaitre une pointe d'ennui. Sans doute s'attendait-il à quelque chose de plus palpitant qu'un homme aux vêtements déchirés cherchant sa route.

"Oui, il vous suffit de prendre la deuxième à droite dans cette direction, vous verrez facilement l'enseigne de l'auberge. Faites bon séjour à Kendra Kâr."

Puis le milicien me fait un bref signe de la main et reprend sa ronde. D'après ses explications, l'auberge est toute proche d'ici. Dire que ça fait une bonne heure que je tourne dans cette zone et je n'ai rien trouvé, je joue vraiment de malchance, enfin allons-y, je ne peux pas rester là à me plaindre, sinon je vais finir par m'endormir dans la rue. Déjà que je ressemble à un mendiant, il ne vaut mieux pas que j'agisse de la même manière aussi. Suivant les indications de la jeune recrue, je prends la deuxième à droite et comme prévu, je peux voir un peu plus loin un insigne sur laquelle trône fièrement le nom de l'établissement: La Tortue Guerrière. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne peux m'empêcher d'essayer d'imaginer à quoi pourrait ressembler une tortue guerrière. Une tortue c'est lent, petit en général et ça met trois heures à manger une feuille de salade. Enfin je divague. Toujours est-il que calmement, j'ouvre la porte de l'établissement avant d'entrer.

_________________

Car celui qui aujourd'hui répand son sang avec le mien,sera mon frère. - William Shakespeare


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Mar 26 Juil 2011 19:25 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Post précédent

Nous marchions en silence dans les rues bruyantes de Kendra Kâr. Amhalak était silencieux et avait l'air soucieux. Je me demandais si j'avais fait quelque chose de mal, si mon départ précipité l'avait vexé plus que je ne l'aurais cru...

"Amhalak... ?

Oui...

Qu'est-ce que tu as mon amour ? Tu n'as pas l'air bien...

Je... Il s'est passé quelque chose de particulier pour moi pendant ton absence..."

Il laissa sa phrase en suspend et cela me mit mal à l'aise. Avait-il décidé de me quitter à cause de mon côté libertine ? Pourtant nous étions d'accord pour cela... Alors que pouvait-il bien se passer dans la tête de mon bien aimé ? Je n'aimais pas me montrer insistante, mais je ne voulais pas qu'il y ait de secret entre lui et moi.

(Pourtant, tu lui caches ma présence...)

Laïdè disait vrai.

(Puis-je lui dire pour toi?)
(Pourquoi me le demandes-tu?)
(Tu pourrais ne pas être d'accord...)
(Ne t'en fais pas pour moi et dis le lui.)
(Merci.)

Avoirs l'autorisation de ma faera était important pour moi. J'étais une personne qui n'aimait pas les conflits et qui ne voulait blesser personne lorsque je prenais des décisions. Donc lorsque cela impliquait d'autres personnes, j'aimais avoir leur accord.

"Pour moi aussi il s'est passé quelque chose de particulier.

Ah ? Et que s'est-il passé ?

Je te le dis si tu me promets de me dire après ce qui s'est passé.

Tout de suite je ne pourrais pas, il faudra que je te montre.

Tu m'intrigues... C'est grave ?

Non bien au contraire, me dit-il avec un sourire malicieux

Alors pourquoi as-tu l'air si soucieux ?

Ah ça ! Je voulais juste jouer un peu avec toi si on peut dire pour que la surprise soit totale.

Très bien idiot...! Alors je te le dirais après ta surprise, mais avant je voudrais passer à la boutique de vieux Moboutou. J'ai besoin de faire des achats.

Très bien alors allons-y vite ! Il me tarde de te montrer ma surprise. Mais avant, tiens !"

Il me tendit une fiole de fluide de lumière. Décidément il me gattait trop. Je l'embrassai et absorbais le fluide de lumière. Je le sentis se répandre en moi et me renforcer. J'étais habituée maintenant, je me demandais si je supporterais aussi bien l'absorption d'un fluide de glace... Mais c'est hilares que nous partîmes en direction de la boutique de magie la plus réputée de Kendra Kâr.


(((Absorption d'1/8 fluide de lumière)))

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Mer 27 Juil 2011 13:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Post précédent

Amhalak me tenait par la main et me guidait ainsi dans les rues de Kendra Kâr. Alors que l'on marchait, j'essayais d'imaginer l'endroit où je me trouvais en fonction du nombre de monde que je pouvais percevoir. À un moment je me sentis noyée dans une foule, happée au milieu de beaucoup de personne.

Quelqu'un me bouscula et ma main lâcha celle d'Amhalak. Je voulus retirer le bandeau pour retrouver mon amour, car dans le noir j'étais terrifiée, ce qui rendait les voyages en solitaire difficile pour moi. Mais je n'eus pas le temps car je sentis qu'une personne se dressait devant moi et la voix familière de mon amour parvint à mes oreilles.

"Vous pourriez au moins vous excusez !

Elle n'a qu'à regarder où elle va aussi ! Mettre un bandeau en pleine rue c'est idiot !"

Le conflit ne dura pas plus longtemps, l'autre homme s'en allant. Amhalak me saisit le bras et me souleva pour me prendre dans ses bras comme si j'étais une jeune mariée. J'imaginais l'image et cela me fit sourire.

"Tu m'emmènes dans un endroit sacré pour m'épouser ou quoi ?

Non, j'espère ne pas te décevoir... Mais te porter ainsi est plus pratique, tu ne risqueras plus de te faire mal.

Merci mon amour.", lui dis-je en calant ma tête dans le creux de son cou.

Il marcha pendant encore une vingtaine de minutes avant de s'arrêter. Il n'y avait quasiment pas de bruit autour de nous, des petits bruits parvenaient à mes oreilles, mais globalement nous étions dans un endroit tranquille. Nous étions toujours à l'extérieur donc pas dans un Temple ou autre lieu de culte où le silence était de mise. Il me déposa au sol et me dit :

"Prête ?

Hmm... Oui !", fis-je en rigolant.

Délicatemment il défit le morceau de tissu et ce qui s'offrit à ma vue me laissa sans voix. Une magnifique maison se dressait devant moi. Modeste, mais d'une beauté à couper le souffle. Un parterre de fleur et d'herbe bordait une allée de gravier qui menait à une porte en bois certie de bordure dorée. J'avais l'impression de me trouver devant un petit paradis. Il n'y avait pas d'étage, mais était-ce le plus important. Je regardai tour à tour la maison et Amhalak avec un air interloqué sur mon visage.

"Je... Tu... C'est...

Oui, c'est pour nous ! C'était la maison de mes grands-parents et ma grand-mère me la donner. Je n'ai pas pu te la montrer avant, car je devais effectuer des travaux.

Tu veux dire que cette maison est notre "chez nous" ?

Oui, c'est ça !, me dit-il en me reprennant dans ses bras comme avant. Je vais te faire franchir le seuil comme il se doit."

Ce fut telle un couple venant de se marier que nous entrâmes dans notre foyer.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Mer 27 Juil 2011 17:44 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mer 28 Juil 2010 16:33
Messages: 5005
Localisation: Aux alentours d'Oranan
Post précédent

C'est à contre cœur que je me rendis seule au Temple des Plaisirs. Cependant le devoir m'attendait. J'avais dit à Cromax que je retrouverait tout le monde en début de soirée et le début de soirée était déjà bien entamée. Je courrai littéralement dans les rues kendrannes pour arriver au plus vite au lieu de rendez-vous.

Après une petite vingtaine de minutes de course, j'arrivais devant le Temple des Plaisirs. Je repris mon souffle avant de pousser les portes du magnifique bâtiment blanc, sanctuaire de la guilde dont j'étais membre et qui avait une mission des plus importante à effectuer.

_________________
Image



Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Jeu 28 Juil 2011 00:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 25 Oct 2010 22:50
Messages: 89
Localisation: K.-K.
Il avait essayé de la retenir. Oui, vraiment, il avait essayé. De loin, on avait même pu s’apercevoir que ses yeux du plus noir onyx s’étaient un instant éclairés d’une fugace lueur – le désir, déjà ?

Mais la peur avait été trop grande, et avait soudain saisi la jeune courtisane tout entière. Elle n’avait pas pu – elle n’aurait pas pu. Cet homme-là lui avait semblé si étrange, âme errante et vagabonde qui ne sait où se trouve la paix ; si différent, peau lactescente dans les vêpres envoûtantes, avec bientôt la lune comme seule pareille ; si effrayant, effluves entêtantes de rose musquée, et d’amours charnels, et de cauchemars…

Elle le savait, pourtant, au plus profond d’elle-même, elle savait qu’ils se reverraient. Aujourd’hui comme demain, pourtant, elle serait tenue par les griffes de la terreur, qui sont faites de fer et qui mieux que nulles autres savent glacer le sang dans les veines et pétrifier l’esprit. Que de chance d’avoir pu partir sans demander son reste ! Qu’aurait-il été, vraiment ? Un client ? Un amant ? Ces images de lui comme trop proche d’elle se perdaient dans les limbes d’un avenir trop lointain, où dans celles d’un monde que l’on sait sans possibles. Il savait trop. Rêve, confrontée aux hommes, avait cette certitude inexpugnable, dressée comme rempart protégeant ses pensées, qu’elle avait seule le savoir. Face à elle, les hommes étaient réduits à de faibles êtres sans vie, sans amour, sans âme, peut-être. Et lui non. Simplement non. Son air traduisait un puits de sagesses sans fond, de celui qui domine, de celui qui détruit, de celui qui, d’un simple geste, tue. Rêve avait parcouru trop de chemin, déjà, pour laisser un inconnu, en une nuit aux vapeurs éphémères, dévaster l'ouvrage d’une vie.

Son armure était solide. Encore fallait-il demeurer à distance de ceux qui, par trop de pratique, en pouvaient déterminer toutes les failles.

Le va-et-vient de ses hanches, tandis qu’elle avançait de sa démarche féline dans les chastes rues de la blanche Kendra-Kâr, n’avait d’égal que le ressac de la mer qu’elle avait connue, enfant et fille de joie par trop tôt accomplie, sur les rivages de Tulorim. Le visage de Satin succéda vite à celui de l’homme si beau, un teint diaphane pour un autre, un regard de nuit pour un autre, une possible aventure pour une autre, quant à elle bien réelle.

C’était vrai : elle avait fort à faire.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Jeu 28 Juil 2011 21:41 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Dim 23 Nov 2008 18:11
Messages: 2946
Localisation: Elysian
Alors que je sors du magasin de magie, je me surprends à soupirer d’aise. Malgré la mission périlleuse qui m’attend, j’ai le cœur serein. La mort sera peut-être au bout de ce chemin, mais c’est léger que je l’emprunterai. Mon âme est libérée de ses tourments, et se laisse désormais flotter, tout comme ma conscience, sans souci pour la figer un en inexpugnable moment de faiblesse. On ne m’y reprendra plus ! Je m’entends me faire cette promesse, sans être même certain de la tenir. Car j’ignore de quoi est fait mon avenir, et c’est bien mieux ainsi.

Je me laisse voguer sur le courant vague de la vie, subissant les ressacs, et profitant des accalmies. Je suis prêt à affronter mon destin, désormais. Et tout mon passé s’accorde en ce sens : seul le présent déterminera mon avenir, désormais. Voilà l’apprentissage d’une vie longue et bien remplie, qui n’aspire pourtant qu’à être à ses débuts. Son esquisse…

Mes pas perdus me ramènent au temple, alors que la journée se fane, comme une rose, le soir venu.

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Sam 30 Juil 2011 19:17 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 25 Oct 2010 22:50
Messages: 89
Localisation: K.-K.
(Ah, tu m'énerves.)

- Pardon ?

La voix avait soudain résonné, carillon cristallin tintinnabulant dans la rumeur kendrane, et Rêve, étonnée, avait cru que l'on s'adressait à elle. Ses pas, de fait, s'étaient interrompus, elle n'entendait plus ce bruit dont elle se délectait – le claquement assuré de ses talons contre la pierre nue. L'ourlet diapré de sa robe avait tu, en un instant, son murmure amoureux, l'anglaise qui caressait son cou acheva de danser au rythme de ses pas, sa belle main blanche, animée de toutes les grâces, se serra de surprise contre sa gorge. Ce ne pouvait être pour elle, ce mot-là, qu'elle avait entendu : qui aurait pu l'interpeller de la sorte, dans cette ville où elle ne connaissait personne ; et qui l'aurait, par ailleurs, ainsi tutoyée ?

C'était se méprendre. Assurément.

(Le laisser filer, comme ça !)

A peine s'était-elle remise à avancer, dans sa quête des gens de la Rose, qu'elle se figea de nouveau. Elle ne voulait pas se l'avouer, mais la surprise avait fait place aux premiers tressaillements de la panique.

Avec une distinction non feinte, pour contrefaire le plus grand naturel, elle infléchit son cou délié vers l'arrière – à gauche, puis à droite. Hormis certains hommes qui se retournaient sur son chemin, le regard dévorant devant tant de beauté, rien ne laissait présager que quiconque l'avait remarquée, ni ne lui avait, qui plus est, adressé la parole.

(Lui aurait pu t'aider à secourir Satin... !)

Un fatal haut-le-cœur lui étreignit la poitrine au doux nom de Satin. Personne ne...

Mais avant que d'avoir pu s'égarer dans l'inconsciente frayeur qui habitait son esprit, elle fut inquiétée par une main épaisse qui saisit la sienne. Elle se retourna avec dans l'idée de voir ressurgir le Sieur Cromax, figure spectrale, réminiscence éphémère, âme gansée d'une iridescente enveloppe. Elle fut frappée de stupeur face à l'étranger qui se présentait à elle avec une impudence jusqu'alors inconnue d'elle.

Le cheveu blond retenu en catogan, l'œil bleu, vif et perçant, son regard paraissait vous déchirer tout entier. Il dissimulait mal un long manteau de brocart lie-de-vin rebrodé d'or en-deçà d'une cape de laine brune, et la lavallière qui jaillissait de son veston à galons dorés couvrait son cou jusqu'à sa courte barbe taillée de frais. Ses lèvres fines esquissaient un sourire dans lequel se pouvaient voir de fantasques desseins, et Rêve, hantée par les paroles qu'elle venait d'entendre, était dépossédée de son instinct – confuse, elle ne put se jouer de lui.

- Oui...? laissa-t-elle échapper d'une voix vibrante, les lignes de son front trahissant son inquiétude.

Le rictus de l'inconnu s'élargit, et son ravissement malsain se refléta dans ses prunelles.

- Vous n'avez pas idée de ce que vous provoquez en marchant ici.

Son timbre grave mêlait la dureté du roc et l'amère froideur du métal – rien de comparable au pépiement féminin qui l'avait effrayée. Cependant, elle ne pouvait se ressaisir, et sentait sa poitrine se soulever à mesure que son cœur battait en heurts effrénés...

_________________


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Dim 31 Juil 2011 14:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Jeu 9 Déc 2010 13:58
Messages: 250
Localisation: Quête 26 : Le Bagne Maudit
J’étais maintenant de nouveau libre de mes mouvements et cette sensation de liberté me fit un bien fou. Je ne savais pas si j’aurais un jour l’occasion de croiser de nouveau mes compagnons d’infortune mais qui pouvait dire ce que le futur nous réservait ? Le soleil commençait timidement à montrer le bout de son nez. Comme prévu, nous avions passé la nuit dans cette maison.

La leçon à retenir de tout cela ? Se méfier des maisons bizarres avec des gargouilles qui en surveillent la porte ! Cette idée me sortit un petit sourire malicieux. Il était temps pour moi de trouver une auberge afin de prendre un peu de repos, mes dernières heures de sommeil remontaient maintenant à mon voyage entre Tulorim et Kendra Kâr. J’avais besoin de manger un morceau également. Compte tenu de l’heure matinale, les premières échoppes ne devraient pas tarder à ouvrir et le marché devrait bientôt se remplir de mets savoureux, je n’avais qu’à déambuler dans les rues.

J’étais maintenant plus près des grandes artères de la ville lorsque mon regard fut attiré par une scène qui m’intrigua. Une jeune demoiselle semblait terrifié par le regard qu’un jeune homme lui lançait. Je n’aimais pas du tout cela mais serais-je suffisamment fort pour lui venir en aide. J’avais subi quelques petites blessures durant notre éprouvante nuit dans cette maison.

Qui pouvait savoir ce que cet homme lui voulait, je préférais me montrer prudent et m’engageai dans cette rue. Arrivant derrière l’homme en question, je me décalai finalement sur le côté et m’adressai ainsi à le jeune femme.

- « Excusez-moi madame, mais est-ce que cet homme vous importune ? »

Je continuai d’avancer et par précaution, je mis ma main sur le pommeau de mon épée prêt à la dégainer en cas de problème. Si jamais cet homme lui voulait du mal, je pourrais l’aider à s’en sortir. Cependant je savais que ma race ne jouait pas en ma faveur et que cette demoiselle ne me croirait pas alors je m’avançai un peu plus vers elle et me postai finalement derrière elle, faisant ainsi face à son agresseur supposé.

- « J’espère monsieur que vous saurez passer votre chemin. Je suis prêt à aller chercher la milice si vous faites quelque chose à notre encontre. »

Cette fois, histoire de le dissuader un peu plus, je sortis mon épée de son fourreau. Je détestais les gens mal intentionnés et celui-ci ne me paraissait pas blanc comme neige mais plutôt noir comme un shaakt, c'est-à-dire comme moi. Excepté que moi à l'intérieur j'étais d'un blanc laiteux.

_________________
Léandre - Shaakt - Soldat



Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Dim 31 Juil 2011 19:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Lun 22 Déc 2008 00:37
Messages: 19486
Localisation: En déperdition dans les mains de GM14
Warren me remercie de l’attention et de l’aide que je lui porte. Il se rapproche le plus d’un ami que d’autre chose à mes yeux, il y a bien longtemps que je n’avais pas voyagé avec quelqu’un comme lui. Même s’il reste novice dans beaucoup de domaines comme l’art de la guerre ou du combat, il a une philosophie de vie pour le moment que j’aimerais pouvoir adopter, mais les dieux en ont décidé autrement je dois souffrir pour atteindre ma béatitude. Par contre ils ont quand accepté de ne pas me laisser sans défense.

Il me confirme qu’il retourne à l’Obédience pour se coucher et me conseille d’en faire de même de façon détourné. J’admets que la fatigue commence à me toucher grandement, cela doit bien faire plus que seize heures que je suis debout. J’acquiesce de la tête et lui dis :

Tu as raison mon ami, surtout que nous devons passer à la milice pour voir ce qu’il va advenir de nous. Quand l’un de nous sera réveillé, il viendra voir l’autre pour lui dire qu’il faut y aller.

Je lui donne une tape dans le dos et emmène Adweinna dans les ruelles de Kendra Kar. Il n’y a encore personne de lever à cette heure. Le soleil commence à se lever, les rayons percent à travers le dédale de ruelles. Mes souvenirs remontent à nouveau, je regarde ma compagne et m’arrête un instant. Il m’arrive un nombre de choses incalculables dans ma vie ces derniers temps. La jeune Phalange en fait partie, car je n’ai pas eu de contact aussi intime avec une femme depuis très longtemps. Dans son comportement je vois de nombreux points communs avec ma douce et tendre Flora. Je ne sais pas si pour le moment j’arriverais à me lancer dans une relation avec elle tant que j’aurais en souvenir ma défunt femme. Pourtant cette dernière m’a dit de commencer à refaire ma vie qu’il était temps. Cela doit bien faire vingt ans qu’elle a été sauvagement assassinée.

(Pour une fois, je ne vais pas t’agresser, mais te dire le fond de ma pensée quand même. Daio, Flora est morte, nous ne pouvons rien y faire, il est temps pour toi de refaire ta vie et d’en profiter. Il faut que tu profites de l’occasion que t’offre Adweinna à refaire ta vie, mais n’oublie jamais que nous sommes des guerriers avant tout.

Qu’est ce qui t’arrive Jack ? Tu es malade ou quoi ? Je ne t’ai jamais entendu parler ainsi. Je dois bien reconnaître que tu as raison. Daio, il faut oublier ta souffrance, Flora te l’a dit elle-même, il faut que tu arrêtes de te laisser ronger par ta rage.
)

Je prends une grande inspiration, mon esprit se bat contre lui-même et il affronte surtout mon cœur qui est partagé entre le passé et le présent. Je me plonge dans les yeux rouges de ma compagne et lui dis :

[color=BF0000]Tu vas venir avec moi dans les locaux de l’Obédience de la magie, j’y ai une chambre tranquille. Tu pourras t-y reposer pendant que j’irais dans le dortoir collectif si cela te vas biensûr.[/color]

_________________
ImageImageImage

Trois êtres distincts pour une seule âme et une destinée


Haut
 

 Sujet du message: Re: Les rues de Kendra Kâr
MessagePosté: Dim 31 Juil 2011 22:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur
 Profil

Inscription: Mar 7 Sep 2010 20:08
Messages: 224
Localisation: Aliéanon
Fin de la quête 24

Warren dit à Daio qu'il retournait à la Nouvelle Obédience. Je me demandais bien de quoi il pouvait s'agir, mais il prononça le mot présent dans mon esprit depuis que Daio était sorti : dormir. Je commençais littéralement à tomber de sommeil. Daio approuva et sans en dire plus, il m'entraîna dans les rues de Kendra Kâr.

Nous marchâmes et pendant ce moment, j'eus tout le loisir de faire le point sur la nuit que je venais de passer. Le soleil commençait à se lever, mais les rues demeuraient désertes. Le calme qui envahissait les rues étaient d'un réconfort étrange. Mais le plus important pour moi était celui qui se trouvait à mes côtés. Il avait fallu une seule nuit pour que les Dieux le placent sur ma route.

Je n'avais aucune idée de ce que serait notre histoire dans le futur. Resterons-nous seulement amis ou serions-nous plus ? Après les larmes qu'il avait versées pour la dénommée Flora, serait-il capable d'aimer ? Je ne lui avais même pas demandé qui était cette femme ? Elle devait être très importante à ses yeux et je ne voulais pas être un obstacle ou un poids pour lui. Il avait été plus que charmant avec moi et si tout devait s'arrêter, il resterait un ami pour moi. Il ne prononça pas un mot. Je me tenais à son bras, ma tête reposant juste en dessous de son épaule. Nous étions calme, tranquille. Quelque chose que je n'avais pas connu depuis des années. Par Yuimen que cela faisait du bien.

Il s'arrêta et me dit qu'il allait me mener à la Nouvelle Obédience où il me laisserait sa chambre personnelle pendant qu'il irait se reposer dans les dortoirs collectifs. Je ne le voulais pas, mais je devais savoir pour Flora.

"Daio..., lui dis-je en baissant mon regard où les larmes commençaient à monter. Qui... Qui est Flora ?"

Je partis alors dans une explication laborieuse.

"Non parce que je... Enfin, je t'aime beaucoup Daio, mais... Enfin si elle t'attend, tu devrais la rejoindre et si elle est perdue, je peux t'aider à la retrouver... Je n'aime pas te savoir triste Daio, je..."

Je pleurai à l'idée de le savoir malheureux. Les Phalanges ne s'embarrassaient pas de ce genre de sentiments, mais les Ermites et surtout Daio, avaient tout changé. Je m'arrêtai me rendant compte que je venais de dévoiler une partie de mon fort attachement au shaakt.

"Ça me va, lui dis-je en essuyant une larme qui avait coulé. Par contre... enfin si cela est possible, peux-tu rester avec moi ?'

Je repris la marche doucement au bras de Daio en attendant une réponse.

_________________


Dernière édition par Adweinna le Jeu 11 Aoû 2011 16:45, édité 1 fois.

Haut
 

Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1042 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41 ... 70  Suivante


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  

Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO

L'Univers de Yuimen © 2004 - 2016